Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Si le Portugal ne peut plus payer ses dettes, il doit faire défaut"

« Le Portugal ne pourra jamais payer ses dettes, au lieu de cela il s’appauvrit. Si vous ne pouvez pas payer, la seule solution, c’est de ne pas payer. Quand l’Argentine était en crise, elle n’a plus payé. Est-ce que quelque chose s’est produit ? Non, rien n’est arrivé », a déclaré Mario Soares, l’ex-Premier ministre socialiste portugais qui a dirigé les deux premiers gouvernements à la suite de la dictature de Salazar.

Estimant que le gouvernement portugais était devenu le serviteur servile de la Chancelière allemande Angela Merkel, il a exhorté les forces politiques du pays à s’unir pour « faire chuter le gouvernement » et à faire cesser la politique d’austérité imposée par la troïka composée du Fonds Monétaire International (FMI), de la Commission Européenne, et de la Banque Centrale Européenne (BCE).

« Dans leur avidité à obéir à Senhora Merkel, ils ont tout vendu et ruiné ce pays. En deux ans, ce gouvernement a détruit le Portugal », fulmine-t-il.

Ses déclarations ont été formulées alors que la cour constitutionnelle portugaise a jugé la semaine dernière que la suppression du 14ème mois des salaires des fonctionnaires et des pensionnés, proposée par l’actuel Premier ministre Pedro Passos Coelho, était illégale.

Par ailleurs, une fuite dans un rapport de la Troïka a indiqué que le pays menace d’entrer dans une spirale de la dette, et qu’il pourrait nécessiter à terme un second plan de sauvetage.

En effet, selon ce document, les besoins de financement du Portugal pourraient atteindre 15 milliards d’euros en 2015, c’est-à-dire plus que les montants dont il avait besoin avant la crise, et alors même que sa cote de crédit s’est dégradée. Précédemment, il ne nécessitait que 10 à 12 milliards d’euros annuels.

Cependant, vendredi, les ministres de l’Eurogroupe ont donné leur accord pour une extension de 7 ans des prêts que le Portugal a reçus dans le cadre de son plan de sauvetage.

Pour Dario Perkins de Lombard Street Research, un défaut du Portugal pourrait exclure le pays de la zone euro.

L’Allemagne pourrait s’inquiéter que d’autres pays adoptent la même attitude et elle pourrait choisir de se montrer inflexible. Il pense que les pays de la périphérie redoutent d’être exclus de la zone euro, car ils ressentent que leur économie pourrait être anéantie.

Mais il prédit qu’à la longue, les citoyens de ces pays voteront de plus en plus pour des politiciens opposés aux politiques d’austérité, à l’image de ce qui s’est passé en Italie, et que l’UE perdra son emprise.

Des solutions à la crise économique sont à découvrir chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’absentention au Portugal est inouïe, j’ai vu de mes yeux des autocars emmenaient des retraiter voter pour tel partis en échange de bon repas et de musique folkloriques. L’opposition se résume à deux parti communiste en gros au Portugal et surtout ils ont reussi a dégouter les portugais de la politique ce qui leur laisse le champ libre pour toutes leurs magouilles.
    Aujourd’hui les portugais sont plus intéressés par la Télénovela que par autre chose ...

     

    • exact et quand ils regardent les infos c’est pour insulter les politiciens qu’ils voyent, au Portugal c’est quand même moins des moutons qu’en France et ailleurs, un peuple qui à l’habitude de souffrir mais le jour ou ça pètera ils ont intérêt à vite quitter le bateau car sa va chier


  • Quand on a une dette et qu’on n’a pas les moyens de la payer, on fait défaut, oui.

    Rahlala je vous jure...

     

    • Ce que dénonce Mario Soares ce sont les privatisations en cours au Portugal.

      Les médias en parlent peu de peur que les gens commencent à comprendre que cette crise sert en fait les intérêts de prédateurs qui peuvent ainsi racheter à vil prix des actifs juteux.

      Il faut lire "La stratégie du choc" de Noémie Klein pour comprendre que cette crise de l’Euro n’est que l’application aux pays de l’Europe du sud d’une stratégie de prédation capitaliste sous couvert de résolution de crise.

      http://fr.myeurop.info/2013/02/19/e...


  • Quand est-ce qu’on met derrière les barreaux les dirigeants de la Troïka, , de JP MORGAN, Lehman Brothers, les Rotschild, Blythe Masters...pour escroquerie ?

     

    • Escroquerie ? J’aurais tendance à utiliser des termes plus lourds comme détournements de fonds publics, crime contre l’humanité (étant donné que c’est une rubrique fourre-tout, pourquoi ne pas y mettre la banqueroute mondiale ?), abus de confiance et de biens sociaux.

      Je suis sûre que ça peut marcher, en plus, vu que ce sont bien des fonds publics qui ont été ruinés. Le petit peuple le ressent aussi, mais si on devait faire un procès par habitant, dans 100 ans ont y est encore !


  • Pourquoi payer une dette qui de toutes facon n’est pas remboursable ? La dette est une arme theorique qu’ils utilisent contre nous et qui n’existe pas, puisque l’argent est aujourdhui virtuel. Des gens meurent et luttent contre la faim pour une chose qui n’existe pas. Il ny a pas assez de richesse terrestre pour cette dette mondiale qui se monte je crois a 55 trilliards. Nous sommes en plein processus Talmudique.

     

    • Et encore... "Le montant total des sommes en jeu dépasse le 1,2 quadrillion, un quadrillion étant 1000 fois un trillion, lui-même 1000 milliards soit 20 fois la taille de l’économie mondiale, qui se situe entre 50 et 60 trillions de dollars" (citation de Peter Cohan, 6 septembre 2010) ! Si on prend toute la dette mondiale... c’est hallucinant !

      Pourquoi payer ? Je me pose cette question tous les jours. Mais c’est là que le système est vraiment fort : on est dépendants de lui.

      Comment on paie les courses, le loyer et les charges, les couches pour bébé, les fournitures scolaires du grand, les vêtements... ?

      Avec ce même argent virtuel.

      C’est comme ça qu’on est forcés à payer davantage. Parce que nous, on a des responsabilités.

      Pourquoi les États paient-ils ? Parce qu’ils sont eux aussi soumis à ce système. Pour eux, ne pas payer c’est comme pour nous mais en plus fort : on vous prête plus d’argent, vous pouvez plus dépenser (refaire une route, payer le RSA ? Oublies !), vous finissez les poches vides sur le bord de la route du marché mondial, à regarder les autres faire des transactions et réaliser leurs projets pendant que vous dépérissez, sans un regard ou une main tendue (de l’ONU).

      Après, il y a deux types d’États qui coulent : ceux qui comprennent et ceux qui comprennent pas.

      Ceux qui comprennent vont chercher à être indépendants, à former des alliances avec d’autres rejetés du système, à revenir à des bases saines, un fonctionnement intelligent.

      Ceux qui ne comprennent pas vont lécher les bottes du système jusqu’à tant qu’ils soient saignés comme des porcs, que l’insurrection éclate dans leurs pays et qu’ils finissent par sombrer... Pour que le système puisse les récolter !

      Pourquoi continuer à payer, chère petite Louve... ?

      Parce que je crains malheureusement que nos pays ne fassent partie de la catégorie de ceux qui ne comprennent pas.

      Et c’est ce que nous devons combattre.


    • Bonjour Sky25, je vous salue de l’Angleterre

      La citation de Peter Cohan que vous écrivez dans votre message est completement hallucinante. Je peux meme pas imaginer ce que represente la somme que vous citez. Mais ou est cet argent ? Autour de moi tout s’effondre, tout est vieux et vetuste . Je ne suis pas une fille de Londres, beaucoup de regions de l’Angleterre sont abandonnees ( L’epicentre economique se trouve a Londres) . Les petites bibliothèques de village ferment, les boulangers aussi, les fetes disparaissent, je vois des jeunes filles de 15 ans sans education qui sont enceintes avec des poussettes. Ou il est l’argent ? Ce n’est pas le peuple qui en profite. Tout est detruit. L’Angleterre s’alcoolise et plonge dans la violence. J’imagine que c’est la meme merde partout ailleurs. Normalement avec ces immenses sommes d’argent on devrait voir des constructions , des améliorations...Mais on ne voit que de la destruction. Il est ou cet argent ? Ces sommes extraordinaires sont quelque part. Pourquoi nos gouvernements ne répondent pas a cette question ?


  • Pauvre portugais, c’est d’autant plus injuste qu’eux ils ont gardé leur foi et des églises pleines.
    J’espère qu’un jour certains salopards se balanceront au bout d’une corde.


  • "L’Allemagne pourrait s’inquiéter que d’autres pays adoptent la même attitude et elle pourrait choisir de se montrer inflexible. Il pense que les pays de la périphérie redoutent d’être exclus de la zone euro, car ils ressentent que leur économie pourrait être anéantie."
    Inflexible !!! Anéantie !!!waoooo..... Ben dis donc... Mais comment qu’on faisait avant hein ?
    Elle va être inflexible avec qui l’Allemagne quand tout le monde va lui dire d’aller se faire foutre ?


  • Et que l’UE perdra son emprise...

    Ah ben on attend que ça ! Mais bon, encore faut-il des gouvernements RÉELLEMENT anti-UE... Et là, c’est compliqué. Il y en a qui poussent dans tous les pays, maintenant. Mais je ne suis pas sûre de leur efficacité (qu’on les laissera se faire élire, qu’on essaiera pas de les tuer...).

    Et puis, que l’UE "perde son emprise", ça ne veut pas dire qu’elle disparaît. Or, si on veut vraiment s’en sortir, faut abandonner ce navire et prendre le canot de sauvetage de monnaies dévaluées, mais propres à chaque pays, chaque culture... Faut que l’UE disparaisse dans son océan de monnaie pourrie et fictive.

    Mais les gouvernements actuellement en place vont TOUT faire pour la préserver.

    Espagne, Portugal, Italie, Grèce... Combien faut-il de pays à terre avant qu’on se décide à sortir de ce champs de mines ?


  • mais non il ne fera pas défaut , le Portugal fera comme Chypre il vendra une partie pour pas dire toute sa réserve d’or , c’est là que les banques internationales veulent arriver , ouvrez les yeux , tous les pays de la zone euro vont être frappé par cette méthode crapuleuse et dans la foulé le cours de l’or va encore chuter et ça permettra aux banque d’en acheter à moindre cout mais quand il n’y aura plus rien à braquer le cours de l’or va exploser à la hausse ...


  • Vous n’êtes pas gentils parce que vous ne croyez pas nos gentils politiciens et gentils journalistes qui nous disent tous les soirs à la télé que la crises est derrière nous.
    Ils ont pourtant raison parce qu’on l’a bien dans le dos.....

     

  • l’esclavage doit être...et sera !....inutile de chercher solutions, soutien et réconfort chez ceux qu’on a élu (ou pas d’ailleurs, les petits dictateurs européistes n’ayant besoin d’aucun mandat électif pour asservir les peuples) pour nous mentir et nous faire les poches, le ver est dans le fruit depuis fort longtemps à dire vrai...le modeste "salut" se situe à l’échelle en dessous, dans le local, la proximité...retisser du lien social, produire du réseau autant que faire se peut [et c’est difficile, notamment dans les grandes villes où se pressent déjà des cohortes de proto-esclaves assourdis et abasourdis par trop de bruits, de mots, de vacuité "moderne" consentie, transis par la peur du lendemain et résignés à l’ersatz de vie qu’on leur prépare, avant le feu d’artifice général (guerre socio-ethnico-religieuse)]...et se préparer à survivre, ou plutôt à vivre, mais différemment...un peu comme des réfugiés en leur propre pays...alors salut, force et courage à tous les futurs maquisards !