Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un choc des civilisations fabriqué ?

Entretien avec Youssef Hindi

Nicolas Gauthier : Dans votre livre, « Occident et islam », vous semblez prendre le choc des civilisations à revers. Quelques précisions ?

 

Youssef Hindi : Avant de prendre à revers le choc des civilisations, j’expose, sur la base de mes recherches historiques, que ce « choc » est en réalité une stratégie élaborée par Salomon Molcho, un kabbaliste – suivant les interprétations rabbiniques et eschatologiques de la Bible – qui, au XVIe siècle, a tenté de lancer l’Église, puis le Saint Empire romain germanique, dans une guerre contre l’Empire ottoman, afin d’expulser ce dernier de Palestine et y reconstruire le royaume d’Israël. Au XXe siècle, en 1957, Bernard Lewis, le maître de Samuel Huntington, « laïcisera » cette stratégie messianique en lui donnant un habillage scientifique pour l’ériger ainsi en théorie.

Ce choc des civilisations fabriqué de toutes pièces n’est, au fond, que le faux nez de ce que j’appelle « un choc idéologique mondial » opposant le monde vétérotestamentaire (le bloc anglo-thalassocratique, ses vassaux anciennement catholiques du Vieux Continent, les pétromonarchies wahhabites et Israël) au reste de l’Humanité.

Si notre société « moderne » a chassé Dieu de la sphère publique, les actuels wahhabites, en résumant l’islam à des codes vestimentaires et des interdits alimentaires, semblent avoir à leur tour chassé le même Dieu de leur propre religion. A-t-on affaire, non pas un islam d’un genre nouveau, mais à une sorte « d’anti-islam » ?

Nous avons affaire, en effet, comme l’a très bien exposé Jean-Michel Vernochet dans son ouvrage Les Égarés, à un « contre-islam ».

Dans le deuxième chapitre de mon ouvrage, je retrace l’histoire du wahhabisme, du réformisme islamique et du réformisme chrétien, en mettant en évidence leurs racines communes : le messianisme antinomique (destructeur des lois) sabbato-frankiste. Issu d’un double mouvement, né au XVIIe et XVIIIe siècle avec les faux messies Sabbataï Tsevi et Jacob Frank (l’un faussement converti à l’islam et l’autre au catholicisme), ce messianisme apocalyptique s’opposant à Dieu et à la loi naturelle, par les conversions massives des sabbatéens à l’islam et des frankistes au catholicisme, va promouvoir l’athéisme au cœur de ces deux mondes via, notamment, des loges maçonniques.

Aujourd’hui, le monde musulman vit dans la phase qu’a connue l’Europe au XIXe siècle : celle de la déchristianisation. C’est dans ce contexte de disparition de la foi et des sciences religieuses (les deux étant liées) que prospère cette religion, sans transcendance ni transcendant, qu’est le wahhabisme.

Lire la suite de l’article sur bvoltaire.fr

 

Pour mieux connaître Youssef Hindi, voir cet extrait datant de juin 2015 :

 

Retour sur la kabbale, le wahhabisme, et le messianisme, avec E&R :

 
 






Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1284243
    Le 4 octobre 2015 à 23:43 par la pythie
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Les Hommes auront-ils toujours besoin de croire au ciel ? à un Architecte suprême omniscient et ayant une fois pour toutes tracé la destinée de chacun ? Islam ou Christianisme, quelle différence ? cela reste un outil de domination des masses et rien que cela suffit à les décrédibiliser car si elles avaient été dès le départ autre chose qu’une béquille du pouvoir politique, elles auraient périclité très vite. Le christianisme, sans la puissance de coercition de l’empereur romain, aurait fini dans les poubelles de l’histoire et il en est ainsi des autres cultes...
    L’athéisme, au contraire, n’est pas récupérable par le système : car croire au néant n’est pas donné au premier venu, ce n’est pas fait pour les demi hommes !!! les mêmes qui défendent le legs historique et culturel du Christianisme ou de l’Islam oublient de préciser que le prix à payer fut une restriction INIMAGINABLE même pour l’époque, des libertés publiques et de la liberté de conscience !!! alors, Judaïsme, Christianisme, Islam...quel bilan ? à part servir de béquilles au pouvoir, et borner les libertés publiques, à quoi ont-elles servi ? qui fera ce bilan ?

     

    Répondre à ce message

    • #1284309
      Le Octobre 2015 à 07:11 par vapincum
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Je ne vois pas trop bien comment peut-on accuser le christianisme comme l’islam de "servir de béquille au pouvoir politique" dans la France de 2015 ? Lequel pouvoir politique brime actuellement la liberté de conscience et les libertés publiques sans le secours ni du christianisme, ni de l’islam...
      L’athéisme a été propagé au sein des masses par nos élites qui, elles, ne sont nullement athées. Satan déteste les athées. Son rêve est de se faire adorer en se substituant à Dieu. L’athéisme n’est qu’une transition vers la religion future qui sera imposée à tous les peuples : le satanisme.

       
    • #1284317
      Le Octobre 2015 à 07:51 par muntzer
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Vous vous trompez sur le christianisme. Celui-ci a perduré en dépit de son travestissement et de sa collusion avec les appareils politiques, précisément parce que sa force de subversion et d’amour est au-dessus de toutes les scories du monde de l’Argent.

      Tu parles d’une restriction des libertés publiques sous l’ère chrétienne, mais tu n’ignores pas que toutes les révoltes populaires sous l’Ancien Régime en Europe, furent des révoltes chrétiennes et millénaristes, ancrées dans un contexte social et religieux, curieusement propice à l’insoumission.

      Aujourd’hui, les oppressions sont plurielles, l’Argent s’est infiltré dans tous les coeurs, a vassalisé toutes les intelligences et les territoires ; et pourtant, point de révolte.

      C’est la différence majeure entre ces trois religions. Le christianisme dans sa version captieuse a servi de béquilles au pouvoir, mais il a été surtout la réalité sociale et culturelle de toutes les populations terriennes européennes ainsi qu’un légitime moteur d’insurrection contre les marchands du Temple.

       
    • #1284318
      Le Octobre 2015 à 08:10 par la pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Vapincum..
      Le régime actuel est matérialiste , pas athée, vu que les Francs Macs qui nous dirigent ont pour symbole, entre autres, le temple de Salomon...

       
    • #1284339
      Le Octobre 2015 à 09:34 par la pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à muntzer...

      Je crois que les révoltes médiévales avaient pour origine le refus de l’embrigadement et le refus de payer toute une multitude de taxes - taxes que les paysans assimilaient à l’ancien tribut de l’Antiquité versé par les peuples vaincus...il est toutefois vrai que ces mêmes paysans attendaient aussi la réalisation des promesses de l’Evangile ( c’était là leur étendard car il en fallait bien un pour unir les masses paysannes contre le pouvoir central )...mais si vous dites vrai, comment se fait-il que les monarchies européennes se soient toujours réclamées du Christianisme ? la réponse est évidente : la promesse d’une récompense dans l’au delà était à l’époque ce qu’on appellerait aujourd’hui une " soupape de sécurité ", l’imaginaire populaire se représentant un Paradis où coule le lait et le miel et où les gentils seraient récompensés d’une vie de labeur ici bas...c’est en cela que le christianisme fut si utile en un temps où la propriété privée et les privilèges revenaient à 2% de la population, tandis que le reste n’avait que le labeur pour seul horizon et le Paradis céleste pour espoir. Sinon, la religion n’aurait strictement aucun intérêt, ou plutôt n’importe quel autre culte aurait fait l’affaire...Et en Afrique, ce fut le contraire : l’Islam fut la religion des nomades et des Bédouins qui l’imposèrent aux sédentaires d’alors...

       
    • #1284371
      Le Octobre 2015 à 10:41 par The Shoavengers à la NSA
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      J’adore cette espèce de discours d’athée raciste supérieur qui trimbale ses explications sur le monde d’une simplicité que seul un Chalgoumi ou un Debouzze oserait proférer….Mais vous êtes un croyant comme un autre.
      Un matérialiste tel que vous devrait pourtant réfléchir à ce qu’est la nature humaine, programmée pour croire. Mais programmée par qui ?
      Bonnes réflexions.

       
    • #1284437
      Le Octobre 2015 à 13:05 par la pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à shoavengers à la nsa....
      mais la vie est simple, très cher ! ce sont justement les esprits simples comme vous qui paradoxalement compliquent tout et cherchent des mystères là où il n’y en a pas...

       
    • #1284561
      Le Octobre 2015 à 16:18 par Divers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @la pythie
      Vous êtes actuellement comme le "système" que vous prétendez combattre : matérialiste.
      Donc pas tellement "opposé" en réalité.

       
    • #1284602
      Le Octobre 2015 à 17:09 par Matthieu01
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      "L’athéisme, au contraire, n’est pas récupérable par le système : car croire au néant n’est pas donné au premier venu, ce n’est pas fait pour les demi hommes !!!"

      Moi qui ai équipé ma pauvre âme d’une ’béquille’ depuis quelques temps (béquille à croix, pour info) j’aurais tendance à penser l’exact opposé, forcément. Croire au néant est la condition de base de l’épanouissement du système, du matérialisme et, par extension, du satanisme (l’homme comme seule mesure de lui-même et autres rodomontades maçonniques). De plus, croire au néant c’est instaurer la loi du pas vu pas pris, de la recherche de sa satisfaction personnelle en permanence, sa satisfaction de consommateur. L’athéisme, lorsqu’il devient majoritaire, est en fait anti-civilisationnel car il dissout le tissu social dans la marchandise et le ’ici et maintenant’. Croire au néant peut en fait être considéré comme une envie infantile de jouissance permanente sans conséquence, tout en glosant sur sa toute puissance d’humain sans Dieu. Loin de l’übermensch en fait, ou alors un übermensch adolescent.

      Et de mon expérience, tout les gens (amis et connaissances) avec qui j’ai abordé le sujet et qui ne sont pas religieux, croient au néant, ça m’a même l’air très répandu. Je pense d’ailleurs que non seulement c’est donné au premier venu (même aux demi-hommes dont vous parlez) mais c’est surtout très encouragé par le pouvoir actuel, ça colle bien à la pulsion de mort qui règne en Occident depuis quelques décennies.

       
    • #1284605
      Le Octobre 2015 à 17:15 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      « L’athéisme, au contraire, n’est pas récupérable par le système »

      Il n’y a rien à récupérer, en effet, car le système repose sur l’athéisme dont il a fait sa religion, pour mieux asservir l’homme. Il faut vraiment être dans un état de croyance fanatique pour ne pas le voir.

      Vous dites : « croire au néant n’est pas donné au premier venu, ce n’est pas fait pour les demi hommes ». Eh bien non ce n’est pas donné au premier venu car ce n’est pas humain du tout. Cela revient à se nier soi-même, à renoncer à toute possibilité de penser, à toute autonomie, donc à toute liberté - cette notion même est de nature religieuse, vous ne le savez sans doute pas...

      Il y a donc bien une raison pour laquelle l’homme - sauf précisément à s’anéantir - n’a jamais cru au néant avant ces derniers temps. Après tout, il faut peut-être y voir une vérité humaine, non ?

      Inutile de me répondre, la pythie, je sais d’ores et déjà que votre réponse sera absurde. Il en va inéluctablement ainsi quand on croit au néant.

       
    • #1284632
      Le Octobre 2015 à 18:09 par Divers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Cela dit je me suis plus haut (un peu) mal exprimé ; l’esprit ne s’oppose pas à la matière, mais l’ordonne.
      N’en rester qu’à la matière ne peux mener qu’à des contingences "chaotiques" entre elles, clivantes (divisions) et désordonnées (jusqu’à des "renversements/inversements" de l’ordre normal).

       
    • #1284785
      Le Octobre 2015 à 20:31 par mmm
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      "croire au néant n’est pas donné au premier venu" la meilleure blague de l’histoire contemporaine
      en plus, cette phrase n’a pas de sens... néant for life

       
    • #1284981
      Le Octobre 2015 à 23:21 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée...( je passe outre votre avis et vous réponds quand même )

      Je commence par remarquer que vous vous êtes bien garder de faire le bilan des religions, comme les autres, d’ailleurs, qui gardent silence sur ce point et attaquent tous azimuts sur des détails...
      Vous vous trompez sur un point essentiel, Andrée : le systéme ne veut pas la fin des religions mais prône plutôt le scepticisme, pas l’athéisme ; il veut conserver les monothéismes après les avoir remodeler , les conserver à la périphérie en somme ( il n’est que de voir la façon dont le systéme instrumente l’Islam à des fins géopolitiques ou la maniére dont il manipule le pape François, pour s’en convaincre...) . Et puis l’athéisme est le fait de ne pas croire en Dieu, cela ne signifie pas que je ne crois en rien : il est des qualités telle que l’abnégation qui ont une charge quasi religieuse, en Asie notamment , bien que les habitants du Japon se déclarent athées à 70% environ...à l’inverse, les Marocains qui disent croire en une vie après la mort, à une écrasante majorité, sont loin de développer de telles vertus, croyez-moi !!!

       
    • #1284993
      Le Octobre 2015 à 23:37 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Divers et Matthieu01...

      Matérialistes, nous le sommes tous, nul n’échappe à la matière, vous pas plus que les autres...
      Quand je dis que je ne crois qu’au néant, cela signifie que je ne crois pas en la vie après la mort...
      mais c’est le cas de beaucoup de monde, surtout en Europe. Prétendre Comme le font les chrétiens ou les musulmans qu’on croit en l’au- delà relève de la formule magique, de la phrase prélogique et qui n’a aucune réalité concrète ici bas ! Savez-vous qu’en Asie, ce sont plutôt certaines vertus ou qualités qui sont chargées de réelle valeur religieuse, comme l’abnégation, le sacrifice ? C’est très vrai au Japon, par exemple, et ce pays est réputé pour son athéisme proverbial...

       
    • #1285051
      Le Octobre 2015 à 01:21 par Divers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ la pythie
      Personne ne nie la "matière", il s’agit juste de la remettre à sa "place", vis-à-vis de "l’esprit" ou de la "spiritualité".
      Et si vous voulez évoquer le Japon, sous-entendu je crois le Shintoïsme, sachez que ce dernier (comme le Shinto-Bouddhisme), ou ce qu’il en reste malheureusement, n’a absolument rien de "religieux", de "théiste" ; théisme ou athéisme, ça n’existe pas dans leur esprit ; vous pouvez aussi étudier leur rapport à la mort (tous les Livres sacrés évoque la question et pas seulement chez les "Abrahamiques"). Du coup, quand on accuse de "remodelage", attention de bien vérifier que l’on ne le pratique pas soi-même.

       
    • #1285274
      Le Octobre 2015 à 11:19 par paramesh)
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      je pense sincèrement que l’homme est destiné à croire, tout simplement parce qu’il n’aura jamais toutes les clés d’une compréhension totale, alors enfin de compte croire en l’homme ou croire en Dieu c’est kif kif quant à la méthode. par contre question résultat, si on excepte les religion nouvelles et innovantes (celles de ces trois derniers siècles, ce qui n’est pas grand chose au regard de l’histoire de l’humanité, c’est le sentiment du sacré qui a été le fondement de toute société humaine qui ait perduré dans le temps.
      Alors quitte à chosir je préfère un dieu transcendant à un Dieu billet de banque, je préfère aussi un Dieu qui se dévoile par l’intuition et l’expérience qu’un dieu qui s’impose par le dogme.
      Et puis dire que l’on ne croit en rien c’est déjà le croire.
      certains croient que Dieu a attendu des siècles pour se révéler d’autres qu’il se révèle chaque jour et à chaque instant pour qui sait voir et ce depuis la création. donc dans cette affaire, le seul danger est d’imposer sa vision aux autres.
      se plaindre aujourd’hui de l’athée qui a pris le pouvoir c’est oublier que peu avant c’est sa propre religion qui détenait sans partage ce pouvoir ou qui se battait pour l’avoir.

       
    • #1285831
      Le Octobre 2015 à 00:50 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      « Et puis l’athéisme est le fait de ne pas croire en Dieu, cela ne signifie pas que je ne crois en rien : il est des qualités telle que l’abnégation qui ont une charge quasi religieuse »

      La pythie, vous êtes un moine-soldat de la religion du néant, c’est bien ce que je pense et ne nie pas que vous fassiez preuve d’abnégation avec vos commentaires répétés sur le sujet. Mais la pitié est une belle vertu pouvant remplir la même fonction, à cela près que la sollicitude envers autrui n’exige pas une négation de soi. On la trouve aussi bien chez les anciens Grecs (cf l’Iliade) que dans la pensée chrétienne. Si je le souligne c’est car celle-ci s’est développée ici en cohérence avec un fonds culturel préexistant. Le résultat obtenu présente certaines marques que l’on ne trouvera pas forcément ailleurs, ou pas intellectualisées de cette manière.

      Je n’ai pas à "faire le bilan des religions" lorsque je vous fais observer que votre profession de foi dans le néant est vide de sens. La dernière fois que je vous ai écrit, du reste, vous avez complètement répondu à côté de la plaque. Je vous expliquais pourtant que la religion chrétienne est indissociable d’une construction métaphysique hautement rationalisée, qui a développé la pensée hébraïque de la genèse du monde en se nourrissant aussi de la philosophie antique. Ce travail intellectuel a produit, par le christianisme, une conception particulière de l’homme et du monde dont beaucoup de nos idées sont issues, même à votre insu (lorsque vous parlez de liberté publique, c’est typiquement une notion issue du jus publicum europaeum d’origine romaine et chrétienne).

      Pour bien d’autres notions il en va ainsi car la philosophie chrétienne a forgé une pensée européenne, transformant parfois des systèmes de pensée plus anciens qui n’étaient eux-mêmes déjà qu’une mise en ordre intellectuel d’un ensemble de croyances. Celles-ci sont indissociables de la nature de l’homme partout sur la terre. Seulement il en est de plus rationnelles que d’autres.

      En Europe, la question métaphysique principale s’est posée ainsi : pourquoi existe-t-il l’être plutôt que le néant ? C’est à celle-ci qu’a essayé de répondre Parménide et à elle encore que le christianisme a répondu. Le néant n’étant pas concevable par la pensée, Parménide en a conclu que le seul être est la matière constitutive de l’univers (matérialisme philosophique). La métaphysique chrétienne pose la nécessité d’un être incréé, principe et cause de tout l’existant. [1/2]

       
    • #1285832
      Le Octobre 2015 à 00:50 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      [2/2]
      Si les Anciens considéraient déjà l’unité du divin, non dissocié de l’univers physique, la pensée chrétienne conçoit cet être incréé séparément de l’être créé (nature, homme). L’ontologie qui en est issue ne se rattache ni à un monisme philosophique ni à un dualisme (comme chez Platon). Penser Dieu permet ainsi de penser l’être contre le néant, l’homme et son rapport au monde : son existence et son action rationnelle sur ce dernier. Il en découle que ni la matière ni l’esprit ne sont envisagés comme principes (seuls ou ensemble). La philosophie chrétienne s’oppose donc au matérialisme et à l’idéalisme qui sont deux monismes.

      A propos de monisme, il faut noter qu’à part chez certains présocratiques, il ne s’agit pas d’un système caractéristique de la pensée occidentale, contrairement à l’Asie. Il faut attendre vraiment l’époque moderne pour le voir apparaître, d’abord dans la pensée kabbalistique puis avec l’idéalisme post-cartésien et enfin, sous une autre forme encore, avec le matérialisme. Un système de pensée est le résultat ordonné d’une manière de concevoir et d’expliquer le monde. Le nôtre, aujourd’hui, résulte d’une conception matérialiste de l’être qui a fini par s’imposer au bout de deux siècles, à la faveur de philosophies matérialistes (Feuerbach, Marx etc.) et d’une évolution du monde occidental (capitalisme, industrialisation, etc.) et des mentalités (athéisme) qui assoient aux yeux d’un grand nombre la validité de cette pensée. Le matérialisme est par définition athée puisqu’il n’y a pour lui d’être que la matière. En termes de croyances cela se traduit inévitablement par une divinisation de celle-ci pouvant aller jusqu’au fétichisme. Bonjour le progrès.

      Cette irrationalité fondamentale s’accompagne d’un vide spirituel que certains croient combler en se réfugiant dans des croyances new age d’inspiration asiatique. Autant de succédanés de philosophie moniste dont la présence étrangère à notre tradition intellectuelle millénaire est parfaitement indifférente au système dominant, lui-même moniste (si ces gens veulent croire à leur anéantissement, bon débarras en somme). Ce monisme athée est une double religion : la matière-dieu ou l’homme-dieu. La première est celle à destination de la plèbe qui travaille et consomme. La seconde est celle de la haute élite qui dans la vieille tradition moniste kabbalistique tente de reconstituer à son profit le savoir originel absolu qui lui permettra d’être, enfin, l’égale de Dieu.

       
    • #1286007
      Le Octobre 2015 à 09:49 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Andrée

      Merci de vous camper à la tâche, elle est ardue, mais avec le temps les principes qu’elle pose finiront par être assimilés.
      Nous proposons à tous de cesser enfin de régresser quand d’autres en sont encore aux stériles luttes idéologiques, nous sommes ces colibris qui auront fait leur part dans la lutte contre la destruction de leur monde par ce peu satanique et sataniste.
      L’enjeu est spirituel avant tout et le côté dérisoire de nos moyens nous rend encore plus forts. Merci à vous de ne pas vous résoudre à cette facilité qu’est la "médiocratie" (ochlocratie en réalité, là, c’est pour faire savant) ambiante nommée "modernité" et que des faussaires nous présentent comme le "progrès" (le leur en fait).

       
    • #1286015
      Le Octobre 2015 à 10:06 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée....
      je viens de lire votre ( long ) commentaire, Andrée, et vous savez quoi ? Je ne suis pas content du tout !
      Sur deux pages, vous tentez, adroitement j’en conviens, d’expliquer et de justifier la présence du Christianisme et son essor partout dans le monde, comme si nous n’aurions rien été sans lui- comme si nous n’avions rien été avant.
      Vois le faites en vous armant de la Raison, Andrée, et de elle seule ; à aucun moment vous n’évoquez les miracles rapportés dans les Evangiles : l’Immaculé conception, Jésus marchant sur les eaux, Jésus guérissant les malades, ce même Jésus revenant à la vie après trois jours...c’est moins vendeur le surnaturel, en 2015 ?
      Alors, je vous trouve gonflée de piller, littéralement, les idées intellectuelles de l’Antiquité, idées qui préexistaient de plusieurs siècles à l’avènement du Christianisme (!) et de vous les approprier sans autre forme de procés. Il n’y a aucune vérité établie dans le christianisme et sans les empereurs Constantin et Théodose, le christianisme aurait bel et bien fini dans les

      poubelles de l’histoire. C’est le passage dans l’ère moderne qui nécessita l’avènement d’une religion d’un Dieu unique alors que le paganisme déclinait et n’assurait plus la cohésion de l’empire romain. Ensuite le caractère propre aux Européens fit le reste, le christianisme n’apportant rien du point de vue civilisationnel : les Européens se seraient entichés d’une autre religion et l’histoire eut été la même , rigoureusement la même...

       
    • #1287356
      Le Octobre 2015 à 17:59 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      La pythie, vous n’êtes pas content que je vous aie tenu un discours rationnel ? Pardonnez-moi de vous avoir cru plus intelligent que vous ne l’êtes.

      Si j’ai parlé de raison (non Raison, ah ce monisme fétichiste !) c’est parce que je suis une personne rationnelle. Ensuite parce que la pensée chrétienne européenne est rationnelle. Chez elle la raison et la foi s’accordent. La première connaissance de Dieu est celle de ses œuvres, l’univers et nous. Pour cela, en somme, il faut observer, déduire et se poser les bonnes questions. C’est ce que vous ne voulez pas voir : dois-je y voir une autre raison de votre irraison ?

      Vous auriez aimé que je vous parle des "miracles". Mais ma pauvre pythie, comment, si vous ne vous posez pas la moindre question, pourriez-vous percevoir que l’aventure de l’homme sur terre est déjà elle-même un miracle ? Si vous ne le concevez pas, vous ne pouvez pas comprendre non plus que c’est par la conscience de ses limites que l’homme a pu se hisser au-dessus de sa simple condition précaire, contingente, et ainsi être libre.

      Penser sa liberté c’est penser ses limites, paradoxal hein ? C’est par cette conscience pourtant que la science est possible. Et par elle encore que l’est la foi. Inutile donc que je vous parle des miracles car la foi se nourrit non de certitudes a priori mais du doute. Se poser les bonnes questions, encore. La compréhension du récit des miracles dans l’Évangile requiert, à part la foi, un effort intellectuel de celui qui reçoit le message. Le succès de l’information ne dépend pas que de l’émetteur et en herméneutique, la signification n’est pas renfermée dans le texte mais dégagée par un processus d’interprétation. Le sens littéral des Saintes Écritures ne s’applique qu’aux réalités de nature. Quant à la connaissance des sens spirituels, cela exige d’abord de savoir ce que sont un symbole, une allégorie, une analogie. Inutile que je me livre à cet exercice avec vous car votre pensée a un niveau d’abstraction proche du fétichisme. Comment vous expliquer que l’élaboration des dogmes, précisément car il s’agit de vérités, répond à une cohérence métaphysique où la raison de l’homme accède à celle de Dieu ? Mais les sages chrétiens du Moyen-âge se voyaient comme des nains montés sur les épaules des géants de l’Antiquité. Si la raison humaine est historique c’est déjà une preuve de Dieu. Ce qui compte c’est le sens dans lequel on regarde.

      Vous préférez épouser le dogme du néant et de son prophète Freud. Mazel Tov alors !

       
    • #1287416
      Le Octobre 2015 à 19:12 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Heureux qui, comme Ulysse...

      Merci pour votre message et l’encouragement qu’il comporte et que j’apprécie éminemment. On peut être assez vite découragé par le refus de comprendre d’un grand nombre. Sidérant phénomène de foule, en effet, que produit le système quand, après avoir détruit le sens, il présente des miettes de certitudes que certains s’empressent encore de dévorer. Mais pour comprendre, il ne suffit pas de refuser l’assiette pour aller chercher d’autres gamelles. Il faut se dépouiller des certitudes, retrouver le sens, sortir de la segmentation imposée de la connaissance puis porter le regard au niveau des dimensions les plus larges et profondes. On n’imagine jamais assez à quel point les moindres questions que l’on se pose pour comprendre notre monde en soulèvent de bien plus grandes encore. Il y a bien une raison pour laquelle la métaphysique et l’histoire de la pensée ne sont plus "enseignées", c’est certain...

      Au plaisir de vous lire.

       
    • #1287701
      Le Octobre 2015 à 01:02 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée...
      À vous lire, j’ai l’impression de correspondre avec une historienne, une juriste, une philosophe...mais pas avec une femme de foi, une chrétienne. Où est la foi là dedans ? Vous raisonnez, vous mesurez, vous dissertez ( très bien, il faut l’admettre ) mais chez vous, la raison a pris toute la place - et pour cause : il y a belle lurette que vous et les vôtres avez perdu la bataille spirituelle et, bien consciente que certaines de vos inepties ne passeraient pas ( immaculée conception, Jésus marchant sur les eaux, guérissant les malades...), vous décrétez vos propres règles, imposez votre propre recette ( une louche de raison, une pincée de doute, une cuillerée d’interprétation..). Ainsi vous êtes assurée de Pouvoir mener la discussion ad vitam aeternam...dites-moi, Andrée, comment expliquer SIMPLEMENT l’immaculée conception ? Ou encore, la résurrection du soi-disant Christ, Trois jours après sa mort ? Au moyen de la raison, vraiment ? Dans ce cas, on peut tout aussi bien réfuter les miracles et même l’existence de Dieu à l’aide de cette même raison, non ? Qui alors dit le vrai ? Car ce qu’un habile rhéteur peut présenter comme vrai, un autre rhéteur tout aussi habile peut démontrer le contraire . Qui tranchera la question ? C’est bien le souverain, n’est ce pas ? Ce même souverain décidera de ce qu’il faut en penser conformément aux contingences , aux limites techniques et aux croyances de son époque, ok ? Dieu ne peut donc exister que par la conscience humaine. Là où il n’est pas d’hommes, Dieu est absent, par définition. Et tenter de prouver Dieu par la raison, c’est déjà le limiter. Encore une fois, lorsqu’on est un chrétien conséquent, la foi suffit amplement pour expliquer et aimer Dieu. Depuis que Pascal tenta de prouver L’existence de Dieu par la raison, les choses allèrent de mal en pis pour l’église...Méditez là dessus : tenter de prouver Dieu par la raison, c’est déjà le limiter.

       
    • #1288179
      Le Octobre 2015 à 17:36 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Andrée

      Notre époque, avec la vision troublée qu’elle produit chez les orgueilleux, ne me fera pas renoncer car il y a aussi une constante spirituelle (navré pour les religieux ou autres idéologues) chez tous ceux qui forment aujourd’hui la résistance authentique ; et cela vaut tous les sacrifices. Pas un seul de nos soldats n’en est dépourvu et, pour côtoyer cette élite bien connue ici ou agissant dans l’ombre, je puis vous assurer que le combat est loin d’être perdu.
      Il serait même étonnant que cette aristocratie véritable ne finisse pas par enlever l’adhésion d’une masse, encore ignorante certes, mais obligée de se remettre à penser juste -instinct de survie- pour ne pas périr puis disparaître complètement.
      C’est par la connaissance que se feront les ralliements utiles, ce genre de connaissance (science pure) qui produit le progrès réel et nous rapproche de la seule autorité qui vaille. Il nous faudra gagner la bataille épistémologique pour cela, mais si l’objectif est ambitieux (les autres modèles ayant échoué), l’issue de l’Humanité en dépend.
      Comme je l’ai déjà écrit, nous sommes condamnés à grandir pour enfin espérer quitter un jour notre repli terrestre accidentel d’ici-bas et gagner cet au-delà ou à disparaître. C’est aussi simple que cela et les psychopathes qui sont à la manœuvre n’ont même pas saisi que leur projet mortifère les entraînera dans le chaos et le néant qu’ils croient pouvoir s’épargner en se prenant pour Dieu...

      Sursum corda ! (ou avec majuscule, c’est selon)

      Bien à vous.

       
    • #1288305
      Le Octobre 2015 à 20:03 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      La pythie, ce n’est pas à vous que je dois prouver ma foi en Dieu. Tout ce dont je peux faire preuve envers vous c’est de charité. C’est en ce sens qu’il faut comprendre ce dernier message que je vous adresse car je garde l’espérance qu’un jour vous verrez votre erreur.

      Vous vous trompez si vous croyez que le christianisme a perdu le combat spirituel. Les vérités qu’il pose sont toujours là à portée de ceux disposés à les recevoir. Ceux qui ont le bonheur d’avoir la foi simplement sont rares. Le Christ dit d’eux qu’ils seront les premiers dans le Royaume des Cieux car ils ont envers Dieu la confiance et la reconnaissance de l’enfant envers ses parents qui lui ont donné la vie. C’est une analogie.

      Si je ne fais pas partie de ces bienheureux, je l’accepte car Dieu m’a faite comme je suis. C’est avec les moyens qu’il m’a donnés que j’essaie d’agir. La fin de mon action, je l’ai exposée dans le message à Heureux qui, comme Ulysse..., qui comporte une exhortation qui vous est en fait destinée, si vous ne l’aviez pas compris. La vérité se recherche, elle ne s’impose pas à nous passivement. Pour cela, il faut ouvrir ses écoutilles et ne pas rester bouché. Comme je l’ai dit, tout message suppose un émetteur et un récepteur. Voilà pourquoi la Révélation de l’Évangile ne se fait pas d’autorité et demande, suivant le libre-arbitre, la participation active de chacun. Ce cheminement peut évidemment s’effectuer par la raison. Saint Thomas d’Aquin n’a cessé de le démontrer. Pourquoi ? Parce que la raison est un don de Dieu et qu’il est normal que par elle on remonte à Lui. La raison n’est qu’un instrument qui permet l’union réelle de l’homme avec Dieu, union dont le Christ est l’incarnation, symbole de la finalité de la Création. Le sens encore...

      C’est en divinisant la raison que l’homme a perdu la conscience de ses limites et le sens, courant ainsi à sa perte. Influencés par le protestantisme, né d’une haine de cette raison que Luther qualifiait de "putain du Diable", les hommes d’Église ont renoncé à faire comprendre Dieu et l’Évangile par la raison, laissant celle-ci être honteusement instrumentalisée par d’autres, aux fins absolument contraires à cette finalité de la Création. Ces gens sont en effet mus par le désir de posséder le savoir des origines, dans une sorte de compte impossible qu’ils veulent régler avec Dieu. Ainsi, ils s’en prennent sciemment à la raison historique de l’homme, à l’homme. Voilà pourquoi il nous faut sauver la raison.

       
    • #1288738
      Le Octobre 2015 à 11:40 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée...
      A moins d’ avoir fait Normal’ sup, impossible d’entendre grand-chose à ce que vous racontez ! C’est si compliqué, le christianisme ? S’il revenait sur Terre, le soit disant christ lui même ne comprendrait pas un mot de vos écrits...et il vous faudrait redoubler d’efforts afin de le convertir...plaisant, non ?
      Le christianisme a eu besoin de l’empereur romain pour s’imposer mais, comme l’a dit Rousseau, sans le droit, la force ne peut durer éternellement. Dés lors, la raison fut appelée à la rescousse pour consolider le christianisme et l’imposer de fait..
      Ce fut encore plus vrai au XVI éme siecle, lorsque l’Humanisme perça en Europe et ébranla les certitudes ; Thomas d’aquin
      tenta de répliquer , avec quelque réussite, mais néanmoins le mal était fait..
      D’ailleurs, c’est l’Université de Montpellier ( si ma mémoire est bonne ) qui la première commença à disséquer , au XII éme siècle, les cadavres en violations des interdits de l’Eglise...alors venir, en 2015, vous réclamer de la raison ne manque pas de sel...Alors si le christianisme a une légitimité culturelle et historique que je ne discute pas, en revanche spirituellement c’est une imposture. Et les chrétiens d’Europe se réfèrent , dans leur immense majorité, au côté culturel de la religion....
      Essayez donc de vendre des idées comme l’immaculée conception ou encore la transsubstantiation, vous vous retrouverez bien vite seul...Vous vous armez de la raison, Andrée, parce que sans elle, le christianisme serait ravalée rang de simple croyance...au même niveau que l’islam ou le bouddhisme !!!

       
    • #1289063
      Le Octobre 2015 à 20:06 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Heureux qui, comme Ulysse...

      Je n’ai vu que plus tard votre message qui est un vrai réconfort car plein de cette espérance que l’homme doit avoir pour que sa vie sur terre ait un sens, dans les deux sens du terme. C’est ce qui rend cette vertu si essentielle, en lien avec les deux autres vertus théologales, permettant d’inscrire l’humanité dans cette finalité de la Création plutôt que dans le néant. Elle est là, en effet, la perfection métaphysique.

      Quand on sait que le Système matériel plonge l’homme dans le néant, au profit de quelques-uns qui poursuivent le but contraire à cette finalité de l’être, pensant remonter à une prétendue Origine dont ils s’approprieraient la source, on comprend la dimension eschatologique du combat qu’il nous faut livrer. Comme vous le dites, l’enjeu est, par essence, spirituel car l’on fait face à une tentative lente et maligne - monstrueuse par sa nature et ses dimensions ! - de confiscation de l’esprit et du savoir. Encore et toujours cette obsession de l’origine et de la possession par laquelle ils croient pouvoir déposséder l’humanité de ses qualités, au premier rang desquelles le sens et la raison historiques - les vrais, ceux dont parle Bossuet par exemple - et qui permettent de démasquer cette supercherie. Penser le savoir comme un objet de possession est déjà en soi un crime contre l’humanité. La vraie science, au contraire, permet à l’homme d’être libre et ainsi d’être fidèle à son humanité et de s’élever vers Dieu.

      Il faut alors une grande et vraie foi pour mesurer l’ampleur et la nécessité du combat et une profonde espérance pour en imaginer l’issue et savoir que ce projet satanique est voué à l’échec. La charité, quant à elle, est alors la dimension par laquelle les hommes s’uniront pour se défendre, vivre selon la finalité de la Création et se rapprocher ainsi de Dieu.

      Voilà la conclusion à laquelle je suis parvenue après un cheminement un peu erratique de quelques années. Ce n’est rien en soi, mais étant passée au cœur du système, en quelque sorte, tant intellectuel que politique, il m’a fallu un peu de temps pour me dépouiller des oripeaux de pensée qu’il était, malgré tout mon sens critique, parvenu à m’inculquer. Il va de soi que pour mon salut, il m’a fallu le quitter intégralement. Après la solitude nécessaire pour revivre et dans laquelle certaines voix (dont la vôtre, oui) ont retenti, j’espère maintenant intégrer réellement cette résistance authentique dont vous parlez.

      Bien à vous.

       
    • #1289194
      Le Octobre 2015 à 23:55 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Andrée

      "...j’espère maintenant intégrer réellement cette résistance authentique dont vous parlez"

      Tel est déjà le cas. Offrir à tous l’expression écrite d’une pensée aussi élaborée et profonde vous place derechef dans cette catégorie à part, cette élite authentique si malmenée par la république maçonnique et son totalitarisme égalitaire... qui ne prévaut bien entendu que pour les "non-initiés" !
      Les Argonautes ayant ouvert la voie, chacun pourra choisir de s’y engager et rattraper ainsi son retard ou rester au bord du chemin et ne pas s’extraire de sa condition de médiocre. Ni vous ni moi n’y pouvons rien et ce serait une perte de temps que de chercher à convaincre, raison pour laquelle il faut garder le cap (et un ton péremptoire) car ce n’est effectivement qu’au moment où l’impétrant accepte enfin de se défaire de ses certitudes que les vérités se révèlent à lui et qu’il remercie ce maître si "prétentieux" de ne pas (lui) avoir cédé. Il est certain que notre société de l’immédiateté où l’enfant-roi capricieux et impatient règne en maître ne facilite pas l’exercice, mais peu importe, ceux qui en échappent sont tellement brillants qu’ils ne tarderont pas à dépasser leurs formateurs... et c’est là tout le principe de la transmission des savoirs pour un progrès véritable ! Mais là, nous sommes très loin de l’infâme bouillie intellectuelle et culturelle délivrée par l’Education Nationale...
      Bien à vous, et rappelez-vous que la complaisance n’est pas de mise, tant pis pour les orgueilleux !

       
    • #1290845
      Le Octobre 2015 à 22:53 par Jojo l’Affreux
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Du coup, quand on accuse de "remodelage", attention de bien vérifier que l’on ne le pratique pas soi-même.




      Sachez que le Shintoïsme est incontestablement un pur polythéisme qui disposent d’une mythologie complexe et raffinée, de divinités variés et qui en plus intègre une composante animiste (culte des esprits de la nature) non négligeable. Avec le temps les japonais ont fusionné dans leurs croyances des éléments de confucianisme puis de bouddhisme.

      On ne peut pas vraiment comprendre l’évolution psychologique des Japs sans connaitre quelques éléments de Shintoïsme.

      Par exemple l’élément essentiel du culte : la déesse du soleil, Amateratsu, est à l’origine de la création du monde, monde qu’elle a créé par étape, commençant par les mers (les Japonnais sont un peuple de marins), puis le Japon qui est sorti des flots après que l’archipel ait été touché par les larmes de la déesse (le Japon a la primauté dans la création du monde, c’est un sol sacré), ensuite de quoi elle a créé le reste du monde, puis les hommes et enfin elle s’est reproduit avec l’un deux donnant naissance à la dynastie impériale Japonaise.
      Il en résulte que :
      - le Japon est le pays du soleil levant, premier pays du monde et sol sacré
      - l’empereur est un demi-dieu par qui revient le soleil chaque matin donc il est infaillible et ne peut être contesté, c’est un blasphème (toutes les religions sont un système de domination)
      - les Japonnais sont réticents à laisser s’installer n’importe qui sur le sol sacré (d’où leur tradition isolationniste et leur intransigeance envers les immigrants)
      - les Japonnais ont pu, à une certaine époque, se laisser facilement embrigader dans un délire de peuple élu supérieur à tout les autres peuples du monde

      En réalité pour le Japonnais de base la rencontre avec les occidentaux et le savoir plus avancé dont ils disposaient a certes été un gros choc psychologique qui a provoqué la modernisation de l’ère Meiji, mais l’achèvement catastrophique de l’épopée militariste du Shinto d’état qui a abouti à la défaite d’Hiroshima a été une cassure définitive dans son ancienne croyance parce que l’empereur a faillit et que tout le monde au Japon l’a vu.
      Alors ils ont certes tenu à conserver leur empereur par tradition en le privant de ses pouvoirs, mais le cœur n’y est plus vraiment et si aujourd’hui il n’y a probablement pas encore 70% d’Athées, la religion majoritaire est devenu le bouddhisme (qui lui par contre est une vraie philosophie a-déiste)

       
  • #1284285
    Le 5 octobre 2015 à 03:04 par Soralien
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Il est passé sur radio courtoisie il y a 2 ou trois jours , à écouter .

     

    Répondre à ce message

  • #1284328
    Le 5 octobre 2015 à 09:08 par cernunnos
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Certainement un bon travail, comme celui de Soral lorsqu’il parle des religions et Dieudo dans son sketch sur " le RIEN ".

    Toutes ces analyses savantes basées sur des faits réels, avérés, facilement vérifiables souffrent de la seule conclusion qui s’impose d’elle-même, à savoir :

    que toutes les élites religieuses de toutes les religions ne croient pas et non jamais crus en un " DIEU "et cela depuis le début.

    Maintenant, si pour votre confort psychologique personnel vous avez besoin de croire, libre à vous, je ne vois pas qui cela peut gêner du moment où vous ne faite chier personne avec vos choix qui vous sont rigoureusement personnels.

    En intégrant cette conclusion, vous vous libérez automatiquement de tout les saloperies qui ont été faite par ces élites religieuses de toutes les religions depuis des siècles.

     

    Répondre à ce message

  • #1284374
    Le 5 octobre 2015 à 10:46 par Un jour peut être
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Remarquable contribution !
    J’aime beaucoup le rappel sur le caractère réformiste du wahabisme, et le fait à peine voilé qu’il est inspiré ( preuves écrites à l’appui) à la réforme protestante.

    qui plus est le fait que perses et bèrbères en tant que peuples lus sédentaires ont pu conserver un islam fonctionnel car non tribal, là où sans trop leur jeter la pierre même aujourd’hui syriens et autres proches-orientaux montre une attitude tribale, voire une sorte d’arrogance ethnique basée soit sur une ethnicite arabe plus confirmée que les maghrébins ( à leurs yeux), soit sur la langue.

     

    Répondre à ce message

  • #1284378
    Le 5 octobre 2015 à 10:51 par oui
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Choc des civilisations ?.Nous vivons une période où le temps et l’espace se contractent et ceci a pour conséquences que TOUT s’entrechoque avec TOUT.

    Il y a belle lurette que les différentes civilisations se sont interpénétrées. Cependant le phénomène s’accélère et les chocs se ressentent à tous les niveaux, y compris dans nos sphères les plus intimes.

    Il y a une sagesse à en tirer pour continuer à tenir debout.

     

    Répondre à ce message

  • #1284389
    Le 5 octobre 2015 à 11:19 par bloblo
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Je me contenterais de réfuter l’introduction, basée sur une grille de lecture historique totalement fausse et inversée. L’Europe se tient en réalité radicalement en marge de l’Empire Ottoman après l’échec des Musulmans devant Vienne. Et la prise de Constantinople, est-ce qu’il l’explique aussi par un complot ourdi par une bande de rabbins ?

    L’Europe se tient en marge au point de laisser la piraterie musulmane (barbaresques) semer la terreur en Méditerranée (plus d’un million de personnes réduites en esclavage entre la fin du Moyen-Age et l’époque moderne, perturbation du commerce, pillage des villes côtières).

    Ce n’est qu’à partir de la conquête de l’Egypte et la victoire contre les Turques que les Européens prennent vraiment la mesure de la déliquescence de l’Empire Ottoman. Les première expéditions coloniales sont d’ailleurs des opérations de police visant à mettre fin à la piraterie, notamment au Maghreb.

    Je me demande si les gens ont vraiment lu l’ouvrage d’Huntington avant d’en parler et de le caricaturer. Son premier but n’est pas de décrire ou de prévoir une conflagration généralisée des cultures et des civilisations autour de frontières religieuses, mais d’expliquer au contraire que le monde a basculé après 1991 dans la multipolarité !
    Huntington balaie la conception héritée de la guerre froide (Occident/Communisme/Tiers-Monde) et relève la prégnance des sentiments identitaires et religieux dans le nouveau paradigme multipolaire : cette description faite au milieu des années 90 correspond-elle à la réalité actuelle ?
    Huntington annonce également la décrépitude du modèle de l’Etat-Nation issu de la modernité européenne : là encore s’agit-il d’une "manipulation" ou d’un constat réaliste ?
    Enfin Huntington critique le concept de "civilisation universelle" ("culture de Davos") dans lequel il voit une thématique exclusivement occidentale. Les premiers critiques de sa thèse sont d’ailleurs des universalistes et des libéraux qui lui répondent que le libre-échange et les flux migratoires vont invalider son modèle avec le brassage généralisé des cultures et des religions au XXIème siècle.

    Huntington est un culturaliste, avec toutes les limites et les faiblesses que sous-entend ce terme. Ce n’est jamais bon de diaboliser une œuvre sous prétexte qu’elle a été instrumentalisée.

    "L’idée selon laquelle les peuples non occidentaux devraient adopter les valeurs, les institutions, et la culture occidentale est immorale dans ses conséquences"

     

    Répondre à ce message

    • #1284881
      Le Octobre 2015 à 21:54 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Entièrement d’accord avec vous.
      Ce chercheur ne semble rien connaître à l’histoire européenne - politique et religieuse - pour affirmer de telles choses sur la confrontation entre l’Europe et l’Empire ottoman. Assurément celle-ci a pris l’allure objective (a posteriori, surtout) d’un "choc de civilisations", Chrétienté contre Islam. Mais les Turcs avaient pénétré le continent européen - asservi les Balkans - et ce dernier, donc, était en position défensive et non l’inverse !

      Toutefois la dimension géopolitique inédite de cet affrontement impérial ne saurait se réduire à cela et il est parfaitement anachronique de prendre la conséquence pour la cause. Il est évident que, pour renforcer sa position défensive, le Saint-Empire romain germanique jouait sa place devant l’histoire, ce qui passait donc aussi par sa légitimation politique, en termes de premier défenseur de la chrétienté - devant la France, son éternelle rivale politique qui avait décidé de jouer perso. Mais la défense de la chrétienté en l’occurrence, c’était d’abord la défense du continent européen !
      La réalité territoriale prime et c’était d’ailleurs une nécessité stratégique vitale pour éviter à l’Europe un enclavement oriental qui depuis la prise de Constantinople par les Turcs (1453) ne faisait que s’accroître. D’où la participation active des républiques de Venise et de Gênes, dont le commerce avec l’Orient était sérieusement menacé. Une fois l’avancée des Turcs arrêtée aux portes de la Hongrie qui joua courageusement une nouvelle fois, après les Mongols au XIIIe siècle, son rôle de défenseur de l’Europe face à leurs cousins Turcs (paix de Zsitvatorok, 1606) puis après l’arrêt des Turcs à Vienne (1683), s’en est suivie une longue politique de glacis et de non-intervention européenne. Au demeurant la pression des Turcs s’était déplacée du côté des Russes entre-temps.

      Contrairement à ce qu’avance M.Hindi, c’est bien la pression ottomane qui aura contribué à renforcer une réalité géopolitique européenne, chrétienne par nécessité défensive. Les histoires de messianisme pour libérer la Palestine sont à dormir debout - c’était vraiment le cadet des soucis des Européens.

      Voilà pour ce qui est de la perspective européenne. En revanche j’aimerais bien que quelqu’un s’intéresse sérieusement au tort qu’ont fait à l’Islam :
      1. sa monopolisation politique par les Turcs ottomans qui ont assis leur domination sur le pillage et l’oppression des peuples.
      2. le caractère messianique de cet héritage turc.

       
    • #1285279
      Le Octobre 2015 à 11:25 par Moi, Peter Sellers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Petite précision, la Méditerranée était un territoire musulman (dominion = territoire ou pays sous souveraineté).. d’ailleurs toutes les îles étaient musulmanes..
      Comme tout territoires il y avait des alliances et des traités de paix.. Souvent des royaumes chrétiens s’aliaient aux musulmans contre d’autres chrétiens.. ne pas oublier la rivalité entre l’Eglise d’orient et d’occident..
      Vous nous parlez des barbare-barbaresques tout en oubliant les corsaires, pirates et autres mercenaires travaillant pour les intérêts de rois chrétiens ? Les captifs en violation d’un territoire on les mets au cachots ? On les fait ramer au fond d’une galère en navigant sur tout les océans ? On les vends dans les ports comme esclaves tout comme la marchandise prise à l’ennemi ? L’esclavage existait depuis l’antiquité.. L’Islam en réformant les sociétés n’a fait que ralentir sa progression.. il suffit de lire le Qur’an pour constater qu’il y ai encourager régulièrement de libérer les esclaves (les ennemis aussi dans un espace de conflits incessants ?)..
      L’Islam n’avait pas la possibilité de réformer du jour au lendemain une économie millénaire..
      Le servage, du latin servus, « esclave ». En Europe, le servage désigne à partir du Moyen Âge la condition des paysans attachés à un manse (tenure) servile, terre qu’ils cultivent et ne peuvent quitter. La tenure désigne la portion d’une seigneurie occupée et cultivée par un vilain (paysan libre) durant le Moyen Âge. Si comparaison il doit y avoir c’est en s’attachant au traitement des domestiques, ceux affranchis et les serviles ? Les sociétés islamiques finissaient par se marier avec les esclaves, ET les enfants NAISSAIENT LIBRES... Voilà, pourquoi historiquement les esclaves ont disparus dans les sociétés islamiques, car ils finissaient par se dissoudre rapidement dans le groupe..

       
    • #1285326
      Le Octobre 2015 à 12:26 par Moi, Peter Sellers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      Vous renoncer à cerner les rivalités politiques et la séparation de fait des Églises d’Orient et d’Occident ce qui bien évidement vous empêches de comprendre les enjeux qui ont présidés au développement réciproques de TOUT les acteurs régionaux !!!

      L’Europe ne s’est pas du tout tenu en marge de quoique ce soit.. Elle s’est vu tout bonnement chassée de territoires ou elle n’avait plus d’influence.. C’est d’ailleurs essentiel à comprendre vu qu’on est passé d’une histoire européenne se situant autour de la Méditerranée pour ensuite se replier vers le nord de l’Europe.. C’est alors que nous assistons à l’émergence d’une autre Europe.. L’Allemagne, la France, les Pays-Bas et l’Angleterre.. À ce moment effectivement l’Europe se tiens à l’écart de l’Europe du Sud..

       
    • #1285368
      Le Octobre 2015 à 13:13 par Moi, Peter Sellers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      En revanche j’aimerais bien que quelqu’un s’intéresse sérieusement au tort qu’ont fait à l’Islam :
      1. sa monopolisation politique par les Turcs ottomans qui ont assis leur domination sur le pillage et l’oppression des peuples.




      N’oublions pas que vous parlez de pays étant dans une réalité post-coloniale.. Lors de la conquête d’Algérie une grande partie de nos paysans armés ne savait pas lire et écrire et 100 ans plutôt avaient fait les massacres des vendéens (!). La république (des coquins) en s’installant en Algérie combattait des gens qui avaient tous appris à lire le Qur’an.. et écrire..
      Le Sheikh imran Hosein ici est connus pour ses encouragements à avoir une lecture objective de l’histoire de l’Islam. Quand Omar (ra) entre à Jérusalem il décline l’invitation des chrétiens à faire ses prières musulmanes dans l’Eglise.. par peur que ses prédécesseurs la transforme en mosquée !! Quand plus tard les turcs bien mal inspirés transforment Ayat Sophia en mosquée.. ils sont en totale contradiction avec l’Islam de leur illustres prédécesseurs..
      Lors de la révélation, les musulmans était opprimés des années avant qu’un verset leur autorise le self-defense :

      Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés ; et Allah est certes Capable de les secourir -
      ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, - contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient : « Allah est notre Seigneur ». - Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d’Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant,

      Le travaille de l’Histoire demande du temps.

       
    • #1285548
      Le Octobre 2015 à 17:14 par paramesh)
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      j’ai bien aimé votre intervention, mais pourriez vous développer cette idée :



      Huntington est un culturaliste, avec toutes les limites et les faiblesses que sous-entend ce terme.


       
    • #1285587
      Le Octobre 2015 à 18:07 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée...
      il y a du vrai et du faux dans ce que vous dites.
      Mais vous omettez un fait essentiel, ou plutôt vous partez d’un postulat faux : postulat selon lequel il existait un continent européen chrétien unifié spirituellement, ce qui est rigoureusement faux. Pour preuve, François 1er s’alliant avec le Grand Turc afin de prendre à revers les États centraux protestants ; et il était courant à pareille époque de recourir à la piraterie barbaresque afin que celle- ci harcèle les navires de nations hostiles ( Richelieu et Louis XIV y eurent recours...)
      Donc, l’idée selon laquelle il y eut déjà à l’époque une rivalité christianisme- islam ( bloc contre bloc, qui rappelle la guerre froide d’après 1945 ) est une connerie monumentale, ou une méconnaissance profonde des relations politiques entre nations, fussent-elles séparées par la mer Méditerranée...

       
    • #1286020
      Le Octobre 2015 à 10:19 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ Moi, Peter Sellers

      La Méditerranée n’est pas un territoire, c’est un espace maritime à l’intérieur de terres. Donc toutes les puissances établies sur les territoires qui la bordent sont en droit d’y circuler pour commercer et d’y défendre leurs positions en cas d’agression. Ce n’est pas parce que les Turcs se sont emparés au XVIe siècle des îles orientales, Rhodes notamment (ils ne sont heureusement pas arrivés à prendre le verrou stratégique, Malte) que la Méditerranée constituait leur dominion ! L’enjeu méditerranéen, pour les Turcs, était bien lié à l’activité de piraterie à laquelle ils se livraient abondamment. En nous coupant les portes du commerce avec l’Orient, ils affaiblissaient ainsi l’Europe dont ils avaient entrepris la conquête sud-orientale jusqu’à la Hongrie, où ils se sont livrés aux mêmes méthodes de pillage et de massacre (je connais un peu la Bulgarie, ils en savent encore quelque chose là-bas).

      Avant d’être envahie par eux, la Méditerranée était devenue un espace sûr où la piraterie était réprimée. Pourquoi je dis "eux" et "nous" ? Parce que nous Chrétiens avons développé un droit de la mer, composante du droit des gens, fondé sur le droit naturel et le respect de certaines règles, notamment le droit des personnes qui ne faisaient pas partie du "droit de prises", celui-ci étant limité à l’équipement et à la cargaison d’un navire (qui revenait, lui, au souverain). C’est par ces règles coutumières qu’était limitée l’activité du corsaire qui recevait des lettres de marque d’un souverain en temps de guerre seulement, pour s’attaquer à la flotte commerciale de la nation ennemie (blocus) et protéger celle de sa nation. Ces règles n’étaient évidemment pas partagées par les Turcs qui ont réduit en esclavage des milliers de Chrétiens, en temps de guerre comme en temps de paix.

      Mais ce n’est pas qu’un point de vue, c’est un fait objectif que la pensée juridique chrétienne, qui a élaboré le premier droit international (cf les auteurs Vitoria, Grotius, Suarez), a forgé des règles plus respectueuses de la personne humaine (interdiction des meurtre, pillage, viol et asservissement des populations civiles) que ne le fit l’Islam, et "civilisé" un peu le pouvoir (à l’intérieur de l’Europe). Cela ne veut pas dire que ces règles furent toujours respectées et le droit moderne est aussi le produit d’enjeux de souveraineté. Mais ces règles existaient et c’est par cela aussi qu’une différence entre une civilisation et une autre apparaît. [1/2]

       
    • #1286022
      Le Octobre 2015 à 10:20 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      [2/2]

      Je veux bien considérer le plus objectivement possible l’Islam. Mais si l’on est objectif, on se doit de reconnaître ces différences philosophiques fondamentales et pas déformer la réalité historique de la civilisation chrétienne en affirmant qu’elle pratiquait, comme l’islamique, l’esclavage, ou qu’il s’agissait peu ou prou de la même servitude domestique. S’il y a eu une controverse de Valladolid c’est bien parce qu’une nouveauté issue de la cupidité des États européens modernes a posé problème à l’Église et permis de poser l’universalité de la qualité humaine selon le christianisme, à un moment où il s’est retrouvé confronté à un monde "ouvert" (ne se limitant donc plus à l’ordre politique finissant de la Chrétienté).

      L’islam, religion à vocation politique, ne considère pas la personne humaine en tant que telle, mais distingue le musulman du non-musulman. Tous les droits que la société islamique reconnaît sont fonction de cette discrimination (et de la plus ou moins grande libéralité du chef). Sur le plan politique interne cela est normal, je ne le nie pas. Mais sur le plan de la philosophie religieuse c’est autre chose. Or il n’y a pas de distinction des deux dimensions en Islam.

      Sans entrer dans des débats religieux ou juridiques, on est forcé d’observer les réalités historiques. Une grande partie de l’espace géographique dans lequel l’islam s’est développé a été marquée par la domination turc-ottomane. Sachant la nature particulièrement politique de cette religion, il me paraît évident que sa longue "monopolisation politique" a dû avoir des conséquences sur l’évolution philosophique de l’islam, sur la manière dont il est conçu par les peuples (notamment arabes) qui ont été dominés par les Turcs - ce qui aurait des répercussions géo-politiques actuelles (Erdogan). Je parle de la poursuite messianique du rêve de l’unification politique des croyants. En fait-on la critique ?

      Vous parliez de réalité post-coloniale. De la part des Turcs on peut parler de joug. Les territoires soumis étaient pompés de leurs ressources et d’une partie de leurs habitants pour les besoins de l’État central. Vous dites qu’on épousait les esclaves. Oui, les femmes esclaves (chrétiennes) arméniennes, grecques ou bulgares emportées une fois que leurs maris et leurs frères avaient été tués, leurs fils enlevés comme janissaires destinés à reproduire les mêmes exactions. D’où l’évolution ethnique des Turcs et leur besoin de "turquifier" à une époque pas si lointaine.

       
    • #1286050
      Le Octobre 2015 à 11:04 par Andrée
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ La pythie

      Après la chute de l’Empire romain d’Occident, c’est bien par l’évangélisation des populations du continent (Celtes, Germains, Slaves puis Vikings) qu’une unité s’est opérée, permettant de penser l’idée-même d’Europe.

      Cette Europe, héritière politique de Rome, existait par la religion chrétienne. Comment désignait-on cette réalité humaine au Moyen-âge ? La Communitas christiana ou Chrétienté. La conscience de cette unité a permis les Croisades afin de l’accomplir politiquement (entre autres). Dans un système où l’on tenait son pouvoir de Dieu, le spirituel était un élément du politique. Si vous ne le comprenez pas, contentez-vous d’y voir un principe de légitimation du pouvoir, comme je l’ai énoncé plus haut. Mais le politique est, à l’origine, de nature religieuse.

      Avant le Grand Schisme, cette communauté chrétienne européenne relevait de l’autorité de Rome. Ce ne fut pas qu’un élément spirituel d’unification. Il y avait aussi des effets politiques, suivant le principe dont j’ai parlé. Les empereurs germaniques, après Charlemagne, effectuaient le voyage à Rome pour y recevoir le sacre des mains du pape. Car la nature du pouvoir était complexe. La philosophie européenne, en cohérence avec la réalité politique qu’elle appréhendait, a fait la distinction entre auctoritas (autorité) et potestas (force), deux composantes (spirituelle et matérielle) du pouvoir permettant de concevoir, dans leur union, sa légitimité et son efficacité.

      C’est de l’émancipation définitive de la potestas dans les temps modernes, et de l’essor du protestantisme, que sont venus les ferments de division de l’Europe et la prise en compte des intérêts des États - comme unités politiques autonomes - avant toute considération d’unité européenne chrétienne, marquant ainsi politiquement sa fin. D’où l’alliance de François Ier avec Soliman pour prendre à revers les Habsbourg. Si les Français ne combattirent pas aux côtés des Turcs (contre le royaume catholique de Hongrie, il n’y avait pas encore de protestants !), c’est bien parce qu’il y avait une conscience de la Chrétienté que cela ne se fit pas et qu’une telle alliance fut alors vue comme monstrueuse.

      La réalité historique d’une unité spirituelle et politique de l’Europe par le Christianisme et sa lutte contre l’Islam (notamment) est indéniable. La confrontation avec l’Autre est ce qui permet l’identité et l’unité. C’est même le critère de définition du politique, indépendamment de ses formes périssables.

       
    • #1286185
      Le Octobre 2015 à 14:23 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Andrée..
      Quelle opiniâtreté ! Moi qui me pensais inégalable dans ce domaine...
      Je ne conteste pas la réussite POLITIQUE de cette Europe. Comment le pourrais- je ? Mais cela est dû au caractère particulier des Européens eux -mêmes ( Qi supérieur, discipline, créativité...), le christianisme n’apportant rien hors un ferment culturel certain ; j’observe que les Chrétiens des autres contrées n’ont pas forcément eu les mêmes considérations politiques ou humanitaires que leurs coreligionnaires européens ; preuve s’il en est que le substrat éducationnel de chaque peuple prime sur les dogmes religieux. Et puis, si je vous ai bien lu, vous justifiez la politique comme d’essence religieuse, où est la spiritualiste là dedans ? Depuis le début de nos échanges, vous justifiez la religion par la Raison, par À +B, par le recours à l’histoire avec un grand H, mais jamais au grand jamais vous n’évoquez le côté spirituel du christianisme. Et les prétendus miracles opérés pas Jésus ? Et sa résurrection 3 jours après avoir péri sur la croix ? Et l’immaculée conception ? À part les considérations utilitaristes, il n’y a une once de foi dans vos écrits !!!

       
  • #1285518
    Le 6 octobre 2015 à 16:40 par La pythie
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Je remarque que personne ne songe au revenir aux origines des religions, là où tout a commencé, lorsque les premiers hommes éprouvèrent le besoin de s’imaginer des esprits, d’abord farouches puis protecteurs ( la civilisation totémique), puis les Dieux et enfin le Dieu unique, tout puissant et omniscient...c’est une question centrale pourtant. J’ai parlé ici de la tribu Arunta, en Australie, laquelle tribu ignorait le rapport entre l’acte sexuel proprement dit et la fécondation.Ainsi si la jeune fille de la dite tribu avisait un oiseau au moment même où elle se sentait devenir mère, elle croyait dur comme fréquence l’esprit de l’oiseau venait de la féconder. Étonnant, non ? Comment ne pas voir dans cette stupéfiante croyance l’ébauche de l’immaculée conception, ébauche reprise plus tard en Égypte antique puis dans le christianisme !!! Tous les mythes relatifs aux monothéismes actuels trouvent leur source dans l’Antiquité, ou bien dans les anciens rites païens. L’idée centrale du Christianisme et de l’Islam est que Dieu ( que personne n’a jamais vu ) est au centre de l’univers et qu’il en est la source ; j’y vois surtout le plus redoutable instrument de contrôle des masses et d’ingénierie sociale jamais inventé pour contraindre les Hommes...Et si c’était l’homme qui était au centre de l’univers, le monde s’en trouverait -il bouleversé ? La terre s’arrêterait elle de tourner ?

     

    Répondre à ce message

    • #1285624
      Le Octobre 2015 à 19:13 par Moi, Peter Sellers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      LOL ... L’Homme est effectivement avec la religion des franc-poissons au centre du monde, ce qui est le but du satanisme..

      Alors oui la terre est sur le point de s’arrêter.. Les croyances aborigènes authentiques ont peut être disparus suite à des erreurs de parcours oú des cataclysmes.. Cette pensée infantile que tu décrit.. n’a jamais rien apporté au niveau civilisationel..
      Tu me semble bien imperméable à ce qui a pu se dire ici et là..
      Tu n’est pas sans savoir que Evola et René Guénon est souvent une référence par ici, l’antimodernité, pour beaucoup notre époque est le Kali yuga.. nous ne pensons pas que les choses s’améliorent, au contraire la grâce nous a quitté car nous n’avons fait que nous rebeller face aux révélations (coup de pouce divin)..

       
    • #1285634
      Le Octobre 2015 à 19:33 par Divers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      C’est au contraire l’absence d’un Principe transcendant qui contraint les Hommes à la matière (exclusivement) ; et oui, on y revient.
      Sinon, vous lisez trop les "anthropologues", peut-être même Freud.
      Je me trompe ?

       
    • #1285730
      Le Octobre 2015 à 22:02 par La pythie
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      à Divers...

      effectivement, j’ai lu et relu Freud, notamment " Totem et tabou " et " Moïse et le monothéisme "...

       
    • #1285990
      Le Octobre 2015 à 09:18 par Moi, Peter Sellers
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      C’est pas un cerveau « malade » ce Freud ?

       
  • #1285855
    Le 7 octobre 2015 à 01:25 par Jean Le Tartuffe
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    C est dingue a quelle point la religion peut vous emmener dans des débats sans fin ni objectif précis
    Le récit de cette homme n est pas de faire l apologie de l islam ou d une autre religion,

    Son discours est destiné à nous faire comprendre le monde d aujourd’hui et ce qui se passe vraiment au moyen Orient.

     

    Répondre à ce message

    • #1286125
      Le Octobre 2015 à 13:01 par farid
      Un choc des civilisations fabriqué ?

      @ jean le tartuffe tout à fait d accord avec toi, chacun y va de sa plume pour philosopher, mais personne n ecoute vraiment ce qu il dit, il ne fait que sont travail d analyse de la situation actuelle de ce qui se passe dans le monde. Chacun defend ici sa paroisse ou sa façon de voir la religion etc etc, essayons d être simple bon sang de bonsoir !!!

       
  • #1289407
    Le 11 octobre 2015 à 14:10 par Pierre Ghi
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Le choc des civilisations pré-fabriqué est plus exact.

     

    Répondre à ce message

  • #1290874
    Le 12 octobre 2015 à 23:32 par Jojo l’Affreux
    Un choc des civilisations fabriqué ?

    Il y a à boire et à manger dans cette conférence islam & laïcité. Notamment de la part de la plupart des savants musulmans qui ne semblent pas tous appréhender correctement le problème du jour, mais ce ne sont pas les seuls dans ce cas.
    Néanmoins Bassan Tahan fait une très belle intervention, et annonce l’écriture d’un livre qui sera sans doute très intéressant (sur la période des premiers califes et de la dynastie des Omeyades) et le recteur de la Sorbonne en fait une autre tout bonnement magistrale. D’autres intervenants valent également la peine d’être écouté.

    Perso, je note la chaine youtube dans mes favoris. Elle est peu prolifique, mais les 3 colloques déjà disponible ont tous l’air de valoir la peine d’être écouté. Il y en a un qui discute de la guerre du Yémen pour ceux que ça intéresseraient.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents