Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Prise en charge de la radicalisation : un nouveau projet très discret

12 "radicalisés" concernés, sur 8 000 cas en France...

Alors que l’unique centre de déradicalisation vient de fermer à Pontourny [voir le second article, NDLR], RMC vous dévoile l’existence d’un dispositif expérimental mis en place dans la plus grande discrétion depuis le début de l’année. 12 personnes ont été prises en charge par le dispositif RIVE. Un projet qui dépend du ministère de la Justice et qui semble tirer les leçons des échecs précédents en matière de déradicalisation.

 

Le lieu est tenu secret pour des raisons de sécurité. Quelque part en Ile-de-France, des personnes mises en examen ou condamnées pour des faits liés au terrorisme participent à un projet inédit de prise en charge renforcée en dehors de la prison. À ce jour, 12 personnes, hommes et femmes, ont été prises en charge par RIVE (pour Recherche et intervention sur les violences extrémistes), certaines depuis plusieurs mois, d’autres depuis seulement quelques semaines.

L’objectif affiché est le désengagement de l’idéologie de la violence et la réinsertion.

« Ça ne concerne pas les cas les plus durs qui sont en prison, explique une source proche du projet, mais des personnes impliquées pour apologie du terrorisme ou ayant tenté sans succès de se rendre en Syrie. Mais dans ces dossiers, toute personne est considérée comme potentiellement à risque. »

 

« Pas le droit à l’erreur »

[...]

Au cœur du dispositif, une association parisienne de réinsertion sociale qui a remporté l’appel d’offre du ministère de la Justice l’an dernier : l’Apcars. L’association accompagne les personnes placées sous main de justice depuis 30 ans. Pour mettre en pratique ce projet aux enjeux sensibles tant politiquement, que médiatiquement, elle s’est d’abord entourée d’une équipe de chercheurs pour concevoir la méthodologie puis a recruté et formé une équipe de professionnels : psychologues, psychiatres, éducateurs et spécialistes des croyances principalement. « Des personnes pragmatiques et lucides, estime ce magistrat, convaincu du bien-fondé du projet. Personne n’est dans le fantasme de la déradicalisation ici. »

 

Suivi individuel et obligatoire

Le projet semble apparemment tirer les leçons des échecs des unités dédiées et du centre de Pontourny. Le suivi est 100% personnalisé et il est obligatoire, ce qui est inédit et rendu possible par la loi Urvoas du 3 juin 2016. Tout commence par une phase d’évaluation psycho-criminologique de plusieurs semaines qui permet de fixer des objectifs précis et individualisés avec chacune de ces personnes.

L’accompagnement varie ensuite de 2 à 8 heures par semaine et se fait sur mesure pour favoriser l’insertion. Au programme : accompagner les recherches de travail ou de formation professionnelle, aider à résoudre les problèmes administratifs, de santé, ou de famille, travailler en séance individuelle sur le parcours de vie ou sur les sources de motivation, discussions autour des religions...

Lire l’article entier sur rmc.bfmtv.com

 


 

L’unique centre de déradicalisation de France,
situé en Indre-et-Loire, va fermer

« L’expérience ne s’est pas révélée concluante. » Le ministère de l’Intérieur a annoncé, vendredi 28 juillet, la fermeture du centre de déradicalisation de Pontourny, situé à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire). Cet établissement, unique en son genre, avait pour projet d’accueillir des « jeunes radicalisés en voie de marginalisation ». Il avait ouvert ses portes en septembre 2016.

 

JPEG - 133.4 ko
La vie de château

 

« L’expérimentation d’un centre d’accueil ouvert, fonctionnant sur la base du volontariat, a montré ses limites », selon le ministère. Très critiqué, ce lieu d’une capacité de 25 places, qui a hébergé jusqu’à neuf personnes, n’accueillait plus aucun pensionnaire depuis février. Aucun jeune n’a suivi le programme jusqu’à son terme. À la mi-juillet, un rapport sénatorial avait préconisé la fermeture de Pontourny et appelé à « renoncer à la généralisation » de ce type de structures.

 

Dysfonctionnements et riverains inquiets

Le centre avait reçu la visite, en octobre 2016, de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, à l’époque respectivement Premier ministre et ministre de l’Intérieur. Son ouverture s’était heurtée à l’hostilité des riverains et les élus avaient exprimé de fortes réticences. Pour vaincre ces oppositions, le gouvernement s’était engagé à n’intégrer que des volontaires, qui ne seraient « pas sous main de justice pour faits de terrorisme, n’auraient pas tenté d’aller en Syrie ou n’auraient pas été condamnés pour des faits de violence ».

[...]

Cette fermeture ne signifie pas pour autant « l’abandon d’une politique de prise en charge des publics en voie de radicalisation dans des structures adaptées, affirme le ministère. Le gouvernement étudiera la possibilité d’ouvrir des structures de petite taille » pour y développer des solutions alternatives à l’incarcération, ajoute-t-il, sans donner davantage de détails.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Déradicaliser ceux qu’on a radicalisés...
Lire sur Kontre Kulture

 

Les efforts perdus de la lutte contre la radicalisation, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1774911

    Vu que meme un enfant peut baiser un psychiatre chevronne bon courage
    Voir les echecs de Francoise Dolto avec les enfants...

     

    Répondre à ce message

  • #1774930

    D’un côté je crains une dérive en mode "orange mécanique", et de l’autre je m’étonne que les hystériques féministes et autres LDGnérésBT ne soient pas admis d’office dans ce genre de structures.
    Apparemment la destruction de la famille dérange moins que l’abattage d’une poignée de cosmopolites fragiles dont le style de vie est par ailleurs, selon moi, la principale cause de la radicalisation en question.
    Cherchez l’erreur !

     

    Répondre à ce message

  • #1774983
    Le 29 juillet à 16:25 par homme_des_forêts
    Prise en charge de la radicalisation : un nouveau projet très (...)

    « Hé toi là bas, oui toi le délinquant terroriste, ..., ce n’est pas bien ce que tu fais !
    Allez, viens donc par ici qu’on te formate la tête, que tu puisses croire au rêve américain comme tout le monde et ce, sans jamais comprendre à quel point on va faire de toi un esclave de la consommation et du système.
    Mouhahaha (rire démoniaque) »

    Je crois bien qu’ils sont en train d’augmenter leur talent dans le domaine des expériences à la Frankenstein ! Ils sont en plein délire les véritables nazis qui recommencent avec leur histoire de camps, mais cette fois pour terroriste daechien !!!

    En même temps, en imaginant que je pourrais très bien être à leur place, je serai content de pouvoir espérer à me réinsérer dans la société un jour !
    Seulement, cette société actuelle, avec ses armées de zombis, ne semble pas donner le moindre espoir de pouvoir y trouver son bonheur un jour futur, surtout lorsque l’exclusion vous guette et que la seule option qu’offre la société est de consommer/produire !

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ce mot de " radicalisation " plutôt que terrorisme ? est ce pour insinuer que un musulman radical est un terroriste ?

     

    Répondre à ce message

  • #1775012

    Un bide énorme fomenté par les socialopes aussi efficace qu’un cataplasme sur une jambe de bois !!!....

     

    Répondre à ce message

  • #1775016
    Le 29 juillet à 17:24 par Georges 4bitbol
    Prise en charge de la radicalisation : un nouveau projet très (...)

    Résumé.
    en prenant en charge à 100% les demeurés radicalisés par des abrutis égorgeurs et violeurs, on peut espérer faire une pose dans l’horreur terroriste.
    En stoppant l’immigration de parasites sociaux, expulsant les non assimilables dans leur paradis d’origine, virant les étrangers en infraction et surtout, débarquer la maffia de prédateurs et les loges qui nous gouvernent, on peut remettre à niveau tous ceux qui ne trouvent aucune place utile et honorable dans le pays.

     

    Répondre à ce message

  • #1775039
    Le 29 juillet à 17:57 par Pépé le Moko
    Prise en charge de la radicalisation : un nouveau projet très (...)

    Et dans le luxe ...

    Petit Trianon pour la racaille !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1775151

    J’ai personnellement été animateur dans tous les quartiers sensiblesde France, j’ai du géré plusieurs situations, de jeunes qui priaient en pleins milieu des stations de ski à des cas plus extrêmes mais je n’ai eu aucun terroriste, et personne ne m’a contacté pour ce projet. Les personnes qui s’improvisent sociologues ou spécialistes et qui n’ont jamais mis les pieds dans une cité, dans une prison, ne connaissent que la partie théorique de la religion car ils n’ont jamais côtoyé de personnes religieuses, et qui se la pètent à cause de leurs diplômes, me laissent un gout amer dans la bouche et je comprend pourquoi le ratio était de 1 mort lié au terroriste tous les 3 jours en France pendant plusieurs années consécutives. Pareil pour les psychologues, est ce que la religion est abordée en psychologie ? Non donc vous n’avez rien à faire ici. les connaissances de n’importe quel juge antiterroriste sont tellement en dessous des miennes que cela fait marrer quand il y a un attentat à cause d’erreurs liées à ce système navrant et ironique à la fois. j’ai déjà accusé et je réitère mes accusations, si le raid, le ministère de l’intérieur, qui le commande, et les conseillers de ce dernier avaient été au courant de ce phénomène il n’y aurait jamais eu autant de morts en France, tout le monde sait que l’on ne négocie pas avec les terroristes comme on le fait avec des braqueurs , vous avez indirectement tué des centaines de français par votre manque de connaissances sur le sujet. Enfin les fausses mesures de sécurité que vous prenez constamment ne servent qu’à rassurer la population mais la plupart sont inefficaces et coûteuses en pratique. en tant que spécialiste sur le sujet je n’ai d’ailleurs pas été le seul à critiquer le raid, l’ancien chef du gign, le seul qui pouvait parler l’a fait également, et c’est la seule unité qui avait jusqu’à là vraiment du gérer des attaques terroristes. Enfin pour conclure sur ces centres, vu que démontrer ma supériorité sur le sujet ne serait pas du tout faire preuve d’une démarche scientifique sérieuse, ils auraient pu et seulement pu marcher avec une approche modérées. oublions la laïcité un instant, des ex terroristes ne peuvent pas renier toutes leurs convictions parce que François le psychologue qui a un m2 de branlette et jean louis le sociologue qui à écrit sa thèse de doctorat en lisant des romans de science fiction et qui vit toujours chez sa mère à 35 ans leurs ont dit de le faire.Il fallait passer par des musulmans modérés

     

    Répondre à ce message

  • #1775422

    Et ça coûte combien par personne sans garantie de résultat ?

     

    Répondre à ce message

  • #1775506

    100 radicalisés, puis 1000, puis 8000... ça va finir à 6 millions cette affaire...

     

    Répondre à ce message