Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sexualité des enfants : où s’arrêtera Libération ?

Extraits d’une tribune de Beatriz Preciado, "philosophe"

Les catholiques, juifs et musulmans intégristes, les copéistes décomplexés, les psychanalystes œdipiens, les socialistes naturalistes à la Jospin, les gauchos hétéronormatifs, et le troupeau grandissant des branchés réactionnaires sont tombés d’accord ce dimanche pour faire du droit de l’enfant à avoir un père et une mère l’argument central justifiant la limitation des droits des homosexuels. [...]

L’enfant que Frigide Barjot prétend protéger n’existe pas. Les défenseurs de l’enfance et de la famille font appel à la figure politique d’un enfant qu’ils construisent, un enfant présupposé hétérosexuel et au genre normé. Un enfant qu’on prive de toute force de résistance, de toute possibilité de faire un usage libre et collectif de son corps, de ses organes et de ses fluides sexuels. [...]

J’ai été un jour l’enfant que Frigide Barjot se targue de protéger. Et je me soulève aujourd’hui au nom des enfants que ces discours fallacieux entendent préserver. Qui défend les droits de l’enfant différent ? Les droits du petit garçon qui aime porter du rose ? De la petite fille qui rêve de se marier avec sa meilleure amie ? Les droits de l’enfant queer, pédé, gouine, transsexuel ou transgenre ? Qui défend les droits de l’enfant à changer de genre s’il le désire ? Les droits de l’enfant à la libre autodétermination de genre et de sexualité ? Qui défend les droits de l’enfant à grandir dans un monde sans violence ni sexuelle ni de genre ?

Lire le reste de l’article sur liberation.fr

Rebondir sur le sujet, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

99 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #307343

    B.H.L. a trouvé sa relève !


  • On touche plus que le fond
    Bientôt du pétrole va jaillir en Catalogne
    Cela fera le + grand bien à l’économie Espagnole


  • Pas choqué outre mesure par les folles idées de cette camionneuse :

    Autant je me suis toujours plus ou moins bien entendu avec les gays de mon entourage au point que certains même, furent devenus des amis ; autant j’ai toujours eu du mal avec les lesbiennes. Celles que j’ai croisé dans mon existence jusque maintenant, étaient toutes des créatures froides, sans aucune forme d’humour voir animées par des idées morbides.

     

    • Je suis exactement dans le même cas que vous.. L’un de mes meilleurs amis est homosexuel, très cultivé, m’écoute et a une vision du monde très proche de la réalité, parfois un peu trop dans la credulité mais jamais dans le gauchisme, il se dit homo qui "n’aime pas les pd" sans se présenter comme gay, c’est une sorte de Gilad Atzmon de l’homosexualité. Par contre jamais de ma vie je n’ai eu de discutions courtois avec les lesbiennes. Pourtant j’étais pas dans le genre rentre dedans même plutôt ouvert à pas mal de chose, bon depuis j’ai lâché l’affaire, j’ai plus le temps pour ces conneries, j’ai plus le temps d’expliquer que l’homosexualité n’est pas une classe social et qu’elle n’est pas moderne, ni progressiste, ni libertaire, mais juste une déviance acceptée. Elles sont quasiment toute tarés et n’aime que les lesbiennes et les gays j’ai l’impression et encore quand elles sont gentilles. Bien sûr, je n’ai pas la prétention de connaitre toutes les lesbiennes du monde mais franchement j’ai souvent entendu ce genre de commentaire. Une lesbienne est pour moi une femme qui a perdu toute sa part de masculinité. CF Sexe et Caractère pour comprendre ce que je veux dire.


  • Comme par hasard c’est encore Libérez-Sion qui relaye ces monstruosités.

     

    • #307387

      Je m’intéresse à cette thématique depuis déjà quelques années et je constate un phénomène récurrent assez "étrange". Ceux qui sont contre le mariage homo et le cortège de "privilèges" susceptibles de lui être associés (adoption, procréation, etc.) développent systématiquement des arguments posés, élaborés, réfléchis, élargis à plusieurs disciplines, analytiques, respectueux des points de vue contraires mais fermes, cependant, quant à leurs convictions.

      En voici, d’ailleurs, 3 exemples :
      http://www.lamanifpourtous.fr/media...
      http://www.unaf.fr/IMG/pdf/dossier_...
      http://www.infoselec.net/politique/...

      Mais dès qu’on donne la parole à ceux qui sont "pour", c’est le vide argumentaire, avec de surcroît l’invective, le procès d’intention, voire les insultes si ce n’est des menaces suivis parfois de passages à l’acte.

      Si je voulais faire de la philosophie de grandes surfaces je serais tenté de dire que chez les premiers on dénote une certaine maturité tandis que les seconds y a comme un problème du côté narcissique. Qu’en pensez-vous madame la "philosophe" qui s’énerve en ramenant tout à sa petite personne sans tenir compte du principe de réalité universelle.

      Signé : un agnostique, et même pas de droite....


    • Oui le fameux torche c.. créé par Rotshild. Si ça ce n’est pas une coïncidence alors je suis pour le mariage gay :D


  • Apparemment, ce je-ne-sais-qui-philosophe-clown (?), a priori « femme »(?), aurait expérimenté sur elle (?)-même la prise d’hormones mâles...
    En tout cas, ces promoteurs de la pédophilie - puisqu’il s’agit de cela - évoluent à visage découvert... donc quand la France reprendra le pouvoir sur elle-même [sic]...


  • Il y a encore quelques décennies, un étron humain pareil, défendant de telles conneries, ça aurait fait rire tout le monde... Aujourd’hui la dégénérescence est tellement avancée que ses propos sont pris au sérieux dans un journal national et que ses désirs pourraient même devenir réalité...

     

  • Je vais finir par aller vivre avec les aborigènes, dans la foret vierge pour fuir ce monde dégénéré ( s’il ne l’ont pas encore détruite).

     

    • Salut Nomo.

      Tu crois que tu serais épargner avec les aborigène ? Détrompe toi, frero ! Ce phénomène, le système va l’imposer à l’humanité dans son ensemble au nom de la liberté, de la democratie, de droits de l’homme, de progrès, et je sais encore quoi,( t’inquiète pas le big brother dispose de quoi à créer des mots qui les servirons pour son projet diabolique). Rappelle toi de discours de Banki Moon ,le patron de l’ONU, déclarant que les pays Africains doivent "progresser" en donnant des droit aux homosexuels.
      Drôles des progrès tu ne trouve pas ?

      A+ Et vive la dissidence.


    • Complètement d’accord, c’est vraiment dur de vivre et d’espérer que les prochaines générations puissent prétendre à une vie simple et saine.

      Quand on lit ce genre de phrase : "l’enfant queer, pédé, gouine, transsexuel ou transgenre", on atteint réellement le summum de la bêtise.
      L’enfant se caractérise par une non sexualité active, la seule forme de sexualité qu’il acquiert est d’ordre passif via le fantasme et l’imaginaire.

      L’enfant n’a pas de sexualité comparable à celle d’un adulte qui possède une activité sexualité qui lui permet de définir son orientation.

      L’enfant ne peut être queer, pédé, ou gouine que dans l’imagination et la perversion d’un regard adulte. Ce n’est qu’au cours de son adolescence puis de sa vie adulte qu’il pourra définir sa quelconque orientation.
      En ce qui concerne l’enfant transexuel ou transgenre, j’aimerais bien voir quel parent peut être capable d’amener son enfant en pleine construction à se déconstruire...

      On marche sur la tête et on en vient encore à se demander pourquoi le front saigne...


    • Boleas,

      "En ce qui concerne l’enfant transexuel ou transgenre, j’aimerais bien voir quel parent peut être capable d’amener son enfant en pleine construction à se déconstruire..."

      Poser la question, c’est y répondre.

      Un couple de lesbiennes fait changer le sexe de son fils adoptif de 11 ans

      Un article déjà relayé sur ER :

      http://www.pedopolis.com/blog/un-co...


    • @ anonyme

      Merci pour le lien, j’avais déjà lu l’article, mon interrogation était plutôt une question fermée. Une façon de dire comment qualifier et nommer des parents capables d’infliger cette souffrance irrémédiables au nom d’une autre souffrance qui elle s’appelle la vie.


    • #308629

      @Nomo
      Les aborigènes d’Australie sont dans un état de décomposition avancé difficile à concevoir : alcool, drogues, sida, hépatites... Ils se sont pris la "face obscure de la civilisation occidentale" sans préparation : armée anglaise, bagnards, colons et évangélistes protestants. Ils ne s’en sont jamais remis (comme les amérindiens mais en pire) et sombrent dans ce qui nous est promis : la défonce comme unique objectif.


  • Ce bon philosophe se sent-il dispose a considerer le droit des enfants a demander aux pedes de les laisser tranquille et d’aller faire un usage libre et collectif de leurs fluides sexuels un peu plus loin ?


  • #307395

    Autrefois des petits garçons et des petites filles jouaient à touche-pipi en cachette mais bientôt grâce à des gens comme Beatriz Preciado ce sera le libre droit à la partouzerie pré-pubère (et puis tant qu’on y est pourquoi ne pas rendre la chose obligatoire en maternelle ?)...


  • #307397

    Les parents de cet étron auraient dû être tous les deux adeptes de la tantouzerie , ils nous auraient épargnés la diarrhée de leur fifille moustachue ...tirez la chasse


  • #307400

    Qui défend les droits de l’enfant différent ? Les droits du petit garçon qui aime porter du rose ? De la petite fille qui rêve de se marier avec sa meilleure amie ? Les droits de l’enfant queer, pédé, gouine, transsexuel ou transgenre ? Qui défend les droits de l’enfant à changer de genre s’il le désire ?



    Ben elles bien-sûr...regardez ces bonnes bouilles qui respirent la joie et le droit de l’enfant

    http://www.elpais.com/recorte/20090...

     

    • Putain ! faut prévenir les âmes sensibles quand tu postes un truc aussi horrible, j’ai failli recracher mon café sur le clavier.


    • Je crois qu’effectivement, le cliché en dit long sur la souffrance dont cette "philosophe" d’ailleurs témoigne dans son article qui reprend tous les poncifs des défenseurs des droits pour les minorités.

      Je pense que là où les sociétés ont à progresser c’est dans la gestion de ces enfants "différents", précisément pour éviter qu’ils ne deviennent aussi amers que cette pauvre femme qui finalement fait pitié.


    • @Réveillez-vous..........bigre !....Dieu que c’est morbide tout çà !.....sérieux çà fout vraiment les jetons !....deux semeuses de mort................un requin blanc dégage infiniment plus de chaleur et d’humanité dans le regard !


    • Beurk, je rejoins les camarades précédents. Je préfère encore voir une photo des frères Bogdanov à poil ... MDR


    • Seigneur ! Vous rendez-vous compte que ces épaves toxicos suicidaires sont devenues la norme que l’on cherche à nous imposer aux forceps ?! Ces gens sont mis au devant de la scène comme étant l’élite intellectuelle du moment !
      Je me répète mais face à ces aberrations le langage ne permet pas d’exprimer la stupéfaction, l’état d’ahurissement que l’on ressent face à l’incompréhensible, à la folie...on se retrouve bouche bée ou entrain de bredouiller dans le vain effort d’exprimer de manière articulée notre stupeur !


    • Euthanasiez moi ça...


    • Le miroir sorcière , derrière. Tout est là.


  • Elle fait de la publicité pour Copé alors qu’il a aidé à l’installation d’un lobby LGBT à l’UMP.


  • Ca donne envie de gerber, on touchera le fond seulement si le fond existe.

     

  • #307406

    Aaaaah, Libération ! Vous vous rappelez d’un certain Jacques Dugué, pédophile notoire, à qui ils avaient offert une tribune ? J’ai l’impression que le temps passe, mais que les "moeurs" restent...

    http://neptunya66.unblog.fr/2013/01...

    http://www.pedopolis.com/pages/les-...

    http://www.pedopolis.com/pages/les-...

     

  • Donc, si j’ai bien suivi, la possibilité pour les homos d’adopter est conçue comme un moyen de lutter contre l’homophobie. On avait déjà l’enfant médicament mais là comme instrumentalisation de l’enfant ça se pose là.

    Si j’ai bien suivi aussi il faudrait que les couples homos adoptent en priorité des enfants homos, afin que ces derniers vivent mieux leur différence. J’ai l’intuition que les couples homos ont et auront plus d’enfants homo que la moyenne, mais ce ne sera pas parce que ces enfants ont un "gène" homo. Pourtant vous pouvez être surs que c’est ce qu’ils diront.


  • Je me souviens que sous Mitterrand, ils avait besoin d’un pdg pour TFI qui avait plus de 60 ans mais la loi ne permettait pas de travailler aprés la retraite. Alors ils ont inventé des boniments basés comme toujours sur l’utilité et ils ont voté une loi rien que pour ce type.
    A mon sens, là c’est pareil : une poignée d’individus malsains et plein de pognon (pas comme dans "plus belle la vie") a des objectifs peu avouables et se sert de leurs amis politiques pour faire valider le peuple.


  • Idéalement pour ces tarés, il ne devrait y avoir plus que des enfants procréés artificiellement médicalement, avec interdiction d’avoir pour parents légaux ses parents biologiques, pour mettre tous les enfants sur un même pied d’"égalité". En fait ils prétendent qui si les gens avaient le choix, ils seraient tous comme eux vraisemblablement, ou ils seraient au moins 50% de "trans-genres". Il s’agit d’une pathologie psychologique car ces gens nient la réalité qui veut qu’ils soient minoritaires. Le contraire d’un esprit sain qui devrait accepter sa différence et essayer de vivre en bonne intelligence avec le reste de la société au lieu de s’enfermer dans ce narcissisme totalitarisant.


  • ARGH !! Mais comment faut leur expliquer a ces tordus ? Les enfants n’ont pas la meme sexualite que les adultes ! C’est a se demander si ces gens la on ete enfant un jour...

    Y a pas d’enfant homosexuel, transgenre, queer, gouine, ca existe pas...la sexualite d’un enfant reste a l’etat de potentiel jusqu’a l’adolescence...l’enfant s’eveille a la sexualite par etapes en se confrontant aux modeles sexuels que sont le pere et la mere...

    Y a toujours eu des petites filles qui jouent a la guerre ou a construire des cabanes avec les garcons, on les appelle des "garcons-manques", et y a toujours eu des garcons un peu "precieux" qui ne jouent qu’avec les filles...et en grandissant certains deviennent homosexuels et d’autres heterosexuels...


  • Comme si un enfant de moins de 10 ans se posait la question de savoir si il est plus attiré sexuellement par un enfant de son sexe ou du sexe opposé,non mais sans blague,et libération n’a pas honte de publier de tels torchons rédigés par des dégénéré finit.
    Mais après tout plus rien ne m’étonne quand je vois que mon fils de 8 ans à déjà eu des "cours d’éducation sexuelle".....vivement que se système malsain et corrompu jusqu’à la moelle s’effondre une bonne fois pour toute !!!


  • saloperie de bien pensance vla t’y pas qu’ils veulent nous inventer une shoa sexuelle
    si les gens deviennent pd c’est la faute à la société c’est pas faux !
    mode new wave mode gay mode punk mode queer mode travelot transexuel maraige pour tous pma gpa etc..
    on est en train de pervertir les relations hommes femmes depuis plus d’1 siècle
    la mode c’est ce que les médias réussissent à banaliser aux publics ignorants se croyant modernes et précurseur de la liberté et des droits de l’homme !
    quand les gens vont se retrouver dans un camp de travail avec des gens bipolaires bisexuels et pédophiles ils diront bravo c’est ça la liberté !
    on y vient doucement mais surement alors ne riez pas bientôt on pourra plus s’exprimer ce sera une police médiatico politique qui nous dira quoi penser quoi faire et comment vivre et gare aux opposants !


  • « Nous défendons le droit des enfants à être des subjectivités politiques irréductibles à une identité de genre, de sexe ou de race. »

    Manque l’essentiel comme toujours : "l’identité" de classe sociale.

    L’enfant de pauvre restera pauvre le plus souvent, l’enfant de riche héritera de la richesse le plus souvent, mais ils pourront l’être cette fois en étant pédés, lesbiens et transsexuels. Quel progrès !

    Le Capital peut continuer ses affaires et la Banque ses profits, en dormant sur leurs deux oreilles. Les chiennes de gardes veillent...


  • mais c est quoi cette palof ? faut vraiment que l’on fasse quelques chose ont va a la décadence c est sur !!!!!!


  • "L’enfant que Frigide Barjot prétend protéger n’existe pas." et un peu plus loin elle parle de l’enfant "queer, pédé, gouine, transsexuel ou transgenre"

    Mais c’est quoi un "queer" bordel ?!

     

  • #307545

    LGBT : Communauté de la pleurniche !

    Leur priorité dans la sécurité de l’enfant n’est pas de répondre à leurs besoins primaires comme manger à leur faim, être à l’abri de tout danger et leur assurer d’avoir une instruction leur permettant d’être une fois adulte, d’honnêtes citoyens capables de réfléchir par eux même (ce qu’ont certainement essayé de faire ses parents) , non. C’est de les protéger contre cette "saloperie" de monde remplis d’hétéros avec leurs contes de princes et de princesses, de leurs jouets et finalement de leur idéologie "biologique".

    Entretien de 2008 chez Thierry Archicon :
    http://www.youtube.com/watch?v=9bOV...


  • C’est la sœur de Fourest ou quoi !.... tellement,elle raconte les mêmes conneries.


  • #307553
    le 19/01/2013 par Gégé John Schaefer
    Sexualité des enfants : où s’arrêtera Libération ?

    John Waters, réalisateur de cinéma de Baltimore, tante, a aussi reçu une éducation religieuse très stricte, mais lui n’a pas croupi dans la haine, il a fait des films très drôles et subversif, comme quoi, on est vraiment pas tous et toutes égaux, et personne ne peut préjuger et donc imposer quoi que ce soit. Loupé, Beatriz !
    Dans d’autres cas, il y a dès l’enfance des orientations très précises ( je ne parle pas d’homosexualité) chez des individus qui savent très bien afficher un "masque de normalité".
    Tout ça pour dire que c’est beaucoup plus compliqué que la petite souffrance nombrilliste de cette personne qui se drape des oripeaux de la respectabilité sociale (phisolophe, Art Contemporain, etc...) dans sa vengeance débile.


  • #307558
    le 19/01/2013 par chris de beaumesdevenise
    Sexualité des enfants : où s’arrêtera Libération ?

    J’ai vomi ... j’ai vomi tout ce que je pouvais ...
    Toutes personnes sensées ne peut se reconnaître dans cette dialectique poussive sans âme ...


  • #307562

    Que de confusions dans son discours. Elle est de toutes évidence brillante d’après ce que j’ai pu voir de ses intervention et de son parcours, mais c’est encore une exemple de ce que les traumatismes émotionnels ou l’émotionnel de manière générale tuent l’intelligence.

    Sincèrement, comme être marginal et provoque qui cherche à échapper à un système trop normatif pour elle, elle m’est sympathique. Le problème, c’est qu’elle veut imposer sa marginalité comme une norme et un nouveau cadre, alors que ça s’éloigne très clairement du cadre adapté à la majorité, et qu’en plus cette marginalité appliquée au grand nombre est destructrice. Elle avait des grosses pulsions sexuelles dés l’âge de 7 ans et elle semble ainsi considérer que tous les enfants en ont aussi, alors que c’est de toute évidence assez marginale.

    Sinon, le paradoxe typique de ces "anti-systèmes", marginales revendiquées, est de vouloir promouvoir des modèles de sexualité, d’identité transgenre et de familles non naturelles, qui pour exister, nécessite forcément une dépendance totale au système pour mimer les processus naturelles des gens qui respectent leur identité sexuelle, et qui sont intrinsèquement indépendant de tous système. En cas de période plus rude, qui fournira les pillules d’hormones à prendre à vie pour les trans-genres ? Qui donnera ou aidera à avoir un enfant à des homosexuelles qui choisirait de se rendre autonome du système ?
    La vérité est que ce que réclame ces "anti-systèmes" revient à se rendre complètement esclave d’un système, moins libre et incapable de se perpétuer dans des sociétés pauvres.

    Dans ça confusion émotionnelle, elle pense que c’est le cadre normatif hétérosexuel qui fait que des parents rejettent leur enfant marginal sur le plan de la sexualité et de la psychologie, comme elle-même fut rejetée, alors que c’est d’avantage une question de bonne compréhension et de force de caractère de ces derniers devant la norme sociale. C’est normal que ces dernier, dans un soucis de bien-être et de pérennité de leur enfant, tentent de le rendre compatible avec cette norme, par contre il y a un moment où devant l’impossibilité de faire rentrer des enfants dans celle-ci, ils doivent accepter la marginalité de leur enfant et lui offrir les meilleures bases affectives et spirituelles pour s’en sortir au mieux, et notamment leur expliquer leur rapport à la norme et ce que leur positionnement par rapport à celle-ci peut impliquer comme conséquence à assumer ensuite.

     

    • #307605
      le 19/01/2013 par burn dem babylonia
      Sexualité des enfants : où s’arrêtera Libération ?

      très bonne analyse, bravo.


    • Excellent commentaire, merci Vosgien. En effet cette Beatriz me semble plus à plaindre qu’à blâmer. Ceux qui sont inexcusables, ce sont ceux qui publient ses propos en la faisant passer non pour une personne marginale et en souffrance mais pour une grande philosophe.


    • #307668

      Merci Vosgien Volant.
      Tout à fait d’accord sur la supercherie de l’érection en discours philosophique et universel d’une souffrance en réalité singulière (son histoire personnelle à elle). Tout le problème est là, je suis en effet bien désolé qu’elle ait souffert dans sa vie, mais sous prétexte de ne pas avoir dépassé sa souffrance, elle nous fait tout un bla-bla pseudo-philosophique pour que le monde entier ne lui paraisse plus agressif. Ça s’appelle le ressentiment chez Nietzsche, et ça fait beaucoup, beaucoup de dégâts.


    • Trêve de pathos ! Il y en a ras le bol de ces dégénérés ! Ces "mais il a souffert quand il était petit", "le pauvre il a tant souffert"... ça suffit ! On voit où le sentimentalisme nous a amené ! Des bébés se font enculer jusqu’à mort s’en suivent et rien n’est fait ! Des réseaux avec un chiffre d’affaire de plusieurs milliards dollar s’adonnent en toute impunité au trafic d’enfants destinés à être torturés à mort ! Et certains viennent encore nous rabattre les oreilles "Ouiii maiiis ils ont souffert quand ils étaient petits...snif...snif..." Gardez vos larmes pour les victimes présentes et non pas pour d’hypothétique sévices qu’auraient subi tel ou tel tortionnaire !
      Sérieusement ras le bol de cette idéologie du "tout le monde il est gentil, même les méchants ils sont des gentils qui ont beaucoup beaucoup soufferts..." Il est temps de réinstaurer une éducation centrée sur la morale, sur la responsabilité individuelle, sur la notion qu’à chaque acte il existe des conséquences à assumer. Il est temps d’en finir avec la culture de l’auto-apitoiement qui nous amène à une société avec des hordes entières de dégénérés pleurnichards qui sous prétexte d’avoir beaucoup souffert ils s’octroient le droit à faire n’importe quoi et sont d’office excusés ! On en est même arrivé à un stade où le mec qui a été privé de Playstation et de goûter à quatre heures, et c’est ramassé deux ou trois gifles durant son enfance est considéré comme un martyr ! Par contre curieusement pas de larme pour les enfants sodomisé à mort !


  • "Les droits de l’enfant à la libre autodétermination de genre et de sexualité"

    Elle est énorme celle là hahaha


  • #307574

    Rarement lu quelque chose d’aussi bête. Cette pauvre "femme" n’est qu’une névrosée victimaire qui veut imposer au monde entier sa névrose. C’est larmoyant, subjectiviste, mal écrit, mal pensé, conformiste, de la merde conceptuelle en barre. On a même pas pitié pour une telle chose. On juste envie de dire :"dégage !"

     

  • #307579

    ...Je pense que les grands journalistes français doivent se masquer la vue de là où ils sont parce que franchement avec cette article libéramerde tombe encore plus bas que jamais. Sans même évoqué le sujet , c’est tellement mal écrit , tellement mauvais et stupide ! L’idiotie se sens au fil des lignes , et je parle bien d’idiotie au sens grecque du terme ,le renfermement sur la particularité et le fait de se couper de l’universel...


  • #307599

    Synthése de l’argumentaire de cette illustre inconnue présentée comme "philosophe" : je défends le mariage homo-sexuel au nom des droits de l’enfant que j’étais qui aurait pu être homosexuelle. Enfant différent qui n’a pas de pouvoir et de droits pour s’exprimer.
    Il y deux aspect au mariage homo qu’elle rassemble en un : le mariage et l’adoption, PMA ou GPA.
    Le mariage longtemps présenté comme désuet, mortifère ( tuant le couple) et destiné a finir par un divorce pourrissant la vie des enfants apparait soudainement par la grâce du gouvernement Flamby, des plus désirable pour les seuls couples homos.
    Concernant la voix des enfants "différents" , si cette "philosophe" les interrogeait, ils lui diraient que leur plus grand désir aurait été d’avoir été hétéros dés le départ, mais que dans cette situation où ils se trouvent, normaliser l’homosexualité pour qu’eux puissent mieux la vivre, c’est pourrir la vie du plus grand nombre pour le bien être du plus petit.


  • Ce qui m’inquiète le plus, ce n’est pas ce que cette décérébrée vomit sur ce papier, c’est comment et pourquoi cette chose obtient une tribune dans un papier comme Libération, ou autre ? Je pense que la question centrale doit se poser à partir de ça...
    D’une autre manière, qui possède ce genre de torchis, qui existe encore même étant déficitaire ? Quel est son véritable dessein, et pourquoi veut-il cela ? si on ne se pose pas ce genre de questions, je pense que l’on sera à côté du sujet !


  • Mais de qu’elle planète... elle vient cette cruche...dans qu’elle délire sommes nous avec des raisonnement aussi con... mentionné dans cette article. Faut vraiment être atteint du cerveau à un niveau très profond pour commenter des raisonnements pareil.



    "Un enfant qu’on prive de toute force de résistance, de toute possibilité de faire un usage libre et collectif de son corps, de ses organes et de ses fluides sexuels. " +




    " Qui défend les droits de l’enfant différent ? Les droits du petit garçon qui aime porter du rose ? De la petite fille qui rêve de se marier avec sa meilleure amie ? Les droits de l’enfant queer, pédé, gouine, transsexuel ou transgenre ? Qui défend les droits de l’enfant à changer de genre"



    incroyable, surréaliste d’entendre des névrosés pareil ça deviens très inquiétant ...


  • On savait déjà que la société vivait dans le nihilisme. Avec ce discours qui porte la marque d’un défaut d’intelligence, ça devient une effroyable évidence.


  • D’après la légende une partouze familiale donne une ladyboy en résultat, la légende serait donc vraie ?


  • ...mwouai...bè véé jsais pas ou on est sensé aller avec ca...le choix ;la tyrannie par la liberté,le desir imperieux qui dicte...pffff c démoniaque et épuisant ce matraquage libertaire insensé.Vraiment ca fait peur....


  • C assez simple :
    à force de tolérer les anormaux, débiles et tarés, on les a ensuite surprotégés.
    Aujourd’hui, la plupart de ces malades mentaux sont en position de domination, simplement car le système les a mis en avant, et leur a facilité la vie, et ils veulent imposer leurs maladies et leurs vices au reste du monde ( Fourest, BHL, et donc l’auteur de cet article, présentée comme philosophe )


  • Ce qui est amusant avec les défenseurs de la théorie du genre, en et particulier dans la version psychotique et haineuse comme cet auteur, c’est leur critique de l’arbitraire culturel du présupposé sexe=genre. En réalité, ils ont tout à fait raison sur un point : il y a des identités de genre, et ce sont des constructions arbitraires et culturelles. Mais il y a aussi des lois contre les discriminations, et elles sont tout aussi arbitraires et culturelles. A quoi ils peuvent opposer les droits de l’homme : "mon orientation sexuelle ou mon genre ne regardent que moi". Mais la valeur symbolique et légale des droits de l’homme est arbitraire et culturelle.

    Nous vivons entièrement dans un monde arbitraire et culturel. Tout, de la mode à la langue elle-même en passant par la loi est "artificiel", au sens que ce sont des systèmes de normes auquel l’homme adhère, et pas des réalités physiques comme la masse d’un objet (la réalité physique de la masse est cependant rendue, dans l’esprit humain, par des notions arbitraires et culturelles). Si on se met à jouer au jeu de la dénonciation de l’arbitraire culturel (et de l’oppression de la norme majoritaire à l’encontre des minorités anormales), et c’est précisément le jeu que jouent les partisans de la théorie du genre, on entre en terrain très glissant.

    Je regardais à l’instant l’article Wiki en anglais "Gender Identity Disorder". Il n’y a encore pas si longtemps, on considérait pathologique qu’une personne dans un corps d’homme soit persuadé être une femme (et réciproquement). C’est logique. D’une part c’est un problème à accepter la réalité, et d’autre part un problème à comprendre et à se conformer à la norme. Les partisans de la TdG contournent la première difficulté en disant que sexe et genre ne sont pas la même chose (mais en continuant à utiliser les mêmes mots, confusément, comme si en réalité c’était bien une seule et même chose), et la seconde en parlant du caractère arbitraire de la norme.

    Oui, la norme "hétérocrate" (comme elle dit) est arbitraire. Mais l’assassin psychopathe qu’on envoi à l’asile est aussi victime d’une norme arbitraire. Et lui aussi pourrait réclamer l’abolition de la norme qui lui vaut d’être condamné et déclassé. Il n’existe aucun étalon permettant de mesurer la légitimité absolue d’une norme : absolument toutes sont arbitraires, culturelles et oppressives. Mais leur utilité quand au service du bien commun varie grandement, et c’est cet étalon-là qui compte. Or la TdG est nuisible.

     

    • merci pour votre commentaire que j’ai trouvé très bien écrit.


    • « Je regardais à l’instant l’article Wiki en anglais "Gender Identity Disorder". »
      Tu viens de te trahir !
      Dis moi, ami sophiste, l’interdiction du meurtre est-elle arbitraire ?


    • @Santigdu

      T’as fumé quoi ? En quoi me serais-je trahi. Je lis l’anglais ? Je consulte Wikipédia ? Je suis donc probablement un suppôt du démon. Va, va camarade, ériger des bûchers....

      Sinon, oui "l’interdiction du meurtre" est arbitraire. D’une part, moins de nos jours, mais il y a 50 ans c’était encore courant, quand une personne en tuait une autre en application d’une décision de justice, ce n’était pas considéré comme un meurtre. Un critère complètement extérieur à l’acte de meurtre/mise à mort est donc considéré dans la qualification de l’acte lui-même. C’est arbitraire. Plus arbitraire encore est le fait qu’un meurtre, et évidement tout l’opprobre qui va avec, ne s’applique que lorsque la victime est humaine. Jamais on ne dira : "C’est un meurtrier, il a tué une araignée". Jamais on ne fera le procès des personnes qui ont tué des araignées. Ou même écrasé des plantes. C’est arbitraire.

      Mais si on payait aussi cher en écrasant un brin d’herbe qu’en tuant un humain, la vie deviendrait impossible. Si au contraire on traitait l’homicide avec la même indifférence que la mort d’un escargot, la vie deviendrait aussi impossible. Aussi, il est utile de trouver un juste milieu. Chaque société, chaque époque trace arbitrairement des limites en fonction (approximativement) de ce qui bénéficie au mieux à la société. Aucune norme n’est plus légitime qu’une autre en soi, mais c’est le contexte social, moral, politique, etc, qui permet la formation d’une norme à peu près adaptée. On ne voit que les drames et les transgressions, mais jamais on ne compte les fois où "ça marche".

      Personnellement, la Théorie du Genre me paraît philosophiquement fausse, mais malgré les hauts cris que poussent certains (toujours d’un point de vue "moraliste-réactionnaire") les éventuelles conséquences juridiques pourraient n’être pas si horribles qu’on le prétend. Ce que je ne nie aucunement c’est la lutte symbolique (au sens bourdieusien) que traduit cette question du mariage et de l’adoption homo. C’est à dire, concrètement, qui est du coté du manche (sans mauvais jeu de mot). Il est clair qu’on revient d’une société moraliste-bourgeoise (et c’était vraiment un carcan d’une extrême mesquinerie, violent et hypocrite), et qu’on s’achemine vers une société pseudo progressiste-sociétale (qui n’abandonne ni la mesquinerie, ni la violence, ni l’hypocrisie, mais change d’emballage), du moins en façade, car dans les profondeurs il n’est toujours question que de pouvoir et d’ambition.


  • Eh ben, il a fait de sacrés ravages Zapatero... ! Au secours ! C’est vrai que je n’ai jamais vu autant de travelos que dans les rues de Madrid...

    A part cela, son histoire de dessin à 7 ans (elle s’est dessinée mariée avec sa meilleure amie) n’est absolument pas significative. A cet âge, c’est un peu normal que notre meilleure amie aie la première place, cela ne signifie aucunement une orientation sexuelle... ! Son discours est beaucoup trop haineux pour avoir un quelconque impact. Peu crédible... Circulez, y’a rien à voir...


  • la moustache, fine, effilée, avec, si possible, la mouche sous la lèvre inférieure, dans ce milieu de gouinasses çà s’appelle un agace-cul. on l’utilise dans une sorte de rapport bucogénital où l’on fait jouer cet appendice à toute blinde sur la chatte ou le fion de la partenaire. Au summum du plaisir, quand tu pêtes l’orgasme, on dit que t’as chopé la fouresta. Sortez un peu les mecs ! Non sérieux d’où il sort ce monstre ? Drôle de - genre - J’t’en foutrai moi du fluide...


  • #307721

    Un bon VDM qui ferait carton plein.

    "Un enfant qu’on prive de toute force de résistance, de toute possibilité de faire un usage libre et collectif de son corps, de ses organes et de ses fluides sexuels."

    Celle là faut vraiment être estampillé philosophe pour la pondre...
    C’est très "Coralien" comme réflexion, ca chatouille la braguette.


  • Bien sûr que les enfants, jusqu’à la puberté, n’ont pas de sexualité active.

    Ceci dit, je me souviens que gamin, dans ma classe, il y avait un garçon très maniéré, très efféminé. Il jouait toujours aux jeux "de filles", se comportait vraiment comme une petite fille, dans ses attitudes, sa façon de parler. Bien sûr, on se moquait de lui, régulièrement, et parfois de manière vraiment cruelle, comme peuvent l’être les gosses à 8 ou 9 ans.

    Cet enfant, il a donc bien vécu très tôt une différence d’ordre sexuelle. Dans le regard des autres enfants, peut-être aussi dans le regard de ses propres parents, qui devaient bien voir qu’il n’avait l’attitude des autres garçons de son âge, ni le comportement que "la société" attend d’un garçon. Et j’imagine ce qu’a pu être son parcours à l’entrée au collège, à l’adolescence...

    Nier que ces différences existent dans la vie d’un enfant, qu’il le ressent, qu’elles sont perçues par les autres, et que ça joue sur la façon dont il va se construire, c’est absurde.

     

    • Et alors ? en tant que garçon qui n’a jamais été traité de pédé, de tarlouze ou de gay.
      Et ce genre de moquerie aussi cruelle soit-elle est vrai dans beaucoup d’autre domaine (argent, religion, ethnie) de la part des enfants.

      Que la vie soit dure personne ne le nie, mais vouloir à tout prix préserver les enfants des difficultés de la vie est carrément révélateur de notre société où l’on forme les gens à être pleutre, lâche et traitre.
      Les gens seront largement plus épanouis et plus tolérant en faisant face à leurs difficultés plutôt que de vouloir absolument acquérir le pseudo respect d’autres personnes.
      Rare sont les personnes capables d’empathies alors pourquoi perdre son temps à quémander une attention, une forme de respect.

      Le plus grand respect de la différence c’est de rien attendre de la norme. En l’occurrence la théorie du genre propose juste de changer la norme mais en rien de saisir la subtilité et la complexité de la différence.


  • "L’enfant que Frigide Barjot prétend protéger n’existe pas."

    Ben ouais bien sûr, rien n’existe.

    Le française de souche ça n’existe pas, l’étranger ça n’existe pas, le juif ça n’existe pas, les femmes ça n’existe pas, les homme ça n’existe pas, la normalité ça n’existe pas etc. Rien n’existe.

    Ben si rien n’existe alors ferme ta gueule.

    Faire des catégories ça s’appelle penser, connasse.


  • Va bientôt falloir se fâcher !!!


  • "faire du droit de l’enfant à avoir un père et une mère l’argument central justifiant la limitation des droits des homosexuels"

    Si cette personne a vraiment à coeur l’intérêt des enfants, elle doit reconnaître que ce droit fondamental l’emporte sur son désir d’avoir des enfants.
    "La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres".
    Sinon, qu’elle ne vienne pas se plaindre si la majorité décide un jour que ses droits ne sont pas plus important que ceux des enfants. Sales hypocrites névrosées.

    Quand on sait à quel point la présence d’un père, et plus globalement la présence d’un couple stable père/mère est important dans la vie d’un enfant... quand on regarde les statistiques sur la pauvreté et la déliquence/violence en lien avec l’absence de père et de lien familiaux solides... écire des choses pareilles... c’est vraiment être une grosse ordure, éthiquement et humainement.
    Quand on ignore la réalité du monde, on ferme sa grande gueule.

     

    • @cintiq Vous avez très bien résumé,j’ajouterais que,malgré tout l’amour et la volonté de bien faire que peut mettre une mère seule,l’absence d’un père est vraiment dommageable pour les enfants,garçons en particulier ;pour ma part,j’ai vu ma famille exploser en vol du fait de cette absence d’autorité qu’apporte le "mâle",étant issu du sous-sous-etc-prolétariat,il n’y eut personne pour remettre mes frères en place lorsque c’était nécessaire(délinquance,violence,drogues etc)...bref,ces adeptes de ces théories new-age(2mes2)sont progressistes et cool jusqu’au moment où,tard dans une rue sombre,ils rencontreront un "déstructuré" qui leur montrera avec sa lame tous les dégats que causent leurs théories puantes,laissez-les donc planer @cintiq(même se greffer un pénis si ça les branche),la réalité les rattrapera tôt ou tard,amen...


    • @ anonyme
      Je suis dans la même situation. Issu du sous-sous-prolétariat, j’ai grandi dans une famille sans père, complètement détruite par la violence et le manque de repères qu’apporte une autorité masculine dans la vie d’une fratrie (Il suffit de regarder les profiles sociologiques des hommes qui vont en prison. L’immense majorité d’entre eux vient de familles monoparentales où le père est totalement absent). ... Sans parler de la pauvreté qui va avec.
      Une mère ne peut PAS remplacer un père. C’est un mensonge monstrueux qu’on fait croire aux femmes.
      Il faut vraiment être une lesbienne féministe avec la haine des hommes chevillée au corps pour pondre de telle foutaise !

      Tout ce que j’espère, c’est que ces gens subiront dans leur chair les conséquences de leurs paroles et de leurs actes (au moins autant que nous autres). Je sais, ce n’est pas charitable, ni très miséricordieux. Mais c’est la seule façon de leur faire comprendre la réalité.


  • Déjà, on pourrait rappeler que l’homosexualité est un refus de l’altérité et un narcissisme.

    De ce point de vue, les hétéros, qui aiment et se confrontent à l’autre, font preuve de plus d’ouverture et de plus de force psychique.

    Ensuite, on voit bien dans ce texte le traumatisme et le désir de revanche, confinant à la haine.

    On devrait aussi noter qu’elle se trompe de cible, et que, dans son histoire personnelle, le "con", c’est plutôt son père, que l’ordre établi.

    Mais la question, finalement, c’est :
    - Va-t-on laisser ces psychosés narcissiques, qui se croient le centre du monde, entrainer toute notre société, toute notre culture, et toute notre civilisation, dans leur spirale mortifère ?

     

  • pas de genre,des sexes !


  • #307785
    le 20/01/2013 par Marcel_Vincent_777
    Sexualité des enfants : où s’arrêtera Libération ?

    à la modération :
    ***********************

    Propagande pour la polygamie sur France Culture diffusée le 17/01/2013 :
    http://www.franceculture.fr/emissio...


  • #307797

    Le système oligarchique décomposé, qui nous domine, nous veut à son image, car la morale, la reconnaissance du bien et du mal, la dignité, le bons sens et la raison du peuple mettent à mal le comportement de nos "élites" (exemplaire affaire Strauss-Khan). Faire de nous des bonobos aura aussi l’avantage de canaliser toute agressivité vers la sexualité : résoudre les conflits par le sexe est l’apanage de ces chimpanzés.


  • #307798

    Imaginez un mouton essayant de convaincre une meute de loups que ceux-ci sont anormaux et qu’ils sont en fait eux aussi des moutons...Imaginez la réaction des loups...

    Nous sommes devenus une société de moutons qui crève de la moutonite aiguë


  • #307876

    En termes de guerre culturelle, les commentaires postés ici seraient plus efficaces sur la page du site web de Libération où cet article est paru, ou sur la page Facebook de Libé (c’est là que je l’ai lu en premier).
    Sur ER, on est tous d’accord, il n’y a personne à convaincre, ni à vaincre.
    Maintenant, il faut "porter le fer" chez l’ennemi.


  • Comme par hasard la personnalité mediatique qui a emergé de cette contestation s’appelle :
    "Frigide Barjot" bon, ca s’invente pas quand même ....
    Sur une question societale d’ordre sexuelle on se retrouve avec "Frigide Barjot" en tete d affiche ..
    La coincidence est trop belle !


  • #308083

    Bonjour ou bonsoir,

    Cet imbroglio métaphysique moderne insufflé par nos plouto-oligarques ne date pas d’hier, il est seulement monté au pinacle aujourd’hui, donc plus éclatant. Quoi de mieux qu’une désociétalisation et déculturation "progressive" pour mieux appliquer une gouvernance globale lorsque originellement l’harmonie sociologique est de mise ?

    Par ailleurs, lorsque l’on remet les choses à leurs places discursives, donc en fonction de leurs vraies natures, cela en devient presque comique :
    1-L’homosexualité n’est qu’une sexualité. C’est à dire un loisir qui peut aussi avoir une portée passionnelle dans un cadre amoureux, tout comme l’hétérosexualité. A cette différence près, que l’option reproduction de l’espèce n’existe pas dans l’homosexualité. Donc, l’adoption infantile est malapropos car contre-productive dans le processus global de perpétuation de l’espèce. Ce n’est que du bon sens anthropologique et non de l’homophobie. En fait, ce n’est même pas de l’ordre de l’homo-critique.
    2-Gay est une sous-culture ou contre-culture ou culture parallèle (au choix ou les trois), où la sexualité dominante est homo. Mais il n’est pas dit que la tendance ne change pas. Dans le cadre du mariage, qui primo est une institution religieuse et par extension républicaine ; et étant donné que la république telle qu’on la connait est d’inspiration "naturalismo-Diderotélitienne" entre autres ; unir officiellement deux personnes de sexes opposés c’est implicitement rendre hommage civilisationnellement au mode opératoire que la nature offre à l’homme pour perpétuer son espèce. Ce qui ne concorde malheureusement pas avec la culture gay telle qu’elle est. Encore une fois, ce n’est ni homophobe ni même homo-critique, mais du logos analytique.
    3-En ce qui concerne la sexualité enfantine, on sait pertinemment voir instinctivement que cela n’existe pas, auquel cas l’adolescence n’aurait pas lieu d’être. Cependant, il peut y avoir un sexo-simulacre mimétique chez beaucoup d’enfants dus à leurs environnements respectifs, mais cela ne constitue en aucun cas une preuve empirique d’unedite sexualité. Donc, demander à l’enfant de choisir son "genre" est absurde, au delà de l’aspect moral.

    Le but, par déduction, à mon humble avis, serait à long terme de contrôler les naissances par le biais exclusif in vitro obligatoire via l’annihilation séculaire tribale, et ainsi réduire les sexualités en simples produits de consommation comme le reste, dès la naissance. Sujétion totale...


  • Article d’une dénommée
    BEATRIZ PRECIADO philosophe, directrice du Programme d’études indépendantes musée d’Art contemporain de Barcelone.
    ...
    GODE save the DRAGQUEEN !!!!

    Vous avez sans doute lu le pédigré affiché par la demoiselle à moustache, sorte de Méphistophélès versus ovaires et contre tous !!!...

    1)Tout d’abord Philosophe !!!

    Toutes ces personnes qui se croient pétries de savoir et investies d’une intelligence supérieure ne sont en réalité que des sous-produits d’une sous-culture universitaire dévoyée au service d’une connaissance mortifère aux antipodes des valeurs humanistes essentielles, toutes disciplines confondues ! (Malheureusement !)
    Elles mettent donc en avant leurs titres plutôt que leurs mérites.
    Je doute de l’autheticité des diplômes de toute cette multitude et ils sont d’ailleurs, de plus en plus sujets à caution !
    Philosophe !!!!... On a quelques étalons du genre dans nôtre beau pays de France !!!

    En Espagnistan on doit en trouver des stocks( de diplômes de philo et de philosophes) à revendre dans les brocantes ... Mais BEEEAAATRRIIIIIZZZZZZ !!!! C’est le nec plus ultra !

    2)Directrice du Programme d’études indépendantes musée d’Art contemporain de Barcelone (Macba)

    Non seulement elle doit émarger bonbon la fine moustache, pour ne rien faire, mais de plus elle dirige un programme d’études indépendant !!!! Sans doute invisible et fantôme ;
    pour le Musée d’Art Contemporain de Barcelone ou Macba qui sans doute deviendra Macchabée quand les études auront abouti...

    (A Djibouti chef ? Tais-toi pignouf !)

    Bon ! Par intégrité intellectuelle je suis allé lire l’imondice qualifié d’article et publié par Libération...

    Je récapitule : nôtre Précieuse Béatrice plutôt dépréciée à mes yeux d’hétérosexuel, qualité indubitablement pathologique ; émarge aussi comme journaliste dans le torchon en question !!!!

    Mabrouk !
    Philosophe en Art contemporain Directrice d’études non définies, ne dépendant de personne sauf d’elle même ; vient ici mettre toutes ses compétences de Pédo-psychiatre au service des lecteurs ignares de France et de Navarre !

    Bingo ! Béatriz, tu es une fine moustache...
    Tu m’as piégé(e ?) mais ça va, je survivrai !
    Elle, avoue par contre dans son article, ne pas avoir survécu quant à elle, à son vilain papa hétérosexuel !
    3)CONCLUSION
    Une sociopathe à la botte, qui a décidé de cibler les enfants pour assouvir sa haine de la vie et de l’amour.
    R.L

     

  • Frigide Barjot est une grotesque a physique de vieille pute portant jupette et cuissarde : on aurait cherché quelqu’un pour SABOTER la cause qu’elle prétend défendre qu’on aurait pas trouvé mieux : c’est la raison pour laquelle elle est invitée sur tous les plateaux télé. Pour défendre une cause pareille il aurait fallu quelqu’un de " bien ", plutot bcbg, ça nous changerait un peu des merdes qui défilent du matin au soir sur le petit écran.

     

    • #308443

      Effectivement, elle a été sélectionnée par le Système. C’est toujours la même chose pour les sujets cruciaux, écologie en tête : faire en sorte qu’ils soient représentés et défendus par tocards.

      C’est pas civitas qui aurait été invité à la télé, ça c’est clair.


  • On comprend pourquoi, en lisant un article pareil, que Libération, ce torche-cul anarcho -bancaire, vienne de perdre encore trente mille lecteurs ! Et ce n’est pas l’article monstrueux de cette gouine qui arbore des moustaches a la Galliano qui va lui ramener du lectorat ! Ils ont complètement perdu les pédales ! Plus grave : ils font perdre du pognon a Edouard (de Rothschild, if you please !).


  • #308442

    Rappel de l’excellent lien qui avait été diffusé sur E&R : http://youtu.be/OFFZrvZy-nw

    Tant que les dégénérés d’en face ne seront pas en mesure de réfuter ces arguments, et ils n’y parviendront jamais, ils n’auront pas de droits supplémentaires.

    Car c’est bien de cela dont il s’agit : les lobbies gay exigent lois d’exception et des privilèges puisque tout homosexuel a déjà le droit de se marier et d’avoir des enfants. Tous les individus sont égaux devant la loi, pas leurs comportements. Voir l’excellente vidéo.

    En attendant, je pense qu’il faudrait faire condamner l’auteur de ce ramassis de mots en question pour incitation à la haine contre les enfants, imposture et propagande pédocriminelle.

     

    • S’ils commençaient par interdire le divorce, on se marrerait bien quand même, puis ça devrait faire plaisir aux lobbies religieux non ?


    • Vous faites erreur " tout groupe d’influence ou mouvement d’action collective qui défend son intérêt peut formuler celui-ci de deux manières : il peut soit revendiquer un traitement égal, donc refuser toute discrimination liée à sa spécificité [...] soit au contraire revendiquer un traitement approprié qui réponde justement à sa spécificité et qui le reconnaisse dans sa singularité " Guy Bajoit, Professeur émérite de sociologie à l’université catholique de Louvain-la-neuve. Ce qui est revendiqué par les personnes homosexuelles, c’est un traitement égal à savoir le mariage, pas un traitement exceptionnel puisque le mariage ne serai pas à ce que je sache exclusivement réservé aux couples de même sexe...


    • @ Daniel : c’est bien pour ca que le marriage n’est a priori pas vraiment remis en question, ce qui coince c’est la PMA et la GPA a but récréatif, demandé par les couples homos, et qui n’existe aujourd’hui que de manière thérapeutique, pour les couples hétéros. Il s’agit donc bien la d’un "traitement approprié qui réponde justement à sa spécificité", tel que décrit par Guy Bajoit.


  • #308518

    bonjour

    Dans l’espace capitaliste sans futur qui stagne et qui se décompose lentement ( chômage massif et durable , clochardisation des masses, chute de la production ,etc ) la pourriture suinte de tous les pores de la société . En voici un exemple, une manifestation "littéraire " !


  • Si on veut continuer sans la logique de BEATRIZ PRECIADO, on peut dire :
    "Qui défend les droits de l’enfant qui veut se marier à son grand-pére/grand-mère" et ainsi justifier l’inceste,
    "Qui défend les droits de l’enfant qui veut se marier à son meilleur ami/son tuteur/son professeur de cinquante ans" et ainsi justifier la pédophilie.
    Ça aussi c’est le mariage pour tous.
    C’est sans doute là où elle veut en venir sans le dire.


  • #308696

    Ceux qui lisent "Libération" doivent savoir que ce torchon n’exprime que l’opinion de Mr Rothschild. S’ils pensent que les intérêts des Rothschild sont les leurs, leur crétinisme est incurable.


  • On s’en fiche du droit du garçon à porter du rose. On n’a pas besoin de lois, pour obliger les gens à accepter un garçon qui aime le rose. C’est à l’entourage, aux amis et à la famille de gérer ça.
    Quant aux lois protégeant les gens contre les discriminations, quel que soit leur choix de vie ou de sexualité, elles existent déjà. Il n’y a NUL besoin d’en rajouter avec le mariage.
    Tous ces arguments sans queue ni tête n’ont pour seul but, de mélanger les choses et de noyer le poisson.
    Je voudrais aussi rappeler à cette dame, que les enfants n’ont pour ainsi dire pas de sexualité. Ils sont immatures, et doivent donc vivre leurs histoires entre eux, sereinement, avec nos conseils mais sans que nous brandissions des textes de lois pour gérer leur libido. Il convient donc, de ne pas s’occuper de leurs tâtonnements.
    Les pédophiles sont toujours les premiers, à vouloir comme cette dame défendre et promouvoir la "liberté sexuelle des enfants", pour pouvoir les manipuler et abuser d’eux.


  • Oui,
    Veau,Vache, Cochons, Tomates croisées avec des Poissons, Femmes Holstein, Hommes mort Vivant, Mangeur de cadavres,
    Vous reprendrez bien un peut de SOMA


Afficher les commentaires suivants