Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Soudan du sud : combats entre l’armée et les rebelles dans un État pétrolier stratégique

Les rebelles au Soudan du Sud combattaient les forces gouvernementales jeudi dans le cadre d’une nouvelle offensive visant les champs pétroliers de la jeune nation, a indiqué l’armée alors que l’ONU sonne l’alarme sur les risques de famine.

Une coalition de combattants loyaux à l’ex-premier ministre Riek Machar (photo ci-dessus) ont repris mardi le contrôle de Bentiu, capitale de l’Etat d’Unity riche en pétrole, des Casques bleus de l’ONU faisant état de corps jonchant le bord des routes.

L’armée du Soudan du Sud a indiqué jeudi qu’il y a toujours des combats et qu’elle tentait une contre-attaque.

"Bentiu est encore entre les mains des rebelles, mais nous nous en approchons", a déclaré Philip Auger, le porte-parole de l’armée, à l’AFP.

Le conflit mettant aux prises les troupes fidèles au président Salva Kiir et les rebelles de l’ancien vice-président Riek Machar est entré dans son cinquième mois et le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde mercredi contre un risque de famine alors que les combats connaissent une recrudescence.

Des soldats de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss), patrouillant dans Bentiu après que les rebelles aient pris la ville, ont indiqué avoir vu entre 35 et 40 corps sur le bord de la route, la majorité portant un uniforme militaire.

La Minuss condamne fermement le retour des affrontements, a indiqué la mission dans un communiqué, qualifiant les combats de sérieuses violations d’un cessez-le-feu signé en janvier mais que chaque camp accuse régulièrement l’autre de violer.

Les combats ne vont qu’aggraver une situation déjà désastreuse, ajoute le communiqué.

La chute de Bentiu, située dans une des régions les plus férocement disputées, en fait la première ville d’importance à être reprise par les rebelles de M. Machar depuis qu’une offensive gouvernementale les avait chassés au début de l’année de villes significatives. L’armée a reconnu la perte de Bentiu et dit préparer une contre-offensive.

Le conflit a éclaté le 15 décembre dans la capitale Juba, avant de rapidement s’étendre à d’autres régions du pays, en particulier les États du Haut-Nil (nord-est), d’Unité (nord) et du Jonglei (est).

Les affrontements, qui ont fait des milliers de morts et près de 900 000 déplacés, dont 12 000 ayant trouvé refuge dans la base de l’ONU à Bentiu, ont pris une dimension ethnique opposant Dinka de Salva Kiir et Nuer de Riek Machar, limogé en juillet 2013.

L’UNICEF a indiqué que plus de 3,7 millions de personnes ont un besoin urgent d’aide humanitaire, plusieurs d’entre eux étant réduits à se nourrir d’aliments de famine, et que jusqu’à 50 000 enfants allaient mourir dans les prochains mois si une action immédiate n’était pas mise en oeuvre.

L’agence des Nations Unies a aussi indiqué avoir effectué sa quatrième livraison par avion cargo de nourriture thérapeutique spécialement conçue pour les enfants en état de malnutrition.

Le pire est à venir, a déclaré Jonathan Veitch, le chef de lUNICEF au Soudan du Sud, ajoutant : Si le conflit continue et que les fermiers ratent la saison de plantation, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition atteindra des sommets jamais vus ici.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Attention chers amis !
    1) la première épouse de ce monsieur ( une anglaise ) a été victime d’un curieux accident, il y a quelques années, au Kenya ;
    2) ce type ( protestant ) est soutenu par l’Empire au détriment de son rival ( catholique ) ;
    3) ce type a enrolé des enfants dans sa milice ;
    4) ce type a déjà commis deux crimes contre l’Humanité : en 1991 et en décembre 1993. A chaque fois, il a rasé la ville de Bor, en exterminant des milliers de personnes ;
    5) les deux camps qui s’affrontent se battent pour les pétro-dollars. Le peuple Sud Soudanais veut la paix ;
    6) les véritables élites intellectuelles du Soudan du sud ont été écartées du jeu politique par des politiciens-militaires violents et corrompus, soutenus par les USA et par Israel ;
    7) si vous écrivez "South Sudan" sur YouTube, vous constaterez que ce monsieur a fait créer une chaine YouTube qui le soutient dans ce conflit et dont le logo ( qui figure au début de chaque vidéo ) est une planète ( la Terre ? ) au couleur du drapeau Israelien.

     

    • @idii,

      Merci idii pour ce complément d’information indispensable car sinon on ne comprenait pas grand chose à l’article.

      Il serait aussi intéressant d’avoir des articles sur le mouvement anti-chrétien Boko Haram que je soupçonne fort d’être une créature des Etats-Unis.


    • Moi je me demande si il n’y a pas une divergence d’opinion sur les clients à qui vendre le pétrole :
      - la route du nord jusqu’à Port Soudan est pas fiable, Béchir la coupe sans arrêt
      - la route du sud par le Kénya est en projet mais reste problématique à cause du chaos somalien
      - la route de l’ouest par la Centrafrique impose un changement de destinataire
      Les Américains ont appuyé la sécession parce que le régime de Khartoum en plus d’être anti-Israëlien était pro-chinois. Mais les Chinois restent les clients principaux, ils sont peut-être rentré dans les bonnes grâce du nouveau président.
      Au début des troubles, les Américains ont évacué tous leur ressortissants direct en envoyant des forces spéciales. C’est qu’ils avaient peur d’avoir fâché quelqu’un non ?