Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Redoutant "que Julian Assange puisse mourir en prison", 60 médecins lancent l’alerte

Alors que le lanceur d’alerte est actuellement détenu à Londres et risque l’extradition vers les États-Unis, soixante médecins ont publié une lettre ouverte alertant sur son état de santé très préoccupant. Ils appellent les autorités britanniques à réagir.

 

Dans une lettre ouverte publiée ce 25 novembre, plus de soixante médecins, en provenance de divers pays mais en majorité britanniques, ont attesté leurs profondes inquiétudes sur l’état de santé du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Actuellement détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans le sud de Londres, le lanceur d’alerte a vécu reclus dans une pièce exiguë aménagée en studio, au sein de l’ambassade de l’Équateur à Londres, du 19 juin 2012 au 11 avril 2019.

 

Julian Assange « désormais en danger »

« Nous écrivons cette lettre ouverte, en tant que médecins, pour exprimer notre grave préoccupation sur l’état de santé physique et mental de Julian Assange », débute la missive écrite par ces professionnels du corps médical et adressée à la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel et à Diane Abbott, chargée des mêmes questions au sein du Parti travailliste, principale formation d’opposition en Angleterre.

Les signataires de ce courrier poursuivent en exprimant leur « sérieuse inquiétude collective » tout en souhaitant « attirer l’attention de l’opinion publique et du monde sur cette situation grave ». « Nous sommes d’avis que M. Assange a besoin d’urgence d’une évaluation médicale de son état de santé physique et psychologique », témoignent ensuite les soixante médecins, parmi lesquelles figurent des Américains, des Australiens, ou encore des Suédois.

Ces-derniers suggèrent même que le fondateur de WikiLeaks devrait être transféré dans un hôpital doté de personnel qualifié afin d’y recevoir les soins adéquats. « [Sans cela] nous redoutons vraiment, sur la base des éléments actuellement disponibles, que Julian Assange puisse mourir en prison », alertent-ils.

Nils Melzer, rapporteur spécial de l’Organisation des Nations unies (ONU) sur la torture, avait déjà exprimé ses craintes, début novembre, en affirmant que la vie de Julian Assange était « désormais en danger ».

Il avait alors précisé que de « nouvelles informations médicales transmises par plusieurs sources fiables [affirmaient] que la santé de Julian Assange [était] entrée dans un cercle vicieux d’anxiété, de stress et d’impuissance, typique des personnes exposées à un isolement prolongé et à un arbitraire constant ».

 

Une peine encourue allant jusqu’à 175 ans d’emprisonnement

Actuellement détenu à Londres, le lanceur d’alerte risque l’extradition vers Washington. Il encourt une peine allant jusqu’à 175 ans d’emprisonnement aux États-Unis, qui lui reprochent d’avoir mis en danger certaines de leurs sources au moment de la publication, en 2010, de 250 000 câbles diplomatiques, et d’environ 500 000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

Sorti blanchi par le parquet de Suède le 19 novembre dans le cadre d’une accusation pour viol, une audience prévue en février 2020 sur une éventuelle extradition vers les États-Unis attend désormais Julian Assange. Le lanceur d’alerte fait actuellement face à 18 chefs d’accusation.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2329626

    Apparemment il aurait passé un deal réglo avec Trump : la liberté et l’abandon des charges qui pèsent contre lui en échange de preuves impliquants la mafia démocrate en collusion avec la mafia démocrate pour faire rater leur tentative d’impeachment et envoyer la vieille crapule Joe Biden,la foldingotte Hillary Clinton,l’hystérique haineuse Nancy Pelosi ("aussi folle qu’une punaise de lit" dixit Trump^^)et toute la mafia démocrate aux relations privilégiées avec la pègre et les réseaux pédophiles en taule !!!

     

    Répondre à ce message

  • Je serai curieux de savoir lequel de ces 60 « médecins » est mandaté par l’état profond pour lui faire la piqure fatale une fois coincé dans leur « hôpital spécialisé ». Assange dehors sans protection est mort dans la minute. Il est clair que Trump l a fait sortir de l ambassade afin qu’Assange soit à ses côtés lorsque la procédure d’impeachment passera devant le sénat. Assange pourra enfin dévoiler l’ensemble des crimes des démocrates et dénoncer les 2 tentatives de coup d’état dont Trump fut victime. La seule chance d Assange est d’être extradé au plus vite aux USA ou il sera en sécurité puis libéré pour service rendu a la nation après son témoignage au sénat. Tout deal passé a priori avec Trump serait du pur cinéma pour les besoins de la justice, car ces 2 la sont des vrais patriotes et savent déjà qu’ils pourront compter l’un sur l’autre.

     

    Répondre à ce message

  • Un Australien emprisonné à Londres, disculpé par la justice Suédoise, menacé de livraison au USA, sans que la diplomatie de son pays ne réagisse jamais.
    [ vous aimez l’Australie ? l’Australie !! Alors, vous aimerez Londres et les USA ! ]

     

    Répondre à ce message

  • #2329761
    Le 26 novembre à 06:55 par un fantôme s’exprime
    Redoutant "que Julian Assange puisse mourir en prison", 60 médecins lancent (...)

    Assange est australien. L’Australie ne demande pas son extradition vers l’Australie (ce qu’elle devrait faire pour le soigner). La Suède non plus.
    En quel honneur l’’Etat usaméricain dit profond réclamerait-il l’extradition d’Assange à la GB ? Que viennent faire ces états tiers entre l’Australie et Assange ?
    L’État usaméricain n’avait qu’à surveiller mieux sa clintone et son podesta. Il n’y aurait pas eu de fuites.
    Je serais Trump, j’appellerais la reine d’Angleterre et je lui dirais : tu lâches Assange et le ramènes chez lui en Australie directement dans un hôpital protégé par la loi internationale et aux soins de médecins irréprochables, ou je balance tous mes dossiers sur tes nombreuses affaires louches.
    D’ailleurs, Diana, que lui est-il arrivé au juste ? On ne peut pas toujours utiliser les mêmes méthodes.

     

    Répondre à ce message

  • Parmi les nombreuses lois liberticides de ces dernières années votées par nos "démocrates" fossoyeurs des libertés, la loi réprimant les lanceurs d’alerte. La syndicratie le rappellera t-elle à ses clients le 5 décembre prochain ?
    Pour les merdias le PDG de face de bouc qui communique nos données pour de l’argent est un héros, Julien lui qui donne gratuitement les renseignements confidentiels des gouvernements et sociétés voyous est un criminel.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai oublié de rajouter les propos de Vincent Reynouard (grosso modo de mémoire) Le degré d’implication dans une cause se mesure à la somme des emmerdements qu’elle procure.Assange ,Soral, Dieudonné etc...

     

    Répondre à ce message

  • Les sionistes veulent le faire crever en prison comme Georges Ibrahim Abdallah .

     

    Répondre à ce message

    • Les sionistes ont toujours trouvé leur compte dans ses activités et Assange n’a jamais été opposé à Israël au point de lui préférer l’Iran ou la Russie, ce qui est d’ailleurs sur le strict plan tactique le point faible de sa démarche, qui est de juger les pays sur le nombre de scandales et d’attentats aux droits de l’homme qui s’y produisent sans trop s’interroger qui décide quel pays fera le bon boulot pour lui et quel autre laisse faire le boulot sans jamais se salir les mains : c’est pour cela que de faire pression pour le faire accueillir par la France en tant que réfugié aurait été la pire idée : les gens du bon boulot dont on retrouve les passeports perdus dans les taxis lui auraient vite réglé son compte. Assange n’a pas eu la ruse ayant permis à Snowden de prendre refuge en Russie et d’opérer dans un environnement en principe beaucoup plus autoritaire et policier mais moralement moins atteint. Compter sur des pays comme l’Équateur est une grande imprudence de sa part car s’il avait de la culture politique il saurait que l’opposition politique de gauche ou populiste en Amérique latine est presque toujours un exercice de vénalité : beaucoup de classes dites pensantes voire de peuples entiers jouent les révolutionnaires ou les anti-impérialistes par complexe de Jane qui se jette dans les bras des gorilles pour exciter l’héroïsme et surtout la générosité financière de Tarzan. Assange est plutôt en butte aux menées des gens de la bien-pensance mondialiste dont la finance sorosienne n’est jamais très loin. Assange n’a jamais voulu risquer de se faire coller l’étiquette antisémite ou encore de populiste à la Alex Jones, il a toujours voulu figurer en tant que référence académique respectable, et c’est ce qui l’a perdu.

       
  • Où sont les grandes gueules des chancelleries occidentales qui défendent la liberté la democratie la liberté d’expression la liberté de la presse .la liberté d’informer ( la vraie) , les des droits de l ’homme ... silence radio..

    De quoi est accusé au fait Assange ? ..

     

    Répondre à ce message

  • Les ricains veulent le laisser mourir dans une prison british ! ( celui-la a dit la vérité , il est exécuté à feu doux depuis des années )
    Ils se débarrassent d’un lanceur d’alerte ayant mis à jour les crimes de l’armée us et de ses mercenaires barbus !
    Et ce meurtre , commis sur le sol d’un pays vassal , ils n’auront , comme toujours, aucun compte à rendre !
    Quant aux rosbifs , ils n’auront fait que suivre les décisions de la "justice " certe très, très lente " mais démocratique .......
    Un crime d’État de plus et cela sous les yeux du MONDE entier !
    Si poutine avait fait seulement le millionième de cette monstruosité .. je vous laisse deviner la suite !!!
    Bienvenue dans les démocraties de l’axe du bien !!

     

    Répondre à ce message