Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un défaut de la Grèce coûtera 68 milliards d’euros aux Français

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Cela fait plusieurs années que je dénonce inlassablement le fait que l’on fait n’importe quoi – enfin pas nous, les « brillants » qui nous dirigent.

Souvenez-vous, aux pires moments d’incertitude sur la Grèce et l’avenir de l’euro, c’était en 2011 et les sommets de « l’ultime dernière chance » pour sauver la Grèce se succédaient à un rythme effréné.

Après des milliers d’heures de discussion, après des milliers d’heures d’avion, de jet privé et conciliabule, après le G7, les G8 et les G20, il a été trouvé un accord autour d’un mécanisme d’abord baptisé MES puis FESF…

MES et FESF, deux fadaises intellectuelles visibles dès le départ

Le MES c’est le mécanisme de stabilité européen, et le FESF, son petit frère qui a pris le relais et qui est censé être en fonctionnement actuellement, signifie « fonds européen de stabilité financière ». Comme dit ma femme, c’est toujours l’inverse. Si on nous parle de baisse d’impôts, c’est qu’ils vont monter, et si on nous parle de « stabilité » c’est évidemment parce que tout est instable… Bref, le FESF… le fonctionnement de ce machin est très simple.

Le principe est que des pays comme la France, l’Allemagne, mais aussi l’Italie, l’Espagne ou le Portugal, qui sont tous des pays surendettés (y compris l’Allemagne qui a 85 % de dettes sur PIB tout de même, soit largement plus, disons-le, que les 60 % indiqués comme critère dans le traité de Maastricht) versent de l’argent qu’ils n’ont absolument pas dans un fonds destiné à sauver des pays qui sont économiquement totalement condamnés comme la Grèce…

En ce qui me concerne, c’est toujours de cette façon-là que j’ai expliqué le FESF. C’est donc de mauvaises solutions et une mauvaise approche intellectuelle car ce mécanisme non seulement ne règle rien mais de surcroît va mettre en danger l’ensemble des autres pays européens puisque évidemment nous créons à ce niveau une possibilité de contagion en mettant en place une dépendance.

Vous pouvez considérer le FESF comme une cordée d’alpiniste. Le premier est le plus fragile (la Grèce). Le dernier, le plus solide, l’Allemagne. Lorsque la Grèce va chuter, elle risque d’entraîner avec elle les poids plume de la cordée… C’est une évidence. Il s’agit de l’Italie et de l’Espagne. La France et l’Allemagne, techniquement, supporteront le choc, enfin nous, les con-tribuables puisque cela va nous coûter la modique somme de 68 milliards d’euros, ce qui donne bien sûr des sueurs froides à nos fonctionnaires de Bercy.

Lire la suite de l’article sur 24hgold.com

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce ne sont pas seulement les Grecs qui nous ont VOLE 68 milliards, ce sont aussi les "décideurs" eurocrates qui leur ont alloué des crédits en échange de retro commissions représentant sans doute la MOITIE de la somme . "Je prête 1 milliard "à la Grèce" , mais elle m’en rétrocède 500 millions " : le milliard est en fait partagé entre décideurs grecs et décideurs eurocrates . Cette immense escroquerie dont sont victimes les contribuables européens va évidemment continuer, c’est trop bon .


  • Les 68 Milliards de la France c’est les 68 milliards du contribuable qui n’a rien demandé et dont on explique la crise .
    Si c’est cela les gestionnaires à la Sarko et à la sauce hollande et bien messieurs vous feriez bien de partir et surtout de la fermer.Il faudrait que les Français réalisent ou ses guignols nous ont amené et sanctionnent ces partis une fois pour toute.


  • Il me semble que c’est l’inverse, c’est à dire le MES qui remplace le FESF.
    2 dispositifs qui n’ont aucun fond réel puisqu’ils ont été créé par des pays qui ne possèdent pas le 1er sou comme le dit Charles Sannat, et qui ne fonctionnent que sur la création de dettes garanties par lesdits pays selon leur PIB, Soit 21% pour la France.
    Je me demande si ces dettes qui concernent des organismes de l’U.E mais que la France s’est engagée à rembourser en cas de pépin, comme pour la Grèce, sont déjà comptabilisées dans la dette française + de 2000 milliard €, ou si elles font parties des surprises que l’on nous réserve pour plus tard.
    Je parierai pour la deuxième formule.

     

    • En fait la France apporte sa garantie aux fonds MES/FESF, c’est du "hors bilan".

      Le "hors bilan" total, tout type d’engagements (fermes et conditionnels) pris en compte, serait d’ailleurs considérable.

      Les estimations vont de 3200 milliards d’Euros (officiellement) à + de 9000 milliards d’Euros selon certains "think tanks".

      Evidemment ces engagements ne sont pas provisionnés, l’Etat fait un pari sur la croissance future (sic).

      C’est le cas en France comme dans la plupart des pays dits "avancés".

      "The whole government is a ponzi scheme" - Bernie Madoff


  • Qu’on soit volé par les uns ou les autres et au point où on en est, que peut-il nous arriver de pire hormis une invasion des Ricains, puisqu’ils nous prennent les Indiens de la vielle Europe !
    Pourvu qu’en on finisse avec cette chienlit politico-politicienne avec laquelle les grattes papier de Bruxelles ainsi que les nôtre tiennent en otage les populations françaises et européennes
    Une fois pour toute, qu’ils aillent se faire voire chez les grecs !


  • Il n’y aura pas de défaut. Tous les pros le savent. Le Dax et le CAC montent en flèche au moment où j’écris ces lignes.
    ’La FED n’arrêtera jamais sa politique d’impression.
    Et Poutine, malgré tout ce qui se dit dans la dissidence, ne fait en réalité pas grand-chose contre l’hégémonie du dollar.
    Ce système pourrait durer une éternité...

     

  • Allez, on paye !
    vive la Grèce !


  • L’histoire ne dit pas combien cela coutera en plus par jour tant que la grèce reste dans l’UE



  • les Grecs SONT en faillite




    .... et les etats-unis d’Amerique SONT depuis bien AVANT en faillite.
    Ils luttent pour que l’Europe morde la poussiere avant... Question de salut.
    Et si l’Europe s’en releve alors le TAFTA et autres complots eugenistes prendrons le relais, semblable à la mecanique de l’Unité 731 appliquée a l’economie europeenne.

     

  • En fermant cette structure Européenne et virer les milliers de personnes grassement payés et non imposable évidemment ce sont au bas mot 500 millions d Euro qui reviennent dans les différents pays chaque années sans tenir compte des futurs augmentations massives qu ils vont s attribuer parce que la vie est dure.
    Et en plus chaque pays pourrait décider ce qui est bon ou non pour ces habitants mais la c e n est pas le plan prévu par cette escroquerie.


  • Les 68 milliards ils pourraient nous les rembourser en Moussaka : 10 millions de tonnes (6,8 euros le kg) . Mais il leur faudrait pousser sérieusement la culture des aubergines, et en ont-ils vraiment envie ?...


  • Je crois que la Grèce fera défaut effectivement mais qu’il n’y aura aucune sanction contre la Grèce qui en profitera pour s’enfoncer dans l’économie parallèle et user de l’UE pour l’expansion de ses réseaux mafieux qui ont toujours été la seule façon de fonctionner de ce pays, non pas depuis l’empire turc comme disent les mauvaises langues, mais depuis la plus haute antiquité. L’Italie du Sud, celle des mafias, s’appela en effet à l’origine la Grande Grèce et déjà Cicéron lui-même convint que c’était un pays de culture congénitalement criminalisée. La Grèce est maintenant à l’Union Européenne ce que la Sicile et la Calabre sont à l’Unité Italienne, ces deux zones ont criminalisé le fonctionnement de leurs unions respectives pour toujours et c’était ce qui était voulu par les deux unions, pour faire échec à tout processus démocratique. La Grèce ne paiera pas, mais l’Europe n’entreprendra rien en retour, elle fera la sourde oreille comme si l’événement du défaut n’existait pas, tout comme elle va de l’avant avec ses décisions peu importent que ses peuples votent pour ou contre. La Grèce fera marcher sa propre planche à billets d’Euros grecs à un rythme inflationniste délirant pour donner des miettes à sa population, mais ce seront toujours en principe des Euros. Cette criminalisation des deux pays sudistes, Grèce et Italie du Sud, n’a bien entendu aucunement profité aux peuples des deux pays qui paient pour les frasques de leurs élites, mais ces deux peuples sont là pour jouer leur rôle d’esclave tout comme à la belle époque du Sud américain : quand la cause sudiste gagne aux USA on sait que cela n’est pas au bénéfice des Noirs du Sud ni non plus des petits blancs mais des oligarchies du Nord aussi bien que du Sud. La Grèce n’est pas le berceau de la démocratie en Europe mais du clientélisme mafioso, depuis la haute antiquité, c’est le pays où jamais rien ne fonctionne comme selon les règles et où l’obéissance aux règles est le fait des seuls esclaves, tout comme l’Italie du Sud qui doit son mode de fonctionnement au fait d’avoir été grecque à l’origine et même encore de nos jours.


  • Sauf que vous oubliez que les Grecs pretendent que la dette est illicite.


  • Si la Grèce est endettée et que son défaut coûterait 68 milliards aux Français, alors que la France elle-même est endettée, cela signifie que la France a emprunté de l’argent, créé ex-nihilo par le bon vouloir des banques, pour le prêter à la Grèce et que des petits malins prennent leur commission au passage.

    Mais comme nous l’a expliqué Jacques Attali avec sa blague des pantalons à une jambe, le commerce n’est pas fait pour être utile, il est fait pour acheter, pour vendre, pour acheter, pour vendre. De même dans son esprit l’argent est seulement fait pour emprunter, pour rembourser, pour emprunter, pour rembourser ...

    http://www.egaliteetreconciliation....


  • L’auteur de l’article a tort sur un point : nos " brillants " experts se trompent...à dessein : il s’agit bel et bien de détruire les systèmes bancaires de tous les pays européens et, ainsi, de faire la part belle aux régions d’Europe ( au détriment des états centraux ) et au pouvoir central du continent ( Bruxelles)...il n’y a là nul accident, car rien n’arrive par hasard : l’UE fait avec les états européens ce que la monarchie française a fait aux différentes régions d’antan ( elles aussi farouchement attachées à leur indépendance...) et ce que l’Empire allemand a fait aux 300 principautés d’antan, rien de neuf sous le soleil...


Afficher les commentaires suivants