Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Robotisation de la société : vers la fin de la médecine humaine ?

Consultations par webcam et diagnostics par smartphone

La médecine est-elle un simple raisonnement par arborescence logique, fût-il complexe ? C’est ce que pense à l’évidence le Dr Ali Parsa, fondateur de la société Babylon Health au Royaume-Uni, qui propose de remplacer le généraliste par un robot doté d’une intelligence artificielle… et de s’approprier en conséquence une bonne partie des revenus du corps médical.

 

On appelle ça soit une rupture technologique soit une forme sophistiquée de hold-up d’une profession sur une autre. Parsa affirme que les robots vont bientôt être capables d’établir des diagnostics « plus fiables et plus rapides » qu’aucun autre médecin. L’homme est à l’origine d’un projet controversé de l’assurance-maladie britannique, le NHS, qui entend utiliser des automates pour répondre aux appels téléphoniques médicaux. Le service est déjà testé dans cinq municipalités londoniennes. Babylon Health veut aller plus loin, en lançant un service national permettant aux patients de recevoir un diagnostic complet par smartphone sans avoir à consulter leur généraliste.

 

Le diagnostic par robot, une menace pour la médecine humaine

Le système de Babylon Health en cours d’expérimentation demande au patient d’indiquer ses symptômes. L’intelligence artificielle détermine le degré d’urgence pour chaque cas et oriente la personne vers les urgences du NHS, vers une pharmacie ou envoie une équipe au domicile. L’étape suivante consistera à lancer un modèle de diagnostic complet, qui sera expédié par smartphone. « Nous avons collecté 300 millions d’éléments de science médicale », explique Ali Parsa, qui insiste : « Aucun être humain ne peut en retenir autant. C’est, selon nous, la liste de connaissances cliniques de base concentrées sur un seul ordinateur la plus importante au monde ».

Pour ménager les médecins, Parsa indique que l’avenir pourrait ainsi voir les praticiens se concentrer sur le traitement plutôt que sur le diagnostic, en travaillant de concert avec l’intelligence artificielle. Il souligne que pour la seule dermatologie, « 11 000 articles ont été publiés pour la seule année 2016 » et que l’automatisation permettra aux médecins de gérer cette masse d’informations. Mais qui contrôlerait alors les choix du concepteur de l’ordinateur ? Notons pour l’information d’Ali Parsa que depuis longtemps déjà, les dictionnaires médicaux les plus complets sont informatisés, permettant un accès par les praticiens et une mise à jour rapides de leurs excellentes informations.

 

De l’art à la mécanique : l’intelligence artificielle remplace le médecin par un robot

Les critiques apparaissent déjà. La Commission britannique pour la qualité des soins conseille fermement aux patients de prendre garde aux services en ligne, après qu’elle a analysé les contenus de deux sociétés de conseil médical sur internet, Asset Chemist et Treated.com. Dans ces deux cas, elle a découvert que ces organismes avaient prescrit des médicaments sans vérifier l’identité des patients ni tenir compte des risques élevés d’effets indésirables de certaines molécules.

Dans la série médecine désincarnée, depuis 2015 le NHS propose aux patients des consultations par webcams avec des médecins libéraux remplaçant les médecins du service public gratuit. Son application, avec un système de triage préalable qui présente en soi un risque en matière d’orientation vers les urgences, est déjà accessible gratuitement dans tout le Royaume-Uni. Le patient paie soit 25 livres (30 euros) pour une consultation par webcam avec un médecin libéral, soit il s’abonne pour 5 livres par mois pour un accès illimité. 190 000 personnes ont déjà souscrit, et 120 entreprises l’ont fait pour leurs personnels.

 

La consultation webcam prend de l’ampleur au Royaume-Uni

Des associations de malades ont mis en doute la sécurité de ces systèmes automatisés. Ils soulignent que les médecins en ligne n’ont pas accès aux dossiers médicaux et que ce type de relation désincarnée pourrait laisser passer des symptômes qui ne sont détectables qu’en présence réelle. Par ailleurs, des critiques sur une « privatisation » du NHS se font entendre, alors que ce service public subit une cure d’austérité sans précédent.

À lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Babylon Health"

    Tout est dit !


  • Le Conseil de l’Ordre est très puissant en France et veille au salut du tiroir caisse des médecins .


  • A 52 balais et en mauvaise santé je ne devrais pas battre des records de longévité.
    Merci mon dieu. Que je hais ce monde en devenir.

     

    • La mauvaise santé c’est presque à 100% dû à l’alimentation (et au manque d’exercice aussi sans doute), loin de moi l’idée de vous faire la morale. Lisez le livre d’Arnold Ehret sur KontreKulture, et pour confirmer ce qu’il raconte (le bouquin date en fait de 1906), explorez la chaîne de Thierry Casasnovas, il redonne espoir, et il y a aussi des vidéos avec des vrais sportifs qui montrent qu’un régime carné ou protéiné n’est strictement pas indispensable.

      Personnellement je suis plus jeune en âge et mon objectif n’est pas forcément la longévité, mais plutôt un état d’être, et çà passe aussi, en plus du spirituel, par une bonne santé !


    • Etre malade dans ce monde est un signe de bonne santé (Muray).
      _ ;-)


  • Le problème est que bien souvent la médecine humaine refuse de se moderniser...par exemple, qui d’entre vous a consulté un médecin utilisant un kit diagnostic ? Et pourtant, ce genre de dispositif est vendu dans le commerce et permet de savoir précisément quelle infection on a, ce qui est autrement plus précis que de laisser un médecin deviner sur la base des symptômes observés.

    Donc s’ils s’obstinent à en rester au XXe siècle, pas étonnant qu’ils soient concurrencés par la technologie, qui, elle, ne fait pas de sur-place...


  • alors il faudra que les religieux ré-ouvrent des hôpitaux écclésiastiques
    en France, avant la république de 1789, les religieuses catholiques tenaient des sortes d’hospices, on y était soigné gratuitement (si je ne me trompe pas), et les femmes pauvres y accouchaient.

    Bref, on ne peut servir 2 maîtres, et les religieux devront montrer le chemin (je pense aux catholiques, religion dominante dans ce pays, dont l’Eglise est pyramidale et pourrait s’organiser mieux et +vite, mais toute aide des musulmans et des juifs authentiques sera nécessaire)


  • "Consultations par webcam et diagnostics par smartphone" ... ne sera qu’une étape franchie sous peu ...

    L’objectif c’est le "medipod", vu dans le film alien/prometheus...
    Tout comme a été vu dans alien 2 l’exosquelette ... aujourd’hui c’est une réalité ...


  • C’est ici que le revenu universel est intéressant. Selon l’analyste allemand Dirk Müller dans l’avenir c’est les robots qui vont remplacer la plupart des gens et le capital va prélever l’impôt sur les robots et financer le revenu universel. Il en est sur que cela arrivera dit-il. Que pensez-vous ?

    Salut a tous


  • Le bon sens est de dire qu’aujourd’hui nous ne devons pas nous passer ni du médecin ni de l’aide des systèmes d’aide au diagnostic.


  • Le systeme medical français a atteint un niveau tel, que j’ai du mal à imaginer pire . Au moins , le patient traité par un robot n’aura pas à affronter la morgue du médecin, ses abus d’autorité, son manque de communication, ses silences, ses certitudes , son peu de souci de la misère humaine , son inaptitude .....Et ce n’est pas la patiente victime d’une IVG pratiquée au CHU de B... en 2009, qui s’est terminée par une perforation de l’uterus, aspiration d’une partie de l’intestin , hémorragie, infection ,handicap physique , qui me contredira. Le zèle et l’appat du gain alliés à l’incompétence ont toujours des conséquences redoutables.


  • Les médecins, souvent idéologiquement orientés à droite, devraient donc eux aussi connaître le chômage. Iront-ils pointer pour toucher la CMU tant décriée ?


  • Le médecin généraliste à la même méthode de diagnostic qu’un mecanicien automobile utilisant un arbre logique de pannes. Ce métier est largement sûrcôté j’aurai plus confiance en un logiciel performant.


Commentaires suivants