Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pub personnelle : après la polémique, Yassine Belattar lâche le bar "interdit aux femmes" de Sevran

Un buzz et puis s’en va. Yassine Belattar, humoriste impliqué sur les questions de banlieue, proche d’Emmanuel Macron, n’est plus actionnaire du Jockey-Club. L’homme a quitté le deal financier qui le liait à ce café de Sevran, lequel avait fait la Une de l’actualité, suspecté d’être anti-femmes et noyauté par des islamistes, carrément cité en exemple lors des débats télévisés de l’entre-deux tours de la présidentielle… alors qu’il n’en est rien.

 

En décembre 2016, ce bar-PMU avait été présenté dans un reportage de France-Télévisions comme un établissement interdit aux femmes, exemple supposé de la radicalisation des banlieues. Sauf que plusieurs contre-enquêtes, notamment celle du Bondy Blog, avaient montré que l’établissement était en réalité un bar comme il en existe tant en banlieue.

Un an et demi après le reportage, pour « rétablir l’honneur » d’Amar Salhi, le propriétaire, Yassine Belattar avait pris contact avec lui et racheté — expliquait-il alors — 36 % des parts. Et promis d’en faire « un lieu de fête », d’utiliser sa notoriété pour le « mettre en lumière ».

[...]

Las : début 2019, Yassine Belattar a donc quitté, tout en discrétion mais à l’amiable, le deal financier qui le rattachait au Jockey-Club. Entre-temps, aucune des annonces faîtes lors de la médiatique inauguration n’a vu le jour : aucun spectacle n’a été joué dans le bar, et l’espace restauration n’a pas été concrétisé. « Ça a fait pschitt », résume un proche d’Amar Salhi, lequel refuse de commenter officiellement l’information, mais la confirme.

[...]

Mais d’estimer que le plus important a été fait : « On a dégonflé la fausse réputation du lieu, qu’on disait interdit aux femmes, voire aux non-musulmans, alors que c’est entièrement faux ! En somme, on a pu montrer que ce n’est pas une base arrière de Daesh. » D’ailleurs, une plainte déposée par Amar Salhi contre les auteurs du reportage mensonger de France Télévisions, qui avaient fait appel à la Brigade des mères pour le réaliser, est toujours en cours et des auditions ont eu lieu.

[...]

Une note positive qui ne convainc pas tout le monde, au Jockey-Club. Croisé un matin devant le zinc, un homme regrette « que ce monsieur ait profité de la mauvaise passe du bar pour faire parler de lui ». Il ajoute :

« Il a voulu entretenir son image d’homme au contact de la banlieue en se servant de nous. Ça prouve que c’est lui qui a besoin de nous, pas le contraire. Est-il aussi connecté à la banlieue qu’il le dit ? Avec des faux plans comme celui-ci, il ne se fait pas que des amis. »

Lire l’article entier sur leparisien.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.