Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quatre collaborateurs de Boris Johnson démissionnent suite au PartyGate

Pression oligarchique ou purge nationaliste ?

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a perdu quatre collaborateurs d’importance dans la foulée du scandale des fêtes à Downing Street lors du confinement. Des départs qui affaiblissent encore davantage sa position.

 

En conséquence du PartyGate, Boris Johnson a vu la démission de quatre de ses proches. Interviewé sur RT France, le spécialiste des institutions européennes, François Poulet-Mathis, estime que « l’étau se resserre autour de Boris Johnson » mais que celui-ci « n’a pas encore déclaré son dernier mot ». Selon le journaliste, Boris Johnson bénéficie encore de plusieurs « appuis », particulièrement chez les jeunes députés du Parti conservateur.

Downing Street a annoncé dans un communiqué publié dans la soirée du 3 février avoir accepté les démissions de Martin Reynolds, le secrétaire en chef de Boris Johnson qui avait envoyé un e-mail à une centaine de personnes pour les inviter à un pot en mai 2020, ainsi que celle de son chef de cabinet Dan Rosenfield, un an après son arrivée.

Le Premier ministre les a remerciés pour leur « importante contribution au gouvernement », notamment leur travail sur la pandémie et la reprise économique, a déclaré un porte-parole dans un communiqué. « Ils resteront en place jusqu’à ce que leurs successeurs soient désignés », a-t-il ajouté.

L’annonce de ces départs avait été précédée dans la journée par ceux de Munira Mirza, responsable des politiques à Downing Street, et du chef de la communication Jack Doyle, qui aurait participé à une des fêtes incriminées.

 

Des accusations contre le chef de l’opposition qui font polémique

Munira Mirza a reproché à Boris Johnson d’avoir lancé une accusation « trompeuse » contre le chef de l’opposition lorsqu’il se défendait au Parlement après la publication d’un rapport interne accablant sur ces rencontres à Downing Street. Le Premier ministre avait alors accusé le chef du Parti travailliste Keir Starmer d’avoir permis au pédocriminel Jimmy Savile, ex-star de la BBC décédée en 2011, d’échapper à la justice quand il dirigeait le parquet britannique.

Le recours à cette accusation très répandue dans les milieux complotistes a provoqué un tollé. Keir Starmer a lui-même accusé Boris Johnson de répéter « les théories du complot de fascistes pour marquer des points politiques pour pas cher ». « Il n’y avait aucune base raisonnable ou juste à cette assertion », a écrit Munira Mirza, responsable des politiques à Downing Street, dans sa lettre de démission publiée sur le site du magazine The Spectator. Il s’agissait d’une « référence partisane et déplacée à une affaire épouvantable d’abus sexuels sur des enfants », a-t-elle déclaré. Malgré son appel en ce sens, « vous n’avez pas présenté d’excuses pour l’impression trompeuse que vous avez donnée », a-t-elle poursuivi.

Ancienne membre du défunt Parti communiste révolutionnaire, Munira Mirza a travaillé avec Boris Johnson quand il était maire de Londres entre 2008 et 2016. Downing Street a confirmé son départ, de même que celui du directeur de la communication Jack Doyle. Selon le Daily Mail, il a dit à ses équipes qu’il avait toujours été dans son intention de partir deux ans après son arrivée à Downing Street en 2020, et que sa vie familiale avait fortement souffert de ce scandale ces dernières semaines.

Downing Steet a souligné la « gratitude » de Boris Johnson à ces deux anciens conseillers pour leur « contribution au gouvernement ».

Boris Johnson face au covidisme, voir sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Donc on les emmerde pour une petite fete mais pas un journaleux pour leur demander pourquoi ils ont mentis sur tous les chiffres du Covid ?

     

    Répondre à ce message

  • #2899893

    Les gars démolissent tout ce qu’ils touchent, puis se virent les uns les autres en se remerciant mutuellement pour leurs efforts dans la « reprise économique »

    J’adore ces gens

     

    Répondre à ce message

  • #2899894

    Avec ce Partygate bien connu de tous désormais, la vidéo de Macron faisant la fête sans précaution aucune aprés son match de foot et pas mal d’autres vidéos du même genre qui prouvent à quel point nos élites ne croient absolument pas à cette pandémie, je ne comprends comment une partie de la population peut, elle, encore y croire ?

     

    Répondre à ce message

  • #2899905

    BoJo ne finit pas le mois normalement

    L’Angleterre c’est pas la France !

     

    Répondre à ce message

  • #2899921
    Le 5 février à 10:57 par Bayinnaung (les pro-vaccin sont des chiens)
    Quatre collaborateurs de Boris Johnson démissionnent suite au (...)

    Mouais, quand est-ce que Macron / Castex / Veran qui ont moult fois fichu des coups de canifs aux règles sanitaires qu’ils édictaient pour nous autres, les gueux, feront de même ?

    Encore une fois : la paille Anglaise et la poutre Française (ou plutôt celle de la France-Macronnerie sous diktat euro-germanolâtre) ... n’est-ce pas ?

    Ceci dit :



    Le recours à cette accusation très répandue dans les milieux complotistes a provoqué un tollé. Keir Starmer a lui-même accusé Boris Johnson de répéter « les théories du complot de fascistes pour marquer des points politiques pour pas cher »



    C’est sûr que faire la fête pendant un confinement, c’est largement pire que de s’entendre avec des violeurs d’enfants. On est d’accord !

    La Gauche !

    D’un bord ou de l’autre de la Manche, ça reste toujours la même saloperie.

    Et sinon, si les fascistes sont ceux qui veulent défendre les enfants, que penser alors des antifascistes ?

    Et même renversons un peu le propos : si c’est fasciste et complotiste d’accuser quelqu’un d’avoir violé un enfant, soit-disant, sans preuves, alors Mittou, c’est quoi ? Le 3ème Reich ? Parce qu’en matière d’accusation sans preuve, ça se pose là. Ceci dit, à ce moment-là, ok, je suis d’accord, s’il faut faire taire les chasseurs de pedo, faisons taire aussi les femen, non ? Et donnez le droit aux accusés de harcèlement sexuel sur le lieu du travail de demander des preuves, afin d’éviter le retour de la bête immonde... Cessons la traque aux pedo, cessons la traque aux violeurs et aux harceleurs, on va voir ce que les féministes de gôsh vont penser de ce grand-écart de pensée.

    (Cette remarque était une fausse naïveté : on a compris qu’ils ont le droit d’utiliser l’ananas pour comparer le renvoi d’un immigré en situation irrégulière chez lui au vélodrome, mais que par contre, un non-vax traité pire qu’un chien, lui, n’a pas le droit de comparer sa situation à celle d’un juif pendant les heures mal éclairées...Ha ! La mauvaise foi : ce défaut si présent chez les femmes, les gôshiasses et les euro-germanolâtres ^^)

     

    Répondre à ce message

  • #2899926
    Le 5 février à 11:06 par Bayinnaung (les pro-vaccin sont des chiens)
    Quatre collaborateurs de Boris Johnson démissionnent suite au (...)

    (ceci est une réponse préventive : Hé ! Oui, vous êtes tellement prévisibles, vous autres les pro-UE/pro-Allemagne que je préfère ne pas attendre votre réponse pour y réagir)

    @ anonyme

    Je vais être un peu taquin. Si Bojo venait à sauter officiellement pour une petite fête alors qu’officieusement, il pourrait partir à cause de ses accusations à l’encontre des pedo ... Cela ne ferait-il pas des anti-brexit / pro-UE / pro-Allemagne donc des alliés des pedo ?

    Et si les conservateurs perdent aux prochaines élections à cause de ça, cela ne serait-il donc pas une victoire pour les pedo de gôsh saluée par les européistes et les anti-anglais bébêtes (qui se disent de drouâte ! Non, ne riez pas !) qui se sont donc faits, par leur haine anti-anglaise mal placée, les alliés de ceux qui violent des enfants ? Je ne fais que poser la question, je n’accuse personne. ^^

    C’est beau la germanolâtrie qui pousse à soutenir l’UE, la gôsh et au final les pédo... On sent qui sont les traîtres qui disent défendre la France mais finissent à Sigmaringen à la fin.
    Finalement, je commence à comprendre pourquoi les sionards gagnent en France et en même temps pourquoi ils détestent tant les "français"... quand on est capable de se coucher devant la race supérieure, pourquoi ne pas le faire devant le peuple élu ? Après tout, s’il est normal que l’Allemagne prenne le couloir de Dantzig, pourquoi Tsahal n’aurait pas le droit de prendre Gaza ? La souveraineté elle est pour tout le monde ou elle n’est pour personne.

     

    Répondre à ce message

  • #2900033

    Depuis le début cette histoire pue la purge. Qui est purgé ? Pourquoi ? Je ne connais pas assez la politique britannique pour répondre. Je constate l’insistance des médias à ressasser cette histoire qui n’est pas grand-chose

     

    Répondre à ce message

  • #2900423

    Pendant ce temps, ces dégénérés arment l’Ukraine et poussent à la guerre ! Ils veulent nous refaire le coup de la Pologne en 39 ! Les anglolâtres vont-ils encore tomber dans le panneau ?

     

    Répondre à ce message

  • #2900907

    C’est bien le blondinet Johnson fait le ménage... Atterrissage en douceur !

     

    Répondre à ce message