Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Spider-Man : Homecoming, un film qui banalise la pornographie ?

Premières cibles : les adolescents

Le film sort ce 12 juillet en France et il convient de prévenir les parents. Spider-Man : Homecoming est truffé d’obscénités et contient même une référence triviale aux pratiques pornographiques des adolescents. Même sous un habit humoristique, les obscénités, les propos profanatoires et autres scènes perturbatrices restent ce qu’ils sont : des incitations. On voit ainsi un jeune lycéen tenter de détourner l’attention d’un espionnage en ligne en répondant à son professeur qu’il « regardait juste du porno ».

 

Derrière Spider-Man : Homecoming, la dépendance des adolescents à la pornographie, même à l’école

Le site chrétien Movieguide.org attribue à Spider-Man : Homecoming sa note « la plus sévère » pour le langage, une note « modérée » pour la violence. Pour son commentateur, ces références désinvoltes à la pornographie sont susceptibles d’entraîner les enfants à en visionner et, partant, de les en rendre dépendants. « Le réalisateur introduirait-il le même type de dialogues sur l’héroïne ? », demande-t-il : « Bien sûr que non ». Le site relève 22 obscénités, neuf expressions profanatoires « légères » et déplore que le tyran appelle souvent le héros – Peter Parker – « Penis Parker ».

Ce film, dont le titre n’est francisé qu’au Québec Spider-Man : les retrouvailles, sort sur fond de dépendance croissante des adolescents à la pornographie. La semaine dernière, en Nouvelle-Zélande, les médias ont largement rendu compte de la plainte de parents contre une école qui permettait à ses élèves de regarder des films pornographiques ou violents pendant les cours. Rory Birkbeck, de l’association anti-porno SurfSafer, dit « avoir entendu parler d’établissements où les adolescents – de 13 ou 14 ans – s’étaient vu confisquer leur téléphone mobile en raison de leur addiction à la pornographie ».

 

L’industrie de la pornographie à Hollywood, plus lucrative que les grandes productions, dit Barbara Nicolosi

« La banalisation de la pornographie n’est pas une nouveauté à Hollywood », explique la spécialiste Barbara Nicolosi sur le site LifeSiteNews. « L’émission "Friends" diffuse régulièrement des plaisanteries sur des garçons visionnant de la pornographie et des filles qui l’acceptent, voire l’encouragent. » Pour Mme Nicolosi, ce laxisme de l’industrie du spectacle tient à la fois au fait que le porno est une affaire plus lucrative encore que la production classique de Hollywood, mais aussi que de nombreux professionnels s’en font un complément de revenu au noir.

« Les États-Unis hébergent 60 % des sites internet pornographiques et la plupart sont conçus dans la vallée de San Fernando, à une encablure de Hollywood », explique-t-elle. Elle ajoute : « C’est un petit secret honteux qui dure depuis des décennies : beaucoup de gens qui ont besoin d’un peu plus d’argent vont faire des cachets dans le monde glauque de la pornographie : assistants, techniciens, agents de post-production »...

De quoi expliquer pourquoi le porno paraît banal à beaucoup de monde dans l’industrie du cinéma.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai découvert par hasard sur Amazon que Laurent Guyénot avait déjà carrément écrit un livre sur la pornographie et ses dangers : "Le livre noir de l’industrie rose". Ayant feuilleté les premières pages gratuitement, son enquête me paraît bien réalisée et sourcée. Il serait intéressant de rappeler l’existence de ce livre.


  • " De quoi expliquer pourquoi le porno paraît banal à beaucoup de monde dans l’industrie du cinéma."

    Et tel une remontée de bouche d’égout , ils polluent la mentalité de la planète entière avec leurs saloperies de bas étage !!!


  • Qu’ils regardent !
    Les branleurs d’aujourd’hui seront (malheureusement) les cocus de demain.
    Car savent-ils que la nature (bien faite) a programmé chaque bestiole qui la compose d’un temps d’horloge plus ou moins long pour parfaire le coït, selon la capacité à "dominer" son environnement. La raison du plus fort étant, par ici et pour le coup, la meilleure.
    L’homme étant le dominant au paroxysme de la prédation, sa capacité à planifier et à se protéger lui permettant d’atteindre des heures et des nuits de roucoulades, c’est bien du grand n’importe quoi de ramener ces instants magiques à peau de chagrin.
    Or le porno ramène toute pratique onaniste à ses trois minutes d’origine (pour notre lascar*), voire moins, si la peur de se faire choper par Mémée qui rôde au salon, accélère le processus : la belle affaire !
    C’est alors plus tard que, habitué à tes trois minutes de furtivité, passe chez toi le facteur qui te refile les cornes...en colis express !

    * L’éléphant fait bien mieux mais cela n’a rien à voir avec la taille de la trompe...


  • cela fait des années que cette pratique est en marche dans les sitcoms, la machine a ingenierie sociale moderne. presque aucun episode de friends (1994-2004) ne contenait pas une blague au moins banalisant la pornographie. quand on y fait attention c’est assez choquant.

    la nouvelle mode est de montrer des d’jeunes ou meme des familles entieres manger des chips /sandwichs et des sodas a leurs repas, de facon systematique et ostensibles.

    ca et la drogue, l’alcool, la promiscuité sexuelle...bref un petit air de republique de weimar...


  • Deadpool a montré la voie. Grand succès auprès de la multitude idiote et de la presse... Il fallait les entendre, avec leur vocabulaire de tête à claques : savoureux, humour incisif, les autres héros sont fades en comparaison, un régal,... - la vie d’un mercenaire ou ex mercenaire, peu importe, qui coupe des têtes au sabre avec une classe et un charisme incomparables [goldengeek.net], vulgaire, dégénéré, attardé et qui a des sentiments pour une prostituée ! On évitera de parler de cette scène pornographique, dégoûtante, entre ces deux « modèles », ces deux loosers...

     

    • Ben... On pourra dire ce qu’on voudra, mais forcé de constater que c’était une excellente adaptation parfaitement conforme à l’œuvre d’origine.

      Et vu que jusqu’ici personne n’a jamais gueulé, c’est un peu cocasse d’en voir jouer les moralistes de la 25ème heure.

      Tous les personnages de comics depuis 40 ans sont des prototypes de ce que l’on peut faire de pire en ce qui concerne la vie de famille et les relations sexuelles grégaires avec partenaires multiples... C’est à croire que dans l’univers Marvel, tous les appariement possibles et imaginables ont eu lieu.

      Purée... Même Tante May a été mise en scène dans un comics entrain de fricoter hors mariage, c’est dire !... ^^

      Ça fait donc très longtemps que c’est un vecteur de corruption des mœurs, de la morale et de la jeunesse. Il faut se réveiller les mecs...

      Ceci bien entendu sans parler du culte des flingues et de la violence...


    • Bravo ! Vous avez vu particulièrement juste. J’ai souffert d’une certaine gêne lorsque j’ai regardé "Deadpool".

      Je voulais me marrer, mais pour un cerveau éduqué dans nos milieux ou normalement constitué c’était impossible. Vulgaire à souhait, il est trop évident que ce film a pour but de transmettre les (anti)valeurs du système. Le pire c’est que les gens gobent cela sans broncher.


    • J’adore Deadpool pour son côté absurde et j’ai trouvé excellent le film avec un esprit très proche du Comics. Mais il est clair que ce n’est pas une BD (tout comme le film) à mettre dans les mains d’un gamin de 13 ans. Il faut comprendre le 3e degré et le fait qu’il brise le 4e mur, ce qu’un ado normal ne peut pas comprendre.
      Ici c’est différent, Spiderman est clairement un personnage grand public


    • Le problème de Deadpool est le problème de tout film qui veut faire rigoler toutes les 30 secondes : on y voit et entend tout et n’importe quoi. C’est le propre de ce genre de film. De grands fourre-tout qui se veulent "plein d’imagination" mais qui au final n’ont aucun réel parti-pris autre que le grand n’importe quoi.
      Perso j’ai rigolé de temps en temps mais plus d’une fois je me suis dit que ce n’est certainement pas un film pour les enfants. Hors la limite entre ce que l’on peut penser films "pour adultes" et films "pour enfants" est de plus en plus floue. C’est cela le hic. Les artistes pensent qu’ils doivent être "transgressifs" pour être des artistes, hors au bout d’un moment on ne peut plus être encore plus transgressifs sans être malsains.
      Je n’ai pas vu ce Spider-Man par contre. j’avais bien aimé les deux premiers de Sam Raimi, ca me suffit.


    • C’est le propre du personnage de Deadpool, d’ailleurs le film était interdit au moins de 12 ans (mais s’il avait été plus fidèle au comic, ça aurait été 16 ans voire 18). Un film que je trouve bien plus dangereux pour des esprits faibles (et qui est pourtant unanimement salué), c’est le Scarface de De Palma (interdit seulement au moins de 12 ans). Je suis vraiment certain de la mauvaise influence de ce film sur des ados immatures qui veulent jouer les Tony Montana après l’avoir vu et qui veulent s’encanailler (vas y que je te vends un bout de shit et que je me prends pour Escobar-Montana). Y’a qu’à voir le nombre de rappeur-délinquant qui y font référence...



  • le porno est une affaire plus lucrative encore que la production classique de Hollywood



    Totalement faux.
    Le porno est mis en avant uniquement pour détruire la civilisation.

     

    • Tout a fait vrai. La porno ne rapporte plus vraiment. C’est a se demandé si elle n’est pas subventionnée ( par qui ?)

      J’ai eu la confirmation par un des rare qui tire encore son épingle du jeu...

      Le problème avec la porno c’est que c’est maintenant gratuit partout et qu’il n’existe pas vraiment de vieillissement du contenue ou ’d’obsolescence programmable...’

      Il n’y a que des recherche pour des niches plus vulgaires... :(

      de période


  • le système de domination joue sur la psychologie en devenir d’une jeunesse sous testostérone ; Je viens de voir Logan, l’histoire d’un héro mutant, c’est de l’hyper violence à destination de jeunes que la société empêcherait d’être mutants. Hollywood et Google nous contrôlent déjà.

     

  • Faut se calmer avec spiderman. Si les gosses des années 60 avaient eu accès au web le résultat aurait été le même. On est juste des mamiféres plus ou moins évolués alors un peu de recul et de mise en perspective svp.

     

    • Tu as pas bien saisi le débat joffe. Il s’agit d ingénierie sociale où la pornographie est passée en douce à destination des enfants. Le tout réalisé par des gens très mal intentionnés cherchant à faire le plus de tort possible en déstructurant absolument tout. Le débat n est pas au niveau d’internet ni du personnage de spiderman, qui est au contraire détourné de sa moralité initiale. Et évidemment les adolescents sont victimes de cette mer-e.
      Si tu confonds victimes et bourreaux. On n’est pas sorti de l’auberge...Et si tu ne vois pas le problème qu’il y a à normaliser la pornographie auprès des enfants, là on est carrément pas rendus...


  • S’il est plus obscène que Boule et Bille alors il y a de quoi craindre.


  • De nos jours absolument toute production hollywoodienne est ponctuée d’allusions, d’évocations plus ou moins discrètes de thèmes liés à la théorie du genre, au féminisme, à la pornocraphie, à l’adoption gay, à la sexualité infantile, à la diversité et l’immigration...
    Le plus dangereux c’est que dans un premier temps ce fut fait de manière très pernicieuse afin de ne pas choquer. A petite doses homéopathiques...et années après années les doses sont augmentées, le protocole thérapeutique est changé pour passer au traitement de choc de la chimio-thérapie où l’on fait du "carpet bombing" idéologique.

     

    • Absolument toute ? Non ! Deux exemples me viennent à l’esprit : Skyfall, avant dernier James Bond avec Daniel Craig. Pour l’avoir revu récemment je n’ai vu dans ce film aucun message destiné a faire la promotion de l’idiocratie actuelle. De ma part j’y ai plutôt vu un film faisant de manière intelligente la promotion de la virilité, du patriotisme, de la dévotion à une cause et du respect de certaines valeur familiales et sociales !
      Pour rester dans le domaine des adaptations de BD, je vous conseille le revisionnage de la Trilogie de Christopher Nolan sur Batman. Dans ces 3 films, pas de blagues de cul toutes les 2 minutes, pas de promo LGBT !


  • Aux antipodes l’une de l’autre deux manières de s’adonner au visionnage du cinéma hollywoodien :
    - Celle du consommateur aveugle qui absorbe le message en empilant les signaux. Il finit par faire se superposer le monde réel et le prototype du NOM vendu par le géant du cinoche.
    - Celle du récepteur éclairé qui tente d’établir une logique dans la montée en puissance de l’ingénierie scénarisée quelque part entre les décideurs et le public.

    ER aide à placer son propre curseur du côté le plus lumineux (de mon point de vue).


  • Il y a tellement de bons films frais en Russie ou en Asie que se faire chier à regarder de la pourriture américaine est vraiment masochiste


  • Si vous voulez comprendre ce que cela sous-tend , regardez "TRIVE" mais que faut-il donc faire pour prospérer " ou sur YouTube claire Severac, ou Fioril, n’oubliez pas la théorie du 100eme singe, qui n’a rien d’une théorie puisque nous n’utilisons que 20% de notre cerveau.......et pour ceux qui sont mal dans leur peau , écouter Laura Marie sur legrandchangement.tv, bon réveil !

     

  • Vous vous plaignez de ce SpiderMan ? Attendez voir Supergirl ! "Féminisme", "relations homosexuelles", "accueil des migrants", "gynécocratie" en veux-tu en voilà !...


Commentaires suivants