Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

« Jean Tirole est l’un des économistes les plus influents de notre époque. Il est l’auteur de contributions théoriques importantes dans un grand nombre de domaines, mais a surtout clarifié la manière de comprendre et réguler les secteurs comptant quelques entreprises puissantes », a annoncé le communiqué de l’académie de Suède qui a remis le prix Nobel à l’économiste français.

Né à Troyes en 1953, ce polytechnicien, titulaire d’un doctorat d’économie aux États-Unis obtenu au Massachusetts Institute of Technology (MIT), est l’un des fondateurs, en 1991, de l’Institut d’économie industrielle, berceau de ce qu’on appelle aujourd’hui l’« école de Toulouse » en économie. Il est président de la Fondation Jean-Jacques Laffont – Toulouse School of economics (TSE), considérée comme l’une des plus grandes écoles d’économie française. Médaille d’or du Conseil national de la recherche scientifique (CNRS) en 2007, il est également membre du Conseil d’analyse économique, une instance chargée d’aiguillonner la politique économique du gouvernement...

Une fois passé la lecture d’un CV rutilant et la légitime fierté patriotique, une question se pose : en pleine crise économique, quelles solutions propose Jean Tirole ?

 

Théoricien de la nouvelle économie industrielle

Récompensé aujourd’hui pour ses travaux sur la régulation des marchés, Jean Tirole, théoricien de la nouvelle économie industrielle, ne préconise une régulation par l’État que pour rendre possible les conditions de la concurrence « pure et parfaite ». Ainsi s’inscrit-il dans la continuité de Léon Walras, un des fondateurs de la théorie néoclassique, qui évoque un « tâtonnement progressif », qui nuance la « main invisible » chère à Adam Smith. Bref, la nouvelle économie industrielle voit l’État comme un garant de l’économie de marché, chargé de veiller à son bon fonctionnement. Dans le même ordre d’idée, il est l’un des promoteurs de l’écologie de marché, qui consiste, pour sauver l’environnement, à créer de nouveaux marchés : marché des «  droits à polluer  » ou «  droits d’émission négociables  », « taxe carbone », etc.

Pour Jean Tirole, le financement et la gouvernance d’entreprise sont envisagés sous l’angle de la shareholder value, la valeur actionnariale. Dans son livre de référence publié en 2006, The Theory of Corporate Finance, il explique que la gouvernance d’entreprise relève des « voies par lesquelles les investisseurs [suppliers of finance corporations] s’assurent de leur retour sur investissement […]. Les économistes, et du coup, le cadre et les acteurs réglementaires, ont toujours affirmé que, sur la base de prix reflétant la rareté des ressources, le management doit avoir pour objectif de maximiser la richesse des actionnaires. » C’est-à-dire la financiarisation des entreprises par la priorité donné aux actionnaires, soit le passage du pouvoir des patrons d’entreprise au pouvoir des actionnaires, le patron n’étant plus qu’un tampon entre un actionnariat prédateur et hors-sol et des ouvriers enracinés et pressurés. Apôtre de l’introduction de la concurrence dans les secteurs administrés par des monopoles publics, Jean Tirole partage avec les théoriciens de l’école de Chicago, (Milton Friedman, Gary Becker, etc.) la méthodologie de la théorie néoclassique.

On ne s’étonnera donc pas des louanges qui lui sont tressées par Emmanuel Macron, Jacques Attali et les milieux financiers en général…

 

La finance dans l’enseignement universitaire

Jean Tirole est l’un des principaux artisans en France de la tentative d’intrusion et de lobbying des milieux financiers sur l’enseignement et la recherche économique de pointe à l’Université, comme l’explique Laurent Mauduit, qui l’épingle dans Les Imposteurs de l’économie. Enquête sur ces experts médiatiques au service de la finance (2012).

Ce dernier décrit aujourd’hui sur Mediapart l’École d’économie de Toulouse comme « la tête de pont au sein de l’Université française des courants de pensée libéraux ou ultralibéraux en économie. Plus que cela ! C’est lui, effectivement, qui a joué les précurseurs pour inviter le monde de la finance à sponsoriser la recherche économique. »

Son école est en effet gérée par la Fondation Jean-Jacques Laffont, un organisme qu’il préside, créé par le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l’université Toulouse 1 (c’est-à-dire l’État tant décrié), et alimenté par des entreprises telles qu’AXA, BNP Paribas, le Crédit Agricole, Total, etc. Bref, des multinationales et des banques qui ne sponsoriseraient certainement pas des travaux dont les conclusions iraient contre leurs intérêts…

Voir aussi, sur E&R :

Pour une autre vision de l’économie, rendez-vous sur Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #999246
    le 14/10/2014 par gentil garçon
    Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

    Valet du capitalisme , à pendre, évidemment, sur un pont de Toulouse . Les héritiers se réjouiront de se partager les 800 000 euros du Nobel .

     

  • #999260
    le 14/10/2014 par vincentgétorix
    Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

    "Une fois passé la lecture d’un CV rutilant et la légitime fierté patriotique, ..."

    Ah bon, il faut être fier qu’un français ait été sélectionné par une institution impériale mondialiste ( cf conférence d’Asselineau : le gouvt par le mensonge ou qqc comme ça) ? Il faut être fier de Valls et de beaucoup d’autres alors.
    Cette même institution a donné d’autres prix à d’autres économistes qui développent des thèses qui contredisent celles de notre génial lauréat du jour. Le comité Nobel pond des génies, pas des vérités ( sauf pour les sciences "dures", mais l’économie n’en est pas une).


  • #999264

    Le monde tourne à l envers ! Plus on fait pour faire le mal plus on est récompensé ! Il a déjà dit qu il fallait mettre au cri pour un contrat plus fexilble

     

    • #999329
      le 14/10/2014 par Florian Geyer
      Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

      Dans la lignée des libéraux enragés à la von Hayek et à la Friedman , un porte drapeau de la ploutocratie internationale et de l’Empire ... C’est çà le vrai fascisme contemporain des "suppliers of finance corporations" les ennemis mortels des peuples .
      En effet , il suffit de considérer qui sont ceux qui l’encensent : Attali ... Macron .... les suppots de Rothschild et de Goldman Sachs . C’est beaucoup plus caricatural que les "200 familles" ...


    • #999420
      le 14/10/2014 par utopien converti
      Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

      ’’ a l’ envers ’’C’est en restant sur les thèses de la vérité ’’dogmatique’’ , mais quand on a suffisamment ’’révisé’’ cette histoire officelle, on comprend que au contraire tout va comme prévu, encore faut il connaître les intentions réelles de ceux qui dominent cette modernité !!


  • #999287

    L’Etat garant de l’économie de marché, chargé de veiller à son bon fonctionnement ?. Ah bon ? avec quels pouvoir ?.


  • #999334

    Merci E&R pour cette éclairage fort intéressant


  • #999366

    Si Jean Tirole est l’un des économistes les plus influents de notre époque, vu l’économie mondiale moribonde il aurait dut faire croque mort !!!...

     

  • #999367

    Je me demande si aujourd’hui un homme comme Maurice Allais aurait été ou aurait pu être nobélisé ?

    Lorsque j’ai entendu la nouvelle je me suis posé la question : pourquoi en économie et un français en plus ? et voilà la réponse...

    * Apôtre de l’introduction de la concurrence dans les secteurs administrés par des monopoles publics, Jean Tirole partage avec les théoriciens de l’école de Chicago, (Milton Friedman, Gary Becker, etc.) la méthodologie de la théorie néoclassique.*

    Bref, tous ces gens sont responsables du merdier où nous nous trouvons aujourd’hui et comme récompense : le Nobel... bravo les gars.

    La France à deux Nobel (littérature) une dette vertigineuse et des millions de chômeurs sans parler de l’invasion du pays, mais bon, qui dira encore que la France se suicide ?

    Quel pessimisme ! bande de fumistes.

     

    • #1000865

      De toutes façon le prix Nobel d’économie n’existe pas vraiment. C’est une exigence de la banque...Encore une...

      De Wikipédia :

      Les prix Nobel sont attribués depuis 1901 dans les domaines suivants :

      physique, décerné par l’Académie royale des sciences de Suède.
      chimie, décerné par l’Académie royale des sciences de Suède.
      physiologie ou médecine, décerné par l’Institut Karolinska.
      littérature, décerné par l’Académie suédoise.
      paix, décerné par un comité nommé par le parlement norvégien (Storting).

      En 1968, avec l’accord de la Fondation Nobel, la Banque de Suède a institué un prix en économie, le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, communément appelé « prix Nobel d’économie » bien que n’étant pas formellement un prix Nobel décerné par l’Académie royale des sciences de Suède2.


  • #999368

    De toutes façons, un prix nobel n’a qu’une importance médiatique telle une palme d’or, un goncourt, ou un oscar
    Il n’a que l’importance que ceux qui sont éblouis par les paillettes veulent lui accorder.

     

  • #999416

    Je me suis arrêté à MIT, à la deuxième ligne du premier paragraphe... Si je n’étais habitué, je me dirais que c’est un cauchemar...


  • Le pire c’est qu’il écrit tous ses ouvrages en langue Anglaise.
    Quelques uns ont été traduits en Français mais ils paraissent d’abord en Anglais.

     

  • #999486

    Et Bernard Madoff, il est de quel ecole ? moi je lui aurai attribue le prix Nobel de l’economie
    Je trouve que c’est la star incontestable de la finance d’aujourd’hui, le plus emblematique de notre epoque donc il merite vraiment un prix Nobel

     

    • #1000091

      Bien vu mais, moi pour Madoff, je lui décernerais carrément la médaille Field (une fois tous les 4 ans et c’est en mathématique) beaucoup plus prestigieux que le Nobel qui est devenu comme la légion d honneur, on la donne en priorité à ceux qui n en ont pas...


  • Alors , le voilà l’homme providentiel .. !!!! Beau CV ! Mais quand on sait comment se décide les prix nobel (conférence de F. Asselineau) on ne s’étonne plus.


  • Comment s’étonner que M. Tirole soit Prix Nobel d’Economie ?
    Barack Obama est bien Prix Nobel de la Paix !


  • #999769

    On avait un seul prix nobel de l’economie qui était très critique à l’égard du système. Et donc, de ce fait, il avait une certaine notorièté.
    Ils ont certainement voulu faire taire le premier en mettant un pseudo economiste pour lui faire de l’ombre

     

  • #999908

    Ne jamais oublier que l’économie "tout court" ça n’existe pas, et que jadis l’on accolait toujours l’adjectif "politique" à ce mot. Toute économie procède d’abord d’une politique. A quel politique est-il inféodé ?? La réponse, chacun la sait.. Et, concernant le Nobel, qui l’attribue, quand, pour quelle raison ??? Le nobel a son utilité dans je jeu géopolitique..

     

  • #1000146

    donc Tirole est récompensé aujourd’hui pour ses travaux sur la régulation des marchés. Jean Tirole, théoricien de la nouvelle économie industrielle, ne préconise une régulation par l’État que pour rendre possible les conditions de la concurrence « pure et parfaite »

    Source Belga du 12 octobre au sujet de super marché libéral si pur et parfait : " Les grandes banques du globe se sont mises d’accord samedi pour modifier les règles de fonctionnement du marché de quelque 7.000 milliards de dollars de produits dérivés afin d’éviter que la faillite d’une d’entre elles ne provoque l’effondrement du système financier mondial.
    Ces établissements, allant des américains aux asiatiques en passant par des européens, ont accepté d’abandonner le principe du débouclage automatique ("close out") des contrats si une institution financière se trouve en difficulté, a annoncé dans un communiqué l’ISDA.
    L’Association internationale des swaps et dérivés (ISDA) est l’organisme représentant le secteur. C’est elle qui mène les négociations avec les autorités de régulation.
    Selon elle, en cas de défaillance d’un grand établissement posant des risques pour le système financier ("Too big to fail") les banques vont mettre en place un délai pour donner davantage de temps aux régulateurs afin qu’ils trouvent une solution évitant une faillite "désordonnée" aux conséquences potentiellement explosives.
    Cette solution contractuelle vise concrètement à suspendre temporairement le débouclage automatique des contrats.
    La faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 avait donné lieu à un débouclage massif de contrats dérivés avec la banque, ce qui avait provoqué le chaos sur les marchés financiers.
    Cet accord sera effectif à partir du 1er janvier 2015, selon le communiqué. Les banques auxquelles il va s’appliquer sont : Bank of America, Bank of Tokyo-Mitsubishi, Barclays, BNP Paribas, Credit Agricole, Credit Suisse, Citigroup, Deutsche Bank, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, HSBC, Mizuho Financial Group, Morgan Stanley, Nomura, Royal Bank of Scotland (RBS), Société Générale, UBS, Sumitomo Mitsui et UFJ. "

    Donner encore plus de poids à la finance est absurde... Il ne devrait pas exister de prix Nobel de l’Economie...on a déjà eu droit à celui qui vantait les produits dérivés et toxiques....


  • #1001028

    c’est quand meme une grande fierté d’avoir quelqu’un qui a un tel parcours. Oui il écrit en anglais mais la langue du commerce c’est l’anglais. Oui il est pour les banques fortes, et alors ? L’objectif de chaque entreprise est de faire le plus de profit, sa stratégie c’est de tout mettre en oeuvre pour y arriver. Le problème ce n’est pas le profit mais sa redistribution.

    Faites des etudes travailler et vous réussirez quand je vois le nombre de commentaire négatif sur Jean Tirole, faudrait peut être ce réveiller un peu, lui il a réussi que par le travail !

     

    • #1005652
      le 20/10/2014 par Tonton Christobal
      Qui est Jean Tirole, prix Nobel d’économie ?

      Banques et redistributions sont des oxymores !!!
      La banquier est avant tout un charognard qui est là pour s’enrichir avec VOTRE argent en vous refourguant des crédits à la consommation foireux,des frais de fonctionnement indus et des agios prohibitifs si vous avez le malheur d’être à découvert !!!
      Leur but étant surtout d’enfler les pauvres et les précaires et ce même en étant à la limite de l’illégalité si il le faut...
      Aux familles nombreuses ils sont là pour refiler du livret (faiblement) rémunéré,du PEP et du PEL,et ils forcent les anciens à investir dans leurs produits douteux leurs petites retraites en faisant du chantage à la CB voire de supprimer leurs comptes,mais c’est avec les chômeurs,les smicards et les précaires que là ils s’éclatent vraiment:toutes ces personnes qui sont déjà à découvert dès le 15 du mois leur rapportent chaque année des milliards de frais de dépassement !!!
      Et puis ce qui les intéressent le plus ce n’est pas d’aider les petites entreprises à se développer ou d’accompagner les particuliers sur le long terme comme du temps des trente glorieuses mais de spéculer pour faire "des coups" à court terme et puis même si ils perdent gros pour eux c’est pas très grave puisque ils savent pertinemment que les états les renfloueront de toute manière quitte à presser toujours plus comme un citron le con-tribuable français !!


  • Afficher les commentaires suivants