Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

Les relations entre la Turquie et Israël sont en train de prendre un nouveau cours : la raison d’État cède désormais la place aux affaires.

Après avoir rompu tout lien diplomatique à la suite de l’arraisonnement par des militaires israéliens du navire turc Navi Marmara en 2010 (l’assaut sanglant contre les militants de la mission Free Gaza qui se dirigeait vers Gaza avait fait neuf morts parmi des militants de nationalité turque), le quotidien Today’s Zaman annonçait dimanche 17 février la signature d’un accord portant sur la vente par Israël de systèmes électroniques aériens au gouvernement d’Erdoğan.

Ce nouvel équipement viendra compléter les systèmes déjà mis au point par l’industrie militaire turque. L’AWACS (système de détection et de commandement aéroporté) est un système de détection radar monté sur des avions de guet qui peuvent surveiller un vaste espace aérien et servir de postes de commandement pour les opérations antiaériennes ou de lutte antiaérienne. L’accord en question, d’une valeur supérieure à cent millions de dollars, remonte à l’année 2002 et prévoyait la vente de quatre Boeing 737, tous dotés du système de détection et de commandement aéroporté (AWACS).

Le contrat, cependant, n’avait jamais été appliqué en raison du refus d’Israël de fournir les deux derniers équipements nécessaires à l’achèvement du système de défense AWACS. Ce refus était la conséquence de la rupture par la Turquie des relations diplomatiques avec Israël et de sa volonté d’intenter un procès par contumace à l’encontre des soldats de Tsahal coupables de la mort des neuf militants de la flottille.

Peu après l’attaque des forces spéciales israéliennes contre le Navi Marmara, le Premier ministre turc Erdoğan avait exigé d’Israël des excuses officielles et l’octroi d’une indemnisation économique aux familles des neuf victimes. Des conditions pour la reprise des relations bilatérales qu’Israël n’a jamais voulu satisfaire. Bien au contraire, dans le rapport final de la commission Turkel, commission gouvernementale chargée d’enquêter sur les événements du 30 mai 2010, les experts de Tel-Aviv ont complètement absous le gouvernement d’alors et estimé que l’usage de la force contre des militants désarmés était « approprié et proportionnel à la menace ».

C’est l’intervention directe de la société Boeing qui aurait débloqué la situation. Selon un responsable du ministère turc de la défense, qui a tenu à garder l’anonymat : « Boeing a fait savoir à Israël que le refus de l’état hébreu de ne pas honorer la totalité du contrat contribuait à mettre à mal sa situation économique. » En 2010, le gouvernement Netanyahou avait interdit les exportations vers la Turquie. Les affaires étant les affaires, Israël met aujourd’hui de facto un terme à l’embargo avec son voisin.

En jeu, il y a également ce vaste projet turco-israélien de construction d’un gazoduc sous-marin en provenance d’Israël, via la Turquie, pour favoriser l’exportation de gaz naturel vers l’Europe. Cette fois-ci, c’est au tour de la Turquie de traîner des pieds. La semaine dernière, le ministre turc de l’Énergie, Taner Yildiz, a affirmé au quotidien anglophone Hürriyet Daily News qu’Ankara n’approuverait pas le projet sans le consentement du Premier ministre Erdoğan. L’offre israélienne prévoit la construction d’un gazoduc qui partirait du bassin de Levant, le plus prometteur d’Israël, et qui se poursuivrait le long de la côte méridionale de la Turquie pour venir satisfaire, au final, les nécessités énergétiques des pays européens. Un total de 425 milliards de mètres cubes de gaz.

L’empressement d’Israël de vouloir boucler ce dossier est bien compréhensible. Mais la Turquie freine parce qu’elle doit satisfaire aux conditions politiques posées par M. Erdoğan. Le Premier ministre s’est toujours montré, au moins en paroles, un farouche opposant à l’État d’Israël : il l’a à plusieurs reprises qualifié d’État terroriste, la dernière en date remontant aux bombardements israéliens dans la bande de Gaza.

Nous ne devons pas oublier un élément clé dans la compréhension des relations entre les deux pays : l’intention d’Ankara de jouer un rôle de premier plan dans son périmètre géographique, en profitant de l’instabilité de l’Égypte et de la Syrie en proie à une vaste entreprise de déstabilisation. Depuis longtemps, M. Erdoğan ne cache pas son désir de faire de la Turquie la nouvelle puissance régionale, en rompant au besoin ses relations avec son ex-allié Bachar el-Assad et en entretenant des relations conflictuelles avec l’Iran.

Évoluant dans un contexte similaire, Israël a tout intérêt à se rapprocher de la Turquie, étant donné ses rapports tendus, pour ne pas dire dignes de la guerre froide, avec Damas et Téhéran. La Turquie pourrait ainsi devenir pour l’État hébreu ce qu’a été l’Égypte pendant des années : sous la dictature de Moubarak, Israël s’était assuré la non-belligérance du Caire, une garantie qui vaut son pesant d’or dans le monde arabe.

Mais qu’est-ce qui pousse la Turquie à se rapprocher d’Israël ? L’écrivain et politologue palestinien Nassar Ibrahim est bien placé pour en parler :

« Il est nécessaire de se plonger dans l’histoire pour comprendre l’actuel jeu des alliances : pendant très longtemps, la Turquie et Israël ont maintenu d’excellents rapports politiques et militaires. L’attaque contre le Navi Marmara est l’exception qui confirme la règle. Le Premier ministre Erdoğan a rapidement saisi l’occasion d’apparaître aux yeux du monde arabe comme le seul leader en mesure d’affronter Israël et de défendre les droits du peuple palestinien, si bien que les drapeaux turcs étaient particulièrement nombreux dans les manifestations en Cisjordanie. Cette situation ne découle à vrai dire pas tant de la stature de ce leader qu’à la frustration concomitante au silence observé par les pays arabes.

Lors du déclenchement du Printemps arabe, M. Erdoğan, président de l’AKP affilié aux Frères musulmans, a compris que l’heure de la Turquie avait sonné. Ankara aurait pu faire la différence et devenir le nouveau leader au Proche-Orient, guidé en cela par les Frères musulmans. C’est la raison pour laquelle M. Erdoğan s’est lancé contre le régime de Moubarak, de Ben Ali, de Kadhafi et enfin contre celui de Bachar el-Assad. Tout en commettant une erreur stratégique de premier plan : la Syrie a été un allié loyal de la Turquie pendant des décennies. Les deux pays avaient noué d’excellentes relations… jusqu’à la décision d’Erdoğan d’abandonner son vieil ami el-Assad, croyant qu’il allait rapidement céder la place à un régime guidé par les Frères musulmans, comme en Tunisie ou en Égypte. »

Mais deux ans après le début de la guerre civile syrienne, la Syrie n’est toujours pas tombée et, pendant que les groupes islamiques traditionnels (parmi lesquels ces mêmes Frères musulmans) perdent du terrain, les milices d’Al-Qaïda avancent.

« Erdoğan tout comme son régime sont en crise. En cause, le mécontentement du peuple turc, traditionnellement historiquement proche de son voisin syrien, qui n’a pas compris cette subite nécessité d’abandonner Damas. L’armée, qui jouit en Turquie d’une position particulière, a très durement critiqué M. Erdoğan, accusé d’avoir favorisé les intérêts de son parti tout en sacrifiant les intérêts économiques et politiques de la Turquie. »

C’est dans ce contexte que doit être lu le rapprochement avec Israël. La Turquie s’est isolée et est désormais entouré d’États antagoniques : la Syrie, l’Iran et l’Irak. Il reste à Recep Erdoğan l’OTAN, les États-Unis et l’Europe, soit les plus fidèles alliés d’Israël. Et si Ankara souhaite s’assurer le soutien de l’Occident et des missiles Patriot de l’alliance atlantique, elle a tout intérêt à se rapprocher de Tel-Aviv. Ce qu’ont déjà commencé à faire les Frères musulmans.

La confirmation vient d’une instruction donnée par le ministre égyptien des Affaires religieuses « de faire des fatwas sur l’importance de faire preuve de bon voisinage, notamment avec Israël ». Le ton est donné…

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le dessin illustre parfaitement l’hypocrisie de la Turquie erdoganienne et de son parti AKP islamiste sionisto-compatible. Erdogan, Bien qu’il ait été éduqué selon les principes du "’Milli Görus" et en tant que le disciple de Erbakan, n’éprouvera aucun remord à le trahir.

    Le "Milli Görus" défendait un projet économique alternatif d’inspiration islamique : un modèle sans spéculation ni usure, les deux mamelles du système économique et monétaire actuel. Son fondateur, Erbakan, était le seul premier ministre de la république turque à combattre le sionisme et le libéralisme aussi ouvertement.

    Il n’eut cesse de mettre en garde contre les risques délétères de cette idéologie et son projet de gouvernement mondial par l’instauration de l’économie de marché globale. Bien avant les mouvements alter mondialiste, il dénonçait déjà les effets pervers de la globalisation économique et culturelle et ses objectifs criminels.

    Un fervent croyant ayant une vision globale des problèmes du monde et du monde musulman. Cet homme n’a jamais renoncé à la lutte intellectuelle malgré tous les déboires judiciaires, les emprisonnements, les tortures, les trahisons dont la dernière et la plus grande fut celle de Erdogan en 1998, qui a succombé à la tentation néo libérale.

    Erdogan, en tombant dans le piège des sionistes, a fait le jeu de la division en contrepartie d’une promesse de pouvoir qu’il a obtenu en 2002. Dans un message public, Erbakan a malgré tout accordé son pardon et demandait aussi à Dieu de les pardonner.

    Malgré cette grande mansuétude, Erdogan et toute sa clique porteront jusqu’à la fin de leur vie, le poids de la lourde responsabilité d’avoir livrer définitivement la Turquie aux financiers internationaux. Finalement Erdogan renoncera à tous les principes anti mondialistes et anti sionistes qui sont les fondements même du "Milli Görus".

     

    • #347743
      le 04/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      @ Itifada :

      Nous sommes cote à cote je préfère commencer mon intervention comme ceci, nous sommes dans le même camp...mais sur Mr Erdogan, tu te trompes...il n’a jamais quitté la ligne du "milli görüs" décrié à son époque par les alter actuels (juste pour rappel).
      Il a juste adapté ses exigences aux contextes ce qui est un comportement tout aussi noble que ceux qui ne souhaitent pas tergiverser...seul compte le résultat, 2 fois plus de mosquées en Turquie, 2 fois plus de pratiquants, 2 fois plus de suiveurs d’éducation religieuse...et tout autant de souveraineté.
      Ton seul argument, c’est la participation de la Turquie au système économique mondial...ce qui est une nécessité si l’on veut renverser un système...soit on l’affronte soit on l’infiltre...

      Fais nous confiance...


    • #349186

      @ Intifada

      Erbakan avait été condamné à deux ans et quatre mois de prison en 2002 - une sanction commuée en assignation à résidence - pour falsification de documents dans le cadre d’un procès concernant des détournements de fonds au sein du Refah. Erbakan n’as jamais été torturé, lui même n’a jamais dit ça, alors arrête de mentir.

      @ Yavuz Sultan Selim

      Deux fois plus de pratiquants ? Oui en Turquie on pratique l’adultère deux fois plus qu’avant :)
      Ca va faire 10 ans que les religieux font confiance à Erdogan, aujourd’hui beaucoup le regrette.

      Erdogan est un traitre !

      Après la mort d’Atatürk le peuple turc a été trahi par les communistes et les religieux.


    • #349751
      le 06/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      @ Tomris Katun :

      Dans ton commentaire, il n’y a que des affirmations catégoriques et aucune preuve...du coup, que veux tu que je te dise ? Crois ce que tu veux...nous sommes sur le bon chemin...et au lieu d’essayer de nous mettre des bâtons dans les roues, laissez nous faire, ce sera déjà pas mal.


    • #351923

      @ Yavuz Sultan Selim

      Tayyip est le coprésident du projet sioniste "La doctrine de remodelage du Grand Moyen-Orient". Il l’a dit lui même avec fierté.

      Que tu l’accepte ou pas, ton prophète Tayyip est un traitre !


  • #346659

    Mais où est passé le fameux "nationalisme turc" quand des soldats israeliens ont humilié des citoyens turc sur le navire en scandant "one minute" (référénce à l’altercation d’erdogan face peres) ? est ce que l’algérie qui à tant de fierté pour ces citoyens à réagis au non des algériens présent sur cette flottille ?

     

    • Bonsoir à tous, tout d abord je tiens à vous dire que la Turquie vient de loin.
      Depuis l instauration de la république dans ce pays ; tous les 10 ans on avait droit à une prise de pouvoir par les militaires très sioniste. Ils ont tous fait pour éradiquer l Islam de ce pays ; mais il n y a rien a faire !!!
      Les turcs musulmans se sont adapté à la nouvelle économie de marche et ont réussi à avoir le pouvoir politique.
      Depuis l arrive d Erdogan au pouvoir, la Turquie a eu une forte croissance économique ; cela lui a permis de s imposer mondialement. Alors qu auparavant c était une Turquie soumise à 1000% à Israël, dirigé par des sabataistes.
      À mon avis, étant turc ottoman nous allons dans un bon chemin et nous attendons impatiemment l arrive du Mahdi qui insaAllah va sortir de la Turquie. Certe nous allons avoir des soucis mais il y a toujours un prix à payer. Je croie vraiment à ce que je dit car le prophète ( sav), nous a indiqué que l Islam va reprendre de la ou il est tombé !!!
      Le califat était à Constantinople ( Istanbul), quand il dirigeait les pays musulmans.


    • Selam aleykum Ali,

      Je suis d’accord avec toi quand tu te dis Turc Ottoman ! Nous ne sommes pas , Nous le peuple d’Anatolie, des turcs de cette républic qui a seulement 80ans ; Nous sommes les enfants de ceux qui du levant au couchant avons marcher sous l’étandard de l’Islam, pour la gloire de notre prophète Muhammet Mustafa (SAS). Nos sultans ont défendus le Droit et protégés le faible durant des siécles. Nous sommes une nation glorieuse sous l’étandard de l’Islam. Le moment venu, les dignes héritiers des "kARAKECILI" se remetrons en marche au son de Bismillahi r Rhahmani r Rahim derrière leur sultan.
      Il en vas de meme pour la France ; il existe en Elle des dignes fils qui suivront leur roi le moment venu et marcheront au son de "Au nom de Dieu" .


    • Merci Ali pour ta clairvoyance face à des pseudo-analystes qui n’ont aucune notion géolopolitique et qui croient que celui qui aboie le plus fort est le plus honnête ou le plus efficace.

      Comme vous le rappelez justement,la Turquie a parcouru un long chemin et pourra dans quelques années mener une politique indépendante.

      Pour ceux qui n’ont aucune notion d’histoire,je rappelle que la Turquie était tellement soumise aux occidentaux qu’elle avait le seul pays musulman à voter contre l’indépendance de l’Algérie.

      Quel chemin parcouru.


    • #347068
      le 04/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      Concernant la Turquie, les alter présents sur ce site se trompent souvent, car leur grille de lecture ne comprend pas la politique de Mr Erdogan. Ils ont dit et ils disent toujours que Mr Erdogan est un agent à la solde de l’Occident, blah blah blah...ils ne comprennent pas, Mr Erdogan et sa politique est le principal ennemi du système mondial actuel...Depuis 10 ans, chacun de ses actes prouvent ce que je dis...


    • #347334
      le 04/03/2013 par Elric de Melniboné
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      Concernant la Turquie, les alter présents sur ce site se trompent souvent, car leur grille de lecture ne comprend pas la politique de Mr Erdogan. Ils ont dit et ils disent toujours que Mr Erdogan est un agent à la solde de l’Occident, blah blah blah...ils ne comprennent pas, Mr Erdogan et sa politique est le principal ennemi du système mondial actuel...Depuis 10 ans, chacun de ses actes prouvent ce que je dis...



      Comment ça ? Explique nous si tu le veux bien...


    • #347406
      le 04/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      @ Elric de Melniboné

      Le système monde actuel veut instaurer dans l’esprit des gens que la seule chose qu’un musulman est capable de faire est de se faire ou faire sauter des innocents, en clair d’être un terroriste.
      Ils veulent instaurer l’idée que la racine de tout les maux est le musulman, être ignoble, incompétent etc...
      Mr Erdogan est un musulman qui gouverne prodigieusement un pays de 75 millions d’habitant et qui le pilote depuis 10 ans pour entre autre multiplier par 3 ou 4 son PIB.
      Il a permis le réveil des turcs, qui en dehors de considération purement et simplement nationaliste sont capables de diriger et de cristalliser la communauté islamique en reposant leur démarche sur une légitimité historique récente et lointaine.
      Sachant ce potentiel dangereux pour le système monde, la Turquie était sous anesthésie occidentale, avec une oligarchie à sa tête et un comportement totalement contre nature...
      Mr Erdogan en favorisant le dvt économique, le dvt démocratique a permis le dvt de cette conscience du rôle primordial de la Turquie dans ce monde notamment en ce qui concerne le monde musulman.
      Soins gratuits, scolarité gratuite, aides sociales, dvt des droits et devoirs, véritable égalité etc...
      Nationalisation de l’armement turc, dvt des relations multilatérales avec les pays musulmans, facilitation de l’arrivée au pouvoir de gouvernement véritablement souverain ailleurs dans le monde musulman etc...la liste est vraiment très longue...
      Le combat est multipolaire et multidimensionnel, et notre réponse l’est tout autant...et pour le moment tout se déroule à merveille...selon le plan.


    • #349201

      Vous êtes naïve !

      Erdogan est le coprésident du projet sioniste (La doctrine de remodelage du Grand Moyen-Orient). Vous défendez Erdogan tout simplement parce qu’il est religieux. Vous êtes des hypocrites ! Vous ne vous rendez pas compte que les sionistes vous utilise ?

      L’histoire du peuple Turc ce n’est pas que l’Empire Ottoman, c’est aussi les Huns, les Göktürks.

      Atatürk a sauvé les terres de l’Empire Ottoman, Tayyip le vend.

      @ Kahlid ibn walid

      Les citoyens Turcs morts pour la Palestine n’étaient pas des nationalistes Turcs, ils ne sont pas morts pour les intérêts de la Turquie. Les nationalistes Turcs ne veulent pas faire la guerre pour les intérêts des Palestiniens ou autres peuples.


  • #346716
    le 03/03/2013 par Mirabeau:Dans ce monde, si l’on n’est pas fripon, on est parmi les (...)
    Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

    Tout le monde a compris le jeu trouble du gouvernement turc, espérons que les Turcs qui sont comme nous victimes de leurs élites traîtres et corrompues, renverseront ce régime scélérat.

     

    • #347747
      le 04/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      @ Mirabeau :

      Heureusement tu te trompes...les turcs ne sont pas victimes, ils sont acteurs et très heureux de ce qui se passe...le jour où la direction dévie de ce que nous souhaitons, nous destituerons...


  • La Turquie n’a jamais rompu le moindre lien avec l’entité sioniste. Depuis toujours nous avons eu à faire à une comédie des plus finement jouée par le franc-maçon Erdogan.
    La Turquie est un cas d’école de manipulation franc-maçonne. Face à un peuple turque obstinément attaché à la tradition il fut décidé d’abandonner la ligne laïque dure à la Attaturk pour la remplacer par un islamisme de pacotille avec pour mission d’une part de corrompre de l’intérieur l’Islam en Turquie et d’autre part neutraliser l’émergence d’un mouvement authentiquement musulman. Ainsi on nous a sorti Erdogan, un prétendu islamiste. Mais si au départ la supercherie marcha à merveille grâce aux talents de comédien il faut le dire exceptionnel d’Erdogan c’est trois dernières années le pot aux roses fut définitivement mis à jour ; coincidence ou providence à peu près en même temps que l’escroquerie Ramadan...


  • Erdogan pretendant au renouveau du califat, au renouveau de l’islam...
    oui un islam soumis à l’OTAN, soumis à israheil...

    Il ne faut pas oublier que les askenazes sont turcophones !!! Erdogan est une imposture, au même titre que l’est elie wiesel


  • Par ce que les sionistes qui controlent la Turquie s’entendent à merveille avec Israel .

     

    • #347734
      le 04/03/2013 par Yavuz Sultan Selim
      Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

      @ Lauburu :

      Je suis désolé et en même temps très heureux de te dire que nous avons débarrassé la Turquie de ses collabos...aujourd’hui, la Turquie est souveraine et ne vous en déplaise, elle avance dans la bonne direction alors je sais que vous trouvez certaines choses suspicieuses, mais votre grille de lecture, bonne par ailleurs et erronée sur ce point. Mr Erdogan est un musulman pieu, intégre qui ne vit et qui ne souhaite mourir que pour son Seigneur et son peuple...et je ne suis pas le garant de cette affirmation, il l’est lui même...et même si je sais que ce n’est pas le cas, mais imaginez un instant que ce que vous dites est vrai, il aurait alors quand même sacrèment servi l’Islam et la communautés des musulmans.


  • #347081
    le 04/03/2013 par Marcel_Vincent_777
    Pourquoi la Turquie fait-elle des affaires avec Israël ?

    Pendant ce temps-là, au Canada...

    Sionisme - "Relations Canada - Israël : changement de ton"
    http://www.dailymotion.com/video/xx...


  • Très bon article.
    Il aidera ceux qui ne connaissent pas la Turquie et qui prennent leurs rêves pour des réalités à comprendre le rôle de cet Etat dans le contexte politique international.
    Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Turquie a endossé l’uniforme de gardien de l’ordre atlantiste et d’allié numéro un d’Israël. Adhérent de la première heure de l’Otan, théatre de coups d’Etat militaires à chaque fois que les Américains sentaient une menace planer sur leur pion local, la Turquie est devenue une base militaire yankee, en même temps qu’une néo-colonie économique obéissante à souhait.
    L’arrivée au pouvoir d’Erdogan et de l’AKP, qui à ses débuts a pu susciter certains espoirs d’une timide opposition à l’impérialisme américain et au sionisme, nous ont vite fait déchanter. En effet la politique intérieure de l’AKP a consisté à réprimer de plus en plus toute opposition. Sa politique économique se signale par l’ouverture totale du marché aux capitaux étrangers (notamment la vente de terres immenses à Urfa aux entreprises israëliennes), c’est d’ailleurs ce qui explique le soi-disant "miracle économique" d’Erdogan, en clair le bradage du pays. Sa politique étrangère n’a jamais effectué de rupture avec son rôle de pion des US et du sionisme. Malgré ses quelques déclamations à la suite des provocations sionistes, comme la crise du "one minute", les liens avec l’Otan ont été renforcés et la Turquie reste le premier client de matériel militaire d’Israël. Il va sans dire que l’accord d’alliance militaire de 1994 entre les deux larrons n’a jamais été dénoncé.
    La rhéthorique "islamique" de l’AKP n’est qu’un attrappe-nigaud...
    Le soi-disant Islam Moderne de l’AKP n’est que de la couleur verte badigeonnée sur les servants fidèles des US, du sionisme et du libéralisme à la mode.