Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Rencontre avec Alain de Benoist

Retrouvez Alain de Benoist chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #743577
    le 01/03/2014 par Mardoché
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Pourquoi tous ces "grands penseurs" de Droite ne parlent-ils jamais du trucage des élections depuis 1958, c’est à dire depuis la suppression de la Proportionnelle ? C’est de la connerie ou ils sont payés ?

     

    • #743741
      le 01/03/2014 par Matthieu Hague
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Je pense pour l’avoir écouté, que M. De Benoist se situe sur le cadre structurel/superstructurel et essentiel du mouvement historique. je pense donc qu’il ne parle pas du trucage électif, car ce n’est qu’un incident, un détail pour lui. Je m’appuie surtout sur sa remarque que "le système est automoteur", le trucage électif est juste un "mouvement d’engrenage logique" d’un système qui est freiné par des choix nationaux, et donc qui pèse pour se libérer de ce frein.


    • #743842
      le 01/03/2014 par Miville
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Non, la proportionnelle n’est pas une panacée perdue. La proportionnelle qui serait le meilleur système en principe tend partout, du fait que les électeurs s’identifient plus souvent à leurs oppresseurs qu’à eux-mêmes dans l’espoir d’en opprimer d’autres à leur tour, à mettre en place des coalitions de partis à la merci du groupement le plus opportuniste et le plus à la merci des pressions occultes. C’est le mode électoral préféré des mafias en tout genre (Italie, Grèce), et des pays qui s’identifient à la gouvernance mondiale occulte (Suisse, Israël, Curaçao). Le deux tours a permis à la France gaullienne d’échapper pour un temps aux diktats des agences de marketing américain, jusqu’à ce que ces dernières aient travaillé le peuple plus en profondeur, et de Gaulle voyait juste. L’Australie a perfectionné le deux tours de manière simple et intéressante : l’électeur au lieu de simplement cocher sa préférence sur le bulletin, indique son ordre de préférence des partis ou des candidats par des numéros (premier choix, deuxième...). Au moment du dépouillement, on répartit les bulletins des candidats les plus perdants selon le premier choix, en se référant au deuxième choix, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un candidat ait la majorité absolue, comme s’il y avait autant de tours que nécessaire pour donner la majorité absolue au gagnant.

      Ceci dit, je crois que la démocratie même dans des conditions idéales est un mode satanique de désignation des chefs, je veux dire en cela que son but ne fut jamais que de faire valoir les décisions d’un pouvoir préférant rester dans le secret.

      Même le système athénien que vous vantez tant fut mis en place de manière très explicite à cet effet : Clisthène, son inventeur, parla en abondance de la nécessité pour les riches pirates qui faisaient la fortune de cet état maritime de toujours cacher au mieux leurs actions voire même leur présence, et d’en faire porter l’odieux de façon aussi diffuse que possible, de manière à priver de cible le noyau de résistants et de mécontents qui se forme toujours et à faire en sorte que la masse passive s’en prenne à eux d’instinct (Socrate). Pour être citoyen ayant droit à la parole, il fallait avoir subi adolescent une initiation homosexuelle de sept ans appelée la paidagogé (ou paideia), et les mentors (erastes). Ces mentors dont le préceptorat était cher et non accesible à tous les candidats étaient membres de la société secrère des mystères d’Eleusis, de nature secrète et totalitaire


    • #743875
      le 01/03/2014 par chrétiencritique
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Il est vraiment de "droite" le père Debenoist ? je l’ai entendu dire tout et son contraire et écrire pratiquement tout et son contraire, ce subjectivisme me met mal à l’aise. Sur la théorie du genre et le féminisme il fait une très bonne analyse. Plus généralement il fait mine d’ignorer toutes les déterminations supérieures ... dés qu’il peut taper sur l’église Catholique il ne se prive pas, au nom d’un néo paganisme assez flou, pour ne pas dire foireux ... étrange ... très étrange ... ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant.


    • #743973
      le 01/03/2014 par chrétiencritique
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Attends , c’est très subtil , si tu écoute attentivement, en lisant entre les lignes, en détectant les tours de manches, il défend le système mondialiste , et c’est très vicieux ... on pourra noter la contradiction entre la "paresse intellectuelle de la thèse complotiste" (sans en démonter les arguments en profondeur ...) et la dénonciation de la dette envers les marchés financiers ; comment cette dette a été contractée par l’état ? par quels mécanismes ? Alain ne nous en parlera pas car il sera obligé de dériver sur le "complot des grands banquiers" qu’il ne prend pas au sérieux ... le systémisme qu’il défend sous entendrait qu’il n’y a pas de pilote dans le grand marché de wall street , c’est exactement la thèse véhiculée par les médias mainstream ... écoutez le bien ... je cite : sur l’Europe on ne peut pas revenir en arrière, un pays souverain ne peut pas s’en sortir dans un systéme globalisé" ... il vous ramène au bercail mes agneaux, c’est hallucinant , un député de l’UMP n’aurait pas un discours trés différent ...


    • #744739
      le 02/03/2014 par Frédérick
      Rencontre avec Alain de Benoist

      @ chrétiencritique



      c’est très subtil , si tu écoute attentivement, en lisant entre les lignes, en détectant les tours de manches, il défend le système mondialiste , et c’est très vicieux



      Bien vu.

      Personnellement, je le trouve souvent ambigü.
      Puis son rabachage sur la « paresse intellectuelle de la thèse complotiste » -sans argumentation aucune comme tu l’avais remarqué- fait vraiment penser qu’il cherche surtout à ne pas faire de vagues et s’affranchir de quelque association que ce soit avec des penseurs plus turbulents.

      Un peu plus bas dans les commentaires, Damien nous apporte un jugement judicieux :



      voila un discours tout ce qu’il y a d’inoffensif à force de pensée molle et syncrétique - spécialité de A de Benoist



      On est quand même loin d’un Drac :

      « le système de contrôle déployé par les classes supérieures est aujourd’hui traversé par un certain nombre de leitmotivs qui tournent parfois à l’obsession : transparence, traçabilité, archivage-mémorisation systématique en temps réel.
      [...] Il est difficile de dire s’il s’agit d’un tropisme spontané produit par le système de management, ou s’il y a un projet délibéré global. »

      ou :

      « je définirais le complotisme comme un biais cognitif consistant à présupposer que derrière une évolution coordonnée sans structure de coordination visible, il y a nécessairement une structure de coordination invisible. C’est oublier que la coordination peut résulter d’un phénomène spontané, produit par les acteurs coordonnés au fur et à mesure que leurs trajets propres se croisent ou s’influencent mutuellement – phénomène qui a de fortes chances d’être observable dès lors que les acteurs partagent en outre un mode de pensée, ou plus simplement un ensemble de préoccupations.
      Il existe d’ailleurs un biais inverse, qu’on pourrait nommer l’anticomplotisme, et qui consiste à présupposer que s’il n’y a pas de structure de coordination visible, c’est qu’il n’y en a pas du tout. Ce qui, là encore, est omettre une possibilité.
       »

      De Benoist annonce au début de la vidéo :

      « D’un côté, on a une idéologie et d’un autre on a un système. L’erreur dans la vie, c’est de croire que l’un explique l’autre. »

      Je crois qu’on pouvait s’arrêter là...


    • #745763
      le 03/03/2014 par jojo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      @Miville : vous plaisantez pour la Démocratie ? A Athènes, il y a eu la paix entre les cités durant tout le temps qu’a duré le système (200 ans entre les monarchies et l’empire) et ce qui en est surement la cause première, c’est que les riches n’ont jamais gouverné. Pour être élu il fallait être citoyen et être tiré au sort, pour être citoyen, il fallait être homme, natif de la cité, non repris de justice, non fou, comme notre système actuel sans la naturalisation et les droits civiques pour les femmes.
      D’autre part l’homosexualité était très peu répandue, c’est une légende, comme pour l’inceste, la découverte d’un tel comportement vous menez droit à la peine capitale ou au bannissement, la société Grec antique a probablement été en réalité la société la plus phallocratique du monde connu.

      Il suffit d’écouter un peu Asselineau pour savoir quoi penser de la proportionnelle perdu : le problème essentiel n’est pas la, toutes les statistiques des élections depuis qu’on a eu l’idée de commencer à les faire en 1981 démontrent que le résultat du suffrage est toujours PROPORTIONNEL au temps de passage médiatique, à l’exception de la présidentielle 2002. Les gens votent pour la tête qu’ils identifient le mieux sans même qu’il y ai besoin d’utiliser la corruption et d’acheter leur vote.
      Les média d’aujourd’hui forment le 4eme pouvoir, celui qui adoube les représentants, celui qui peut aussi les destituer au terme d’une révolution colorée et les médias sont tenus par le 5eme pouvoir : l’argent. En d’autre terme, l’argent décide qui sera représentant et le maintient tant qu’elle est satisfaite, le système politique est donc bien ce que voulaient les Lumières : une oligarchie (le petit nombre dirigent) ploutocratique (coopté par les puissances de l’argent).

      Dans le cas d’une Démocratie, le tirage au sort rend beaucoup plus difficile la corruption et la collusion d’intérêts car il faut corrompre les représentants après leur élection et pour peu qu’ils ne soient pas honnête sinon ça n’est pas possible.
      D’autre part le 2eme principe démocratique rend impossible les débordements les plus flagrants : chaque représentant peut être destituer par référendum populaire s’il dérape et il doit si plier, l’armée est la garante du processus, en cas de refus d’obtempérer, considéré comme haute trahison et comportement tyrannique, ils ont le devoir d’intervenir, mettre à mort les despotes et se charger de l’organisation de nouvelles élections.


  • #743616
    le 01/03/2014 par Eric
    Rencontre avec Alain de Benoist

    "On a essayé tous les modèles." Non, M. de Benoist, la Démocratie n’a pas été essayée.

     

    • #744439
      le 01/03/2014 par H.Gallo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Si si, mais il y a fort fort longtemps dans un pays en ruine aujourd’hui. Il parait même que ça marchait, plutôt bien même.


    • #745770
      le 03/03/2014 par jojo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      La Démocratie n’a jamais été appliqué en France, aucun des principes fondamentaux ne l’ayant jamais été. On a juste troqué un despotisme dit obscurantiste pour un despotisme dit éclairé, en passant d’un système monarchique (un seul) à un système oligarchique (un petit nombre) c’est tout.

      Lequel des deux est le meilleur système ? Moi j’aurai tendance à dire l’oligarchie en m’excusant auprès des romantiques qui idéalise la monarchie. Pourquoi ?
      - la monarchie absolue n’évite pas ni les incompétents, ni les traitres, ni les tyrans (persécutant la population injustement), pour s’en convaincre il suffit de regarder honnêtement l’Histoire de France, surtout la gestion de la partie invasion anglo-saxon ou le règne de Louis XV.
      - la monarchie absolue n’évite pas plus les taxes et les lois injustes que notre système impose, bien au contraire, et vous devez y obéir vu que le peuple n’a aucun pouvoir n’ont plus.
      - en cas d’impossibilité d’accepter la gouvernance d’un homme inapte, il n’y a que le coup d’état ou la révolution pour remédier à la question alors que dans notre République on a au moins la possibilité d’arrêter d’être con et de voter bien (possibilité qui n’a jamais été saisit, ils sont pas bêtes, ils ont trouvé la faille, les Français sont des cons ^^).

      Et on soulignera bien que les monarchies parlementaires, toutes, sont en faites exactement la même chose que nos République mal calibrées, des oligarchies ploutocratiques avec un monarque décoratif, faisant lui-même souvent parti de la ploutocratie.

      Moi je serai pour une 6eme République d’essence Démocratique maximum avec :
      - tirage au sort pour une des deux chambres du parlement (le sénat) et aussi pour les collectivités locales
      - référendum d’initiative populaire maximum local ou national (instauration/abolition de loi, réclamation de débats sur n’importe quel sujet et évidemment destitution immédiate de n’importe quel représentant avec garantie par l’armée)
      - rendue de compte en fin de mandat systématique devant l’assemblée entrante et impunité zéro
      - refonte totale des pouvoirs et des contre-pouvoir avec un gros brainstorming pour garantir l’indépendance des médias en toute circonstance (ce point est devenu indispensable aujourd’hui)

      Si on ne change pas notre système, on se dirige clairement vers une abolition des droits de l’homme, le retour de l’esclavage et une pure tyrannie oligarchique, c’est chaque jour plus visible.


  • #743700
    le 01/03/2014 par Damien
    Rencontre avec Alain de Benoist

    C’est bien, on a enfoncé toutes les portes ouvertes possibles.

    C’est très naïf de croire à "l’Europe fédéralisée par la culture"... c’est même n’importe quoi.
    M de Benoist vous savez tout même que les rapports de forces déterminent toutes les constructions politiques, que ce soit pas guerres ouvertes ou guerres de marché. Le soft power c’est après les conquêtes de marché pas avant. Quelle surprise que "l’Europe libérale" l’ai emporté sur "l’Europe culturel" vraiment.

    En tout cas voila un discours tout ce qu’il y a d’inoffensif à force de pensée molle et syncrétique - spécialité de A de Benoist. Franchement quel intérêt d’avoir autant d’érudition pour en arrivé là ?
    Vive Soral. Vive la France. Et vive ceux qui se bougent le c..

     

    • #744316
      le 01/03/2014 par Moo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Il ne s’ agit d’un discours inoffensif mais celui de quelqu’un guidé par la seule recherche de la vérité. Je suis de la "diversité" (a priori supposé non fan de de Benoist que l’on qualifie de seul intellectuel valable d’ extrême droite) mais je dois avouer qu’il est le seul intellectuel "médiatique"qui, à mon avis, n’ est pas guidé par l’ idéologie. Beaucoup de ceux que l’on qualifie d’intellectuels ne sont en fait que des idéologues. Finkielkraut en est la preuve la plus parfaite. Il peut faire des analyses solides d’une grande teneur intellectuelle mais dès qu’il s’ agit d’Israel, son parti pris, et donc son subjectivisme plombe son discours. On aurait condamné Dieudonné à la peine de mort, il l ’aurait justifié même si j’ imagine que par principe il est contre la peine de mort. Zemmour pourrait être ajouté à cette liste de pseudo-intellectuels. Travestir la vérité pour coller les faits à leur idéologie ne les gênent aucunement. C’est tout à l’ honneur de M. de benoist de ne pas chercher à plaire, y compris parmi ses amis. J’ai lu un texte de Yves Gallou de polémia où il le reprochait ce qu’on pourrait appeler de "mollesse" au sujet de l’islam. Tout le monde n’ a pas vocation à devenir militant. En revanche, ceux qui le sont doivent avoir l’ honnêteté de le reconnaitre et de ne pas se cacher sous le boubou "d’ intellectuel". Monsieur de benoist fait honneur à l’ objectivité !


    • #744448
      le 01/03/2014 par Fulgence Ridal
      Rencontre avec Alain de Benoist

      "C’est très naïf de croire à l’Europe fédéralisée par la culture"...

      C’est vrai que dire des conneries comme ça c’est plutôt digne d’un journaliste d’ ITélé que d’un intellectuel ...


    • #745776
      le 03/03/2014 par jojo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      C’est surement parce qu’il est un peu médiatique que son analyse sur l’UE, le libre-échangisme du monde globalisé et le système monétaire est aussi faible.
      Quand on a un peu écouté Asselineau et les autres, ça ne tient absolument pas la route : il nous parle d’une "autre" Europe et d’un système économique et politique impossible à changer, comme les autres démagogues et menteurs professionnels.

      1- L’UE nous vole notre souveraineté nationale et ça nous a fait perdre le rang d’état, nous ne sommes plus qu’une province et traité comme tel par nos amis américains qui savent très bien qui fait passer les lois qu’on nous impose à la commission européenne.
      - l’édiction de la loi, le contrôle des frontières et l’édition de la monnaie doivent être récupérer sans conditions pour pouvoir prétendre qu’un état France existe et pouvoir recommencer à réordonner l’anarchie des Européistes.

      2- Le système monétaire doit être réformé pour casser les jambes des banques et les remettre au dessous des décisions politiques et de la loi :
      - l’étalon or n’est pas indispensable, on peut rester dans notre système étalon-travail+patrimoine actuel, mais c’est à la puissance publique de gérer la banque centrale qui lui prêtera à taux 0 pour rembourser ses dettes à intérêt pendant que les banques auront des crédits à intérêts faibles pour participer au remboursement des dettes artificielles qu’elles ont créé et profité

      3- Ensuite instauration d’une 6eme république démocratique pour mettre enfin les représentants sous le contrôle du peuple à la majorité de l’opinion et mettre fin à l’impunité et au despotisme qui sont devenus insupportable pour tout le monde.

      Je ne sais pas dans quel ordre il faut prendre ces mesures mais pour changer l’ambiance délétère nationale, la ruine du pays et récupérer la maitrise de notre destin, le droit à disposer de nous même, il faut les prendre toutes les trois. Il est évident que ça se heurtera à l’opposition de nos "amis" qui nous veulent du bien.


  • #743746
    le 01/03/2014 par maryam
    Rencontre avec Alain de Benoist

    bonjour,

    "l’idéologie du même", c’est une expression que je ne connaissais pas.

    en tous cas, merci pour cette belle intervention ; beau discours et surtout bel argumentaire !!!

    cordialement,
    maryam


  • #743833
    le 01/03/2014 par Fulgence Ridal
    Rencontre avec Alain de Benoist

    "On peut même dire que, d’un certain point de vue, les Etats-Unis ont déjà atteint le stade final du " communisme " marxiste, vu que, pratiquement, tous les membres d’une " société sans classes " peuvent s’y approprier dès maintenant tout ce que bon leur semble, sans pour autant travailler plus que leur coeur ne le leur dit.

    ....Or, plusieurs voyages comparatifs effectués aux Etats-Unis en et U.R.S.S. m’ont donné l’impression que si les Américains font figure de sino-soviétiques enrichis, c’est parce que les Russes et les Chinois ne sont que des Américains encore pauvres, d’ailleurs en voie de rapide enrichissement. J’ai été porté à en conclure que l’American way of life était le genre de vie propre à la période post-historique, la présence actuelle des Etats-Unis dans le Monde préfigurant le futur "éternel présent " de l’humanité tout entière. Ainsi, le retour de l’Homme à l’animalité apparaissait non plus comme une possibilité encore à venir, mais comme une certitude déjà présente."

    Alexandre Kojève, Notes à l’ "Introduction à la Lecture de Hegel"

    Merveilleux Kojève, le véritable "marxiste de droite" comme il aimait se qualifier.

    Finissant sa démonstration magistrale que ... "Pour rester humain, l’Homme doit rester un Sujet opposé à l’Objet." ... en d’autres mots, qu’il doit donner un objet à sa haine quitte même à être dans l’erreur (ne vous inquiétez pas plus que ça, l’homme est toujours dans l’erreur).

    Moi-même, j’ai tendance à regretter que l’on mette trop facilement le "juif", et sa financiarisation sous-jacente dans cet objet. En oubliant le principal : c’est que la finance n’est que le support de la bureaucratie.
    Car si on veut une société de bureaucrates petits ou grands bourgeois, on n’a pas d’autres choix que de financiariser la société. L’un a besoin de l’autre.... le petit élu local qui endette sa ville de façon inutile est largement (voire plus) responsable que Soros dans les désordres actuels.

    Ces petits mots, simplement pour répondre à De Benoist sur son affirmation que "personne ne savait".... si, si ... il y en a qui savaient ... et ce qui est étrange dans ces périodes post-historiques où l’homme se perd dans son narcissisme, c’est que l’ordre naturel (si on peut s’exprimer ainsi) a pratiquement toujours servi de direction à l’ordre culturel. Et que ces deux ordres étaient liés par une sorte de mariage avec bien évidemment des crises, des réconciliations et des drames entre les deux ...

     

    • #745782
      le 03/03/2014 par jojo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Je suis relativement d’accord avec vous :
      - on vit désormais dans une société ultra-matérialiste dérégulée où l’avoir est devenu largement supérieur à l’être, et elle nous emmène vers la perte de toute les valeurs morales et la déshumanisation.
      - j’aime beaucoup l’idée du marxisme de droite, et je pense que ça qualifie très bien l’ultra-libéralisme des américains, liberté totale pour une petit nombre au dessus de la loi, domination des autres par l’autoritarisme et la brutalité, c’est surement ce qu’entend Rockefeller quand il reconnait admirer Mao.

      Par contre une société a forcément besoin d’un état pour la gérer, l’ordonner et repousser l’anarchie et cet état a besoin d’argent pour payer des gens pour le faire fonctionner.
      Tous les fonctionnaires ne sont pas des bureaucrates, moi je les range en deux classes :
      - ceux qui travail dans le vrai monde et qui font fonctionner la société de façon ordonnée (flics, militaires, pompiers, médecin, garde-forestier, douaniers...)
      - les autres qui ont été déconnecté de la réalité
      Malheureusement, chez nous, les coupe budgétaire se font surtout dans la première catégorie et le résultat logique est une montée dramatique de l’anarchie car tout ces ex-fonctionnaires avait une utilité flagrante.
      L’UE par contre est une curiosité car c’est une pure bureaucratie avec ses 100% de fonctionnaires déconnectés, et ça n’était jamais arrivé de toute l’Histoire de l’Humanité, même chez les Soviétiques ou dans la Chine communiste. Réveillez-vous, nos problèmes de décisions aberrantes proviennent de la !


  • #743838
    le 01/03/2014 par hanane
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Il est difficile voire impossible de lutter contre cette idéologie du même tant la pression pour aller vers ce même est forte et parfois intolérable. Qui a conscience de cela ?. Peu de gens. Pourquoi ?. Parce que la plupart en sont eux-mêmes les agents.


  • #743857
    le 01/03/2014 par Ellasign67
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Pas impressionnee par ce monsieur... Un commentateur plus qu’un penseur... Dire que les evenements historiques sont imprevisibles ? Alors C’est quoi la geo-politique, c’est quoi l’ingenierie sociale, les services secrets... C’est pour faire joli ?? Ce monsieur est un pauv spectateur qui est pomme et qui balance des banalites... Decevant.

     

    • #744779
      le 02/03/2014 par Courage !
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Vous êtes bien sévère !
      Cet entretien est assez moyen, mais les questions ne sont pas terribles non plus..c’est plus une discussion qu’autre chose.

      Lisez ces livres, ou regardez d autres videos, plutot que de juger comme ca sur une seule vidéo.


  • #743980
    le 01/03/2014 par redon
    Rencontre avec Alain de Benoist

    "A quelle profondeur d’illusion ou de parti pris faudrait-il plonger, en effet, pour croire que des nations européennes, forgées au long des siècles par des efforts et des douleurs sans nombre, ayant chacune sa géographie, son histoire, sa langue, ses traditions, ses institutions, pourraient cesser d’être elles-mêmes et n’en plus former qu’une seule ?"
    De Gaulle
    C’est pas compliqué à comprendre ! et s’il y avait une europe, le seul fédérateur serait les U.S.A, ce qu’ils sont devenus. Europe devient une vieille idée.


  • #744115
    le 01/03/2014 par Volapuk
    Rencontre avec Alain de Benoist

    La théorie du complot n’existe pas...le problème c’est la paresse intellectuelle... Vraiment passionnant De Benoist ! On se fout de ton politiquement correct, tu ne passes pas sur une grande chaîne nationale, tu es dans un média libre. Ici les gens sont informés, tu ne t’adresses pas à des bovins qui bouffent matins et soirs du média mainstream.
    Libères-toi quitte à dire de grosses conneries, personne ne t’en tiendra rigueur car vois-tu on est assez philosophe dans le monde libre. On sait que la vérité n’est jamais détenue par une seule personne !
    Ça t’en bouche un coin ?

     

    • #745788
      le 03/03/2014 par jojo
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Et bien moi en fait je suis plutôt d’accord avec cette affirmation quand on la prend avec un angle philosophique, la théorie du complot n’existe pas :
      - soit il y a un complot
      - soit il y a des paranoïaques
      Mais à mon avis dans notre monde post-moderne, il y a surtout des complots :
      - 11 septembre ; complot
      - révolutions colorées ; complot
      - théorie du genre ; complot
      - construction européenne ; complot
      - mise sous tutelle des médias ; complot
      - immigration massive ; complot
      - séparatismes régionaux ; complot
      - libération sexuelle ; complot
      - société de consommation du loisir et du divertissement ; complot
      Et la liste pourrait sans aucun doute être allongée !


  • #744214
    le 01/03/2014 par nm
    Rencontre avec Alain de Benoist

    de benoist est vraiement un philosophe.
    il prend de la distance, toujours très objectif, un peu comme
    jean bricmont.
    alain soral lui il fédère, il reveille.
    ils sont tous intéressant


  • #744234
    le 01/03/2014 par pericles
    Rencontre avec Alain de Benoist

    AdB avance de manière assez pontifiante que la caractéristique du "système" est d’être cette ’méga-machine’ fonctionnant d’elle même sans pilotes. C’est une hypothèse, mais quels sont ses arguments pour le démontrer ?

    Le simple fait de savoir que les 85 personnes les plus riches du monde possèdent autant de richesse que les 3.5 milliards d’individus les plus pauvres, soit la moitié de la population mondiale, donnerait plutôt à penser que la puissance financière du système et tout ce qui en résulte en terme d’influence et de pouvoir, est concentrée dans les mains d’un tout petit groupe de pilotes. Il serait incroyablement candide d’imaginer ne pas les voir tisser des relations à but hégémonique. Comment nous faire croire, que ces gens seraient finalement assez neutres, se contentant juste de "pousser le système dans telle ou telle direction.."


  • #744249
    le 01/03/2014 par Tenez
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Ce que dit de Benoist est interessant mais comme tout les intellectuels ca a tendence a intellectualise et denature les choses et les evenements.

    Pour de Benoist ile sembelerait que la finance est une force autonome et je suis d’accord mais cette force revet une forme diabolique autonome. On peut consider par example l’argent comme qque chose de relativement neutre et mort. Intellectuellement, l’argent n’est qu’un moyen, un outil pour l’homme. Or pour Jesus par example c’est un "dieu", une force et une entitee vivante qui a un effet tres fort sur l’homme. En gros une force qui l’asservie.

    De meme je trouve que de Benoist denature un peu ces forces que sont les lobbys et autre sectes. Il n’y a qu’a voir leur symboles (pyramydes et oeil ou skulls and bones, etc...) que ce sont aussi des forces independantes avec un sens et une volonte souvent diabolique qui "possedent" leur membres. L’intellectuel lui ne peut pas vraiment prendre en consideration cette symbolique ou par example cette "religion sioniste" car elle sort de la raison.

    C’est la ou je trouve de Benoist un peu restreint dans ses etudes car il ne peut travailler que sur la raison. La raison a ses limites si elle n’est pas aide par les sentiments. Je trouve le language de Belghoul plus juste meme si plus populaire. On sent qu’elle cerne bien les "forces" derriere son combat par example.

     

    • #744937
      le 02/03/2014 par Oge
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Si je peux me permettre : la façon dont est conçu un aspirateur fait que cet outil ne permettra jamais de construire une maison...

      De la même façon, le capitalisme ne permet que d’enrichir celui qui investit du capital, donc celui qui a beaucoup de capital au départ est donc très avantagé, et ne risque rien de vital ni en terme de liberté, alors que le pauvre...

      Le capital étant l’outil du capitalisme, il n’a pas vocation a servir aux pauvres, il est donc dans la logique naturelle du capitalisme qu’une petite centaine de personnes possèdent plus que 50% de la population mondiale la plus pauvre... faut pas se leurrer : le capitalisme est une autre forme d’aristocratie, mis a part que l’"aristos" (meilleur) est le "meilleur" amasseur de capital, en lieu et place du "meilleur" en terme de valeurs humaines.
      Les lobbies et autres sectes ne sont que des émergences de l’idéologie globale. Supprimez les lobbies et les sectes, vous n’aurez pas supprimé l’idéologie : il vous faudra alors vous attaquer aux agences de notation, aux salles de marchés, etc... puis au neuro-marketting ...

      L’un des problèmes du capital étant qu’il s’appuie sur l’argent, qui n’est pas simplement un outil, mais surtout un vecteur d’affects. C’est là votre erreur (selon moi) l’argent n’est pas un truc qui est tombé du ciel, c’est un outil créé par l’homme dans le but de normaliser les échanges : je produit quelque chose que je t’échange contre quelque chose que tu as produit ... problème : si je passe mes journées a produire des meubles et que tu passe tes journées a écrire des bouquins, on sera tout les deux bien meublés, très cultivés... et morts de faim...

      Il y a donc une confusion (ou une illusion) patente dès le départ, entre la valeur numéraire et les attentes, espoirs, etc que cette valeur suscite. Toute attente se voit attribuer une valeur numéraire, et inversement. Le problème est plus a porter au niveau de la techno-gestion politique (gestion des activités humaines) avec son cortège de "spécialistes", des sciences falsifiées par les idéologies (libérale, Lyssenkisme, etc), de propagande pour ce que les "spécialistes" déclarent être "bien" etc ...

      exemple 1 : un accident comme Fukushima, c’est bon pour la croissance. Ca l’est pour l’idéologie, mais par contre pour le lobby du nucléaire bof...
      exemple 2 : l’espagne va intégrer le commerce de la drogue et de la prostitution au calcul de son PIB. J’attends avec impatience la réaction des féministes européistes de gauche...


    • #745385
      le 02/03/2014 par Tenez
      Rencontre avec Alain de Benoist

      « L’un des problèmes du capital étant qu’il s’appuie sur l’argent, qui n’est pas simplement un outil, mais surtout un vecteur d’affects. C’est là votre erreur (selon moi) l’argent n’est pas un truc qui est tombé du ciel, c’est un outil créé par l’homme dans le but de normaliser les échanges : je produit quelque chose que je t’échange contre quelque chose que tu as produit ... problème : si je passe mes journées a produire des meubles et que tu passe tes journées a écrire des bouquins, on sera tout les deux bien meublés, très cultivés... et morts de faim... »
      =======================

      Ben c’est ce que j’essaie de dire justement. Vue de l’angle religieux, c ;est le diable en nous qui se sert de l’argent pour nous asservir.

      Mon point essentiel et qu’il manque a l’intellectuel justement cette dimension de l’affect et cet affect lui il est vivant, voir divin ou diabolique.

      Un intellectuel ne pourra jamais expliquer comment des fourmies qui ont toute une tache tres simple peuvent former une fourmiliere tre complexe. Le croyant lui voit bien qu’il existe un esprit, ou un dieu des fourmis qui les controlent toutes. En psychology on appelera ca un archetype (c’est au mieux ce que peut faire un intello) mais il ne pourra pas vraiment demontrer que l’archetype est une entitee vivante autonome, a moins de l’experimente.

      De meme l’argent est un dieu (ou diable), quelque chose de vivant qui croit naturellement (interet) et don’t on est tous plus ou moins esclave. Ta vision qu’il ait ete invente comme outils pour asservir les autre est discutable ou du moins n’apporte pas grand chose car pour moi l’argent a une influence sur ceux qui en possedent. Ils en sont meme plus esclave que ceux qui en en moins. Mais par contre ils ont l’impression de controller le reste du monde. Alors je prefere ma vision religieuse de la chose car elle donne un sense alors que l’intellectuel reste au milieu de son desert sans pouvoir donner un sense a sa vie et au monde.


  • #744473
    le 01/03/2014 par anonyme
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Si de Gaulle était la , pour nous expliquer le sens de l’histoire , des peuples ,voire des nations ,tout au long des siècles passés , nous prendrions une claque monumentale .


  • #744508
    le 01/03/2014 par H.Gallo
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Dans son schéma d’idéal, monsieur de Benoit dit qu’on ne peut pas sortir de l’Europe car en l’absence de pouvoir politique fort en tant qu’état unique nous serions soumis à l’influence des marchés financiers donc à leur desiderata. Et quelques minutes plus tard il nous dit qu’on ne peut pas avoir de politique étrangère commune sans avoir une Europe forte.

    Refuserait-il de comprendre que si on ne restructure pas TOTALEMENT la nature de l’économie et donc des marchés financiers, il peut y avoir plus ou moins ou pas d’Europe, ça ne changera rien la situation actuelle ?
    Refuserait-il aussi de comprendre qu’on aura jamais de "politique" étrangère commune parce que les état n’auront jamais d’intérêt commun car c’est structurellement impossible ?

    Je trouve cette intervention très pauvre car truffées de refus de la réalité telle que celui-ci, qui me semblent surtout dus au fait qu’il défend ses opinions avec ferveur à l’encontre de celles de "ses amis les souverainistes" dans des diatribes totalement stériles.

    Honnetement le meilleur cadeau qu’on puisse faire à cette vidéo c’est un passage en post prod pour rajouter la banderole "enculage de mouche" (dont le monteur des vidéos du mois de Mr Soral à le secret) aux moments appropriés, et je les trouvent étonnamment nombreux pour une vidéo relayée par E&R.


  • #744518
    le 02/03/2014 par Autobot
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Quel gros BoBo ! Ce mec m’endort tellement il s’écoute parler...Même si ce qu’il dit est juste, est-il près à lâcher son petit confort ?


  • #744689
    le 02/03/2014 par Jasmin Indien
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Interesssant, merci ER, Abed et merci M. De Benoist. A propos de Dieudonné :
    La symbolique de la quenelle n’est pas mineure, sinon il n’y aurait pas eu cette réaction vive des lobbies juifs. La quenelle est l’anéantissement par le rire ( pénétration, disparition par enfoncement ) de la sainte chiasse mémorielle imposée par ces mêmes milieux du porno historique. Et tout ce qu’ils pourront entreprendre, déployer ou imposer par la suite s’en trouvera invalidé par défaut de confiance. La quenelle c’est un outil de validation du réel. Dieudonné a gagné la guerre du sens et des valeurs. Il fait revenir à la vérité de la réalité.

    Etonné d’entendre les propos sur le pape François, cf. sa rapide élection et ses propos anti système. M. De Benoist est-il poète ou rêveur ? Pour le reste, la société, la gouvernance, la religion, il ne me semble pas clair, du moins dans les termes et articulations. Il dénonce la généralisation et l’émotionnel mais donne peu d’explications lui-même. A-t’il peur de parler ou sa pensée, se perdant dans les complexités, n’arrive-t’elle plus à définir les choses ?

     

    • #745144
      le 02/03/2014 par Miville
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Mais non, l’anti-sémitisme en tant que supplétif de la solidarité ouvrière a toujours été l’arme rêvée des patronats en tout genre, y compris au premier chef les patronats juifs et sionistes : Théodore Herzl s’exprima sans ambiguïté à ce sujet. Rien n’arrange tant une bourgeoisie que la croyance que ses méfaits viennent tous ou presque tous d’un groupe occulte invincible de par son pouvoir surnaturel, et pour faire reculer lequel nul n’a le choix que de se résigner aux dures épreuves que Dieu lui envoie. Cela est si vrai que la bureaucratie soviétique, bien que juive et philo-sémite au départ, ne se priva point d’user de ce procédé facile entre tous. L’Arabie Saoudite bien qu’acquise pour des raisons dynastiques au pouvoir anglo-sioniste mondial depuis sa fondation, est le plus grand diffuseur de propagande anti-sémite obsessionnelle du monde. L’entourage de Valls veut clairement faire de Dieudonné une figure de proue de la nouvelle opposition, de manière à en finir avec la division bourgeoisie-peuple du paysage politique français. La nébuleuse juive, bien que formée d’une collection d’intérêts divers et disparates dont la vénalité, l’égoïsme et la courte vue est la caractéristique presque unique (la Bible elle-même parle de mentalité de prostituée), compte sur la croyance par ses adversaires en son propre pouvoir surnaturel auquel elle ne croit pas elle-même (vu son matérialisme vulgaire) comme presque unique ciment communautaire dans bien des cas, car autrement elle ressemble surtout à un panier de crabes ou à une basse-cour. Elle sait rendre un insigne service aux classes dirigeantes du monde entier en se faisant attribuer tous leurs méfaits, et le leur fait payer.


  • #744750
    le 02/03/2014 par Jul
    Rencontre avec Alain de Benoist

    C’est marrant comme ce paganiste ne parle jamais de sionizme et franc maconnerie car rejettant le conspirationnisme mais quand on lui parle du passage du paganisme vers la chretienté là il devient conspirationiste et ne voit plus de besoin du peuple mais juste une religion imposee par la force au peuple (vers 45 )


  • #744796
    le 02/03/2014 par thihen42
    Rencontre avec Alain de Benoist

    S’il est vrai mon cher De Benoist qu’être trop près de la vitre donne une vision déformée de la réalité en être trop loin ne permet pas davantage d’en avoir une vision juste.
    Certes quand le sage montre la lune l’imbécile regarde le doigt mais de Benoist ne voit même pas le sage.


  • #744851
    le 02/03/2014 par Nomos
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Il est vrai que parfois le tout complot est trop simpliste.
    Quand j’entends dire que le complot explique tout à propos par exemple des révolutions Française, Russe ou encore Mai 68. On est bien dans la paresse intellectuelle.

    C’est faire fi de profonds changements structurels. Tous ceux qui ont intégré la méthode matérialiste comme système de pensée le savent très bien.

    Mai 68 n’était possible que dans un pays qui était en train de liquider définitivement
    l’ancienne France (Paysannerie comme base sociologique, le village, etc)

    De Benoist évoque aussi la recherche "bouc émissaire", il avait sévèrement taclé René Girard à une époque et avec une argumentation assez pauvre, mais on voit bien que finalement, il est bien obligé de lui donner raison !

     

    • #744886
      le 02/03/2014 par Tenez
      Rencontre avec Alain de Benoist

      Oui mais il est pratiquement impossible de separer pouvoir et complot. Le pouvoir est oblige de comploter pour agir.

      Exemple : Est-ce que les citoyens accepteraient ouvertement d’aller en guerre si on leur disait que leurs train de vie et exigences sont au dela de leurs moyens et que la dette les a mis dans une situation insolvable que leurs gouvernements ne peut resoudre ? Non alors ils complotent et creent des dictateurs qu’ils faut absolument eliminer.

      Et comme je disais un peu plus haut la symbolique des pouvoirs est la preuve du complot (les illuminati, skulls and bones etc...) et que ces gens pensent a une echelle que les "petites gens", la masse, ne pensent pas par manqué de moyens essentiellement.


    • #744976
      le 02/03/2014 par Leïla
      Rencontre avec Alain de Benoist

      @Tenez, très juste Camarade !, c’est pour cela qu’il est impératif de faire table rase, et d’écrire l’histoire sans ce fatras puant que sont les ss secrètes, monstrueuse machine à pervertir et détruire les peuples au nom de quelques illuminés sanguinaires et sans affect.


  • #744918
    le 02/03/2014 par BOUKRANNA Mounire.
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Au nom de Dieu , le Clément , le Miséricordieux ,

    La période actuelle dites "de transition" est aussi liée au fait que de plus en plus d’Islamistes se rendent compte qu’ils s’étaient jadis trompés d’ennemis en désignant les Communistes et en s’alliant donc à l’Occident capitaliste car il pensaient que cette Occident était de culture Judéo-Chrétienne donc plus proche idéologiquement et cela à cause de la manipulation Américano-Saoudienne dans la guerre anti-Communistes.
    Cela a pour effet de rendre le monde réellement révolutionnaire et caractérise en partie la "transition" évoquée par Alain de Benoist.

    Cordialement.


  • #745472
    le 02/03/2014 par nm
    Rencontre avec Alain de Benoist

    de benoist est un philosophe qui est au dessus de tous les courants politique, y compris du nationalisme.
    il est en même temps anticonformiste sur les sujets sensibles.
    il est :
    - contre le soutien à israel
    - contre les guerres humanitaire
    - contre la diabolisation de le pen
    Mais ce n est pas un polemiste et il ne se passionne pas
    pour la politique.


  • #746256
    le 03/03/2014 par dede
    Rencontre avec Alain de Benoist

    De toute manière quand nos patrons seront majoritairement chinois, ça va changer nécessairement, ils sont pas fan des 35 heures ...


  • #746277
    le 03/03/2014 par dede
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Assez intéressant, moins sur les religions et le christianisme.
    De Benoist est vraiment païens et plus cristiano-critique que Soral est judéo-critique.

    Quelques citations reprise par Ryssen de De Benoist :
    "L’antisémitisme chrétien peut être justement décrit comme une névrose… L’antisémitisme permet à l’antisémite de projeter sur le juif sa névrose. Il va le dire étranger parce qu’il se sent tel, voleur, puissant, parvenu, parce qu’il l’est."

    Le rav De Benoist aurait pas fait mieux, certains sont blancs comme neige d’autre suspect de cerveaus malades.

    source entre autres
    http://france.eternelle.over-blog.c...


  • #746424
    le 03/03/2014 par francky
    Rencontre avec Alain de Benoist

    Quid de la Norvege, de le Singapour, du l’ Argentine etc..... qui sont des pays independants, "petit" et qui ont une tres bonne economie.


  • #747271
    le 04/03/2014 par Lucas
    Rencontre avec Alain de Benoist

    il a raison sur plusieurs points, et notamment quand il explique que les théories complotistes ou conspirationnistes sont une forme de paresse intellectuelle.


Afficher les commentaires suivants