Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

Selon des propos tenus par le sénateur Les Républicains Jean-François Mayet, une femme peut difficilement conduire une carrière et élever des enfants.

Sous les ors de la république, l’égalité homme-femme a encore du chemin à faire. Mercredi 15 juillet, à l’occasion d’une commission sénatoriale sur la loi Santé, Jean-François Mayet, sénateur Les Républicains de l’Indre, a estimé que les femmes étaient « quand même là pour faire des enfants… ». Un dérapage retranscrit dans le compte-rendu de la séance de travail, et repéré samedi par RTL.

Le responsable de droite, ancien maire de Châteauroux, a en effet estimé que la féminisation de la profession avait sa part de responsabilité dans la désertification médicale que connaissent certains départements. « Au risque de choquer, le libéral que je suis est convaincu qu’on ne résoudra pas la désertification médicale en comptant sur les seuls médecins libéraux. Première raison : les jeunes médecins refusent le libéralisme : ils se contentent de gagner 3 500 à 4 000 euros par mois ; après dix ans d’études, c’est ridicule ! Une autre cause est la féminisation, puisque 75 % des nouveaux diplômés sont des femmes. Or nonobstant l’égalité elles sont quand même là pour faire des enfants… », explique Jean-François Mayet.

 

« Elles font des enfants, c’est différent ! »

Ce raisonnement n’a pas manqué de faire bondir la sénatrice UDI, Chantal Jouanno, qui a aussitôt lancé : « Elles ne sont pas là pour faire des enfants ; elles font des enfants, c’est différent ! »

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1233258

    C’est l’Etat qui élève nos enfants, et de la crèche à la fin de ses études, l’enfant passe beaucoup plus de temps avec ses profs qu’avec ses parents . C’est pourquoi une femme peut faire carrière en élevant ses enfants, qu’elle voit beaucoup moins que ne les voyaient ses aïeules .

     

    • #1233316
      le 21/07/2015 par Nicolas Tesla
      Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

      Oui tout cela nous coûte de l’argent, la "carrière" féminine est un poids sur l’économie de la nation sans compter que les sociétés féminisées sont les moins efficientes.

      Raison de plus pourquoi le "mouvement" MGTOW et le Red Pill commence a faire peur.


    • Du coup, ce ne son pas les femmes qui élèvent leurs enfants, mais les institutions.


  • #1233271

    LE FÉMINISME A TUE LA FÉMINITÉ, DÉVIRILISER LES HOMMES.

    Il n’y a pas d’égalité entre l’homme et la femme mais complémentarité. Qui se souvient de Sainte Genevive qui sauva Paris en allant au devant Attila ( les hommes avaient fui). Sainte Clotilde qui aida à la conversion de Clovis, Sainte Monique, la mère de l’un des plus grands docteurs de l’Eglise : Saint Augustin, un Berbère, comme le pape Saint Gélase. Dans l’ancien testament, on retrouve Esther, la mère des frères Maccabées, etc...

    Mais les hommes faisant défaut, peut-on jeter la pierre à celles qui furent jadis de vertueuses mères de famille sont devenues plus mâles que les mâles sombrant dans un ridicule dont l’aspect le plus hideux est le Femenisme ; instrument de subversion de Soros.

    Patrice Duwez

     

  • #1233309

    Apparemment sur le féminisme, ils commencent à s’apercevoir que les gens en ont ras le bol.
    Même Elisabeth Levy s’y met
    http://www.lefigaro.fr/vox/politiqu...

     

    • #1233458
      le 22/07/2015 par Robert Garcia
      Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

      Merci pour ce lien.

      Cela dit je ne sais pas si Elizabeth Lévy est la personne la plus crédible. Je la trouve fourbe.


    • #1233467
      le 22/07/2015 par QuenelleEpauled
      Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

      C’est pas nouveau chez elle, c’est une grande "fan" de Philippe Muray...


    • #1233917

      Elisabeth levy fait partie des "sources" des journalistes quand ils parlent du féminisme, elle était assez active pendant le mariage gay...Bon vu son age je doute qu’elle continue son délire longtemps mais autrement elle disait déjà des trucs plus "sensé" donc bon ce serait pas nouveau concernant ces dernières années.


  • #1233324
    le 21/07/2015 par Nicolas Tesla
    Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

    PS : Il suffit de lire aussi les commentaires du fig. particulièrement ceux des femmes et ben on est pas sorti de l’auberge, raison de plus de ne pas se marier. (Du moins ici).

     

    • #1233828

      Bonjour,
      Malheureusement (ou heureusement à une certaine époque), je suis convaincu en observant, que le cerveau de la femme est perméable aux idées qui l’entoure... certaines personnes l’ont comprises.
      Je pense que le femmes actuelles resteront telles qu’elles sont actuellement, sauf si on finit par changer le tête de la pyramide.
      Chaque époque à ses malheurs, et les hommes qui veulent se marier et une descendance de nos jours, doivent effectivement aller voir ailleurs. C’est ce que mon père à fait (bientôt 35 ans de mariage...), et moi célibataire à 31 ans.... d’un côté tant mieux, j’ai pas vraiment envie d’être le toutou d’une féministe.


    • #1234013

      Eh oui, c’est pas le fruit du hasard si le Roc fêlé a inventé cette abomination, il savait parfaitement que la femme est portée par le lien social et plus sensible que l’homme au niveau politique, celà est lié au fait qu’elle porte la vie dans ses entrailles, et donc plus manipulable que l’homme dans ce sens-là llire à ce sujet Edmée Mottini-Coulon Essai d’ontologie spécifiquement féminine
      (je l’ai pas encore lu)



      La relation de la femme avec l’être en gestation s’établit selon une modalité spécifique que l’homme ne partage pas. Ici autrui n’est pas donné à l’extérieur mais à l’intérieur de soi.



      Même Antoinette Fouque fondatrice du MLF l’a reconnu lors d’un entretien avec un certain Bourseilller Christophe que le pouvoir de l’homme était dans la création par son cerveau et la femme par la création de la vie.



      Alors que les femmes ont une génitalité qui s’incarne dans le corps, chez l’homme, la paternité, la capacité de créer, est extérieur au corps, par l’intelligence, par le cerveau



      Si vous voulez en savoir plus il s’agit du livre tyrannie de la faiblesse de Jean-François Paoli je ne regrette pas de l’avoir presque dévoré.
      Evidemment je n’ai pas la prétention de nier que certains hommes pourraient être également portés par cette spécificité, mais vu que ce dernier est féminisé depuis une quarantaine d’années pour bien des raisons, difficile de savoir si celà est du à la féminisation ou à la nature.
      Je dirais même plus, c’est la raison pour laquelle le monde est féminisé, la féminisation permet la manipulation sociale, et aucun ne doit déroger à la règle. Voilà pourquoi le "machisme" est pourchassé et traqué. Big Mama doit devenir notre maître selon nos élites.
      Sans compter que la brutalité ayant échoué depuis des siècles (révolutions ...) la psychologie s’avère plus efficace au moyen de la féminisation des hommes.


  • Il a mal appris sa leçon de cynisme républicain ce Mayet.
    Sinon il saurait que les femmes doivent travailler comme les hommes pour subvenir à leurs besoins personnels (et seulement pour un individu, pas un de plus ; soit par les bas salaires, soit par l’égocentrisme libéral-libertaire).
    Que, dès lors, les enfants sont importés pour compenser cette stérilité sociale. Qu’ils sont ainsi la propriété de l’Etat, car lui seul doit les endoctriner pour faire perdurer ce système déshumanisé et au service d’une oligarchie mondialiste... pardon... d’une "république".


  • Dieu crée l’homme ( sa "femme" )
    et l’homme trahis Dieu en créant la femme ( celle de l’homme ) , pour se reproduire.
    Le mec dit vrai, demandez à un hébreu.
    Y à des vérités vraies qui sont dérangeantes autant qu’elles sont vraies, et même si on aime pas les implications de certains mal éduqués madame on ne combat pas une vérité,

    *On dira, elles on été crées pour - mais cela n’est pas leur unique fonction et elles sont en considération égale de l’homme.
    raffinez si ça vous amuse...

     

    • #1233721

      Bon là, franchement, autant croire aux trolls, elfes, nibelungens etc...
      Autant le message de Jésus, un message d’amour mais aussi de force, de courage, de recherche de vérité et de justice est admirable.
      L’idée qu’un Dieu (masculin) aurait créé l’homme pour un pti tête à tête et réduire (déjà) la femme à une mère porteuse, créee par l’homme... homme qui avait donc des supers pouvoirs donnés par son Dieu dont il était le préféré, ça a germé dans la tête de prêtres, rabbins, hommes. Personne ne se dit qu’ils y trouvaient leur intérêt avec ce genre d’histoire ?
      La GPA actuelle juste avant l’utérus artificiel, et c’est l’aboutissement économico-religieux de ce genre d’idée, tout ça sous couvert de féminisme.


    • Le Verbe crée l’homme à son image
      1 - le verbe ce n’est pas masculin ou féminin
      2 - crée l’homme à son image > créateur
      Si vous préférez la version scientifico-médicale avec la cote et dieu-chirurgien,..
      C’est soit créateur Unique avec linéarité Dieu > Homme > Femme
      Soit la dualité , le satanisme avec les Dieu-vide Vs Dieu-Soleil cad Dieu-Dieu contre lui-même Dieu-Diable, ça donne la création Israel Vs Ismael avec le premier qui prends un linéarité Dieu-masculin>homme>femme
      qui s’oppose à la version du second Dieu-féminin-femme-homme
      De toute facon c’est de l’anthropologisme porté sur ce qui tient d’un monde des idées, d’avant le matériel, et ça n’a aucun sens d’en parler avec qqn défoncer au oppositions du réel.
      Le monde n’est jamais que la résultante d’une série de contradictions,
      l’addition d’une série d’histoires sans débuts qui additionnée provoque notre état d’être...


    • Je parle beaucoup ,
      mais l’homme EST la femme,
      l’enseignement de Jésus c’est d’aimer votre prochain,
      autrement exprimer : un être qui est présentément autre sera prochainement votre expérience de vie terrestre,
      càd : vous êtes / serez l’autre.
      Je signale a Papa&Papa que je n’ai nullement envie d’être prochainement dans la vie de toutes la séries de violeurs et détraqués qui sont tolérés ici, et que mon existence personnelle n’est pas à disposition "mac-donalds" pour les ames de ces tarés en faire l’éxpérience.
      Ne nous qualifie t’on pas dans les hauts-lieu de la pensée humaine de "summum de l’individualisme",
      et bien moi je lui donne ce sens.


  • #1233349

    Il a raison, les femmes sont naturellement dédiées à procréer. Ce n’est en aucune manière un dérapage.

     

    • #1233501

      Bonjour
      Si !
      De toutes les manières :
      "procréer" est un concept très différent de "élever" (un enfant).


    • #1234021

      C’est vrai moi aussi je trouve qu’il va trop loin.
      Et pourtant à ce sujet, je suis un des pires "réactionnaires"
      Une femme enfante, allaite, materne, l’homme coupe le cordon, ouvre au monde le petit ou la petite.


    • "Pro-créer" suppose que l’existence de l’enfant qui d’apparence vient "aprés" s’effectue en fait temporellement " avant " , je ne sais pas si chacun saisi bien les implications dans not physique spatio-temporele.

      On s’amusera encore en sémantique en faisant noter que l’homme est l’ultime et n’à pas de "pré-dateur" .

      Le vrai "dieu"(Père) ici, c’est Xhronos, le Temps ...

      Y à pas d’espace sans temps d’ailleurs, et le méchant qui s’oppose au "Dieu calme ", le vide
      c’est le Soleil, Satan.
      Et Satan, c’est ça temps,
      parce que sans les soleils, point d’espace...


  • #1233350

    Son propos est discutable, mais pour l’auteur de l’article du Figaro (et de ses confrères scrutant tout autant la mal-pensance) il s’agit d’un "dérapage" ... vous savez, lorsqu’on sort de la route nous guidant vers le Meilleur des Mondes, balisée par les Progressistes en herbe au service du N.O.M..


  • Haaan !! C’est trop choquant !! il a dit qu’elles étaient là pour faire des enfants, c’est un truc de fou c’qu’il a dit...
    Vivement le retour de la Tradition.


  • #1233440

    Tabarnacle on a le meme probleme au quebec ici c’est un desert complet en terme de medecins ! Pourtant le quebec a plus de medecin par habitant que l’ontario mais pour voir un medecin il faut vraiment faire un chemin de croix ! L’ontario n’a pas ce probleme. La raison : 3 medecin sur 4 sont des femmes !


  • #1233444

    C’est marrant ça je n’entends jamais personne se plaindre des femmes lorsqu’elles occupent des postes subalternes du type "caissière, serveuse, secrétaire, infirmière, garde d’enfants, cantinière, commerçante, ouvrière".A celles là on ne dit pas d’aller faire des enfants plutôt que travailler, pourtant elles aussi font les deux.
    Mais dès qu’il s’agit de se plaindre des femmes médecins, PDG d’entreprise, politiques, journalistes, bref des métiers bouffeurs de temps mais offrant un certain niveau social, là les femmes ne devraient pas y être sous prétexte qu’elles font des enfants...
    Et si celles qui ont des métiers accaparants pondent moins que d’autres, au moins leurs enfants suivent une bonne éducation et accèdent eux aussi à des métiers intéressants.

    Par ailleurs, les femmes d’antan ( enfin les femmes normales, pas les riches !) travaillaient et avaient des enfants. Seulement les choses étaient plus difficiles (salaire, études, travail) mais d’un autre côté plus facile...
    Pas de crèche certes, mais les familles ne bougeaient pas autant, et lorsqu’une maman devait travailler il y avait toujours une jeune tante, ou une cousine, pour s’occuper du petit.
    Mon père a par exemple était gardé bébé par sa tante de 16 ans et sa grand mère !
    Et lorsque l’enfant était plus grand, pas de nounou à payer après l’école !
    Ma grand mère se levait à 5h du matin, se taper 2h de vélo allée, pour faire la saison des pêches. Elle rentrait tard, son mari travaillait lui aussi, comme postier. Le salaire de l’un ne suffisait pas déjà !
    C’était la débrouille pendant et après guerre. Et qui garder son fils après l’école ? Personne ! Ou plutôt tout le monde : il se baladait, déconnait, dès 7 ans, avec sa bande de potes d’école, une totale liberté.
    Ils jouaient au ballon dans les rues de la ville, qui étaient alors vides de voitures, seuls les riches en avaient. Sa mère ne se préoccupait pas de savoir ou il était la journée. Et elle rentrer tard, après une récolte de fruits à cadence soutenue, payer une misère !
    Les femmes ont toujours dû se débrouiller pour élever leurs enfants et travailler, à certains moments, quand il le fallait.
    Ce qui a disparu ? La solidarité familiale et de voisinage, une garderie invisible et gratuite des enfants d’alors.

     

    • #1233472

      Tout à fait exact ,texte lucide .


    • #1233613

      C’est tellement vrai ce que vous dites. Elever ses enfants est ( presque) devenu un privilège. Qu’est ce qu’on perd en ne les voyant pas grandir heure après heure entre 0 et 3 ans... Et une mère qui allaite son enfant les 2 premières années lui donne tellement ! Le lait maternel c’est une merveille. Mais naturellement on propose aux femmes de mettre les bébés à la crèche, de leur donner du lait industriel et d’aller chercher un salaire pour bien consommer... société qui fait fausse route à mon avis et depuis longtemps.


    • #1234568

      Je pense (notammant à l’époque) que les choses étaient effectivement plus faciles. Les femmes qui travaillaient jadis, semblent le mieux tirer leur épingle du jeu dans cette histoire, pourquoi ?
      Parce que les conditions de travail étaient différentes. Les femmes dans les champs et dans les lavoirs du 19ème siècle travaillaient aussi, mais les gosses toutefois n’étaient jamais loin. C’était le cas dans à peu près tous les métiers. Et les conditions étaient très différentes de maintenant.
      Aujourd’hui une caissière comme vous dites ou même une chargée de ressources humaines d’une entreprise de la Défense, se tape les transports en communs au moins 2 h par jour, ou la voiture avec les bouchons. A moins que tous les parents se trimballent en deux-roues (et encore pour une trentaine de kilomètres)
      Ajoutant à cela la fatigue des trajets amplifiée par leurs mauvaises conditions, du stress d’un connard/connasse de cadre qui décharge sa frustration sur ses subordonnées et qui prennent à leur tour le relais (effet parapluie), et plus généralement de la fatigue. Sans parler de l’ambiance morose qui conduit quand bien même à la stress-attitude.
      Sachant que l’éducation des mômes est energivores, il est difficile pour les parents (l’un ou l’autre d’éduquer) convenablement son rejeton, ce qui donne une mauvaise image pour les gamins, qui se sentiront forcément
      la frustration de leur parents.
      En revanche ce que je trouve honteux justement c’est que les plus privilégiées soient généralement les premières à se plaindre (cadre, PDG, journalistes) sachant leurs conditions de travail (voyages d’affaire, réunions, pots ...), leurs transports (taxis)
      Bref, on peut également mettre en parallèle le patron et l’employé de bureau lambda connaissant les mêmes problèmes que la caissière ou la chargée des ressources humaines.

      Enfin, comparer des femmes d’il y a presque un siècle et celle de maintenant pourries et gâtées par la propagande ambiante, c’est le jour et la nuit
      Hier la femme travaillait par nécessité, aujourd’hui elle travaille par envie.


  • #1233459

    La plus grosse preuve de sexisme ce sont tout simplement les annonces publicitaires en bas de l’article du Figaro : épilation définitive, quelle coupe de cheveux vous irait le mieux etc...


  • #1233461

    Les Féministes se révoltent contre la société car elles reprochent aux hommes de ne pas les aimer. Même les femmes normales ne les supportent plus. Il suffit d’ouvrir les yeux pour le constater. Les hommes aiment les femmes qui ont reçu une éducation Traditionnelle.

     

    • #1233517

      Tout à fait juste, en tant que femme normale le féminisme me sort par les trous de nez ! Il est vrai aussi que nous sommes faîtes pour procréer je l’ai fait 3 fois sans m’arrêter de bosser ( je suis prof, je sais on ne fout rien lol), mais pas que ... Alors ce soi-disant dérapage ne m’offusque pas.


  • #1233469

    Je vais aborder un autre point de cette "sortie" de Mayet. Il serait ridicule pour les jeunes médecins de ne gagner "que" 3500 à 4000 euros par mois ? Et bien monsieur, il semble que vous soyez un adepte de Mammon, un loyal serviteur et un amant fidèle de l’argent roi. Mais tous ne sont pas comme ça. Faire de longue études peut aussi avoir pour raison de gagner confortablement sa vie, tout en gardant du temps pour une vie de famille saine et équilibrée. C’est un choix personnel et vous n’avez pas à en être juge.


  • #1233471
    le 22/07/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

    Ce que dit Clouscard s’est l’extension du domaine de de la lutte des classes au sexuel (le capitalisme de la séduction facile à lire)

    Ce qu’il n’a pas osé dire :

    L’extension du domaine de la lutte des classes à l’EXISTENTIEL

    Ce qui l’aurait pousser chez Maurras ...

    L’ouvrier où le paysan français de 1914 avait toujours, un pays, un peuple, une culture, un dieu, une femme, une famille .... En poussant le trait, le benêt (colon où souchien) a perdu tout ça, dans la lutte des classes étendue. Il est seul, parmi les Autres, dans un supermarché, à se branler (tout le monde n’a pas les moyens d’acheter le gode-bébé-gpa). Seul l’hyper-classe, au final, à une conscience de classe, le reste non. C’est la définition de l’aliénation marxiste, mais elle n’est plus seulement économique, elle atteint la culture, la civilisation, la religion, l’entraide abstraite (la nation).

    "Dans un système économique où le licenciement est prohibé, chacun réussit plus ou moins à trouver sa place.
    Dans un système sexuel où l’adultère est prohibé, chacun réussit plus ou moins à trouver son compagnon de lit.
    En système économique parfaitement libéral, certains accumulent des fortunes considérables ; d’autres croupissent dans le chômage et la misère.
    En système sexuel parfaitement libéral, certains ont une vie érotique variée et excitante ; d’autres sont réduits à la masturbation et la solitude.
    Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société.
    De même, le libéralisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société."

    "Extension du domaine de la lutte" [des classes]
    Michel Houellebecq


  • #1233506

    Bonjour
    Oui, les femmes "font" des enfants.
    ceci dure 9 mois.
    Quant à "élever" des enfants .. ce serait une "affaire" de femmes, que de femmes ?

     

    • #1233992

      Bien sûr le père a son rôle à jouer dans l’éducation du gamin tout comme la mère.
      La femme donne la vie, les premiers soins et la vitalité du petit bout d’homme et l’homme l’ouvre au monde en coupant le cordon.
      Il semblerait que les femmes qui font des enfants et travaillent qui ne savent pas où placer leur priorité tendent à oublier le rôle qu’elles ont dans l’éducation des gosses.


  • #1233525

    Elles font des enfants ... Mais elles ne font pas des enfants toutes seules dites moi ... Curieuses réflexions, aussi bien de la part de l’homme que de la femme.

     

    • #1233667

      Excellent rappel !

      Il semblerait que la féministe qui "corrige" Mayet et Mayet lui-même partagent la même conception de l’individu : il s’agirait d’une espèce de Robinson, sujet autonome, autarcique, qui se flatte d’être sans grande dépendance des autres, un soi qui se fait par soi, alors qu’en fait il faut deux personnes pour engendrer un enfant, et bien plus de deux personnes pour en faire une personne, un être humain au sens plein du terme.

      Autrement dit, qu’il faut une société pour faire des êtres humains, et qu’être humain, c’est nécessairement être à plusieurs (que l’être collectif précède l’être singulier).


    • #1233676

      Entièrement d’accord !


    • #1233994

      Il serait surtout bien que chaque membre de la famille reste à sa place, pour le bien de chacun et surtout du petit gamin ou de la petite gamine et de préserver son équilibre oedipien.


  • #1233533

    Il a raison, le pauvre Mayet ! C’est incroyable qu’on ne puisse plus rien dire aujourd’hui, sans que les chiennes de garde aboient.
    Il est évident que la féminisation a dégradé beaucoup de métiers. Et dans le cas des professions libérales, c’est plus qu’évident. Pour la simple et bonne raison que le fait de se contenter d’un emploi du temps et d’une rémunération stables (plus conciliables avec les enfants) pousse au salariat. Combien de femmes avocats restent collaborateurs au lieu de s’associer ou de lancer leur propre cabinet ? Ça demande une énergie et une prise de risques que beaucoup de femmes ne peuvent pas avoir.
    Dans le cas des médecins, c’est un vrai problème, car on assiste à cause de cela (et d’autres facteurs) à une fonctionnarisation de la profession médicale. C’est la CPAM le patron (avec les mutuelles et les groupes pharma derrière). Les médecins se contentent effectivement d’une rémunération basse (pour éviter la prise de risque du libéral), prescrivent tant d’actes, mais pas trop et expédient les consultations parce qu’après tout, ils n’ont pas que ça à faire ! De vrais petits fonctionnaires. Alors oui, la féminisation a contribué fortement à cet état déplorable des choses. Au bout d’un moment il faut réfléchir à ce qui ne tourne pas rond dans notre système, non ? Ou on continue comme ça ?


  • #1233552

    Je viens de lire une partie des commentaires sur le site du Figaro....et je suis en pleine déprime. Je suis en train de me dire qu’il faut laisser tomber la dissidence parce que les gens sont irrécupérables. Franchement les commentaires sont affligeants. En substance ça donne ça :

    - "Le PREMIER but de la femme est d’avoir un métier REMUNERATEUR pour gagner de l’argent et s’affranchir de l’homme. Elever des enfants c’est secondaire les nounous s’en chargent très bien."

    - "Ségolène Royale a eu 4 enfants et elle a réussi professionnellement."

    - "Nous les femmes on peut réussir professionnellement c’est facile et sain : il suffit de le confier à la nounou toute la sainte journée."

    - "De toutes façons vous les hommes vous voulez que les femmes restent à la maison parce que vous ne voulez pas qu’elles réussissent, qu’elles vous prouvent qu’elles sont meilleures que vous, les filles réussissent mieux dans les études, bla bla bla coin coin meeeuh..."

    - (Et alors le commentaire collector) : "Et la GPA puisqu’elle existe elle sert à quoi ? avec le progrès bientôt ce sera au tour des hommes de porter l’enfant....et là on rigolera nous les femmes !!!"

    ....Voilà voilà. J’ai arrêté à la page 7 et je suis parti vomir. Y a quelques commentaires sensés mais ils sont rares. Tout le reste sont du style de ce que j’ai décrit plus haut.

    Mon Dieu que c’est triste.

     

    • #1234001

      Attends t’as pas récolté les "perles" :

      "un enfant ça se fait à 2 je ne vois pas pourquoi l’homme ne serait pas impliqué lui aussi"

      "Il y a pas assez d’hommes pour aider la femme à ce rôle (ô combien pénible de mère à cause des caprices de femmes manifestement inaptes et irresponsables à être mère) de s’occuper de son ou ses bébés. "

      "Je connais que très peu d’hommes qui prennent le congé parental"

      Avec des "réflexions" comme celles-ci, on est plutôt mal barrés.


    • #1244242

      les filles réussissent mieux dans les études,



      Alain Soral avait fait une réflexion sur ce phénomène étrange qui veut que les filles soient premières jusqu’au bac et après...presque rien....peu de filles en mathématique supérieures,par exemple ou dans les sciences fondamentales... !!!

      On les retrouvent surtout en sociologie,littérature ou beaux-arts...il semblerait que le changement qui fait passer une fille à une femme soit l’une des causes.... !!

      Bien sûr,on me rétorquera l’aventure extraordinaire de Marie Curie et de sa fille Irène....Deux exceptions dans le petit monde des prix Nobel de physique !


  • #1233576

    Plus de médecin à l’horizon !
    Houlala, panique générale ! Vite je veux mon cachet, ma seringue, mon remboursement sécu .... !
    Ne plus pourvoir faire la génuflexion devant sa déesse mère Sécurité Sociale (SS la bien nommée !) et c’est le monde qui s’écroule.
    N’ayant pas vu de médecin depuis plus de 30 ans, je ne peux m’empêcher de sourire en me disant : "quelle tristesse, ils ont peut-être la chance de voir tomber les fers qui les réduisent au servage mais ils en redemandent encore, encore et encore !"
    Personne pour voir que la santé est ailleurs. Dommage.
    Toutatis


  • #1233587

    L’autonomie de la femme moderne ne tient qu’à une seule chose, le bouton de l’ascenseur. Si le bouton est cassé, elle perd toute son autonomie.


  • #1233618

    on voit la tendance : ne plus porter son enfant - donc enfant éprouvette ; lui donner de la nourriture industrielle dès sa naissance - aucun lait maternel qui est pourtant essentiel mais du lait industriel ; l’envoyer dans des structures dès sa naissance pour bien le structurer et le couper de sa mère et de son père - ou de ses mères et de ses pères.... avec programmes à la Najat Belkacem ou à la Peilllon pour en faire un abruti complet et une bête de consommation. Bref on veut faire de nos enfants des esclaves dociles au service de l’élite mondialisée.Je suis contre


  • #1233913

    Effectivement les femmes ne sont pas là pour faire des enfants et ce serait bien que les hommes prennent la relève, qui ici veux bien participer au grand changement et aux expériences qui permettront de greffer le nécessaire pour que que l’homme enfante ?

    Quelque chose me dit qu’on aura pas beaucoup de volontaire mais faut donner du votre les gars !


  • Souvent les défenseuses des droits de la femme sont d’abord defenseuses des droits de elle-meme femme,
    et ca pas grave si c’est au détriment d’une autre sous-femme qui portera son enfant ou qui l’elevera pendant qu’elle , elle " réeussi " .


  • #1234427

    De tout temps les femmes étaient opportunistes comme la communauté des suricates
    Elle ont toujours utilisé le fruit du travail des hommes
    En effet le féminisme se base comme point de repère le présent et considère que les acquits sont innés
    Les femmes ont plus besoin des hommes que les hommes ont besoin des femmes


  • #1235108
    le 24/07/2015 par Soldat du Christ...
    Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

    « quand même là pour faire des enfants… »




    N’importe quoi !
    Aujourd’hui on les fabrique à la chaîne puis on les vend ou on les achète sur le net...
    Ce type ne vit pas avec son temps !
    Merde quand même par Vladimir Jankélévitch !!
    Encore un facho, celui là, ?, les femmes n’ont plus à avoir de gros ventre et des vergetures, ni à louper un été à la plage, pour un mioche...
    Ou on va là....monsieur Jean-François Mayet !


  • #1244248
    le 10/08/2015 par Stop misandrie
    Un coup de Mayet sur les mensonges du féminisme

    75 % des jeunes diplômé-e-s de médecine sont des femmes. Les femmes sont également majoritaires en prépa paramédicales (kiné notamment). Encore une imposture des pseudo-féministes véritables misandres qui, au mépris de toute évidence, crient à l’inégalité. Etrangement, on ne les entend pas pour la parité dans les filières sanitaires et sociales (près de 100 % de femmes dans certaines filières).


Afficher les commentaires suivants