Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Tenue de soirée (1986) : Blanc, Depardieu, Miou-Miou, Marielle

Un des meilleurs (Bertrand) Blier, provoquant à souhait, un film sur le sens de la vie, la domination sociale et sexuelle, la bourgeoisie et le lumpenprolétariat, les mœurs et les tabous, la liberté et le déterminisme, l’amour et la violence. Et aussi sur la reconversion professionnelle et... personnelle

« Et alors, finalement, vous nous avez piqué beaucoup de choses ? »

 

La scène d’entrée homérique, dans laquelle Depardieu apprend à Blanc à parler aux femmes...

« Tu vas la fermer ou j’t’en remets une autre ? »

Gégé, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quel merveilleux film ! ("quel putain de film !" disait l’affiche d’époque)
    Depardieu est énorme, la scène avec feu Jean-Pierre Marielle (paix à son âme) en bourgeois blasé et partouzeur est proprement géniale. C’est certainement, comme le dit le court article, le meilleur Blier (avec peut-être le très sous-estimé Un,deux, trois soleil).

    Pour ceux (et celles ? - attention film furieusement misogyne) qui ne l’ont pas encore vu, courez-y ! C’est d’une grande drôlerie et d’une grande profondeur, ce qui n’est si courant, les comédiens sont tous géniaux, les dialogues font mouches et la mise en scène sous influence Bunuel est sensationnelle.

     

    • "Certainement" le meilleur Blier ? Buffet Froid et Calmos me semblent supérieurs tout de même. Buffet Froid est un rien de moins qu’un chef d’oeuvre, le seul de Bertrand Blier, avec une introduction kubrickienne, un absurde génial et LE casting (Depardieu-Blier-Carmet en tête). Calmos est son film le plus taré, très Hara-Kiri/Choron dans l’esprit. Même lui était choqué d’avoir pu le tourner et le distribuer... Tenue de Soirée est dantesque, savoureux (Depardieu surtout), mais il patauge sur le dernier quart. Blier s’y autoparodie déjà en fait (et ça n’ira pas mieux avec Notre Histoire).


    • Merci de ne pas oublier « Préparez vos Mouchoirs » sous-estimé et oscarisé, même si je suis d’accord : « Buffet Froid » c’est le meilleur, on adore ou on n’y comprend rien...
      Je n’ai pas vu le dernier car Christian Clavier c’est trop rédhibitoire pour moi.


    • Disons que c’est mon préféré, celui que j’ai le plus vu et qui m’a le plus parlé durant mon adolescence. Buffet froid, il faudrait que je le revois, il est effectivement considéré comme son chef d’œuvre par beaucoup de monde, à l’époque ça m’avait laissé froid, trop maniériste, trop chef d’œuvre, trop poseur, trop "regardez comme je suis un grand cinéaste". Mais j’étais peut-être trop jeune et impétueux (con ?) à l’époque pour saisir le sens du film. Je vais tâcher de le revoir rapidement.

      Par contre Notre histoire, avec apparemment Delon en garagiste buveur de bières, connais pas du tout. Ça m’intrigue, je vais essayer de le trouver et de me faire mon idée.


    • @plato : si vous aimez le côté Buñuel chez lui, Notre Histoire tape clairement là-dedans (surtout dès que Galabru apparaît, de mémoire, une des séquences les plus surréalistes de Blier). Sinon le B.B. maniériste et poseur pour moi c’est plus Trop belle pour toi, que j’ai trouvé imbuvable à tous les niveaux. Je vois ce que vous voulez dire concernant le côté "froid" et "regardez le grand cinéaste", y a clairement de ça ("froid" surtout, le film porte bien son titre, jusqu’à la fin sinistre), mais quand on a accepté le principe cauchemardesque, soit l’inversion systématique des réactions logiques et cette pleutrerie grotesque des personnages, c’est un des trucs les plus tordants qui soient, avec un gros côté "audiaresque" aussi dans plusieurs répliques ("vous allez m’enchrister c’type là !")... Le simple fait de repenser à la tronche déconfite du père Blier dans son gros plumard, cerné par des violonistes, suffit à me faire marrer.

      @Nono : oui, Préparez vos mouchoirs ("le p’tit père Mozart !") un Blier touchant, même si pas celui qui m’a le plus marqué. Bizarrement (ou pas) j’ai gardé qu’un souvenir très diffus de Depardieu dans celui-là, mais alors Dewaere... c’est dire à quel point ce mec était génial.


  • 1986-2019 : 33 ans, 1/3 de siècle, on ne fait pas assez attention au Temps qui passe et qui nous tuera tous et pourtant il n’a aucune mauvaise intention, c’est seulement à nous d’en faire bon usage, même si ce n’est pas toujours facile, loin s’en faut.


  • C’et pas les américains qui nous monderaient ça, je ne regarde plus de films ; car je ne les vois plus comme avant, avant il y avait pas le net pour voir plus net, trop net car le cinéma me manque, vivons bête, vivons heureux.

     


  • Le pognon il faut le prendre là où il est gros nigaud. Y en a partout, çà ruisselle dans les caniveaux, fais comme moi, t’as qu’à te baisser. Ca fatigue de te baisser, t’es fragile des lombaires ?



    Ils sont cons ces français, ils n’ont pas compris, depuis le temps. Quelle belle leçon de matérialisme mafieux. Demain, Belmondo en Rambo ?


  • Superbe ! Merci.


  • Film qui tape juste. Le bourgeois s´emmerde, parfois sans s´en rendre compte, va au ski, fait des soirées Trivial pursuit, et fréquente toujours son même cercle.
    A la fin le bourgeois se fait avoir par un lobby qui a un autre objectif que celui de sa survie, un objectif eschatologique, religieux ; mais le bourgeois continuera de faire ou on lui dit pour ne pas retourner dans la pauvreté d´ou il vient. Sa seule crainte ! Il votera ou acceptera Sarko, Hollande, Macron il y a une semaine, Chirac, etc. Le bourgeois écoute Ivan Levaï sur Inter, lit Télérama, depuis 50 ans. Le cerveau ne fonctionne pas ; il obéit a des stimulis.

    Balzac chantait l´ascension de la bourgeoisie en 11 volumes de Pleaide, Sombart explique parfaitement son génie dans Le Bourgeois, et sa lente construction depuis les lombards au XIIIe siecle. Apres 1945, le bourgeois a eu le seul mérite de naître et de profiter des Trentes Glorieuses. Il s´est mutiplié par millions. Il veut consommer, encore, et encore, apres lui le déluge. Il déteste ou du moins est circonspect devant les Gilets jaunes ; alors que 3 générations avant, leurs aieux étaient ensemble dans les tranchées et aux champs.
    Voir les films sublimes du prolifique et regretté Chabrol sur la mesquinerie ; et l´instinct de conservation du bourgeois.

    Mais le rêve du pauvre est de devenir bourgeois, fonctionnaire ou petit chef, bosser dans un open space ou dans la pub.

    Bref, faut en revenir a Maurras, du catholicisme politique comme religion d´état. Jeanne d´Arc pour ceux qui ont la chance de croire.

    La religion bourgeoise du peuple derriere laquelle se cache le pouvoir de la finance et des eskimos ; n´a d´issue que sa propre destruction, ce qui arrive actuellement.

     

    • @Gilles
      "Mais le rêve du pauvre est de devenir bourgeois, fonctionnaire ou petit chef, bosser dans un open space ou dans la pub...".
      Rien à dire de plus : la "mentalité petit-bourgeois" (c’est-à-dire "arriviste" que je préfère, de loin, au terme bourgeois trop restrictif) a contaminé une grande partie de la société. Ceci explique en grande partie la permanence de ces systèmes politiques contraires au bien commun mais favorables à la "réussite" personnelle...


    • J’apprécie votre commentaire notamment la conclusion. Chabrol était aussi balzacien, fascine par cette bourgeoisie de province laquelle tiens les manettes dans tous les petites communes et villages de France. La FM est passé par là. Qu’ils soient de gauche ou de droite. Notaires, médecins, pharmaciens, juges, chefs d’entreprises, tout ce monde se connaît, se coopte. J’ai revu Madame Bovary de Chabrol, étude de mœurs provinciale très balzacienne, Chabrol en dit long sur l’ennui de cette tribu-caste prédatrice au sein du peuple lequel est hélas encore à son service. Le cinéma, enfin d’auteur authentique, anticipe les évolutions. Ce film de Blier c’est une bombe de subversion de la même veine que le cinéma de Pasolini et Fassbinder. Les valeurs du Verseau sont entrain de révéler au monde ce que Jésus a insufflé à Judas dans l’échange d’un baiser. La bourgeoisie a contaminé le peuple a partir de 1973 lui donnant accès au crédit immobilier et en le dénaturant dans ce qu’il a de plus sain et saint, son paganisme originel pour le préparer au messianisme talmudique mondialiste. La résistance farouche revient au galop. Pourquoi ? Parce que Jesus est sorti de la sphère catholique bien trop bourgeoise et compromise. Judas ayant accompli sa mission, l’Esprit Vivants du Messager s’immisce et s’invite "tel un voleur" ! Toute la Bourgeoisie voit les échafaudages tomber : elle s’accroche, tente de récupérer à Bilderberg : peine perdue. La Parole s’accomplit ...


    • Mais le rêve du pauvre est de devenir bourgeois, fonctionnaire ou petit chef, bosser dans un open space ou dans la pub.

      Merci, en lisant Edouard Berth, j’avais déjà saisi le problème, mon problème, un de mes problèmes, je n’ai jamais compris en quoi devenir un bourgeois était une chose positive. J’ai grandi en banlieue dure, fils de professeure de lettres, qui vient d’un milieu populaire et qui s’en ai sorti grâce aux études (Khâgne etc..., travailleuse et sérieuse, comment lui en vouloir ?) mais putain de bordel, son idéal et celui qu’elle projette sur moi me dégoûte. Je n’ai jamais voulu être prof, ni écrivain, ni bosser dans la culture (chose que j’ai fait pendant 10 ans). Je peux le dire sans sourciller maintenant, c’est un milieu de crétins et de parasites, persuadé de détenir la vérité, à gratter les subventions publiques parce que leurs visions du monde en vaudrait la peine... Tout ça me dégoute profondément, gangréné par un féminisme débile, une bien bienpensance aveugle et presque hypocrite si on regarde bien. Tout est faux, tout est superficiel, c’est totalement pourri. Plus haut, quelqu’un parle de cerveaux qui ne fonctionnent pas, qui ne répondent qu’à des stimulus, c’est ça, France culture affirme quelque chose, donc c’est vrai, c’est propre, c’est intelligent, c’est brillant... Quand vous dites que vous aimez Céline, on vous toise, on se méfie, "il serait pas un peu de droite celui là ?" ou carrément dépressif....Ah dépressif, si on croit pas au système, c’est qu’on est dépressif....C’est pas juste parce qu’on est plus lucide et plus pur...Bordel de merde, j’avais un père pas dupe (qui avait lu Capitalisme de la séduction, je me souviens de la couverture d’origine dans l’étagère, il me manque, il serait sur la ligne Er à l’heure actuelle et il me soutiendrait lors des repas de famille. Au lieu de ça, à chaque fois que je lâche (subtilement) un propos politiquement incorrect, j’ai le droit à un long silence du genre c’est internet qui lui fait dire des choses comme ça... C’est insupportable.

      J’arrête de raconter ma vie, c’est seulement le dimanche quand j’ai pris l’apéro, mais je pense que beaucoup de gens pensent comme moi, souffrent de la bêtise des autres. Je ne suis pas complotiste, j’ai une formation d’historien, donc je croise mes sources et je suis sérieux et il faut être aveugle pour ne pas voir que la modernité va trop loin (je ne suis pas vraiment croyant) et que le monde part totalement en couille.


    • #2210650

      Gilles : "faut en revenir a Maurras, du catholicisme politique comme religion d´état"

      Grande idée, une parmi d’autres... mais comment faites-vous pour éviter les infiltrations de ceux qui voudront mettre ce projet à terre, quitte à ce que ça prenne des siècles ?

      Je dis pas que l’idée est mauvaise, elle est peut-être légitime, mais en pratique ?


    • highway to hell ; je ne suis pas le messie, mais un ancien gauchiste mou, mais gauchiste quand même de la masse, qui a compris en lisant l´Histoire de France que c´était la le salut. Je ne peux que faire mon petit travail de propagande, par exemple te dire de pas utiliser un pseudo anglais, même si AC/Dc est excellent.

      plato, je connais les profs de francais pour en avoir fais parti. Pas les pires car ils ont dû lire Flaubert ou Claudel. Aujourd´hui vu la salaire et la considération, l´extrême féminisation, le niveau a beaucoup baissé. Cela est sûrement plannifié en haut lieu, cette lente baisse du niveau. Des femmes qui enseignent la littérature ; quand il n´y a pas d´ecrivain femme de génie c´est louche. Une pensée mysogine mais qu´est ce qu´une femme peut comprendre de Céline ?

      Enki, pas fan du Bovary de Chabrol, faut lire Flaubert, et comprendre, pas simple. La civilisaiton du loisir donne le pouvoir aux femmes qui n´ont plus a faire d´enfants ni s´occuper du foyer. on les laisse penser ! Dés 1857, Flaubert avait vu et dit. Emma n´a pas d´enfants, lit des livres de merde ; tout est médiocre jusque son suicide. Il reste le style.
      Car, dans la bourgeoisie la femme est beaucoup plus salope que l´homme qui souvent en a ras-le-cul de ce jeu. Elle non, elle veut rester présentable. Dans Juste avant la nuit, Michel Bouquet veut se libérer de son meurtre, mais tous l´en dissuade ; jusque sa femme et maîtresse. Bouquet fini par accepter de ne rien dire ; soumise a l´idéologie dominante.

      Moralité, qui sera le sauveur ? Les Gilets jaunes ont été une premiere étape. Ce monde bourgeois, petit bourgeois, d´ou je viens m´a toujours fait dégueuler, sans savoir pourquoi. Maintenant ils sont pour Macron qui a pour métier de les ratiboiser.
      Comme le héros de Soumission, j´attends le retour a l´ordre moral pour dire comme lui du monde ancien : " Je ne regrettai rien. "


    • @plato. Je suis exactement dans le même état d’esprit que toi. La cohorte dominante "d’arrivistes non arrivés" , marionnettes de qui vous savez , m’exaspère au plus haut point. Je viens de voir " Alexandre le bienheureux" avec Philippe Noiret , un moment de bonheur, et je me dis : "c’est pas possible que la France d’aujourd’hui soit tombée aussi bas.


  • Blier, une "patte" et un ton unique dans le cinéma français.... et mondial, même ;
    Ce n’était pas le temps de christophe honoré, "la vie d’adèle" ou du pseudo-surdoué Dolan ;
    Ce genre d’impertinence serait-il possible aujourd’hui ?... c’est bien le souci

     

    • #2210583

      Pas complètement d’accord.
      Dolan a réalisé de très belles choses. Je pense notamment au film "Juste la fin du monde", avec une remarquable interprétation de Nathalie Baye, Vincent Cassel, Marion Cotillard ou encore Gaspard Ulliel.Seule Léa Sydoux est très mauvaise (rien de surprenant d’ailleurs). Ce film en quasi huit-clos est porté par un jeu d’acteur incroyable (ce n’esdt que mon avis), très peu de scénario. Un flim comme seuls les français savent sans doute le faire.
      Le problème pour ces bons réalisateurs et acteurs, c’est qu’ils ne peuvent pas aller plus loin, le subversif est interdit aujourd’hui. Si Dolan s’aventure sur ce terrain, il va vite tomber aux oubliettes.
      Nous avons de bons réalisateurs (Gaspard Noé, Jan Kounen, Xavier Dolan, etc...), et uen génération d’acteurs qui doit montrer la voie aux jeunes en leur apprenant à s’affranchir des codes de notre société actuelle pour revenir à une subversion et une liberté totale.
      Hier, j’ai regardé "Beau-Père" de Blier avedc Dewaere. Jamais un film comme celui-là, traitanrt de l’inceste, ne sortirait aujourd’hui en salle.


    • Pas trop d’accord sur Dolan, il a en effet un certain talent, celui de l’envie, le désir de faire, mais je trouve que "Juste la fin du monde" tient uniquement grâce au texte de Lagarce (brillant). Dolan est sec depuis Mommy, il a réalisé de très bon films (Laurence anyways notamment, l’histoire d’un transsexuel) mais il n’a plus rien à dire. Il ne fait qu’adapter des pièces de théâtre ou des romans à l’écran, ses mises en scène sont plutôt médiocres d’ailleurs. Il me semble surtout totalement dans l’air du temps, l’amour, toujours l’amour, toutes les pétasses de la culture se pâment devant lui alors que des tas de cinéastes contemporains ont plus de talent que lui (Nichols, Refn, et d’autres). Je l’ai vu chez Ardisson cracher sur Céline... il était pathétique.


  • Des acteurs français, des vrais ! Mais qu’est-ce qui s’est passé ?


  • Hahaha, c’était du temps où son génie de papa était encore en vie. À l’époque à laquelle il n’avait pas encore commencé son lent glissement inexorable vers la culture alimentaire. Comme nombre de ses condisciples...


  • Blanc génial.


  • Excellent merci.
    La voix de Marielle est heureusement gravé pour toujours.
    Baroin aussi a cette voix mais ne l’utilise pas pour faire marrer.

     

  • #2210325

    Un seul mot : Excellent...
    Merci pour le partage. ;)



  • T’es fragile des lombaires ?




    J’avais oublié : j’en ai encore ri aux larmes. Vous déconnez, ce n’est pas le moment merde : soyons sérieux ; le R.N. est quand même le premier partie des européennes... C’est les nerfs...lol


  • Buffet froid : Un Chef d’Oeuvre.


  • Quel régal !
    La langue française est une œuvre d’art totale, elle s’épanouit dans toutes les largeurs lorsqu’on la métaphorise au bistouri du logo de haute volée. A la Hugo, à la Céline, à la Proust, à la Bordage ou à la Audiard, on y entend l’immensité de l’Histoire, les paysages inouïs de France et la poésie des campagnes. Mais il faut être éveillé de la calebonde et cultivé comme un champ sans pesticide idéologique pour l’apprécier...


  • C’est vrai que le cinéma de nos jours c’est d’la grosse merde.


  • Depardieu est vraiment un trés grand acteur. Merci de m’avoir fait découvrir se film étrange et trés drôle que j’irai regarder lors de ma prochaine soirée cinéma.


Commentaires suivants