Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Paradoxe israélien : plus la Justice rattrape Netanyahou, plus il devient populaire

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, fait l’objet de deux enquêtes judiciaire et son épouse, Sara, d’une troisième.

 

Ces enquêtes font suite à l’appel de son prédécesseur, Ehud Barak, pour le faire tomber par la voie judiciaire afin de protéger le pays contre l’apartheid en cours de légitimation [1].

Cependant, plus les enquêteurs cernent le Premier ministre, plus il devient populaire. Dans l’une des affaires en cours, presque tous ses amis les plus proches ont été inculpés, dont son directeur de cabinet et son avocat. Si la Justice n’est pas parvenue à inculper Benjamin Netanyahou, elle a posé la question de savoir comment il pouvait s’entourer de tels mafieux.

Paradoxalement, plus ces enquêtes jettent un doute sur son honnêteté, plus elles le rendent populaire. Ses propres électeurs le décrivent comme un personnage dangereux, mais c’est bien pour cette raison qu’ils le soutiennent.

Alors que la majorité des Israéliens ne partage pas son rêve d’un Grand Israël, mais espère simplement vivre en paix, elle s’estime menacée par les arabes et voit dans ce Premier ministre le seul homme capable de la protéger face à une nouvelle Shoah. Jouant habilement sur les fantasmes issus du talmudisme, Benjamin Netanyahou est en train de transformer son pays en un ghetto totalement fermé par un mur ; un projet à plus d’1 milliard de dollars.

Il apparaît que, malgré les éléments accumulés contre lui, le Premier ministre ne démissionnera pas. Il ne pourra être stoppé que par une condamnation judiciaire, ce qui n’est pas impossible dans un pays qui a jeté en prison un ancien président (Moshe Katsav) et un ancien Premier ministre (Ehud Olmert).

Notes

[1] Ehud Barak accuse le gouvernement Netanyahou d’installer l’apartheid », Réseau Voltaire, 17 juin 2016.

La vision israélienne des choses,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1798658
    le 10/09/2017 par un français pauvre... pauvre français
    Paradoxe israélien : plus la Justice rattrape Netanyahou, plus il devient (...)

    La Morale, l’axe du bien dans toute sa splendeur. Pauvre Palestine.
    Pour revenir à (...) comment il pouvait s’entourer de tels mafieux. (...), peut être la "justice française" prendra-t-elle cet exemple pour agir et condamner à son tour les mafieux qui nous gouvernent, ici, en France ? On peut toujours rêver...


  • Bonjour, est ce plus agréable de vivre en Israël ou en France ?

     

    • Le niveau de vie est équivalent mais le service militaire est obligatoire, il y a moins d État Providence qu en France, Malgré de très bonnes universités le système éducatif y est légèrement moins performant, le pays est beaucoup plus libéral économiquement, les juifs et les arabes sont plutôt séparés (hormis à Haïfa) chacun ses villes. Toutefois la lutte contre la corruption y est plus sérieuse qu’en France et les élections sont a 100 % à la proportionelle.Culturellement , même si est au dessus de ses voisins orientaux on n’atteint pas le niveau de la France.


  • Il est populaire et célèbre mais il se traîne un de ces boudins...

     

  • Israël n’est il plutôt le peuple de Dieu, dont le fils, Jésus Christ est le seigneur ?

     

  • La condition indispensable pour être populaire en Israël : avoir fait massacrer des Palestiniens .


  • Normal, dans une république mafieuse, Al Capone serait élu au premier tour...
    .....pour Netanyahou, c’est pareil !


  • #1798864
    le 10/09/2017 par Ben-Soussan David danseuse étoile
    Paradoxe israélien : plus la Justice rattrape Netanyahou, plus il devient (...)

    Maintenant on aime plus les bons, les gentils, sauveur de la veuve et de l’orphelin comme Zorro, Robin des bois, Thierry la fronde, on aime plus notre belle culture & tradition comme celle de Lucie, François et de Jacinthe à Fatima ou de Mélanie Calvat et de Maximin Giraud à la Salette bien Catholique , on aime plus nos belles histoires comme celle du Curé de Cucugnan ou de Marcelino Pan Y Vino, on aime plus nos bons plats des terroirs la blanquette, cassoulet, le pot-au-feu, la galette des rois et bœuf bourguignon, on aime plus nos musiques et nos langues traditionnelles comme Au revoir camarade ou le Chant Vendéen , l’occitan, le basque ou le breton , ni nos bons vieux Rois très Chrétiens Saint Louis, l’huile de Sainte Ampoule, la triple donation, Sainte Jehanne, Clovis ,Louis XVI, etc....
    Non maintenant on aime le MacDo, le Shit, le Rap, le BlingBling, la caillasse, l’argot et les méchants, cons et sauvages tel que Scarface, le Parrain, Eazy E et les gangs alors la popularité de Netanyahou, ou de Macron ou de tous ces nazes partout dans le monde rien d’étonnant !


  • Ce n’est pas un paradoxe, c’est la nouvelle réalité du discrédit global des grands médias, c’est-à-dire qu’une grande partie de la population prend désormais le contre-pied exact de ce qui est rapporté dans les grands médias. C’est la clé de l’élection de Trump et du maintien de la popularité de Netanyahou.

     

    • Il ne faut pas oublier dans cette remarque judicieuse de remarquer aussi que Trump et Netanyahu sont d’extrêmement proches collaborateurs, et que Netanyahu a compté sur Trump pour opérer en Amérique la revanche personnelle à laquelle il tenait contre l’élection d’Obama. Trump est le représentant protestant de l’extrême-droite populiste israélienne envers et contre la gauche établie juive américaine. Contrairement à ce que dit le théâtre d’ombres des médias alternatifs aussi bien qu’alignés, Steve Bannon aussi est une sorte de sayan non-juif dont la base de contacts première est à Jérusalem et qui joue un rôle d’aligneur d’opinion à la demande de ce pays. Le roman établi à l’effet que Trump aurait représenté à quelque moment que ce soit de sa carrière une force d’opposition au parti mondialiste sioniste ne tient tout simplement pas la route de son curriculum. Israël a voté ou souhaité Trump plus intensément encore que les États des Plaines, Israël est bel et bien l’avant-garde du néo-patriotisme judéo-saxon comme il a été celle du néo-libéralisme judéo-saxon avec Begin en 1976-77.