Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Priver les Français de nature, la société de contrôle jusqu’à l’absurde

Quand les Français reliront cet article dans 10 ans, ou dans 50 ans, ils tomberont de leur chaise en carbone expansé.

C’est par la peur que le gouvernement corrompu a pu imposer à des millions de Français de vivre cachés et terrorisés pendant deux mois, de la mi-mars à la mi-mai 2020. Alors que les spécialistes des épidémies de grippes martelaient qu’il fallait au contraire, pour les moins fragiles, aller au-delà du virus pour immuniser la population, le contraire a été fait, et dans un but à la fois cynique et économique : laisser crever le plus de Français possible pour imposer la vaccination de la nation par la peur.

Malheureusement pour les ingénieurs sociaux de cette saloperie à grande échelle, il y a eu Raoult et les réseaux sociaux. La machine à mentir et à terroriser s’est grippée et aujourd’hui, le pouvoir est complètement sur la défensive, s’attendant à ce qu’on peut appeler une vengeance de la part du peuple, même si tout le monde n’est pas encore conscient de la saloperie qui a été faite. Mais cela viendra, et il faudra passer à la caisse.

En attendant, nous revenons avec Reporterre sur cette période étrange où l’homme a été séparé de sa nature, au sens propre comme au sens figuré, et où la nature a pu se refaire une santé.

 

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Les deux mois qu’a duré le confinement, les Françaises et les Français n’ont plus pu sortir librement dans la nature. Et la menace de cette interdiction n’est pas dissipée. Cette politique a nécessité des moyens policiers démesurés, avec drones et hélicoptères, maltraitant les humains, qui ont un besoin vital d’accéder aux espaces naturels.

 

Pendant deux mois, les Français ont été privés de printemps. Assignés à résidence, les yeux collés aux écrans, ils ont été comme coupés du vivant. Depuis fin mars, plusieurs arrêtés préfectoraux ont interdit l’accès aux espaces naturels pendant toute la période du confinement. Finies les balades en forêt, les marches au bord de l’eau, le plaisir d’être dehors alors que les jours s’allongent et que la nature se réveille. Au nom de la lutte contre la pandémie, les Français ont été arrachés à leurs biens communs.

La situation se poursuit aujourd’hui. Avec le déconfinement, le littoral reste sous haute surveillance. Les bivouacs en montagne restent interdits en Savoie et en Haute-Savoie. Les parcs urbains et périurbains sont inaccessibles dans les départements classés rouge. Et ce qui a été ré-autorisé dans les départements verts reste incertain : par un décret publié le 11 mai 2020, le gouvernement permet aux préfets de réinstaurer à tout moment une réglementation identique à celle en vigueur pendant le confinement.

 

JPEG - 77 ko
Gendarmerie des Hautes-Alpes

 

À l’origine, ces mesures répondaient à l’urgence, à la nécessité d’endiguer, par tous les moyens possibles, la « vague » qui déferlait sur le pays. L’interdiction des espaces naturels et l’obligation de rester cantonné à un kilomètre de chez soi avaient le mérite de la simplicité. Ces dispositions étaient facilement applicables et contrôlables.

Et partout en France, les préfets ont serré la vis, dans une sorte de surenchère. Au total, plus d’une vingtaine de départements ont interdit explicitement l’accès aux espaces naturels. Dans la Meuse, les forêts ont été désertées, alors qu’elles représentent 37 % de la superficie du département. Les autorités y ont interdit les promenades, les cueillettes et la coupe de bois. Des activités jugées « non indispensables », même si nombre de personnes, localement, en tirent des ressources ou un moyen de chauffage.

« Au lieu de laisser la population se disperser en plein air, on l’a concentrée dans des zones réduites »

Dans le Cher, un département traversé de nombreux cours d’eau, le préfet a interdit de fréquenter les bords des canaux, des rivières, des étangs, des plans d’eau et des chemins de halage. « La course, seul, au bord d’un lac, n’est plus autorisée », expliquait Sylvie Berthon, sous-préfète de Vierzon, dans les colonnes du journal Le Berry. Selon elle, cette initiative permettait de « freiner la propagation du Covid-19 en limitant fortement la circulation des personnes ».

Dans les Ardennes, c’est par Twitter que la préfecture a enjoint à la population de rester chez elle.

 

 

En Haute-Savoie, les autorités ont même interdit de se déplacer à plus de 100 mètres de dénivelé de son domicile. « Une aberration », pour l’écrivain et alpiniste François Labande, également administrateur du Parc national des Écrins.

« La préfecture méconnaît les reliefs de nos vallées, dit-il à Reporterre. Même à moins d’un kilomètre de chez moi le dénivelé est plus important. Ces décisions sont inadaptées au milieu rural et à la montagne. Elles ont été imposées en bloc, sans discernement. »

Peu à peu, l’incompréhension a grandi devant ces mesures coercitives.

« Une fois la sidération et le choc de l’épidémie passés, on s’est rendu compte que ces interdictions n’avaient aucune justification sanitaire », raconte Frédi Meignan, le président de l’association Mountain Wilderness ; « il ne s’agit pas d’appeler à faire n’importe quoi, du parapente ou de l’alpinisme, mais je ne vois pas en quoi se promener seul dans la nature pourrait accélérer la transmission du virus. »

Alors que le gouvernement enjoignait à la population de reprendre le travail, le contraste devenait saisissant à mesure que le confinement durait, entre les plages désertes et les métros bondés, les grandes surfaces saturées de monde et les forêts silencieuses.

« Le virus circule d’abord dans des lieux confinés et denses. Au lieu de laisser la population se disperser en plein air, on l’a concentrée dans des zones réduites. C’est complètement absurde, s’emporte le professeur de santé publique et épidémiologiste Laurent Gerbaud. C’est sûr qu’il valait mieux que les gens restent dans les couloirs d’immeuble pour bien se contaminer les uns et les autres ! » ironise-t-il.

Dans un premier temps, les autorités ont justifié ces mesures en disant qu’elles permettraient de ne pas saturer les urgences. En réalité, « dans la majeure partie du territoire national, les urgences ont travaillé en sous-régime, à 60 %  », relate Laurent Gerbaud.

[...]

« Le gouvernement a voulu afficher un visage autoritaire »

Plusieurs professionnels de santé ont pris position. En plein confinement, l’influent président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon, a invité le gouvernement « à donner de l’air aux Français » sur Franceinfo.

 

 

[...]

Contacté par Reporterre, le psychiatre Christophe André voit dans cette interdiction « un terrible gâchis. De nombreuses études scientifiques ont prouvé que l’accès à la nature renforce notre immunité. Cette situation est d’autant plus regrettable qu’elle renforce les inégalités sociales et fragilise les populations les plus vulnérables, qui n’ont pas accès à des jardins privatifs. L’accès aux espaces naturels, ce n’est pas du luxe ».

Les autorités n’ont pas pour autant lâché du lest.

« C’est comme si après avoir échoué sur les tests, les masques ou les élections municipales, le gouvernement avait voulu afficher un visage autoritaire et sanctionner la population pour faire peser sur elle la responsabilité de ses erreurs », analyse le guide de montagne Billy Fernandez.

En effet, les flâneurs du dimanche et les randonneurs ont eu intérêt à bien se tenir. À travers le territoire, des moyens démesurés ont été déployés pour les « traquer ». Avec des hélicoptères, des drones, des moto cross, des 4x4, des quads, des patrouilles en VTT ou à pied… « Face au Covid-19, les gendarmes sont plus que jamais sur le terrain », titrait L’Essor, le journal de la gendarmerie. C’est le moins que l’on puisse dire.

Pendant le confinement, tous les deux jours, un hélicoptère a sillonné le ciel du Doubs, survolant ses prairies à vaches, ses forêts résineuses, ses villages au bord des rivières. Dans le massif des Trois-Pignons, à Fontainebleau (Seine-et-Marne), des motards de l’école de gendarmerie ont contrôlé les promeneurs chaque week-end. Un hélicoptère a aussi survolé la canopée. Dans le cockpit, un cavalier de la Garde républicaine orientait les gendarmeries mobile et départementale qui patrouillaient au sol.

 

 

[...]

La question des moyens se pose. À Chamonix (Haute-Savoie), pendant le confinement, la gendarmerie a utilisé à plusieurs reprises un hélicoptère qui sert d’ordinaire au secours en montagne. Le coût d’une heure de vol d’un Choucas 74 est évalué, selon la Cour des comptes, à plus de 3.000 euros. « Son recours doit être rationnel et obéir au principe de juste suffisance », écrivait la Cour dans un rapport de 2012.

Les rondes dans les airs se sont pourtant multipliées. Partout. Dans les Alpes, France 3 Haute-Savoie a même proposé à ses téléspectateurs d’admirer depuis le ciel, « les belles images du contrôle du respect du confinement » prises par les gendarmes. Sur Twitter, les militaires ont aussi lancé le quiz « Reconnaîtrez-vous le sommet survolé dans cette vidéo ? »

 

 

[...]

Reporterre a interrogé le ministère de l’Intérieur pour savoir combien avaient coûté ces dispositifs de surveillance au sein des espaces naturels et s’ils avaient été efficaces. Le ministère a répondu qu’il ne souhaitait pas transmettre ces informations.

[...]

Le philosophe Dominique Bourg parle, lui, de « dérive policière » :

« Le gouvernement infantilise la population. C’est très français. En Suisse ou en Allemagne, la situation est complètement différente, les espaces naturels ne sont pas interdits. On demande juste aux gens de respecter les gestes barrière et les mesures de “distanciation sociale”. »

[...]

Début avril, le préfet de Seine-et-Marne a même tenté d’engager les chasseurs pour contrôler les promeneurs dans la forêt de Fontainebleau et les transformer en auxiliaires de police. Face au tollé, il a préféré abroger son arrêté.

 

JPEG - 70.3 ko
Sur un chemin de randonnée en Isère...

[...]

Pour le philosophe Dominique Bourg, cette position reflète, en effet, le rapport à la nature des gouvernants :

« Pour eux, ça n’existe tout simplement pas. Ils vont d’une berline à un bureau climatisé en portant des dossiers. Leur sensibilité aux espaces naturels équivaut au néant. Édouard Philippe est un ancien lobbyiste d’Areva. La nature, c’est du capital qu’on exploite ou qu’on détruit. Elle sert à faire des babioles. J’aimerais les voir faire un stage de vie en milieu sauvage pour qu’ils apprennent à embrasser les arbres ! »

Lire l’article entier sur reporterre.net

 






Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’etait un exercise de controle de la population.
    Et les francais ont tout perdu.

     

    Répondre à ce message

  • #2465743

    C’est du flan.

    Aucun flic ou gendarme ne fait ce genre de zèle, sauf dans les zones tenues par les tarés au service de l’étranger.

    Ils savent que les citoyens ont les moyens de leur faire payer. On a les noms et adresses de tous ces kapos.

    Le cancer du pancréas est foudroyant.

     

    Répondre à ce message

    • bien sur qu’il y en a , vous ne les avez pas croisé. j’en ai croisé 2 .
      2 c’est pas énorme en 2 mois ,mais ils existent .

      leur métier ne leur demande pas de réfléchir, juste d’obéir.
      ceux qui réfléchissent ne sont pas la minorité de niafronts lookés qui dés qu’ils ont un peut de pouvoir s’en servent pour se venger de leurs vies qu’ils se tapent 24 H sur 24... déguisés.

      ne mélangeons pas tout mais nommons les débiles aux attitudes faux culs qui compensent en imposant une autoritée qu’ils n’ont méme pas sur eux mémes.

      cette catégorie ne sait qu’obéir et abuser d’autrui pour se donner l’illusion d’un pouvoir , en agissant de maniéres sournoises et en employons un ton de façade pour se la jouer neutres et juste carrés.

       
    • Hé microbe, ça s’appelle de la servitude volontaire à ton niveau !

      Bien sur que les flics font du zèle ! Ils ont fait une opération conjointe dans les crêtes des Vosges avec la gendarmerie du Haut Rhin et celle des Vosges.
      Je te dis pas le coup d’une telle opération pour 3 randonneurs !

      Et sur les "zones tenues par les tarés au service de l’étranger" (aies le courage de les appeler vraiment, et en face), comprends que c’est le sort que le mondialisme nous réserve à tous ! Des ghettos surpeuplés et des parcs naturels réservés à l’élite. Relis Le meilleur des mondes.

      Bien cordialement,
      Mordicus.

       
  • Chaque nouvelle mesure de ce genre me permet de réaliser a quel point ceux qui s’engagent aujourd’hui dans la police ne sont plus ceux d’hier qui enfants rêvaient " d’ arrêter les bandits . "
    Non, aujourd’hui ce sont plutôt les les plus vils d’entre nous , parfois même pire que les délinquants .Contre un peu de pouvoir et un uniforme qui leur leur donne l’autorité qu’ils n’ont jamais eu naturellement , sauront montrer a leurs maitres tout le sadisme dont ils sont capable et surtout leur obéissance inconditionnelle .

    Ces gens ouvriraient le feux de bon cœur sur des enfants ou des vieillards si on leur demandait de le faire.
    Policier Français métier le plus haï , a juste titre.
    Le pouvoir emmène les Français vers l’enfer , protégé par sa police qui nous y traine par la violence et l’injustice.

     

    Répondre à ce message


  • L’interdiction des espaces naturels et l’obligation de rester cantonné à un kilomètre de chez soi avaient le mérite de la simplicité.




    Elles avaient surtout le mérite d’être des solutions totalement débiles et mortifères
    sincèrement les gars, je vous admire, comment avez vous pu accepter ça si nombreux sans vous révolter au moins individuellement ?
    Moi qui vis toute l’année en pleine nature dans une baraque en bois et qui n’ai les trois quarts du temps pour seul habit qu’un bout de tissu vu le climat tropical, j’aurais pété les plombs dès le premier jour. je suis incapable de rester enfermé entre quatre murs plus de quelques heures .Du coup je ne sais même pas si je pourrai remettre les pieds en France de peur de péter les plombs devant tant d’absurdité et de démission, et que, me connaissant, je me retrouverai devant le juge au premier incident, sans parler du fameux vaccin qu’on voudra nous imposer pour pouvoir voyager.
    C’est là qu’on s’aperçoit que nos sociétés ont totalement occulté notre vraie nature et qu’on est véritablement dégénérés pour ne pas réagir à cette atteinte génocidaire à nos pulsions vitales premières.
    Pour revenir à la nature, en dix ans une ville comme Paris redeviendrait une friche vivante. la vraie nature (non contrariée, la sauvage) est d’une puissance folle, mais on ne s’en rend compte que quand on la fréquente vraiment et qu’on doit se battre avec elle pour garder son territoire. l’homme n’est rien face à la nature il peut détruite toutes les espèces qu’il veut, il s’en créera d’autres aussi vite qu’il les détruit. quelques malheureux degrés en plus ou en moins et l’homme disparaît.
    cette guerre aux virus est une ineptie conceptuelle et est donc perdue d’avance. personnellement, avec le temps j’ai fini par faire ami ami avec les bactéries et autres virus qui infestent mon pays d’adoption, comme les gens d’ici l’ont fait (infester n’est pas infecter).
    Et pour les paranos, j’utilise journalièrement de la fiente de chauve souris séchée comme engrais exclusif pour mes plantations, le meilleur fertilisant au monde,(bonjour le corona !).
    La chauve souris est en fait une des meilleures amies de l’homme et en Asie, on construit souvent des temples dans les endroits où nichent ces bestioles.
    Le monde est vraiment incroyable, laissez le vivre.

     

    Répondre à ce message

  • il ne faut pas se tromper , cette surveillance a un double objectif :
    étendre la dictature policière au contrôle de l espace public
    constituer un entraînement , en conditions réelles, pour de futures chasses à l homme, au cas où la population serait encline à la désobéissance civile massive et éventuellement à constituer des maquis !
    Ceux qui y voient une mesure irrationnelle sont bien naïfs .

     

    Répondre à ce message

  • La droite nationaliste n’a pas défendu les libertés collectives & politiques du peuple.

     

    Répondre à ce message

    • Quelle droite nationanliste ?
      Où avez-vous vu qu’il existe une droite nationaliste en Afrônce ?

      Sur l’internet oui, dans le Deep, mais à part les sites internet comme celui-ci, ce qui est considéré comme "droite nationaliste" a juste bien fermé sa gueule, se terrant sans doute chez elle, à se bourrer la gueule au champ’ millésimé....d
      Eh oui, pas possible d’aller en discothèque pendant le confinement !

      D’ailleurs par rapport à il y a 20 piges, le nombre de discothèques a été divisé par deux...là, après la comédie, je pense qu’une voire deux sur trois ( de celles qui restent), vont garder portes closes !

      Maintenant, le PNJ à masque invitera 9 potes à la maison, et fera se petite soirée picole/joints tranquille...au moins il ne risquera pas son permis en sortant chargé comme un rafale !

      Par contre, le masque, pour rouler des galoches, ça va pas être terrible.....allez tant pis, une bonne pignole sur pornhub, et c’est reparti comme en 14 !

      Sales blancs, vous n’avez même plus le droit de baiser, par contre les filles, avec tous les clandos et les prisonniers relaĉhés dans les rues selon la volonté gouvernementale, vous allez devenir des proies de premier ordre !

      Voilà le projet de la crypto-fiotte : que les blancs ne se rencontrent plus, et que les blanches soient exclusivement fécondées de force par les "importés"... ;eh oui "par la force s’il le faut, nous irons au métissage" ....Sarkozy a écrit le scénario, et Macron est à la réalisation !

      comme ça vous disparaîtrez un peu plus vite, pas de problèmes, les remplaçants sont à la porte...

       
  • " La République gouverne mal mais se défend bien ".
    En effet, elle est très efficace et met les moyens pour mater les manifestations et confiner les citoyens en bonne santé. Pour assurer des services publics (santé, éducation, justice, transports etc) efficaces, humains, respectueux des professionnels et des usagers, dignes d’une démocratie et d’une économie qui se présente comme dans les premières au monde, elle est déjà moins efficace. La rentabilité passe avant tout. Bienvenu dans le capitalisme sauvage !

     

    Répondre à ce message

  • https://www.youtube.com/watch?v=unl...
    Avec Cossette , c’est l’adresse du site alternatif ami qui relaie l’info francophone depuis le Québec, ils sont dynamique et efficace. Bon visionnage

     

    Répondre à ce message

  • Je distingue plusieurs objectifs dans ces mesures d’interdiction des espaces naturels et de chasse à l’homme pour traquer les contrevenants.

    Le plus immédiat était de contribuer à maximiser les effets de l’épidémie, sur la santé physique et sur le psychisme de la population. De nombreuses autres mesures ou fausses incompétences des autorités allaient dans le même sens.

    L’autre objectif touche la préparation de la deuxième vague tant espérée par les autorités, et qui sera si nécessaire provoquée par des attentats bactériologiques. Le story-telling fera éventuellement intervenir un islamiste infiltré au sein du laboratoire de Wuhan, installation désormais bien connue du public.

    En effet la vaccination est depuis longtemps présentée à la population comme l’espoir ultime d’échapper aux contraintes sanitaires et de revenir au monde d’avant. C’est donc que cette vaccination est pour les autorités l’aboutissement de leur stratégie de domination. Que ce soit par introduction d’un marqueur ou par l’ouverure de backdoors dans le système immunitaire, le vaccin sera nécessairement l’exact opposé de ce qu’il semblera être. Il sera l’outil ultime de contrôle des humains.

    Les taux de vaccination volontaire en France seront très élevés. Ils refléteront l’aliénation objective d’une grande partie des Français, liée à leur mode de vie et à leur confiance envers le régime. Car fondamentalement les Français ne peuvent imaginer que le régime soit leur ennemi, pétris qu’ils sont de gavage aux valeurs de la République.

    Resteront donc les réfractaires de tous poils, les insoumis qui ne reconnaissent d’autorité que dans les lois de la Nature ou dans le Dieu qui a tout créé. Et ceux-là ne pourront échapper aux mesures coercitives de vaccination que par la résistance, hors de portée des sbires du pouvoir.

    Je crois donc que la traque des contrevenants dans les espaces naturels est une préparation de ce qui sera mis en oeuvre à grande échelle lors de la nouvelle vague. Il est crucial de s’y préparer en s’assurant des possibilités de fuite rapide vers des espaces sauvages, même sous couvre-feu.

    Quant aux gendarmes, il ne faut pas tous les mettre dans le même panier. J’ai moi aussi été déçu de constater le zèle mis dans l’application de consignes contraires à l’intérêt de la population. Mais il faut garder l’espoir qu’une partie d’entre eux sache s’opposer aux mesures dictatoriales le jour venu, comme certains ont toujours su le faire dans les périodes dramatiques du passé.

     

    Répondre à ce message

  • Je fais une illusion ou une imagination : si l’Etat mobilisait ce qu’il a mobilisé pendant le confinement contre les racailles, les délinquants et les trafiqueurs, je pense dans deux mois la France devient un pays propre et caleme.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents