Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi !

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

105 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dis donc elle était visionnaire Alonso, direct quand Soral s’incruste elle parle d’antisémite !

    Plus sérieusement c’est quand même lamentable de voir comment elle essaye désespérément de fuir le débat.


  • à 3:35 cette terreur dans les yeux d’Alonso à l’idée de voir Soral descendre sur le plateau...

    Je me délecte de ce regard.

     

  • Wikipedia

    ’’Pour son action avec les Chiennes de garde, Florence Montreynaud a été nommée chevalière de la Légion d’honneur (14 juillet 2012).’’

     

  • La classe, le panache, le charisme, de la prestance, du sens, du contenu : Alain SORAL quoi !

     

  • Isabelle ALONZO : "Il faut que les hommes arrêtent d’insulter les femmes, c’est une violence, on ne veut pas s’abaisser à çà".
    Une minute plus tard, à l’intention d’Alain Soral : "il y a un parasite qui m’empêche de parler".
    Isabelle, tu fais quoi en ce moment ? On ne t’entend plus. Tu publies des bouquins comme Alain ?


  • C’est clair que Alonso n’a pas le niveau de Soral.


  • Vers 5 min 40, voit un message de "Claude de St Ouen" : Bonsoir, ce monsieur de 44 ans a le QI plus près du Q que du I.

    C’est assez ironique de dire ça étant donné qu’Alain Soral analyse le féminisme avec sa tête alors que ce monsieur réagit impulsivement avec sa bite. Il n’y a rien de pire chez les hommes qu’un homme féministe.

    Sinon, encore une prestation délivrée par Soral très au-dessus de tout ce qu’on peut trouver à la télé. Malheureusement, le combat contre le féminisme est déjà perdu.

     

  • n’importe quoi cette alonso !!!!!!


  • Effrayant comme Alonso fait immédiatement le chantage envers Boujenah, ayant déjà clairement fait un appel du pied façon point Godwin auparavant.
    Pourquoi Boujenah, il est évident de constater qu’elle sait tout-à-fait à qui elle demande l’appui, du genre : hein ? On est d’accord ? Vous faites bien pareil : Vous-lesjuifs : moi, je vous soutiens aveuglément alors quoi, vous êtes de mon côté, quand même ... !

    Il est à noter, que de manière spontanée, Michel Boujenah ne comprends aucunement à quoi correspond cette perche tendue et répond fort normalement qu’il se fera son avis en fonction des arguments.

    Ceci pour dire qu’Alonso semblait bien plus au fait de ces stratégies hypocrites que le comique en question, et que même si aujourd’hui cela est su d’un grand nombre, beaucoup de gens de cette-dite communauté n’en connaissaient en réalité rien.

    Et bien que dit de manière assez provoc’, Alain Soral a entièrement raison : cette vision radicale d’une différence de condition sociale homme-femme est une malhonnêteté crasse.

    Les clivages majeurs qui sont les vrais référents des injustices dans les sociétés humaines sont bien ceux dus aux différences sociales dans un monde très hiérarchisé par le pécule.

     

    • En plus faire des stats hommes - femmes sur le chômage ou les salaires occulte le fait que les hommes et les femmes vivent ensemble. A entendre Alonso ça donne l’impression qu’il faudrait que le célibat soit la norme.



    • Il est à noter, que de manière spontanée, Michel Boujenah ne comprends aucunement à quoi correspond cette perche tendue et répond fort normalement qu’il se fera son avis en fonction des arguments.




      J’avais plutôt compris la réponse de Boujenah à la martingale d’Alonso comme une expression de supériorité hiérarchique : "Démmerde-toi. T’arrives pas à mon niveau, moi je suis intouchable. Montre-moi de quoi tu es capable, gladiateur ! On verra si je t’accorde grâce une fois que tu auras fait tes preuves."

      La relation de pouvoir m’a semblée assez claire : « Isabelle, on ne se connait pas. »

      C’est beau d’une certaine manière, cette tension dramatique qui s’exprime à demi mots devant des millions de spectateurs qui en grande majorité ne pigent rien à la négociation rapide qui se fait. Le regard chargé d’Alonso sur Boujenah ! On dirait presque du Shakespeare.

      Par contre, Alain qui déclare avec la plus grande subtilité « Je disais qu’il y avait effectivement l’émergence d’une nouvelle figure arrogante -qui est une figure parmi d’autres, comme il y a le macho- qui était la pétasse ! », accompagnant la fin de sa phrase par un geste qui pointe vers Alonso ! Suivi un peu plus tard d’un Boujenah et d’un Deschavanne qui s’empressent de promettre à Alonso qu’ils "interviendront" (?) si Soral la traite de pétasse... alors qu’il vient de le faire une minute plus tôt, ni vu ni connu !
      En décodé : "Je ne dis pas que les femmes sont des pétasses, je dis que toi tu es une pétasse !", mais suggéré avec l’élégance de Cyrano.

      Toujours un régal.


  • Depuis on a vu à quoi servait ce genre d’association, lancer les carrières médiatiques des collabos.

    Phrase significative d’alonso : ironiquement "un sociologue qui parle de ce qu’il voit dans la rue" , ben oué conn.sse on risque pas d’étudier la société en comptant le nombre de dents que t’as en trop... En fait nos ennemis sont cons et comme la connerie est infinie ne vous étonnez pas que la lutte soit dure.

     

  • On peut lancer un classement du point Goldwin le plus rapide du monde. Là on l’atteint à la première réponse d’Isabelle.

     

  • Soral dans un poulailler....Finalement, le petit canapé rouge (pas celui de Drucker) est bien plus confortable qu’assis à côté de Boujenah et ces hystériques ennemies des femmes.

     

  • S’il continue comme ca, il va finir par se faire plus inviter a la TV, Soral...

    A part ca, dans la video concernant Delarue, AS avoue avoir frequenter Dechavanne. Donc ceci est-il du copinage ou le debut de leur rencontre... ?


  • Les 10 premières minutes : Grandiose ! du grand, du très très grand Soral... Alonso : à la p’tite cuillère !
    Malheureusement, tout ceci se passait dans une émission, qui, malgré les apparences, était très formatée (certes : toujours moins qu’aujourd’hui) et où tous, sur le plateau, ont un rôle bien défini, entraînant le public à avoir un point de vu bien orienté : le macho dont l’argumentaire se situe sous le 0 absolu, le défenseur de la "cause féminine" qui à la virilité de ma petite soeur, Alonso, la journaliste "si elle le dit, c’est qu’c’est vrai !" et boujenah qui comprend rien mais qui est censé, en quelque sorte, représenter le téléspectateur... En somme : c’était déjà de la télé de merde, mais, et je ne l’aurai jamais cru à l’époque : c’était bien moins merdique que cela ne l’est devenu !


  • Hallucinant comme le débat s’élève dès qu’Alain Soral arrive sur le plateau. Et la mine déconfite d’Alonso c’est vraiment jouissif.
    On comprend en regardant cette émission pourquoi il a fallu que le système s’occupe de la mise à mort médiatique d’Alain Soral.


  • Excellent SORAL mais il n’a pas pu parler suffisamment hélas. Le reste des invité(e)s étaient d’une médiocrité à faire pleurer sur l’espèce humaine........un peu du niveau de certains commentaires qui ont accompagnés la vidéo intitulée "mensonge féministe....." d’il y a quelques jours sur ce site.


  • COLLECTOR, tout comme à "C’est mon Choix".


  • Ce qui a de pire qu’une femme féministe, c’est un homme féministe !
    Sinon, je viens de lire qu’ALonso travaille dans une banque.


  • J’ai un "tuyau" pour Soral concernant Isabelle Alonso : une belle quenelle la concernant !

    Ces derniers mois dans l’émission ON VA SE GENER sur Europe 1 l’aprés midi avec Ruquier : Isabelle Alonso a, "de force" été obligé d’avouer qu’elle était une........COUGAR !
    A un moment ils plaisantaient dans l’émission sur les conjoint(e) s des choniqueurs (ses) Alonso ne parlait pas bizarrement puis Ruquier a parlé du compagnon de Alonso qui a prés de 25 ans de moins qu’elle (elle a 60 ans).
    Elle a dit qu’elle l’avait rencontré quand il était étudiant, il s’appelle Erwan.
    Pour une féministe : ca la fou bien !
    Elles qui sont les premières à gueuler sur des vieux qui sont avec des jeunes filles.
    Comme quoi le féminisme lui rapporte : pas seulement de l’argent : (comme chroniqueuse elle ést grassement payé) comme écrivain et récemment elle a joué un one woman show dont la base était un de ses livres féministe.
    bref elle exploite le filon du féminisme à fond !
    Le féminisme rapporte aussi le droit de coucher avec des jeunes, de faire la cougar
    Je me rappel qu’une fois aussi dans l’émission d’Europe 1 il y a des années elle avait parlé de son compagnon (elle a avait pas précisé son age) pour dire qu’au début de leurs relations il lui avait caché le fait qu’il était un fan de football, "qu ’il lui avait bien caché son jeu", comme si c’était une tare !
    Elle a donc un pouvoir castrateur : le féminisme radical quoi.

     

  • L’écart des salaires est une statistique complètement fausse. En effet, il y a bien un écart de 27% d’après l’étude mais il ne faut pas oublier de spécifier que la méthode de calcul ne tient pas compte du secteur d’activité et du nombre d’heures travaillées.

    Les femmes à temps partiel sont comptabilisées comme les femmes à temps plein. C’est un non sens qui fausse les statistiques. En tenant compte de ce paramètre, l’écart n’est plus que de 4 ou 5%. Cet écart peut être expliqué par la productivité ou la présence au travail : les femmes qui représentent 43% des salariés sont responsables de 54% des jours travaillés perdus...

    Enfin, il est bon de noter que 99% des salariés qui meurent d’un accident du travail sont des hommes. Où est l’égalité ? ...

     

    • Très intéressants ces quelques chiffres...


    • Surtout que l’écart de salaire pour l’instant je ne l’ai jamais constaté vu qu’en général le salaire est corrélé au poste et non au salarié. En faite l’écart doit situer seulement au niveau des professions cadres. Et là ce qui compte ce n’est pas que les compétences ou la charge de travail. Et puis de toute façon les féministes peuvent toujours rêver pour qu’un jour le pouvoir accepte de normaliser le salaire des cadres et cadres supérieurs.
      Mais un ouvrier ou un employé qu’il soit homme ou femme gagnera strictement le même salaire. Pareil l’argument absurde des familles monoparentales, heureusement un homme rétorque bien "mais dans la majorité des cas ce sont les femmes qui demandent le divorce." Le niveau le plus bas est atteint lorsque la question des tâches ménagères est abordé, mais la Soral intervient comme il faut en disant : "On va pas mettre un gendarme dans les maisons pour savoir si l’homme respecte bien son tour de vaisselle."


    • Régis, j’allais écrire pareil sur ces revendications, à coups sur on a pris les fonctions les plus hautes et on en a fait un combat nationale en mettant "oralement" tous les métiers alors que seuls les métiers de "burreau" dans des compagnies de standing doivent pratiquer ce genre de différence salarial...

      Mais je me demande si ça se contourne pas avec des avantages en nature, ce qui ferait que les salaires baisseront pour les prochains arrivants et que le salaire des mecs plus productif en général (expérience perso qui parle) sera soient compensés par des avantages en nature qui n’apparaîtront nul part...

      Autrement pour les vendeurs en général, les agents d’entretiens, c’est de la main d’oeuvre, y a pas tellement de raison de les payer plus que les femmes, les employeurs se basent sur le smic et c’est de l’argent en plus à la fin du mois. (Bon et puis faut dire aussi que vu le coût d’un employé, le patron est souvent contraint de floquer un smic à ses ouvriers...)


    • Il y a des études de bénévoles sur certains sites aussi "douteux" (j’en ai mis dans des interventions antérieurs) que celui-ci où justement ils mentionnent un écart en réalité de 9 % et sans compter le fait que les femmes occupent des emplois en fonction publique et/ou à temps partiels forcément moins payé que le SMIC tandis que les boulots pénibles et dangereux forcément mieux payés sont encore essentiellement composés d’hommes. D’où les écarts de salaires.

      Ne pas oublier que la condition maternelle de la femme y ajoute son grain de sel. On fait croire aux femmes qu’elles peuvent être aussi compétitive que les hommes mais on oublie de mentionner que quelque soit les compétences des femmes elles sont rattrapées par leur réalité biologique, et ça ce n’est nullement du sexisme, tout dépend du choix de la femme de donner la vie ou pas, et même si elle engage une nounou il y aura toujours 9 mois où elles seraient moins disponibles moins compétentes.

      Ce que je ne comprendrais en revanche jamais c’est cette volonté pas seulement des femmes, de se mesurer à l’aune de sa carrière comme si elle était une référence.
      Pour en revenir sur cette histoire d’ "inégalité" salariale je trouve celà parfaitement malhonnête de balancer des chiffres qui ne concernent pas des hommes et femmes d’un même secteur ce que j’ai longtemps cru mais bien de tous les hommes et les femmes sans prendre en compte les différents facteurs


  • Bonjour,

    je suis un admirateur d’Alain Soral et je le remercie de m’avoir ouvert les yeux sur divers sujets de société et surtout sur le pouvoir de l’empire à travers le livre "comprendre l’empire" ; ceci dit, j’aimerais bien entendre et voir les représentants d’égalité et réconciliation d’Aquitaine, de Bourgogne, de Bretagne... que l’on ne voie jamais ce manifester et prendre parti sur les sujets évoqués de ce site.
    Bonne journée à vous


  • Dire qu a l’époque je trouvais ces débats passionnants.....quel brouhaha..


  • Question à Alain Soral : son intervention et son entrée sur le plateau étaient-elles arrangées avec Dechavanne ?? Je suppose que oui. En tout cas son intervention est excellente, Alonzo essaie de clore le débat avant qu’il n’ait commencé avec un grossier recours à "l’antisémitisme et au racisme" lol, quand à la bourgeasse en bleue, elle est magnifique et ne peut évidemment rien comprendre au discours de Soral.


  • #490468
    le 11/08/2013 par a cause déterminée, titre et nom bien choisi
    Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi (...)

    la vielle statue de marbre qui se présente faussement none et presque soeur d’un couvent se dénonce d’elle meme , lorsqu’elle préside ce nom de CHIENNES-DE GARDE
    qui défonce ecore davantege cette soi-disant cause des femmes .
    L’autre titre des idiotes du systèmes c’est de nouveau ni putes svp ni soummises
    voilà des slogans vecteur de vocabulaire qui desservent plutot du contraire la cause des femmes en les étiquetants à très débridée enseigne ; chiennes de garde, putes, soummises La manipulation sur le sujet est trop grotesque çà pue les agentes du système

     

    • #490912
      le 12/08/2013 par chiennes ,putes, soummises, et plus grossier c’est à venir (...)
      Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi (...)

      Pour de plus jeunes féminines en audiance, ces noms trop choquants servent à banaliser ce à quoi on se veut ( ces associations manipulées) BANALISER des fonctions féminines comme chiennes ..... putes ... soummises .... femen à poil .....et certainement q"’on en verra et entendra de plus en plus inducteurs de comportements asservis qui doperont les masses féminines dans une banalisation toute commune servant ainsi à détruire et les morales et la société .


    • Sans oublier la marche des salopes qui a commencé en 2011


  • La tête d’Alonso !!!! Un moment d’anthologie :-)


  • Pour l’argument du taux de chômage plus élevé chez les femmes que chez les hommes, soral aurait du répondre que c’est une question de compétence, dommage qu’il ait raté cette occasion:p


  • des feministes qui se presentent comme des chiennes !!quel doux oxymore !!a se taper le cul par terre !

     

  • Quand même, quelle entrée Mr Soral, plus de 10 ans déjà.
    Il est certain que pour entrer dans ce cirque hystérique faut avoir des couilles et les munitions du savoir, sinon tu t’effondres dans la rhétorique purement académique, déconnexion totale de la réalité la plus basique et depuis,le fossé s’est largement agrandi , bisounourserie sécuritaire à tous les étages qui génère de la veulerie et de la peur, toujours les mêmes ingrédients de la domination.Moi qui parle dans la rue facilement, jeu peut vous dire que çà gronde.......j’écris sur le mur de ma propriété et le drapeau français avec le sigle E&R dessus, çà trouble....tout court


  • "Ce n’est pas un sujet de lutte sociale", dixit Alain Soral.

    C’est incroyable qu’on ne comprenne pas ça ...

    Dans une société en ordre les hommes seraient suffisamment payées pour que les femmes puissent s’occuper de la maison et des enfants et éventuellement avoir un travail à mi-temps.

    Nous en sommes loin ...


  • "One shot" dès la première phrase !


  • C’est magnifique , vu et revu , un grand classique . C’était la bonne époque , malheureusement trop de quenelles tue la quenelle , dans le monde médiatique .
    J’aimerais tant qu’Alain revienne pour mettre un grand coup de pied dans la fourmilière mais je crains qu’aujourd’hui ce soit devenu impossible , il est allé "trop" loin dans sa liberté d’expression . C’est un bulldozer intellectuel que personne n’ose affronter . Il mettrait minable n’importe qui . Et ils le savent tous ces hypocrites .


  • Oui, ce passage d’Alain Soral reste assez mythique !

    Déjà, la façon dont il débarque sr le plateau est juste génial. Et voir la mine déconfite d’Alonzo lorsqu’elle s’aperçoit qui arrive, c’est jouissif !

    Sur le fond, comme d’habitude, Soral est le seul à dire des choses censées. En effet, il a tout à fait raison de dire qu’il n’existe pas de condition de LA femme ou de L’homme, mais qu’il existe des conditions DES hommes et DES femmes. Qu’on soit H ou F, nous n’avons pas la même vie selon nos revenus. Le féminisme essaie de masquer la lutte des classes par la lutte des sexes, ce qui est suicidaire car en érigeant les hommes et les femmes comme étant des rivaux, on créé des légions entières de divorcés et de célibataires.

    Autre question que je me pose : on ne nous donne jamais les mêmes chiffres concernant les inégalités salariales H/F. Parfois on dit 15%, d’autre 20%, d’autre 33%... tout cela me semble être des études bidons. Il doit exister des écarts dûs aux arrêts maternités que prennent les femmes au cours de leur vie, c’est vrai et il faut prendre des mesures pour règler cela, mais ça devient insupportable de toujours montrer du doigt l’homme, comme si les hommes étaient tous responsables des malheurs des femmes.

    Autre sujet : concernant les violences conjugales, les féministes ne nous parlent jamais des hommes battus (qui sont nombreux), ainsi que les violences psychologiques que les hommes doivent encaisser de la part de leur femmes (mensonges, insultes, menaces, chantage) qui les poussent à lever la main sur elles, voir de se suicider. Mais ça on n’en parle pas, car l’ennemi de tout les "minorités" c’est l’homme blanc, de 18 à 60 ans, catholique et hétérosexuel.

    Les féministes ne nous parlent jamais des avantages que ça a d’être une femme. Selon elle, les femmes sont opprimées dans tout les domaines de la vie. Elles passent leur temps à faire de la victimisation, exactement comme la communautés que l’on n’a pas le droit de nommer.

    Cela étant, à part l’intervention d’AS a début, le débat reste très pauvre. Entre la follasse Alonzo, la vieille qui se vante d’avoir rassembler 2000 femmes contre les méchants hommes (2000, waaa quel rassemblement !) et le macho nain insupportable, le niveau est d’une rare médiocrité.

     

    • @Arnaud D
      ".../... car l’ennemi de toutes les "minorités" c’est l’homme blanc, de 18 à 60 ans, catholique et hétérosexuel.. .../...

      A moins que vous ne fassiez de l’humour, que je n’ai pas saisi, votre phrase est redoutable, a la fois dans sa précision statistique et dans son imprécision quant à la manière dont vous être arrivé à ce constat. Ceci pourrait conduire à la percevoir comme un peu tendancieuse, non ?

      De quelles "minorités" parlez vous donc ? et comment avez vous procédé pour recueillir leur "opinion", se sont elles exprimées sur ce sujet précis ?

      Que faites vous des autres hommes "blancs" ? les athées, agnostiques, protestants, juifs, musulmans, bouddhistes, franc-maçons, et autres catégories ? et comment avez vous procédé pour les départager et les distinguer entre-eux ? et pourquoi ne seraient-il pas concernés par votre jugement ?

      "L’homme blanc" catholique et hétérosexuel, de 18 à 60 ans, est il le seul à souffrir du fait des "soi-disantes" minorités ennemies" ? la "souffrance" de tous les hommes blancs exclus de votre définition serait-elle inexistante ? moins importante ? plus importante ? indifférente ?...

      et enfin, Quid de tous les autres hommes non inclus dans votre définition et infiniment plus nombreux ? N’ont-il pas voix au chapitre, du fait de leur infériorité sans doute ?

      Cordialement, Anissa.


    • Je suis d’accord avec tout ton post camarade sauf cette partie c’est l’homme blanc, de 18 à 60 ans, catholique et hétérosexuel.
      Comment peux tu croire une seule seconde que les non blancs ne souffrent pas du féminisme une des valeurs modernes de l’occident qui croit moi s’est bien importé via les ONG dans les pays en voie de développement voire dans le tiers monde ? Et même si certains pays ont refusé de subir ce qu’a subi le blanc catholique (cf . la femen Amina en Tunisie), il y a aussi le féminisme islamique qui détruit les musulmanes les plus égarées dans leur foi...

      Et puis on voit que tu n’as jamais eu affaire à des féministes car la plupart d’entre elles à l’origine étaient blanches et ce n’est pas l’homme occidental mais bien l’homme au delà de son identité ethnique qui est visé ... Je n’ai jamais vu un seul discours féministe parlant d’homme blanc mais d’homme tout court, pour les blancs vous confondez avec SOS Racisme tout aussi néfaste que le féminisme .Les exemples sont légions, il suffit juste de voir des assoces ni pute ni soumises par exemple en banlieue, et puis les féministes ne sont pas là pour castrer les blancs contrairement à ce que certains peuvent croire mais plutôt détruire les familles piliers de la civilisation et des nations. Là oui je suis entièrement d’accord.

      Vous reprochez aux musulmans ici de se poser en victime mais vous êtes pas non plus à la masse au niveau pleurniche


    • Hum, je me suis mal exprimé sur cette expression, je vais essayer d’être plus clair.

      Tout d’abord, si on observe les différentes dénonciations des lobbys féministes (chiennes de garde), gay (LGBT), sioniste (UEJF, CRIF, ...) et Emmigrationniste (SOS Racisme), qui visent-ils à chaque fois ?

      Les chiennes de gardes => L’homme est l’agresseur qui "rabaisse" la femme

      LGBT => dénonce "l’homophobie" des hétérosexuels ?

      Sioniste => dénonce la collaboration des non-juifs (donc catho) durant l’occupation allemande

      SOS Racisme => dénonce le racisme des blancs envers les non-blancs

      Car selon la bienpensance de ces lobbys :

      - si tu es un homme, tu ne peux pas être victime de sexisme (seul le sexisme des hommes envers les femmes est dénoncé)
      - si tu es hétéro, tu ne peux pas être victime d’hétérophobie (car seule l’homophobie existe bien évidemment... xD)
      - si tu es catho, tu n’as jamais été persécuté pour ta croyance (en France je parle)
      - si tu es noir ou arabe, tu ne peux pas être victime de racisme (SOS racisme passe son temps à dénoncer le racisme des blancs envers les noir/arabe, mais jamais l’inverse)

      Donc si tu fais un mix de l’individu visé, tu retrouves bien l’homme blanc, catho, hétéro.

      Je suis pas une pleureuse, mais faisant parti de cette dernière catégorie, j’en ai un peu marre d’être considéré comme un monstre en puissance par ces lobbys.

      Voilà, j’espère avoir été plus clair ;)


  • La différence de taux de chômage entre homme et femme ne pourrait-elle pas s’expliquer simplement (c’est une hypothèse). Le chômage touche en premier lieu les personnes (homme ou femme) sans compétence professionnel, or les métiers sans compétence sont le plus souvent des emplois physiques (manufacture, BTP, ramassage des ordures, ramassage des huitres, chauffeur livreur etc...). L’inégalité vient d’un fait naturel que l’on ne peut imputer aux hommes, la femme est plus faible physiquement. Les féministes peuvent maudire dieu ou l’évolution autant qu’elles le veulent, nous on y est pour rien.
    Il y a en gros autant d’hommes que de femmes mais ces dernières n’ont accès, pour résumé, qu’aux emplois du secteur tertiaire. Conséquence : autant de demandeuse d’emploi que de demandeur mais moins d’emplois disponible pour les premières amène si l’on respecte une parité à l’embauche plus de chômage pour les femmes.


  • Je me rappele très bien de cette émission, j’avais trouvé l’intervention de soral, génialissime... Quelques années plus tard, dans une émission, christophe dechavanne expliquait qu’Isabelle alonso lui en voulait et ne souhaitait plus lui parler... La raison ? Il avait eu l’idée saugrenue d’avoir invité Alain soral en douce et de l’avoir confronté à isabelle...
    Comme quoi, glisser une quenelle, ca fait très mal...


  • Bravo à Alain Soral (et à De Chavannes) d’avoir bravé la censure ! Personne n’a eu le temps de relever le dégénéré rappelant que le féminisme a permis le droit de vote des femmes (certes, à la rigueur, je sais pas), mais surtout la contraception et l’avortement !
    Il ne se souvient plus qu’il est né d’un père et d’une mère (les pauvres !) pour se prétendre du droit de discuter celui de naître et de vivre d’autres êtres humains, au seul prétexte évident qu’ils risquent sans difficulté de lui être supérieur physiquement et intellectuellement et de se défendre, eux, contre la soumission et pour la liberté !

     

  • cette émission est une publicité vivante contre la démocratie : impossible d’être pour la démocratie après avoir vu cette émission...Soral s’en sort bien, mais il ne peut rien face à la mauvaise foi, l’inculture et l’hostilité d’isabelle Alonso en particulier, et du public en général...

    même s’il maîtrise parfaitement le logos et la dialectique, il est immédiatement contré par Alonso, boujenah et consorts, qui ne développent aucune idée, en restent au niveau de la braguette et du pipi caca...comment lutter ? le pouvoir est bien fort qui cède une partie( infime) de son pouvoir aux femmes en sachant fort bien que ça ne débouchera sur rien de concret !


  • C’est assez drôle la façon avec laquelle l’émission montre bien le procédé des féministes, et en particulier d’Alonzo. Refusant de débattre avec des personnes intelligentes, et par peur de se faire ridiculiser par de vrais arguments, elle demande à la production de lui mettre comme "adversaires" des débiles profonds comme le beauf macho et l’autre femme sur lesquels j’ai de bon gros soupçons d’être des acteurs. C’est clairement de la manipulation et de la bonne et grosse propagande.
    Après l’intervention de Soral me paraît aussi un peu arrangé. Et l’avoir à côté de débiles profonds n’aide pas à valoriser son discours, et le discrédite un peu. Dommage, parce qu’en soit il a été très bon durant cette émission.


  • a 4 minute 38 dans la 2 eme partie de la video j ai sentis madame alonso concerné par ce que disais l invité a propos de la femme fatigué le week end ;


  • L’autre tâche qui essaie de clore le débat avant que Soral n’ai pu commencer à s’exprimer, avec des excuse bien connues : "Antisémite, raciste, homophobe…", ça m’a bien fait rire, et l’autre jeune dans le public avec son arrogance à vomir dès qu’elle prend la parole.
    Finalement c’est peut-être bien que Soral n’ai plus accès à ces plateaux "débats", il est visiblement trop haut pour ces personnes complètements limitées.

    Et admettons qu’il soit antisémite, cela l’empêcherait-il d’avoir de bons arguments à propos de ce sujet ? Je ne crois pas, quelle lâcheté. Mais j’ai quand même bien ri à sa tête quand elle a vu Soral débarquer. Petite quenelle de 600.

     

    • @ Darkange
      "Et admettons qu’il soit antisémite, cela l’empêcherait-il d’avoir de bons arguments à propos de ce sujet ? Je ne crois pas, quelle lâcheté."

      Dans le cadre de cette supposition, introduite par "Et admettons..." :
      Je ne suis pas du tout d’accord avec votre proposition, pour la raison que "l’antisémitisme", comme tous les "anti" quelque chose ou tous les mots se terminant en "phobe", connote apriori, soit un préjugé permanent caché, une partialité, un parti pris, une hantise ou une obsession, etc ... bref quelque chose qui va nécessairement influer sur le raisonnement.

      Toute prémice, exprimée ou non, détermine, car nous raisonnons toujours à partir de quelque chose, le cheminement intellectuel et ce, dès le début.

      On peut donc parfaitement, asseoir un raisonnement brillant et juste, sur de fausses prémices, et aboutir de ce fait à un résultat biaisé ! à une fausse généralisation, et cela peut avoir de graves conséquences...

      Ceci, bien sûr dans le cadre d’une démarche intellectuelle et rationnelle non entachée de sentimentalisme et opposée de ce fait, à une posture réactionnelle ou passionnelle.

      Bien entendu, la nature humaine étant ce qu’elle est, nous sommes toutes et tous sujets à cela, de par notre culture, notre vécu... L’intellectuel honnête, à la différence des autres, connaît cet état de fait de par sa lucidité, et met de côté provisoirement ses affects et préjugés, afin d’atteindre, dans son exercice au maximum d’impartialité.

      En conclusion, je dirai qu’Alain Soral, dans le cadre de son étude sur le féminisme, n’est justement pas concerné par cette supposition. Les tenantes du féminisme, particulièrement madame Alonso, souhaitent apparemment le disqualifier aux yeux du public, à l’aide de cette imposture, et ainsi, parvenir à leur but qui est d’endoctriner un maximum de personnes. (c’est un peu le combat des sophistes contre les philosophes dans l’antiquité, toute proportion gardée).

      Mme Alonso illustre parfaitement cette attitude lorsque, (dans son "appel à l’aide, muet et désespérée" à l’intention de boujenah, lequel ne saisit pas, volontairement ou involontairement, la "perche savonneuse et pourrie"), qui ne fait pas l’économie d’un évident parti pris !

      Elle n’est manifestement pas là pour débattre honnêtement, mais pour vendre son infecte salade.

      Cordialement,
      anissa


    • A.D :

      "Elle n’est manifestement pas là pour débattre honnêtement, mais pour vendre son infecte salade"

      Ce n’est pas sur,je pense qu’elle y croit.
      Ce n’est pas tres grave,il faut rencontrer des personnes qui ont la tete sur les épaules,il y en a.

      Alain leur fait peur parcequ’il est vrai et extrement intelligent,les personnes qui ne veulent pas ouvrir les yeux cela leur fait peur d’avoir une personne comme ça en face d’eux.
      Ils ont peur d’ouvrir les yeux et de voir leurs nevroses,de se voir et en plus ils ont un semblant de pouvoir.
      Je connais cela j’ai le meme probleme,je fait peur,je suis trop vrai.

      Je sais pas si vous avez remarqué mais beaucoup de personnes se racontent des histoires et ça leurs permet de subsister sans jamais se regarder en face.
      Ils se mentent a eux memes,aux autres,sont des manipulateurs.
      Et ils passent une vie en ayant joué un personnage.

      Cordialement
      Pierre


  • Débat sans grand intérêt.


  • Point Godwin bille en tête !

    De la bêtise en boite cette femme.


  • J’ai pas eu le courage de regarder la seconde partie... trop insupportable cette bêtise ambiante. Et cette pouffiasse d’Alonso qui DÉS L’ARRIVÉE de Soral nous fait péter le compteur Godwin en nous parlant d’antisémitisme. Absolument ridicule... j’en ai la gerbe.
    Les féministes, la seule communauté capable de montrer que la bite d’un pape n’est pas la chose la plus inutile au monde.

     

  • Alonzo a fait sa pouf en coupant Soral, mais en refusant d’être commentée par lui. Elle a bien compris le poids du combat de Soral et a essayé de nier la lutte des classes pour ensuite se contredire quand il a fallu définir la femme entre identité et égalité. Elle en appelle à la lutte antisémite en réveillant un boujenah endormi. Elle essaye de salir Soral en disant qu’il insulte les femmes (Tout le temps et toutes les femmes, par extension). Je ne connaissais pas ce passage et je trouve alain très calme et didactique.

    Alonzo donne la définition vraie de son mouvement les chiennes de garde : être les gardiens des femmes publiques c’est à dire soutenir le travail des élues mises aux postes clés dans le privé ou le public. Au dessus c’est Jérusalem 84.


  • Le mec avec le t-shirt noir est vraiment épique !

    mais bon, heureusement que Soral est venu car si c’était le seul porte-voix de l’antiféminisme ca l’aurait pas fait...une des raisons pour laquelle Alonso flippait de voir débarquer Soral : avant sa venue le débat s’annonçait gagné d’avance pour elle.

    J’en suis même a penser que c’était ce qu’était prévu par la chaine (donc le systeme) et que Dechavanne, encore un peu "vrai" a l’époque, a arrangé la venue de son pote de l’époque (Soral) pour renverser la vapeur (en gardant quand meme un peu assez méfiant et critique vis-a-vis de lui pour pas que se soit trop flagrant).


  • En 2000 ce genre de débats existaient encore ?
    Je suis surpris, je pensais que ça faisait plus longtemps que ça n’existait plus.

    Quant la télé remettra des débats de société comme ceux là.
    Non seulement la société sera plus appaisée, car les choses seront dites.

    C’était quant même autre chose que la téléréalité en terme de construction intelectuelle et d’élevation de celui qui regarde.


  • Je suis convaincu que la disparition des ces émissions est pour beaucoup dans les tensions qui s’exprime aujourd’hui violemment à travers la politique.

    Ca fait donc un peu plus de 10 ans que certains sujets sont devenus tabous, et laissé entre les mains de gens non représentatifs, qui ont imposé un discours monolithique.

    Résultat, le rapport homme femme fait partie de ces sujets explosifs qui sont devenus un gros tas de pu social.
    Le petit bouton est devenu cancer et dés qu’on essaye de le soulager, la violence jaillit doulouresement.

    A force de forcer certaines opinions au silence, on l’a nourrit de rancune.

    Et de l’autre côté, à avoir laissé penser à des gens qui ne représentent qu’eux même, qu’ils étaient seul à avoir le droit de citer, on en à fait des monstres, comme les femens.

    Tout ceci à creuser et creuse la fracture entre Français.
    Ainsi, ce qui était il y a 20 ans un sujet de plaisanteries et de vannage entre les hommes et les femmes est devenu aujourd’hui un gouffre infranchissable entre les Français.

    C’est le résultat des politiques appliqués.
    De là à penser que ça en était l’objectif, il n’y a qu’un pas.
    Que je franchis sans hésiter...

    "C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses"

    Toutes ces "tendances", toutes ces "modes", n’ont qu’un but, détruire et entraver toute cohésion sociale, fracturer le pays en 65 millions d’individus.
    Déraciné, sans plus aucune attache.
    Une matière souple et malléable.
    Qui remerciera le ciel d’être un esclave.

    Féminisme d’abord, antiracisme en suite, immigrationisme et homosexualisme maintenant, ainsi que le jeunisme et émmigrationisme pour demain, les initiateurs, comme les promoteurs de ces totalitarismes sociaux sont très facile à identifier.

    Une fois qu’on à le "comment", le "qui" en découle de source.
    Mais pour l’heure, c’est une erreur de rester sur le "qui", c’est même un piége.
    Quant au "pourquoi", franchement, on verra plus tard.

    Le seul truc qui compte, c’est comment on arrête cette machinerie infernale.

    Qui bien souvent, n’à plus besoin de qui que se soit pour qu’elle continue à faire son œuvre de mort.

    Et ça, il faut le reconnaître, c’est de la belle ouvrage, autoalimenté, un véritable fléau pour celui qui en est l’objet.

    Pour tout ceux qui s’intéresse comme moi aux médias et qui essaye d’analyser la façon dont on peut s’en servir pour manipuler un peuple, c’est un cas d’école.

     

    • @chacal
      "Une fois qu’on à le "comment", le "qui" en découle de source. Mais pour l’heure, c’est une erreur de rester sur le "qui", c’est même un piége.Quant au "pourquoi", franchement, on verra plus tard."

      Tout à fait d’accord pour le "piège" dans lequel on ne peut pas se permettre de tomber.
      Modestement, je vais essayer de tenter une réponse quant au "Pourquoi" :
      De toute façon ce genre de "foire d’empoigne" est tout sauf un débat d’idée honnête. Cela ressortit du "cirque" médiatique pour faire croire aux "abrutis que nous sommes" que nous vivons en démocratie, je fais l’impasse sur le mépris des "élites" à notre égard. Elles nous jettent des os à ronger et participent habilement au détournement de notre attention vers des objets "inoffensifs", pendant qu’elle sont aux manettes pour saper et détruire, dans l’ombre, tous nos droits chèrement acquis et ce, sans aucune opposition de notre part, hypnotisés que nous sommes par le spectacle merdiatique, et nous transformer en gentils consommateurs soumis uniquement préoccupés par notre ventre et notre sexe. Ils nous prennent pour des tubes digestifs !
      Ce n’est donc pas un mal que ce type d’émission aient disparues du PAF ! (paysage audio visuel français).
      Malheureusement, aujourd’hui, c’est pire, c’est le règne du silence absolu, avec la disparition de tout débat, et ce vide est comblé par "des jeux" et par le règne de la publicité.
      Les lanceurs de SLOGANS et de "MOTS D’ORDRE" sont à l’œuvre dans nos médias afin encore une fois de détourner la colère populaire qui gronde vers de nouveaux "BOUCS ÉMISSAIRES" qu’ils prennent la peine de nous désigner car nous ne sommes plus en état de réfléchir, selon eux, tout cela afin que les "empêcheurs de s’enrichir en rond" que nous sommes, s’étripent violemment entre eux et finissent par dégager du paysage !
      C’est également le règne du "terrorisme intellectuel" pour faire taire tout récalcitrants aux moyens de lois iniques. On ne jettent plus d’os à ronger aux chiens car on embarque désormais les chiens au chenil et pourquoi pas, les euthanasier en prétextant qu’ils ont la rage !
      Le pourquoi de cela, c’est le remplacement en douceur de notre pseudo-démocratie, en dictature. (par le transfert du pouvoir des mains de nos élites qui ne sont plus que des marionnettes, vers des élites auto-désignées et non élues par le peuple. (Voir les vidéos d’Asselineau "ou est passée la république française"). Cordialement, Anissa.


  • félicitations et encouragements Monsieur Soral


  • En voulant devenir l’équivalent des hommes, elles en ont perdus leur privilèges. Exemple : je ne pratique plus la galanterie à quelqu’un qui se prétend être mon égal. Quand j’ai une roue crevée, je n’arrête personne pour la changer. Je signale aussi que travailler avec elles est la plus pénible expérience de ma vie. Regardons autour de nous combien d’hommes se font avoir : une fois qu’elles ont un gosse elle jettent le père car elle ont eu ce qu’elle veulent..
    C’est la féminisation de la société.

     

    • @ à Françis
      "En voulant devenir l’équivalent des hommes, elles en ont perdus leur privilèges. Exemple : je ne pratique plus la galanterie à quelqu’un qui se prétend être mon égal. Quand j’ai une roue crevée, je n’arrête personne pour la changer. Je signale aussi que travailler avec elles est la plus pénible expérience de ma vie. Regardons autour de nous combien d’hommes se font avoir : une fois qu’elles ont un gosse elle jettent le père car elle ont eu ce qu’elle veulent..
      C’est la féminisation de la société."

      Ok ! c’est vrai mais pour que cette féminisation de la société advienne, elle devait être précédée par la dévirilisation masculine, non ?
      Dans des sociétés ou les hommes combattent contre cela, pour rester des hommes, tout un concert de protestations se fait entendre de la part des sociétés pseudo-avancées ! Je fais référence au soi-disant problème de la femme dans les sociétés islamiques que l’on doit absolument "libérer" !
      Je n’entends aucun homme ici se prononcer contre cette fameuse libération de la femme !
      Cordialement,
      Anissa


    • @Anissa

      C’est moins crédible pour un homme de faire entendre sa voix


    • @ Anissa : 2 fois que je vous vois réagir à des commentaires que je juge intéressants et plutôt fins et 2 fois que vous bondissez à coup de point d’exclamation : Ahhh vous êtes bien une "gonzesse" vous. Et j’emploie ce terme de manière délibérée. Et pour répondre à votre question , sachez qu’il n’est pas évident de faire entendre cela à une femme ou à des hommes soumis à elles. Cordialement. PS : Pour moi, l’homme invente et la femme dispose. Des lors qu’elle jouit de son acquit, tout retour est quasi impossible à lui faire entendre. Parcequ’elles ne sont pas des chiennes justement. Peut être dans les cas extrêmes de violences et de pénuries guerrières, les choses se remettent-elles en ordre ? Je ne sais.


  • Mais quel horreur. t’as du courage Alain parceque là c’est carement un bain de merde que t’as du prendre pour allez donner 3 miettes histoire de faire reflechir... c’est vachement ingrat.


  • Je me rappelle avoir vu cette émission à l’époque, d’ailleur c’était la première fois que je voyais A Soral, et son introduction dans l’émission me paraissait suspecte ; Alonso avoue avoir demandé de ne pas débattre avec "ce monsieur" ; je pense que A Soral a été invité à l’insu d Alonso.
    Sans Soral il n’y avait pas de débat car on avait une bande de féministe hystérique (même la fiotte à côte de la chevaline ibérique) face à deux cas sociaux caricaturaux (le beauf dans toute sa splendeur et la fausse rousse qui retourne sa veste plusieurs fois dans la même phrase), toutes les conditions étaient là pour légitimer le "combat" des chiennes de garde.
    A Soral et des gens de son envergure (si il y en a encore) manquent cruellement dans les émissions/débat à la TV.


  • Le point Godwin : « Pour tout groupe, il existe un unique thème tel que : pour toute discussions au sein de ce groupe, la probabilité que ce thème soit abordé tend vers 1. »


  • Oh mon dieu...

    Soral ? Antisémite direct...

    Aucun argument, j’avais jamais vu cette émission...

    La détresse, cette peur d’Alonso lorsque Soral descend ça vaut son pesant de cacahuète ! ah ah


  • La raison et le bon sens au nom de la vérité désintéressée s’est glissé sur ce plateau TV...A toi de les retrouver (indice : ils sont portés par le seul homme du plateau).


  • Alonso qui fait dans sa couche, c’est un grand grand moment. D’autant qu’on a vu depuis où menait son combat, elle finira quelques années plus tard dans la "bande à Ruquier".

    Il est clair que l’introduction d’Alain est certainement préparée avec Dechavanne (grand spécialiste des coups en douces) et que c’était prévu que ça se passe ainsi. Il serait intéressant qu’Alain nous explique l’origine de sa présence dans le public à l’occasion, d’autant qu’il y a prescription à ce jours.

    En tout cas, les deux l’attitude d’Alonso et sa peur panique de voir Alain sur le plateau montre une chose : Elle a très bien identifié qu’Alain pouvait réduire son travail à néant en posant deux ou trois phrases et que le combat des Chiennes de Gardes n’en est pas un.

    Elle prouve qu’elle a conscience de la faiblesse de son combat et préfère appeler à la censure, avec un joli Godwin préventif plutôt que discuter, peser le pour, le contre, affiner son discours, le modifier au besoin. Non, les débats à notre époque c’est tous pour ou tous contre, pas de contradicteur, encore moins d’équilibre des forces.


  • Ah c’était donc en 2000 ?

    Déjà visionner la vidéo, un vrai régal


  • bel exemple dans le comportement d’Alonso de la difficulté pour les politiquement corrects de tenir leurs arguments dès qu’ils sont placés en contradiction, tout de suite ils vont pleurer auprès de celui qui pourrait les soutenir dans ce politiquement correct alors que quelqu’un comme alain soral n’a besoin de personne pour se défendre, d’ailleurs il est maître de lui même, cela se passe dans le calme. En tout cas on voit bien chez les politiquement correct le manque de sincérité et l’absolutisation de la pensée unique finalement sans fond car ils ne sont pas capables de la défendre dès qu’ils sont mis à défaut, comme quoi le public devrait être un peu plus critique dans ce qu’on lui transmet, avoir le sens du doute, de l’interrogation même vis à vis des "dogmes " de gauche qui tout de suite sont mis en rapport avec le racisme etc. et l’invité comme il faut tel un boujenah qui doit donner son aval aux mots magiques protecteurs sortis de la bouche d’une alonso, c’est gros comme une maison !


  • #491214
    le 12/08/2013 par SEXOTONIK (J’ai vu la cassette ! )
    Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi (...)

    Jolie parodie de débat. Je préfère Alain sur le net, à dialoguer avec des gens qui dirigent des débats honnêtement et .... composés honnêtement...

    ... enfin, c’est la TV !

     

  • A travail égal, salaire égal.
    La phrase est tout à fait correcte et ce doit d’être appliquée.

    Maintenant il faut que ça corresponde dans les faits, sur le terrain et ce n’est pas le cas. Je suis ouvrier magasinier dans la logistique et je constate, sur le terrain et peu importe l’usine, que les femmes sont épargnées des travaux pénibles requérant une certaine force physique. Elles portent moins de charges lourdes que les hommes, demandent souvent à êtres aidées, sont traitées avec moins de sévérité que la gente masculine par les chefs qui ont encore cette culture de la galanterie envers la gente féminine. Elles ont donc un travail allégé par rapport à celui d’un homme et c’est donc normal que leur rémunération soit moindre.

    Maintenant dans le cas des postes à responsabilité, j’ai eu des dizaines de chefs des deux sexes, la femme a tendance à perdre plus facilement ses moyens qu’un homme face à une difficulté, elle a également plus de mal à affirmer son autorité si bien qu’elle passe pour une cruche aux yeux des ouvriers et se fait monté sur la tête.
    De plus, elles se tournent toujours vers l’un de leurs collègues masculin pour les aidées à résoudre un problème ou pour recevoir une explication.

    Pour finir, la femme au travail a tendance à être fourbe et à faire ses coups en douce là où l’homme sera plus directe si une chose le gêne et avec un esprit plus poussé vers la camaraderie.
    Malheureusement, la féminisation de la société et les pseudos hommes qui en émergent commence à adopter également ce comportement puéril et stupide.

     

    • Totalement d’accord avec la différence de traitement homme/femme en entreprise. Idem pour le travail en usine ou sur des machines-outils, les engins dangereux c’est pour les hommes.

      Bien sur on te collera toujours un reportage avec une camionneuse lesbo (avec limite du poil au menton) qui t’expliquera qu’elle est traité à égal avec les hommes quand elle commande son cassoulet chez le routier du coin.

      Mais la réalité c’est bien ce que tu décris avec précision.


    • @Max

      Au contraire on te montrera des nénettes dans un reportage bidesque en expliquant "il faut encore du chemin pour changer les mentalités " tralalala mon c.. sur la commode.

      Et pourtant dans la réalité ce sont les femmes elles mêmes qui se mettent des barrières et ne vont pas vers ces métiers là.


    • Ou alors sans rentrer dans tant de détails inutiles : les employeurs décident de payer les homme plus que les femme, c’est leur droit, ils allouent les ressources de manière a maximiser leur profit. Et dans l’équation il y a la maternité, et ils en tiennent compte financièrement. Est-ce moral ou pas c’est un autre débat. Force est de constater que même si le chef d’entreprise est une femme elle suivra cette même logique. A méditer. si une femme est avocat elle facture ce qu’elle veut. Donc ce n’est pas la société qui pénalise la femme pour des raisons subjectives mais le salariat pour des raisons objectives...

      Après on peut développer a partir de la...


    • Donc ce n’est pas la société qui pénalise la femme pour des raisons subjectives mais le salariat pour des raisons objectives..

      Si la société veut être parfaitement objective, elle devrait tester les individus un par un, homme ou femme, et évaluer leur compétences réelles et effectives sur des taches particulières.

      Mais tout cela existe déjà chez les ouvriers. Il y a un comptage de production sur les étapes de productions voir directement sur la chaîne de production. Il est plus qu’évident qu’à travail physique identique, une homme de 85 kilos en muscle, comparé à une femme de 50 kilos (toute mouillée) et dont les bras sont des brindilles (ce qui est parfaitement élégant et féminin ceci dit) n’auront pas la même production horaire.

      C’est aussi simple et mécanique que ça. Je ne dit pas que c’est bien, le travail à la chaîne est une horreur de nos sociétés industrialisées, mais la réalité c’est que les femmes ne sont tout simplement pas faites pour ça. Pas plus tard que cette semaine, en passant dans un supermarché local, il y avait des personnes qui mettaient des yaourts en rayon, dont une femme. J’ai bien vu qu’elle se tenait les reins et qu’elle souffrait de devoir décharger à la hâte des palettes entière à même le rayon avec les clients qui râlent par manque de place pour leur cadis.

      Après qu’une féministe vienne me casser les couilles cinq minutes. Vous irez expliquer à cette fille d’une petite trentaine d’années qui se casse le dos qu’elle est épanouie en tant que "femme libérée" à tapiner pour quatre sous dans des grandes surfaces.


  • 2000, cette pensée unique à déjà plus de 13 ans ...
    on commence qu’a en palper les déboires.


  • Il est clair qu’Alonso a refusé la présence de Soral dans le débat. Dechavanne et Soral se sont alors mis d’accord pour que celui-ci intervienne dans le public et s’invite ensuite dans le débat : Alonso a été joliment piégé.
    On remarque aussi le niveau de décérébration des invités de Dechavanne, Soral a du répéter 3 fois sa première intervention, les invités, dont boujena, n’avaient rien compris. Ceci révèle que les milieux médiatico-associatifs ont un niveau de conceptualisation très faible,d’où le faite qu’ils se fassent leurrés par les fadaises à la mode comme la féminisation, la théorie du genre, le mariage-gay, l’euro...


  • Ceci s’appelle de l’Art :-)


  • je voyais beaucoup Alain à cette époque : Ardisson, Evelyn Thomas, et je me souviens de cette émission chez Dechavanne avec Alonso qui va pleurer dans le gilet de l’animateur et même celui de Boujenah en essayant de l’acquérir facilement à sa cause à coup de " shoatisation ", ce qui, en plus d’être dégueulasse ontologiquement parlant, est du dernier degré de soumission de sa part, mais a-t-elle seulement la capacité de s’en rendre compte ?........débat qui selon elle devrait se faire selon des règles édictées par des hystériques du même acabit !


  • Quenelle en direct bien très bien !!


  • J’adore quand Alonso demande à Boujenah d’intervenir.

    Elle désigne ainsi clairement qui sont les maquereaux des Chiennes de garde.

    Boujenah esquive assez finement pour éviter de montrer une trop grande proximité avec Alonso et son chenil.

    Un grand moment.

     

    • Boujenah esquive assez finement pour éviter de montrer une trop grande proximité avec Alonso et son chenil.

      Non non, Boujenah esquive car il a certainement été mis dans la confidence par Dechavanne sur l’intervention d’Alain. Tout ça semble préparé d’avance, et seules les bécasses de services sont étonnées par l’arrivée charismatique du patron sur le plateau.

      Comme on dit à la façon Dieudo : c’est beau.


  • Le féminisme est la négation de l’amour, des sentiments, de la sensualité, de la féminité et de la virilité.


Afficher les commentaires suivants