Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Pas des réfugiés" : des Parisiens contre la réquisition d’un gymnase pour des migrants

Une centaine de migrants évacués du campement de la porte de la Chapelle ont été transférés dans un centre sportif, réquisitionné et aménagé en toute discrétion les jours précédents. Un procédé qui a provoqué la colère d’habitants du quartier.

 

Plusieurs dizaines des 2 500 migrants afghans, soudanais et érythréens qui campaient à proximité du centre humanitaire de la porte de la Chapelle, ont été acheminés jusqu’à un centre sportif du XVe arrondissement de Paris, tôt dans la matinée du 18 août. Celui-ci, servant notamment aux étudiants en STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), a été réquisitionné pour l’occasion, au moins jusqu’à la rentrée.

Une trentaine de tentes de la protection civile ont été montées pour permettre l’hébergement des migrants, comme l’attestent des photos envoyées au correspondant de RT France par des habitants des logements surplombant la cour du complexe sportif.

 

[...]

Envoyé sur place dans l’après-midi du 18 août, le journaliste de RT France s’est vu refuser l’entrée du centre, mais a pu recueillir le témoignage de plusieurs riverains.

« Mon souci, c’est la sécurité [...] on parle quand même de 400 à 500 hommes qui vont habiter ce campement »

Karim, qui habite en face du centre, déplore de ne pas avoir été prévenu de l’arrivée de migrants, installés sans préavis en pleine période de vacances. « On a été mis devant le fait accompli et mon souci, c’est la sécurité [...] on parle quand même de 400 à 500 hommes qui vont habiter ce campement », déclare-t-il au micro de RT France.
Il précise cependant qu’il n’est pas possible de laisser ces hommes dormir dehors et qu’il faut « rester humain », car « la France est leader dans ce domaine », selon lui. Il s’inquiète par ailleurs de la faiblesse du dispositif policier affecté au maintien de l’ordre sur le site.

En effet, il n’y avait que trois camions de CRS stationnés aux alentours du camp au moment de notre reportage sur les lieux, pour un camp qui compte à l’heure où ces lignes sont écrites une centaine d’occupants.

 

 

« On m’avait dit que c’était des réfugiés politiques, je n’y crois pas un seul instant »

Marie, habitante du même immeuble, ne cache pas son agacement devant ce transfert, effectué contre la volonté d’élus locaux, et critique l’opacité des informations transmises sur les migrants et le temps de leur séjour : « Dans un premier temps on m’avait dit que c’était des réfugiés politiques, je n’y crois pas un seul instant [...] Ou alors ça veut dire qu’ils abandonnent leurs femmes et leurs enfants au sort qui les attend. »

Elle déclare plus tard être en colère en raison du choix de la date symbolique du 18 août, date de l’embuscade d’Uzbin, en Afghanistan, qui a coûté la vie à 10 Français le 18 août 2008.

 

 

« Quand on s’est adressés au commissariat de police, on nous a déclaré “On ne peut rien vous dire” »

« On a découvert le montage de tentes devant notre domicile [...] Quand on s’est adressé au commissariat de police, on nous a déclaré : "On ne peut rien vous dire" », regrette quant à lui Jean-Michel, manifestement très en colère. D’après lui, les services de la mairie (d’arrondissement), qu’il a joints, n’étaient pas au courant de cette réquisition. « On n’est pas dans du migrant politique, on est dans du migrant économique », lâche-t-il, avant d’expliquer que ces jeunes hommes ne devraient pas être prioritaires pour l’obtention du droit d’asile.

 

 

Voir le reportage entier sur francais.rt.com

Sur ce chaos très organisé, lire chez Kontre Kulture :

 

La baignoire à migrants se remplit à nouveau, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants