Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trump, Poutine, Xi Jinping, Boris Johnson et Mohammed ben Salmane : un autre Ordre mondial imprévu émerge

Nous vivons une époque extraordinaire, pleine de faux-semblants, de mensonges entrecroisés et de vérités occultes, contre lesquelles toutes les conjurations d’imbéciles semblent se liguer...

 

Cette crise du Coronavirus sonne comme un point d’orgue, mettant en tension tout le ban et l’arrière ban des menteurs et autres éditorialistes patentés, stipendiés pour nous faire penser le plus loin possible de toute logique rationnelle. L’histoire qui s’écrit sous nos yeux en est tellement brouillée, que nombreux sont ceux qui se résignent à contempler ce ballet grotesque. Cette histoire dont nous sommes les acteurs nous est, de fait, confisquée, tant et si bien que derrière ce voile de mensonges peuvent s’activer impunément tous les marionnettistes pour déployer sans fin leurs intentions subversives…

« Il y a deux Histoires : l’Histoire officielle, menteuse qu’on enseigne, l’Histoire ad usum delphini puis l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ». Ces mots énigmatiques de Balzac rejoignaient ceux de Disraeli qui avait pressenti de grands massacres à venir en Europe, à partir d’une agitation subtilement cornaquée par les grands affairistes internationaux depuis Londres : « Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne se l’imaginent ceux dont l’œil ne plonge pas dans les coulisses. » Ces deux éminents connaisseurs de leur époque eurent en commun de révéler subtilement leurs grandes manœuvres occultes, mais sous une apparence de fiction, ce qui correspondait à l’époque au maximum dans la dénonciation sans perdre pour autant leur situation...

 

Deux niveaux de compréhension, ou la limite de la démocratie face à la subversion

Les esprits lucides sauront comprendre qu’en ce sens, rien n’a changé aujourd’hui. Il y a toujours deux niveaux de compréhension, une dualité inévitable qui pose en filigrane le problème inévitable de la démocratie : l’impossibilité, certes, d’expliquer toutes les problématiques en temps réel à tout le monde en même temps. Mais également, partant de là, la terrible facilité pour des opérateurs « indélicats » ou plutôt subversifs, de profiter de l’inertie et de la paresse des masses, de jouer de leurs émotions comme on jouerait d’un piano, afin de les amener à leur propre perte. Toute la problématique des idéologies se résume ainsi : des constructions d’idées artificielles, séduisantes, prétendant remplacer la réalité, pour amener finalement le bon peuple à désirer ardemment sa propre perte… Les idéologies rouges comme noires du XXe siècle en témoignent, de même que leurs ramifications plus récentes : pêle-mêle le djihadisme, ce bolchevisme du XXIe siècle prétendant remplacer l’Islam, mais aussi l’antifascisme « réactivé », l’antiracisme de synthèse, et toutes sortes de délires débilitants à la Greta Thunberg, masquant l’avancée de la pire idéologie de toutes : le mondialisme, dont les émanations ont en fait été à l’origine de toutes les idéologies mortifères récentes.

À notre époque également, la fiction permet toujours de révéler des faits dérangeants, dans les époques troublées où toute révélation frontale signifie bien souvent la mort. Et même une fiction trop « inspirée » peut causer la mort. Le destin de Tom Clancy à ce titre, et sa mort que d’aucuns ont pu considérer comme suspecte, l’a mêlé à des événements qui virent une tentative de détournement subversif de la République américaine, laquelle aurait dû être parachevée par l’arrivée d’Hillary Clinton à la présidence des États-Unis. Pour conjurer ce risque, des martyrs se sont ainsi dressés pour divulguer des révélations subtiles et synchronisées, qui ont pu aboutir à un changement historique. Mais un changement qui n’est pas encore réellement compris en France…

De fait, ce changement fut double, orchestré parallèlement sur deux théâtres d’opérations cruciaux pour parvenir à modifier le futur : au Moyen-Orient, avec l’inversion du sort des armes en Syrie grâce à la Russie de Vladimir Poutine ; et aux États-Unis, grâce à une action résolue qui porta un coup d’arrêt à la tentative de subversion des États-Unis, aboutissant à la victoire inattendue du président Donald Trump. Ces deux retournements de situation furent en fait subtilement synchronisés, à partir de la révélation en 2015 d’un « partage d’informations » depuis les États-Unis vers la Russie. Un partage en apparence « contre nature », qui émanait en fait de l’Armée américaine, et fut mené à bien dans le dos du président Obama, afin de mettre en échec la guerre de Syrie et le découpage hasardeux du Moyen-Orient qui était alors ourdi en coulisses.

 

La Restauration de la République américaine, tournant historique capital contre la Subversion

Cette velléité des forces de sécurité américaine visant à conjurer la Subversion aux États-Unis se déclencha discrètement dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001, mais ne put éclore réellement qu’à partir de l’affaire de Benghazi (septembre 2012) : l’Armée américaine et les patriotes américains vécurent bien mal à l’époque, d’avoir dû laisser mourir un Ambassadeur américain arabisant, J. Christopher Stevens, avec la pleine complicité de Barack Obama et d’Hillary Clinton, au nom d’intérêts qui n’avaient rien à voir avec les intérêts stratégiques des États-Unis.

Au gré de cette sourde protestation, de nombreux lanceurs d’alerte sortirent alors progressivement de l’ombre : parmi eux notamment ceux qui avaient dénoncé les zones d’ombre de la guerre d’Afghanistan (Lt-Col. Shaeffer), ou bien les curieuses connexions avec les attentats de Boston de 2013 (Sibel Edmonds), ou encore l’omerta sans précédent suite au 11 septembre 2001 (Steve Pieczenik). Ce sont ces mêmes lanceurs d’alerte, Steve Pieczenik en tête, qui formèrent ensuite le fer de lance des révélations calculées progressivement, amenant au grand jour le travail occulte réalisé en sous-marin par les forces de sécurité et les patriotes américains. Ceci, afin de mettre en échec la tentative de coup d’État « en douce » qui aurait définitivement soumis les États-Unis au pire des mondialismes. Le mot d’ordre fut lancé par Steve Pieczenik en octobre 2015 : quand les Services secrets sont contraints de faire des « sales boulots » au mépris de leurs serments, par des personnels politiques qui ne sont rien d’autres que des traîtres, ils se vengent tôt ou tard…

Illustration par Qanon n°4241, 14 mai 2020 :

Un membre des forces spéciales américaines, avec le logo « Punisher » (en référence au film éponyme) régulièrement utilisé par Qanon, montrant dans sa main le nom des 4 américains assassinés à Benghazi (dont l’ambassadeur Stevens), avec la mention « nous n’oublierons pas », et le surnom d’Hillary Clinton : « Killary » (Hillary la tueuse, allusion à sa responsabilité dans le fait d’avoir laissé se commettre l’attaque).

 

 

Et ce « Contre-coup » d’État, en réponse à cette tentative de coup d’État « en douce », ce fut la victoire du président Trump. À vrai dire pas uniquement, puisque cette victoire du président Trump ne signifia en fait que le début d’une épuration antisubversive de longue haleine aux États-Unis, laquelle a eu lieu en coulisses depuis maintenant quatre ans (2016-2020), et n’est certainement pas terminée… Mais cette victoire de Trump fut l’élément historique qui rendit possible une Restauration de la République américaine, en forme de Seconde Révolution américaine dans « l’esprit de 1776 ».

En effet, la victoire de Donald Trump à la présidence des États-Unis n’a pas dissipé tous les problèmes du jour au lendemain, dans la mesure où les racines de ces problèmes remontaient à des décennies de détournement de l’État aux États-Unis, voire même à des siècles pour ce qui concerne les aspects les plus sensibles. On peut comprendre en effet les éléments documentés relatifs à des décennies d’instrumentalisation anglo-américaine du terrorisme : pour des raisons relativement légitimes en Afghanistan contre l’URSS, mais bien moins légitimes au Moyen-Orient ou en Yougoslavie… Et même aux États-Unis où, au plus fort de l’époque subversive d’Obama, on vit émerger d’étranges centres de formations de terroristes djihadistes sur le sol même des États-Unis (« Islamberg »), non sans lien avec certaines attaques suspectes couvertes par un silence encore plus suspect des autorités. À un niveau supérieur de méta-analyse, on peut également reconnaître l’aspect historiquement inconstitutionnel de la mise en place de la FED aux États-Unis et toutes ses conséquences en termes d’attrition monétaire, qui initièrent l’endettement artificiel des États-Unis.

Mais lorsque l’on vit le Podesta Group, en tant que cheville ouvrière de la corruption d’un certain Barack Obama par l’entremise de pays bien identifiés du Moyen-Orient, le fait que son directeur John Podesta ait été dans le même temps directeur de campagne d’Hillary Clinton, pouvait déjà laisser envisager quelques « irrégularités institutionnelles ». Lorsqu’ensuite fut établie une connexion directe entre Huma Abedin, la vice-directrice de campagne d’Hillary Clinton, et les Frères musulmans, nombre de patriotes américains pouvaient dresser d’autant plus l’oreille, que la même Huma Abedin était impliquée dans le scandale des monceaux de courriels secrets laissés au grand jour par Hillary Clinton. Lorsqu’ensuite la même Huma Abedin avait utilisé, pour ses échanges de courriels non protégés avec H. Clinton, l’ordinateur de son conjoint Anthony Weiner, par ailleurs mouillé dans une affaire de transgression sexuelle connue, de troublantes connexions apparaissaient avec d’autres réseaux interlopes. Lorsqu’enfin le même John Podesta, suspecté pour plusieurs affaires pédocriminelles, devenu entre-temps directeur de campagne d’Hillary Clinton, se trouva en connexion directe avec l’affaire pédocriminelle majeure du Pizzagate, ainsi qu’avec le pseudo-« art » d’une Maria Abramovitch dégénérée non loin derrière ces deux personnages, alors… Même les esprits les moins initiés se trouvèrent forcés de ressentir instinctivement que cet entrecroisement d’irrégularités, dépassant certes l’analyse rationnelle, cachait une tentative de détournement fondamental de l’Histoire des États-Unis.

Doit être en fait comprise ici une superposition de luttes d’influence entre le meilleur et le pire, dont les racines remontent aux très vieilles dégénérescences égypto-sumériennes trop peu comprises aujourd’hui. On en retrouve des traces dans notre Histoire ancienne : dans l’Ancien Testament puis dans l’Histoire connue depuis la révolte des Macchabées : l’opposition entre la spiritualité des prophètes contre d’anciens cultes déviants, puis contre un certain fanatisme clérical conspirant contre son propre État, à partir des princes hasmonéens de Judée. On en retrouve des expressions encore aujourd’hui en Israël, avec les exigences prétendument religieuses opposées au réalisme des serviteurs de l’État israélien comme Benny Gantz, ou des patrons du Mossad Meïr Dagan et Tamir Pardo… Les serviteurs de l’État n’ont pas manqué d’héroïsme non plus en Israël, pour éviter le pire et contenir les tendances messianiques les plus bellicistes, laissant ainsi envisager des solutions plus réalistes et viables avec les Palestiniens.

C’est en Syrie avant tout qu’eut finalement lieu, par un subtil contrôle réflexif unifiant plusieurs grandes puissances majeures, le volet militaire du coup d’arrêt visant à conjurer les initiatives les moins avouables au Moyen-Orient. Dans une moindre mesure aussi au Yémen, pour mettre en échec une guerre générale contre tous les restes d’harmonie ayant survécu aux guerres scélérates de l’ère Bush Jr./Obama. Mais c’est bien aux États-Unis qu’eut lieu le vrai combat : un combat de civilisation, pour mettre en échec une subversion telle que l’on n’en avait plus vue depuis Néron. Et comme du temps du général et consul Corbulon, les Légions furent à la pointe de ce combat : spécialement l’Armée américaine, le Renseignement militaire (DIA) et la NSA.

 

Une crise opportune du coronavirus, pour masquer une épuration en phase finale

Il existe peu d’exemples dans l’Histoire d’une épuration aussi difficile menée contre une administration aussi largement gangrenée, avec un grand nombre d’opérateurs politiques nationaux jouant délibérément contre les intérêts stratégiques des États-Unis. Tout juste pourrait-on comparer cet effort avec celui qui eut lieu durant la République de Weimar, un sujet de toute façon trop peu compris aujourd’hui. Mais après quatre ans de combat antisubversif mené en coulisses aux États-Unis depuis l’affaire de Benghazi (2012-2016), puis encore quatre ans de purge devenue toujours plus évidente depuis 2016, il semble bien que ce « duel des destins » ait atteint aujourd’hui sa nouvelle étape paroxystique aujourd’hui : une nouvelle et certainement ultime étape de cette lutte antisubversive pour la civilisation se déroule sous nos yeux, dans le monde entier et plus spécialement aux États-Unis.

L’écran de fumée délirant qui s’est déployé derrière cette crise du Coronavirus, qui commença fin 2019 en Chine pour déployer ses effets à partir de mars 2020 en Occident, a en effet deux sens : « l’Histoire officielle, menteuse qu’on enseigne », et « l’Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements, une histoire honteuse ».

En apparence, un narratif officiel se déploie en effet à partir d’une pandémie regardée comme inévitable, justifiant « pour la plèbe » le déploiement des mesures les plus liberticides depuis l’effondrement du système soviétique. Grâce à ce narratif, l’effondrement économique mondial qu’une cessation imposée de toutes les activités engendrera immanquablement, permettra non seulement de camoufler une réalité brutale de ces derniers siècles de décadence économique occidentale : toutes les guerres et toutes les crises du capitalisme moderne sont globalement artificielles. Mais en plus, la peur macrosociale et la sélection négative de l’information, ciblant toute vision dissidente de cette crise comme celle du Professeur Didier Raoult en France, rendra possible les décisions les moins défendables. Au hasard, un empoisonnement de masse sous prétexte de médecine, à grand renfort de technologies vaccinales détournées entre de mauvaises mains monopolistes, ce que les personnels médicaux les plus honorables dénoncent aujourd’hui. Protégées par un tir de barrage médiatique extraordinaire de mauvaise foi, les mêmes recettes des totalitarismes rouges et noirs du XXe siècle convergent aujourd’hui, afin de servir la soupe au pire des mondialismes tel qu’il fut théorisé depuis des années, et dont des personnages pour le moins équivoque comme Bill Gates sont les nouveaux prophètes. C’est ce narratif qui est bien l’« histoire honteuse » dont parlait Balzac : une « Histoire secrète, où sont les véritables causes des événements ».

Pourtant, des voix s’élevèrent en effet en Occident, face à l’hystérie collective soudaine que suscita l’emballement médiatique en Occident. Face aux médias clamant à l’unisson l’extrême dangerosité du coronavirus, pour légitimer des mesures de contrôle des populations tellement extrêmes qu’elles rappelaient les totalitarismes du XXe siècle. Aux États-Unis notamment, par la voix du président Trump lui-même et de Qanon, la voix occulte des patriotes américains. Au Québec avec le média patriote Radio Québec, et même quelques personnages publics courageux qui eurent le cran de prendre publiquement position. En Allemagne également, avec notamment la lettre ouverte du Professeur Sucharit Bhakdi à la Chancelière Angela Merkel. En France, enfin, avec ce qui constituera certainement le plus gros scandale d’État depuis l’affaire dite du « sang contaminé », durant les années 1980.

 

La subversion de l’Occident passe par le détournement de la médecine

Il est une nouveauté tout à fait extraordinaire, d’avoir vu de manière si évidente en France l’application concrète de ce dont parlait Steve Pieczenik depuis des années aux États-Unis. Steve Pieczenik, médecin et psychiatre lui-même, avait en effet évoqué la façon dont les certains milieux financiers de Wall Street parfaitement identifiés avaient infiltré la médecine américaine, en octroyant d’énormes financements (notamment à la prestigieuse Université médicale de Cornell). Or ce fut exactement la même tentative de subversion de la médecine occidentale qui a pu être constatée en France, à l’occasion de la véritable persécution dont a été victime l’éminent professeur Didier Raoult durant cette crise du coronavirus.

Car l’un des plus grands chercheurs mondiaux qui appelèrent à la raison fut français : le professeur Raoult, infectiologue et professeur de microbiologie, spécialiste des maladies infectieuses tropicales émergentes. Il fut en quelque sorte l’« héritier » du meilleur de l’ancienne médecine coloniale française, qui avait été nourrie de toute l’expertise des maladies tropicales que la France soigna en Afrique et en Asie, révolutionnant les conditions de vie des populations de l’ancien Empire français. Ce fut le Pr. Raoult qui valorisa les premières études chinoises sur le coronavirus, pour arriver rapidement à la mise au point d’une prophylaxie simple, à partir des médicaments utilisés par l’Armée française depuis des décennies et prescrits partout dans le monde aujourd’hui. Sauf que cette prophylaxie simple et peu onéreuse du Pr. Raoult, remettait en question toute l’intention fondamentale derrière cette crise du coronavirus : une intention de bâtir une médecine d’après les desideratas d’un lobbying pharmaceutique révoltant, consistant à rendre toujours plus cher des traitements toujours moins efficaces. Dans le même ordre d’idée, généraliser et multiplier sans cesse les obligations de vaccination détournées de leur but premier, et contre lesquelles s’était d’ailleurs élevé en France le même Pr. Raoult, ainsi que d’autres chercheurs de renom. Or, derrière cette idée de vaccination, émergeaient des doutes sérieux quant à l’existence d’un agenda occulte de bridage de la démographie mondiale, en même temps qu’une volonté de surveillance généralisée des populations. Certes, l’idée d’une certaine discipline démographique n’était pas nécessairement néfaste en elle-même, mais elle était ici laissée à la discrétion de groupes privés et autres fondations, qui n’avaient de philanthropique que le nom.

C’est donc dans ce contexte que le Pr. Raoult fut alors massivement critiqué par les « médias PC », au gré d’une campagne de désinformation qui atteignit des sommets révoltant de mauvaise foi en France. Une écrasante majorité de médias se ligua en effet pour le faire passer comme « instable », « sectaire » ou pour discréditer ses compétences et prophylaxies pourtant reconnues dans le monde entier. Toute cette crise remettait au goût du jour l’idée que la science devait normalement briser les monopoles, une ancienne idée-force de l’idéalisme européen, mais dans un sens inversé illustrant la décadence de l’Occident : ce n’était plus la science qui brisait les monopoles, mais les monopoles pharmaceutiques qui voulaient à présent briser la science sur l’autel de l’argent. Le même argent, finançant à la fois les grands monopoles pharmaceutiques et les médias qui le défendaient, ou pire, le même argent nourrissant l’idéologie mondialiste et son fantasme lancinant de dépopulation mondiale…

Dans tout autre contexte, un scientifique aussi peu attaquable que le professeur Raoult aurait très certainement pu être assassiné, au vu des intérêts énormes qu’il contrariait par sa démarche scientifique inébranlable. Mais du fait des divulgations multiples sur Internet qui permirent de préserver son crédit, tout en mettant en évidence les multiples conflits d’intérêts qui se dévoilaient chez ses détracteurs, du fait également des confirmations qui provinrent notamment des États-Unis et de Chine quant à la crédibilité de ses travaux, le professeur Raoult survécut à toutes ces tentatives de déstabilisation. Il en sortit même auréolé d’une gloire populaire spontanée en France, tandis que les dirigeants français s’enfonçaient dans leurs propres mensonges comme dans des sables mouvants.

C’est dans ce contexte, ayant vu tant aux États-Unis, en Russie, en Chine ou ailleurs, des prises de position souverainistes en faveur des remèdes du Pr. Raoult, qu’une autre institution est apparue comme profondément gangrenée par la Subversion, elle aussi. L’OMS, en effet, aura joué durant cette crise du coronavirus le même rôle infamant que celui joué par l’ONU durant la guerre de Syrie : on y vit des personnages hautement subversifs œuvrer depuis l’ONU contre la paix, alors que l’ONU a pour objet normalement de prévenir la guerre. Notamment Jeffrey Feltman, ancien Assistant-secrétaire d’État sous Obama (2009-2012), devenu Sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires politiques. De même, en Libye, l’ONU ne fit rien de sérieux pour juguler la guerre puis les troubles depuis 2011, elle préféra plutôt en institutionnaliser les conséquences avec les accords de Skhirat puis le Pacte de Marrakech, pour propager une immigration désordonnée et déstabilisatrice pour l’Europe, plutôt que de résoudre les problèmes à leur racine. Le même détournement de l’OMS fut clairement identifiable durant cette crise du coronavirus, décidant sans cesse en dépit du bon sens, et propageant la peur plutôt que la raison de toutes les façons possibles… Ce qui explique parfaitement l’opposition frontale du président Trump à cette institution, malgré le contre-feu de désinformation médiatique habituelle qui tenta évidemment de présenter le Président américain comme un irresponsable.

L’épilogue de cette infâme déstabilisation contre l’un des plus grands professeurs de médecine français, faillit bien être un départ du professeur Raoult pour la Chine. Départ rapidement démenti certes, mais laissant entrevoir tout de même, les conséquences lamentables des agissements du parti subversif qui s’était opposé à lui durant la crise. Comme du temps des pays communistes interdisant toute carrière à quiconque s’autorisait à penser en dehors des idéologies imposées, les gens intelligents ont assurément de plus en plus de mal à faire carrière en France. Mais le problème va au-delà d’un point de vue sur la France que l’on enseigne actuellement en Chine, selon lequel les Français « aiment beaucoup discuter mais ne savent pas décider ». Par opposition à la leçon d’étatisme de bon sens qui fut adressée par les pays développés d’Asie, contrastant d’autant plus avec la décadence de l’Occident, cette crise du coronavirus aura plutôt mis en évidence le réel problème de la France : l’existence évidente d’un parti subversif qui détourne l’État, et qui détruit toute forme d’intelligence en France, forçant ses meilleurs talents à l’expatriation depuis déjà des années…

Ainsi, pour qu’existe une « histoire honteuse », il faut bien qu’existent pour la générer des humains qui devraient mourir de honte face à leurs propres agissements. Mais c’est tout l’aspect ironiquement salvateur de cette crise, que de forcer chacun à dévoiler ses allégeances : on est aujourd’hui ou bien du côté du bon sens souverain et de la vérité, ou bien du côté de la Subversion. Et toute tiédeur ou mollesse ne fait que travailler en faveur de cette subversion qui ne prospère que grâce à la lâcheté et la paresse macrosociale, telle qu’elle est encouragée depuis des années en Occident. « Dieu vomit les tièdes »...

 

Une entente des hommes de bien pour conjurer le pire des mondialismes

Mais face à cette histoire honteuse, semble se déployer pour la première fois de l’histoire une entente des hommes de bien, unissant les patriotes fortifiés par une spiritualité saine du monde entier, et basée sur une expertise antisubversive qui était méprisée depuis des années.

C’est cette entente qui pourrait bien mettre en échec tout ce narratif lourdement faussé de la crise du Coronavirus, et emporter avec lui tout ce qui aurait dû constituer le « Nouvel Ordre mondial » : c’est-à-dire le mondialisme qui se déployait depuis des décennies, et dont le but ultime était l’écrasement définitif des peuples : le Meilleur des Mondes et 1984 combinés... Orwell en avait d’ailleurs fait son avertissement final, lui qui en avait identifié les causes profondes à partir de la guerre d’Espagne, et mis en garde lui aussi à partir de fictions, contre l’intoxication des humains les moins spirituellement conscients, par le pouvoir qu’ils pourraient avoir sur d’autres humains : « Si vous voulez une image du futur ? Imaginez une botte écrasant un visage humain… pour l’éternité »… Ce Nouvel Ordre mondial ciblant jusqu’à l’âme humaine, semblait en apparence inarrêtable aux yeux des initiés qui suivaient son déploiement depuis des décennies, non sans inquiétude, à partir de cénacles de décisions internationalistes comme le groupe Bilderberg, la Trilatérale et d’autres puissants relais d’influence.

Or, contre toute attente, c’est une vérité spirituelle gnostique sans âge qui retrouve sous nos yeux incrédules une nouvelle application : lorsque de mauvaises forces sont à l’œuvre, il est un contresens spirituel de croire qu’il n’y a que ces mauvaises forces qui sont à l’œuvre. Notre planète a toujours été un état de probation, et l’humanité a toujours été l’objet d’une lutte d’influence. Mais chaque humain individuellement, doit faire le choix du bien, en pensée et surtout par les actes, sans quoi il sera toujours sous l’emprise potentielle du mal, faute de s’être résolu à un choix conscient du bien… Et ce défi, faire le bien par les œuvres pour conjurer le mal, mettre en échec le mal, servir la plus haute vision de l’humanité pour conjurer la plus basse, a été relevé par les patriotes chrétiens américains, rejoignant les patriotes chrétiens russes à l’œuvre depuis des années en Syrie.

La même lutte anti-fanatique qui mena à la naissance du christianisme puis plus tard de l’islam, ce que comprit l’ancienne expertise coloniale française, trouve ses prolongements dans le combat antisubversif des patriotes américains aujourd’hui aux États-Unis…

 

Une guerre occulte pour le contrôle des États-Unis, et du monde entier

Dès le début de la crise du coronavirus, la source Qanon qui servit depuis octobre 2017 de média occulte, dans le cadre du combat antisubversif des patriotes américains, diagnostiqua une intention politique évidente derrière l’hystérisation soudaine et synchronisée des médias PC, les mêmes médias qui déployaient le plus gluant des activismes anti-Trump depuis 2016. Il était évident en mars 2020, en effet, que cette crise était le dernier artifice trouvé par l’État profond pour éviter à tout prix l’explosion du Parti Démocrate, pour détruire tous les succès du président Trump, pour camoufler le fiasco lamentable de Joe Biden en tant qu’adversaire potentiel, et pour tenter d’enrayer la purge historique de l’appareil d’État aux États-Unis.

Plus grave fut surtout le diagnostic inspiré, par la même source Qanon, incriminant directement l’idéologie mondialiste comme responsable d’une subversion préméditée des États-Unis, en citant les mots d’Henry Kissinger à la conférence Bilderberg d’Evian, le 29 mai 1992 : « Aujourd’hui, les Américains seraient outragés si des troupes de l’ONU entraient à Los Angeles afin de restaurer l’ordre, mais demain ils seront pleins de gratitude ! Ceci est [sera. ] spécialement vrai à partir du moment où on leur aura dit auparavant qu’existe une menace extérieure, qu’elle soit vraie ou décrétée [officiellement comme vraie. ], menaçant notre existence même. C’est alors que tous les autres peuples du monde vont plaider auprès des dirigeants mondiaux pour qu’ils [les Américains. ] soient délivrés de ce mal. Ce que craint l’humain, c’est toujours l’inconnu. Si les choses sont présentées selon ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés pour la garantie du bien-être qui leur sera octroyé par le gouvernement mondial ». Et Qanon concluait dans son même message : « La guerre silencieuse continue… », confirmant donc clairement ce que les initiés sérieux avaient auparavant compris : c’est une guerre implacable qui est livrée pour le contrôle des États-Unis, entre les mondialistes et les patriotes souverainistes. Et cette guerre est sacrée, comme l’indique aussi régulièrement Qanon à mesure que cette lutte devient dantesque, évoquant l’« armure de Dieu » de Saint-Paul comme un psaume de combat de ces Templiers modernes. Que ne voilà donc point une noble Croisade de notre temps !

Les décennies de subversion des États-Unis, sont en fait la continuité d’une Subversion lancinante dans l’histoire de l’Occident, rarement comprise aujourd’hui parce que tant le catholicisme que le protestantisme ont oublié des pans cruciaux des enseignements chrétiens originels. Mais ils en ont une conscience instinctive aujourd’hui, grandissante à mesure qu’une subversion sans âge et dégénérée nous montre à nouveau son véritable visage.

 

 

Le Coronavirus comme va-tout du Nouvel Ordre mondial

Et c’est là que survient cette crise du Coronavirus, dans ce contexte d’une purge occulte en cours aux États-Unis. Avant cette crise, un point de situation donnait le parti subversif perdant aux États-Unis, malgré quatre ans de lutte visant à pousser Trump au pire au Moyen-Orient comme en Asie. Au lieu de cela, à coups d’un subtil jeu d’échec, de Kabuki et d’intoxications pas toujours compréhensibles, c’est une réelle désescalade qui a eu lieu sur ces deux théâtres d’opérations potentiels, tandis que se menait l’épuration historique de l’Administration américaine. La dynamique fut constante et le pire évité, malgré des médias bavant constamment leurs mensonges contre chaque fait et gestes de l’administration Trump. Le président Trump commença également à inverser structurellement une logique de vampirisme économique vidant de sa substance l’économie américaine, non pas au bénéfice de la Chine par les délocalisations mais bien au bénéfice de Wall Street et des mondialistes, depuis la visite secrète de Kissinger en 1971.

 

 

Et surtout, le président Trump eut le courage historique de cibler les grands réseaux internationalistes mêlant la pédocriminalité et le trafic de drogue, pour des raisons là encore très anciennes mais certainement pas rationnelles… L’affaire Epstein n’était une nouveauté qu’aux yeux de ceux qui n’ont pas compris l’histoire et ses luttes d’influence profondes… Le combat contre le matérialisme débilitant et les déviances érigées en mode de gouvernement en Occident, est mené aujourd’hui tambour battant par les patriotes américains, qui sont les premiers concernés.

C’est un duel d’eschatologies qui se déroule à notre époque. Les véritables musulmans le comprennent aussi, bien que nombre d’entre eux furent atteints dans leur foi par des décennies d’influence fanatique artificielle… Chaque homme de bien doit être aujourd’hui vent debout pour soutenir le combat que mènent les patriotes américains aux États-Unis. Des années de propagande ont érigé les États-Unis comme un bras armé du mondialisme, générant artificiellement les plus gros conflits entre les civilisations qui auraient dû déboucher sur une troisième guerre mondiale : entre le monde chrétien et le monde musulman d’une part, entre les États-Unis et la Russie ainsi que la Chine d’autre part. Le « déchaînement de la matière » dont les pires mondialistes rêvaient déjà avant les deux guerres mondiales précédentes… Les plus infâmes mondialistes patentés s’étaient alors pris à rêver comme ils le faisaient en fait depuis des décennies : « leur » Nouvel Ordre mondial allait à coup sûr émerger de toutes leurs intrigues subversives, un gouvernement mondial devant émerger « à la place de la guerre ou après la guerre », pour reprendre les mots de leur représentant français Jacques Attali, imbu de son sentiment d’impunité.

Et pourtant, c’est potentiellement un autre « nouvel ordre mondial », imprévu par ces mêmes mondialistes, qui peut potentiellement émerger à l’occasion de cette crise...

 

Un nouvel ordre mondial à cinq émerge, face au Nouvel Ordre mondial suicidaire

Ce qui restera dans l’histoire occulte comme la Restauration de la République américaine, naquit d’une leçon vieille comme la Rome antique : « que Rome prenne garde à la colère des légions »… Cette restauration fut facilitée par les patriotes russes, qui ne perdirent jamais de vue la façon dont les idéologies rouges avaient été artificiellement inoculées à la Russie pour la détruire de l’intérieur.

Et à présent, cette même entente russo-américaine occulte, qui remonte à Lincoln et dont on trouve d’autres traces bien peu comprises dans l’histoire, se renouvelle sous nos yeux. Non pas par cette pantalonnade ridicule du « complot russe », qui aurait prétendument abouti à la victoire de Trump de 2016, fondée sur la fable du « rapport Steele » qui reviendra brutalement contre ses instigateurs bientôt, et restera dans l’histoire comme l’Obamagate... Mais c’est bien à l’occasion de cette crise du coronavirus que par nécessité, un axe occulte russo-américain va perdurer, plein de réalisme face au danger qui menace tant la Russie que les États-Unis en tant qu’États souverains.

Nous avons vu en effet un renouvellement informel de cette subtile entente russo-américaine initiée en Syrie, à travers les interventions simultanées aux États-Unis comme en Russie des patriotes les mieux informés. La source Qanon, délivrant d’ordinaire des messages peu nombreux, mais subtils et calculés quant à la purge de l’appareil d’État américain, s’est soudain animée d’une intense activité depuis février 2020 pour dénoncer toutes les manœuvres suspectes et délibérément subversives derrière cette crise. Du côté de Moscou, alors qu’un remaniement gouvernemental opportun venait d’avoir lieu, c’est un éminent membre du Renseignement militaire russe, Vladimir Vasilievich Kvachkov, qui avait été auparavant impliqué contre le puissant parti subversif qui avait tenté de dépecer la Russie durant les années 1990, qui émit un point de vue similaire et assez peu modéré. Il concluait en effet que pour éradiquer le Coronavirus, il allait falloir surtout vaincre un virus transnational beaucoup plus puissant : c’est-à-dire les menées subversives internationalistes, désireuses de dresser les nations les unes contre les autres afin de faire progresser leur agenda inavouable… Et même la Chine de Xi Jinping voit à présent s’ouvrir à elle l’opportunité de rejoindre cette alliance américano-russe dans un nouveau jeu des trois plus grandes puissances du monde, afin de sortir elle aussi de l’influence subversive qui a prétendu l’instrumentaliser depuis plus d’un siècle à présent… En adjoignant encore l’Angleterre, qui porte en elle les restes de l’ancienne et puissante expertise de l’Empire britannique, et l’Arabie Saoudite, qui joue actuellement un rôle clé dans l’atterrissage en douceur du Moyen-Orient depuis 2016 sous la protection des États-Unis de Donald Trump, c’est un nouvel ordre mondial qui émerge : non pas le Nouvel Ordre mondial de George Bush Sr. dans le contexte du « Traité 2+4 » qui permit la réunification de l’Allemagne, mais une sorte de « nouvel ordre mondial à 3+2 », reniant le mondialisme destructeur des États-Nations par un nouveau réseau de souverainetés s’entraînant réciproquement.

Les États-Unis tout d’abord, vivent la restauration de leur ancien rôle historique, devenu bien moins évident aujourd’hui au fur et à mesure de leurs détournements par un puissant État profond. De leur rôle de première puissance mondiale découle l’importance cruciale de l’évolution de la situation interne aux États-Unis, et rien ne saurait être négligé pour aider les patriotes américains à recouvrer leur souveraineté.

À ce titre, nous ne pouvons que louer la prise de conscience des minorités afro-américaines aux États-Unis, qui ont réalisé l’instrumentalisation politique dont ils ont été victimes depuis des années par le Parti Démocrate et l’État profond américain. Les noirs américains ont en effet été « utilisés comme des prostituées par le Parti Démocrate », aux dires de Quanell X, dirigeant de la branche texane du Nouveau parti Black Panther [New Black Panther Party], alors que leur condition financière, économique, académique, en matière de chômage et d’éducation, n’a fait qu’empirer. Et c’est Joe Biden, ancien Vice-président d’Obama lourdement suspecté d’un autre vice (pédocriminel), mais malgré cela « présidentiable » pressenti contre Donald Trump lors des prochaines élections, qui vient de rappeler cette réalité. Toute honte bue, ne se rendant même plus compte de l’évidence grossière de sa stratégie d’influence éculée, il vient de tancer un citoyen américain noir susceptible de voter pour Donald Trump d’une façon tellement dominatrice que c’en était ridicule : « Si vous avez un problème pour choisir de voter entre moi [Joe Biden. ] ou Trump, alors vous n’êtes pas noir ! ». Joe Biden illustrait ainsi ce qu’avait résumé auparavant l’économiste noir américain Thomas Sowell : « Le racisme n’est pas mort, mais il est sous assistance vitale, gardé en vie par des politiciens, des prostituées de la race et des gens qui gagnent un sens de supériorité par la dénonciation des autres en tant que "raciste" ».

Ce sont à présent les musulmans qui doivent réaliser la même prise de conscience que les noirs américains, afin de contrer l’extraordinaire activisme prétendument « musulman » que les États-Unis ont connu durant ces dernières années. Alors que les États-Unis étaient officiellement en guerre contre des pays musulmans, au gré d’une idéologie du « choc des civilisations » qui fit bien souvent passer ces guerres pour des guerres « contre l’Islam » (au grand dam des vrais soldats américains sur le terrain), une dynamique tout à fait contraire s’est dévoilé aux États-Unis, dont l’apogée fut identifiable durant l’ère Obama. Ce fut en effet l’apogée d’un activisme subtilement djihadiste ayant pignon sur rue aux États-Unis sous l’ère Obama, mais un activisme qui a perduré depuis quatre ans contre Trump. Il est dès lors urgent que les « vrais » musulmans, aux États-Unis et dans le monde, réalisent enfin l’importance de la lutte d’influence qui a lieu en ce moment même aux États-Unis, pour dénoncer avec les patriotes américains cet activisme indécent de l’État profond contre le président Trump.

Si j’étais citoyen Américain, je serais très vraisemblablement accusé par Joe Biden de n’être « pas musulman » si je décidais de voter pour Donald Trump. Mais que lui répondrais-je ? Que les vrais musulmans savent ce qu’il s’est passé à Benghazi, et plus globalement durant toute l’époque de subversion des Clinton, Bush Jr. et Obama. Ils savent aussi qui a voulu créer une immigration déstabilisante pour les États-Unis depuis 1965 afin de ruiner leur modèle d’intégration vertueux par l’excellence, avec une pure volonté de subversion qui fut parfaitement identifiable sous l’ère Obama.50 De même, les musulmans n’ignorent pas non plus les turpitudes personnelles transgressives de « creepy » Joe, et dès lors, ne sauraient accepter toute prétention de son auguste personne à leur donner des leçons de maintien et de morale. Pour toutes ces raisons, les hommes de bien musulmans, au même titre que les chrétiens américains, ne peuvent que se réjouir à l’avance de sa future défaite lors de la réélection à venir du président Trump…

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.fr

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Beaucoup trop tôt pour chanter victoire. La réserve n’a pas encore donnée. Les prédateurs sont indemnes, virulents, hyper puissants et prêts à tout. Ils ne sont pas à un massacre de masse près. Après la phase une de sidération, la phase deux commence à peine.


  • Il faudrait arrêter 5min avec cette image des dirigeants patriotes qui se tiennent par la main tous ensemble contre les mondialistes. En fait c’est beaucoup plus compliqué que cela.

    La Chine veut clairement remplacer les Etats-Unis pour la première place mondiale, et pour y arriver elle est prête a s’allier temporairement aux mondialistes (ou du moins a se servir de leur pouvoir et pareil inversement) pour mieux battre l’Amérique trumpienne et devenir LA nouvelle grande puissance mondiale.

    En échange l’état profond américain et les pédo-démocrates pourront garder la main sur les USA et même tout le continent américain (sauf Cuba et Venezuela) ainsi que l’union européenne.

    On l’a vu avec la crise du covid, les chinois sont prêt a se servir de différentes institutions internationales (une première dans leur histoire comme quoi tout peut changer) comme l’ONU et surtout l’OMS et son vendu de directeur Tedros pour déstabiliser Trump et sa politique populiste, protectionniste et anti-chine.

    A vrai dire les chinois préfèreraient très largement que l’état profond us et les pédo-démocrates reprennent la main aux Etats-Unis si cela pouvait affaiblir l’Amérique et laisser un boulevard a la Chine pour son leadership mondial. Pour moi tout est clair.

     

    • Les chinois sont pour ceux qui leur foutent la paix et ne leur mettent pas des bâtons dans les roues ! Normal, non ?


    • Bien-sur que c’est normal que les chinois ne se préoccupent que de leurs intérêts, par contre toi Bertrand qui les soutiens en permanence c’est beaucoup moins normal, et moi et les autres dissidents patriotes Français ne comprennent pas ton positionnement aveuglement pro-chine en fait. Un jour faudra que nous dise tes vrais motivations car pour nous c’est plus que louche.
      Même si on est pas américain il est clair qu’un succès du populisme aux USA entrainerait le populisme chez nous en Europe, car tout ce qui se passe aux states finit par arriver chez nous quelques années en retard.

      Alors que si au contraire les chinois et leurs allies de circonstances les démocrates et l’état profond us réussissent a torpiller Trump alors le monde occidental retombera dans les mains des mondialistes et cela provoquera désastres, crises économiques, pandémies et guerres.
      Pendant ce temps les chinois avanceront leurs pions pour le leadership mondial sans entraves et nous en pairons le prix pendants très longtemps.


  • C’est bien gentil mais MBS comme Bojo ne pèse rien sur la scène internationale, et leur marge de manouvre est très limitée, sinon dans la même catégorie on peut rajouter Bolsonaro, Merkel, Shinzo Abe, Modi ou même Macron tant qu’on y est !

    Non, je crois qu’il n’y a que Trump, Poutine et Xi qui ai réellement le pouvoir de changer la face du monde. Pour le reste ce sont surtout des petits joueurs et des figurants qui attendent les ordres des puissances mondialistes (petite exepSion pour bibi même s’il va finir en taule s’il continue) ou de gens plus puissants qu’eux qui gouvernent dans l’ombre.

     

    • MBS est un très grand corrupteur pour les corrompus qui vendent leurs nations, leur âmes, la notion argent à aussi sa propre loi. C’est une des plus grosse banque de la machine corruptible. On dit que quand la première fois, un décidant accepte un smartphone dernier cri par exemple, en lui faisant croire que ce n’est rien et que cela passe, dix ans après c’est un corrompu qui suit les ordres. Et ce test fonctionne très bien depuis des siècles.


  • Bravo mais avant eux , y a eu Kadhafi qu’ils ont assassiné comme de vulgaires racailles de cité , le Président Syrien Bachar qui a montré aux autres merdes ce que c’était que le souverainisme et en France Dieudo et Soral qui combattent depuis longtemps tous ces Parasites qui cherchent à déstabiliser et ruiner la France



  • on vit émerger d’étranges centres de formations de terroristes djihadistes sur le sol même des États-Unis



    En France de telles centres de formation sous tutelle des services ont été créés dès les années 80 ! Le terrorisme islamique est à 100% une création des services français et anglais en collaboration avec les monarchies du golfe s’occupant de l’aspect idéologique/doctrinale et financier de ce mercenariat d’un nouveau genre.


  • Un brin prématuré ... et naïf ! Tout pouvoir politique signifie course au pouvoir et domination d’un groupe sur un autre, d’une élite sur la masse, hier comme aujourd’hui. Demain, si par magie des dirigeants « nationalistes » émergeaient, ils conduiraient la même politique : faire trimer la masse pour faire vivre une petite élite, selon le mot de Voltaire...


  • C’est le pouvoir lui même qui veut plus de pouvoir et qui amène le pouvoir, pas les cultures ancestrale, le pouvoir est séparé de l’histoire et de la politique, il est une entité propre, indépendante.
    Seul le bien défini par une entité supérieure pourrait stopper un nouvel empire ( la Chine ) ? Ne vous y trompez pas. Ou la guerre sûrement ?
    Et l’oligarchie à encore quelques cartes de domination ,que pas grand monde essaie d’apporter à l’équation, les forces quantiques et la physique quantique ? Elle devient plus précisément presente dans l’information de masse, tout les jours un peu plus, la présence d’ovni, les peut-être traces d’univers parallèles, l’espace temps, quand ceci sera tf1 et BFM, que pensera et fera la masse ? Elle se soumettra sûrement encore à un ordre nouveau ? Nous ne sommes sûrement pas seuls ? Présenter une nouvelle réalité peut affecter le réveil des consciences ? Je ne vois qu’une guerre physique a un véritable changement, une révolte influencée par l’esprit français, nous sommes sûrement très proche du plus grand bouleversement de l’histoire connue des derniers millénaires. Il est quand même difficile de penser que des familles millénaires ne vont pas se battre avec toutes les armes a leurs dispositions ? Et avec l’arme la plus puissante jamais créé dans l histoire de l humanité, l’information .


  • un autre Ordre mondial imprévu émerge , ça change de celui que vantait Sarkozy !!!!


  • Dieu passe par Trump, les autres suivront son courage... le meilleur reste à venir la machine d’assainissement céleste est lancée, gloire à Dieu ! Ce qui se prépare sera historique, une vie qu’on attend de voir cela, les sataniques qui pourrissent ce monde vont tomber !

     

    • Amen ! Ainsi-soit-il !


    • Pauvre natio qui se cherchent une Jeanne d’Arc et qui a trouvé Donald...


    • @Bertrand du déclin de l’occident au profit de la chine,

      Trump a les couilles que tu n’as pas.

      Il représente une certaine virilité et procure a beaucoup de gens un sentiment paternaliste, en plus il fait preuve d’un courage énorme dans son combat contre les mondialistes et le dragon chinois et risque pour cela sa vie tous les jours alors un peu de respect pour le daron tu veux bien ?

      Donal Trump a déjà fait plus contre les pourritures du NOM que n’importe quel autre dirigeant (avec Poutine) de la planète. Tout l’inverse de toi qui a en permanence le cul en l’air devant les chinois tellement tu es un vendu et un soumis.

      Pas étonnant que tu détestes Trump et sa politique, car tu es son exact opposé, d’ailleurs c’est pour cette raison que tout le monde se fout de ta gueule sur les forums, au cas ou tu l’aurais pas encore compris.

      Encore un qui sera tondu a la libération...


    • La vulgarité et les menaces ne sont pas des arguments, mon beau Derek ! Je ne prétends pas faire un concours de couilles avec Donald ! Quant à tes promesses de tonte à la "libération", je vois tes références... c’est vrai que ce fût un bel acte de bravoure d’humilier et tondre des femmes ! Quant à la Chine, t’inquiètes pas elle n’a pas besoin de moi et encore moins de toi pour être la puissance mondiale qui remplacera l’hégémonie US sur cette planète !


    • Et je rajouterais que j’en ai rien à foutre des rézosocios où chaque trou de balle donne son avis ! Comme disait l’inspecteur Harry : "les avis c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un ! ".


    • @Bertrand du déclin, et ta Chine adorée alors, elle a quoi a nous vendre a part une société orwellienne et carcérale ou la vie humaine ne vaut pas plus que celle d’un chien, une immense fourmilière monstre qui consomme de la merde et qui doit se prosterner devant un espèce de nouvel empereur (Xi Jinping a déjà les pleins pouvoirs en Chine) omnipotent et élu a vie, des cameras a reconnaissance faciale derniers cris sous tous les angles, le droit a la parole uniquement quand c’est pro-gouvernemental, la pensée unique, la propagande communiste, le lavage de cerveau, une vision raciste du monde (les chinois se disent eux-mêmes les meilleurs en tout et voient les autre peuples comme des abrutis), la 5G partout et pour tous (obligatoire bien-entendu), en gros un NOM puissance dix, alors non merci, sans façon.

      Si toi et tes petits copains paramesh et nicolas tesla (les trois néo-mao du forum) souhaitent vous faire dominer par les chinois en bons soumis masochiste c’est votre problème, mais acceptez le fait que la grande majorité des Français ne veulent pas de toute cette merde.

      Et puis je vous rappelle qu’on a pas eu besoin de leur route de la soie pour vendre dans leur pays, ca fait déjà plus de 20 ans que LVMH, Renault/Peugeot/Citroën, Airbus et tous les grands groupes Français sont présents et se font des couilles en or en Chine (ce qui n’a pas empêché l’appauvrissement des classes moyennes françaises), idem pour les entreprises allemandes, japonaises, coréennes et américaines qui n’ont pas eu besoin de se prosterner et de lécher le cul des dirigeants chinois comme vous le faites pour faire de l’argent, du coup votre argumentaire tombe a l’eau, et votre propagande avec. Basta !


  • Un article assez époustouflant, qui résume bien tous les tenants et aboutissants géopolitiques de ces cinquante dernières années, ou le mondialisme pour les nuls, et des nuls il y en a, beaucoup trop, le sujet fait écho à l’excellent article de Charles Gave également, nous souhaitons la victoire écrasante des patriotes coalises autour de Trump, et qu’un Trump français surgisse, très vite pour éviter le pire, et qu’il soit porté au pouvoir par le peuple français, souhaitons ensuite que tous ces gens malfaisants pour ne pas dire criminels soient traduits devant des tribunaux et jugés, souhaitons que l’Histoire secrète et honteuse soit révélée, souhaitons la libération des peuples !

     

  • Aucune chance de trouver un jour un article de cette facture sur le Media Pour Rien, le Media pour Robert ou le Grand Soir pour les Nuls.
    Ca fait du bien de temps en temps ! Très cordialement.


  • Et l’Europe pourrait en faire partie, si elle renouait avec ses racines chrétiennes. Les pays qui s’en sortent le mieux actuellement dans l’Union Européenne contre la menace mondialiste sont ceux qui l’ont fait. Ils nous ouvrent la voie. Quand déciderons-nous de la suivre ?


  • Deux phrase a retenir de la bouche même de l’auteur de l’article...

    "La France est devenue un État antisémite"
    "Cela fait 15 ans que je milite contre l’anti-judaisme"

    Vigilance !

    https://www.facebook.com/i24newsFR/...

     

  • Peut-on encore espérer un miracle ?
    DT se met en danger.
    Que Dieu le garde et nous garde tous.
    Qu’il protège aussi Alain et son blog et ouvre les yeux des moutons et des veaux.


  • Merci à E&R de faire connaître cet exceptionnel article. Impressionnant le nombre de référencements, l’analyse de fond proposé révèle les tenants et aboutissants du mondialisme...et permet un réel éveil des consciences pour les patriotes et la réflexion souverainiste. Merveilleuse découverte de ce Français musulman patriote. Avant, il y avait Chalghoumi et Ramadan, aujourd’hui nous avons Morad El Hattab et Youssef Hindi, deux véritables chances pour notre belle France. Force et Honneur.


Commentaires suivants