Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Raphaël Glucksmann a fait fuir la moitié des fondateurs de Place Publique

« Je ne crois pas que la moitié des fondateurs de Place Publique ait quitté le mouvement », a assuré ce samedi 13 avril sur France Info Raphaël Glucksmann, alors qu’on l’interrogeait sur la vague de départs qui a suivi l’alliance de ce nouveau parti avec le PS en vue des élections européennes. C’est pourtant bien une hémorragie de cette ampleur qui frappe le mouvement depuis un mois à en croire une série de témoignages publiés par l’AFP le même jour.

 

Lancé en novembre 2018 avec l’ambition d’unir la gauche, Place publique est finalement opposé à Générations, le parti de Benoît Hamon, et à EELV, deux formations avec lesquelles Raphaël Glucksmann avait espéré, dans un premier temps, faire liste commune.

Au-delà du départ mi-mars de l’économiste Thomas Porcher, l’un des trois meneurs du mouvement, c’est la moitié des 22 signataires de « l’acte de naissance » de Place publique qui se sont mis en retrait, assure à l’AFP une source proche de plusieurs fondateurs, qui souhaite rester anonyme.

Plusieurs fondateurs ont confirmé auprès de l’AFP avoir quitté le mouvement : le fondateur des Nuits sonores, Vincent Carry, « pour raisons personnelles », l’économiste Lucas Chancel, les militants écologistes Nayla Ajaltouni et Olivier Dubuquoy, ou encore l’ancien patron d’Emmaüs France, Thierry Kuhn, qui n’est « plus actif » et ne « sait pas exactement » s’il en est encore membre.

Farid Benlagha, l’un des membres fondateurs, qui avait fait suivre son départ en mars d’une tribune au vitriol, confirme une « hémorragie importante » due à une « organisation dont le seul objectif était de mettre en valeur un homme », Raphaël Glucksmann.

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

En lien, sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents