Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ukraine : l’Union européenne a soutenu un putsch contre un gouvernement démocratiquement élu

Par Aymeric Chauprade

Le coup de force organisé par les États-Unis et l’Union européenne soutenant Tiagnibok (seul leader qui contrôlait les émeutiers) pendant les Jeux de Sotchi (les Russes ayant alors les mains liées) a donc fonctionné et débouché sur l’effondrement du pouvoir légal la veille de la fin des Jeux (le 23 février).

 

Quelles leçons pouvons-nous tirer ?

1) Les récents événements dramatiques démontrent qu’il n’existe aucune solution politique viable et durable pour l’Ukraine dans les frontières actuelles car l’Ukraine est divisée géopolitiquement.

2) Le président Ianoukovitch, qui a quitté le pouvoir de lui-même, et afin que le bain de sang cesse, avait certes des torts sérieux (corruption, incapacité à agir dès le début de la crise) mais il avait été élu démocratiquement (aucune contestation de l’OSCE) et était le président légal. C’est donc un coup de force, un coup d’État même, qui l’a poussé vers la sortie et ce coup d’État a bel et bien été soutenu par l’Union européenne.

3) Le sang a coulé parce que l’opposition a tiré la première à balles réelles sur les forces de l’ordre. Les premiers morts ont été des policiers. Qu’aurait fait un gouvernement occidental si des manifestants avaient tiré à balles réelles sur ses forces de l’ordre ? On se souvient que l’autoritaire M. Valls aura quand même fait jeter en prison des petits jeunes de la Manif pour tous ou de Jour de colère pour un simple jet de canette !

4) Dans cette situation dramatique, l’Union européenne et les États-Unis portent une très lourde responsabilité. Ils ont encouragé la rébellion qui a débouché sur la violence ; ils ont cautionné un coup d’État contre un gouvernement démocratiquement élu.

5) La trame de fond de cette affaire, ne l’oublions pas, est, premièrement l’affrontement entre les États-Unis et la Russie, les premiers voulant « otaniser » l’Ukraine, les seconds voulant y conserver leur influence stratégique.

C’est, deuxièmement, un affrontement historique entre l’Allemagne, qui a toujours voulu contrôler (Hitler) l’ouest de l’Ukraine (ce qui explique les néo-nazis de Svoboda) et la Russie, qui tente de refouler cette influence (ce qui explique les slogans anti-nazis des ouvriers de Donetsk).

6) L’affaire ukrainienne, après la Syrie, la Libye et tant d’autres depuis 1990, apporte la démonstration que l’antifascisme et [la lutte contre] l’antisémitisme sont une posture pour les partis dominants en France et non un combat réel, posture qui ne vise qu’à diaboliser les forces politiques réellement alternatives. Ce n’est en effet pas une conviction puisque, au nom de l’Union européenne, ces partis inféodés aux oligarchies pro-américaines ont soutenu les néo-nazis ségrégationnistes et antisémites de Svoboda, le fer de lance du coup de force contre le gouvernement légal d’Ukraine.

Une fois de plus, l’Union européenne prouve qu’elle n’est rien devant les tendances lourdes de l’Histoire et les enjeux de puissance. Sa rhétorique sur la démocratie et les droits de l’homme est instrumentalisée. Les gesticulations bellicistes de BHL en sont l’illustration pathétique.

 

L’Ukraine face au réel

L’opposition est divisée : que peut-il y avoir de commun en effet entre Ioulia Timochenko et les néo-nazis de Svoboda ?

Les différents clans d’opposants vont devoir faire face à la réalité économique et géopolitique :

- Banqueroute de Naftogaz, la compagnie gazière.

- Plus de service public, fonctionnaires non-payés, caisses vides. L’UE ne donnera pas suffisamment. Donc Iatsenouk va devoir aller mendier l’argent russe et on imagine comment il sera accueilli.

- Chaos dans l’Ouest de l’Ukraine où des bandes ont pris le contrôle.

- Qui fera partir les extrémistes qui tiennent Maïdan ?

Le retour à la Constitution de 2004 n’arrangera rien. Bien au contraire. Leonid Kuchma, sentant le vent tourner en sa défaveur pendant la Révolution orange, avait imaginé une constitution perverse qui diluait tout les pouvoirs si bien que personne ne dirigeait vraiment l’Ukraine.

Revenir à cette Constitution sera une catastrophe quand on connaît la fragilité géopolitique intérieure de l’Ukraine et ses difficultés économiques. Selon Standard & Poor’s, l’Ukraine fera défaut sur sa dette (elle doit rembourser 13 milliards de dollars cette année) si la Russie arrête son aide, ce qui est désormais probable.

Que peut-on souhaiter ?

Pour ramener la paix, il ne reste qu’une solution viable. Diviser l’Ukraine en deux États. Une Ukraine de l’Ouest tournée vers l’Allemagne, la Pologne et donc l’Union européenne. Ce sera l’Ukraine pauvre, nous serons perdants, sauf les Allemands qui vont y trouver une main d’œuvre à bas coût pour continuer à maintenir leur avantage compétitif sur nous.

Une Ukraine de l’Est, indépendante ou rattachée à la Russie (après tout, les habitants y sont russes) avec la Crimée bien sûr, éminemment stratégique pour Moscou.

Conclusion

Nous ne sommes qu’au début du chaos ukrainien et l’Union européenne porte une très lourde responsabilité. Manipulée par les États-Unis, l’Union a voulu exclure la Russie, acteur essentiel dans la zone, du règlement. Rappelons qu’après le Sommet de Vilnius de novembre 2013, le Kremlin a proposé de régler la question de l’Ukraine lors d’une conférence qui aurait rassemblé les Ukrainiens, les Russes et les Occidentaux.

La crise ukrainienne est donc une nouvelle preuve de l’échec de l’Union européenne. L’Union européenne n’est pas un facteur de paix, elle est un facteur de guerre.

Aymeric Chauprade

Retrouvez Aymeric Chauprade chez Kontre Kulture :

Sur les « révolutions colorées » et les manipulations de l’Empire, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La partition de l’Ukraine, la seule solution ? C’est donc la disparition de ce pays, puisque chaque "moitié" n’aura pas la "puissance" de son existence autonome ! C’est une catastrophe pour les ukrainiens. Plus que jamais, cette nouvelle "frontière" va devenir une zone de tension digne de la guerre froide. Poutine, en général, a un coup d’avance. Ici, il a semblé attentiste. Stratégie du joueur d’échec ?


  • Aucune critique de l’attitude impérialiste de la Russie. Son analyse est trop complaisante vis-à-vis la Russie, car s’il y a partition en Ukraine, la Russie va y avoir participé amplement et beaucoup plus que l’Europe. La Russie se comporte exactement comme l’Angleterre vis-à-vis l’Irlande où les russophones de l’est de l’Ukraine ont la même attitude anti-national que les Orangistes en Irlande du Nord préférant les intérêts d’une nation étrangère que les intérêts du pays qu’ils occupent. Cette idée qui laisse croire que le nationalisme Russe serait un nationalisme émancipateur des nations est difficile à défendre dans ce conflit, car c’est tout le contraire. L’ennemi de notre ennemi n’est pas toujours notre ami.

     

    • Entre nous, ne serait-ce pas plutôt l’américanisme mondial qui rechercherait à semer la guerre dans les sociétés, depuis d’ailleurs le premier génocide indien de l’histoire. Remplacez par exemple le terme Russie dans votre propos par celui des Us, et vous y verrez alors que l’Internationalisme US ne vaut guère mieux à voir pour la sécurité internationale. Mais bon si vous préférez ne vous cantonner qu’à ce seul conflit, vous ne pouvez faire que l’impasse que sur tout le reste depuis le début. Vous savez quoi, je crois surtout que ce sont bien plus les médias qui expriment une plus grande malhonnêté d’information, votre analyse trop locale, qui laisse croire que la Russie de Poutine en serait le premier responsable, évidemment si les choses devaient mal tournés par ricochet. Les Us en feront bien toujours porter la responsabilité première à la Russie moins comment dire ...


    • @Samuel

      Je n’ai jamais dit que les USA n’était pas à blâmer, je dis simplement que la Russie imite les États-Unis dans ce conflit et utilise la même méthode impérialiste. Si l’influence de la Russie sur l’Ukraine est plus négative que celle de l’Europe c’est dût à sa proximité avec la composition russophone de l’Ukraine qui est très souvent Ukrainophobe dans ses prises de position politique dont est issu le pouvoir de Viktor Ianoukovitch. Pour ce qui est de la malhonnêteté de l’information de masse, on peut dire avec ce conflit que les médias russe l’ont été tout autant que l’union Européenne, surtout lorsque la Russie attribue le qualificatif de nazisme à l’opposition nationaliste en Ukraine, ce qui signifierait que Jean-Marie Lepen lui-même pactiserait avec ce même soi-disant nazisme Ukrainien comme le démontre cette vidéo.

      http://www.dailymotion.com/video/xb...

      Comme, je le disait l’ennemi de mon ennemi, n’est pas nécessairement notre ami.


    • Les Russes n’occupent pas l’Ukraine ! Ils ont toujours été là et ont toujours été russes. C’est la division juridique voulue par Khroutchev (un Ukrainien) qui les a fait se retrouver de l’autre côté de la frontière. Savez-vous combien de millions de Russes sont morts rien que pour la défense de Sébastopol ? Oser comparer avec l’Ukraine à l’Irlande, c’est ne rien comprendre ni à l’une ni à l’autre. Les anglais sont des envahisseurs Germains qui on envahi une terre celte. Les Russes et les Ukrainien sont frères et moins distincts que les Toscans des Calabrais.


    • franchement malhonnête de comparer Ukraine et irlande. il serait plus honnête de parler alsace ou wallonie.
      quant à l’impérialisme Russe, belle propagande otanesque, visant un pays, la Russie, qui s’est sabordé en temps qu’empire (soviétique) il y a plus de 30 ans. certes un immense pays mais dont les visées expansionnistes restent à démontrer.
      C’est comme pour la Chine, je les vois plutôt se défendre qu’attaquer. n’est ce pas Leon XVI ? ou peut être as tu des arguments plus percutants ?


    • @Atropina

      Croire que les Ukrainiens seraient frère avec les russes est assez ridicule, alors qu’ils ne parlent même pas la même langue et ne votent même pas pour le même parti politique. Les Russophones font du communautarisme en faveur de la Russie depuis l’écroulement de l’union soviétique, c’est aussi simple que cela. L’Ukraine n’est pas la Russie. Khroutchev n’a pas inventé de nouvelle frontière, il a simplement rétabli d’ancienne frontière Ukrainienne, car la russification de l’Ukraine a commencé bien avant l’ère soviétique. Ensuite, cette russification de l’Ukraine était loin d’être fraternelle, elle c’est faite par une répression parfois féroce de toute forme d’ukrainité et par des transferts de populations russes importants surtout dans l’Est et le Sud du pays. Les Russes ont été des colonisateurs, voir même des immigrants et c’est eux qui était la base électoral de Ianoukovitch.


    • L’ analyse mettant en cause les visée impériales de la Russie est corroborée par Pierre hillard ,l’ union Eurasiatique en projet serait la reconstitution de la "grandeur passée"de l’ URSS avec la réintégration des pays indépendants depuis le 26/12/1991 dans le giron Russe .


    • @ Léon XIV

      Non vous ne l’avez pas dit, mais vous pourriez en faire le jeu indirectement, vous savez si la Russie imitait autant que ça les États-Unis elle lui poserait sans doute moins des problèmes selon leur planning. Si ça se trouve le Pierre Hillard il n’est pas toujours de bon conseil sur tout, qui sait de quoi l’avenir sera fait avec tel ou tel pays, avec telle ou telle perche. Vous pouvez avoir raison, comme je pourrais très bien vous dire que la Russie n’est pas autant impérialiste que le premier exemple de l’Américanisme mondial dans l’histoire, ce serait bien aussi que vous puissez prendre cela en compte. Non sincèrement, vous ne trouvez pas que la maison blanche a un plus gros cul sale sur le moment, surtout depuis la facheuse histoire de la syrie.


    • @ AF

      J’ai beaucoup de respect pour le Pierre hillard, il s’est souvent montré fort juste dans ses analyses, encore dernièrement je lui aurais donné intégralement raison, sauf que dernièrement j’ai été obligé d’admettre une chose. Ce qu’il décrit est déjà là depuis des années, surtout à travers le premier système mondial marchand dans les sociétés, il est certain que si nous restons toujours dans la même observation de surface. Nous verrons toujours la Russie comme une colonisatrice, nous ferons pas toujours mieux la mise à jour. Nous continuerons toujours à faire croire que le plus tragique pour l’humanité est loin derrière nous, sachez-le, le renversement climatique viendra bien plus tôt que prévu, et cela quelque soit le calcul des grandes puissances bloc contre bloc. Toutes les prophéties de vieilles femmes ne sont pas toujours bonnes à prendre en compte.


    • @Samuel

      Vous voyez la chose d’une manière trop binaire, car je suis contre l’impérialisme américain autant que l’impérialisme Russe. Prendre le parti de un par opposition à un autre est autant ridicule que de voter pour l’UMP par opposition au PS. Il y a autant d’effet d’alternance entre ces deux empires qu’il peut y en avoir entre l’UMP et le PS. Le choix du moins pire n’est pas une option pour moi, ce que je préconise c’est des nations libre et indépendante de toute forme de puissance extérieure et tant aussi longtemps que les nations vont se sentir forcé à concéder leur souveraineté d’un empire à l’autre par alternance, on ne règlera rien.


    • @ Léon XIV

      Pourquoi dites vous cela, si ça se trouve je vis point sur le même continent que vous. Mais bon à chacun son expression de la chose vous avez la vôtre et j’ai la mienne, vous savez je vous comprends un peu quand même. Que vous le vouliez ou non et si Dieu le veut, les choses ne se passent jamais comme nous le voulons dans la vie ou l’histoire, je comprends bien votre propos non c’est surtout sur cela que j’ai souhaité vous faire partager. C’est vrai je préconise rien de spécial, j’irais donc moins loin que vous, on se mèle déjà tant des affaires d’autrui dans le monde, possible en effet selon vos dires que les premières variables globales ne permettent plus à chacun de redevenir souverain, moins directif, etc. Vous savez il m’arrive parfois d’avoir une autre manière d’envisager la chose, mais là je rentrerais dans un autre propos. C’est vrai à tort ou à raison, c’est peut-être cela qui me pousse à défendre la position russe sur le moment, vous savez quoi rien que sur la Syrie je pense que les US et l’Arabie Saoudite ont davantage de sang chrétiens sur les mains, après faut voir la suite de l’histoire où sous le regard de Dieu. De toutes façons nous éviterons pas l’effondrement mondial.


  • Il est bien évident que ce chaos ukrainien n’est pas une coïncidence, il a été programmé et organisé de main de maître à la fois pour affaiblir le pouvoir russe, et pour tenter de salir la bonne image des J.O. de Sotchi.
    En peuple avisé, après avoir attendu de savoir ce qu’il en était exactement de l’Europe, les Islandais déclinent leur offre d’adhésion à l’Europe.
    Comment le peuple Ukrainien peut-il raisonnablement faire la révolution avec comme objectif l’adhésion de l’Ukraine à l’ Europe, sans qu’il y ait une énorme manipulation et désinformation d’une partie de l’opposition ukrainienne ? C’est une liberté en chocolat, puisque pour la presque totalité des pays adhérents à l’union européenne, la question de la pertinence de ce choix va être au coeur des années futures ; en effet, on ne peut pas dire que le bilan de l’adhésion à l’Europe soit positif pour les nations engagées dans cette aventure : casse de l’industrie, dettes incontrôlable des états, chômage de masse, perte d’identité, mise à bat de l’ensemble des acquis sociaux à courte échéance… etc.
    Bref, cette pseudo révolution résulte avant tout d’une manipulation de puissances politiques qui n’ont aucun scrupule à envoyer à la mort un peuple au nom de ce qu’il convient d’appeler une escroquerie.

     


    • Il est bien évident que ce chaos ukrainien n’est pas une coïncidence, il a été programmé et organisé de main de maître à la fois pour affaiblir le pouvoir russe, et pour tenter de salir la bonne image des J.O. de Sotchi.



      Main de maître je ne sais pas, car ils en ressortiront aucunement grandis car sent trop la malice, cela montre aussi qu’il n’est plus guère possible d’en faire raisonner les premiers instigateurs dans les sociétés. Oui ils ont peut-être réussis à salir la bonne image des J.O de Sotchi, sans doute par pure esprit de combines enfin vous voyez le genre. Mais sur le plan international j’ai bien peur que cela ne se retourne tôt ou tard contre eux, surtout lorsque vous le dites si bien ils n’ont plus guère aucun scrupule à faire basculer davantage de pays dans le chaos ou la guerre civile, c’est bien des fous de la démocratie à tous prix, mais quelle très grande mascarade mondiale je trouve.



  • La crise ukrainienne est donc une nouvelle preuve de l’échec de l’Union européenne. L’Union européenne n’est pas un facteur de paix, elle est un facteur de guerre.



    Hum il ne peut y avoir de Paix et de Sécurité, lorsqu’ils en finissent par ne plus parler que de sanctions, envers tous ceux et celles, qui refuseraient de rentrer dans les plans plus ou moins machiavéliques, du nouvel ordre Mondialiste qui se met en place partout.

    Mieux encore, à écouter le premier porte-parole de la maison blanche, c’est bien entendu dans l’intérêt de personne que d’autres pays ne suivent le mauvais exemple. Ne veulent-ils surtout pas nous montrer à travers les premiers pays comme la Syrie et l’Ukraine, voilà ce qui arrive surtout aux pays qui voudraient plus trop faire l’impérialisme pour l’Amérique.

    Avant oui l’Europe aurait pu éviter que l’histoire se répète, mais plus maintenant avec la grave crise économique qui secoue graduellement l’économie mondiale, surtout pas en plus avec de tels gouvernements à la solde des US, en fait l’Europe des marchands ou des technocrates n’aura servi que de base arrière à l’Impérialisme mondial.

    Finalement le Soral n’était pas trop à coté de la plaque, comment voulez-vous discuter avec des pays qui préparent bien plus des coups d’états en douce lors de jeux Olympiques, tout un symbole en réalité, comme pour d’autres signes ces derniers temps.

    Finalement on devrait davantage remettre la médaille d’or à l’oncle Sam, lorsqu’il recherche sans arrêt à maintenir son leadership à tous prix, au risque même de pousser davantage le monde à feu et à sang, toujours pour le bien du monde cela va de soi.



    Que peut-on souhaiter ?



    Que les plus grosses fortunes du monde puissent s’en mettre davantage dans les fouilles, pays après pays, propagande médiatique oblige partout, et puis peut-être qu’un jour le monde sera enfin dirigé automatiquement par une grande république universelle de cons.

    Je me souviens pourtant d’un discours fort soucieux de Mr Poutine prononcé le 10 février 2007 à la Conférence de Munich sur la sécurité internationale, mais voilà qui s’en souvient parmi l’ensemble de nos élites occidentales, personne bien évidemment.


  • Je souscris à presque tout, et très particulièrement au point 6 et à la conclusion.

    La seule partie que je trouve contestable est "Que peut-on souhaiter".
    La vision d’Aymeric Chauprade est la vision conforme à la financiarisation actuelle de l’économie : je prends mon bénéfice tout de suite, peu importe l’Ukraine. Je pense qu’elle constituera un point de fixation de conflits en Europe pendant des décennies car Kiev se retrouverait à l’Ouest, donc en zone occupée. Mais cette solution serait la plus payante économiquement pour les anti-mondialistes.

     

  • Excellent, ce qui fait que quand ça arrivera dans un pays européen (en france par exemple...) l’europe n’aura pas de leçons a donner, leur gesticulations, leurs discours et les grandes envolées sur ce qu’ils appellent ’démocratie’ sont perdues d’avance. Ils sont discrédités désormais sur les plans organisationnel, politique, économique et idéologique, la totale, c’est difficile de faire ’mieux’...mais on savait déjà tout ça ! Ce sont simplement des supers parasites qui vampirisent ce dans quoi ils sont incrustés, des rats en costumes trois pièces, des tricheurs et des escrocs.


  • Oui l’UE (à part être une bureaucratie qui ratisse large dans les richesses des pays membres) est une machine de guerre. Ce genre de réaction, c’est ce qui nous attend, si par exemple un parti politique voulant sortir de l’UE arrivait à la tête du pays, ici en France, suite à des élections présidentielles par exemple...
    Avec l’UE, c’est : "on passe en force, le gun à la main". C’est pas plus compliqué. (biensûr ce sont les petites mains qui font le boulot !)


  • Quelle excellente synthèse de la situation.


  • Ça balance des bombes pour instaurer la démocratie et ça lache ses pionazis quand la démocratie est déja présente. Si c’est pas du foutage de gueule flagrant ça...

     

    • Dialectique talmudiste.


    • Faux ! Ce sont les nationalistes Ukrainiens (que vous appelez "néo nazi") qui ont été au "contact" les premiers : ils ont été déterminés, ce sont battu plus que courageusement ! de façon téméraire ... Ils ne sont pas des mercenaires mais des combattants ! Maintenant : il faut qu’ils ne lâchent rien et que l’ Ukraine ne tombe pas entre les mains de l’union européenne.


    • Ouai alors si je suis votre logique en Syrie les tous premiers étaient aussi des vrais syriens opposants demandant plus de liberté.
      Ce qui compte c’est le résultat et comment on l’obtient. La génèse a peu d’importance dans ce genre de cas.

      Quand à la dialectique talmudique, ça me fait chier de le dire mais elle est relativement fascinante. Elle est aussi fascinante de sournoiserie qu’un félin qui chasse. Dégueulasse surement pour la pauvre biche mais néanmoins fascinant à observer.


  • Un super article.

    Je pense aussi qu’en réalité l’affaire est loin d’être gagnée pour les Occidentaux.

    L’ouest risque de s’enliser dans une anarchie aussi bien politique que sécuritaire. D’ores et déjà nous voyons que la situation est plus claire à l’est.

    Lorsque les mecs de "secteur droit", qui ont étés nombreux à se battre vont se rendre compte qu’ils vont être cocus, ils vont remettre ça dans la rue.

     

  • Au final c’est très malin. Ils ont donné les JO à la russie juste pour faire leur coup d’état prémédité depuis long time.

    Rien n’est laissé au hazard, pas étonnant qu’on passe pour un parano lorsqu’on explique tout ça aux "branchés".


  • Pour les neo-nazis ils ferment les yeux quand ça les arrange.
    BHL, Fabius, Sarkozy à la guillotine


  • Bonjour,

    il me semble que certains s’arrangent facilement avec la réalité en prétendant que les russes n’auraient rien à faire en Ukraine alors que des considérations historiques et géopolitique plaident au contraire en faveur de cette présence, du moins en ce qui concerne l’est.

    D’abord l’histoire russe commence à Kiev avec la conversion du Prince Vladimir Ier au christianisme orthodoxe à l’occasion de son mariage avec une princesse byzantine (d’ou en partie la prétention russe d’être la "Troisième Rome" et donc l’appellation de Tsar ou Caesar) ainsi que l’adoption d’un alphabet adapté du grec, le cyrillique. Malgré diverses invasions l’est de l’Ukraine actuelle est toujours resté orthodoxe (je rappel que la Russie est historiquement et ce depuis la chute de Constantinople la protectrice de la chrétienté orthodoxe) et a été partie intégrante de la Russie du XVII ème siècle à 1991.

    Autre considération, géopolitique celle là, croire que la Russie va se laisser dépouiller sans réagir du port de Sébastopol est d’une naïveté et/ou d’une malhonnêteté incroyable. Cela fait des siècles que celle-ci compte parmi ses objectifs prioritaires un accès aux mers chaudes, l’affaire de Syrie en est un très bon exemple, alors selon le principe du "qui peut le plus peut le moins", si les russes n’ont pas lâché la Syrie ce n’est sûrement pas pour abandonner l’Ukraine ou au moins l’est et surtout la Crimée. D’ailleurs il y a lieu de se demander dans quelle mesure cette affaire est liée à la guerre en Syrie (BHL, "c’est bon pour Israël"), car en effet il serait certainement plus difficile à la Russie d’intervenir en Syrie sans le port de Sébastopol. Si le nouveau gouvernement prétendait les en expulser il y a fort à parier qu’il se produirait, à plus grande échelle, ce qui s’est déjà produit en Géorgie, c’est à dire une attaque militaire suivie d’une partition du pays avec reconnaissance de l’indépendance d’une partie du pays (bon plus une annexion qui ne dit pas son nom, c’est sûr, mais que s’est-il passé au Kosovo ?).

    Autre considération géopolitique et économique, la majorité du gaz russe en transit vers l’Europe occidentale passe par l’Ukraine. Il est évident qu’une Ukraine sous contrôle des Etats-Unis (l’Ukraine bientôt en faillite ? mais quelle formidable occasion que de placer celle-ci sous perfusion du FMI, donc sous contrôle politico-financier de Washington !!) serait un formidable moyen de pression sur la Russie.

     

    • Bravo, bel analyse, et clair. t’as tout dis ou presque.


    • les Américains ont déjà fait leur deuil de la Crimée ,la partition de l’Ukraine leur va à ravir
      ils y verront la Russie reculer des frontières polonaises sur son flanc ukrainien
      ils grignotent tout doucement.
      L’’ouest ukrainien peut devenir comme la Libye ou la Tunisie un laboratoire de combattants mercenaires pour les plans occidentaux de L’OTAN notamment en Russie et en Biélorussie
      je ne crois pas que v poutine n’en soit pas conscient et qu’il ne prendra pas de sérieuses mesures ou options pour protéger la Biélorussie
      les usa n’ont jamais changé la méthode des contras et ceci depuis le renversement de Salvatore ’Allende élu démocratiquement en 1973 et la dictature d’extrême droite néolibérale de Pinochet qui a suivi ,quand on ne connait pas cette histoire et bien : on est condamné à y succomber à l’infini pour paraphraser l’adage


  • En 2010 l’UE et Le Monde n’avaient pas le même discours sur l’Ukraine :

    http://www.lemonde.fr/europe/articl...

    http://www.lemonde.fr/idees/article...

    Nous venons d’assister à un putsch organisé par l’UE et les USA. Il y a fort à parier que l’affrontement avec la Russie va se faire de plus en plus à visage découvert désormais...


  • Bonjour,
    Cela me rappel un autre président élu démocratiquement et qui fut destitué, ça se passait en Egypte je crois en 2013.
    Mais aussi dans un autre registre, les différents accidents/assassinats de présidents élus démocratiquement dans les pays d’Amérique Centrale, et d’Afrique.

    Un autre point de vue intéressant, pour ceux qui ne connaissent pas c’est le livre de John Perkins : "confession d’un assassin financier".


  • il suffit de voir l’évolution des balkans depuis 1870.
    VÉRITABLE POUDRIÈRE EMBLÈMATIQUE DE la situation mondiale et toujours entretenu dans un état de tension active par qui ? :---les anglo-saxons.
    depuis, l’union européenne fait le sale boulot de la perfide albion, jamais vraiment européen mais toujours aussi perfide dans les questions d’écrasement des peuples de tous bords d’ailleurs.


  • Après la Libye, la syrie et l’iran, voila l’ukraine, nouvelle cible de la nouvelle guerre froide que se livre la russie contre l’empire judeo-maçonnique. .je ne crois pas que vladimir va se tourner les pouces en attendant que ça se passe..Ils veulent vraiment lui mettre, la quenelle, ma8s malheureusement pour eux c’est la russie c’est pas la centrafrique..


  • Les Etats-Unis d’Amérique et les Etats-Unis d’Europe, c’est exactement la même chose car Unis mais reste à mettre en Lumières Unis par qui et Unis pour quoi. Apparemment, Unis au nom de la supériorité raciale ultra-minoritaire pour piller et détruire l’ultra-majorité.
    Cette ultra-minorité qui se prétend supérieure a également la prétention de se considérer juive comme si moi, tout en assassinant la France, je revendiquais le droit de me considérer français. Puis-je prétendre être ce que je détruis ? Puis-je prétendre éduquer des enfants que je considère issus de races inférieures et prendre le risque qu’ils deviennent ne serait-ce que mes égaux ? Non, je n’éduque pas les races inférieures, je les soumets à mon pouvoir par l’ignorance et j’abuse de ce pouvoir car j’utilise également la terreur et j’instaure la dépravation. Je mens car mon culte m’autorise à tromper pour parvenir à mon but.
    Je mens depuis des siècles et des siècles et l’usure me rend riche et puissant. Je possède absolument TOUT excepté...le pouvoir de Dieu !

     

  • Même si l’analyse peut être validée en partie, je trouve étrange que M. Chauprade oublie totalement les fomenteurs de ces troubles, les lobbies judéo-ukrainiens liés à "Israël". Dans ce jeu de dupes qui ramène systématiquement à ce qui se joue en Syrie, à savoir l’émergence des nouveaux équilibres mondiaux, "Israël" veut continuer à peser sur toutes les décisions atlanto-européennes pour sauver sa peau. Et selon, ce qui semble se dessiner, la Russie prend le pari de laisser se déclencher un incendie qui brûlera l’Europe et les intérêts euro-américains, même au prix d’une autre provocation aui aurait pour nom la Géorgie, c’est le sens de la course contre la montre lancée par les américains pour tenter d’obtenir un gouvernement d’union nationale en Ukraine que l’on présente comme un gouvernement de techniciens. Et c’est ainsi que s’explique le silence gêné de l’Europe ou les supplications lancées à Poutine pour une transition pacifique. Mais la Russie a dit niet et le compte à rebours commence...


Afficher les commentaires suivants