Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rudy Reichstadt : il ne peut pas y avoir d’État profond en démocratie

La CIA est d’accord avec lui !

Popularisée outre-Atlantique par les partisans de Donald Trump, l’expression d’« État profond » n’a peut-être jamais été aussi populaire. En France, elle est de plus en plus fréquemment utilisée. Mais au fait, d’où vient-elle et, surtout : l’« État profond » existe-t-il vraiment ?

Le dictionnaire d’Oxford définit le terme deep state (« État profond » en français) comme « un groupe de personnes, généralement des membres influents d’organismes gouvernementaux ou des militaires, tenus pour être impliqués dans la manipulation secrète ou le contrôle de la politique gouvernementale ». Et Google Trends est formel : l’expression n’a jamais fait couler autant d’encre qu’au cours des 12 derniers mois. Un sondage d’opinion publié au mois d’avril dernier pour ABC et le Washington Post révèle que 48% des Américains croient à l’existence d’un « État profond » aux États-Unis.

[...]

Si le concept peut faire valoir ses prétentions à rendre compte imparfaitement mais sûrement d’une partie bien tangible de la réalité dans le contexte de régimes semi-démocratiques ou autoritaires comme en Turquie et en Égypte (on parle en arabe de dawla âmiqa), où le pouvoir civil est placé sous la surveillance, voire la tutelle directe de l’armée, il apparaît en revanche autrement plus discutable de parler d’« État profond » s’agissant de démocraties libérales politiquement stables, garantissant les libertés publiques fondamentales, dotées de contre-pouvoirs efficients, d’une presse plurale et d’un État de droit authentique.

[...]

D’Alain Soral à Éric Zemmour ou Aymeric Chauprade en passant par Stephen Bannon, Alex Jones et l’animateur de la chaîne Fox News, Sean Hannity, chacun dispose avec cette notion mal dégrossie d’« État profond » du sésame qui lui manquait pour raconter à peu près n’importe quoi sans jamais avoir à le prouver. Ainsi a-t-on vu le site d’extrême droite américain Breitbart accuser l’« État profond » d’avoir organisé la fuite d’informations sur Trump au New York Times et au Washington Post. Le fils du président, Donald Trump Jr, a décrit quant à lui l’« État profond » comme « réel, illégal et menaçant la sécurité nationale ». Le président Trump lui-même a retweeté un appel à agir contre l’« État profond » en raison de son prétendu sabotage de l’action gouvernementale...

A contrario, l’ancien directeur de la CIA, le général Michael Hayden, récuse catégoriquement la pertinence du concept : « C’est une formule que nous avons utilisée pour la Turquie et d’autres pays comme ça, mais pas pour la république américaine. »

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

Plus complexes que des « théories du complot » et donc inaccessibles
au très limité Rudy Reichstadt, des analyses du pouvoir profond
à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "48% des Américains croient à l’existence d’un « État profond » aux États-Unis."
    Ce qui veut donc dire que 52% n’y croient pas, alors que le gouvernement de contituité a été officiellement mis en place sous l’ère dobelyou.
    La candeur de ces gens est sidèrante.

     

    • Si 48 % y croit, cela ne veut pas dire que 52 % n’y croient pas mais tout simplement que ce 52 % peut se partager entre ceux qui n’y croient pas et ceux qui s’en moquent, qui n’ont pas d’avis sur la question. De plus, si c’est un sondage mainstream, vous pouvez être sûr que le chiffre de 48 % est en réalité à ré-évaluer vers le haut.


  • Bien entendu, ça tombe sous le sens, c’est évident, c’est clair comme de l’eau de roche !... Et à part débiter des sornettes à 2 centimes d’euros, que fait ce monsieur dans la vie, qu’apporte-t-il à l’économie française ?...


  • Quand on parle de "théorie du complot" ou qu’on résouts une question politique par "c’est un [antisémite, conspirationniste, facho, négationniste, homophobe, raciste, etc..]" c’est qu’on est encore bloqué dans un petit monde restreint et égocentrique.
    C’est pas en rangeant la subversion dans des catégories subjectives qu’on peut comprendre quoi que ce soit au monde politique.

    Rudy Reichstadt, il faut de l’humilité pour apprendre.

    Qui possède l’argent ? L’argent appartiens aux banques, quand tu as un billet c’est la banque qui est propriétaire. Valable aussi pour l’argent numérique. Qui crée cet argent ? Les banques privées (BCE, FED). Bon, voyons simplement quels groupes ont du poids sur la politique bancaire et il y auras un chemin tout tracé vers l’état profonds.

    Celui qui possède l’argent possède par conséquent les médias, les politiques et donc l’opinion publique. Il possède aussi tout les gros groupes. Et il possède aussi une armée de zombie (identifiée par Lucien Cerise en tant qu’agent inconscient des services secrets) qui va venir défendre cet état profonds en niant sont existence.


  • Sacré Rudy, il n’est plus à un mensonge près. Travaillerait-il aussi pour la cia ?

     

  • #1790801

    "Si le concept peut faire valoir ses prétentions à rendre compte imparfaitement mais sûrement d’une partie bien tangible de la réalité dans le contexte de régimes semi-démocratiques ou autoritaires comme en Turquie et en Égypte (on parle en arabe de dawla âmiqa), où le pouvoir civil est placé sous la surveillance, voire la tutelle directe de l’armée, il apparaît en revanche autrement plus discutable de parler d’« État profond » s’agissant de démocraties libérales politiquement stables, garantissant les libertés publiques fondamentales, dotées de contre-pouvoirs
    efficients, d’une presse plurale et d’un État de droit authentique.
    "

    Voilà : « L’ État profond », ça existe peut-être, mais chez les arabes, les bougnoules, les barbares...
    Mais nous, où c’est "autrement plus discutable", éh bin, on leur apporte la civilisation.
    Civilisation parfaitement neutre, tombée du ciel, des films de mickey.

    Au fait, je m’appelle Rudy Reichstadt, je suis gentil, fais-moi confiance.
    Je t’apporte la civilisation.

    De toutes façons, t’as pas le choix.

    lol, c’est un genre de femme de ménage, à son niveau, le mec...
    Ou un "diffuseur d’ambiance" préalable.
    Pour quel salaire ?
    Tu gagnes quoi, dans cette entreprise, Rudy ?


  • #1790809

    "Rudy Reichstadt : il ne peut pas y avoir d’État profond en démocratie"

    Ces mecs-là nous ont aussi martelé qu’il y a des "ennemis de la démocratie".

    Donc : comment fait la démocratie pour se défendre de ses "ennemis", s’il n’y a pas de services secrets, embrouilles, et compagnie ?
    Elle est vierge et pure ?

    Le 11 septembre, c’est la miss météo qui a fait s’effondrer les tours ?
    "Demain : ciel voilé" : ok. : encore les zarabes !

    Nan, t’as raison : il suffit de le dire.


  • "il apparaît en revanche autrement plus discutable de parler d’« État profond » s’agissant de démocraties libérales politiquement stables, garantissant les libertés publiques fondamentales, dotées de contre-pouvoirs efficients, d’une presse plurale et d’un État de droit authentique
    Oui, justement, notre stabilité politique est en fait un équilibre instable, les libertés publiques fondamentales (et au premier rang la liberté d’opinion et d’expression) ne sont plus garanties, les contre-pouvoirs ne sont plus indépendants (nominations et financements...), la presse... pas la peine d’insister, ni pour l’Etat de droit. Conclusion ?


  • #1790815

    "Rudy Reichstadt : il ne peut pas y avoir d’État profond en démocratie"

    Si tu es "un peu" en désaccord :
    T’es contre la démocratie ?
    T’es antisémite ?

    Le tour est joué.
    Circulez, y’a rien à voir.


  • Un message pour toi Rudy : certains sont choisis pour leur intelligence, d’autres pour leur connerie. Toi, à ton avis ?

     

  • #1790828

    Qu’est-ce que la démocratie ?

    Existe-t-elle, dans les faits, concrètement ?

    Peux-tu évaluer l’opinion réelle de Nabilla, et son influence effective dans ce qu’on t’a appris de la démocratie ?

    Est-ce que la démocratie, dans l’absolu, aurait une quelconque légitimité, au regard de la volonté de débilisation généralisée ?

    Va voter.
    C’est toujours mieux que rien.

    Applaudis.
    Applaudis quand même.
    Tu seras substitué de toutes façons.
    (applaudissements)
    "Vive la démocratie !"

    VIVE LA DEMOCRATIE

    "Ci-gît Machin
    Mort pour la démocratie."


  • Rudy Reichstadt demande à la CIA s’il existe un État profond... En fait, il ne lui manque qu’un nez rouge à ce clown médiatique.


  • #1790859
    le 27/08/2017 par L’atlantéen du mois d’août !
    Rudy Reichstadt : il ne peut pas y avoir d’État profond en démocratie

    Il a en partie raison, le freluquet : "il ne peut pas y avoir d’état profond dans une vraie démocratie."

    Ce qui signifie donc que l’on est pas dans une vraie démocratie.

     

  • Rudy revient de vacances, et il n’est pas content ! Ça va dépoter.
    Rudy découvre l’expression "Etat profond" en 2017. Oh ben alors....
    Quelques amalgames, du name-dropping (Soral, Trump, Alex Jones) et hop emballez c’est pesé.
    On ne parle pas des dizaines d’universitaires et autres experts qui emploient ce terme depuis des années, non, non.
    Tiens, Si ça se trouve c’est Poutine qui a lancé le concept... Lui qu’on accuse de continuer à travailler en profondeur pour le KGB. Les Russes et leurs manies sournoises, c’est l’état profond autorisé.
    Les "corpo" des universités d’élites, ça n’existe pas (Skull and Bones, encore un truc créée par les scénaristes Trump et Poutine, sans aucun doute). Même en France ça existe et c’est quasi-revendiqué (ENSAM, ENA....). La face visible et la première étape de cette sélection (anti-égalitariste, mais ça c’est pour les autres) est représentée par les fameux bizutages, soit-disant illégaux (mais ça c’est pour les autres).
    Bon sinon sérieusement, l’Etat profond, c’est tout simplement tous ceux qui se tiennent par la barbichette :
    - politiques
    - médias
    - banques
    - Institutions supra-nationales (besoin de faire un dessin ?)
    - Clubs des 1% qui n’existent pas (Forums divers et variés, G xx, Bilderberg qui n’existe pas, Trilatérale qui n’existe pas, et j’en passe des dizaines d’autres), en toute transparence évidemment.
    Tout ce paquebot qui est en train de sombrer et qui tente de se maintenir à flots en passant des cordes aux pieds des pauvres. M’voyez le tableau ?


  • Il a tout fait raison sur ce point, il ne peut y voir d’Etat profond en démocratie.
    Ce qui prouve que nous ne sommes pas en démocratie.


  • Ou quand un débile profond nous parle de l’État profond. C’est bon de rire parfois. Merci qui ? Merci Rudy !


  • Ce pigiste de Rudy Reichstadt reste lui bel et bien dans un état profond de coma propagandiste à la solde du sytème.


  • Faites une recherche internet sur le "Dossier Atlas" ! Lucien Cerise l’a partagé sur sa page Facebook récemment.


  • Il n’y a pas d’état profond en démocratie ainsi qu’au pays des bisounours pour être vraiment exact.


  • Ils nient d’instinct ce qui pourrait les mettre en pleine lumière. Comme pour les protocoles.


  • La démocratie est la forme achevée de la dictature. Il a donc raison. Plus besoin d’Etat profond.



  • La CIA est formelle : il n’y a pas d’État Profond !



  • Rien à ajouter sur le personnage, la photo parle d’elle même. Imparable.


Commentaires suivants