Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Retour en détail sur le passeport sanitaire et l’identité numérique

La « crise sanitaire » a accéléré le « besoin » d’une « identité numérique » généralisée et le passeport sanitaire est donc une aubaine pour le renforcement des systèmes de surveillance numérique !

 

Le passeport sanitaire et la vie privée

 

Les informations personnelles

Le passeport sanitaire se présente sous la forme d’un code barre en deux dimensions dans lequel sont inscrits les informations personnelles, médicales et techniques suivantes [1] :

● Informations personnelles
○ Nom, prénom
○ Date de naissance

● Information médicales
○ Type de certificat et résultat éventuel
○ Date et heure du certificat
○ Nom du vaccin reçu, type de molécule injectée, nombre de doses reçues et date de vaccination

● Informations techniques
○ L’émetteur du pass sanitaire, la date d’émission et son sceau d’authenticité (une signature numérique)

 

Les technologies utilisées

Le passeport sanitaire utilise la norme de code barre en deux dimensions 2D-Doc, celui-ci pouvant être affiché sur smartphone ou sur papier. Les applications TousAnticovid et TousAnticovid Verif (l’application de lecture pour les professionnels) ont été développées par l’entreprise d’État IN Groupe. L’ensemble des données sont stockées sur le serveur central mis en place par IN Groupe.

Ces applications utilisent notamment des technologies américaines comme Firebase (de Google) pour le requêtage et Akamai Technologies [2] pour les serveurs de proxy (serveurs intermédiaires entre l’application et les serveurs centraux d’IN Groupe).

Bien que ces prestataires soient conformes aux normes RGPD pour assurer la protection des données personnelles, la totalité des informations contenues dans le code barre passerait chez le prestataire américain Akamai Technologies via une requête sécurisée HTTPS entraînant alors un potentiel risque de captation de données sensibles. [3]

Le code informatique des applications n’est pas open source c’est-à-dire qu’il n’est pas divulgué et qu’il n’est donc pas possible de l’auditer. Le caractère non public du code de ces applications a été souligné par la CNIL et n’est pas conforme aux recommandations du Règlement général sur la protection des données (RGPD).

 

La confidentialité des données

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a émis un avis réservé sur la quantité d’informations inscrite dans le code barre qui dépasserait le cadre et la finalité du passeport sanitaire et qui ne respecterait pas le principe de minimisation des données. [4]

En effet, le lecteur pour les professionnels obtiendrait ou permettrait de déduire davantage d’informations de santé qu’un simple résultat de conformité. L’objectif du passeport sanitaire étant simplement la fourniture d’une preuve de test ou de vaccination, or celui-ci est une obligation d’identification et un support d’informations complémentaires qui ne sont pas strictement nécessaires pour accéder à des lieux publics (hormis dans les aéroports internationaux).

De plus, il serait techniquement possible de localiser le smartphone de l’utilisateur professionnel exécutant l’application de lecture TousAnticovid Verif. En effet, celle-ci se connecte au serveur d’IN Groupe à partir de son adresse IP. Les informations récoltées permettraient de tracer le porteur d’un passeport sanitaire (qu’il soit sous format numérique ou papier [5]) en combinant les données d’identification (Qui ?), de localisation (Où ?) et de le suivre en temps réel (Quand ?) entravant ainsi l’anonymat et la libre circulation dans l’espace public. Le passeport sanitaire est ainsi une atteinte majeure à la liberté d’aller et venir, à la liberté de conscience (de se faire vacciner), à la vie privée et aux données personnelles de santé.

L’application TousAntiCovid Verif lit également le code QR du certificat sanitaire européen affiché sur smartphone ou sur papier. Le passeport européen étant calqué sur les mêmes principes techniques avec les mêmes informations et les mêmes risques.

 

Les enjeux économiques pour la France

 

IN Groupe (ex-Imprimerie nationale), entreprise d’État et fleuron industriel français est leader mondial de l’identité et des services numériques sécurisés avec un demi-milliard de chiffre d’affaires annuel. L’entreprise fabrique des passeports, des cartes nationales d’identité, des permis de conduire, des cartes de séjour pour une trentaine de gouvernements dans le monde dont l’État chinois (par exemple, les hologrammes incrustés sur les papiers officiels chinois sont fabriqués en France) et avec des clients privés répartis dans près de 130 pays. 60 % des résultats du groupe viennent désormais de l’étranger. 1 passeport sur 2 et sur 1 carte d’identité sur 4 dans le monde.

Grâce à IN Groupe, la France a aujourd’hui une autonomie stratégique en matière de maîtrise des données d’identité des citoyens, ce que beaucoup de pays dans le monde ont perdu. IN Groupe a mis au point la technologie utilisée par les forces de l’ordre et les compagnies aériennes pour lire les codes barres de l’application TousAntiCovid. Ils travaillent sur l’interopérabilité avec le futur passeport sanitaire annoncé par Bruxelles. Ils se sont récemment spécialisés via des rachats dans les portiques de sécurité à reconnaissance faciale présents dans des aéroports en France. IN Groupe vend ses logiciels de recensement des citoyens, mais aussi des titres vierges, protégés contre la fraude et prêts à l’emploi pour les services d’État civil.

IN Groupe a la volonté de commercialiser, d’internationaliser son passeport sanitaire français (dont la dénomination commerciale est « IN COVID Pass ») et d’en faire un modèle technique de référence. [6]

 

Les enjeux politiques de la crise sanitaire

 

L’initiative ACT-A

L’initiative ACT-A (Access to COVID-19 Tools Accelerator) est un programme international mis en place en avril 2020 et visant à faciliter le partage d’outils, de données et de consolider les systèmes de santé afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Ce programme a été mise en place par le G20 et l’OMS incluant des partenariats avec les organisations suivantes :

● Fondation Bill-et-Melinda-Gates
● Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) : organisation créée à l’occasion du forum mondial de Davos en 2017, la fondation Bill-et-Melinda-Gates leur a récemment fait un apport de 250 millions de dollars
● GAVI Alliance : coalition américaine d’acteurs publics et privés travaillant sur les questions de l’immunisation et de la vaccination généralisée des enfants des pays en développement, partenaire du consortium ID2020 de Microsoft
● Fonds mondial : structure internationale de financement, la fondation Bill-et-Melinda-Gates est l’un de ses donateurs les plus importants
● UNITAID : organisation internationale d’achats de médicaments actuellement présidée par Marisol Touraine
● Wellcome Trust : une des plus riches fondations mondiales en médecine, deuxième plus grande après la fondation Bill-et-Melinda-Gates
● Banque mondiale

 

On note dans ces initiatives de créer un accélérateur de gestion de la crise une forte congruence entre les institutions internationales participant à ce programme et des grands groupes privés notamment la société Microsoft et ses consortiums via la fondation Bill-et-Melinda-Gates.

 

La géopolitique du passeport sanitaire

Une compétition d’influence sur les politiques vaccinales existe entre le monde anglo-saxon, la Russie, la Chine et l’Inde. Clément Beaune, secrétaire d’État français aux Affaires européennes, a annoncé que le pass sanitaire français ne reconnaîtra que les vaccins autorisés excluant notamment les vaccins russes et chinois et dénonçant le laxisme des pays européens qui le reconnaissaient comme c’est le cas de la Grèce ou de la Hongrie. [7]

L’apanage d’un État est de fournir la monnaie et l’identité. L’identité fait l’objet d’intérêts commerciaux importants entre États et grands groupes privés. L’identité régalienne est devenue numérique dans de nombreux pays et la crise sanitaire est désormais une justification pour accélérer la mise en place d’un passeport sanitaire et d’un traçage numérique.

 

Le passeport sanitaire et le système de crédit social

 

Le passeport sanitaire, inefficace et disproportionné

La mise en place du passeport sanitaire français pouvant être potentiellement adossé à une future identité numérique et regroupant un certain nombre d’informations personnelles est un premier pas vers un système de sanctions/récompenses tel qu’actuellement développé par le gouvernement chinois.

Le passeport sanitaire instaure un régime de ségrégation (« citoyens modèles » versus les autres) basé sur des données de santé.

Le passeport sanitaire est une réponse disproportionnée face à la crise sanitaire remettant en cause la légitimité de la politique de santé publique. En effet, si le rôle de l’État est de protéger le citoyen contre un danger extérieur, les non-vaccinés ne représentent un danger que pour eux-mêmes. Dans la mesure où les vaccins sont disponibles pour tous, la vaccination fait l’objet de la responsabilité civile individuelle plutôt qu’une politique de gestion sanitaire globale. La saturation des services hospitaliers qui sert de prétexte à la politique vaccinale n’est désormais plus d’actualité en France métropolitaine selon les données hospitalières relatives à l’épidémie de Covid-19. [8]

Il n’existe actuellement aucun contre-pouvoir (à part la CNIL) qui puisse s’assurer que le passeport ne contiendra pas plus d’informations que prévu. De même qu’il n’existe aucune garantie quant à son caractère temporaire. Les outils et les structures administratives mises en place pour gérer un système de contrôle dit temporaire trouvent souvent de bonnes raisons de pérenniser son existence.

 

La généralisation et la pérennisation des outils de surveillance de masse en France

Lundi 19 juillet 2021, Laurent Wauquiez a présenté à l’assemblée de la région Auvergne-Rhône-Alpes un projet de délibération pour lui permettre de déployer la reconnaissance faciale dans les gares, de financer l’achat de logiciel d’analyses comportementales et de multiplier les caméras de vidéosurveillance.

Les visages des photos de carte d’identité depuis 2015 sont numérisés et centralisée dans le fichier des titres électroniques sécurisés (TES). [9]

Le 29 juin dernier, les sénateurs ont examiné le nouveau projet de loi en matière d’anti-terrorisme et de renseignement. Cette nouvelle loi comporte l’utilisation de logiciels qui analysent l’ensemble des métadonnées (numéros de téléphone appelés, dates et durées des appels, etc.) transitant sur les réseaux afin de détecter des comportements qui, d’après les services de renseignement, pourraient révéler des activités terroristes.

 

Notes

[1] « Pass sanitaire et vie privée : quels sont les risques ? », 3 juin 2021

[2] Société américaine fondée par l’Israélien Daniel Lewin, soi-disant mort en héros lors des attentats du 11 septembre 2001...

[3] Le CLOUD Act (Clarifying Lawful Overseas Use of Data Act) promulgué par Donald Trump en 2018 aux États-Unis a officialisé la possibilité pour l’administration américaine de saisir les données de leurs sociétés hébergées sur les serveurs présents à l’étranger, au nom de la protection de la sécurité publique.

[4] « Délibération n° 2021-067 du 7 juin 2021 portant avis sur leprojet de décret portant application du II de l’article 1er de la loin° 2021-689 du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire », CNIL, 7 juin 2021.

[5] 23 % de la population française ne possède pas de smartphone selon le baromètre du numérique 2019.

[6] « IN COVID Pass, la solution pour relancer l’économie et rouvrir les frontières », IN Groupe, 12 juillet 2021.

[7] Extraits d’un entretien de M. Clément Beaune, secrétaire d’État aux affaires européennes, avec RTL le 30 juin 2021, concernant le pass sanitaire européen et la loi sur l’homosexualité en Hongrie, vie-publique.fr, 30 juin 2021

[8] « Données hospitalières relatives à l’épidémie de Covid-19 », data.gouv.fr

[9] « Le fichier des titres électroniques sécurisés (TES) », CNIL.

À lire en complément de C’est parti mon qui-QUI ?! #2 !

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2822779

    Si nous ne sommes pas dans le Pétain, nous sommes dans le pétrin et si nous ne sommes pas avec eux, nous sommes contre eux.
    À quel moment le Wauquiez a reçu mandat de ses électeurs pour pondre pareille surveillance : la boulette du Motodidacte le mieux surveillé de France, avec carton plein un jour de fête nazionale, ne sert-elle pas de contre-exemple ?
    En tout état de cause, l’idéal étant de se rendre visible en évoluant sous les radars.
    Et toujours, pour réitération de la question, où sont les fumeux troudufus du clavier, ces anonymousses se prétendant légions ?

     

    Répondre à ce message

  • #2822789
    Le 7 octobre à 16:39 par Roland de Roncevaux
    Retour en détail sur le passeport sanitaire et l’identité numérique

    vers le "capitalisme de surveillance"...

    le pire, c’est que ce n’est pas forcément dû au seul besoin de contrôler nos vies... après tout, nos zélites savent très bien contrôler les peuples sans outils numériques.

    Il semble que l’utilisation du numérique à des fins de surveillance provienne d’abord du "besoin de débouchés" pour une industrie impériale. De la même manière qu’il fallait trouver un débouché aux pesticides, sous forme de gaz de combat, agent orange et autres.

    Le numérique, contrairement à ce que raconte la propagande des industriels, est un outil rigide, obtus, procédurier, bureaucratique, manichéen, et tombant régulièrement en panne... mais qu’importe, il faut "tout digitaliser". Même si ça tourne à l’inefficacité et à l’ubuesque.

    Le numérique n’est capable que de deux choses principales : compiler des statistiques en masse (plus ou moins utiles ou inutiles), et ouvrir ou fermer des portes (digi-codes, QR codes, etc.). Pour le reste, ça sert à rien ! Du coup, on est prié de faire enter toute la vie dans le prisme étroit et manichéen du chiffre, de l’algorithme, bref, de la statistique. Le numérique apparait comme une immense "moyennisation", tout le contraire de la créativité et du disruptif dont il se réclame. Le numérique parait profondément contraire au libéralisme revendiqué par nos dirigeants, et risque de tomber en panne et "soviétisation" généralisée.

     

    Répondre à ce message

    • #2823049

      @ roland de Ronceveaux

      merci de votre commentaire lucide sur le monde numérique : en effet, un ordinateur contrairement à un livre, tombe en panne, produit des déchets, pollue et consomme de l’énergie à perte. Cette pseudo révolution numérique est pire que mieux car dans la balance avantage/inconvénient, la bascule vers les contraintes et les inconvénients des pannes, bugs et autres contrôles incontrôlables des systèmes informatiques est évidente ! (sans parler du fond de cette révolution : soumettre psychologiquement et matériellement un peuple à une domination mondiale prônée par Karl Schwab et son "great Reset" !

       
    • C’est bien plus grave que ce que vous dites...Ce controle numérique une fois mis en place, ne rendra plus possible du tout, et ce jusqu’a la mort du Soleil lui meme, toute formation de rebellion dans la population, la surveillance et délation sera telle que les peuples seront éternellement soumis sans que la moindre graine de dissidence ne puisse apparaitre et se développer sans etre immédiatement identifiée et tuée dans l’oeuf.

      Ca sera comme Matrix sauf qu’il n’y aura meme pas de cité Zion.
      Ca sera tout le monde, a commencer par les USA, Canada, France, Italie, Israel, Chine Australie... le reste du monde va suivre progressivement.

       
    • #2823135

      Bien dit, Roland de Roncevaux !

      Je repense avec émotion à mon cher grand-père du Nord, qui bougonnait en voyant ses petits-enfants avec les tous premiers jeux vidéo dans les années 70/80... Il nous disait :" Vous pensez ce que vous voulez, mais tous vos petits trucs électroniques ne valent pas grand chose, et ça vous abîme les yeux ! Croyez moi, mais rien ne vaut la vapeur et l’électro-mécanique !"

      On se moquait gentiment de lui, alors... comme il avait raison !

       
    • #2823232

      @ amny

      Ils n’ont pas besoin de tout ce fatras numérique pour étouffer / neutraliser / retourner toute forme de rébellion et de dissidence.
      Non, Roland a très bien expliqué que cette numérisation va conduire à bien plus de sclérose dans la société (y compris en matière de surveillance) que de fluidité.
      Le vrai danger ne sera donc pas tant l’ultra-surveillance que le blocage de toute action sociale, dans quelque sens que ce soit et ce qui ira de pair avec l’appauvrissement amenant donc, inéluctablement l’occident libéral-libertaire, à la paupérisation généralisée comme ce que l’on a vu en ex-URSS.
      L’occident avait l’avantage, par rapport à l’URSS, de ne pas avoir partout une administration pachydermique et ayant la main sur tout et dont le blocage a entraîné le blocage de l’ensemble du bloc soviétique.
      Ces outils numériques permettent la création ultra-rapide du NKVD qui manquait à l’occident globalisé ... avec pour objectif, ce que vous expliquez (surveillance généralisée) mais qui aura comme finalité le blocage généralisé de l’ensemble de la société et la maximalisation de l’appauvrissement.

       
    • #2823234

      @ amny

      Ils n’ont pas besoin de tout ce fatras numérique pour étouffer / neutraliser / retourner toute forme de rébellion et de dissidence.
      Non, Roland a très bien expliqué que cette numérisation va conduire à bien plus de sclérose dans la société (y compris en matière de surveillance) que de fluidité.
      Tous les systèmes qui tombent pondent des plans stupides dans le vain espoir de freiner leur chute.
      Le vrai danger ne sera donc pas tant l’ultra-surveillance que le blocage de toute action sociale, dans quelque sens que ce soit et ce qui ira de pair avec l’appauvrissement amenant donc, inéluctablement l’occident libéral-libertaire, à la paupérisation généralisée comme ce que l’on a vu en ex-URSS.
      L’occident avait l’avantage, par rapport à l’URSS, de ne pas avoir partout une administration pachydermique et ayant la main sur tout et dont le blocage a entraîné le blocage de l’ensemble du bloc soviétique.
      Ces outils numériques permettent la création ultra-rapide du NKVD qui manquait à l’occident globalisé ... avec pour objectif, ce que vous expliquez (surveillance généralisée) mais qui aura comme finalité le blocage généralisé de l’ensemble de la société et la maximalisation de l’appauvrissement.

       
    • Le liberalism anglo saxon est plus proche de la soviétisation que le libéralisme de tradition française dont Frédéric Bastiat est le meilleur défenseur.

       
  • Le passeport sanitaire n’est que le cheval de Troie de la future identification numérique par puce RFID implantée sur chaque citoyen et qui servira non seulement à être identifié et localisé grâce à la 5G mais aussi à effectuer tous les achats.
    Quand on voit à quelle vitesse le peuple à accepté la vaccination, tout le monde acceptera une simple piqure qui permettra l’injection du micro puce qui, sans elle, rendra impossible les achats de nourriture, les paiements de loyer ainsi que tout acte permettant de vivre au quotidien.

     

    Répondre à ce message

  • Que pouvons faire pour stopper cette esclavagisme en cours à part des commentaires et des manifestations qui ne débouche sur rien !
    Pourquoi nos ancêtres on fait la révolution avec des fourches alors que nous on a des moyens plus efficaces,foudroyants et nous ne faisons rien à part râler !
    Faut pas attendre de plus avoir de pain sur sa table alors il serait vraiment trop tard !

     

    Répondre à ce message

    • Ils n’ont pas "fait la révolution avec des fourches" : ils se sont défendus avec des fourches parce que c’est tout ce qu’ils avaient sous la main, contre les sbires révolutionnaires, et parce qu’ils étaient à bout et que c’était soit se défendre soit mourir.

      Aujourd’hui pareil : nous ne sommes pas plus armés - encore moins, puisque nous n’avons plus de fourche chez nous ! -, et poussés à bout on va devoir aller à la confrontation face cette fois non plus à des gardes armés de fusils à un coup, mais face à des robocop sur-armés... parce que c’est ça ou la piquouse, c’est-à-dire la possible mort.

      Donc arrêtez de demander "que faire" : la seule chose à faire c’est comme en 1793-94, unidad ! unidad ! unidad ! comme le répétait Chavez. Et advienne que pourra. Surtout pour les premières lignes.

       
  • #2822814

    Mais dans la mesure où les tests deviennent payants vendredi 15 - des "tests" valables 3 jours ! -, pour ceux qui refusent la piquouse : quelle issue ?

    "Nous irons ensemble vers ce nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne..."

    Quand l’avis des peuples et des individus comptent pour du beurre, nous sommes en droit - en devoir - de refuser et d’envoyer chier tous ces dingues !

     

    Répondre à ce message

    • #2823002

      Je n’ai fait aucun test depuis 18 mois et je n’en ferais jamais.
      Je n’ai suivi aucune des injonctions de ce gouvernement à part le masque juste pour entrer dans les magasins et encore sous le nez. La semaine dernière je faisais mon marché sans masque comme d’habitude et j’ai croisé un groupe de militaires armés qui vient régulièrement sur le marché et ils n’ont rien dit, d’ailleurs depuis quelques temps de plus en plus de personnes ne mettent plus ce bout de chiffon... Tous les jours je me dis qu’il suffirait que tout le monde désobéisse pour que ça s’arrête. Il n’y aurait même plus besoin de défiler dans les rues le samedi. Que peut un gouvernement contre une masse qui ne met plus son masque et ne se précipite pas dans un vaccinodrome ? Il ne peut rien et le H1N1 nous l’a démontré quand 80% de la population n’a pas joué à leur jeu et a refusé les injections...Il leur a fallu 10 ans pour travailler et modifier les esprits du plus grand nombre, c’est pour ça qu’ils ont presque réussi leur plan, mais j’espère bien qu’il n’aboutissent pas..

       
    • Solution : éviter le passe autant que possible et si on ne peut pas faire autrement, autotest avec attestation sur l’honneur.
      Allez voir sur le site de reaction19

       
  • #2822917

    Le passeport sanitaire instaure un régime de ségrégation (« citoyens modèles » versus les autres)



    C’est la seule petite chance qui soit dans ce monde moderne devenu ouvertement fou : que, dans leur dictature appuyée sur des outils technologiques très avancés (si internet existe encore), ils excluent suffisamment de gens pour qu’une société alternative soit viable.

    Pourquoi est-il difficile de monter une société alternative ? Alors que, contrairement à ce que l’on pense, le système ne s’y oppose nullement : il te vend toujours plus de matériel d’auto-subsistance, des mini-panneaux-solaires, des purificateurs d’eau, des livres, des émissions ou des podcasts sur comment cultiver ton potager, élever tes moutons, etc.

    Parce que l’on ne sort jamais en masse du système, on en sort toujours qu’au compte-goutte. Si tu te replies dans un coin de campagne isolé, il faut que tu prennes contact avec un tissu social qui permettra à ta désertion de ne pas devenir un isolement propre à te rendre fou.
    Cette reconquête de l’espace social, en période d’individualo-cratie, est un travail tout aussi compliqué que d’apprendre à faire pousser des salades quand tu n’as toujours vécu qu’en ville.

    Et le problème des gens de caractères qui ont appris à se passer du système... c’est que ce sont des gens de caractère et qu’il est facile de se brouiller avec ceux qui pourraient être des aides précieuses dans la coupe du bois ou la construction de ta Base Autonome Durable.

    Le système n’entend pas garder tout le monde : ce qu’il veut, c’est un monde "parfait" (donc vide et aspetisé) pour l’ultra-minorité qui compose l’élite, une grosse horde de salariés/esclaves du tiers-monde pour ramasser les crottes sur le trottoir ou livrer les pizzas & que l’on regardera le moins possible... et pour ce qui est du reste (qui aura survécu à la vaccination), s’il se barre à la campagne tenter l’aventure "hors-système" : c’est une excellente nouvelle, au contraire.

    Or, vous aurez remarque que plus le système a les moyens de fliquer tout le monde, plus il augmente les conditions pour être un "citoyen modèle". Aujourd’hui, tu es un paria si tu refuses de te faire piquer au pfizer. Tôt ou tard, tu en seras un si tu refuses un seul des 1200 autres vaccins que l’on t’imposera.

    Plus le système se durcira, plus il expulsera de monde. Et c’est lorsque "la minorité de dingo survivalistes" deviendra massive que l’on pourra reconstituer un tissu social alternatif intéressant car viable.

     

    Répondre à ce message

  • #2822967

    Si si ! Le pass sanitaire est très efficace, mais pour les raisons pour lesquelles on l’impose !

     

    Répondre à ce message

  • #2823032
    Le 8 octobre à 05:36 par la révol. c pas pour les ptites chattes
    Retour en détail sur le passeport sanitaire et l’identité numérique

    Explosion du prix du blé et des matières premières, exactement comme à la veille de 1789...

     

    Répondre à ce message

  • En arrivant en caisse à ikea, je vois que les 5 caisses sur 10 caisses libre service sont closes...motif ? "pour aller plus vite on vous invite à télécharger l’app"...je me dis que c’est une blague et que ça va faire un flop sur le temps mais il ne faudra pas très longtemps pour que les idiots trop pressés de payer leur achats téléchargent l’application soient convaincus du bien fait de ce système.

    On joue avec un handicape de taille face au système, parce que dans notre équipe les gars veulent absolument mettre des CSC.

     

    Répondre à ce message