Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Qui est Vincent Peillon ?

Pour E&R par la revue Faits & Documents

Le 29 janvier 2014, Vincent Peillon intervenait à l’Assemblée nationale pour défendre le dispositif ABCD Égalité expérimenté dans 275 écoles avec pour objectif l’amélioration de « l’égalité homme-femme ». Il s’insurgeait de « l’instrumentalisation par l’extrême droite négationniste », accusant ainsi l’action nationale Journée de retrait de l’école lancée par Farida Belghoul en décembre 2013, un mouvement de parents d’élèves utilisant l’absentéisme organisé comme moyen de contestation. Relayé par la machine médiatique, le ministre dénonce, non sans culot, la « rumeur ». Comme le résume Éric Zemmour, « Monsieur Peillon se fout de la gueule du monde, il n’y a pas de rumeur il y a une réalité, il y a une volonté totalitaire de changer l’homme » (i>Télé, le 1er février 2014). Et cette volonté de changer l’homme a été théorisée, pensée par des idéologues. Vincent Peillon en est le fer de lance, avec également la « charte de la laïcité ». Mais ce « philosophe d’appareil » (Le Monde du 13 mars 2009) applique-t-il ses idées à sa propre famille ?

 

« Le serpent » : le surnom que lui a donné François Hollande.

Rapporté par Libération, 23 janvier 2010

 

« Le savant et le politique. Son storytelling à lui. Une image en chasse une autre : l’apparatchik socialiste ou le philosophe, l’intello solitaire ou l’homme de réseaux, celui qui pense ou celui qui cogne. »

L’Express, 25 juillet 2012

 

« Il a le profil des caciques de la IIIe République. »

L’Express, 15 février 2012

 

« Allure de JFK du 6e arrondissement, cet agrégé de philosophie […] a en effet davantage la réputation d’un redoutable tacticien de l’appareil socialiste que d’un doux spéculatif […]. Martine Aubry vient de [le] charger plus ou moins officiellement de “la dimension culturelle et idéologique” pour la campagne de 2012. Une certaine honnêteté plutôt, face à l’ampleur de la tâche à accomplir pour sortir d’un marasme qui a livré la France à des thèmes selon lui néofascistes. »

Le Nouvel Observateur, 27 janvier 2011

 

« Après la défaite socialiste du 21 avril 2002, puis la perte de mon siège de député, j’ai connu une vraie sensation d’oppression et c’est en lisant Bergson que j’ai retrouvé mon souffle. »

Vincent Peillon, Le Monde magazine, 12 mars 2011

 

« La Révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la Révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »

Vincent Peillon, La Révolution française n’est pas terminée, Seuil, 2008

 

« “Nous voulons refonder l’école de la République. Et nous voulons refonder la République par l’école !” En cette soirée du 16 novembre [2012], debout derrière le pupitre de l’orateur, dans le grand temple Groussier du Grand Orient de France (GODF), au siège parisien de l’obédience, rue Cadet (Paris IXe), Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, sait que l’assistance, composée essentiellement de francs-maçons, lui est acquise. Sans notes, ce philosophe de formation plaide durant une trentaine de minutes pour le retour d’un pouvoir spirituel républicain – celui de la connaissance et d’une certaine “morale laïque” – dont les enseignants seraient les messagers. “L’école doit surmonter la crise de l’avenir et celle de l’identité nationale”, lance le ministre avec fougue. Dans le temple, les frères et sœurs écoutent avec ferveur ce discours d’un “profane” qui leur va droit au cœur. Sans être franc-maçon, Vincent Peillon a beaucoup écrit sur la pensée de Ferdinand Buisson, le bras droit du frère Jules Ferry, père de l’instruction publique en France, et sur Pierre Leroux, un franc-maçon défenseur d’un socialisme fraternel et spiritualiste dans les années 1848-1870. “Peillon partage nos valeurs, c’est un maçon sans tablier”, se réjouit l’un des invités de cette soirée. »

Vincent Peillon, Le Figaro, 7 décembre 2012

 

« Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix. »

Vincent Peillon, Le Journal du dimanche, 2 septembre 2012

 

 

Une « morale laïque » chez les Peillon ?

Vincent Peillon est né le 7 juillet 1960 à Suresnes (Hauts-de-Seine). Il est le fils de militants communistes bourgeois qui s’éloignèrent du PCF après 1968. Son père, Gilles Peillon (1928-2007) fut cadre dirigeant de l’Eurobank, la banque soviétique en France. Dans La Croix (6 mars 2009), il évoquait sa grand-mère maternelle « juive et républicaine ». En fait par sa mère, déclarée comme Françoise Beaulieu, ancienne directrice de recherche à l’Inserm, il est descendant d’une longue lignée juive alsacienne.

Sa mère, née Blum en 1930, a obtenu (comme son père, son frère et sa sœur) de changer son nom en Baulieu (et non pas Beaulieu) par décret du 19 novembre 1947 (Journal officiel, p. 11 484). Elle est la petite-fille du Grand Rabbin de Mulhouse Félix Blum (1847-1925), et fille de Léon Blum (un homonyme), né en 1878 et décédé en 1930, médecin et directeur de clinique, qui eut par exemple comme élève Albert Schweitzer. Ainsi, l’oncle de Vincent Peillon n’est autre que le célèbre Étienne Baulieu (F&D n°27), ancien militant communiste, père de la pilule abortive (dite aussi « pilule du lendemain ») et ancien président de la l’Académie des sciences. Sa tante Suzanne Baulieu, ancienne directrice de recherche au CNRS a épousé Mathieu de Brunhoff, fils du créateur de Babar.

Vincent Peillon est le frère d’Antoine Peillon, né en 1959, journaliste à La Croix, qui figure parmi les responsables du syndicat de journaliste Filpac-CGT, spécialiste des paradis fiscaux. En première noce, Vincent Peillon s’est marié avec Brigitte Sitbon, professeur agrégé de philosophie, membre associé du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (CNRS/EPHE). Elle a signé, sous le pseudonyme de Julie Saltiel, un roman à clef érotico-pornographique La Cinquantaine bien tapée (Denoël, 2008). Une fois ministre, il pensera à bombarder son ex-épouse inspectrice générale de philosophie (Le Canard enchaîné, 18 décembre 2013). Il s’est depuis remarié avec Nathalie Bensahel, chef adjoint du service économique de Libération puis journaliste responsable de la rubrique mode au Nouvel Observateur. Leurs liens seraient actuellement distendus. Avec chacune de ses épouses, il a eu deux enfants. Salomé et Maya avec la première, Elie et Izaak avec la seconde. Tous ont été élevés dans la culture mosaïque.

 

JPEG - 180.3 ko
Actualité juive des 7 avril 2009 (à gauche, concernant Elie) et 17 novembre 2011 (à droite, concernant Izaak)

 

Son fils Elie postera sur Facebook, en réaction à la Manif pour tous du 24 mars 2013 : « Connard de manifestants, on devrait tous les pendre en place public. »

 

 

Sa fille Salomé, après avoir soutenu un mémoire de master consacré au « boycott culturel d’Israël » à l’Université libre de Bruxelles (2010), a fait son alya puisqu’elle est devenue, depuis février 2013, chargée de mission à l’ambassade de France en Israël. Sans doute le ministre a-t-il pu rendre visite à sa fille lors de sa visite en Terre promise fin janvier 2014.

 

 

Le Philosophe de la République

Professeur agrégé de philosophie (contrairement à ce qu’indique une rumeur persistante, il a bien été reçu au 22ème rang en 1986, après un premier échec) et docteur en philosophie (il a été formé par Jean-Pierre Vernant, qui militait avec ses parents à la section communiste du VIIIe arrondissement de Paris, et consacra sa maîtrise à Michel Foucault), il aurait pendant ses études travaillé pour la Compagnie des wagons-lits sur le Paris-Copenhague, en profitant pour créer une société d’import-export de saumon.

Après ses études, il est rapidement devenu, après quelques années d’enseignement en École normale, chercheur au CNRS (sur les « pères du socialisme »), ayant été coopté au centre d’études de la vie politique française de Sciences-Po par Pascal Perrineau. Il a notamment signé un ouvrage sur La Tradition de l’esprit (1994), et un autre sur Jean Jaurès et la religion du socialisme (« Sans doute peut-on considérer qu’il est désuet ce socialisme en blouse, hirsute, réflexif et loquace qui n’hésitait pas à parler d’honneur, de vérité, d’esprit et même de religion, qu’il est archaïque ce socialisme pétri du souci des humbles, habité de la volonté d’égalité, pénétré de l’amour de l’instruction [...] Le socialisme est l’accomplissement du lien religieux entre les hommes »).

 

« Peillon s’en est allé chercher le socialisme d’avant la glaciation marxiste, se promène chez les théoriciens d’il y a un siècle, francs-maçons, idéalistes, inventeurs de possible. Il conforte dans ses recherches ses convictions de moderniste contemporain [...] Il cherche les ressorts mystiques, croyants, qui nourrissaient les premiers théoriciens de la gauche »

Le Nouvel observateur, 15 août 2002

 

Il a par ailleurs signé Pierre Leroux et le socialisme républicain. Une tradition philosophique (Le Bord de l’eau), La Révolution française n’est pas terminée, (Le Seuil, 2008), Peut-on améliorer l’école sans dépenser plus ? (avec Xavier Darcos, Magnard, 2009), Éloge du politique : une introduction au XXIe siècle, (Le Seuil, 2011), Conversations républicaines (avec François Bazin, Denoël, 2011) ou encore Refondons l’école, (Le Seuil, 2013). Il dirige également la collection « Bibliothèque républicaine » aux éditions Le Bord de l’eau depuis 2007, année où il a fondé l’Institut Edgar Quinet, un lieu de formation des élus socialiste (il facture de 300 à 800 euros la journée). Ainsi Vincent Peillon est-il, depuis une vingtaine d’années, un idéologue du Parti socialiste, même si sa notoriété est relativement récente.

 

« On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique » :

 

Extrêmement discret sur ses engagements de jeunesse, il a toutefois appartenu aux Comités communistes pour l’autogestion, un groupuscule d’extrême gauche (Paris Match, 21 juin 2001). C’est d’ailleurs par l’ancien militant trotskiste Pierre Moscovici qu’il a rejoint finalement le Parti socialiste en 1993 (voir aussi son entretien à Passages n° 113), comme défenseur d’une « éthique de l’exemplarité » à l’époque du « devoir d’inventaire », mitigé, de l’ère mitterrandienne, ralliant rapidement l’aile jospinienne. Il a milité au Manifeste contre le Front national, lancé par la gauche ex-trotskiste du Parti socialiste, pour faire pendant à Ras l’front. Il sera orateur le 3 juillet 1998 pour les « Quinze ans de lutte contre le Front national », sur le thème « Le Front national aux affaires dans les villes et les régions ».

Signataire (avec Adeline Hazan, ex-présidente du Syndicat de la magistrature, Christine Priotto, Christophe Clergeau, etc.) de la motion la plus à gauche au Congrès de Liévin en 1994, il entre aussitôt à la direction nationale du PS, ayant obtenu 8 % des suffrages à la surprise générale. Comme le dit Marianne (1er mai 2000), c’est un « mini-courant moderne, réformiste, de gauche, moral et un peu puceau (mais) qui apprit vite ».

Après avoir été chargé de mission du président de l’Assemblée nationale Henri Emmanuelli (pour le compte duquel il rédigera un ouvrage sur la République qui ne sortira jamais) et secrétaire du groupe des experts du Parti socialiste piloté par Dominique Strauss-Kahn à l’époque de Michel Rocard, il prend en main le département des études, œuvrant au « devoir d’inventaire » cher à Lionel Jospin (dénonciation du mitterrandisme, des bureaux d’études, des affaires, de Bernard Tapie considéré comme une « dérive du mitterrandisme », etc.).

Peillon en Picardie ou l’impossible ancrage local

En 1997, il est parachuté dans la Somme par Lionel Jospin, devance au premier tour le communiste Jacques Pecquery et l’emporte au second avec 53,81 %, face au RPR sortant Jérôme Bignon, dans la 3e circonscription, une circonscription traditionnelle, pauvre et rurale où les chasseurs-pêcheurs réalisent des scores records.

Premier secrétaire de la fédération départementale du PS de 1997 à 2000 et depuis 2003, il devra subir une véritable « course à l’échalote » de la part de quelques chasseurs passablement excités. Ce qui se transformera aussitôt en fait de gloire largement médiatisé : évacuation par hélicoptère de la gendarmerie, dénonciation du « fascisme » des chasseurs-pêcheurs, assimilés à des « fous furieux de la gâchette » qui lui auraient tendu un « guet-apens » et se préparaient au « lynchage ». Cela lui rappelle « ces types qui venaient le 16 juillet 1942 vous chercher pour vous parquer au Vel’ d’Hiv’ ». Quelques jours plus tard, quatre chasseurs seront inculpés « pour entrave à la liberté de réunion, violences en réunion, tentatives d’incendie par engins explosifs et dégradation de biens publics ». Au total, neuf chasseurs seront condamnés le 24 mars 2003 à des peines de 4 à 12 mois de prison avec sursis, 2 à 3 ans d’interdiction de droits civiques et 35 000 euros de dommages et intérêts.

En juin 2002, il sera battu (mais moins nettement que prévu), obtenant 47,54 % face au conseiller général et maire adjoint UMP-RPR de Bermesnil Jérôme Bignon. Il avait pourtant pris pour suppléant Marcel Lottin, oncle du candidat CPNT Nicolas Lottin (la rumeur, démentie, assura que Peillon avait proposé à Nicolas Lottin de devenir son suppléant). D’une manière générale, Vincent Peillon a beaucoup de mal face aux électeurs. Il renoncera à se présenter au régionales de 2004 face à Gilles de Robien et échouera une nouvelle fois face à Jérôme Bignon aux législatives de 2007 (49,89 % des voix). Comme le résume François Ruffin : « Les électeurs l’ont à nouveau renvoyé à sa philosophie » (Fakir n°34). Il fera, après son échec de 2002, un bref retour au CNRS.

En mal de mandats locaux, il s’est fait élire au Parlement européen en 2004 sur une liste conduite par Henri Weber dans la circonscription nord-ouest. Poussé hors de sa « terre d’élection » picarde par Martine Aubry, le « hussard noir du Thalys » (Le Nouvel Observateur, 27 janvier 2011) continuera à siéger au Parlement européen en 2009, après avoir été parachuté dans la circonscription sud-est cette fois-ci, « la seule destination où je souhaitais aller », dit il sans le moindre second degré (rapporté par Le Monde du 13 mars 2009).

On l’aura compris, l’élection est un sujet que connait bien Vincent Peillon, et c’est sans doute pour cette raison qu’il sera invité au Grand Orient de France pour une tenue blanche fermée où il planchera sur le thème « VIème république, quel statut pour les élus du peuple ? » :

 

 

Après avoir défendu le « non » lors du référendum sur le traité établissant une Constitution pour l’Union européenne (2005), il a soutenu la ratification du traité de Lisbonne par la France (2007). Il milite pour le fédéralisme européen et « une harmonisation politique, économique et fiscale au sein de l’Europe ». Au Parlement, il a notamment été membre de la Commission des affaires étrangères, où il a collaboré activement à la déstabilisation de la Syrie [1].

Invité au club Le Siècle depuis 2001, l’ancien porte-parole du PS (2000-2002) deviendra alors l’un des animateurs du courant Nouveau Parti socialiste. C’est avec Arnaud Montebourg et Julien Dray qu’il signe dans Libération du 09 octobre 2002 une tribune « Pour un Nouveau Parti socialiste », car « Après le séisme du 21 avril, le défi lancé à la gauche tout entière et au Parti socialiste en particulier est de faire lever un nouvel espoir »… Le texte servira de base à la création d’un courant, le NPS, où ils seront rejoints par un quatrième comparse, Benoît Hamon.

Proche d’Arnaud Montebourg il a présidé la mission d’information sur la délinquance financière et les paradis fiscaux en Europe (qui mettra en fureur la famille Grimaldi de Monaco). Il publiera, à partir du travail effectué par la commission d’enquête, Les Milliards noirs du blanchiment (Hachette Littérature, 2004). Il a également publié avec Montebourg et Benoît Hamon Cette gauche qui invente : éléments pour un projet politique (Le Bord de l’eau, 2004).

La cohabitation entre Montebourg et Peillon éclate au grand jour en juillet 2005, chacun se disputant la prééminence sur leur courant, et c’est finalement Peillon qui sera premier signataire de la motion en vue du congrès du Mans, mais l’alliance explosera. En fait Peillon ambitionne de longue date de devenir premier secrétaire du PS et c’est dans cette optique que ce redoutable manœuvrier apporte son soutien à Ségolène Royal dès le mois d’août 2006. Ce proche de George Frèche (« un humaniste » selon Peillon, cf. Les Inrocks du 3 février 2010) et de Jean-Noël Guérini fait bénéficier la candidate de l’appui des grosses fédérations des Bouches-du-Rhône et de l’Hérault, soit le soutien des barons socialistes de l’échelon local. En 2007, il est l’un des trois porte-parole de la candidate, sans pour autant faire parti de son cercle rapproché. Après la défaite à la présidentielle, il restera son conseiller politique, présent sur la motion « L’espoir à gauche, fièr(e)s d’être socialistes », en vue du congrès de Reims de novembre 2008.

Il prend ses distances au fur et à mesure avec Ségolène Royal en créant avec David Assouline et Patrick Menucci « L’espoir à gauche », concurrent du « Désir d’avenir » de Ségolène Royal. La rupture sera consommée en novembre 2009, quand Peillon parlera de « psychiatrie lourde » pour qualifier son ex-championne. C’est à cette époque qu’il devient le « nouveau coup de cœur de Pierre Bergé  » (Le Nouvel Observateur du 27 janvier 2011).

Soutien de DSK, il se rallie à François Hollande après l’affaire du Sofitel et prend la tête du « pôle éducation » du Parti socialiste pendant la campagne présidentielle. C’est tout naturellement qu’après l’élection de François Hollande, il devient ministre de l’Éducation nationale, soit le seul ministre qui échappe aux restrictions budgétaires avec la création de 54 000 postes sur le quinquennat. Il souhaite mettre en place dès la rentrée 2013 des cours de morale laïque. Il faut dire qu’il a publié Une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson , (Le Seuil, 2010), sur ce député radical, proche de Jules Ferry, qui, à travers la Ligue de l’enseignement, a été l’inspirateur de la laïcité.

Comme le résume Le Figaro du 26 juillet 2012 : « Sa laïcité est empreinte de foi. Ferdinand Buisson parle d’âme et élabore une forme de mysticisme républicain. »

 

La franc-maçonnerie a créé la laïcité, religion de la République (entretien pour Le Monde des religions du 1er mars 2010) :

 

C’est ainsi que la « charte de la laïcité » sera publiée au Bulletin officiel le 12 septembre 2013.

Il a également fait la promotion de « Ligne Azur », un site d’information sur l’orientation sexuelle destiné aux jeunes adolescents.

 

 

Ce « maçon-friendly » (maçon sans tablier) a des prises de position pour le moins étonnantes pour un ministre de l’Éducation nationale et déclare, par exemple, à propos de la dépénalisation du cannabis : « C’est quand même une question qui se pose sérieusement de savoir si nous ne pourrions pas lutter contre ces trafics en organisant par l’État sa capacité [phrase non-terminée pour cause de digression]... » (France Inter, 14 octobre 2012).

 

Cet article a été écrit en exclusivité pour Égalité & Réconciliation par la revue Faits & Documents d’Emmanuel Ratier.

Visiter le site de la revue : faitsetdocuments.com.

 

Voir aussi, sur E&R :
- « Peillon, homosexualiste honteux ! »
- « Ligne Azur : quelle approche de la sexualité M. Peillon propose-t-il à nos enfants ? »
- « Yves Thréard : "Vincent Peillon ment" »

 

Retrouvez Emmanuel Ratier et la revue Faits & Documents
sur Kontre Kulture :

Pour approfondir, chez Kontre Kulture :

Voir aussi :

18 octobre
Le mystère Brigitte Macron : les numéros 499 et 500 de Faits & Documents sont disponibles !
38
10 octobre
Au sommet de la hiérarchie communautaire – Visionnez gratuitement le chapitre 4 du documentaire F&D sur Jacques Attali
16
3 octobre
Mort de Bernard Tapie : relire son portrait par Emmanuel Ratier
149
30 septembre
Le mystère Brigitte Macron : les numéros 497 et 498 de Faits & Documents sont disponibles !
27
4 septembre
Les années Mitterrand – Visionnez gratuitement le chapitre 3 du documentaire Faits & Documents sur Jacques Attali
32
28 mai
La famille Attali – Visionnez gratuitement le chapitre 2 du documentaire Faits & Documents sur Jacques Attali
37
28 avril
Jacques Attali – De Mitterrand à Macron : 40 ans de pouvoir profond
Le documentaire événement signé Faits & Documents et ERTV !
66
17 avril
Faits & Documents vous présente le second numéro de son enquête sur le "pacte de corruption" d’Emmanuel Macron
4
20 mars
Faits & Documents vous présente le premier numéro de son enquête sur le "pacte de corruption" d’Emmanuel Macron
32
Novembre 2020
Great Reset, Trump et Epstein – Entretien avec Xavier Poussard, rédacteur en chef de Faits & Documents
52
Octobre 2020
Derrière le Covid-19, l’agenda mondialiste du Great Reset
Le projet en 26 citations
166
Octobre 2020
Richard Malka et Hassen Chalghoumi : deux portraits F&D à relire !
Pour comprendre les enjeux de la nouvelle affaire Charlie
12
Mai 2020
Mort de Claude Goasguen, adversaire acharné du FN et précurseur du national-sionisme
82
Mai 2020
Il y a trois ans, Macron était élu président : revoir l’analyse de Xavier Poussard
Mise en abîme
8
Avril 2020
Faits & Documents : l’émission #6 – Coronavirus : le Nouvel Ordre mondial à quitte ou double
121
Mars 2020
Mort de Patrick Devedjian : lire le portrait de Faits & Documents
56
Décembre 2019
Faits & Documents : le second numéro consacré à l’affaire Epstein est disponible
5
Décembre 2019
Pierre Bergé et Jeffrey Epstein, la connexion révélée par Faits & Documents
10
Septembre 2019
Émission spéciale "affaire Epstein" avec Alain Soral et Pierre Jovanovic
Faits & Documents : l’émission #5
192
Juin 2019
Faits & Documents vous présente la cartographie des réseaux de pouvoir sur le gouvernement et le Parlement
29
Mai 2019
Faits & Documents : l’émission #4
28
Avril 2019
Les Gilets jaunes constituants rencontrent l’équipe de Faits & Documents
16
Mars 2019
Faits & Documents : l’émission #3
Invité : Gabriele Adinolfi
5
Février 2019
Faits & Documents : l’émission #2
Invitée : Valérie Bugault
21
Janvier 2019
Faits & Documents : l’émission #1
Invité : Pierre-Antoine Plaquevent
24
 






Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #715457
    Le 5 février 2014 à 12:33 par Bé Hache Elle
    Qui est Vincent Peillon ?

    1% de 6%, j’ai fait le calcul, ça fait 0.06% de la population française.

    Comme disait E. Lévy : "Les juifs sont majoritaires dans les médias pour des raisons historiques évidentes."

     

    Répondre à ce message

  • #715512
    Le 5 février 2014 à 13:08 par dekyus
    Qui est Vincent Peillon ?

    C’est pas à la télévision qu’on verra se genre de reportage !

     

    Répondre à ce message

  • #715719
    Le 5 février 2014 à 15:39 par allonzenfants
    Qui est Vincent Peillon ?

    "Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper… Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"
    (Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)

    "La religion et la morale laïques exigent donc, pour lutter contre les déterminismes, de "changer les mentalités (…) notamment par le biais d’une éducation au respect de la diversité des orientations sexuelles"
    (Vincent Peillon, Lettre du 4 janvier 2013 aux recteurs)

    "Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Eglise".
    (Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)

    "Il faut donc à la fois déraciner l’empreinte catholique qui ne s’accommode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les mœurs, les cœurs, la chair, les valeurs et l’esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"
    (Vincent Peillon, ibid, p. 34)

    "La laïcité française, son ancrage premier dans l’école, est l’effet d’un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l’école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république"
    (Vincent Peillon, ibid, p. 48)

    Cet intégriste, le Frollo de Notre-Dame, réinstaure l’Inquisition. Puisse Quasimodo le balancer par-delà les gargouilles !

     

    Répondre à ce message

  • #715751
    Le 5 février 2014 à 15:55 par paramesh
    Qui est Vincent Peillon ?

    « La Révolution française est l’irruption dans le temps de quelque chose qui n’appartient pas au temps, c’est un commencement absolu, c’est la présence et l’incarnation d’un sens, d’une régénération et d’une expiation du peuple français. 1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c’est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l’oubli total de ce qui précède la Révolution. Et donc l’école a un rôle fondamental, puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »
    voila la vraie arnaque,bien expliquée par notre peillon national la révolution Française est une révolution économique, mais les idéologues de la république ont prétendu en faire une révolution totale, table rase sur le passé. refus de la tradition, manipulation de l’histoire, lavage de cerveau et propagande, le premier et plus parfait négationisme de l’histoire, et ceci pour en arriver logiquement à notre situation actuelle : l’universalisme mondialiste ultraliberal impérialiste et l’individualisme matérialiste, destructuré et formaté : le parfait consommateur.
    Merci Peillon de nous expliquer la chose si parfaitement

     

    Répondre à ce message

  • #716146
    Le 5 février 2014 à 19:53 par laflippe
    Qui est Vincent Peillon ?

    pourquoi ce vaste programme de deshumanisation ? Quesque y le motive, à part sa folie ? Pourquoi ne se contente il pas d’apprendre le libre arbitre à des endives avec un lasso dans une serre beauceronne ? Pourquoi vient il nous faire chier ?

     

    Répondre à ce message

  • #716182
    Le 5 février 2014 à 20:21 par Sandrine
    Qui est Vincent Peillon ?

    Ce monsieur Peillon m’était déjà antipathique avant même de se placer à l’Education nationale, avec sa rhétorique à deux balles et son petit sourire suffisant. Devenu ministre, il est apparu objectivement odieux à tous les gens sensés. Là, son parcours, ses "combats", ses orientations et son opportunisme, cette espèce de ligne visant à détruire systématiquement ce qu’il reste de sain et d’enraciné dans notre société, me le rendent totalement, viscéralement, irrémédiablement immonde. Dieu merci, ce type ne fait que passer. Espérons que ses exactions pourront être neutralisées à temps.

     

    Répondre à ce message

  • #716209
    Le 5 février 2014 à 20:36 par speeder
    Qui est Vincent Peillon ?

    merci d’avoir allumer la lumière devant ce sinistre personnage !

    Je ne crois plus en Dieu depuis l’age de 9 ans, un jour de catéchisme le curé m’a mis une baffe parce que soit disant, j’avais raconté une connerie, alors que c’était mon voisin qui avait raconté sa blague !

    Ce jour là, j’ai dit au curé que je ne croyais plus en Dieu puisqu’il nous avait appris que Dieu voyez tout, désolé, il n’était pas présent ce jour là !

    la politique et la religion, c’est le même combat depuis des siècles, c’était les religions qui faisaient de la politique pendant des siècles, aujourd’hui, c’est les politiques qui font de la religions !

    Mais quand est-ce que nous allons arrêter ce film merdique qui n’apporte rien au peuple humain ?

    Mon chien, ne fait pas de politique, il n’a pas d’appartenance religieuse et il vit normalement, quand un autre chien lui aboi dessus, il s’engueule et le sujet est clos au bout de 30 secondes ! Il ne fait pas de guerre !...

    Nous les humains, cela fait 2000 ans que l’on s’engueule pour savoir qui a raison ou tord, je n’étais pas la au moment des faits, ni TF1 d’ailleurs !

    Alors tous ces politicards qui veulent nous donner des cours de moral, qu’ils la ferment définitivement !

    Mon fils n’est pas baptisé, n’est pas circoncis, il aime le cochon et moi, j’aime les cochonnes, tout est bon dans la cochonne

    y en a marre que ces touristes politiques nous donnent des leçons de morales en changeant de femme comme de chemise, ou en sachant que certains élus sodomisent des enfants en bas ages, merde à la fin !

    Peillon, tu m’emmerdes avec ton talmud et ta théorie du genre, vas semer des patates pour que le peuple mange, c’est tout ce que l’on te demande en tant que ministre

    Apprend à tes élèves à compter, à écrire correctement avant de rentrer en 6ème, pour les histoire de cul, ce n’est pas la priorité du gouvernement, à par pour Hollande qui teste sa nouvelle prostate tous les soirs alors qu’il y a des milliers de personnes sans toit dans notre pays !

    De Gaulle revient, tu nous manques

     

    Répondre à ce message

    • #717274
      Le Février 2014 à 16:09 par kaliyuga
      Qui est Vincent Peillon ?

      Je crois plus en Dieu parce que le curé il était méchant... Super puissant comme raisonnement.
      Je constate malheureusement que le catéchisme en a dégoutté beaucoup. N’en ayant jamais fait et étant croyant au plus profond de mon âme, je me dis qu’il y a peut-être quelque chose à revoir de ce côté. Je dis ça pour les catholique : votre catéchisme fait plus d’athées que le socialisme !

       
  • #720476
    Le 9 février 2014 à 10:52 par Raphaël Zacharie de IZARRA
    Qui est Vincent Peillon ?

    JE SUIS ANTI FÉMINISTE

    Je hais le féminisme et tous les mouvements de défense de la femme qui y ressemblent.

    Comme si les droits de la femme étaient en danger...

    En réalité dans le contexte marital les droits naturels de la femme consistent en sa glorieuse soumission à l’homme, en sa décente docilité au service de la cause masculine. Eve doit faire honneur à Adam au lieu de le combattre comme un ennemi. Génétiquement conçue pour le bien-être de son seigneur et maître, la femme intègre est heureuse de se ranger sous la virile autorité, elle s’épanouit idéalement sous le soleil du mâle comme une fleur sous les rayons de Râ.

    Malheureusement notre société l’a corrompue.

    Le féminisme a rendu les hommes impuissants, sots et faibles.

    Seuls les hommes dénaturés, les lâches, les poltrons, les châtrés, les mauviettes adhèrent à cette hérésie qu’est le féminisme. Sous couvert de progrès, de tolérance, d’égalité, ces pleurnichards se sont mis à ramper sous le regard approbateur des suffragettes. Les porteurs de couilles ont abdiqué face aux porteuses de jupettes.

    Mars a perdu sa dignité. Vénus a gagné un faux combat. Les rôles se sont inversés, l’ordre cosmique a été bafoué.

    Le culte de l’égalité poussé à son paroxysme a rendu l’homme et la femme insipides, incolores, édulcorés, lisses. Tous deux ont été nivelés, appauvris, indifférenciés.

    Bref, le lion est devenu un caniche qui fait le beau devant la volaille revendicatrice.

    Pauvre eunuque épilé qui traite sa femme comme une vulgaire égale alors que ses ancêtres la traitaient comme une reine ! Misérable jappeur qui croit respecter son “égale” en la plaçant à hauteur de ses ambitions de chiot castré ! Lamentable dégénéré persuadé de rendre hommage à son épouse en lui tendant la lame avec laquelle elle va tondre sa crinière !

    Le féminisme est une pensée décadente qui offense les lois génésiques fondamentales ainsi que les moeurs amoureuses les plus ancestrales car en vérité sous les codes terrestres et la volonté divine la femme est comblée d’être femme et l’homme est reconnaissant au Ciel d’être homme.

    VOIR LA VIDEO :

    http://www.dailymotion.com/video/x1...

    Raphaël Zacharie de IZARRA

     

    Répondre à ce message

  • #721062
    Le 9 février 2014 à 19:55 par Dumuzi
    Qui est Vincent Peillon ?

    L’idée d’une parité entre hommes/femmes m’est toujours apparue comme grotesque. L’ascension de quelqu’un devrait se faire naturellement, sans distinction de religion, d’appartenance ethnique ou de sexe. Etablir une parité suggère qu’il y ait discrimination positive. Comment rendre hommage au talent d’une femme si on l’enferme dans un rôle ou elle doit se montrer débitrice à jamais de sa hiérarchie ? Ah... mérite, tu es un mot que ces chantres de la médiocrité, ces asservisseurs de ressources humaines, ces théoricien de la deconstruction horripile...

    ...1789, l’année sans pareille, est celle de l’engendrement par un brusque saut de l’histoire d’un homme nouveau. (sic)

    Que monsieur Peillon, qui ne connait absolument rien à l’Histoire, se taise. Cela l’évitera de nous accabler avec sa rhétorique fallacieuse. 1789 a été la révolution des bourgeois, grand possesseurs mobiliers, contre la noblesse et le clerc, possesseurs immobiliers. Les seules véritables révolutions françaises, celles de la convention nationale ainsi que la commune de 1871 ont été noyées dans un bain de sang.

     

    Répondre à ce message

  • #746006
    Le 3 mars 2014 à 12:07 par swift
    Qui est Vincent Peillon ?

    Encore un agent de la destruction des valeurs.

    Sioniste ?

    Et oui, tout ce qui déstructure la France sert la manipulation sioniste.

    C’est cela la vision macroscopique.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents