Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump continue de torpiller l’UE : "Permettre l’immigration en Europe est une honte"

Quelques heures avant d’atterrir à Londres, le président américain s’est montré très critique envers la politique migratoire européenne, qui a, selon lui, un impact potentiellement irréversible sur un Vieux continent en train de perdre son identité.

 

À l’issue du sommet de l’OTAN et avant de se rendre à Londres le 12 juillet, le président américain Donald Trump a accordé une interview au quotidien britannique The Sun, dans laquelle il a, notamment, donné son point de vue sur la politique migratoire européenne.

Fidèle à ses habitudes, le chef d’État n’a pas manié la langue de bois. « Permettre l’immigration en Europe est une honte. Je pense que cela change le tissu de l’Europe, et à moins que vous n’agissiez très rapidement, cela ne sera plus jamais ce que c’était, et je ne dis pas cela d’une manière positive », a-t-il lancé en préambule.

Cette politique migratoire, qui permet à « des millions et des millions de personnes » de venir sur le continent, a selon lui un impact aussi rapide qu’irréversible sur la culture européenne, et britannique en particulier. « Je pense que vous perdez votre culture. Regardez autour de vous. Certaines endroits n’existaient pas il y a 10 ou 15 ans », a-t-il poursuivi, rappelant son attachement au Vieux continent dont il tire ses origines, son père étant allemand et sa mère écossaise.

Le président américain n’a pas non plus hésité à évoquer la vague d’attaques terroristes qui a touché l’Europe ces derniers mois, et particulièrement Londres, où pas moins de quatre attentats ont eu lieu : au London Bridge, à Westminster, à la station Parsons Grenn et à la mosquée de Finsbury Park’s. Un moyen pour lui de s’en prendre au bilan du premier maire musulman de Londres, Sadiq Khan, qui l’avait vertement critiqué pendant sa campagne présidentielle. « Regardez ce qu’il se passe à Londres. Je pense que [Sadiq Khan] a fait du très mauvais boulot sur le terrorisme », a-t-il ainsi déclaré, notant que celui-ci faisait également du « très mauvais travail » en matière de lutte contre la criminalité.

Voir aussi, sur E&R :

Le mondialisme contre les peuples, lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Trump se trompe.
    Qui devrait avoir honte ?.
    Qui est responsable de ce désordre en premier lieu ?.
    Qui en tire profit ?.
    Ni repentance ni contrition mais reconnaître ses erreurs grandirait l’Amerique. Et qui oserait condamner les mesures radicales prises par Trump pour sauver son pays sans recourir à la destruction d’autres pays et condamner les populations à la misère ou à l’exil.

     

    Répondre à ce message

    • Oui c’est ça. Qu’il mette donc le doigt dans l’engrenage de la repentance victimaire et de l’auto-flagellation et ils sont bon pour 50 de harcèlement psychologique dont ils ressortiront moralement exténués.
      Le Canada est en train de sauter à pieds joints dans les flaques de la culpabilisation en ce moment. Vous verrez comment ça va tourner pour eux et pour leur vivre-ensemble avec les populations qu’ils font bêtise d’accueillir.
      Je n’ai JAMAIS entendu un Arabo-musulman émettre le moindre regret, et le moindre mot d’excuse envers les populations qu’ils ont massacré et réduit en esclavage pendant 14 siècle. Ils sont donc bien les derniers à être légitime pour faire la leçon aux autres à ce sujet !

       
  • Il a raison ! ( sur ce coup’là )

     

    Répondre à ce message

  • Que voulez-vous ?
    Quand Trump passe devant ce vieillard décrépi, que peut-il penser de l’Europe dont il est le président de la commission ?
    http://www.lepoint.fr/politique/jea...
    Les journaux nous ont heureusement rassuré. Non Junker n’était pas bourré, c’est une sciatique. Ouf !
    Pourtant .... Non tais-toi !
    Fèke niouseur !
    https://www.youtube.com/watch?time_...

     

    Répondre à ce message

  • Comme d’habitude c’est le double discours.
    L’empire veut casser les nations européennes à coup de métissages à grande échelle.

     

    Répondre à ce message

  • Trump a raison : si l’Europe ne change pas tout de suite sa politique folle, on va finir comme les Amérindiens (qui furent quasi génocidés par les armes ou les maladies) alors qu’au départ ils avaient accueilli positivement les immigrés européens sur leur sol !

     

    Répondre à ce message

  • Eté hier acheter une voiture aux enchères à Melun . Surpris par le nombre d’Africains dans les rues, et dans le RER du retour sur Paris une nette majorité de ces mêmes Africains, accompagnés de nombreux enfants .

     

    Répondre à ce message

  • L’Europe géographique et politique, les plus grande construction géo-politque de l’histoire qui a terminé tristement sa carrière en s’appelant "Occident", et ridiculisée par les yankees iconoclastes et arrogants, est en fait rongée par le déni de réalité et une vision plate des choses ... Impossibilité d’analyser les choses telles qu’elles sont (culture sciences-po)

    Elle n’est nullement menacée par les "populistes" et autre "illibéraux", point du tout et bien au contraire. Si elle a une chance de survie, c’est par eux. Elle est menacée par des entités étatiques internes et non dénoncées. Il y en a trois :

    L’Europe dite "de Bruxelles", état "offshore" au sein des états nationaux, avec ses métastases, la BCE, la Cour de Justice, etc et sa masse d’élus et de fonctionnaires surpayés, qui s’y superposent et sont invasives comme des plantes en rhizomes, entités devenues folles et incontrôlables. Il faudrait simplement déclarer la guerre en bonne et due à tous ces machins et foutre le feu à leurs bureaux à leurs "desk" et à leurs plans de tyrannie mondiale et à la vente des peuples à la découpe comme esclaves de Wall-Street.

    L’Amérique ! L’Amérique, toujours elle ! Est bien en fait un ETAT européen dans l’Europe, et qui a la puissance militaire réelle de feu par le biais de l’Otan et par sa domination des mers mais aussi par sa puissance énorme de corruption. Trump l’a rappelé brutalement.

    Enfin, "the last but not the least", le Vatican, pays nouveau puisqu’il date de 1929 de par la gentillesse de Mussolini, état pas vraiment démocratique, gérontocratie théocratique et pénible et produisant des papes assez crétins, sans territoire ni peuple et qui fait la leçon à la terre entière car sans aucun soucis financier ni responsabilité politique. Les accords de Latran lui avait imposé la neutralité mais lorsqu’on lutte contre le "fascisme", qui pourtant a permis à cet état d’exister, on oublie ses engagements. Alors on devient immigrationniste par opportunisme ;

    Il y n’y a pas 27 états en Europe mais 30, donc trois non déclarés et qui mènent la danse.. Et pourquoi ? Mais pour cocufier la France, comme toujours, depuis le Congrès de Vienne , le pays qui disait toujours non à l’Europe.

    .

     

    Répondre à ce message

    • Techniquement Napoléon n’a pas dit non à l’Europe... Il a même essayé de l’unifier sous son autorité

       
    • Mort de rire : en fait personne ne dit non à l’Europe. Bien sur que Napoléon et avant lui les Bourbons et les Habsbourgs ne disaient pas non à l’Europe. Ils en parlaient même tout le temps. Napoléon voulaient imposer sa paix en Europe et c’est dommage qu’il n’y soit pas parvenu.

      Ce qui a fait problème, c’est l’irruption des peuples en politique au milieu de l’ère dite "moderne". Ceux-ci ont dit : nous aussi on est capables de faire de la politique et mieux que les "princes" et "l’Europe", nous pensons que ce n’est pas clair. Car les peuples aiment ce qui est clair (d’où le Brexit anglais, exigence de clarté dans cette purée de poix anglaise). Ils ont dit : "il y de de l’empereur germanique, il y a du pape de Rome là dessous. Ce qui est clair, ce sont les nations. Derrière les nations, il y a des peuples et le peuple c’est nous".

       
  • Le jour où il n’y aura plus d’électricité, faudra compter, à mon avis, 150 ans avant que le peuple y redevienne homogène, en attendant tous derrière le Christ.

     

    Répondre à ce message

  • Ce n’est évidemment pas le comportement indigne de JUNKERS qui va rehausser le prestige de la Commission. Je pense que sous la poussée des partis populistes la Commission qui dirige l’Europe avec ses traités va perdre de plus en plus d’importance au profit du Conseil européen qui regroupe les différents chefs d’états. Des accords bilatéraux et multilatéraux pourront donc être envisagés, ils nous éloigneront d’autant du projet globaliste du NOM et de sa submersion migratoire. Nous nous dirigeons vers une Europe des Nations bien plus conforme aux voeux des européens.
    Reste à construire une Europe de la défense. Peut-être que l’arrogance de TRUMP à Bruxelles nous y aidera indirectement car quand il ordonne aux européens d’augmenter leurs dépenses militaires, c’est au profit de l’armement américain bien entendu. Le jour où l’Allemagne ne pourra plus vendre ses bagnoles aux States et que la France sera empêchée de commercer avec l’Iran, les européens comprendront l’intérêt qu’il y a à couper le cordon avec les US qui nous fait une guerre économique impitoyable. Ce jour là européens et russes pourront envisager un destin commun.

     

    Répondre à ce message

  • Quelqu’un de sensé ne peut avoir d’autre raisonnement que celui-ci .C’est tellement évident, mais l’évidence en Europe n’existe plus, puisque tout ce qu’est ignoble et contraire au peuple Européen paraît normal . Enfin c’est ce qu’ils essayent de faire, et jusqu’à maintenant ça ne marche pas trop mal, puisqu’on accepte tout sans broncher .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents