Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Plus sérieux et plus modeste que Juan Branco, Marc Endeweld décrypte le système Macron

Peu à peu, la gauche et les médias bien-pensants groggy se réveillent du coup de massue « Juan Branco ». Arrivé comme une météorite dans le paysage politique, et à point nommé pour gauchiser le mouvement des Gilets jaunes (voir la transformation radicale de Maxime Nicolle), il a pris la lumière à tout le monde, se considérant comme le seul opposant valable à Emmanuel Macron.

 

Ce rêve de grandeur adolescent a été quelque peu refroidi par des journalistes ou des écrivains moins fanfarons, moins photogéniques mais plus travailleurs. Marc Endeweld est de ceux-là. Il a décrit à deux reprises le système Macron – L’Ambigu monsieur Macron en 2015 – bien avant le petit Branco. Il est interrogé ici par le nouveau patron du Média, qui a ouvert ses portes au jeune Branco, car la gauche a besoin de héros.

La gauche, laminée depuis 2002, pour se renouveler et retrouver une certaine pureté aux yeux de ses électeurs, a dû s’attaquer à l’oligarchie. Pas le choix ! Depuis, on constate qu’il y a deux sortes d’attaques : les attaques profondes et les attaques superficielles. Juan Branco, en faisant beaucoup de bruit, ne vise au final qu’une poignée de milliardaires, ce qui nous autorise à dire qu’il vide l’oligarchie réelle de sa substance – le réseau – en la faisant incarner par un quarteron de personnages médiatiques, les milliardaires Drahi, Niel, Lagardère et Arnault.

 

Peopolisation démagogique contre culture de réseau

On retrouve là le vieux fantasme de la gauche des années 30 qui s’en prend aux « 200 familles », soit les très riches qui symbolisent l’injustice sociale. Mais cela ne suffit pas pour une explication et un projet politique : il y aura toujours des riches, on le sait depuis 2 000 ans. Plumer les quatre milliardaires précités ne changera pas la face des Gilets jaunes et leur paupérisation programmée, à l’origine de leur révolte.

François Ruffin, avec son film Merci Patron !, avait lui aussi visé Bernard Arnault, mais depuis, la fortune du PDG de LVMH n’a fait que croître : il figure désormais au 4e rang mondial avec 68 milliards d’euros. Quand le documentaire du député LFi est sorti, en 2016, Arnault pointait au 14e rang avec 34 milliards.

Dénoncer une immense fortune, c’est bien, changer les consciences, c’est mieux. C’est toute la différence entre le travail en profondeur et l’action superficielle. Pour cela, rien ne vaut la lecture de livres basés sur une enquête, avec des faits, des noms et des chiffres. Et du courage éditorial, surtout.

 

L’ingénierie Branco, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La démocratie (représentative) est le régime le plus facile à corrompre.

     

  • Le journaliste est bien trop émotif. Si Emmanuel Macron a eu tant de soutien, à droite comme à gauche, c’est qu’il est exactement comme eux et eux comme lui. Le pouvoir et l’argent qui l’accompagne sont des drogues durs.
    On présente Macron comme un diable manipulateur alors qu’ils sont très nombreux à être comme lui. La vérité c’est qu’ils le lâcheront comme ils l’ont soutenu pour passer au service du prochain qui sera lui-même un manipulé/manipulateur.


  • Hermand est bien aimable mais il a dû en écraser des pieds pour se faire une place au soleil. Alors, à l’hiver de sa vie, il s’étonne qu’un type comme micron soit une crevure ? Je vais être sympa, je mets ça sur le compte de l’âge.


  • Une question en passant : y-a-t’il réellement un système Macron ?
    Si on pense un système Macron, cela implique qu’il en serait le centre... Mouais !
    Ou comment se faire passer pour un "rebelle" à moindre risque... Je ne vois pas vraiment la différence fondamentale avec Branco, mis à part l’emballage !


  • C’est le journaliste qui avait interviewé Soral ?

     

  • Arrêtez avec la gauche , Elle fait partie intégrante du système républiCaïn.


  • C’est tres interessant et, meme si cela n’est pas surprenant, on en apprend quand meme pas mal sur les réseaux et connections de ces milieux de pouvoir et d’affaires ou c’est un peu plus compliqué et plus subtil qu’il n’y parait.
    Meme si il resort clairement que ce sont les pouvoirs economiques et financiers qui ont réellement les manettes du pays et tirent les ficelles des politiques.
    Et puis à 1h11mn et 20s, miracle !!denis robert commence a évoqué les lobbys, gays, franc-macon et....., puis non, non, l’ultime lobby, THE lobby, l’UNIQUE, THE ONLY ONE , n’est pas cité. Comme dit le pere SORAL, c’est pas ce qui est dit qui est important mais ce qui ne l’est pas ! A bon entendeur...

     

    • On s’en fout des détails ! L’important, c’est l’objectif des banksters :
      Mettre en place une pute par tous les moyens et à tous prix !

      1. Acheter les médias
      2. Acheter les instituts de sondages
      3. Mener une campagne promotionnelle indécente et illégale
      4. Eliminer tous les candidats qui sortent de leur écart-type (Fillon, Mélanchon)
      5. Organiser des assassinats et des soirées TV Oradour-Hitler
      6. Annoncer des résultats truqués mais proches de ce que pense l’opinion publique manipulée
      7. S’offrir une finale entre de Gaulle et Hitler ! Tu veux la Paix ou la Guerre, Du con ?


  • Les croisements entre tous ces réseaux de pouvoir, c’est le libéralisme cosmopolite pour parvenir au messianisme. Or, qui l’active ? Les grands financiers influencent à coup de milliards et investissent dans ces cercles : franc-maçonnerie, réseaux communautaires, politiques et associatifs (LCR, trotskyste, celles LICRA et ses succursales...), les ONG afin de réaliser leur plan prévu il y a plusieurs siècles. Ces financiers repèrent les talents amoraux, dépourvus de scrupules pour faire avancer leur idéologie. Aujourd’hui c’est le microbe élyséen actuel mais avant de Pompidou à Nulhand, tous assoiffés de pouvoir ont participé à la destruction de la France puisque élevés, repérés par ces financiers messianiques qui ne se cachent plus devenir les rois du monde, montrant qu’ils peuvent remplacer Dieu tout en servant le diable Mammon. Tout doit converger vers l’hôtel principal dont l’épicentre n’est autre que Jérusalem. Pour accomplir ce vœux pieux, il faut abattre tout ce qui construit l’humain.

    Ce qu’affirme ce journaliste de Têtu n’est pas une révélation en soi. Si l’on dispose d’un peu de bon sens, il était facile de se rendre avant les présidentielles de 2017, qui était ce nain qui nous gouverne. Il ne connaît ni sentiment ni morale ni scrupule ni limite ; cas typique du pervers narcissique et histrionique.

    Je pense qu’il s’est forgé un destin depuis l’ENA aidé par maman bribri (ces Bonny & Clide de l’immoralité, cela transpirait sur les photos de la fête de la musique). Pour accéder à cette ivresse, il devait séduire puis amadouer les vieux/vieilles à fric pour s’alimenter chez les puissants en réseaux. Ce manipulateur trouve toujours les bons mots à utiliser pour conquérir, capter puis lâcher en plein vol une fois l’effraction commise. Pour dominer, il faut s’entourer soit ceux qui cherchent la reconnaissance que l’on persuade par la flatterie, soit les assoiffés de pouvoir sans réel talent, fusibles utiles qu’on lynche le moment venu. Quant au peuple, lui n’est là que payer, obéir, voter en des faux choix. Or, celui qui sortira vainqueur de ce faux choix sera le cosmopolite proche des valeurs de l’open society. D’où son mépris viscéral pour ces gens qui ne sont RIEN.


  • En gros c’est un gigolo qui a profité d’un système corrompu. Par contre, est on vraiment obligé de connaître tout les détails de sa vie sordide pour le faire partir ? Je ne sais pas pour les autres, mais ce pervers ne m’intéresse pas le moins du monde, je ne vois pas ce qu’il y a de glorifiant à mentir et à manipuler les gens. On est président pour servir son pays, sinon à quoi bon ? Il n’y a pas plus de prestige à être président que boulanger de mon point de vue .. c’est peut être ça qu’ils devraient apprendre à l’école, ça nous éviterait bien des ennuies.

     

  • Dommage que ces mecs s’en aillent vers de de faux dissidents. Parce que théoriquement comme en pratique, le chef de file de la gauche c’est Filanchon, j’ai envie de gerber... Tout pour recycler, ce vieux débris qui tant bien que mal se défend comme un lion. Il reste crédible. Mais m’est avis, que quoi qu’en dise ces médiats pourris, le sieur Soral le double par la gauche (bien plus à gauche) à ce démon maçonnique.

    Parce qu’en dernier instance, ce genres d’interventions bien plus que nécessaires, et à l’ombre du brouha médiatique (je ne regarde le média, qu’à travers E&R, merci de filtrer pour nous, et nos bonnes âmes), sont souvent et malheureusement sous-valorisées car trop sérieux et pas assez vendeur, pour en dernier instance profiter à la petite mère de France, Filanchon. Soral adule-le, de tout ses bienfaits et débarrasse nous de cette gauche puérile et vaguement calculatrice, qu’il croit représenter ! Ave Soral !

    P-S : Deuxième effet kiss cool ( deuxième effet Besancenot mais à l’envers en le complimentant). On va rire aux européennes ! On attend du lourd !


  • Je n’trouve pas qu’il fasse plus sérieux...
    Ni plus modeste.

    Il a travaillé à Marianne et à têtu ?
    Sacré parcours...

    Cela dit il a bien l’air de faire son beurre sur la Macronphobie... Comme ces petits poissons qui suivent les requins.

     

  • Dommage que Denis Robert coupe sans cesse la parole, j’aurais voulu avoir des infos sur ce personnage à la fin dont le nom est incompréhensible (le gars qui fait de l’art martial) et donc des recherches impossibles à faire parce que, une fois de plus Denis Robert coupe la parole à l’auteur ! Mais je ne sens pas Macron comme " The grand manipulateur" c’est impossible cet homme est d’une stupidité crasse, la preuve avec ce qui se passe en France, par contre, il est une marionnette aux mains de grands manipulateurs qui l’ont amené là où il en est, et que, s’ils avaient voulu ils auraient laissé Fillon être élus. C’est typique des journalistes de gauche d’imaginer que ce genre d’individu est un grand ceci ou un grand cela. Ils sont toujours à la limite de la fascination et du rejet. Hollande lui est un grand manipulateur, malgré sa " bonhommie" qui cache bien sa méchanceté, c’est vraiment une or...re ( qualifié comme ça par Fillon), et ses coups de crasse ! Bref, un autre titre à son livre aurait été plus juste, c’est limite si son titre ne fait pas trop d’honneur à Macron en le faisant passer pour un grand stratège, "Grand manipulateur" Macron ne méritait pas un titre pareil Par contre on peut dire que Macron est une petite s...pe, ça c’est sûr et sa réputation s’arrête là.


  • C’est un petit arriviste, c’est de l’opposition contrôlé. 25 seconde de vidéo et il dit avoir travaillé pour Témoignage chrétien et têtue ??? Pas si étonnant quand on décode sa maniére détestable et caricatural de se tenir (ça fait combien de temps que Robert n’a pas pris de douche ?). Teint du visage blafard, corps anémique, tête et corp qui penche à gauche, lordose cervical (penche en avant), épaule et dos voûté, bras croisé : tous signes de faiblesse et de soumission ET il écoute et regarde avec le côté droit : réfléchi et combatif.... il pense une chose et montre le contraire.


  • Bonjour,
    J’ai regardé cette vidéo, même si j’avais des doutes avec Denis Robert, préfaceur de Branco. Effectivement, travail assez professionnel mais finalement, quand les deux protagonistes ont admis qu’ils étaient de gauche, j’ai stoppé. En fait, ce journaliste fait à peu près le même travail que l’hidalgo des faubourgs : on se focalise sur macron, on parle de réseaux mais jamais de leurs soubassements spirituels et idéologiques et surtout, on essaye de faire de macron un peu produit de la "droooooite’’ pour innocenter le rôle de la gauche dans cette tragédie française. J’entends par tragédie française, l’abandon du pays et de ses habitants de toutes les périphéries, au mondialisme matérialiste d’essence éventuellement occultiste.Les deux interlocuteurs parlent d’idéologie dominante alors que pour moi, compte tenu de mes opinions et de mon engagement spirituel,ils en font partie et travaillent pour l’accroissement de l’empire de l’état et la désacralisation de la société.


Commentaires suivants