Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rejet de la candidature de Sylvie Goulard  : un échec européen pour Macron ?

La candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne, proposée par Emmanuel Macron, a été rejetée, après deux auditions censées lever les « doutes » sur son intégrité.

 

Les deux auditions successives devant le Parlement européen n’auront donc pas suffi à lever les « doutes » sur son intégrité. La candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire responsable du Marché intérieur, de l’industrie, du numérique, de la défense et de l’espace, a été rejetée par les eurodéputés. 82 eurodéputés ont voté contre sa candidature, 29 pour et un se serait abstenu, selon les mêmes sources.

Ce revers constitue, de l’avis du très europhile journaliste Jean Quatremer « une claque majeure pour Emmanuel Macron qui a imposé cette candidate contre l’avis de tous ».

Lors d’une première audition peu convaincante devant les eurodéputés, puis d’une seconde, la candidate française avait dû s’expliquer sur sa démission, en juin 2017, de son poste de ministre des Armées après sa mise en cause dans une enquête judiciaire en France sur des emplois présumés fictifs d’assistants des eurodéputés du Mouvement démocrate (MoDem). L’Office européen de lutte antifraude (OLAF) avait également ouvert une enquête sur la même affaire, sans aboutir pour l’heure à une mise en examen de Sylvie Goulard.

Des interrogations avaient également été émises sur ses activités ayant justifié d’importantes rémunérations obtenues entre 2013 et 2016 de l’institut Berggruen, un think tank américain fondé par le milliardaire germano-américain Nicolas Berggruen, alors qu’elle était députée européenne. En tant que consultante, elle aurait ainsi touché plus de 10 000 euros mensuels entre octobre 2013 et janvier 2016, alors qu’elle était eurodéputée.

Après le rejet de la candidature de Sylvie Goulard, l’Élysée a estimé que celle-ci avait « fait l’objet d’un jeu politique qui touche la Commission européenne dans son ensemble ». « Le Président échangera avec [la présidente de la Commission] Ursula von der Leyen pour examiner les suites à donner, dans le respect du portefeuille attribué à la France », a ajouté la présidence française.

 

*

La presse se déchaîne contre Macron

 

Les éditorialistes commentent largement ce vendredi le rejet de la candidature de Sylvie Goulard à la Commission européenne, survenu jeudi. Pour eux, il s’agit d’un échec cinglant pour Emmanuel Macron, dû à un défaut d’éthique et une part d’arrogance.

 

Après le rejet massif par les eurodéputés de Sylvie Goulard, la candidate d’Emmanuel Macron à la Commission européenne, la presse évoque vendredi un «  camouflet  », «  une claque  » et une «  douche froide  » pour un président qui paie son «  arrogance  ».

«  Goulard dégage Macron enrage  », titre Libération. Laurent Joffrin, comme beaucoup, s’interroge  : «  Pourquoi devait-elle cesser d’être ministre en France mais postuler à un poste similaire à l’échelle européenne  ?  ». Il juge que «  ce distinguo jésuitique a de toute évidence indisposé les élus, qui ne souhaitent pas plaisanter avec les règles européennes. Macron a envoyé Goulard au casse-pipe  », conclut-il.

Dans Les Échos, Cécile Cornudet voit dans «  la nomination ratée de Sylvie Goulard […] l’histoire d’une équipe Macron portant des ailes, persuadée qu’elle vient de toucher le vieux monde européen comme elle a anéanti, deux ans plus tôt, les partis politiques français.  »

Outre «  une sévère leçon d’humilité  » la France reçoit «  aussi une leçon de démocratie  : l’Europe n’est pas (n’est plus  !) un sous-produit démocratique dans lequel on recycle les recalés de la politique nationale  », estime Nicolas Beytout, de L’Opinion.

«  Goulard  : rébellion, extinction…  » s’amuse le quotidien libéral pour lequel «  jamais la France n’avait subi pareil échec  ».

Lire la suite de l’article sur ouest-france.fr

Les informations sur Sylvie Goulard sont sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants