Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Ukraine : parlementarisme et bandes armées

La ville de Kiev vit désormais sous le règne de la « Pax Bandera ». « Pravy Sektor » a annoncé qu’il ne comptait pas quitter Maïdan, ce qui en dit long sur la légitimité des élections du 25 mai. L’Union européenne validera peut-être cette nouvelle forme de démocratie contrôlée par la rue, qui sait ?

La nouvelle URSS est assurée de la loyauté de la Rada grâce aux très efficaces patrouilles des milices de Svoboda et de Pravy Sektor. Ainsi, bien qu’encore majoritaire, les députés du parti des régions ont voté pour l’abolition du russe en tant que langue régionale. Gageons que, si les élus des zones russophones sont un jour laissés libres de rentrer dans leur circonscription en vie, la pilule sera dure à faire passer à leur électorat.

Le très démocrate leader de « Svoboda », Oleg Tiagnibok, a encore beaucoup d’idées et de lois urgentes à faire passer sur l’interdiction des partis politiques, de la télévision russe, des anciens fonctionnaires du parti des régions… C’est à peu près le programme ségrégationniste de Franco Tudjman de 1990 à 1992 contre les Serbes de Krajina, poussant ces derniers à se soulever et à lui infliger une série de revers militaires. Les Allemands et les Américains, avec la bénédiction de Milosevic, lui permettent d’épurer ethniquement la région entre mai et août 1995. La situation est cependant légèrement différente pour les « banderistes » ukrainiens, dont les plus radicaux ont d’ailleurs décidé de reprendre Koursk, Briansk et Belgorod aux Russes. Avec Vladimir Poutine en face, il est peu probable que beaucoup d’Allemands se portent volontaires pour recevoir une nouvelle raclée par l’armée russe, ou que les avions américains appuient l’offensive « banderiste ». En vue de cette attaque imminente, les « bandéristes » de Kiev ont commencé à dépouiller les automobilistes. Une mise en place tout-à-fait démocratique de l’impôt révolutionnaire.

Nous avions à plusieurs reprises expliqué que le premier problème de l’Ukraine était un financement de sa dette à court terme. Comme par miracle, le gouvernement issu du putsh et l’Union européenne, et même la presse française, viennent de s’en apercevoir à leur tour… Il était temps. Ô miracle ! L’UE pourrait prêter 20 milliards de dollars à l’Ukraine. Même les États-Unis seraient prêts à mettre la main au porte-monnaie ! Quel dommage que les deux technocraties ne s’en aperçoivent que maintenant. 15 milliards pour l’Ukraine en novembre dernier et la cause était entendue. Évidemment, ni l’UE, ni les États-Unis ne vont consentir un effort financier de cette sorte. Si aide il y a, ce qui est peu probable, elle sera soumise à des conditions telles que l’augmentation de l’âge de la retraite, du prix du gaz pour les personnes physiques et privées, la baisse des prestations sociales, des salaires des fonctionnaires, etc. Elle sera également étalée sur une bonne dizaine d’années. Rien de cela n’avait été exigé par la Russie. Les Ukrainiens, même de l’ouest, vont pourvoir commencer à faire leurs comptes. Comment l’UE pourrait expliquer à ses États membres sous perfusion, auxquels elle fait payer par des politiques de rigueur épouvantables le moindre euro versé, qu’elle va se délester de $10 milliards pour embêter la Russie ?

La mise sous tutelle du Parlement par les radicaux et l’attaque du bureau du gouverneur de Kharkov par les « banderistes » justifient pleinement le doute que vient d’émettre le Premier ministre Medvedev sur la légitimité du pouvoir de la Rada actuelle.

C’est en Crimée que la situation a le plus évolué avec une volonté séparatiste affichée. Cela s’est traduit par l’élection d’un nouveau maire et la levée massive de volontaires par le « Russki Blok ». Rappelons que si à l’est de l’Ukraine se trouvent les Ukrainiens russophones, la Crimée est peuplée de Russes ethniques, qui ne se considèrent pas ukrainiens. La presqu’île n’a historiquement aucun lien réel avec l’Ukraine. Les drapeaux russes ont été hissés à Kerch ou à Sévastopol, les groupes d’auto-défense se forment et il ne fait pas bon être « banderiste » dans la région. Le drapeau ukrainien y a été brûlé. Dans le sud de l’Ukraine également, à Odessa, une grande manifestation a eu lieu contre les « fascistes » de Kiev.

L’est de l’Ukraine aussi est secoué par des affrontements. Outre Kharkov, des coups de feu ont été échangés à Lugansk entre « banderistes » et un groupe local d’auto-défense.

La communauté juive de Kiev, après avoir été discrète pendant ces derniers jours, sans doute sous la pression américano-européenne, ne cache plus sa peur, comme le relate le quotidien Haaretz. Il y a peu de chance que les juifs d’Ukraine s’attirent la sympathie des histrions papillonnant autour de Bernard-Henri Lévy. L’instauration du Nouvel Ordre mondial en Ukraine est à ce prix.

Sur les « révolutions colorées » et les manipulations de l’Empire,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #738504

    Je voudrais parler ici de Méridien Zéro et notamment Lt Sturm et PGL qui prennent clairement position au côté de BHL et des putschistes Ukrainiens. Il semble que le sieur PGL fasse de la géopolitique de chambre à coucher étant en couple avec une ukrainienne.
    Ils paraissent très euro-centrés voir euro racialistes. J’ai l’impression qu’ils en ont plus contre les immigrés (compte tenu de leur origine) que l’immigration elle même.
    Je suis français de souche aussi loin que je le sais, et je me sens plus en fraternité avec les gens du magreb ou de la méditerranée qu’avec des lettons ou des ukrainiens, bien qu’ils soient européens. Gamin au collège j’ai côtoyé des portos, yougos, beurs (pas tant que ça). J’ai jamais vu de baltes ou scandinaves.
    Et il me semble que l’histoire de France prouve aussi cette tendance.

    De plus si on cherche des figures à l’etranger (Chavez, Poutine...) c’est qu’en France, et bien....
    On se doute bien que Poutine fait partie de l’Oligarchie aussi et son addiction au Botox me laisse dubitatif, pas très viril pour le moins. ( moumoute de besacenot)
    Et effectivement les alliances avec la Russie ça n’a pas été ça pour la France. Mais peut-on faire confiance à Londres, Berlin, tel Aviv, Washington.
    J’ecris ça pour susciter le débat, pour voir si d’autres ici partagent cette opinion.
    J’ecoute de temps à autres Meriden Zéro notamment les panoramas Actus qui sont instructifs, mais parfois j’ai l’impression que la réconciliation ne sera pas facile plus du fait de ces personnes soit disant intelligentes et instruites que des chances pour la France comme ils aiment les qualifier.

     

    • #738920
      le 25/02/2014 par matrix le gaulois
      Ukraine : parlementarisme et bandes armées

      Ce que vous dites-là rejoins ce que je disais dans un de mes commentaires il y a quelques semaines où Méridien Zéro, pour qui j’ai pourtant un profond respect, a quand-même fait une émission qui n’était pas sans nous rappeler les heures les plus sombres de BFM TV dans son parti pris pro-Svoboda.

      Après, chacun doit être libre de pouvoir exprimer sa façon de penser...on est pas au PS, ici ! Mais il est vrai que l’on sent clairement qu’ils sont dans une approche racialiste du problème qui n’est pas vraiment la ligne E&R...Mais bon, en même temps, on parle de M0 ici, pas d’E&R. Considérons que ce n’est pas la même chose.

      Sinon, concernant Poutine : on est bien obligé de tendre dans sa direction si l’on veut nuire à nos oppresseurs. On est dans la même logique que les Hurons lors de l’arrivée des blancs en Amérique du nord : les européens étaient plus forts avec leurs armes à feu, mais ils étaient divisés en factions (Français, Anglais, Hollandais, Suédois...) et le seul moyen de résister dans cette situation, c’est de s’allier à l’envahisseur le moins nuisible (ce furent alors les Français : moins nombreux que les Britanniques) pour tenir (si la France avait gagné la guerre de 7 ans, il y aurait peut-être toujours une Huronie). En ce qui nous concerne, ce n’est pas la bourse Russe qui multiplie les attaques spéculatives sur la zone euro & qui nous a imposé en coulisse la monnaie unique : ce sont les USA. Donc, c’est un fait qu’à l’heure actuelle : l’allié objectif de tout résistant qui se respecte ; ce sont les Russes, pas les américains.


    • #739136

      Vous tombez malheureusement dans le binarisme. Une erreur de jeunesse certainement...

      Lisez plutot cet entretien :

      1) Entretien avec Pierre-Alexandre Bouclay

      Au vu des événements en Ukraine, Vladimir Poutine va-t-il lâcher Ianoukovitch pour jouer la carte Timochenko ?

      Poutine est un pragmatique, qui souhaite avant tout la stabilité à ses frontières – principalement avec l’Ukraine, pièce centrale de sa géopolitique vers les mers du Sud et l’Europe, notamment pour l’acheminement des hydrocarbures.

      Il est fou de rage contre Ianoukovitch, qui a saboté les Jeux olympiques auxquels il accordait la plus grande importance, en précipitant la révolution par des maladresses en cascades. En faisant tirer sur le peuple, Ianoukovitch a déclenché une crise irréversible. Poutine a refusé de lui accorder une audience la semaine dernière, se contentant de le saluer entre deux tribunes, dans un stade, alors que le président ukrainien avait fait le déplacement à Sotchi. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev l’aurait engueulé, le traitant d’incapable et lui demandant où étaient passés les milliards d’euros versés à l’Ukraine par la Russie. De fait, au lieu d’être employé pour prendre des mesures sociales d’urgence dans ce pays au bord de la faillite, l’argent s’est volatilisé.

      Poutine et Medvedev sont évidemment mécontents car, avec Ianoukovitch, ils disposaient d’un vassal, ce qui est toujours pratique. Mais ils ont déjà travaillé en bonne entente avec Ioulia Timochenko. Poutine lui a même proposé l’asile politique quand elle était emprisonnée et avait dénoncé un « procès politique » – ce que peu de médias occidentaux ont relayé, préférant les schémas caricaturaux. Dans l’attente d’un pouvoir stable, Moscou va naturellement souffler le chaud et le froid pour défendre ses intérêts.

      Quid des mouvements « d’extrême droite » en pointe des manifestations et, de fait, soutenus par Bernard-Henri Lévy ? Y aura-t-il une coalitation fascisto-démocrate ?

      Les militants du Pravy Sektor (Secteur droit) étaient 500 sur environ 20.000 personnes présentes sur le terrain. Mais ils ont été triomphalement acclamés samedi soir, Timochenko et son bras droit ont chanté leurs louanges (ce que les médias français ont occulté). La foule les soutient car ils ont tenu les barricades au mépris de leur vie, mettant parfois en déroute les unités d’élite de la police. Sans eux, le Maïdan serait mort et les Ukrainiens le savent.


    • #739137

      2) Samedi, ils assuraient le service d’ordre pour empêcher les pillages, car ils voulaient une « révolution exemplaire ». Ils feront sans doute partie de la coalition au pouvoir, avec Svoboda (le parti identitaire), le parti populiste de Timochenko (qui défend l’identité ukrainienne, la famille, la religion et une liberté d’entreprendre mâtinée de socialisme) et Oudar, le parti de centre droit du boxeur Vitali Klitschko, qui est le seul véritablement affilié à l’Union européenne.

      Qui leur fait encore face ?

      Le bloc pro-Ianoukovitch a éclaté entre un Parti des régions (partisan d’une Ukraine transnationale rattachée à la Russie) en décomposition, le Parti socialiste en retrait et le Parti communiste qui a lâché l’ancien président samedi.

      Peut-on parler d’une victoire de l’Union européenne ?

      Non. Il y a un discours médiatique et politique récupérateur, mais l’Union européenne a manifesté son impuissance politique, y compris à ses frontières. Bruxelles a été heureusement surprise des velléités de rapprochement de Ianoukovitch, mais n’a pas su parler d’une seule voix et encore moins sortir le carnet de chèques. En face, Poutine a fait des offres claires, fermes et suivies d’effets immédiats, agrémentées de pressions d’ordre personnel.

      L’Union européenne est ensuite restée spectatrice de la révolte ukrainienne, se contentant de manifester son « indignation ». Les sanctions ont été prises jeudi dernier, en urgence, parce que la Pologne pro-ukrainienne et l’Allemagne pro-russe ont fait le forcing. La France, qui s’est invitée en tant qu’« arbitre », a été particulièrement légère. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a quitté les négociations parce qu’il avait un rendez-vous en Chine… Et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a claironné – vendredi ! – que la France devait impérativement « se doter d’une politique à l’égard de l’Europe de l’Est »… Il était temps de s’en apercevoir.

      Enfin, la médiation européenne a principalement dépendu de la résistance acharnée sur le Maïdan mais aussi… du Kremlin, qui a accentué les pressions sur Ianoukovitch, suspendant les aides et exigeant un retour à l’ordre rapide et sans excès. Les Ukrainiens, qui n’espéraient pas grand-chose de l’Union européenne, n’en attendent plus rien.

      http://www.bvoltaire.fr/pierrealexa...


    • #739268
      le 25/02/2014 par matrix le gaulois
      Ukraine : parlementarisme et bandes armées

      @ Dalshim

      Quiconque est soutenu par BFM TV est forcément à craindre.


  • #738535

    Comment expliquer le silence de vladimire poutine ?
    Possible que les russes attendent les conflits à venir entre les « pros démocratie » de maidan et leur initiative auto-destructrice du style de l’interdiction du russe
    Les faciste de maidan et leur alies « usa-ue » on peut etre oublier que boris yeltsin n’es plus president immagine t’il que vladimir laissra tomber la crimée ?
    Franchement une guerre par procuration n’est pas à exclure je crains le pire pour les petites gens d’Ukraine

     

    • #738787

      @amine dz
      La guerre actuelle est une guerre totale sur plusieurs fronts (Syrie, Ukraine, Venezuela, Union européenne, Yémen, Irak, Afghanistan...etc). Il faut comprendre que la réalité des menaces et des coups les plus violents ne sont jamais annoncés et c’est cela toute la force des pays de l’alliance Russie, Chine, Iran, Syrie et Hezbollah car aujourd’hui il est très clair qu’ils sont tous concernés par ce qui se passe sur tous les fronts. L’axe atlanto-sioniste déjà défait stratégiquement, utilise ce qu’il sait faire le mieux le chaos, pour avoir en main des cartes pour la négociation, et communiquer car il a en main 80% des moyens de communication, il est donc impossible de le concurrencer sur ce terrain, quoique...
      Voilà la première mise en garde, elle émane de Medvedev et n’est pas tendre http://french.almanar.com.lb/adetai...
      Quant à la réponse de Poutine, elle a très probablement été déjà transmise si j’en crois certaines informations qui font état d’une tentative de négocier un gouvernement d’union nationale en Ukraine. Et selon un des meilleurs analystes de l’axe de la résistance, Nasser Kandil, en réponse aux menaces de guerre civile fomentée en Ukraine il est question de menaces d’un feu qui prendrait dans un premier temps en Roumanie, Hongrie et Lituanie puis atteindrait l’Allemagne, la France, les Pays Bas, la Belgique et la Suisse qui aurait pour conséquence également de détacher définitivement la Suède, le Danemark et la Finlande de l’Union européenne. En gros, la Russie menacerait de démanteler l’union européenne par un incendie sans fin. Intéressant à écouter (en langue arabe) http://www.youtube.com/watch?v=Nd_w...


    • #738842
      le 25/02/2014 par Cassandre
      Ukraine : parlementarisme et bandes armées

      Vladimir Poutine avait les mains liées à cause des jeux de Sotchi. Il ne pouvait pas agir sans risquer de les perturber.


    • #739226

      je n’imagine pas que les russes n’aient pas des agents sur place lors de ces evenements, ils doivent savoir qui est qui et qui fait quoi...

      les russes ont du prevoir cette situation, eux aussi font ceertainement des "war games" dans lesquels tous les scenari sont envisages

      peut etre est ce un pas en arriere pour mieux sauter, comme a la boxe ou on se decouvre un peu pour inciter l’adversaire a se precipiter...


  • #738629
    le 24/02/2014 par matrix le gaulois
    Ukraine : parlementarisme et bandes armées

    Ben, pour une fois que les antifasciste se révèlent plus futés que les "nationalistes" (se dire nationaliste & européiste, ne vous en déplaise : c’est un oxymore)...

    On nous parle de l’holodomor...c’était terrible d’accord ! Mais je remarque qu’à force de nous parler de la shouinah, on a complètement oublié de nous parler des exactions commises par les auxiliaires urkrainiens (entre autres) de l’armée allemande en Russie (20 millions de morts : vous excuserez du peu !)

    Je commence à comprendre pourquoi on parle que de façon si parcellaire des heures de notre histoire qui restent désespéramment sombres faute d’un éclairage adéquat et total : ce n’est pas juste pour faire une distinction entre le peuple de lumière & le pitoyable troupeau que nous sommes, mais c’est surtout aussi pour faire le moins de place possible aux vrais peuples martyrs : les Allemands & surtout les Russes. Histoire que la ménagère de moins de 50 ans occidentale ne puisse imaginer que le slave puisse avoir une âme et puisse être autre chose qu’une cible d’entraînement pour le Rambo Hollywoodien de base.

    Pour les moins cinéphiles d’entre vous : je vous conseille le dramatique Requiem pour un massacre (ou Иди и смотри, soit littéralement « va et regarde ») qui vaut mieux à lui seul que tous les films de Spielberg, Lanzmann ou Polanski. Attention néanmoins pour les plus sensibles, quand-même, c’est pas du gore tout public & de la pleurniche qu’il y a dans ce film. Le mot Horreur dans l’expression "horreur de la guerre" y est très (trop) justement bien choisi.

     

    • #738878
      le 25/02/2014 par goy pride
      Ukraine : parlementarisme et bandes armées

      Le nationalisme européen est complètement noyauté par le sionisme et l’idéologie mondialiste et ceci ouvertement, il ne s’en cache guère. Il n’y a que le FN français qui entretien une certaine ambiguïté qui d’une part inquiète les patriotes français et d’autre part les sionistes qui ne sont pas sûrs à 100% s’ils pourront neutraliser le FN s’il devait accéder au pouvoir.


    • #739178

      C’est une blague ? Les peuples d’Europe de l’Est ont accueilli la wehrmacht avec des fleurs, non par amour du nazisme mais en raison de toutes les horreurs qui leur ont été infligées par les judéo-bolchéviques.
      Les communistes n’avaient donc pas à se plaindre puisqu’ils avaient commencé leurs horreurs en Europe des le début des années vingt.....
      Cette idéologie est non seulement la plus meurtrière de l’Histoire mais aussi la plus honnie, la preuve elle a été rejetée par tous les peuples et n’est jamais arrivé "démocratiquement" au pouvoir hormis le Chili où Aliende avait menti pendant la campagne électorale sur le programme qu’il comptait réellement appliquer. Sans compter le fait que les idéologues du communisme et ceux qui se chargèrent de son application sur le terrain appartenaient tous au lobby qui n’existe pas (Lazare Kaganovitch, Trotsky, Lénine, Marx, Iakov Sverdlov, Ilya Ehrenburg, Karl Radek, Rosa Luxembourg etc)
      Svp, ne confondez pas l’amour des nations et des peuples européens avec l’Union européenne.


    • #739271
      le 25/02/2014 par matrix le gaulois
      Ukraine : parlementarisme et bandes armées

      @ Dhalsim

      Cela justifiait-il de tuer 20 000 000 de Russes ?
      Cela justifie-t-il maintenant de recommencer petit à petit en prenant des mesures restrictives contre les populations Russes d’Ukraine ?


  • #738850
    le 25/02/2014 par goy pride
    Ukraine : parlementarisme et bandes armées

    Je me demande s’il ne se prépare pas une opération spectaculaire contre cette racaille. En effet il semblerait qu’ils aient été laissés libres de faire un coup d’état sans que le gouvernement offre une résistance digne de ce nom. L’ombre du plus grand stratège de notre époque, Vladimir Poutine, semblerait planer au-dessus de ces derniers événements : grande passivité des forces de sécurité face aux émeutiers, passivité du gouvernement confronté à la dégradation de la situation, disparition du président...tout semblerait indiquer que l’on a volontairement laissé la situation se dégrader jusqu’à en perdre le contrôle à dessein. Se prépare-t-il vraiment quelque chose de spectaculaire ou bien le gouvernement légitime et les Russes ont vraiment été dépassés par les événements ?
    Une stratégie consistant à laisser des hystériques fanatiques prendre le pouvoir afin que d’une part le mécontentement populaire contre eux augmente en raison des politiques absurdes et mortifères de ces derniers et d’autre part les laisser sortir de l’ombre pour mieux pouvoir les identifier et les éliminer lors d’une grande opération. Il semblerait qu’il y ait un stratagème de ce genre dans L’art de la guerre de Sun Tzeu ?

    Nous ne le savons pas mais la troisième guerre mondiale a déjà débuté ! Mais au lieu de faire intervenir les différents belligérants dans un conflit ouvert, direct et total les choses se passent par pays tiers interposés. Est-ce l’Ukraine sera le point de départ d’un conflit direct et la Russie et l’Occident décadent ?


  • #739087
    le 25/02/2014 par encolère
    Ukraine : parlementarisme et bandes armées

    avec internet, les peuples comprennent comment et pourquoi ils se sont fait et se font idéologiquement et politiquement manipulés.
    Le silence de Poutine tendrai à penser qu’il prend en compte cette ouverture de conscience des peuples et que donc ce serait un conflit clairement défini entre les chefs d’états, les lobbys pétroliers et gazeux, les marchand d’armes et les requins de la finance.
    Les peuples n’étant dans le lot qu’un tas de boue et de chair prêt à être manger comme un burger ou un kebab, à chacun sa sauce !