Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Sensationnel : les monarchies du Golfe au secours de la liberté !

Il y a dans l’actualité politique comme dans celle de la mode des « tendances ». En ce qui concerne la Syrie, les commentateurs et analystes ont, par exemple, privilégié un temps le cas des milliers de réfugiés syriens de Turquie. Il est aujourd’hui difficile d’avoir la moindre nouvelle de ceux-ci, comme s’ils étaient « démodés » depuis que nombre d’entre eux ont choisi de regagner leur pays.

La dernière « tendance » – qui s’est imposée voici quelques jours seulement – c’est de pointer l’ « isolement croissant » du régime. Les médias d’Occident semblent très excités par les récentes condamnations ou prises de distance émanant de la Ligue arabe et du Conseil de coopération du Golfe.

Certains des Etats membres du CCG -Arabie Saoudite, Koweit et Bahrein – ont même rappelé théâtralement, dimanche 7 et lundi 8 août, leurs ambassadeurs et le roi Abdallah d’Arabie Saoudite est sorti de sa traditionnelle réserve pour condamner la répression en Syrie, exigeant que s’arrête « la machine à tuer et l’effusion de sang« .

L’ « autorité morale » des monarchies pétrolières Cette recommandation, venant d’un monarque absolu ne tolérant pas la moindre contestation chez lui et ayant envoyé ses troupes réprimer le soulèvement populaire chiite au Bahrein, est tellement surréaliste que même la correspondante de l’Associated Press à Beyrouth le remarque au passage. Et faut-il parler des dictatures couronnées du Koweit et du Bahrein où l’on n’a guère hésité à tirer sur la foule – au Bahrein – voici quelques mois.

Bref la presse française convoque comme témoins de moralité anti-Bachar des autocrates – les derniers monarques absolus de la planète – dirigeant des sociétés théocratiques où femmes et minorités religieuses sont confinées dans un statut subalterne.

On accordera - un peu – plus de considération à la Ligue arabe qui a appelé, dimanche 7 août, à l’arrêt « immédiat » des violences contre les civils. Mais on attend encore qu’elle appelle à l’arrêt de l’agression de l’OTAN contre la Libye, ou à celle de la répression au Yémen ou au Bahrein, par exemple. D’ailleurs, ce « front vertueux arabe » n’a pas réussi à enrôler sous sa bannière le Liban, dont le gouvernement est faborable à Damas, ni l’Irak qui entretient de bons rapports avec son voisin, ni même la Jordanie, plutôt pro-occidentale mais qui vient de faire savoir qu’elle refusait de s’ingérer dans les affaires intérieures syriennes. Et on ne sache pas que l’Egypte ou les pays du Maghreb aient l’intention de rappeler leurs ambassadeurs à Damas.

De la Turquie, enfin, qui envoie aujourd’hui son ministre des Affaires étrangères à Damas pour exprimer la « lassitude » d’Erdogan, on a déjà dit ici (voir « Réponse du berger à la bergère » mis en ligne le 8 août) qu’elle serait bientôt contrainte de baisser d’un ton par les réalités géopolitiques de la région.

Pour le reste, rien de nouveau sous le soleil : Bachar al-Assad peut toujours compter sur l’hostilité militante des Etats-Unis et de ses vassaux européens. Le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, a ainsi déclaré que le président syrien n’avait « plus aucun avenir » et on n’attendait à vrai dire pas moins d’un pays qui dispute à la France de Sarkozy/Juppé la place de meilleur sujet de l’écurie atlantiste.

Et, pour autant qu’on sache, la Syrie bénéficie toujours de l’appui diplomatique de la Russie, de l’Iran, du Liban, de l’Inde, du Brésil, de l’Afrique du Sud, du Venezuela.

Bref, rien de nouveau – ni de convaincant – sous le soleil des médias, seulement une désinformation de plus !

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a tant de chose à redire dans cet article mais retenons l’essentiel : l’article dit finalement que Bashar est certes méchant mais pas plus que les autres, ou la rhétorique du moindre mal (brillamment démontée par Lasch) de celui dont l’immoralité ne trompe plus personne. Alors cessez donc de lui en vouloir !
    En d’autres mots, les monarchies devraient attendre que Bashar, le moins mauvais des méchants, égale les USA en terme de pertes civiles avant qu’elles ne puissent s’indigner : c’est à gerber !

     

    • Tout ce que l’on sait, c’est que l’on ne sait rien sur la Syrie. L’attitude des Anglo-saxons et des Emirats est donc obligatoirement suspecte.


    • Azwaw,

      exactement ce que je pense !

      Et puis de toute façon, entre dictateurs, on se comprend !


    • Soyez aimable de gerber plus loin. Puisque vous avouez vous même que vous ne savez rien de la Syrie, alors abstenez-vous de commenter de la sorte.
      A voir les milliers de gens qui supportent leur président, les Syriens ont l’air plutôt bien. Et puis on sait tous plus ou moins pourquoi des émeutes ont été déclenchées là-bas. Arrêterons donc de jouer aux bisounours ... La Syrie est grande pour gérer ses problèmes toute seule. Elle n’a absolument ps besoin de BHL, ni de la myriade d’assassins qui trainent derrière lui.


  • @ Seber :

    En tant qu’arabophone, je peux vous dire que depuis ce qu’on appelle le "printemps arabe", le gouffre d’incompréhension qui séparait l’occident du monde arabe s’est renforcé d’une façon spectaculaire. J’en veux pour preuve cette persistance des soutiens et des détracteurs du Baath syrien à lire ces événement par le biais de prismes incongrus et inopérants (j’en veux pour preuve la farce de l’opposition du camp Iran and co et du camp de l’atlanto-sionisme démentit magistralement par les faits depuis un certain octobre 2001 puis une seconde fois en mars 2003).

    Pour le dire simplement, la situation est paradoxale : on semble offrir au Syrien moyen le choix entre Guantanamo ou Palmyre alors qu’il a juste oser penser retourner à Quneitra !


  • Quelle indécence que celle du royaume de la collaboration, de l’obscurantisme et de l’hypocrisie ! Chienne de garde le plus fidèle d’Israël dans la région, la dynastie enjuivée des al-Saoud se distingue elle aussi par sa Chutzpah ! Que ces princes des ténèbres wahhabites soient maudits pour toute éternité ! Le temps n’est plus loin où ces traitres immondes rejoindront les poubelles de l’histoire. Écoutons plutôt la voix de la Russie qui accuse l’Occident d’armer des terroristes en Syrie. Le général russe Leonid Ivashov, président de l’Académie russe des sciences géopolitiques, perçoit la position des puissances occidentales comme « une campagne forte et vaste exécutée par le Mossad et les pays d’Occident, en particulier les États-Unis et la France, dans le but de démembrer la Syrie en raison de sa politique indépendante, de son soutien à la résistance contre l’entité sioniste et de ses relations étroites avec l’Iran. D’après le général, la Syrie reste le seul pays arabe à avoir échappé au pouvoir des régimes américain et israélien : " Tous les pays de la région du Moyen-Orient sont sous l’emprise des États-Unis d’Amérique et de son allié israélien, à l’exception de la Syrie". http://www.partiantisioniste.com/ac...


  • Ces salopards de traitres on ne les entends pas dénoncer les plus grands assassins de musulmans (usa -royaume-unis et israel ) quand ils tuent leurs frères....


  • c’est trop suspect l’hopital qui se fou de la charité des tyrans qui joue les robins des bois


  • L’Arabie c’était mieux à l’époque de Fayçal ibn Hussein et T.E. Lawrence, ça avait plus d’allure.