Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

 

 

L’île de Sentosa est le théâtre pendant quarante-huit heures d’une improbable rencontre. Le président américain Donald Trump et Kim Jong-un, dernier avatar de la dynastie qui règne depuis plus de soixante-dix ans sur la Corée du Nord, entament un sommet visant au démantèlement progressif du programme nucléaire nord-coréen, assorti, en contrepartie, de garanties de sécurité et d’une aide économique.

 

La Corée du Nord est le pays le plus militarisé au monde en ce qui concerne la proportion de la population engagée dans les forces armées. Elle développe un programme nucléaire ainsi qu’un programme spatial qui effraient ses voisins et menacent, selon certains, la paix dans le monde. Les 238 km de frontières entre la Corée du Nord et son voisin du Sud sont les plus militarisées de la planète. Les deux voisins ont déjà initié un rapprochement en avril dernier. Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in se sont serré la main devant les caméras du monde entier.

Que sortira-t-il de cette rencontre entre les dirigeants de deux États officiellement en guerre depuis le début des années 50 ? Peuvent-ils conclure un accord raisonnable ? Doit-on craindre un coup d’éclat de l’un des deux impétrants réputés pour leur caractère éruptif et leur imprévisibilité ?

 

07 h 48 – Kim Jong-un invité à la Maison-Blanche

Le président américain a affirmé avoir établi « une relation très spéciale » avec Kim Jong-un, qu’il compte inviter à la Maison-Blanche. « On a tourné la page du passé », s’est de son côté félicité le leader nord-coréen. Les deux hommes ont également signé un document commun dont le contenu demeure inconnu à cette heure.

 

07 h 42 – Pékin salue le début d’une « nouvelle histoire »

La Chine, principale alliée de la Corée du Nord, a salué mardi le sommet en cours à Singapour entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, tout en appelant de nouveau à une « dénucléarisation totale » de son voisin. « Aujourd’hui, le fait que les plus hauts dirigeants des deux pays soient assis côte à côte pour des pourparlers d’égal à égal a un sens important et constitue le début d’une nouvelle histoire », s’est félicité devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

 

07 h 35 – Le coup de maître de Donald Trump ?

Donald Trump, qui met inlassablement en avant son sens de la négociation et son instinct, avait assuré qu’il saurait « dès la première minute » de sa rencontre avec l’homme fort de Pyongyang si ce dernier était déterminé à bouger. Et si, en dépit de préparatifs chaotiques, des signaux parfois contradictoires envoyés par l’administration Trump, d’une annulation suivie presque immédiatement d’une reprise des contacts, ce président atypique réussissait là où tous ses prédécesseurs ont échoué ? Analystes et historiens jugent qu’il existe une ouverture mais rappellent à l’unisson que le régime de Pyongyang est passé maître dans l’art des promesses non tenues. En 1994 puis en 2005, des accords avaient été conclus, mais aucun d’entre eux n’a jamais été réellement appliqué. « Trump va probablement crier victoire, quel que soit le résultat du sommet, mais la dénucléarisation de la péninsule coréenne est un processus qui prendra des années », estime Kelsey Davenport, de l’Arms Control Association. Le « vrai test » sera « l’adoption ou non par la Corée du Nord de mesures concrètes pour réduire la menace que représentent ses armes nucléaires ».

« La mise en scène de ce sommet, des poignées de main aux drapeaux jusqu’au décor, ressemble en tout point à celle d’une rencontre entre deux États souverains avec des relations diplomatiques normales, a tweeté l’analyste Ankit Panda. L’effet de légitimation pour le régime de la Corée du Nord est indéniable. »

07 h 01 – L’ex-strar de la NBA Dennis Rodman revêt l’habit de commentateur

L’ancienne star du basket américain Dennis Rodman a ajouté sa touche d’extravagance au sommet Kim-Trump, en donnant sa vision de l’issue des discussions. L’ex-coéquipier de Michael Jordan aux Chicago Bulls, qui s’est rendu cinq fois à Pyongyang depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, grand fan de basket, s’est invité à l’événement. Kim Jong-un « essaye de faire avancer son pays... Et Donald Trump va faire du bon boulot », a-t-il asséné, ému, sur CNN, coiffé d’une casquette rouge arborant le slogan de campagne de Donald Trump « Make America great again » (Rendre sa grandeur à l’Amérique).

 

[...]

06 h 35 – Une poignée de main historique

 

 

Une terrasse de bâtiment colonial désert. Deux hommes s’approchent pour une poignée de main historique, retransmise en direct dans le monde entier. Les limousines des dirigeants américain et nord-coréen Donald Trump et Kim Jong-un ont emprunté le pont liant Singapour à l’île de Sentosa, plus connue pour ses parcs d’attractions, des studios Universal aux baignades avec les dauphins. Direction l’hôtel de luxe Capella, construit sur le site d’une ancienne base britannique, bouclé pour l’occasion. Les deux hommes sont sortis sans un sourire de leurs véhicules, arrivant ensuite de façon totalement symétrique sur la terrasse choisie comme décor sobre de cette rencontre dont les chaînes d’information en continu parlent en boucle depuis des jours. Figée, la poignée de main, moment tant redouté des hommes politiques rencontrant Donald Trump, a duré un peu plus de dix secondes.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

 

Après avoir traité Trump de tous les noms depuis novembre 2016, notons le revirement et la sidération du journalisme mainstream français devant les avancées diplomatiques du dirigeant américain. Désormais, il s’agit de « coups de poker ». Bientôt, on parlera peut-être d’« intelligence »...

 

 

Pour rester lucide, Trump n’est pas l’ami de l’humanité, ni de la Corée, et encore moins de la France. Il défend les intérêts du peuple américain et, dans l’univers très fermé des élites politiques actuelles, c’est assez rare pour être souligné.

On ne peut pas en dire autant des dirigeants de l’Europe occidentale, qui imposent à leurs administrés une pilule mondialiste synonyme de chômage et d’immigration de masse. Trump, lui, a choisi l’emploi et la réduction de l’immigration.

Pour le reste, il est en charge des intérêts du pouvoir profond en dehors des USA, et c’est là que les divergences de vues peuvent être dangereuses...

Voir aussi, sur E&R :

Sortir de la propagande occidentale avec Kontre Kulture :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1984687
    Le 12 juin à 22:30 par Patriote
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Pour le reste, il est en charge des intérêts du pouvoir profond en dehors des USA, et c’est là que les divergences de vues peuvent être dangereuses...



    Mais bien sur, il vient d’officialiser la suppression de toute arme nucléaire en Corée du Sud que rien n’obligeait les USA à accorder à la Russie et à la Chine... Que l’on m’explique en quoi cela est un avantage pour le pouvoir profond.
    Il n’y a pas de divergence de vue possible. Il y a une réalité. Soit il sert les intérêts du pouvoir profond, soit il les dessert.

     

    Répondre à ce message

  • #1984695
    Le 12 juin à 22:43 par Chatov
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Je ne sais vraiment pas à quoi pourrait ressembler un"équilibre de forces"dont parlent certains ; en l’occurrence celui qui pousse un pays à se démener pour construire son arsenal nucléaire. A quoi ressemblerait,dis-je,si,en fin d’un épisode de bravades,un pays qui accède à la bombe atomique et aux vecteurs porteurs, vient - brutalement - se prosterner devant l’oligarchie pour démanteler l’arsenal.
    Dans le cas de la Corée du Nord,et pour faire court et sans trop de rhétorique ,la Chine qui soutenait Kim - comme la corde soutient un pendu -est l’auteur de cette tragédie,comme elle l’a été pour elle même avec son basculement dans le"libéralisme" avec la théorie-plaisanterie de deng xiaoping sur"la chasse aux souris". Si la Chine,et la Russie post-gorbatchev,avaient apporté leur indéfectible soutien à Pyongyang et en s’abstenant de voter à l’ONU les sanctions américaines, la résistance au Mal n’aurait pas subi un nième grave revers.
    Maintenant,les choses sont ce qu’elles sont,Kim-et en prolongement à la logique de son revirement sous pression sino-russe - il ferait mieux de ne pas se cacher derrière le le manœuvre illusoire : "je suis un peu enceinte". Il est de son intérêt,et par la même rendre à la Chine la gifle,de s’ouvrir complètement sur les usa,y compris de donner la possibilité aux américains d’installer des bases militaires à la frontière avec la Chine. Et que celle-ci,si la menace viendrait à camper devant ses portes-comme le fait l’OTAN actuellement pour la Russie,ne vienne pas pleurnicher de"provocations"ou"agressions". Les chinois ne récolteront que ce qu’ils ont semé...
    Les dès sont lancés depuis des décennies,ils continuent à rouler. Épisodiquement,ils s’arrêtent sur la face annonçant le succès de l’empire. Celui-ci rafle la mise,et continuera à le faire,avec l’incompréhensible et la tragique complicité des adversaires,sauf si la Providence en décide autrement.

     

    Répondre à ce message

  • #1984725
    Le 13 juin à 00:00 par Tiriz
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    C’est pas avec Hillary Clinton qu’on aurait eu une poignée de main comme ça....

     

    Répondre à ce message

  • #1984733
    Le 13 juin à 00:16 par Lion
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Bravo Kim, mais attention au traîtres et peu de confiance aux américains.... La morale de l’Histoire, est que les Etat-Unis est le mâitre du monde assuré et certifié avec Trump, on peut dire tout ce qu’on veut de lui, mais il s’en fiche complètement et il applique ce qu’il dit et il dit ce qu’il veut faire... QUe ça plaise ou déplaise, c’est le cadet de ses soucis. Les plus dupes c’est les Européens, ils suivent les américains dans leur politique hostile, mais quand il y a une reconciliation, ceux-là, les européens, se trouvent aux oubliettes, à la marge et tant pis pour eux... Par imagination qui n’est pas impossible, demain si Trump décide de visiter la Syrie, la quenelle va être de la taille de Tomahawk....

     

    Répondre à ce message

  • #1984776
    Le 13 juin à 03:40 par Bank Kartel
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Aucune surprise. Tout est orchestré et planifié avec beaucoup d’avance. Je ne sais pas pourquoi les gens s’attendent à des surprises ou à des revirements quelconques.

    Trump lutte pas pour le peuple, il faudra le comprendre un moment donné. Les ukrainiens pensait avoir leur Trump avec Poroshenko, mais là ils n’en veulent plus.

     

    Répondre à ce message

  • #1984934
    Le 13 juin à 12:54 par Walter
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    J’ai l’impression d’etre le seul à penser que c’est une catastrophe. Trump ou pas Trump, les USA sont nos pires ennemis, j’ai pas envie qu’ils deviennent potes avec la Russie et la Corée.
    Soit j’avais tord de croire que ces 2 pays representaient un petit espoir pour le futur, soit cet espoir est en train de se faire bouffer.

     

    Répondre à ce message

    • #1985897
      Le 14 juin à 21:29 par Michelly58
      Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

      Cela s’appelle de la géopolitique, et en politique tu te dois de discuter avec tout le monde afin de faire avancer les dossiers, sinon c’est faire de la diplomatie d’ecole primaire à la Hollande.

       
  • #1985000
    Le 13 juin à 14:52 par Le king
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    C’est quoi, ce cirque ? La Corée du Nord n’a pas, n’a jamais eu de programme nucléaire ! Tout ceci est une mascarade des Ricains pour se rendre indispensable dans cette région et chapeauter la normalisation de ce petit État...

     

    Répondre à ce message

    • #1985901
      Le 14 juin à 21:33 par Michelly58
      Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

      @Le King Alors la vous venez d’atteindre le fond, le programme nucléaire nord-coréen est bel et bien opératif et ils en n’ont le droit. Que Israël de dénucléarise d’abord.

       
  • #1985050
    Le 13 juin à 16:24 par duch
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    ne soyons pas naif combien de mains on été serrées dans l histoire qui ont au final fini par une guerre pour exemple chamberlain et hitler en 1938 !

     

    Répondre à ce message

  • #1985305
    Le 14 juin à 00:46 par Bardja
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Il ne faut pas regarder le contexte par le trou de la serrure.
    L’accord en question qui n’est autre qu’un simulacre publicitaire sous-entend que la Corée du Nord n’ait plus de relations avec l’Iran sur le plan du nucléaire. Ce qui va profiter bien sûr à l’entité sioniste....

     

    Répondre à ce message

  • #1985391
    Le 14 juin à 09:04 par Frédérick
    Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

    Mon analyse (qui peut paraître originale, mais qui n’est pas forcément délirante) :

    Purgeons-nous pour commencer de la vision infantile des "gentils" et des "méchants".
    À de tels niveaux de pouvoir, on est une pute et on doit coucher avec pas mal de monde, par intérêt pur, pas par amour.
    Mais la question clé c’est : est-ce qu’on est une pute indépendante ou sous la tutelle d’un maquereau ?

    Trump n’est pas forcément gentil, il est tout simplement ambitieux.

    Pour se faire, c’est un homme d’affaire pragmatique et relativement indépendant (les Américains avertis ont voté pour lui justement pour ces raisons) et qui a toujours dû faire des concessions pour accroître sa puissance (d’où peut-être le gendre sioniste, on ne se marie pas par amour à de tels niveaux de pouvoir).

    Son but dans ce cas serait de ne pas être un simple membre du projet NOM, mais plutôt de satisfaire ses ambitions personnelles et dans ce cas on doit savoir jouer des alliances pour monter toujours plus haut.

    Il fait une petite frappe sur la Syrie pour faire montre d’allégeance vis-à-vis de l’agenda de l’État profond sur le Moyen-Orient, mais se retire de l’investissement politique de ses prédécesseurs dans cette région.

    Petit gonflage de torse envers la Corée du Nord, pour peu de temps après et dans la surprise générale, organiser un sommet avec Kim-Jun Un.

    Il a sûrement plus intérêt pour satisfaire ses ambitions personnelles à ne pas souhaiter la Gouvernance Mondiale, mais doit quand même montrer des signes de collaboration sur ce plan de temps en temps.

    Même chose pour Putin, il est clairement plus bénéfique pour lui de prendre la voie d’un monde multipolaire plutôt que de se faire bouffer par les désirs délirants de ceux qui oeuvrent pour la Gouvernance Globale.

    Au niveau personnel, peut-être que ce dernier est une ordure, ou peut-être est-il en éveil spirituel face à la menace qui pèse sur l’Humanité.
    Ça, on ne le sait pas et d’une certaine manière, c’est secondaire.
    Ce qui compte pour nous ce sont les résultats.

    En conclusion, je ne serais pas étonner d’apprendre qu’il existe une alliance et un résau organisé entre tous les puissants qui sortiraient perdants si le projet du NOM (desservi par l’État profond/ le complexe militaro-industriel) arrivait à terme.

     

    Répondre à ce message

    • #1985626
      Le 14 juin à 14:55 par Ed
      Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

      "(les Américains avertis ont voté pour lui justement pour ces raisons)"

      Donc, on part du postulat que Trump est arrivé seul au pouvoir, qu’il ne ment pas au peuple et que la Démocratie est effective ?

      Bon ben ... super ! :-D

      Ci-dessous, l’état du Moyen-Orient en 2018

      https://blog.mondediplo.net/IMG/jpg...

      Quant à Poutine, il lui suffit de désigner publiquement la menace du "terrorisme international" comme problème n°1 du monde pour s’aligner avec le NOM, c’est aussi simple que ça.

       
    • #1985828
      Le 14 juin à 20:00 par Frédérick
      Sommet Kim-Trump : l’Histoire, heure par heure

      @ Ed,



      Donc, on part du postulat que Trump est arrivé seul au pouvoir, qu’il ne ment pas au peuple et que la Démocratie est effective ?




      Non, je n’ai rien dit de tout cela.

       
Afficher les commentaires précédents