Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Serge de Beketch : pédocriminalité, impunité et lâcheté française

Serge de Beketch (1946-2007) consacre son Libre Journal sur Radio Courtoisie au documentaire de Daniel Karlin diffusé le 27 mai 2000 sur France 2. C’était il y a 18 ans et on peut dire que ça tape fort.

 

Karlin, l’homme des docus de France 2, a consacré une année à enquêter sur la pédophilie. Le résultat est à la fois décevant et... très idéologique :

« Jean-Pierre, 40 ans aujourd’hui, lui-même victime d’un pervers dans son enfance, a abusé de Guillaume qui n’avait qu’une dizaine d’années à l’époque des faits. Ce crime a eu pour cadre un patronage catholique du XIIe arrondissement de Paris. »

Beketch réagit vertement à ce choix éditorial et surtout, au principe des images brutes de Karlin, qui a un principe : « J’ai toujours cru en l’intelligence des téléspectateurs ». Or c’est le meilleur moyen de le manipuler avec des images prétendument brutes. Karlin, qui ne semble pas très catholique, croit malgré tout à la rédemption, quand Le Parisien lui demande « à la fin du film, vous semblez faire preuve d’une certaine indulgence, voire de complaisance, à l’égard de Jean-Pierre »...

« Je comprends, je l’ai toujours su ­que cette fin de film puisse déstabiliser les téléspectateurs. Mais, je voudrais qu’ils aient en tête que Jean-Pierre est un être humain, avec toutes les contradictions des êtres humains ; Guillaume [l’enfant de 10 ans abusé par Jean-Pierre, NDLR] c’est pareil et moi aussi. On ne peut pas réaliser un film comme celui-là en prétendant être un observateur neutre. Je crois que Jean-Pierre, dont je ne cherche pas à minimiser la gravité des actes, peut changer. Alors, je ne le cache pas. Cela n’empêche en rien que j’ai eu une véritable relation paternelle avec Guillaume ; il est, d’une certaine manière, le fils que je n’ai pas eu. Pour s’en sortir, il fallait qu’il puisse pardonner. On ne vit pas avec la haine au cœur. La haine empêche l’amour. A la fin du procès, Guillaume, qui avait toujours évité le regard de Jean-Pierre, est venu me voir et m’a dit : tu sais, je viens de le regarder dans les yeux, je ne lui ne veux plus. Je crois que ce qui a pu amener Guillaume à pardonner, c’est le procès que le film lui avait permis de préparer. »

Guillaume a pardonné à Jean-Pierre, le vilain pédophile catholique... C’est la morale à la Karlin que le service public audiovisuel valide en 2000. Et c’est ce qui fout Beketch en rogne : de réseaux, de pédophilie d’État ou de médias, rien, nada, que dalle. Karlin a beau fournir des images brutes – c’est-à-dire dénuées de toute manipulation ou idéologie sous-jacente – au téléspectateur, il a bien sûr posé sa caméra là où le Système l’autorisait à le faire.
Beketch égrène alors les lieux (de pouvoir) où Karlin aurait pu la poser... et là on sent bien qu’on n’est plus dans le « brut ».

Rappelons qu’en 2000, la France et la Belgique sont encore sous le choc de l’affaire Dutroux, l’homme qui a enlevé, séquestré, violé et assassiné plusieurs enfants et qui a été appréhendé en 1996. Le procès aura lieu en 2004.

Laetitia et Sabine seront les seules survivantes du « monstre » de Marcinelle :

« Il est près de 22 heures, ce 9 août, lorsque Lætitia Delhez, une belle blonde de 14ans, quitte la piscine de Bertrix, bourg de Wallonie, à 10 kilomètres de Neufchâteau. La nuit tombe, la jeune fille s’apprête à rentrer chez elle à pied. Une camionnette blanche s’arrête à sa hauteur. "C’est bien ce week-end, les 24-Heures automobiles de Bertrix ?", chuchote le conducteur. Lætitia a mal entendu, elle se penche vers la portière. Soudain un homme surgit dans son dos, il ceinture l’adolescente, la bâillonne et la jette dans le fourgon.

Tandis que la camionnette roule vers Marcinelle, distant de 130 kilomètres, ses ravisseurs forcent la jeune fille à avaler des somnifères. Lætitia se réveille dans une sorte de cachot sans lumière. A ses côtés, elle découvre une autre adolescente : depuis déjà deux mois et demi, la petite Sabine Dardenne, 12 ans, est séquestrée dans ce trou à rats. Sabine a été enlevée le 28 mai 1996 à Kain, près de Tournai, à l’autre bout du pays. Pieds et cou enchaînés, nourries de pain sec et de biscuits, les deux filles ne sortent de leur réduit insalubre que pour suivre le conducteur de la camionnette à l’étage. Là, elles sont violées à plusieurs reprises. Le supplice s’achève le 15 août. La porte du cachot s’ouvre sur les gendarmes de Bertrix. Lætitia et Sabine sont libres. Leur ravisseur a été arrêté deux jours auparavant. »

En France, naturellement, tous ces réseaux n’existent pas. Et quand un réseau tombe (affaire Toro Bravo ou Ado 71), ce sont des lampistes qui trinquent (ou qui meurent), et ceux qui trinquent ne trinquent pas longtemps. Alors, qui protège les pédocriminels français et pourquoi ? Pour qui ?

Beketch (de 7’28 à 8’16) :

« Il y a véritablement un problème en France je le dis avec beaucoup de passion beaucoup de colère parce que je suis épouvanté de voir la direction que prend notre pays par manque de courage de ses habitants. Je le répéterai jusqu’à en crever, si nous ne nous dressons pas pour combattre cette abjection cette cochonnerie cette saleté cette lâcheté, nous allons en crever ! Nous n’allons pas crever d’ennemi ce n’est pas l’ennemi qui nous tuera, celui qui nous tuera c’est nous-mêmes, nous allons crever de notre lâcheté et de notre incapacité à affronter la vérité telle qu’elle se présente. On en a des exemples multiples : aujourd’hui on ne peut plus dire la vérité, c’est une chose interdite ! Il y a des gens qui disent la vérité et qui pour ça sont victimes de provocations qui les empêchent de parler par exemple au micro des radios ou d’écrire dans les journaux. »

 

Réseaux pédocriminels d’hier et d’aujourd’hui,
à découvrir sur Kontre Kulture

 

Autour du sujet, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le pardon jamais , la haine maintien de se battre pour ne pas oublier.
    J’ai été victime de viol familial , le tabou par excellence, car 80% des abus sont intra-familials et le reste de la pédophile par opportunité.
    Pourquoi ? je ne suis pas devenu pervers, la réponse est simple, grâce à mon empathie développée.

     

    • Ma femme a connu la même chose. Aujourd’hui c’est la meilleure des mères. Son bourreau (le papa) ? Mort d’un effroyable cancer à 54 ans. Dieu est véritable Justice, pas les hommes.


    • Effectivement le pardon JAMAIS.
      Merci pour votre témoignage.
      On peut être victime soi-même des pires abjections sans pour autant les commettre à postériori.
      Tous ces Jack Lang Frédéric Mitterrand Pierre Bergé et cie Woody Allen ...tous adulés et érigés en norme et modèle de société !


    • #1929749
      le 26/03/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Serge de Beketch : pédocriminalité, impunité et lâcheté française

      Le pardon, ce n est pas accepter le crime, le pardon c est prendre le pas sur le bourreau, c est le dépasser, c est ne plus le laisser avoir du pouvoir sur soi. Quand on pardonne, le bourreau n est plus rien, il est rendu à son insignifiance, il n est plus le maître de notre douleur, il n est plus rien, il reprend sa vraie place.
      Le pardon scelle la fin du pouvoir de la bête sur l esprit.
      La haine vous grignote, vous ronge, rend votre sang acide.
      Elle n est pas un feu qui vous réchauffe mais un feu qui vous consume.
      Avant l incendie, il n y a qu une étincelle ; il suffit alors d un souffle pour l éteindre.


  • Quoi de plus normal que d’entendre la vérité ,parce que lorsqu’on est aussi passionné que Serge de Beketch atomisant la pédocriminalité, l’ impunité et ainsi que la lâcheté française .Et ceci résume effectivement, que les personnes qu’il cite ,ne soit pas inquiété .Oui ,ça tape fort ,mais ça ne suffit pas malheureusement .


  • #1927908

    Merci de ressortir cette archive, du grand Serge de Beketch, son libre journal du mercredi soir sur Radio Courtoisie était à l’époque 3 heures de régal hebdomadaire !

     

  • ...."je suis épouvanté de voir la direction que prend notre pays par manque de courage de ses habitants" ...Il suffit d’ouvrir les yeux et de le constater, tous les jours, dans plein de domaine...

     

    • Il (Daniel Karlin) est notamment l’auteur d’une série de quatre films avec Bruno Bettelheim, sur les enfants autistes…
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Danie...

      Bruno Bettelheim effectua son parcours universitaire en philosophie à Vienne (Autriche), ... Il s’intéressa ensuite à la psychanalyse, …et fut lui-même analysé par Richard Sterba disciple direct de Sigmund Freud...
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno...
      Bettelheim est l’un des derniers Juifs à passer un doctorat à l’université de Vienne (en esthétique, une des branches de la philosophie).... Arrêté par les Nazis en mai, il fut déporté dans les camps de concentration de Dachau puis, après les accords de Munich, de Buchenwald. Libéré en mai 1939, il émigra aux États-Unis. Son expérience des camps de concentration sera une des clés de ses théories psychanalytiques.
      ...
      Il enseigna à l’Université de Chicago, dirigea une école consacrée aux enfants émotionnellement perturbés dont certains étaient psychotiques ou autistes.
      …, il se suicida le 13 mars 1990 en enfermant sa tête dans un sac en plastique ; il avait 86 ans.


    • [Suite Daniel Karlin- Bruno Bettelheim]
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno...
      Peu après, une polémique se développa sur sa réelle compétence de psychanalyste. Il reste toutefois le fondateur de deux concepts majeurs, auxquels il est couramment fait référence : celui de « forteresse vide » pour désigner ces remparts que dressent autour d’eux les jeunes autistes pour se protéger de leur sentiment de néant, et le concept de « situation extrême », pour désigner la sensation de mort imminente qui déclenche chez l’individu des comportements de défense à la mesure de l’angoisse ressentie.
      ...
      Maltraitance et escroquerie
      Dès sa mort, les théories de Bettelheim, sa personnalité même sont remises en question. Pour le psychanalyste Kenneth Colby, Bettelheim était « un vrai salaud, un des pires individus que la psychanalyse ait jamais produits ».
      Darnton, dans le Newsweek du 10 septembre 1990, l’appelle « Beno Brutalheim », et Alan Dundes dans celui du 18 février 1991, le surnomme « Borrowheim » (l’emprunteur).
      Dans l’article du Washington Post du 26 août 1990, d’anciens patients et de membres de son personnel dénoncent sa brutalité et les mauvais traitements qu’il leur infligeait. Les entretiens de deux anciens patients et du frère d’un autre patient décrivent un tyran aux idées rigides, incapable d’autocritique, maltraitant ses patients. Plusieurs associations de parents d’enfants perturbés s’appuient sur ces témoignages pour promouvoir d’autres méthodes thérapeutiques.
      En 1998, Richard Pollak, frère d’un autiste « soigné » par Bettelheim, l’accuse d’être un escroc manipulateur, mythomane et despotique, disposant de puissants soutiens financiers et médiatiques pour réduire ses détracteurs au silence.

      Et nous avons été maintes et maintes fois prévenus.


    • Ben je veux bien procéder à une purge ...
      organisez vous on fera le boulot !


    • Il faut avoir lu Bettelheim pour en parler. Son pseudo-travail et recherches sur l’autisme ont surtout consisté à dire que les mères étaient initiatrices et responsables. Elles vampirisaient leurs enfants, ce qui en faisait des enfants repliés sur eux-mêmes, dans leur bulle. Théorie fumeuse.
      Il était pysiquement très laid et il en souffrait. La façon dont il s’est donné la mort prouve qu’il n’était pas très clair.Je dois reconnaître que sa Psychanalyse des contes de fées m’a beaucoup apporté et fait partie des lectures qui vous ouvrent l’esprit mais quelle ne fut pas ma déception d’apprendre qu’il avait largement pompé dans l’oeuvre de Heuschler....Bettelheim, Kinsey... l’amérique nous a offert quelques monstres....


    • Je remarque comme le souligne M Beketch que c’est bien la parole libérée qui les dérange : Bettelheim a travaillé sur les autistes, les « ballets bleus du Coral » concernait des viols « des personnes en difficulté (enfants, adolescents, adultes, personnes autistes ou souffrant d’un retard mental léger, psychotiques, cas sociaux, pré-délinquants). Les enfants sont confiés au Coral par la DDASS »…
      Et quand ils savent s’exprimer les pédophiles décrédibilisent leur parole : « Des paroles si fragiles »
      https://www.lexpress.fr/actualite/s...
      « … Le témoignage de l’enfant occupe une place prépondérante : c’est sa parole contre celle de l’agresseur. « Le scandale d’Outreau risque de nous ramener vingt ans en arrière, à une époque où l’on voyait l’enfant comme un pervers polymorphe, un petit vicieux qui affabule », soupire Michèle Créoff, spécialiste réputée de la protection de l’enfance en France. Déjà, à la fin des années 1990, une vague de suspicion a entaché la crédibilité de l’enfant… »

      Lire le commentaire d’outreaulaveriteabusee de 13/08/2012 10:26
      Suite, Bien que réhabilitée par la commission d’enquête des Services Judiciaires , l’ avocat de la défense,champion de France des acquittements, surnommé Acquitator (Éric Dupond-Moretti) par ses pairs, continue à ce jour à me discréditer dans son livre "Bête noire".Lui seul pouvait inventer de telles inepties pour parler de mes expertises en utilisant la stratégie du bouc émissaire qui occulte les confirmations de mes conclusions par les 5 nouveaux experts.Nous étions tous tenus par l’obligation de réserve de l’ expert nommé dans une affaire. En revanche, l’ expert mandaté par ses soins ne l’ était pas. Ainsi Paul Bensoussan a pu se répandre dans les médias à l’ époque pour dire que ces enfants carencés d’ Outreau mentaient...et ce, contre toute déontologie puisqu’ il ne les avait pas examinés…

      Quand on profile certains experts comme ce Bensoussan l’accusation de pervers polymorphe est bel et bien une inversion accusatoire : le réseau des pédophiles est très puissant en Vrounze.


  • Emmanuel Ratier, Serge de Beketch, Radio Courtoisie avait un sacré niveau.

    En 2018, l´important c´est l´incitation à la haine raciale, surtout la race bretonne, le respect des différences, l´acceptation des autres, le métissage. La jeunesse est tellement lobotomisé par 50 ans de gauchisme, que la pédophilie n´est pas un thème majeur.
    C´est encore mieux maintenant, quand un rabatteur crétin se fait prendre, la télévision lui offre un plateau pour se justifier chez Ardisson.

    La pédophilie existe, même dans les pays riches comme la France. Je me souviens gamin avoir été approché par une voiture aux vitres teintées, un reflexe et de la chance m´a incité à la prudence. Ce n´était pas du lumpen prolétariat ces gens-là.

    Mais voilà les vieux s´en foutent, veulent toucher leur pension jusqu´à crever ; et les jeunes sont politisés par le féminisme, contre le retour du fascisme, le véganisme, la gentillesse.
    L´intérieur du fruit est mort, même l´écorce commence à pourrir.

     

    • Vous osez encore tomber dans le piège de ce mot dévoyé ! On a profité de l’affaire dite Dutroux pour euphémisé ce mot. Un pédophile que je sache c’est quelqu’un qui aime les enfants, je vous laisse réfléchir sur la perversité du langage. (de Beketch, lui parle de pédomanie)


    • Saladin,
      Merci pour l´éclairage, éclairant 99% des lecteurs je pense.
      Pédophile c´est comme antisémite donc, un mot utilisé à mauvaise escient, ou à contre-emploi dans le cas présent.
      Je suis donc un pédophile, qui désirerait ma propre condamnation à mort.
      La lutte des mots est bien première, centrale, et définitive.
      Le pédophile aime les enfants. Le pédomane veut avoir des relations sexuelles avec eux.

      Encore une subtilité bien salope dans laquelle on est tous tombés.


  • Au fait de quoi est il mort Serge de Beketch ??? Et Rattier ??? Et Severac ??

     

    • Serge de Beketch avait souvent des accès de toux incontrôlables au cours de ses émissions, mais je ne saurais pas mettre un nom sur la maladie chronique qui l’affectait.


    • Beketch avait déjà failli mourir suite à une incroyable "bévue" durant une transfusion à l’hosto, où on lui colle une hépatite B alors qu’il était en état d’immunodéficience. Il aurait dû y rester, mais il a survécu, sans jamais s’en remettre complètement, en réalité.
      Et il est mort d’une infection nosocomiale, donc choppée à l’hôpital durant les soins pour son hépatite.
      C’est marrant cette malchance sanitaire quand on dénonce les pédos et les crapules.


    • Quant à E. Ratier, il était très affaibli depuis son AVC, avec une déficience respiratoire depuis des années. Il est mort d’une crise cardiaque dans des circonstances tristes, mais banales, hélas, surtout pour quelqu’un à la santé faible, et en état de surménage constant.


  • Aujourd’hui je suis tombée sur un livre : "les enseignements originaux des papes sur la Franc-maçonnerie".
    Je cite : Encyclique de s.s Léon XIII du 20 avril 1884 : "Quant à vous,Vénérables Frères...Nous vous dirons :En premier lieu arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu’elle est.
    Secondement,par vos discours et par vos lettres pastorales spécialement consacrées à cette question,instruisez vos peuples ; faites leur connaître les artifices employés par ces sectes pour séduire les hommes et les attirer dans leurs rangs,montrez leur la perversité de leur doctrine et l’infamie de leurs actes..."