Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie : une force populaire de contre-guérilla

Par Thierry Meyssan

Dans la guérilla, la victoire appartient à celui qui est soutenu par la population. C’est pourquoi la Syrie vient de se doter de milices populaires, pour tenir en échec les Contras soutenus par l’Occident et des monarchies du golfe Persique. En trois mois, le résultat est spectaculaire : les zones où ces milices locales ont déjà été constituées sont stabilisées.

À l’issue de deux ans de combats, il est clair que l’Armée arabe syrienne, conçue pour défendre le territoire en cas de guerre conventionnelle, n’est pas en mesure de stabiliser le pays tout en poursuivant sa tâche première. Elle a vaincu sans difficultés les jihadistes chaque fois qu’ils se sont regroupés, mais elle n’a pas la capacité de combattre une guérilla mouvante qui compense son faible encrage populaire par une puissante aide logistique étrangère.

En définitive, la Syrie s’est résolue à adopter une nouvelle stratégie qui a fait ses preuves partout dans le monde lorsqu’une telle situation se présentait : la création de milices populaires permettant aux gens d’assurer la défense de leur village ou de leur quartier qu’ils sont les seuls à bien connaître. Cette « Armée de défense nationale », dont les membres sont issus des Comités populaires, est bien entendu rattachée à l’Armée arabe syrienne et il faut avoir effectué son service militaire pour pouvoir la rejoindre.

Mao Zedong expliquait que pour vaincre, une guérilla doit évoluer « dans la population comme un poisson dans l’eau ». Or, l’Armée syrienne libre s’en est montrée incapable. Dès qu’elle contrôle une zone, elle commet des exactions et les habitants se révoltent contre elle.

Pour emporter la victoire, l’Armée arabe syrienne doit réussir là où les jihadistes ont échoué : se mouvoir « dans la population comme un poisson dans l’eau ». Bien qu’issue de la population, puisque c’est une armée de conscription, elle ne peut y parvenir seule car son organisation nationale la coupe des réalités locales. Elle doit donc s’appuyer sur une force intermédiaire qui lui serve d’interface avec la population locale, dans chaque village et chaque quartier.

Par ailleurs, l’Armée de défense nationale est soumise à une stricte discipline. Armes et uniformes ne sont remis qu’à des volontaires, jeunes hommes et jeunes femmes, triés sur le volet. Il s’ensuit que les gros bras enrôlés ici et là par des élus locaux, pour assurer la sécurité comme ils le pouvaient, doivent rejoindre cette milice ou rentrer chez eux. Ainsi, dès que l’Armée de défense nationale est organisée dans un village ou un quartier, les éventuels abus commis par ces gros bras cessent. Le phénomène des Shabihas disparaît.

Au Proche-Orient, l‘exemple qui vient immédiatement à l’esprit est le Basij-e Mostaz’afin iranien, qui a déjà servi de modèle au Hezbollah libanais. Téhéran, qui refuse d’impliquer ses Gardiens de la Révolution sur le territoire syrien, a accepté de recevoir des recrues de l’Armée de défense nationale et de les former. Ce n’était pas évident, car les Iraniens ont du s’adapter à des recrues qui ne sont que rarement chiites et n’ont absolument pas l’intention de se convertir.

C’est un événement qui modifie profondément la donne géopolitique régionale. D’une part parce que cette force paramilitaire a rapidement stabilisé les villages et quartiers où elle est déjà implantée, et surtout parce que désormais le Basij et le Hezbollah se retrouvent avec un petit frère, ayant la même formation qu’eux, mais étant mixte et multiconfessionnel ; éduqué dans l’esprit laïque du Baath et non pas dans celui de la Révolution islamique.

Alors que l’un des objectifs principaux de la guerre voulue par les Occidentaux contre la Syrie était d’installer au pouvoir un gouvernement qui rompe avec le Hezbollah et l’Iran, comme l’avait lui-même reconnu Burhan Ghalioun dans un entretien au Wall Street Journal, c’est l’effet inverse qui est obtenu. La résistance commune conduit à resserrer ce bloc malgré les différences religieuses et politiques.

Il y huit mois, Sayyed Hassan Nasrallah a révélé que durant la guerre de 33 jours, le ministre de la Défense syrien de l’époque, le général Hassan Tourekmani, supervisait personnellement au Liban le déploiement des armes de la Résistance. Puis il a déclaré que le Hezbollah ne laisserait pas tomber ses frères d’armes de l’Armée arabe syrienne au cas où il adviendrait qu’ils soient en difficulté. La création de l’Armée de défense nationale va surement renforcer cette alliance par des liens humains étroits au-delà des choix politiques.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #341492

    Je parlais déjà avec des Syriens à Paris au début du conflit de l’exemple de Cuba avec Fidel Castro et de sa prodigieuse résistance à l’impérialisme... ces milices sont l’avenir de la Syrie qu’elles deviennent des combattants tavailleurs pour la reconstruction de l’économie .
    Je reste admiratif depuis la chute de Tripoli de notre héros Thierry Meyssan


  • #341515
    le 26/02/2013 par Français patriote
    Syrie : une force populaire de contre-guérilla

    Magnifique pour la Syrie,

    savoir que ces salopards d’égorgeurs d’al quaida allaient,

    sous le regard bien veillant de l’entité sioniste établie en Palestine, détruire ce beau pays m’inssuportait !


  • #341561

    il était temps que cela se fasse,les sionistes se retrouvent désormais avec une population syrienne rompus aux exercices de defense du térritoire,plus que jamais soudée par le lien du sang,je ne suis pas certain qu’israel le qatar et ses autres accolytes aient prévus ce genre de scénario.vive l’armée arabe syrienne.


  • #341577

    Bonjour, j’ai laissé un commentaire il y a quelques mois, préconisant d’armer les civils , même avec des fusils à un coup comme des 22lr, et je dirais même avec des fusils à poudre , les mercenaires étrangers n’auraient jamais pu tenir une seule ville.


  • #341583
    le 26/02/2013 par Revolver Ocelot
    Syrie : une force populaire de contre-guérilla

    Pauvre pays : il va être complètement détruit.

     

    • #341658
      le 26/02/2013 par stelianoponticos
      Syrie : une force populaire de contre-guérilla

      ce commentaire ne sert pas a grand chose.
      l’iran a ete totalement detruit aux annees
      80, et la koree du nord encore plus aux
      annees 50. ou sont ces pays aujourd’hui ?


    • #341728

      cela ne servira peut-être à rien, entendu que les rebelles ont en tête de détruire l’état syrien au moyen d’attentats à la voiture piégée...de toute façon, l’état syrien n’aura pas les moyens financiers pour tout reconstruire...la Syrie va ressembler à un autre Irak....


  • #341606
    le 26/02/2013 par Jean l’insoumis
    Syrie : une force populaire de contre-guérilla

    Il faudrait que E&R ouvre un débat tabou en France :

    - combien gagnent les officiers américains ou français qui sont en Afghanistan, au Mali, en Syrie ?

    - est-ce qu’on dort bien, est-ce qu’on peut encore se regarder dans la glace, est-ce qu’on est bien dans sa peau lorsqu’on gagne sa vie en tuant des pauvres gens sans défense pour imposer à tout un peuple des lois injustes ?

    http://rense.com/general77/hdtage.htm


  • #341722

    Je suis heureux et en même temps triste pour le peuple Syrien. Heureux parce qu’ils ont su, avec courage et détermination et face à la propagande occidentale, repousser les hordes de barbares financées par l’OTAN, Israel et ses alliés, et en même temps triste parce que ce beau pays est en ruines et profondément meurtri dans sa chair.
    Au passage : les français sont vraiment des veaux. Aujourd’hui encore j’ai failli me faire lyncher lors du repas de midi entre amis (qui commencent à ne plus l’être d’ailleurs), parce j’ai osé prendre la défense de Bachar et du peuple Syrien. J’ai essayé d’argumenter et de leur faire comprendre que les médias occidentaux ne disaient par la vérité sur la situation en Syrie, et j’ai été traité de parano, de complotiste et tenez-vous bien : d’admirateur d’un régime dictatorial et sanguinaire qui massacre son peuple avec ses avions de chasse (LoL). J’avais comme une envie de leur distribuer des baffes à ces abrutis qui ne juraient que par Obama et Grolande, mais j’ai préféré m’acharcher et me défouler sur mon steak. :D
    Pays de cons.

     

    • #341794

      Super Michel !

      Tu n’es pas tout seul.........Ma citation :" La masse (des gens) est à la masse ".
      Et la citation de Pierre Hillard :" On a beau expliquer, dans 9 cas sur 10, ça sert à rien. C’est difficile de convaincre les gens conventionnels. Et la plupart des gens sont conventionnels."

      Et cet article est une très bonne nouvelle
      ( je commençais à perdre espoir pour la syrie).


    • #341833

      Bravo en tout cas d’avoir essayé de leur ouvrir les yeux. Vu la diabolisation de tous les hors-système, il est très courageux et très difficile de vouloir essayer de convaincre les autres qu’ils sont manipulés.

      Un peu comme John Nada du film Invasion Los Angeles (LE film anti-système des années 80) qui doit quasiment casser la gueule à son meilleur pote pour que celui-ci prenne enfin conscience de la réalité.


    • #341862
      le 26/02/2013 par lesalutvientdesténèbres
      Syrie : une force populaire de contre-guérilla

      Pierre Hillard a parfaitement raison ça ne sert à rien de chercher à réveiller certaines personnes qui risquent même de vous agresser. Moi je sais maintenant qui peut se secouer et le reste. Allez dire à ces zombies que Bush a menti pour envahir l’Irak mais non ce cas là ne les secouent pas. Ils pensent que Bush était un fou mais que son successeur est "quelqu’un de bien". Moi je dis que les abrutis crèvent dans leur bêtise, on ne peut rien faire pour eux. Moi je me prépare à l’effondrement et quand ça va arriver je n’aurai aucune pitié pour les crétin qui ricanent actuellement.


    • #342195

      C’est très curieux ( en fait il n’en est rien..) mais j’ai ressenti tant de fois ce sentiment ! Il est vrai qu’il se fait de moins en moins ressentir..et pour cause : les dîners entre "amis" se font de plus en plus rares, à cause de la raréfaction des dîners... mais aussi des "amis" ! :o)

      Pour ma part, tout est parti du 11 septembre il y a quelques années. J’étais presque une caricature "professionnelle" : Essec, MBA, Grande Distribition, Edition, VPC, Banque et gestion de Patrimoine.... Jusqu’à ce que .. la crise des subprimes passant par là, de même que de graves soucis de santé, arrivé à cinquantaine.. l’affaire Dieudonné avait déjà fait tilt....puis, il y a eu Loose Change , 2 et la suite.. Je me suis alors livré ( viré de mon job j’avais du temps...) à une relecture complète de l’histoire, surtout grâce à E&R et Alain, Soral , que je suivais depuis l’époque Ardisson : 2° guerre mondiale, Shoah Business, Faurisson, accord de transfert, histoire du sionisme et création d’Israël, Finkielstein, Atzmon, Réseaux Gladio, les Balkans, 9/11, Libye, Syrie... je dévorais tout ce que je pouvais. Ma vie et ma vision du monde changeaient au fil des pages et des conférences , scotché souvent devant l’écran de mon PC , ou bien le nez dans les livres qui venaient compléter ma bibliothèque déjà bien remplie, mais finalement , avant cela , par des livres insignifiants pour ne pas dire parfois ridicules... Alors, au final, je sais déjà que je mourrai beaucoup moins idiot que je ne l’avais imaginé ! Et rien que cela , c’est déjà énorme.
      Alors merci Alain, merci Dieudo, et merci à ceux , qui comme moi, ont laissé leurs "amis " et leurs dîners en ville pour le chemin de la liberté de l’esprit, celui qui coûte très cher, mais qui n’a finalement , pas de prix.....


    • #342291

      apparemment ça fait des bobos de fréquenter les bobos


    • #342422
      le 27/02/2013 par YaourtauxFruits
      Syrie : une force populaire de contre-guérilla

      Bonjour,

      Je prends la peine de vous répondre pour que cela ne vous arrive plus.
      C est un professionnel des opérations d’influence et de déstabilisation qui vous donne ce conseil.
      La méthode, que j’ai modestement mis au point, vaut chaque fois que vous devez imposer des croyances dites "subversives" par rapport au set de croyances dominant.
      A titre personnel, j estime que des citoyens ne devraient pas faire appel à ce genre de subterfuge, car cela détruit peu à peu la confiance mutuelle et les "liens de l’amitié civique", c’est à dire la "philia" aristotélicienne.

      Plus le groupe de parole est restreint, l’idéal étant le tête à tête, plus c’est efficace.
      Il faut bien connaître le dossier, en étant "précis" factuellement.
      Il faut partager la croyance du public, et la défendre, au lieu de l’attaquer (je sais... c’est pervers)
      Mais alors, comment les faire changer d’avis, si l’on professe la même opinion qu’eux ?
      Evidemment il y a un "twist", une différence avec leur opinion. La différence n’est pas dans le contenu mais dans la "manière", dans la justification de ce point de vue, associée à une connivence feinte. J insiste très lourdement sur ce dernier point. Il faut donc être un peu acteur.

      Quelques exemples :
      - "On a eu la peau de Khadafi !!! Mine enjouée. Allez on arrose ça ! Champagne ! Kadhafi etait un s...d. Il a failli nous empêcher de poursuivre notre domination en Afrique. T imagines la catastrophe s’il avait pu emettre un dinar or ??? Suit l explication des conséquences. Conclure par "c’est sur que sa population était relativement privilégiée, mais ça n a pas été trop difficile de le faire passer pour le s...d qu’il était par ailleurs". N’empêche, on a carrément eu chaud."
      - "Cas syrien : Tain on est entrain de les défoncer... Trop bien ! C’est super important de faire exploser la région, etc etc."
      - Au bar du coin, avec le militant UMP lambda : "Je vais voter Sarko. Et vous expliquez en long et en large, comment vous profitez des largesses de sa politique fiscale, et vous ironisez sur le "prolo de base" qui vote contre ses intérêts. Vous ajoutez qu’en revanche, un vote X ou Y (le votre en réalité) serait quand même ennuyeux... Et vous finissez avec une grande claque dans le dos du type, en expliquant que c’est pas demain la veille que les veaux se réveilleront... Si après ça il a encore envie de voter UMP...


    • #342459
      le 27/02/2013 par YaourtauxFruits
      Syrie : une force populaire de contre-guérilla

      Je passe la partie "echaffaudage théorique" qui fait que ça marche.

      J’ai développé tout un tas de techniques, au delà des méthode plus ou moins raffinées utilisées par les services. Je pourrais en faire un manuel, si ca interesse des gens ?
      Notez que ce n’est pas de la com’. C est du social engeneering ; ce n’est donc PAS de l’ingénierie sociale (qui ne correspond pas du tout d’ailleurs à ce que dit "l’anglais", contrairement à ce que laissait entendre un article lu sur ce site).

      Que les choses soient claires cependant. Ne vous amusez JAMAIS à ça avec les gens qui comptent pour vous, que ce soient votre famille ou vos amis. Vous vous sentiriez franchement sales. Il y a de la vertu à perdre sans s abaisser aux méthodes de ses adversaires. C est aussi un aspect de la victoire contre le système. Par ailleurs, il n’y a pas pire adversaire que la vérité simple et nue. Aussi la franchise est-elle toujours préférable. A n’utiliser, donc, qu’avec parcimonie.


    • #342527

      Vous ne convaincrez pas beaucoup de monde car la plupart des gens sont englués dans le conformisme et formatés par la propagande télévisuelle ; ceux qui ouvrent les yeux sont à la base des gens curieux ou qui ont un "intérêt" personnel pour se renseigner sur une situation, un pays...(affinités pour cause de famille, amis, travail, etc...). J’en ai aussi fait l’expérience, et je dois dire que c’est mitigé : il y a des gens avec qui je peux discuter et d’autres non (ceux là s’en foutent car rien ne les intéresse en vérité à part eux mêmes).
      Je pense qu’il faut aussi un cheminement personnel dans la recherche de la vérité, du temps pour découvrir et évoluer par soi même...


  • Thierry Messan nous livre là une vision bien optimiste de la situation. Qu’en-est il vraiment ? J’aimerais savoir si cet homme obtient ces infos par le gouvernement syrien où s’il va lui-même voir pour nous informer ensuite ?

     

    • #341867

      Il doit avoir plusieurs sources ,les chiffres du gouvernement et des infos de contactes d autres villes.De la a penser qu il est sur tous les fronts et dans les coulisses du gouvernement en meme temp me parrait impossible .Il est asser connu et reconnue pour avoir aussi des amis dans la presse internationnal qui lui font suivre les infos .Apres comme tjs il faut savoir prendre les infos avec un peu de recul (lui meme doit faire cet exercice)


    • #342761

      Je crois bien qu’il vit à Damas.


  • #343482

    J’espère que l’optimisme de Thierry Meyssan sera davantage prophétique que celui qu’il eut pour la Libye de Kaddafi.