Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump : "Je vais autoriser la déclassification des dossiers relatifs à l’assassinat du président Kennedy"

Quel joueur d’échecs ce Donald Trump ! L’ancien promoteur immobilier a beau subir une monumentale pression médiatique journalière, il n’en demeure pas moins un négociateur de premier ordre.

 

D’une main il donne des gages formels aux caciques de l’atlanto-sionisme (Corée du Nord, UNESCO, « décertification » de l’accord sur le nucléaire iranien), de l’autre il multiplie les messages à l’intention de l’État profond. Rappelons que le Président des États-Unis et son entourage possèdent certainement :

- les preuves de son espionnage par l’administration Obama ;
- les preuves des malversations de la Fondation Clinton ;
- les preuves de la corruption de nombreux membres du Parti démocrate ;
- sans parler de ce qui concerne les financements de l’État islamique, le 11 Septembre ou le Pizzagate...

La subtilité de l’annonce du jour étant que certains en profiteront pour incriminer Cuba et la Russie (ex-URSS), ce qui permettrait au milliardaire de se « blanchir » des accusations de complicité avec Vladimir Poutine.

La partie continue.

- Rédaction E&R -

 


 

Donald Trump a autorisé la publication des milliers de documents relatifs à l’assassinat du président John Kennedy, dont le maintien sous scellés pendant plus de cinquante ans a donné lieu à la prolifération de théories plus ou moins farfelues.

 

Une nouvelle que certains attendaient depuis plus de cinquante ans. Donald Trump a annoncé dans un tweet que la plupart des dossiers JFK (initiales de John Fitzgerald Kennedy), regroupant les enquêtes sur l’assassinat du président Kennedy en 1963, longtemps bloqués et classés top secret, seront prochainement disponibles.

 

 

« Sous réserve de la réception de nouvelles informations, je vais autoriser, en tant que président, que les DOSSIERS JFK longtemps bloqués et classés top secret soient ouverts », a ainsi tweeté Donald Trump le 22 octobre.

Moment charnière de l’histoire des États-Unis, l’assassinat le 22 novembre 1963 du jeune président à Dallas, au Texas, alimente depuis des décennies des théories alternatives, notamment dues au fait que le tireur, Lee Harvey Oswald, ait lui-même été assassiné deux jours après son arrestation. Les conclusions controversées de de la Commission d’enquête présidentielle Warren, parues en 1964 et démenties partiellement par des commissions officielles ultérieures, ont elles aussi apporté de l’eau au moulin à des dizaines de théories plus ou moins farfelues pour expliquer l’un des assassinats les plus célèbres de l’Histoire.

 

Pressions de la CIA

Les spéculations avaient repris un nouveau souffle après la sortie du film JFK d’Oliver Stone en 1991. Face au débat public alors décuplé, une loi avait été signée en 1992 imposant la publication de tous ces documents, tout en conservant sous scellés une partie d’entre eux jusqu’à la date limite du 26 octobre 2017. Le président américain peut toutefois encore décider d’en maintenir certains secrets, pour des questions de sécurité. Une option que Donald Trump se réserve dans son tweet et qu’un responsable de la Maison-Blanche a encore mis en avant.

 

 

« Le Président estime que ces documents devraient être rendus accessibles dans l’intérêt d’une transparence complète, à moins que les services [de renseignement et sécurité] ne fournissent une justification claire et convaincante liée à la sécurité nationale ou au maintien de l’ordre », a déclaré ce responsable cité par l’AFP.

Citant des membres de l’administration, le magazine Politico avançait le 20 octobre que Donald Trump était sous pression, notamment de la CIA, pour qu’il bloque la publication de certains de ces feuillets, notamment ceux datant des années 1990 car ils pourraient exposer des agents et informateurs encore en activité.

 

Une grande partie des archives déjà révélées

Cinq millions de documents environ, provenant essentiellement des services de renseignement, de la police et du ministère de la Justice, sont conservés à Washington au sein des murs des Archives nationales. L’immense majorité, 88 %, ont déjà été révélés au public, selon cette institution et 11 % ont été publiés après avoir été caviardés.

Le 26 octobre, 3 100 documents qui n’ont encore jamais été dévoilés au public pourraient être finalement publiés, selon les médias américains, ainsi que la version complète de dizaines de milliers de documents qui avaient auparavant été caviardés.

Plus de 40 000 livres sur JFK avaient déjà été publiés au 50e anniversaire de sa mort, en 2013. Selon un sondage Gallup de l’époque, 61 % des Américains pensaient encore qu’Oswald, assassiné deux jours après la mort de JFK, n’était pas le seul assassin, ce pourcentage étant toutefois le plus bas en cinquante ans.

 

Le père de Ted Cruz, « avec Lee Harvey Oswald juste avant sa mort »

Donald Trump lui-même avait surfé sur la méfiance des américains envers la version officielle de l’assassinat du président Kennedy. Il avait en effet affirmé pendant la campagne de la primaire républicaine que le père du sénateur du Texas Ted Cruz, d’origine cubaine, avait été vu en présence de Lee Harvey Oswald juste avant l’assassinat.

« Que faisait-il avec Lee Harvey Oswald juste avant sa mort ? C’est horrible », avait déclaré le futur président américain sur Fox News à propos de Rafael Cruz, qui avait combattu avec Fidel Castro avant d’en devenir un farouche opposant. L’ambivalence de Lee Harvey Oswald, soupçonné d’avoir eu des liens à la fois avec les milieux castristes, mais aussi anti-castristes a en effet alimenté son lot de spéculations et de théories.

« Cet homme [Trump] est un menteur pathologique », s’était cependant défendu Ted Cruz qui s’est depuis rallié au président républicain.

Lectures indispensables pour comprendre le réel rapport de force,
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Qui irait écrire et classifier la vérité ?
    Sachant que tôt ou tard ce sera déclassifié, ou rendu public.

    Peut être 10,20,30 ou 50 ans après les faits, mais sur le moment, c’est l’inconnu, alors pourquoi prendre le risque de remplir des fichiers officiels ?
    Quelques fichiers officieux, qui circulent en cercle restreint, sont bien plus efficaces....et appropriés.

    C’est étonnant ce mythe des agences de renseignement/ espionnage (ou contre espionnage/ agences militaires) qui un jour diront la vérité vraie... au nom de quoi ?
    Pour faire plaisir au peuple ? en vertu d’une certaine morale ?

    C’est ridicule.

     

    Répondre à ce message

  • Hahaha, il est à craindre que les documents dignes d’intérêt aux US n’aient été détruits, cachés (voir jamais rédigés) depuis longtemps. Panem et circences...

    Les seules pièces valables concernant l’Histoire de la mi-XXe siècle à nos jours, doivent hélas se trouver dans les archives des non-alignés de la Guerre Froide, en Israël et chez des « privés ». Qui les gardent bien au chaud pour faire pression en faveur de leurs intérêts propres...

     

    Répondre à ce message

    • #1824803

      ...ou alors Trump sait déjà qu’il y a des infos déterminantes dedans, il joue une partie serrée avec L’État profond, je ne le vois pas bluffer sur du vent, JFK c’est encore quelque chose de passionnel pour beaucoup d’américains, si cela fait avancer l’affaire il marquera des points dans l’opinion et enverra un message sérieux à ses ennemis de l’intérieur....
      Wait and see...

       
    • 《Hahaha, il est à craindre que les documents dignes d’intérêt aux US n’aient été détruits》 Ceux qui remontent à l’entité sioniste, par exemple ?

       
  • #1824775

    Les commanditaires sont les exécutifs de l’Etat profond US

    Le donneur d’ordre, Angleton (ancien avocat de Wall street) directeur de l’OPC, le service des coups tordus au sein de la CIA. C’est le même qui fit flinguer Monroe et ceux sont les mêmes qui organisèrent l’assassinat de Robert Kennedy.

    Les tueurs étaient derrières la palissade. 2 tueurs cubains (d’ou l’allusion de Trump pour pointer la filière cubaine). Des cubains émigrés porte flingue de la CIA. L’OPC utilisait les cubains rescapés de la Baie des Cochons, qui s’étaient reconvertis en mafia dans le trafic de drogue (héro) pour le compte de la CIA qui déjà finançait ses opérations en Asie avec la drogue. (Comme Bill Clinton finança avec Reagan et Bush la mise en place de l’Alena et du NWO par la coke, on parle même de Clinton connection).

    Les motifs ? Il y en avait 3 valables.

    1.Dulls directeur de la CIA avait été limogé par Kennedy. C’est une bonne raison pour le haïr mais pas pour le tuer. Ceci dit Kennedy combattait l’état profond au sein de la CIA, et en ne soutenant pas l’OPC ( il s’était opposé à la baie des cochons, au Vietnam...) il s’était mésallié avec le complexe militaro industriel et bloquait leurs initiatives.

    2.Il voulait déclassifier Rosewell et dénoncer les projets militaires secrets issus de la rétro-ingénierie de Rosewell et sur lesquels Eisenhower avait déjà perdu la mains. Oswald avait été recruté par la Nasa. La Nasa crée pour cacher Rosewell mais aussi bastion des programmes MK Ultra de mise sous contrôle de l’esprit.

    3. Il voulait agir contre la Fed en adossant le dollar à nouveau à un métal

    Voilà 3 bonnes raisons de se faire flinguer par l’Etat profond puisqu’il avait décidé de s’attaquer à l’état profond en reprenant en main la présidence.

    Si Trump représentait un réel danger pour l’Etat profond il n’aurait pas été élu mais bien stoppé en amont des élections. Il y a bien longtemps qu’on l’aurait dissuadé voir éliminer.

    Ce fameux jour, Bush senior apparaît sur une photo appuyé contre le mur de la libraire depuis laquelle était censé avoir tiré Oswald. Oswald n’y a jamais été (comme les pirates de l’air du 11/9). Le dossier d’Oswald avait été falsifié par la CIA et il ne s’appelait pas Lee Harvey mais Lee Henry. Comme les Ben Laden qu’on flingue au Pakistan alors que le vrai est dans une clinique aux Emirates.

     

    Répondre à ce message

    • "Si Trump représentait un réel danger pour l’Etat profond il n’aurait pas été élu mais bien stoppé en amont des élections. Il y a bien longtemps qu’on l’aurait dissuadé voir éliminer."

      Ce n’est pas logique puisque JFK s’est aussi fait élire alors qu’il combattait pourtant l’État profond...

       
  • Franchement j’ai des doutes que l’état profond ait laissé des documents particulièrement compromettant dans ses archives secrètes. En 50 ans on a le temps de faire le ménage et de brûler avec un zippo ce qui pourrait être emmerdant. Et je doute encore plus que l’on ait en premier lieu laissé rédiger et classifier des documents qui révéleraient ouvertement le complot...toutefois au milieu de plusieurs milliers de pages il pourrait s’être glissé des "détails" révélateurs. Par exemple l’autopsie et l’analyse balistique pourrait fournir des éléments prouvant qu’il aurait eu plusieurs tireurs, ou que par exemple deux armes différentes auraient été utilisées...mais je doute que l’on y trouve des trucs explicites.

     

    Répondre à ce message

  • Oui bof ça ne fait passer toutes les couleuvres qu’il nous fait avaler, vraiment pas.

     

    Répondre à ce message

  • En homme de son époque, je ne sais pas si Laurent Joffrin reprendrait aujourd’hui le vocable dont il usait il y a quelques années pour parler de l’assassinat de JFK. Dans une de ces émissions d’investigations dont la télé raffole, il démontait la thèse officielle en s’appuyant sur la trajectoire improbable de la balle. L’a notion de thèse officielle invalidée par des invraisemblances physiques n’était pas tabou à ce moment là.

     

    Répondre à ce message

  • Je m’intéresse à cet assassinat depuis tout gamin. Le journal de Mickey avait même réalisé une manchette quand le film de Stone est sorti. Évidemment à l’époque j’étais bien trop jeune pour m’apercevoir qu’Oliver Stone est un "dissident officiel" qui gratte partout sauf là où il faut, et bien trop jeune pour réaliser que son producteur, Arnon Milchan, est un commissaire politique qui protège les vrais commanditaires et coupables. Pendant des années je suis tombé dans toutes les fausses pistes qui ne mènent à rien. Et un jour j’ai tout compris. En fait c’est simple à découvrir en raisonnant ainsi : tous les complots de l’histoire sont un jour ou l’autre connus de tous, quand les commanditaires ne sont plus aux manettes. Donc, les commanditaires de l’assassinat de JFK, RFK (on l’oublie trop souvent lui), du coup d’état dénommé "watergate"et des attentats du 11 septembre, détiennent toujours les leviers de l’information. Alors chers amis, qui est-ce ???
    "Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour."

     

    Répondre à ce message

    • Vous oubliez John F Kennedy Jr qui se presentait face a Hillary Clinton pour le poste de Senateur a New-York.

       
    • pour GB : effectivement on peut dire quelques mots sur JFK jr. Il a fait passer un mot à Michael Collins Piper indiquant qu’il savait que la thèse développée dans son livre "Final judgment" était la bonne. Le magazine qu’il possédait, "George" fit paraître un article indiquant que l’assassinat d’Yitzhak Rabin était le fait des services secrets Israéliens. De plus comme vous le rappelez, il prévoyait de se présenter aux élections contre Hillary Clinton, première marche qui le mènerait aux présidentielles où il pourrait rouvrir l’enquête sur les décès de son père et de son oncle. Il n’y arrivera pas. Je me rappelle la une d’un journal à l’époque : "y-a-t-il une malédiction Kennedy ?" Les cons....

       
  • #1824914

    La CIA (contrôlé aujourd’hui à 80% par la Cabale) flippe pour ses fesses : La CIA conseille à Trump de retarder la publication de 3 000 documents inédits sur l’assassinat de JFK

    https://www.anguillesousroche.com/e...

     

    Répondre à ce message

  • Trump est dans la ligne de mire lui aussi ,il a conscience que ses services secrets et l’administration complotent contre lui alors il s’agite fait des déclarations à l’emporte pièce dit tout et son contraire ;attention à ce jeu là il risque fort d’être assassiné et avoir déclarer une guerre en même temps du moins ce sera sa signature mais c’est pas lui qui l’aura signé un petit photomontage vidéo ça passera comme une lettre à la poste !

     

    Répondre à ce message

  • #1825766
    Le 24 octobre à 12:09 par Gelée Royale Air Force (GRAF)
    Trump : "Je vais autoriser la déclassification des dossiers relatifs à (...)

    Au moment où Kennedy met sa main sur sa gorge et que ses gardes regardent derrière, Oswald était à l’entrée de la bibliothèque derrière la foule, comme le prouve une photo de James Altgens de AP...

    On comprend que JFK Jr. ai lancé un journal conspi avant d’être abattu en avion...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents