Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine , diffusé sur TF1 le 13 novembre 1980.

Le vieux Paris qui s’en est allé, sur E&R :

 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2808652
    Le 15 septembre à 13:36 par Ninette
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    On touche du bois !

     

    Répondre à ce message

  • #2808672
    Le 15 septembre à 14:19 par nuages
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    1978 : Visite du Paris industriel et artisanal 2 ans avant

    https://youtu.be/U6pDNOQgL1A

     

    Répondre à ce message

  • #2808763
    Le 15 septembre à 17:15 par Thierry
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Très beau film, très touchant.

    On voit bien l’immense talent du peuple français, son sens de la forme, son instinct pour l’élégance. Et d’ailleurs, on comprend que la Commune de Paris était une entreprise anti-française et que les Communards étaient des ennemis de la France, puisqu’ils ont fait brûler le Palais des Tuileries :
    https://p8.storage.canalblog.com/89...
    L’immense et sublime Palais des Tuileries qui représentait une somme de travail des Pères, de tous les artisans parisiens et français, du charpentier au doreur, en passant par le maçon, le tailleur de pierre, le menuisier, l’ébéniste, le souffleur de verre, le céramiste, le soyer, le tapissier, le tisserand, le couvreur, le peintre, le verrier, le mineur, le fondeur, l’orfèvre, le ciseleur, l’architecte, le maître d’oeuvre, le forestier, le berger, etc.qui avaient mis leur âme dans son édification. Brûler et ruiner leur travail, leur chef-d’oeuvre, c’est bien l’entreprise des ennemis de la France. Le Palais datait du XVIIe siècle et les souverains successif l’ont fait embellir, jusqu’à Napoléon Ier et Napoléon III, en poursuivant une oeuvre nationale.

    On peut remarquer aussi à la fin du film, les nouveaux Communards travaillant eux aussi à remplacer la beauté par la laideur, la fierté de l’artisan par le négligé du consommateur...

    Vraiment un très beau film, à la fois beau et triste. A nous d’être digne des Pères, de faire vivre dans nos appartements les beaux meubles qu’ils ont su élaborer, on en trouve plein à vendre pour quelques pièces... des armoires anciennes, sublimes comme des palais, faites à la main par nos ancêtres.

     

    Répondre à ce message

    • #2808884
      Le 15 septembre à 20:12 par Thierry
      Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

      Le Palais des Tuileries a été incendié par Jules Bergeret, un chef communard, franc-maçon et plus tard réfugié à Londres et New York. Il avait déclaré après l’incendie :

      «  Les derniers vestiges de la royauté viennent de disparaître  ; je désire qu’il en soit de même de tous les monuments de Paris  »

      C’est la même voix qu’on a ré-entendue tout récemment avec Jean-Michel Apathie :

      «  Si un jour je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais ? Je raserais le château de Versailles. Pour qu’on n’aille pas là-bas en pèlerinage pour cultiver la grandeur de la France. »

      C’est le parti des traîtres, de l’étranger, des ratés pleins de ressentiment, vendus aux ennemis de la France.

      Mais quand on voit le talent et l’humanité de ces humbles artisans du Faubourg Saint Antoine, de ces maîtres, nos Pères, quel élan de tendresse ! Car les Pères étaient beaux, toute la beauté de Paris, du Louvre, de Versailles, de Chambord, de Reims, Chartres, de nos villages et campagnes etc. n’est pas sortie par accident des mains caleuses de nos Pères : l’oeuvre ressemble à son auteur et ils ont été beaux pour avoir été capables de donner une forme si belle à la France.

       
    • #2809208
      Le 16 septembre à 10:07 par oui oui au goulag
      Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

      Le Palais des Tuileries a été incendié par Jules Bergeret, un chef communard, franc-maçon et plus tard réfugié à Londres et New York. Il avait déclaré après l’incendie :

      « Les derniers vestiges de la royauté viennent de disparaître  ; je désire qu’il en soit de même de tous les monuments de Paris »




      comme dit niclas bonnal
      "Le Commune, c’est le triomphe de l’entropie, l’instinct grégaire considéré comme une idéologie, le désir sale de s’entasser, de se fondre en communauté citoyenne, pour ne rien foutre, faire la fête, refuser l’ordre, l’autorité, la religion, et jouir en tas. Le Paris de Delanoë parachève cette vision d’épouvante.(...) Nietzsche a raison, le recul de la France remonte à cet épisode.présente Ce hoquet de pétroleuses et des fusilleurs narbonnoïdes marque la fin de la civilisation française, de la race française, de l’honneur français."




      C’est la même voix qu’on a ré-entendue tout récemment avec Jean-Michel Apathie :

      « Si un jour je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais ? Je raserais le château de Versailles. Pour qu’on n’aille pas là-bas en pèlerinage pour cultiver la grandeur de la France. »

      C’est le parti des traîtres, de l’étranger, des ratés pleins de ressentiment, vendus aux ennemis de la France.



      Jean-Michel Aphatie est né a Moncayolle-Larrory-Mendibieu, loin loin la bas dans le sud ouest a 20 kilometres de l’espagne.

      ce n’est pas un celte ni un franc.

       
  • #2808765
    Le 15 septembre à 17:17 par Rolon
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    A qui profite la destruction de Paris et de la France des années 80 et des 30 Glorieuses !??

     

    Répondre à ce message

  • #2809139
    Le 16 septembre à 08:15 par p’tit gars
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Mais cette époque révolue, il ne tient qu’à nous de la faire revivre ! D’abord en privilégiant les artisans encore existants, et ensuite lorsqu’un gouvernement enfin digne de ce nom prendra les mesures nécessaires pour permettre à tant de gens qui ont de l’or dans les mains de pouvoir exercer leur art et leur humanité !

    C’est simplement une question de volonté politique... pour l’heure inexistante.

     

    Répondre à ce message

  • #2809178
    Le 16 septembre à 09:32 par c’est pas moi
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Je me suis régalée, la main est l’outil de l’homme dans laquelle y respire son coeur,
    aussi pour y avoir reconnu King Crimson "Epitaph" !

     

    Répondre à ce message

  • #2809209
    Le 16 septembre à 10:08 par Europa Christiana
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Triste, nostalgique et tragique.

    En tant qu’étranger européen, j’admire depuis toujours votre génie créatif, conceptuel et esthétique. J’ai pas de mots pour vous exprimer toute ma gratitude pour tous vos monuments de rêve qui ont très largement contribué à bâtir notre Civilisation Européenne, la plus belle et la plus prolifique au monde.

    Quand je pense au château du Chambord, ou à Versailles, j y pense et je pleure d’admiration.
    Est ce possible à rebâtir le Palais de Tuileries ? Rien que pour faire chier les communistes franc- maçons hébraïsés haineux qui ont fat détruire ce splendide bâtiment.

    L’expression "le (dernier) Mohican " fait froid au dos.... c’est à vous, à nous, les Européens, à combattre l’ennemi- remplaceur par tous les moyens y compris l’apprentissage des anciens métiers qui sont disparus ou qui sont en train de disparaître à jamais sous le poids de la modernité écrasante.

    Quelle est la conclusion à tirer après cette reportage ?

    - que votre savoir - faire doit absolument être transmis ( avant que ça soit trop tard)
    à vos enfants et aux enfants de vos enfants et ainsi de suite

    - que vous n’avez pas fait grand chose, chacun de vous , au niveau personnel, à contribuer dans la transmission ( au moins spirituelle) de ce magnifique savoir-faire artisanal.

    Français, vous êtes le sel du Monde !!

     

    Répondre à ce message

  • #2809629
    Le 16 septembre à 19:25 par Gilles
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Très beau documentaire, merci pour le partage.

    Quelqu’un saurait me donner la référence de la musique que l’on entend à 37’30 ?

     

    Répondre à ce message

  • #2824105
    Le 9 octobre à 21:49 par Aiguiseur de guillotines
    Paris, 1980 : Les Mohicans du faubourg Saint-Antoine

    Les reportages de l’INA me donnent un coup d’blues.
    Maintenant, on doit de taper Mac Do’, hanouna et wesh-wesh.
    C’est triste.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents