Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump a-t-il définitivement court-circuité les médias mainstream ?

Internet, nouveau lieu de la parole présidentielle

Alors que notre site, Voltairenet.org, prouve qu’il est possible depuis longtemps déjà de communiquer sur des sujets politiques en passant outre les anathèmes des grands médias, Donald Trump s’est engagé sur la voie que nous avons ouverte et que bien d’autres ont déjà prise. Pour avoir des nouvelles de la prochaine administration états-unienne, il ne faut plus lire le New York Times qui cherche à la caricaturer, mais des sites Internet comme Breitbart.com. Le président ne répond plus aux questions de la grande presse, mais s’exprime sur twitter.com/realdonaldtrump.

Les règles régissant la communication politique moderne ont été imposées par les États-Unis, qui étaient jusqu’à présent dominés par l’idéologie puritaine (expression politiquement correcte, excuses publiques de ses fautes valant absolution, croyance d’avoir été choisis par Dieu pour éclairer le monde, séparation entre les WASP et les minorités, croyance dans la richesse comme un don de Dieu à ceux qui le servent, etc.). En renversant l’idéologie puritaine incarnée par Washington en général et la dynastie Clinton en particulier, Donald Trump a également mis fin aux règles actuelles de la communication politique.

Il n’a pas fondé sa campagne électorale sur de grands shows mi-divertissements/mi-politiques. Alors que les autres candidats se mettaient en scène aux côtés des stars du show-business et utilisaient des budgets pharaoniques, il s’est focalisé sur son message et a dépensé 10 fois moins d’argent que ses concurrents.

Considérant que les médias en général lui étaient hostiles, il ne leur a presque pas donné d’interviews et n’a pas cessé, dans chacun de ses meetings, de dénoncer leur parti-pris. Sa porte-parole n’a jamais tenté de séduire les journalistes, au contraire, elle s’est appuyée sur des sites Internet contestataires, qu’ils disposent déjà d’un public ou pas ; son directeur de campagne animant lui-même un de ces sites, Breitbart.com.

Orientant sa campagne contre la classe politique de Washington, il n’y a pas loué de locaux de campagne et est resté dans sa Trump Tower à New York. Logique avec lui-même, il n’a pas plus loué de locaux à Washington pour y installer son équipe de transition. De fait, tandis que l’administration Obama gère les affaires courantes à Washington, le futur se décide à New York.

Une fois élu, il n’a donné ni conférence de presse, ni interviews, mais s’est adressé directement aux États-uniens via Twitter et YouTube. C’est la première fois qu’un chef d’État s’adresse ainsi à son peuple en court-circuitant les grands médias.

 

[Vidéo en anglais non sous-titré, NDLR]

 

Comme si la campagne électorale n’était pas terminée, il a entrepris une tournée de remerciements en tenant de nouveaux meetings, dont la presse évite de parler. Dans ses discours, il remercie d’abord les électeurs des minorités (femmes, hispaniques, afro-américains et gays) qui ont voté pour lui malgré l’image raciste que les grands médias lui avaient collée. Il répète son message, non pas contre les élites, mais contre le mode de fonctionnement qu’elles ont adopté à Washington et l’idéologie puritaine qu’elles incarnent. Enfin, il annonce ses premières décisions. En matière de politique étrangère, il confirme ainsi mettre fin au Traité trans-pacifique qui a été conclu contre la Chine, mettre fin aux changements de régimes (y compris en Syrie), substituer partout où cela est possible de la coopération à l’actuelle confrontation (y compris avec la Russie), et réformer les services secrets dont l’unique fonction aujourd’hui est d’assassiner des leaders du tiers-monde.

 

(Voir à partir de la 46ème minute) [en anglais non sous-titré, NDLR]

 

Jadis, la presse présidentielle disposait de confortables locaux à la Maison-Blanche et décidait les thèmes qui devaient être discutés. Aujourd’hui, la plupart de ses membres ont déserté Washington et attendent toute la journée au pied de la Trump Tower que « le » Donald veuille bien descendre, accompagner un de ses hôtes à sa voiture et jeter au passage quelques mots à la volée.

Les grands médias, écrits et audio-visuels, persistent à brocarder le président élu, à l’accuser d’incompétence et d’extrémisme, mais lui n‘en a cure. Il est parvenu à passer au-dessus de leur tête et à communiquer directement avec ses compatriotes.

Thierry Meyssan

Pour provoquer un changement en France, soutenir E&R,
premier site Internet français de réinformation :

 

La parole libre sur Internet, à découvrir chez Kontre Kulture :

Sur la faillite des médias, lire aussi :

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Asselineau ferait bien de s’en inspirer, lui qui quémande comme un enfant pas sage quelques minutes sur les chaîne de TV pour se faire ridiculiser, il a un métro de retard en com’, remarquez vu les ulluberlus qui l’entourent ....

     

    • Niveau adaptation, hauteur de vue et pragmatisme : on voit de suite la différence entre un self milliardaire et un haut fonctionnaire.
      Ils ont la même passion mais y en a un qui mendiera toute sa vie alors que l’autre fait mendier les autres ...


    • Asselineau moi je l’aime bien enfin , ce qu’il dit et très très intéressante mais il endort quand il parle c’est un grand dommage alors que d’autres que j’aime ou n’aime pas on les écoutent avec plus de plaisir je crois que c’est le plus grand défaut de cet homme là (Asselineau )


  • Donald Rumsfeld, le criminel de guerre complice de Bush fils - a même balancé pendant une interview "il a montré qu’on avait plus besoin de vous- les MSM"


  • Il ne faut pas trop crier victoire même si victoire il y a. Les MSM sont bel et bien déboutés, or c’est ce qu’a voulu le système (de même que le haut pouvoir sioniste), de manière à faire perdre toute crédibilité à ce beau monde aux yeux de l’opinion publique, et à mettre à pied ou à la portion congrue la très nombreuse faune employée jusqu’ici à les servir, à les animer.

    Trump vient de faire pour la classe intellectuelle gaucho-bobo ce que Reagan fit en son temps pour la classe ouvrière syndicalisée gaucho-marxiste : opposer un carton rouge définitif, parce que le très haut pouvoir sioniste a décidé que les destructeurs ont fait leur boulot et peuvent eux-même être envoyés à la casse.

    L’aristocratie ouvrière marxiste fut encouragée à manifester et à abuser, à s’endoctriner et à se mécaniser plutôt qu’à ambitionner le haut artisanat tant qu’il se fut agi de faire la vie impossible aux bourgeoisies et classes supérieures nationales insoumises l’employant ainsi qu’aux petits entrepreneurs indépendants.

    Une fois ce travail fait, une fois qu’il ne fut plus resté en place que des entrepreneurs tous plus ou moins judéo-mondialistes ou soumis à ce courant, l’intelligentsia juive fit ses adieux au prolétariat, et passa au registre de la rectitude politique, dans le but de passer à la deuxième étape, la destruction des classes moyennes nationales non soumises et de leurs talents par le moyen de la classe médiatique structurée par elle pour mentir.

    Ce résultat étant acquis, ce qui reste de classe moyenne étant soit judéo-mondialiste soit encore plus soumis, on peut abandonner cette engeance médiatique à son triste sort de travailleurs surnuméraires de l’information comme on avait fait naguère de ceux de l’industrie.

    Tous ceux qui ont grassement vécu des louages de la transformation néo-libérale du monde et de l’horizontalisation des conflits de classe, les voilà eux-mêmes de trop. les voilà d’abord magistralement déshonorés par Trump au terme de couvertures médiatiques de plus en plus évidemment abusives comme les syndicats de contrôleurs aériens le furent au terme de grèves de plus en plus évidemment abusives par Reagan ... avant que de voir leurs revenus et privilèges en chute libre et leur condition ramenée à celle de leurs congénères du Tiers-Monde ou du moins des pays de l’Est.

    L’ascenseur social qui avait d’abord été bloqué au niveau du rez-de-chaussée ouvrier l’est maintenant au niveau intermédiaire médiatique.

     

  • Donald Trump a raison de s’exprimer sur internet, j’aimerais bien savoir s’il connaît Alain Soral, et pourquoi pas imaginer un entretien tout les deux ?. And why not ?.


  • Comme le fait MLP elle s’exprime le plus souvent par le biais
    des réseaux sociaux , pour avoir la paix et discuter sereinement .

    Tous médias vendus sont à éviter le plus possible , sinon ils faussent
    l’information , le monde est devenu une dictature à pensée unique .


  • Peut-etre bien que cette election de Trump officialise reellement la fin des MSM ,c’est peut-etre en definitive la vraie contribution de Trump au progres de l’humanité