Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie : l’armée reçoit des coups et les rend

L’OSDH et Sana sont d’accord pour signaler, dimanche 24 juin, de vifs combats à Deir Ezzor, la grande ville de l’Est syrien, sur l’Euphrate : l’OSDH y dénombre 16 victimes « civiles » – dont un enfant.

Mais l’agence Sana annonce, elle, la mort de « dizaines de terroristes » au cours d’affrontements essentiellement survenus dans le quarter d’al-Jabileh. L’agence officielle syrienne donne quatre noms d’activistes, ayant sans doute rang de meneurs, tués dans ces combats : Mahmoud al-Nayef, Nizam Rabih, Ali al-Daghim et Mohammad al-Abras.

On peut accorder une crédibilité à cette information dans la mesure où Sana – et certains ici s’en plaignent – est souvent assez « floue » sur les combats en cours, et les bilans de pertes, en tous cas celles des rebelles. L’affrontement de Deir semble avoir été d’une ampleur comparable à celle de l’attaque de l’ASL à Houla en mai, ou des combats pour Haffé, à l’est de Lattaquié, début juin..

Toujours à Deir Ezzor, Sana signale l’enlèvement par un groupe armé, dirigé par un certain Qaisser Hinqawi, du mufti de la ville, Abdel-Qader al-Rawi.

Autre affrontement ayant tourné au désavantage des insurgés dans le secteur d’Idleb, au carrefour Nahileh, sur la route reliant al-Mastoumeh à Ariha : une attaque contre un poste de l’armée s’est soldé par la mort de neuf activistes, et la capture de deux autres, deux soldats étant hélas tués, et trois autres blessés.

Rappelons qu’aux première heures de dimanche un convoi rebelle d’au moins sept véhicules avait été anéanti près de Talbissa, au nord de Homs.

Le mois le plus sanglant ?

L’armée on le voit donne des coups. Et en reçoit toujours. 43 militaires ont été encore enterrés dimanche : un capitaine, trois adjudants-chefs, deux adjudants, un sergent-chef, treize sergents, deux caporaux, vingt-et-un conscrits.

Samedi 23 juin, c’étaient 45 militaires et policiers qui avaient été portés en terre. Et le comptage depuis le 15 juin donne un total, en intégrant les pertes recensées dimanche, de 186 militaires et policiers tués en service.

Pour la première quinzaine de juin, le bilan s’établissait, d’après nos calculs, à environ 280 victimes militaires et policières. On en est donc aujourd’hui à près de 470 militaires et policiers tués depuis le 1er juin. Sans compter un chiffre de blessés certainement trois à quatre fois supérieur.

Incontestablement, la machine à tuer s’est « emballée » ce mois-ci, en Syrie, le gouvernement ayant décidé de mener LA contre-offensive générale contre les bandes armées de toutes obédiences, et celles-ci, bénéficiant d’un armement plus performant, ayant tenté des opérations d’une envergure inusitée depuis les combats pour Bab Amr, notamment à Houla, Haffé et apparemment Deir Ezzor aujourd’hui. On notera que ces trois opérations se sont soldées par des échecs sanglants pour les rebelles.

N’oublions pas, encore une fois, qu’une part importante de ces pertes militaires ne sont pas causées par des combats « réguliers », mais par des embuscades, des attentats à la bombe et des assassinats, la plupart du temps d’officiers supérieurs, ciblés. N’oublions pas non plus que les pertes des bandes sont supérieures à celles de l’armée, même si l’OSDH s’efforce d’en camoufler l’ampleur en en rangeant un certain nombre dans la catégorie des « civils » tués – ce qu’elle semble faire encore pour les combats de dimanche à Deir Ezzor.

Oui, la Syrie telle qu’elle est perd beaucoup de « martyrs« . Mais elle bat partout les insurgés en « rase campagne », leur infligeant des pertes qu’ils auront de plus en plus de mal à combler. De toute façon, à ce stade, le gouvernement et l’armée ne faibliront pas, et l’ASL, ou ce qui en reste, devra choisir entre la reddition ou la destruction. Ou, c’est une option envisageable, la fuite en Turquie.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #175690
    le 25/06/2012 par Matrix le gaulois
    Syrie : l’armée reçoit des coups et les rend

    LONGUE VIE AU PRESIDENT BACHAR AL-ASSAD !

    Si jamais il survie à cette année, qui promet d’être mouvementée, il n’est pas impossible qu’il devienne le nouveau Nasser : celui qui aura su résister.

    Enfin je dis ça...il faut surtout encourager les soldats de la nation Syrienne qui sont sur le "front" (il est difficile d’avoir un front bien définit quand on a affaire à des sodomites (voir la mort de Kadhafi) qui ont une meilleurs expérience en tant que lâches poseurs de bombes qu’en tant que combattant et qui doivent bien compenser leur incompétence en vous attaquant dans le dos (pour ne pas dire dans le cul)...) Al-Assad promet d’être un grand chef d’état mais les vrais héros restent quand-même les soldats patriotes qui donnent leur sang pour défendre leurs foyers.

    VIVE LE PRESIDENT AL-ASSAD !

    Tous les français ne sont pas comme leur président, il faut que ça se sache !


  • #176057

    Je souhaite publier un commentaire qui n’est pas de moi mais que je partage entièrement.
    Il ne s’agit pas de polémique mais d’une vraie interrogation quant à l’attitide du HEZBOLLAH et de son leader face au conflit Syrien.
    Le voici :
    « Hezbollah et Nasrallah
    J’avais préparé une longue réflexion sur l’attitude du parti de dieu et son leader face à la crise syrienne. Mais au dernier moment j’ai décidé de ne pas le communiquer en espérant me tromper. En tout état de cause, il me semble que Nasrallah s’inscrit dans une position de service minimum à l’égard de l’allié syrien et qu’à la limite il peut être prêt à sacrifier Bachar pour ne pas entrer dans une confrontation interne afin de sécuriser le flan libanais par lequel s’infiltre l’essentiel des terroristes armés.
    Je me pose énormément de questions à propos de l’attitude de Nasrallah et de ses intentions à l’égard du président Bachar. Ce même Bachar qui a toujours été un allié sincère et engagé à coté des mouvements de résistance palestinien et libanais. Déjà le mouvement Hamas et son président se sont révélés de grands traitres face à la générosité du président syrien.
    J’espère que Nasrallah ne souhaite se transformer en garde frontière pour l’Etat sioniste sous le prétexte de ne pas se livrer à des combats secondaires.
    J’en veux pour preuve le revirement de Nasrallah face à l’enlèvement des libanais en Syrie. Au début il a tapé du poing sur la table pour en suite adopter un profil bas sous prétexte que la sécurité des chiites enlevés relevait des prérogatives de l’Etat libanais. Ceci sans parler de son initiative de dialogue national avec ceux-là mêmes qui œuvrent pour faire tomber son allié syrien.
    Je ne sais pas pourquoi je ne porte plus le même regard sur le personnage alors même que mon respect à l’égard du président syrien ne cesse de grandir.
    _ »
    QUE PENSEZ VOUS DE CETTE ANALYSE ?