Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sionisme : les juifs orthodoxes ne bénéficieront plus d’une exemption du service militaire

La Cour suprême d’Israël a mis fin la semaine dernière à l’arrangement par lequel le gouvernement de l’État hébreu autorisait les juifs orthodoxes à ne pas participer au service militaire. Cette exemption accordée aux juifs religieux a été qualifiée de « discriminatoire » et « anticonstitutionnelle ». La décision de la Cour intervient dans le cadre d’une bataille interminable sur ce sujet au sein de la société israélienne et démontre que les droits de la judaïté ne sont pas absolus en Israël, loin s’en faut.

 

On sait l’importance de la conscription militaire en Israël, entouré de pays musulmans effectivement ou potentiellement hostiles : le principe du service militaire concerne l’immense majorité des hommes et des femmes juifs dès l’âge de 18 ans, tandis que la conscription est vantée comme un bon moyen de promouvoir l’égalité sociale et le sens du devoir de protéger les frontières du pays. Les hommes doivent deux ans et huit mois de service militaire, contre deux ans pour les femmes.

L’exemption dans son état actuel concerne les juifs orthodoxes engagés dans l’étude à plein temps de la Torah.

 

La Cour suprême d’Israël se décide contre les juifs orthodoxes

La Cour, dans un arrêt de 148 pages – qui n’est pas le premier dans le cadre de cette controverse – donne un an au gouvernement pour présenter une loi qui puisse satisfaire le principe fondamental de l’égalité. Elle répondait à une pétition émanant de groupes centristes ; huit de ses neuf membres ont jugé en ce sens, mettant potentiellement en difficulté le gouvernement de Benjamin Netanyahou qui dépend du soutien de ses alliés ultra-orthodoxes. Le danger n’est toutefois pas immédiat vu le délai donné pour trouver une solution.

Le parti orthodoxe Shas a déjà indiqué que des religieux qui se vouent à l’étude de la Torah continueront comme avant leur entreprise : « Aucune force au monde ne les arrêtera », a déclaré en son nom le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri. La cour s’est montrée « totalement déconnecté de notre héritage, de notre tradition et de notre peuple », a ajouté celui-ci.

 

L’exemption du service militaire pour les juifs religieux, c’est fini ?

La politique de l’exemption remonte à 1949, date à laquelle le premier Premier ministre d’Israël, David Ben Gourion, a exempté 400 étudiants religieux du service militaire en vue de restaurer la tradition de la yeshiva – l’étude en communauté des textes et de la loi. Plusieurs dizaines de milliers de personnes en ont bénéficié depuis lors. Cette forme d’étude de la Torah est subventionnée par le gouvernement.

Les partisans de l’exemption font état des besoins spirituels d’Israël. Mais alors que la minorité ultra-orthodoxe des juifs Haredim connaît une progression importante grâce à sa démographie florissante, les juifs libéraux estiment qu’ils ne contribuent pas assez à l’économie et à la sécurité du pays.

Dimanche, plusieurs centaines de juifs orthodoxes se sont confrontés avec la police au cours d’une manifestation contre le service militaire obligatoire en brandissant des banderoles portant l’inscription : « Nous somme des juifs et nous ne nous enrôlerons donc pas dans l’armée sioniste. »

Voir aussi, sur E&R :

La vision sioniste des choses,
lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.