Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Si on arrive à l’Élysée, on rentre dedans" : le Gilet jaune Éric Drouet visé par une enquête pour provocation

« Nous avons déjà pris des réquisitions permettant de contrôler l’identité des personnes. » Le procureur de Paris l’a confié ce vendredi sur RTL : les autorités sont inquiètes des possibles violences samedi. C’est dans ce contexte que le parquet de Paris a été destinataire, le 6 décembre, d’un signalement du préfet de police visant les propos tenus par Éric Drouet. Mercredi, sur le plateau de BFMTV, l’une des figures incontournables des gilets jaunes, a appelé à « entrer » dans l’Élysée samedi.

 

À la suite de ce signalement, une enquête des chefs de « provocation à la commission d’un crime ou d’un délit » et « organisation d’une manifestation illicite » a été ouverte, a-t-on appris. La première infraction est punie de cinq ans de prison et d’une amende de 45.000 euros. La seconde de six mois d’emprisonnement et 7.500 euros d’amende. Toute l’enquête consiste à clarifier ses propos.

Dans un post Facebook, Éric Drouet indique qu’il sera auditionné dans le cadre de cette enquête samedi.

 

 

« On rentre dedans »

Mercredi, invité comme trois autres gilets jaunes sur le plateau de BFMTV, Éric Drouet, ce chauffeur routier de 33 ans devenu l’un des visages de la contestation, a été interrogé sur ses déclarations faites dans l’une de ses nombreuses vidéos, souvent tournées dans la cabine de son camion, publiées sur Facebook il y a quelques jours :

Bruce Toussaint : « Vous dites : “Samedi, ce sera l’aboutissement final, samedi c’est l’Elysée, on aimerait bien aller tous à l’Elysée, il faudrait que samedi on soit tous unis jusqu’au bout et qu’on avance ensemble en direction de l’Élysée”. Ça ressemble à quoi ? Ça ressemble à un putsch ce que vous voulez faire ? »

Éric Drouet  : « Tous les gens veulent aller là-haut, c’est le symbole de la République. »

Toussaint  : « Pour faire quoi ? »

Éric  : « Moi j’ai vécu les trois samedis (…) »

Toussaint  : « Oui mais pour faire quoi ? Vous arrivez devant l’Élysée, vous faites quoi ? »

Éric  : « On rentre dedans. »

[...]

« Je n’ai jamais dit que je voulais aller à l’Élysée pour tout casser mais pour nous faire entendre. Les seuls interlocuteurs que l’on a, ce sont les ministres, le Premier ministre, les secrétaires d’État, jamais le président, c’était plutôt pour le symbole. Je n’ai jamais cassé sur une manifestation et c’est pas demain que ça va commencer. »

Lire l’article entier sur bfmtv.com

 

Pour voir l’allocution de NDA, cliquez ici

 

Communiqué de Debout La France

Nicolas Dupont-Aignan a tenu une conférence de presse aujourd’hui à 15h, suite à la plainte à son encontre du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Après avoir insulté les gilets jaunes en les caricaturant comme une « ultra-droite » fantasmée.

Après avoir sombré dans le ridicule en soutenant ses collègues du gouvernement parlant de « peste brune » pour discréditer un grand mouvement populaire.

M. Castaner, ministre de l’Intérieur, menace un adversaire politique et veut faire taire l’opposition.

Je ne me tairai pas.

Je ne me tairai pas car ce n’est pas mon cas personnel qui est en jeu mais la question bien plus grave de la liberté d’expression qui est en cause.

Il est quand même extravagant de devoir rappeler les règles fondamentales de notre République et de notre démocratie !

Ce n’est pas à un Ministre de contrôler la parole du Parlement, mais au Parlement, selon l’article 24 de la Constitution, de contrôler l’action du gouvernement et des politiques publiques.

Déjà lors de l’affaire Benalla, M. Castaner, Ministre délégué au Parlement, avait refusé de répondre aux questions des députés et s’était réfugié à la buvette de l’Assemblée.

C’est pour protéger la liberté des débats et la séparation des pouvoirs que l’article 26 de la Constitution protège non pas les personnes mais la parole des représentants des Français.

« Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. »

Ministre d’un gouvernement aux abois, incapable de garantir l’ordre public, mettant en danger autant les Gilets Jaunes pacifiques que les forces de l’ordre, M. Castaner ne supporte pas de devoir rendre des comptes à la Nation.

Il s’attaque à moi car j’ai demandé des explications très précises sur les événements.

Dès le début, j’ai demandé une Commission d’enquête parlementaire.

Oui, entendons toute la chaîne de commandement, les ordres qu’ils ont reçus ou qu’ils n’ont pas reçus de M. Castaner ;

Entendons les policiers sur le terrain ;

Entendons les témoins, ces gilets jaunes pacifiques, mères de famille, retraités, qui ont vu de leurs yeux ce qui s’est réellement passé.

Pourquoi M. Castaner a-t-il refusé cette Commission d’Enquête ?

Moi, en tout cas, je n’ai pas peur de la vérité.

Mon devoir, c’est de porter la parole des Français qui veulent la vérité, toute la vérité.

Je ne renoncerai jamais.

Enfin, je suis scandalisé que M. Castaner m’accuse de porter honneur aux forces de l’ordre, moi qui ai toujours soutenu les policiers et les gendarmes.

C’est justement pour défendre l’honneur des forces de l’ordre que je veux établir la vérité.

Alors la Vérité l’emportera.

Que risque Éric, sur E&R :

 

Français, réveillez-vous !
Sur Kontre Kulture

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le piège d’une manif a Paris est énorme et pourant il n’ y a que Eric Drouet qui soit un peu intelligent pour l’avoir compris et qui propose demain une "marche sur le pérphérique parisien " c’est une excellente idée que d’aller la ou les vautours des medias n’auront aucune image de violence et de casse à montrer.
    Tous les autres rassemblements tourneront aux fiasco, avec peu de participants, ,beaucoup de casse , des pillages et peut être même des morts grâce aux Antifa " tueurs de flic" et aux racailles de banleue
    Tous cela pour la plus grande joie de BFM et du gouvernement qui pourra légitimer sa répression auprès d’une opinion publique devenue de moins en moins favorable aux GJ , grâce aux belles images qu’ils vont offrir aux medias.
    Lors de la. dernière manif sur le rond point des Champs Elysees , dès la matinée , sur 5 heures de manif ultra répressives sur des gens pacifiques . Les médias ont quand même réussi a faire passer les CRS pour les victimes, en mettant en avant les rares moments ou des Gilets Jaunes ont répliqué aux charges des CRS.
    Ils trafiquent tout, manipulent tout. inversent tout .
    .Dans cette "guerre " des images et de l’opinion, il ne faut surtout pas jouer leur jeu, il est truqué , et ils gagnent a tous coups.
    C’est aux "organisateurs " GJ de changer le jeux en gardant toujours un coup d’avance ou un joker , et en surprenant le pouvoir. en allant la ou il ne les attendent pas avec des blindés dans leur opération de com parfaitement ficelée !

     

    Répondre à ce message

  • Excellente intervention du Député Dupont-Aignan très modéré, réaliste et déterminé dans ses propos.

    Oui, une commission d’enquête s’impose !

    Y’en a marre de ce gouv.telaviv qui ne rend compte de rien, a baillonné le législatif à son profit, symptôme d’une dictature d’éléments non représentatifs pathogènes !

     

    Répondre à ce message

  • Une provocation ça ?! Hallucinant. Les journalistes passent leurs journées à provoquer à la haine. Vivement que l’on change de paradigme et de système.

     

    Répondre à ce message

  • Au moins maintenant il est clair aux yeux du monde que l’imposture de la démocratie bourgeoise a vécu. C’est une ploutocratie, donc une dictature, prenant de surcroit ses ordres de destruction à l’étranger.

     

    Répondre à ce message

  • Voilà ; la ’’commission’’ n’est plus indispensable, en ripoublique son évocation seule suffit désormais à fabriquer un coupable ; sauf si on est du côté du manche, un endroit d’où les paroles volent en liberté, même insultantes, diffamatoires, provocatrices, humiliantes, mensongères, partant toujours du même endroit avec la toujours même cible. Pour trahir, encore trahir, toujours trahir, comme partie prenante, comme complice ou comme larbin. Dans un tel cloaque, être coupable devient un honneur.

     

    Répondre à ce message

  • Si Drouet ou les gilets jaunes sont arrêtés, il y aura des morts.

     

    Répondre à ce message

  • Arf, les "représentants" des Gilets jaunes sont courageux mais ce sont des novices.
    Il y a déjà beaucoup de dissidents en Italie et en France qui refusent de passer à la télé ; montages, applaudissements, sifflets, débats orientés et faussés (guet-apens à plusieurs contre un), technique pour couper la parole, entente des contradicteurs avec l’animateur pour finir l’émission (parler en dernier), raisonnements spécieux, question-pièges préparées à l’avance etc. Et un mouvement fruste et populaire comme les GJ - aux revendications aujourd’hui multiples - a tout à y perdre...
    Les GJ devraient mettre au point deux ou trois revendications CLAIRES et s’y tenir, nul besoin d’aller blablater sur les plateaux télé où ils finissent par faire le jeu des petits valets du Pouvoir...

     

    Répondre à ce message

  • Par solidarité envers ce révolté, il serait souhaitable que l’ensemble des gens présents sur les réseaux sociaux reprennent et réécrivent, ( si possible en un français correct ), les phrases qui l’ont placé en mauvaise posture.
    Je vois bien un ou deux millions de personnes citées à comparaître pour les mêmes raisons, une sorte de blocage des tribunaux en mode raz de marée.

    Une idée comme ça

     

    Répondre à ce message

  • Il faut une capacité à s’autonomiser, donc à créer de l’économie :
    - se soulever c’est magnifique et évidemment ultra-nécessaire, mais cela comporte toujours une composante de demande, de requête, de doléance ;
    - et écrire de nouvelles règles, c’est encore s’appuyer sur un État, sur des institutions juridiques, et sur des forces de l’ordre.

    > Tout ça n’est pas assez autonome et adulte.

    Le véritable point de bascule, c’est quand on peut faire sans ; c’est quand on est autonome, quand on ne demande plus rien, car on sait faire, et on fait.

    > C’est par exemple quand une entreprise est rachetée par ses salariés, et qu’elle marche.

    >> C’est ça qu’il faut faire : créer des modules économiques, implantables - c’est-à-dire prêts à la mise en œuvre -, et compatibles entre eux pour élaborer des systèmes plus grands.

    À la base, il y a sans doute la ferme à l’ancienne, qui permet de bouffer, avec des intrants presque nuls.

    Juste au-dessus, il y a la BAD, qui permet aussi de se défendre, d’éduquer les enfants, de se déplacer à quelques kilomètres, etc.

    Puis on a les différents métiers d’artisanat, dans lesquels il faut compter le mécanicien auto, mais aussi l’électronicien et l’informaticien.

    Et tous ces modules, plus ou moins autonomes individuellement, doivent permettre, une fois imbriqués les uns dans les autres, de construire un village autonome.

    Et pour acquérir de l’immobilier, on peut créer des SCI assujéties à l’impôt sur les sociétés, et non-bénéficiaires.
    Ce qui pose plus généralement le problème de l’interface de chaque module avec son environnement, lequel est sous la loi du Système, ce qui en fait par essence un environnement hostile.

    Bref, il faut créer de la connaissance économique concrète et pratique, en utilisant une méthode systémique.

     

    Répondre à ce message

  • En France, on peut se torcher avec les couleurs nationale. C’est de l’art.
    En France, on peut chanter "nique la France - crève du flic. C’est de l’art.
    En France, on ne peut pas dire "on entre à l’Elysée". C’est de l’appel au meurtre.
    Toute la liberté d’expression est là. Elle doit être politiquement correcte, c’est à dire conforme à l’idéologie dominante.
    Quant à M. Dupont-Aignan, élu de la République, défendre la liberté d’expression quand c’est SA liberté d’expression qui est bafouée, c’est bien, mais en tant qu’élu de la République, ce serait mieux de défendre aussi la liberté d’expression des autres. Je ne l’ai pas beaucoup entendu pour défendre celle d’un Dieudonné, lorsque son spectacle a été interdit par Vals par saisi en urgence du Conseil d’Etat.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents