Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trop de sexe : ils veulent interdire le prochain film de Kechiche aux moins de 18 ans

Le Figaro écrivait, le 24 mai 2019 :

« Pas de générique, pas de réelle narration. Une intro sur un cul, des plans sur des culs. Et encore. Une discussion sur les culs. D’autres culs. Et on finit sur un cul. Plage. Boîte. Cunni. Boîte. Fin. J’adore le cinéma de Kechiche mais là, j’ai pas suivi... », a déploré le réalisateur Thibaut Buccellatto sur Twitter.

« Ça, il y en a, des fesses. Elles ont en commun d’être rebondies, tremblantes, interchangeables (...) Ce spectacle ponctue une action inexistante. Cela danse et se saoule. Ces saines occupations ne méritaient peut-être pas une telle durée », note pour sa part notre confrère Éric Neuhoff.

 

Et maintenant voici ce que dit l’association Stop au porno :

- La Rédaction d’E&R -

 


 

La polémique ne va pas rester sur la Croisette. L’association « Stop au porno » demande ce mardi dans un communiqué que le visa d’exploitation de Mektoub my Love : Intermezzo, le prochain film du cinéaste Abdellatif Kechiche, ne soit pas diffusé « auprès d’un public non averti ». En clair, elle exige que le long-métrage soit interdit aux spectateurs âgés de moins de dix-huit ans.

 

Ce film, présenté fin mai au Festival de Cannes, contient de nombreuses scènes explicites de sexe. L’une d’entre elles, qui montre l’actrice Ophélie Bau recevoir un cunnilingus sous de nombreux angles pendant 13 minutes, a particulièrement marqué les festivaliers. Ce qui incite « Stop au porno » à voir dans la prochaine œuvre du réalisateur de La vie d’Adèle « un film pornographique comme un autre ».

« On justifie un certain nombre d’images pornographiques par leur qualité artistique. Mais ces scènes de sexe non simulées ont écœuré à Cannes des spectateurs alors qu’ils sont plutôt aguerris », justifie auprès du Parisien, Jeanne Smits, l’une des membres de l’association.

[...]

La vie d’Adèle, qui détaillait la relation lesbienne de deux jeunes femmes, avait été interdit aux moins de 12 ans malgré des recours de différentes associations.

Interrogé en conférence de presse sur Mektoub my Love : Intermezzo, Abdellatif Kechiche avait expliqué avoir « voulu célébrer l’amour, le désir, le corps et de tenter une expérience cinématographique la plus libre possible, en brisant les codes narratifs ». Il avait refusé de s’exprimer sur les conditions de tournage des scènes de sexe.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

111 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Aller encore un peu de pub pour le navet, le mal est fait...

     

    Répondre à ce message

  • L’avez vous regardé ?
    Moi je me suis fait c*** a le faire pour vous, alors ce serait un mélange entre plus belle la vie et le salon de l’agriculture,filmé par le tonton un peu perv, pas de quoi en faire vibrer une, les acteurs sont plutôt beaux mais a part être un film de vacances ,il n’y a aucun intérêt culturel a ce film, le pitch étant , visiblement vas t’il réussir a la b***, bon du french movie en 2019 quoi.

     

    Répondre à ce message

    • @Sediatam
      Je vous rassure, je suis parfois déprimée et moins naïve que vous semblez le croire, quoique je rencontre à présent énormément de jeunes qui hélas sont tout aussi déprimés ou bien en colère par rapport à une société " indecente" dans toutes les acceptions du terme, et qui brise leurs rêves, brime leur imagination et ne leur donne aucun enthousiasme ni désir d’aventure, ni désir tout court, d’accord ? Et je maintiens les nevroses et traumatismes psychologiques engendrés par la pornographie, dénoncés d’ailleurs de plus en plus par les psychiatres, je suis d’accord pour la vertu, la vertu est bien une valeur morale, non ? Quant au coup de la puritaine, c’est le point godwin, désolée, je ne prône pas le puritanisme hypocrite et au contraire, mais qu’une société à tout intérêt à prôner la vertu oui, et la beauté même si la nature humaine est transgressive, au moins il faudrait plutôt élever que rabaisser, c’est ça la morale et le propre de l’humain, je sais que les jeunes filles cherchent l’argent, c’est le Dieu Argent, mais tout ne s’achète pas , autre morale, et tout ne se vend pas, et le corps humain et de tout être vivant se respecte, le sujet est vaste.

       
  • Entièrement d’accord avec l’association stop au porno, bien que sans illusion, rabaisser l’humain dans ce genre de consumérisme et de mercantilisme fait partie du nouveau monde, la pornographie est véritablement quelque chose de répugnant et extrêmement destructeur, et rarement une société a pu banaliser à ce point des comportements relevant en fait de névroses, mais ce qui est tabou aujourd’hui, ce n’est pas la pornographie, c’est l’antipornographie, les sociétés modernes en fait sont la fabrique de névrosés, il faut regarder les feuilletons americains par exemple des dernières années, c’est effarant, les voisins complotent, s’epient ,se trompent mutuellement , vont juqsqu’à tuer parfois, mais ceux qui sont choqués sont renvoyés dans " l’ordre moral", et l’ordre moral, on sait où ça mène, n’est ce pas ? Le mot morale est banni et est devenu un très gros mot, c’est en quelque sorte le point godwin du porno et de la soi disant culture moderne, l’ordre moral, vous n’y pensez pas , c’est l’ordre patriarcal, c’est la tradition, le retour de la femme au foyer, pire , le catholicisme, donc Hilter, tandis que l’homosexualité, échangisme, voyeurisme, prostitution, rencontres adultères, etudiantes qui cherchent un vieux, etc...sado masochisme, pédophilie, zoophilie, ça c’est bien, c’est le progrès, la culture, serieusement ,quelle humanité demain pour nos enfants ? C’est pourtant bien par les valeurs et la morale que l’humanité sera sauvée , ou bien cette civilisation tombera irrémédiablement dans les poubelles de l’Histoire, avec son lot de souffrances, cruautés et barbaries.

     

    Répondre à ce message


    • C’est pourtant bien par les valeurs et la morale que l’humanité sera sauvée.



      Voilà qui pour moi est faux : je préfère à ces deux menteurs, la vertu. Ce qui n’empêche pas d’effectuer toutes les pirouettes du monde (pour être poli) avec des personnes consentantes, très au fait du sujet et des possiblités (que vous ne soupçonnez peut-être même pas), où le Kāma est agrémenté de Tantras, en même quantité et qualité dans chacune des composantes formant un tout : de quoi, sans trop me tromper et bien qu’à priori, largement dépasser « la morale et les valeurs » que vous prônez : assurément quant au cheminement et au-delà lorsque le but est atteint.
      Mais l’on s’éloigne déjà vers l’est, sphère en perpétuel mouvement que l’occidental, l’esprit par trop matricé, a du mal à synthétiser (ce qui est vain puisque, à peine aurait-il fini, que nous serions déjà dans une autre temporalité).
      Aussi revenons en occident pour fixer un exemple tout simple : il est nombre de pudibonds, de puritains même, de grenouilles de bénitier qui, au gré de leurs valeurs et de leur morale, poussent des cris d’orfraie à la vue de (réels) naturistes en négligeant les Adamites des origines, lesquels étaient pourtant, on ne plus vertueux quant au but à atteindre par la nudité qui crée l’émoi jusqu’à l’outrage.
      Sans vous soumettre à quelques pratiques que ce soit, allez assister à un Kanamara Matsuri pour vous faire une idée qu’il existe d’autres conceptions de la chose : ce qui relativise morale(s) et valeur(s).

      Par ailleurs, dans l’énumération de ce que vous considérez hors de « la morale et des valeurs », vous mêlez ce qui relève des paraphilies simples, avec ce qui tient aux neurosciences et ce qui entre dans le cas de l’illégalité (selon les lois de tel ou tel pays, qui peuvent varier) : ce choix m’apparaît un tantinet casse-gueule s’il s’agissait d’argumenter pour caser valeur et ordre moral.



      [...] quelle humanité demain pour nos enfants ?




      Tout dépend si votre enfant naît homosexuel, d’un point de vue neuroscientifique.



      [...] etudiantes qui cherchent un vieux, etc.




      Elles ne cherchent pas « un vieux », elles cherchent de l’oseille gagnée plus rapidement qu’à Auchan, comme 75% des femelles duplices : en second rideau elles sont hypergames.

      Concernant les feuilletons américains, je ne vous invite pas à aller voir les interactions familiales dans ceux qui émanent du porno, ce n’est plus effarée que vous allez être, c’est attérrée, déprimée.

       
    • @Athena Nous vivons dans une société profondément nihiliste ou sous prétexte des atrocités commises à la seconde guerre mondiale, tout est à bannir. L’autorité, la féminité, la parentalité, le patriotisme, la religion, la royauté, l’histoire, le moyen-âge tout cela est proscrit par la doxa car considéré comme rétrograde.

      Alors que le mensonge, le vice, la traîtrise, la misandrie, l’enculade, la laideur sont des vertus. Je vous comprends pour les séries américaines, je n’en regarde plus beaucoup parce qu’elles comportent tout se que je hais : féminisme forcé, homosexualisme poussé à l’extrême et cette diversité forcé, tout cela m’écœure plus qu’autre chose. Je ne peut plus regarder leurs films romantiques non parce qu’ils n’ont rien de romantique, ils sont tellement niais qu’ils sont une insulte à l’intelligence. J’ai toujours du mal avec se concept du prendre et jeter son amoureux pour des raisons stupides pour en reprendre un autre. Ça brise la dynamique relationnelle.

       
  • Faut arrêter le grand délire sur l’éducation sexuel à l’école, aucun enseignant n’apprend à vos enfants à se masturber ni aucune autre "technique".

     

    Répondre à ce message

  • On sait d’emblée que tel film est une pure merde quand on lit dans la presse un titre parlant de ce film avec quelque attrait au sexe : quand tu n’as plus rien que le cul pour faire parler de ton travail (je n’ose dire œuvre par respect aux vrais artistes), tu produis essentiellement de la merde. Ce n’est rien d’autre que de la pub déguisée pour attirer les assoiffés tels les "pute à clic" YouTube.

     

    Répondre à ce message

  • UN SEULE QUESTION SE POSE : creuse ou à ailettes ?

     

    Répondre à ce message

  • #2214712

    Avant, les actrices porno rêvaient de reconnaissance et consécration en devenant actrices "classiques" grand public. Aujourd’hui c’est l’inverse.

     

    Répondre à ce message

  • Ce film devrait être interdit tout court puisqu’il est constitutif de racisme anti blanc.
    Comme si on allait dans un pays arabe faire un film ou des blancs baisent des jolies arabes de la vie quotidienne qui sortent le soir.Ici le male attirant et dominant en France serait donc l’arabe et les males blancs sont inexistants.Ce qui relève in fine d’un racisme anti homme blanc.Qui est bien réel.Les africains noirs et arabes quand ils le peuvent se groupent en meutes pour evincer les males blancs.Sauf si ces derniers adoptent les codes racaille.Comme les blancs ne veulent pas paraitre racistes et qu’ils ont plus de considération morales,eux ne le font pas ou beaucoup moins.Et beaucoup de femmes blanches par peur,lacheté,bêtise se soumettent totalement à ce système.

    Toutes les insultes de femmes "responsables" de l’UNEF de "responsables" de LFI
    illustrent la généralisation de ce climat dans les plus grandes régions de France.Les provinces et Paris intra muros etant pour encore quelques temps et pour partie épargnées.

    Ce film de kechiche,qui sait bien exploiter ses acteurs parfois,il y a une belle scène de violence amoureuse dans la vie d’Adèle,qui illustre une réalité qu’on peut dire parfois son amour avec de la haine à cause de la souffrance,participe au climat général qui est lui même voulu par le système oligarchique.

    Les actrices accusent Kechiche de les avoir contraintes par des pressions morales à avoir des rapports sexuels réels dans le film.
    C’est à dire à se prostituer aux yeux de tous.Et aucune ne porte plainte par peur de ne plus trouver de travail et par honte de ce qu’elles ont accepté de faire.Les #Metoo qui trouvent normal d’emprisonner des mois un homme pour une gifle ou une main aux fesses,la ,dans une situation infiniment plus grave,ne disent rien car le réalisateur est arabe et parle d’un phénomène voulu par le système.

    Ce n’est pas par courage qu’elles appellent à la délation systématique les femmes en assimilant quand ca les arrange la drague ou la séduction à du harcèlement,c’est par lacheté.

     

    Répondre à ce message

  • Trop de sexe tue le sexe.

     

    Répondre à ce message

  • En gros il compense la médiocrité scènaristique de son film par du cul. Le fameux scénario taper sur un clavier ne comportant que trois lettres : S.E.X ou S.O.X.
    Se film va permettre toujours libéraliser plus le porno qui sera diffusé dans des salles grand publique, permettant de corrompre encore plus les plus jeunes.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents