Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Signification et implications de la démonstration de force du Hezbollah à Qousseir, en Syrie

MEMRI est l’institut de recherche des médias du Moyen-Orient (Middle east media research institute), créé « en février 1998 par Yigal Carmon, ancien officier des services de renseignements israéliens, et par Meyrav Wurmser », d’après Wikipédia. Il faut donc lire ce qui suit avec en tête le prisme israélien.

 

Mais les informations sur le Hezbollah en guerre sont rares, et la présence de cette « armée » étrangère en Syrie alimente tous les fantasmes. Le Hezbollah a participé aux combats les plus durs pour reprendre des villes importantes tenues par les rebelles, ou les islamistes, comme Qousseir (Al-Qousayr).

Les Israéliens sont partagés : les uns redoutent la jonction des forces pro-Assad dans un traversant Iran-Irak-Syrie-Liban, qui vient déranger les rêves de Grand Israël ; les autres comptent sur l’affaiblissement de cette armée, qui a payé le prix du sang depuis le début de son intervention en avril 2013, confirmée par Hassan Nasrallah.

En conclusion, la formation, sous les yeux des observateurs israéliens, d’une proto-armée, organisée et équipée de moyens modernes, et désormais aguerrie, peut rapidement être considérée comme une menace majeure et donner lieu à une attaque « préventive », comme les Israéliens ont coutume de le faire, au mépris des lois internationales. Cela expliquerait cette publicité paradoxale accordée à la victoire du Hezbollah.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Le 13 novembre 2016, le Hezbollah a marqué sa Journée annuelle du Martyr en organisant sa première parade militaire dans une ville syrienne, Qousseir, qu’il a conquise en 2013, au terme d’une bataille longue et sanglante contre les forces rebelles, et qui est devenue depuis lors le principal symbole de l’implication du mouvement dans la guerre syrienne, aux côtés du régime d’Assad. Ce défilé militaire a réuni des centaines de combattants en uniforme, des tanks, des transporteurs de troupes blindés de fabrication américaine M113, des canons, des mitrailleuses et un régiment motorisé. La division Al-Radwan, qui comporte quelque 10 000 combattants des « forces d’intervention » du Hezbollah et des « forces spéciales » combattant en Syrie, qui constituent le fer de lance de l’organisation dans le pays, a également pris part au défilé.

 

En programmant ce défilé à ce moment et en ce lieu, le Hezbollah informe ses adversaires, locaux et régionaux – à savoir les acteurs politiques au Liban, les rebelles syriens et leurs partisans arabes, mais aussi l’Occident et Israël – qu’il est à présent une force militaire internationale qui peut contrôler des zones situées en dehors des frontières du Liban. Le défilé a effectivement suscité des remous considérables parmi les partisans, mais aussi les adversaires du Hezbollah. Le présent rapport examine l’importance et les ramifications du défilé de Qousseir et les messages qu’il comporte.

 

 

Le Hezbollah affirme sa présence sur le sol syrien

La tenue par le Hezbollah de ce défilé militaire sur le sol syrien, en particulier à Qousseir, est un acte symbolique et très significatif, qui montre le contrôle par l’organisation d’une partie du territoire syrien. Qousseir est le fleuron de l’implication militaire du Hezbollah en Syrie, et il est gravé dans les mémoires des rebelles syriens comme le lieu de leur défaite face au Hezbollah en 2013, à l’issue d’une âpre bataille qui a duré des semaines et causé des pertes nombreuses des deux côtés. En outre, Qousseir est aussi la porte d’entrée du Hezbollah en Syrie. Après l’avoir prise aux mains des rebelles, le Hezbollah l’a vidée de ses habitants et transformée en quartier général et en zone d’entraînement pour ses combattants venus du Liban, depuis laquelle ils se rendent sur les autres champs de bataille en Syrie.

De plus, la tenue du défilé sur le sol syrien, plutôt qu’au Liban, est une tentative flagrante de la part du Hezbollah de souligner sa présence en Syrie et d’affirmer que celle-ci est désormais fait établi. Elle pourrait aussi refléter le fait que pour le Hezbollah, Qousseir et ses environs sont un territoire militaire qui lui appartient, et non un territoire syrien – sans égard pour la souveraineté de la Syrie ou pour la position du Liban à ce sujet. Le secrétaire-général adjoint du Hezbollah, Na’im Qassem, a fait une allusion en déclarant, quelques jours après le défilé : « Nous sommes en Syrie, et nous n’avons pas besoin de donner la moindre explication ou justification à ce sujet. Nous sommes aux côtés de l’armée syrienne et de l’État syrien ».

Les déclarations de Qassem ont été soutenues par des déclarations du général de l’armée libanaise (à la retraite) Amin Hatit, proche du Hezbollah : « La présence du Hezbollah en Syrie est une chose fondamentale… Pour autant que nous sommes concernés, il n’y a aucune différence entre Qousseir et le Sud-[Liban] ».

En tenant son défilé le Jour du Martyr, le Hezbollah voulait aussi envoyer un message au public chiite au Liban, qui le soutient et qui est la source de son pouvoir politique et son réservoir de combattants, grâce auquel le Hezbollah conserve sa force, en dépit de ses pertes. Pour les chiites libanais, dont beaucoup ont été tués ou blessés au cours des quatre années de guerre en Syrie, et en particulier durant la bataille en cours pour Alep, le défilé était destiné à leur remonter le moral et à leur dire que les pertes n’étaient pas vaines, car elles ont finalement renforcé l’organisation et lui ont permis de devenir une puissance régionale.

 

 

La transformation du Hezbollah d’une force de résistance en armée quasi-régulière

La démonstration par le Hezbollah de sa puissance militaire, en faisant défiler des centaines de soldats armés de tanks, de canons, de mitrailleuses etc., reflète aussi sa volonté de faire savoir qu’il est à présent une force bien entraînée et surarmée, disposant de nouvelles unités, et ressemblant à une armée régulière, et non plus une milice de résistance qui mène une guérilla contre Israël.

Cette modernisation de ses capacités militaires découle de l’expérience militaire acquise lors de la guerre syrienne contre les rebelles opposés au régime. Dans ce contexte, les quotidiens libanais ont cité les déclarations de Naim Qassem concernant les capacités militaires du Hezbollah. Le quotidien libanais Al-Mudun a cité Qassem affirmant que « le Hezbollah a développé son expertise, ses capacités de combat et ses capacités militaires. Cette force devient plus puissante et plus développée, plus qu’une force de résistance et moins qu’une armée régulière ». Le quotidien Al-Safir a cité ses propos selon lesquels « nous avons désormais une armée entraînée et la résistance ne repose plus sur des méthodes de guérilla. Nous sommes mieux armés et mieux entraînés, et nous disposons de connaissances professionnelles sophistiquées ». Il convient d’observer qu’un communiqué officiel du Hezbollah a démenti que Qassem ait qualifié le mouvement d’armée.

Il semble que la démonstration de force du Hezbollah, à ce moment précis, s’explique par ses succès et ceux de son camp sur le terrain, l’axe de la résistance. Ces accomplissements incluent le renforcement du Hezbollah, de l’armée syrienne et des milices opérant aux côtés de l’armée syrienne depuis le début de l’implication militaire russe en Syrie, il y a un an, ainsi que l’amélioration du statut politique du président syrien Bashar al-Assad dans le monde arabe et en Occident, et le renforcement du statut régional et international de l’Iran, lié à sa présence militaire accrue en Irak et en Syrie, au lendemain de l’accord sur le nucléaire et de l’élection de l’allié du Hezbollah, Michel Aoun, à la présidence libanaise.

 

 

Le Hezbollah, une force régionale transfrontalière

L’un des messages du défilé était que dans la région, le Hezbollah est devenu une force militaire transfrontalière qui n’est pas liée à un territoire particulier et ne reconnaît pas la frontière Syrie-Liban, ni aucune autre des frontières entre les États du Moyen-Orient, fixées par les accords Sykes-Picot.

Le Hezbollah et son sponsor, l’Iran, qui s’efforce lui-même de diffuser sa Révolution islamique et sa doctrine de la « Souveraineté du Juriste-théologien », ne considèrent pas les frontières géographiques comme importantes, et poursuivent leur pénétration de nombreux pays dans la région. Cette approche se traduit par l’implication militaire de l’Iran et de ses agents en Syrie, Irak et au Yémen, et par le contrôle militaire total du Hezbollah d’une partie du territoire syrien, dont la région de Qousseir.

Lire la suite de l’article sur memri.fr

Comprendre la logique sioniste avec Kontre Kulture :

L’importance de l’armée de résistance libanaise au Proche-Orient, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il n’y a pas que du bla bla si on lit bien ce qui est dit :

    « La démonstration par le Hezbollah de sa puissance militaire, en faisant défiler des centaines de soldats armés de tanks, de canons, de mitrailleuses etc., reflète aussi sa volonté de faire savoir qu’il est à présent une force bien entraînée et surarmée, disposant de nouvelles unités, et ressemblant à une armée régulière, et non plus une milice de résistance qui mène une guérilla contre Israël. »

    Voilà un document qui rend grâce à la résistance palestinienne (en gras), c’est la preuve qu’il n’est pas possible aux autorités internationales de mettre sur le même plan d’égalité les actes de guerre assimilables à des crimes contre l’humanité reprochés à Tsahal et ceux imputables aux guérilléros palestiniens de quelque camp soient-ils... dont acte !

    À trop vouloir bien faire... Ils vont finir au bouillon !

    Guerre préventive, avec un TRUMP qui vient de dire à son peuple, nous d’abord lors de son investiture ?

    Impossible ! Ceux qui ont voté pour lui le destitueraient illico.
    On dirait bien qu’Israël est pris dans un collet.
    Si le mouvement Occupy Wall Street n’est pas parvenu à faire plier Washington, les anti-TRUMP ne pourrons rien s’il ne bouge pas dans les premiers temps, or Israël n’est pas en mesure de supporter par la nature même de sa société militaro-civile une pression comme celle endurée par les Syriens ou Palestiniens, c’est la fin du début.

     

    • euh, c’est pas plutôt le début de la fin ?

      israël - l’organisation armée de l’extrême-droite juive - va probablement à court terme s’emparer de tous les territoires palestiniens qui restent, et puis...DEVRA octroyer la citoyenneté pleine et entière à tous les nouveaux arabes israéliens, parce que l’apartheid n’est plus à la mode et qu’internet est l’œil du monde. A nous alors de jouer notre (modeste) rôle...

      il y avait de la faiblesse dans la puissance sioniste..., et s’ils s’associent à l’Arabie des saoudiens, c’est cette dernière qui saute...

      Geof’, neo-communiste anti-sioniste (évidemment...)


    • Si j’emploie cette symbolique c’est à bon escient, car les choses ne se jouent pas dans le même temps que celles de nos réalités perceptives, si l’information n’est pas divulguée par nos soi-disant médias, nous pouvons alors nous formuler une opinion mais si cette opinion ne souscrit aucun doute sur l’information dont nous disposons, alors nous vivons hors réalité et débattons dans le vide.

      Mais, si on cherche on trouve. Les omissions sont permises, toutefois, cela est surtout dû à cette faculté que nous tous avons à oublier certains faits qui s’ils sont restaurés dans l’actualité donnent une autre grille de lecture aux évènements, même les faits les plus anodins trouvent leur importance quand on parle de politique.

      En février 2015, le Pentagone a déclassifié suite à la détérioration des relations entre Bibi et OBAMA... Le rapport suivant :

      Сritical technology assessment in Israel and Nato nations, que voici :
      http://irmep.org/cfp/dod/071987_cta...

      Encore une belle quenelle obamienne, parce que seul l’allié historique a fait les frais de cette révélation de son programme nucléaire, qui visiblement est une vraie usine à gaz, qui va pas pouvoir supporter le moindre pétard.

      Il y a des prophéties, on y croit ou pas, libre à chacun. Mais si Alpha est le début, jamais Oméga ne peut constituer la fin, car il est d’un temps bien après celui dont il veut se faire porte-parole. L’ignorance est l’état où nous venons au monde, nous en repartons stupides d’y avoir été instruits, quelle tristesse.

      Pour résumer, Israël n’a pas et n’a jamais disposé des moyens de ses ambitions, les carnaires qui se sont employés à faire croire le contraire, font face à une réalité qui n’a pas de solution à la vitesse de l’évolution du monde.

      Mark Twain disait : « Une Vérité n’est pas difficile à tuer, alors qu’un Mensonge bien présenté est immortel ». Il avait tort !

      Considérez ce que l’on nous dit être le début, et vous n’aurez aucun mal à comprendre les sens de mon assertion, que je maintiens.

      C’est la fin du début !
      Écoutons bien nos merdias, qui ne sont plus l’appareil de manipulation qu’ils étaient, même si la mise en scène de prétendues menaces y sont toujours présentes, que les préparatifs de guerre durent depuis des années, il n’y a plus de consensus général, donc plus de conquêtes possibles.

      J’espère vous avoir éclairé sur mon point de vue.
      Cordialement.


  • @Jacques...

    camarade, je dois confesser que je n’ai pas tout compris...

    l’oméga ici, n’est pas d’ordre religieux : je parlais de la fin du sionisme dominateur. Il est désormais coincé par la démographie des arabes palestiniens...

    et je ne crois pas qu’israël soit si faible que ça (je n’ai pas lu les 180 pages du rapport).

    Je vois mal trump soutenir les ss juifs dans un ultime massacre/génocide ethnique...

    Cordialement

    Geof’