Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pour en finir avec l’extrême droite

Et d’abord qu’est-ce que l’extrême-droite ?
Si l’on s’en tient à la vulgate, sont considérés comme appartenant à cette catégorie les gens qui refusent la démocratie et qui prônent la domination des peuples par la pratique de la violence. Au surplus, on prête aux tenants de ces doctrines extrémistes une volonté impérialiste et même un secret désir de conquête du monde afin d’assouvir leur volonté de puissance.
Est fréquemment ajoutée à cette définition la suspicion de racisme, voire d’antisémitisme qui ferait partie de la panoplie complète et exclusive du militant d’extrême-droite.

 

 

Pourtant c’est oublier un peu vite que l’antisémitisme voire le racisme sont nés à gauche comme en fait foi une abondante littérature servie par des auteurs comme Charles Fourier dans son Apologue du Juif Iscariote, Gustave Tridon, disciple de Blanqui, auteur du Molochisme juif, Alphonse Toussenel avec Les Juifs, rois de l’époque, Pierre-Joseph Proudhon, notamment dans le journal Le Peuple, sans oublier Albert Regnard, qui écrivait dans la Revue Socialiste :

« la réalité et 1’excellence de la race aryenne, de cette famille unique à laquelle l’humanité doit les merveilles du siècle – et qui seule est en mesure de préparer et d’accomplir l’achèvement suprême de la rénovation sociale ».

 

Dernier exemple parmi beaucoup d’autres, celui d’Auguste Chirac, autre collaborateur de la Revue Socialiste qui publia en 1876 Les Rois de la République : histoire des juiveries.

C’est dans cette matrice intellectuelle, que l’on retrouve ailleurs en Europe à la même époque, que sont nées les doctrines politiques du XIXème et du XXe siècle qui aboutiront à la naissance des États à visées totalitaires.

Voilà pour tordre le cou aux assertions répétées de la « bien-pensance boboïste », seule habilitée dans notre société du mensonge à décerner les brevets d’honorabilité.

Cet antisémitisme de gauche a essaimé également dans les milieux de droite, particulièrement lors de l’affaire Dreyfus, notamment au sein de l’Action française de Charles Maurras, même si au début de cette affaire, un Jean Jaurès lui-même pouvait encore écrire en 1895 dans La Dépêche de Toulouse des propos aussi extrémistes que ceux-ci :

« sous la forme un peu étroite de l’antisémitisme se propage en Algérie un véritable esprit révolutionnaire (…) L’usure juive réconcilie contre elle l’Européen et l’Arabe ! ».

On est loin du décret Crémieux…

C’est dans ce bain intellectuel – où des intellectuels de droite et de gauche, Georges Sorel étant l’illustration parfaite de la synthèse entre ces deux courants –, que ces idéologies mortifères ont prospéré en mettant en place un racisme institutionnalisé, véritable perversion de l’esprit.

L’escroquerie intellectuelle qui signe la mise en place de ce concept incapacitant destiné à réduire au silence les adversaires du Système prend naissance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale où se crée le mythe d’une France résistante qui n’aurait compté en son sein que des communistes et des gaullistes alors que la collaboration ne se serait appuyée que sur des hommes qualifiés d’extrême-droite. Là encore c’est oublier un peu vite que les premiers résistants de 1940 furent souvent des hommes de droite, issus pour la plupart de l’Action française ou influencés par elle (Henri Frenay, Gilbert Renault alias Colonel Rémy, Honoré d’Estienne d’Orves, Pierre de Bénouville, Georges Loustaunau-Lacau, Alain Griotteray, Daniel Cordier, Jean-Baptiste Biaggi et bien d’autres).

Le mensonge est d’autant plus énorme et scandaleux que la plupart des militants communistes n’entreront en résistance qu’après l’entrée en guerre de l’Allemagne contre l’URSS en juin 1941. C’est oublier aussi que les deux principaux partis collaborationnistes, RNP de Marcel Déat et PPF de Jacques Doriot étaient issus, l’un de la SFIO, ancêtre du Parti socialiste et l’autre du Parti communiste.

C’est à partir de ce mensonge constamment asséné sous forme de syllogisme implicite : collaboration = fascisme = camps de la mort = extrême-droite, qu’a été tissée cette véritable tunique de Nessus que l’on met aujourd’hui sur les épaules de quiconque prétend défendre la nation ou tout simplement son identité ou sa culture, dès lors qu’elle n’est pas exotique bien sûr. C’est ainsi qu’est affublée de nos jours de cette étiquette infamante toute personne qui prétend s’opposer à la politique immigrationniste du Système et à la priorité des Français sur leur propre territoire.

Lire l’article entier sur revuemethode.org

Les extrêmes se touchent, sur E&R :

 

Procurez-vous l’indispensable Mes idées politiques chez Kontre Kulture :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2158743
    Le 12 mars à 12:32 par listener
    Pour en finir avec l’extrême droite

    Que voilà une passionnante question.

    Pour savoir ce qu’est l’extrême droite il faut d’abord savoir ce qu’est la "droite". Cela remonte au tout début de la révolution. Les pouvoirs laissés au roi sont au cœur de ce problème. Les Constituants au départ se divisent sur la question à Versailles, le 28 août 1789. Les uns prennent ainsi l’habitude de se regrouper à la droite du président de séance et les autres à sa gauche. Cela se cristallise sur l’affaire du droit de veto. Autrement dit, le monarque pourra-t-il refuser de contresigner les lois votées par l’Assemblée pour les empêcher d’entrer en vigueur ? Il resterait alors un roi souverain. Le débat est de brûlante actualité et la question du veto est la première qui divise nettement le parti patriote.

    A droite, les modérés, comme Mounier, sont favorables à un système à l’anglaise, c’est-à-dire au veto absolu. En revanche, les conciliateurs, tels Pétion ou Barnave, voudraient un veto suspensif qui permette un recours à de nouvelles élections en cas de désaccord persistant entre le roi et l’Assemblée. Seuls les démocrates s’élèvent violemment contre toute forme de prérogative royale. Dans l’esprit des "démocrates", le roi est le chef de l’exécutif (une sorte de président de la république héréditaire) et ne doit que faire exécuter les lois comme un automate. La question n’est en fait toujours pas vraiment résolue.

    Si on s’arrête là brusquement, on prend en fait conscience que toutes les formes républicaines de gouvernement attribuant à un homme le pouvoir exécutif et les missions de chef de l’Etat sont en fait issus de la gauche de l’Assemblée législative et que la droite reste le "parti royal" pour toujours.

    La course au "centre" a fait surgir l’extrême droite telle qu’on la voit aujourd’hui. Le Centre, c’est le parti de opportunistes qui a progressivement pris toute la place en politique de sorte qu’on ne sait plus à qui on s’adresse. Droite ? Gauche ? Il est de plus arrivé ce qui devait arriver : un phénomène de connivence et de cogestion de la droite et de la gauche (social démocratie et démocratie chrétienne) se moquant des électeurs et faisant très logiquement surgir des gens pas contents d’être cocus.

    On parle donc d’une part de la grande partouze des partis "modérés" et d’autre part de ceux des cocus du système qui n’en sont pas.

     

    Répondre à ce message

  • #2158745
    Le 12 mars à 12:39 par martin dupont
    Pour en finir avec l’extrême droite

    il me semble important de comprendre le processus intellectuel et propagandistique qui est appliqué par le Système oligarchique à TOUT VRAI OPPOSANT au dit système ou plutôt à toute personne que le système identifie comme un opposant qui représente un danger pour lui.

    a) le système a créé depuis 1945 une ETIQUETTE INFAMANTE devenu un fourre-tout : Fasciste, nazi, qui s’est diversifiée en raciste, xénophobe, islamophobe, homophobe - bref la REDUCTIO AD HITLERUM que le système applique à tout ce qui pourrait le gêner

    b) le système exploite cette étiquette infamante via la méthode du TRANSFERT D’EXECRATION par la technique de la CONTAMINATION DE PROCHE EN PROCHE

    je m’explique :

    a) je suis un Gilet Jaune qui poste un message de Soutien à Etienne Chouard
    b) Etienne Chouard est pour le RIC
    c) les Gilets Jaunes sont pour le RIC
    d) Etienne Chouard à un moment de sa vie n’a pas dit du Mal d’Alain Soral qui a parlé du RIC et d’Etienne Chouard sur son site
    e) Bernard Henri Lévy et le systme politico-médiatique disent (je simplifie) qu’Alain Soral est un antisémite et un néo-nazi (la question n’est pas de savoir si cela est vrai ou non)

    La conclusion de tout cela c’est que le simple fait d’avoir été cité sur le site d’Alain Soral (il y a plusieurs années) suffit à déconsidérer Etienne Chouard, le RIC et les Gilets Jaunes par contamination de proche en proche

    Il s’agit là bien évidemment d’une opération de type "magique", d’un "procès en sorcellerie" utilisant les termes "antisémitisme" "néo-nazi "etc comme un gaz incapacitant sur les opposants

     

    Répondre à ce message

    • #2159690
      Le 14 mars à 07:08 par alderic-dit-le-microbe
      Pour en finir avec l’extrême droite

      Le mec se vautre en absurdités dans son écrit.

      C’est l’anti-racisme qui est institutionnalisé, car c’est cela qui permet à l’iniquité de prospérer, depuis Rome, en faisant venir des étrangers.

      C’est dû à l’organisation pyramidale du pouvoir qui ne laisse comme possibilité au petit nombre ( le 1% et sa bande managers que sont les politicards ) de ne pouvoir maîtriser que des minorités pour asservir la majorité.

      Un anti-raciste est l’idiot utile de l’asservissement de tous. C’est un Daech en col blanc dont les armes sont de prétendus " bons sentiments ". L’effet est le même : l’esclavage, l’humiliation, les injustices, la mort.

      Ça manque cruellement de finesse. Il se base essentiellement sur une morale conçue pour fabriquer des perdants et des cocus.

      Le mal, en tant que ce qui fait mourir, est fondamentalement dans l’anti-racisme. Il serait utile de le comprendre avant qu’il ne soit trop tard.

       
  • #2158773
    Le 12 mars à 13:48 par anonyme
    Pour en finir avec l’extrême droite

    Trêve de balivernes. Confortablement installé dans le fromage qu’il s’est approprié, l’occupant est au moins prêt, mais bien pire encore, à distribuer tous les qualificatifs discriminants et/ou péjoratifs à quiconque l’en veut déloger. Le fromage ’’républicain’’ contente tant d’exigences et d’intérêts que de cette citadelle où ils se retranchent, inamovibles, irresponsables, inassouvissables, ceux qui en ont pris possession mènent grand train et grand tapage, lançant du haut de leurs retranchements, aux victimes qui les encerclent, tout ce qui les peut décourager et détourner. La perversité emporte toute l’imagination indispensable pour ce faire, qui n’a aucune exigence quant aux moyens. Des vies, des yeux, des mains, mensonges, crimes, parjures, dénis, ne sont rien étant donné l’enjeu. Voyez-les s’agiter autour de leur gamelle, terrorisés et impitoyables, ’’pliant tous les principes à tous les intérêts’’(Staël).

     

    Répondre à ce message

  • #2158800
    Le 12 mars à 14:59 par X
    Pour en finir avec l’extrême droite

    C’est quoi l’extrême droite : Israel.

     

    Répondre à ce message

  • #2158854
    Le 12 mars à 17:18 par kantor
    Pour en finir avec l’extrême droite

    "Si l’on s’en tient à la vulgate, sont considérés comme appartenant à cette catégorie les gens qui refusent la démocratie et qui prônent la domination des peuples par la pratique de la violence. Au surplus, on prête aux tenants de ces doctrines extrémistes une volonté impérialiste et même un secret désir de conquête du monde afin d’assouvir leur volonté de puissance." Dites vous.
    Mais adhérer à cette vision du monde , c’est pas être d’extrême droite...c’est être un malade !

     

    Répondre à ce message

  • #2159048
    Le 13 mars à 01:46 par mikeoscar
    Pour en finir avec l’extrême droite

    J’ai trouvé beaucoup d’arguments de l’auteur dans "50 ans de dictature intellectuelle" de Jean Sévilla.

     

    Répondre à ce message

    • #2159274
      Le 13 mars à 14:08 par guili guili
      Pour en finir avec l’extrême droite

      Vous êtes sûr du titre ? Je ne trouve que "Le terrorisme intellectuel de 1945 à nos jours", mais pas celui que vous mentionnez...

       
  • #2159067
    Le 13 mars à 05:34 par bobforrester
    Pour en finir avec l’extrême droite

    A chacun son mensonge : affirmer que les communistes sont entrées ds la résistance après que les yeux se soient dessiliers vis à vis de la nature du pacte germano soviétique est faux car de très nombreux groupes sont entrés ds la Résistance dès l ’invasion. C est bien commode d exploiter les flottements de la direction communiste pour discréditer le mouvement des "75000 fusiliers" qui sont mort pour la France et la liberté et non pour la survie de l URSS. Les idéologues de l oligarchie adorent ça !

     

    Répondre à ce message

    • #2159844
      Le 14 mars à 12:27 par Gopfdami
      Pour en finir avec l’extrême droite

      Bien évidemment que de nombreux militants de base étaient avant tout patriotes français que communistes dès le début de l’invasion et se sont sacrifiés, il n’empêche que les dirigeants communistes ne sont déclarés officiellement en résistance qu’après la rupture du pacte germano-soviétique de non agression. Toujours cette différence entre la base et les "représentants ", comme aujourd’hui entre le syndicaliste de la base et ses dirigeants peu enclin à vraiment s’opposer car surtout soucieux de préserver leur position dans la hiérarchie (ah quand on a mis la main dans le pot de miel !)

       
  • #2159098
    Le 13 mars à 08:47 par awrassi
    Pour en finir avec l’extrême droite

    L’Empire a compris le monde, avec cette simple vérité : "Au début était la parole". C’est avec les mots qu’on fait tout. La parole, le verbe, est l’arme la plus terrible en temps de paix ! C’est avec le verbe que l’Empire tient le monde ; pour le vaincre il faut faire taire la parole physiquement et propager une autre parole !

     

    Répondre à ce message

  • #2159490
    Le 13 mars à 19:36 par alderic-dit-le-microbe
    Pour en finir avec l’extrême droite

    N’a rien compris ... Persiste à décrire le monde avec deux idées fausses : " la droite " , "la gauche" .

    Se trompe totalement en affirmant : " racisme institutionnalisé, véritable perversion de l’esprit " alors que la perversion véritable, c’est l’anti-racisme institutionnalisé, et rendu obligatoire dès l’entrée en loge, comme autant d’autres " valeurs " destructrices et chaotiques imposées par les véritables créateurs et penseurs des loges, ceux qui sont au dessus du plafond nuageux, et qui constituent l’oligarchie profonde.

    C’est l’anti-racisme qui accompagne l’impérialisme, pas le racisme, car les colons ont besoin de justifier et légitimer leur présence. C’est l’anti-racisme qui est institutionnalisé car dans un système d’organisation pyramidale, les étages du dessus prennent toujours appuis sur les minorités comme proxy pour imposer leur dictât C’est donc l’anti-racisme qui accompagne les vols et les injustices, pas le racisme.

    Tant que des individus ou groupes d’individus, prétendument de " l’opposition ", persisteront avec leurs bagages et leur concepts erronés, ils tourneront en rond comme des chiens fous qui cherchent à se mordre la queue. Vos valeurs sont les raisons de vos échecs. Si vous êtes assez cons pour continuer de les porter, de les défendre, ne venez pas vous plaindre ensuite de votre sort misérable, ou des injustices que vous auriez constaté, parce qu’"on" vous rira au nez, et "on" aura bien raison de le faire.

     

    Répondre à ce message

  • #2159630
    Le 14 mars à 00:20 par anonyme
    Pour en finir avec l’extrême droite

    pour en finir avec l’extrème-droite la première chose c’est d’en finir avec la droite ! c’est logique.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents