Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Selon Le Drian (et les Américains), il n’est pour l’instant pas possible de chasser Daech de Raqqa

Même si elle a pris du retard, l’opération visant à chasser l’État islamique (EI ou Daech) de Mossoul est en bonne voie. La partie orientale de la ville a été libérée par les forces irakiennes et ces dernières ont repris le contrôle de l’aéroport, quelques jours après avoir lancé une offensive en direction des quartiers situés à l’ouest du fleuve Tigre.

 

Cependant, il faut encore rester prudent. Si le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n’a aucun doute sur l’issue victorieuse de la bataille en cours, il faut s’attendre à d’importantes difficultés.

[...]

En Syrie justement, compte tenu de l’implication de nombreux acteurs aux intérêts divergents, la situation est très compliquée. « Daech se montre assez résilient sur le territoire syrien, en particulier à Deir ez-Zor, où ses troupes sont plutôt à l’offensive, et également à Palmyre, qu’elles ont reprise aux forces armées syriennes », a ainsi relevé M. Le Drian, lors d’une audition au Sénat.

[...]

« Lorsque le mouvement va se faire de Mossoul vers Raqqa et Deir ez-Zor, les combattants étrangers [de Daech] ne pourront plus fuir vers la Turquie. L’inconvénient, c’est que la situation créée est explosive, dans un espace très réduit de quelques centaines de kilomètres carrés  », a ajouté M. Le Drian.

D’ailleurs, pour le général Herbert Carlisle, le chef de l’Air Combat Command de l’US Air Force, la situation devient critique. « Par définition, comme nous prenons du terrain à l’EI cela crée plus d’occasions de conflits potentiels entre nous et les autres acteurs sur place », a-t-il expliqué, le 24 février. Aussi, il plaide pour une amélioration des communications militaires avec les forces russes engagées en Syrie afin d’éviter toute mésentente.

Lire l’article entier sur opex360.com

 


 

Comme le dit le général américain de l’USAF, les alliés de la coalition commencent à se marcher sur les pieds au Nord de la Syrie, où se concentrent les combats contre Daech dans ses fiefs.

La poussée de l’armée irakienne (et de ses combattants chiites) de l’est vers l’ouest, la remontée inexorable des forces gouvernementales syriennes appuyées par le Hezbollah au sol et les Russes dans le ciel, les bombardements très ciblés des Américains autour des zones qui les intéressent, ainsi que la pression turque du nord au sud, tout concourt à faire de la moitié nord de la Syrie une zone géopolitique de fortes tensions internationales.

Privés d’armes lourdes, les combattants de Daech sont condamnés à résister dans les villes, ce qui rend la libération des territoires plus complexe et coûteuse en hommes. Les armées anti-Daech en présence redoublant d’efforts pour sanctuariser ensuite les territoires conquis... face aux libérateurs concurrents, ou amis.

- La rédaction d’E&R -

 


 

 

Al-Bab, l’un des derniers bastions de Daech en Syrie est tombé. Jeudi [23 février 2017], trois groupes de rebelles syriens pro-turcs affirment avoir repris la ville, au nord du pays, à 25 km de la frontière turque.

 

 

Une nouvelle défaite pour le groupe État islamique et une victoire pour l’armée turque engagée depuis la fin du mois d’août dans le nord de la Syrie. La Turquie qui combat à la fois les djihadistes mais aussi et surtout les rebelles kurdes à sa frontière sud. [...]
Outre l’engagement des rebelles syriens, les civils et les soldats turcs ont aussi payé le prix fort dans cette bataille. [...] L’armée turque a perdu de son côté 69 de ses soldats.

Lire l’article entier sur fr.euronews.com

Al-Bab après sa libération, via un drone :

Pour tout comprendre des racines de ce conflit centenaire,
lire sur Kontre Kulture

 

Les tensions géopolitiques autour de Mossoul, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.