Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie, option Kosovo au Proche-Orient

Washington envisage de bombarder la Syrie et le fait savoir. Le prétexte du jour, c’est l’usage de gaz de combat pour réprimer son opposition. Des vidéos circulent qui montrent des blessés souffrant d’asphyxie, mais n’ayant pas les symptômes caractéristiques de personnes intoxiquées par ces gaz. Pour Manlio Dinucci, cette propagande n’est pas crédible, mais rend possible une intervention de l’Alliance, que seul le président Obama peut décider.

Un homme suspecté de vouloir accomplir un homicide, choisit pour le mettre à exécution le moment où la police entre chez lui. C’est ce qu’aurait fait le président Assad, en dégainant l’attaque chimique au moment où les inspecteurs de l’Onu arrivent pour effectuer leur enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Les « preuves » ont été exhibées par les « rebelles », dont le centre de propagande à Istanbul, organisé par le département d’État états-unien, confectionne les vidéos fournies aux médias mondiaux.

Ayant désormais « bien peu de doutes » que c’est Assad le coupable et jugeant « tardive pour être crédible » l’enquête de l’Onu, le président Obama est en train d’évaluer une « riposte » analogue à celle du Kosovo, c’est-à-dire à la guerre aérienne lancée sans mandat de l’Onu par l’Otan en 1999 contre la Yougoslavie, accusée de « purification ethnique » au Kosovo.

À cette fin, le Pentagone a convoqué en Jordanie, les 25-27 août, les chefs d’état-major de Canada, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Arabie Saoudite et Qatar. En Jordanie les États-Unis ont déployé des chasseurs bombardiers F-16, des missiles terre-air Patriot et environ un millier de militaires qui entraînent des groupes armés pour la « guerre secrète » en Syrie.

Selon des informations recueillies par Le Figaro, un contingent de 300 hommes, « sans doute épaulé par des commandos israéliens », a été infiltré en Syrie depuis la Jordanie le 17 août, suivi par un autre deux jours après. Ils s’ajoutent à ceux, nombreux, déjà entraînés en Turquie. En majorité des non-Syriens, provenant d’Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Libye et autres pays, appartenant en général à des groupes islamistes dont certains sont classés terroristes à Washington. Ils sont approvisionnés en armes, provenant notamment de Croatie, par un réseau international organisé par la CIA.

Sous la chape de la « guerre secrète » rien de plus facile que de doter quelques groupes de têtes chimiques, à lancer avec des fusées sur des civils pour ensuite filmer le massacre en l’attribuant aux forces gouvernementales. On crée ainsi le casus belli qui justifie une escalade ultérieure, jusqu’à la guerre aérienne, étant donné que la guerre menée à l’intérieur n’arrive pas à faire tomber l’État syrien. Cette option, motivée par l’imposition d’une « zone de non-survol », prévoit un lancement massif de missiles de croisière, plus de 70 dans la première nuit, joint à des vagues d’avions qui larguent des bombes à guidage satellitaire en restant hors de l’espace aérien syrien.

Les préparatifs ont commencé non pas après, mais avant la présumée attaque chimique. En juillet a été déployé le groupe d’attaque du porte-avions états-unien Harry Truman, comprenant deux croiseurs et deux contre-torpilleurs lance-missiles ayant à bord des unités des Marines, qui opère dans les aires de la Sixième et de la Cinquième Flotte. Un autre contre-torpilleur lance-missiles, le Mahan, au lieu de rentrer à son port d’attache en Virginie, est resté en Méditerranée aux ordres de la Sixième Flotte. La Marine des États-Unis a ainsi à elle seule déjà positionné cinq unités navales, plus quelques sous-marins, en mesure de lancer sur la Syrie des centaines de missiles de croisière. Les chasseurs-bombardiers sont prêts à décoller aussi des bases en Italie et au Proche-Orient.

Aux forces aéronavales états-uniennes se joindraient, toujours sous commandement du Pentagone, celles des participants à la réunion en Jordanie (Italie comprise) et d’autres pays.

La Syrie dispose cependant d’un potentiel militaire que n’avaient pas la Yougoslavie et la Libye, dont plus de 600 installations anti-aériennes et des missiles de portée allant jusqu’à 300 kms. La guerre s’étendrait au Liban et à d’autres pays proche-orientaux, déjà impliqués, et compliquerait ultérieurement les rapports de Washington avec Moscou.

C’est là-dessus qu’on est en train de réfléchir à Washington, tandis qu’à Rome on attend les ordres.

Sur la guerre secrète et le potentiel militaire de l’Empire, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #506075
    le 28/08/2013 par matrix le gaulois
    Syrie, option Kosovo au Proche-Orient

    La Syrie dispose cependant d’un potentiel militaire que n’avaient pas la Yougoslavie et la Libye, dont plus de 600 installations anti-aériennes et des missiles de portée allant jusqu’à 300 kms.



    C’est bien la seule bonne nouvelle en ces derniers jours de bellicisme médiatique. Les israéliens ont déployé sur le Golan des Patriots (des missiles anti-missiles)...c’est qu’ils se doutent qu’ils ont affaire à plus armé & plus organisé (si c’est possible) que le Hezbollah...quant à l’armée Saoudienne : ça paraît logique...ça rejoindrait les théories de Meyssan sur une possible guerre Arabo-Syrienne.

    Il y a deux points-de-vues à avoir sur la campagne de bombardement à venir :

    - l’optimisme béat.
    - le pessimisme (que les pessimistes appellent "réalisme") qui vous fait terminer comme Dominique Venner.

    On peut supposer que la Syrie va terminer comme la Libye, la Yougoslavie, l’Irak ou le Liban en 1982...mener une guerre dont la finalité n’est pas de remporter la victoire mais de semer suffisamment le chaos pour justifier une croisade anti-terroriste israélienne.

    Néanmoins, on sait que :
    - le printemps arabe en Égypte a permis un retour au pouvoir des militaires (potentiels alliés de la Syrie)
    - que la crise Libanaise a accouché de la seule entité qui ait réussit à tenir tête à israël
    - que le chaos dans lequel l’Irak a été plongé a tué des milliers d’innocents mais a également entamé le mythe de l’invincibilité & de l’intégrité de l’US Army
    - qu’en Afghanistan les Talibans vont bientôt revenir au pouvoir et mettre fin au chaos
    - que l’occident est quand-même globalement ruiné
    - qu’israël souffre d’une crise sociale grave
    - & que Gaza a montré qu’elle a su se défendre (roquettes de fabrication iranienne).

    Alors, je ne veux pas jouer les benêts ... c’est sûr qu’il y a un empressement à mettre en place un N.O.M., bien-sûr. et la Syrie va peut-être tomber sous les coups de boutoirs de la volonté impériale. Elle peut tomber. Néanmoins, la Syrie a quand-même un bon système anti-aérien qui a déjà fait des misères à l’aviation turque précédemment...

    N’oublions pas ! Comme pour Goebbels ! À la fin, quand l’artillerie, l’aviation & l’infanterie ont été détruites...la seule chose qui tombe en dernier, c’est le logos (la propagande).

     

  • #506345
    le 28/08/2013 par le Serbe
    Syrie, option Kosovo au Proche-Orient

    Que la Syrie ait ou pas de quoi se défendre n’est pas la question ! Hollande doit d’abord nettoyer la France avant de donner des leçons de savoir vivre à des pays souverains !!! Marre de ces gouvernements qui nous représentent !!!! Marre !!!!


  • #506604
    le 29/08/2013 par Le Baron
    Syrie, option Kosovo au Proche-Orient

    Au lendemain du massacre délibéré à l’arme chimique de milliers d’innocents syriens , le cours de l’action du fabriquant d’armes Raytheon Company a battu tous les records. Par conséquent il est évident que cette agression bestiale est était préparé à l’avance.