Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sur l’Internet, un tiers des avis des consommateurs sont faux

Le profit, c’est le mensonge

Si vous avez l’habitude de consulter les avis sur Internet avant d’acheter un nouvel ordinateur, une crème hydratante ou de réserver un hôtel en ligne, sachez que vous avez sûrement déjà eu affaire à beaucoup, beaucoup de faux commentaires... Selon un rapport publié vendredi dernier par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), ces derniers représenteraient en effet 35% des commentaires postés.

 

De fausses garanties sur les sites

C’est en particulier dans les secteurs de l’hôtellerie, des organismes de formation et des services entre particuliers que les professionnels auraient tendance à se faire passer pour des consommateurs « dans le but de valoriser, de manière déloyale, leur entreprise ».

[...]

Un cadre réglementaire renforcé

[...]

En effet, trois décrets ont été passés fin septembre. Dans une lettre, Bruno Le Maire et Mounir Mahjoubi – respectivement ministre de l’Économie et secrétaire d’État chargé du numérique – expliquent qu’à compter du 1er janvier 2018, toute personne qui collecte, modère ou diffuse des avis de consommateurs en ligne devra renseigner : la date de publication des avis, les critères de classement, et l’existence d’une procédure de contrôle de ces avis.

D’après un baromètre cité par la DGCCRF, 74% des internautes auraient déjà renoncé à un achat à cause d’avis négatifs. 41% auraient à l’inverse réalisé un « achat spontané » à la suite d’un avis positif.

Lire l’article entier sur lexpansion.lexpress.fr

Le capitalisme s’éclate encore plus sur l’Internet,
lire chez Kontre Kulture

 

Toute consommation est politique, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Pas étonnant du tout !
    C’est comme si on allait acheter des légumes frais après visionnage sur le net. Tous les amateurs de nourriture réelle et saine savent très bien qu’un légume, un fruit ça se palpe à l’étal avant d’être acheté.
    Les avis virtuels n’ont aucune valeur ni crédibilité. Le meilleur évaluateur est le collègue ou l’ami qui a acheté tel ou tel produit.
    Internet, c’est bien, mais ce n’est en aucun cas une panacée. Et bien des "révélations" individuelles (en "culture" de masse, en discours politiques, en offres mirobolantes...) sont aussi fiables qu’une bulle de savon.


  • J’ai travaillé dans une société de vente en ligne. Sur le site il y a le fameux module "Avis Vérifiés" que vous avez certainement déjà vu. Contrairement à ce que vous croyez ce n’est pas géré par une société tiers mais par l’entreprise elle-même qui sélectionne les commentaires à publier.
    J’ai notamment travailler sur la modération des commentaires sur le module Avis Vérifiés. Les meilleures notes sont évidemment publiées mais les mauvaises notes et les avis négatifs évoquant la mauvaise qualité des produits ou des services étaient systématiquement écartés pour des prétextes comme "pas assez précis", "diffamant" ...
    Au final le module "Avis Vérifiés" affichait la très bonne note de 4.5/5 sur la page d’accueil du site mais n’était pas représentative de l’ensemble de l’avis des clients.


  • #1818901

    Le site onsexprime.fr, le site de cul du gouvernement français à l’attention des enfants (qui aurait pensé qu’on écrirait un jour un truc pareil ) est très représentatif du phénomène. On y propose aux jeunes de faire part de leur première expérience sexuelle et devinez quoi, ces "jeunes" s’expriment avec une syntaxe et une orthographe sorties tout droit de la moitié du 20ème siècle...


  • Pourquoi cette "information" de lexpansion.lexpress.fr ne me surprend en rien ? Évidemment que la guerre économique règne là comme ailleurs... Du même ordre, les faux diplômes, les informations politiques à l’international dans les journaux et à la télévision, les politiciens véreux, etc.


  • Un site web très contrôlé centralisant les avis de consommateurs (de biens ou de services) devrait être mis en place. J’ignore comment fiabiliser un tel service. Ça me parait assez ardu. J’imagine que ça existe déjà mais sans grande fiabilité. Sinon ça se saurait.... Un tel service serait un bénédiction. Pour les consommateurs. Pas pour certains garagistes...

    Sinon lorsque les avis sont très nombreux comme sur Tripadvisor, émaillés d’anecdotes assez personnelles, et que les mêmes critiques se recoupent plus ou moins, on va dire qu’une tendance se dégage et qu’on peut s’y fier. Plus ou moins.
    Tripadvisor doit regorger de faux avis mais j’ai l’impression de savoir les détecter.

     

    • Il suffirait de ne prendre en compte que les avis des consommateurs ; en l’occurrence, ceux qui ont effectivement acheté le produit.

      Pour acheter un produit sur un site, je dois créer un compte, j’effectue un achat, je laisse un avis.

      Le modérateur du site avant de valider l’avis, n’a plus qu’à vérifier que j’ai bien effectué l’achat du produit concerné par l’avis.


  • personnellement, quand j’ai besoin d’acheter un produit sur le net ou ailleurs, je tape : problème + le nom du produit, cela évite les commentaires complaisants et donne moins envie d’acheter ou tout au moins d’acheter en connaissant les risques


  • Et c’est sans parler des fausses réductions et des prix attirants pour baiser le consommateur. Les amendes étant dérisoires, c’est devenu un sport parmi de nombreuses enseignes qui "trafiquent" les affichages sur leurs sites.
    Concernant les avis, la tendance semble quand même aller vers une certaine amélioration, d’après mes propres recherches et retours d’expériences.
    Il faut prendre son temps avant d’acheter, consulter et comparer d’abord les prix mais aussi les avis sur plusieurs sites.
    Évitez aussi les comparateurs qui semblent avoir LA réponse, disons que ça aide mais en dernier ressort il faut soi même se forger son opinion.
    Internet est un gigantesque panier de crabes.


  • #1818954

    C’est savoureux. Des Agents du Système capitaliste vous informent que leur système est basé sur le mensonge.
    Théories économiques : mensonges.
    Publicité : mensonges.
    Innocuité des médicaments : mensonges.
    Monnaie, finance : mensonges.
    Fiches techniques automobiles, cigarettes et autres : mensonges.
    Justice : mensonges.
    Politique : mensonges.
    Pas étonnant que la vérité soit autant pourchassée.

     

  • J’achète beaucoup sur internet.

    Je savais qu’il y en avait, mais pas à ce point. Certains sonnent trop faux pour être vrais.

    Pour être quasiment sûr de ne pas se tromper sur un produit, il faut taper "son nom" et "critiques" dans la barre de recherche.

    Comme dit plus haut, il ne faut se fier qu’aux avis négatifs. Ils sont objectifs la grande majeure partie du temps.

    J’ai été déçu une seule fois par un achat. Il n’y avait pas d’avis. Et c’était une simple coque de téléphone à 10 balles. Rien de bien méchant.


  • Il peut aussi y avoir des avis négatifs pour faire du tort (venant de ka concurrence par exemple).
    Ça me fait bien rire quand l’administration prétend contrôler ce genre de chose...


  • Mouais... Ça va servir d’excuse pour nous faire accepter la récolte d’encore plus d’infos personnelles afin de nous "authentifier" quand on s’exprime sur le net. Le label "compte certifié" sur twitter et facebook m’ont toujours fait penser à des étiquettes sur des produits : bio, viande française, etc...


  • C’est un processus naturel où le pouvoir veut professionnaliser la fraude (pour en tirer profit par la taxe).


Commentaires suivants