Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie : révolution ou coup d’état ?

par Alexandre Latsa

Alors que l’affaire Pussy Riot n’en finit pas de faire parler d’elle, la condamnation des 3 anarchistes masquées éclipserait presque la terrible guerre civile qui est en train de se jouer en Syrie. Alors que le printemps arabe de 2011 frappe nombre de pays au proche et moyen orient, la Syrie n’est pas non plus épargnée. Dès le début 2011, comme en Tunisie, un jeune Syrien du nom d’Hasan Ali Akleh s’immole par le feu.

Dès le mois d’avril 2011, la situation se complique sensiblement, des clashs violents opposent les manifestants à l’armée Syrienne. Malgré de nombreux gestes et mesures de l’état Syrien à cette période pour tenter de résorber les tensions sociales (baisse des taxes sur les produits alimentaires, embauche de fonctionnaires, non instauration de la TVA ou encore création de fonds sociaux pour aider les plus démunis…), la tension continue d’augmenter et les manifestations gagnent en intensité dans tout le pays. La Syrie connait durant ce printemps 2011 son printemps arabe.

Dès l’été 2011 des soldats démissionnaires créent l’Armée Syrienne Libre (ASL), et les affrontements avec l’armée Syrienne deviennent meurtriers. A cette époque se crée également une hypothétique structure d’opposition : les comités locaux de coordination pour l’avenir politique de la Syrie, qui aboutiront à la création en octobre 2011 en Turquie du Conseil National Syrien (CNS), majoritairement sous domination des frères musulmans.

Le conseil National Syrien deviendra rapidement (dès novembre 2011) la branche politique de l’ASL, et il installe sa base en Turquie. Dès le début de l’année 2012 Le CNS propose aux occidentaux de lancer une campagne de frappes aériennes préventives et verse des salaires aux combattants Syriens qui affrontent l’armée régulière Syrienne. 2012 marquera une intensification des violences et le début d’une guerre civile et politique en Syrie.

En avril 2012, l’ONU met en place une mission destinée à faire cesser les hostilités, le plan Annan, qui n’aboutira pas. Dans le même temps sur le plan diplomatique et depuis le début de la contestation en Syrie, la Russie et la Chine ont, chacune, opposé trois vétos aux tentatives de l’ONU de faire pression sur Damas. Bien sur le Main-Stream médiatique ne retient que le veto Russe, suspectant la Russie de soutenir encore une fois un dictateur, comme ce fut le cas en Libye. En réalité la position diplomatique russe est beaucoup plus subtile que cela et surtout elle semble prendre en compte certains équilibres géostratégiques régionaux essentiels.

Les Russes et les Chinois forment au sein des BRICS une sorte de tandem diplomatique. Ils opposent à une vision interventionniste dans les affaires du monde, leur vision, basée sur la non ingérence et la souveraineté nationale. Il s’agit d’un affrontement entre deux conceptions du monde : l’une unipolaire et l’autre multipolaire. Pour la Chine, et la Russie, les expériences Afghanes, Irakiennes et Libyennes sont loin d’être des réussites, au contraire, les interventions militaires occidentales n’ont fait que contribuer à la destruction des états visés. C’est le cas de l’Afghanistan (absolument pas pacifié), de l’Irak (scindé de facto en trois) et de la Libye, désormais sous contrôle d’islamistes radicaux dont les supplétifs affluent pour se battre en Syrie, déstabilisant un état voisin.

En outre ni Russes ni Chinois ne souhaitent voir se réitérer l’option Libyenne ou leur non opposition aux sanctions contre le régime Libyen a abouti à une intervention militaire, non pas cantonnée à empêcher un massacre a Benghazi, mais à une guerre ouverte pour renverser Kadhafi. Comme le précise Pascal Boniface : " à ce moment Russes et Chinois mais également les autres grandes nations du Sud ont estimé qu’ils avaient été trahis d’où la persistance de leur refus d’une nouvelle décision du Conseil de sécurité".

La Syrie Baasiste de Bashar-El-Assad est un état musulman laïc et autoritaire. Contestable comme beaucoup d’autres dans la région, ce régime politique présente néanmoins d’indéniables points forts. La minorité Chiite Alaouite à laquelle appartient le président a su jusqu’à présent imposer une cohabitation pacifique entre toutes les religions en réprimant d’une main de fer les extrémistes islamiques, et protégeant les nombreuses minorités présentes dans le pays, à savoir 30 à 35% de la population. Les 65 ou 70% restants sont des musulmans sunnites au sein desquels existe une minorité extrémiste des frères musulmans, qui a pris le contrôle politique de la résistance Syrienne. Cette tendance ne représente pourtant pas la majorité des sunnites, ni même celle des opposants au régime Assad.

Dès lors on peut se demander pourquoi cette ASL bénéficie d’un tel soutien à l’étranger et d’une telle complaisance médiatique malgré des scènes abominables d’égorgements, de tortures et de massacres de partisans (civils ou militaires) de l’état Syrien qui ont fait le tour de la planète. On sait désormais parfaitement que la Syrie est devenue la terre sainte des Djihadistes du monde entier (voir ici) et que ces groupes armés d’opposition sont majoritairement financés et aidés par la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite d’une part, et par des états occidentaux (Angleterre, Allemagne, Amérique) d’autre part. Par conséquent la Syrie est actuellement victime d’une agression de l’étranger, organisée par une bien étrange coalition de dictatures Islamistes, de pays occidentaux et du principal allié de l’Otan dans le monde musulman, la Turquie.

Curieusement (?) ces états ne semblent pas du tout concernés par la situation au Bahreïn, ou une minorité Sunnite qui détient le pouvoir est fortement contestée par la majorité Chiite, et ou le pouvoir n’hésite pas à faire ouvrir le feu sur la foule désarmée, ce qui n’est à ce jour jamais arrivée en Syrie. Deux poids deux mesures ?

Le front militaire est accompagné par une guerre médiatique intense. La bataille de Damas qui a éclaté en juillet 2012 a été présentée comme une sorte de coup de poignard planté dans le dos du régime et devait nous a-t-on dit accélérer la fin de ce régime. Il n’en a rien été, l’armée Syrienne à rétabli la paix dans la capitale en moins de 15 jours, et ces jours ci, les terrasses des restaurants à Mezzés de la capitale sont de nouveau pleines.

Quand à la bataille d’Alep, présentée comme la bataille décisive pour faire chuter le régime, elle est plausiblement en passe d’être remportée par l’Armée Syrienne, dont moins de 15% des effectifs sont intervenus pour tenter de reprendre le contrôle de cette ville stratégique. En parallèle, de faux reportages ont été visiblement tournés dans des studios au Qatar, afin d’accentuer la guerre médiatique et psychologique contre l’état Syrien et démoraliser ses troupes. La Russie a été prise à partie dans cette guerre médiatique contre la Syrie, puisque par deux fois des officiels russes (l’ambassadeur russe en France, puis le vice ministre russe des affaires étrangères) se sont fait attribuer des propos qu’ils n’avaient pas tenus, appelant au départ de Bashar El Assad.

On peut dès lors se demander si l’intérêt de nations telles que la France est bien de prendre parti dans ce conflit, comme le prônent certains "intellectuels français". Si cette agression étrangère contre l’état Syrien aboutissait, elle aurait pour conséquence la destruction du dernier régime laïque de la région et on peut difficilement imaginer que la prise de pouvoir des groupes radicaux qui combattent aujourd’hui en Syrie soient favorables à la paix et la stabilité dans la région. Plus largement, l’effondrement de la Syrie Baasiste ouvrirait vraisemblablement la route à une pression accentuée sur l’Iran dont on peut se demander à quoi elle aboutirait.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #208416
    le 23/08/2012 par francky
    Syrie : révolution ou coup d’état ?

    Excellent article ou j aurais ajouté dans les fauteurs de trouble etranger : Israel...

     

    • #208472
      le 23/08/2012 par bêêê
      Syrie : révolution ou coup d’état ?

      c’est différent, ils ont beaucoup souffert..


    • #208490
      le 23/08/2012 par Kill The Emperor
      Syrie : révolution ou coup d’état ?

      En fait pour Israël et les USA la guerre contre la Syrie c’est du tout bénef :

      1) Destruction d’un pays non aligné disposant de la seule armée pouvant s’opposer à Israël
      2) Par le même coup affaiblissement du Hezbollah
      3) Ouverture de la voie pour une éventuelle attaque contre l’Iran, une fois Damas et le Hezbollah mis hors jeu.


  • #208498
    le 23/08/2012 par Daxman le belge
    Syrie : révolution ou coup d’état ?

    J’ai une petite question. Je vois depuis deux jours en boucle sur LCI le vice premier ministre Syrien dire qu’ils étaient pret a négocier un éventuel départ de Bashar et l’on voit également Lavrov aller un peu dans ce sens aussi. Les russes lacheraient ils Bashar ?? Info ou Intox ?

     

    • #208599
      le 23/08/2012 par Mwana Ya Lola
      Syrie : révolution ou coup d’état ?

      Si pour sauver les meubles, il faut que Bachar parte, il partira.

      Bashar n’est que la partie visible de l’iceberg : les forces internes et externes qui le soutiennent peuvent s’en débarrasser si elles estiment cela nécessaire.

      Mais le départ de Bashar ne signifira pas la fin du régime...


    • #208612

      Et la Belgique niveau gouvernement sa se passe comment ?j’ai entendu sur LCI que les Flamants voulaient faire sécessions.


  • #209233

    Tres bien vu. Je crois également que cet acharnement international pour faire chuter le régime syrien de la part de certains pays de l’UE, UK et USA réunis n’a qu’un seul but : Affaiblir l’Iran. Comment expliquer l’aide de ces "démocraties" a des combattants islamistes pour beaucoup affilié a Al-Quaeda, au détriment d’un pays laique en partie dirigés par des chrétiens ? Combien de temps allons-nous encore supporter la manipulation sioniste sur nos pays ? L’aveuglement de cet état raciste va nous mener tout droit a la prochaine guerre mondiale, car en cas d’attaque sur l’Iran, le probable blocage du détroit d’Ormouz, la réponse militaire US qui en découlera, suivi d’une riposte Sino-Russe et vous avez le parfait scénario catastrophe ! Merci qui ? Merci Isra-Hell ! Mais peut-etre que c’est la seule solution pour se débarasser enfin de cet état et de cette communauté maléfique, la laisser déclencher une guerre qui aboutira a sa disparition ? En quelque sorte un suicide au final bénéfique au reste de l’humanité...

     

  • #209418
    le 24/08/2012 par beaujolman
    Syrie : révolution ou coup d’état ?

    C’est quand même déja bien que l’on puisse lire clairement tout cela sur RIA Novosti , j’ai pu lire sur leur site des articles pro-occidentaux qui critiquaient clairement poutine avec toujours les mêmes méthodes de déformations.. Après nos dirigeants suceurs-professionnels de sionardocrétins iront quand même beugler sur la liberté de la presse en Russie et les droits de l’homme et de mes couilles etc.. Pardon pour la vulgarité mais on en arrive à un stade ou ca devient vraiment gravissime nos pseudos gouvernements occidentaux commencent sérieusement à puer !!