Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un général israélien raconte en 2016 l’apport de Hassan II dans la victoire d’Israël lors de la guerre de 1967

Cet article date du 17 octobre 2016, mais il prend une résonance nouvelle en 2017, pendant le cinquantenaire de la première guerre israélo-arabe, et au moment où le pouvoir de Mohammed VI fait face à plusieurs menaces, intérieures et extérieures : les événements récents du Rif, et le retrait du 51e sommet africain de la CEDAO consécutif à une présence israélienne indésirable, selon le monarque marocain.

 

Les autorités de Tel Aviv tenaient-elles à montrer que le Maroc est un ami d’Israël et doit le rester ? Coûte que coûte ? Quelle est aujourd’hui la marge de manœuvre du souverain ? Peut-il pratiquer une politique « arabe » avec toutes les déstabilisations en cours ? On rappelle que le Sahel, le Maghreb et le Proche-Orient sont en état de guerre intestine quasi-permanente, sans même compter le conflit israélo-arabe.

C’est justement ce dernier qui a fait l’objet de cette communication... qui a dû mettre Mohammed VI dans l’embarras devant les nations arabes, même si le fils n’est pas responsable des décisions ou des « péchés » du père... L’officialisation ou la médiatisation de la nouvelle qui veut que les Marocains aient fourni des informations capitales aux Israéliens pour vaincre la coalition arabe de 1967 peut aussi sentir la manipulation, les Israéliens ayant toujours entretenu des « oreilles » chez leurs adversaires...

- La rédaction d’E&R -

 


 

Les révélations d’anciens généraux israéliens sur les liens entre le Maroc et leur pays se succèdent. Cette fois, c’est au tour de Shlomo Gazit, ex-chef du renseignement militaire, de revenir sur l’appui de Hassan II au Mossad à l’occasion de la tenue d’un sommet de la Ligue arabe en septembre 1965 à Casablanca.

 

Après Meit Amir, le chef du Mossad (1963-1968), c’est un autre haut cadre du renseignement israélien qui évoque le soutien de Hassan II à ses services. Le général Shlomo Gazit avance, dans des déclarations au quotidien Yedioth Ahronoth, que l’appui du monarque a été déterminant pour l’armée israélienne pendant la guerre des Six Jours, du 5 au 10 juin 1967.

Dans son témoignage, l’ancien chef du renseignement militaire souligne que le royaume a permis aux Israéliens de suivre minute par minute le sommet de la Ligue arabe de 1965, tenu du 13 au 18 septembre à Casablanca, consacré exclusivement à l’examen des conditions de préparation des armées arabes dans la perspective d’une nouvelle confrontation avec Israël. La réunion était réservée aux chefs d’États, aux chefs des renseignements et aux généraux des armées.

 

Casablanca a contribué à la victoire d’Israël dans la guerre des Six Jours

Grâce à ces informations, Tel-Aviv avait pu se rendre compte de la faiblesse des armées de ses « voisins ». « Cette rencontre a non seulement révélé que les rangs arabes étaient divisés – d’importantes disputes ont éclaté, par exemple, entre le président égyptien Gamal Abdel Nasser et le roi Hussein de Jordanie – mais aussi que les pays arabes étaient mal préparés à la guerre », raconte Shlomo Gazit.

Deux ans après cette opération, qualifiée par le chef du Mossad de l’époque comme « l’une des gloires suprêmes du renseignement israélien », le Premier ministre Levi Eshkol (21 juin 1963-26 février 1969) donnait l’ordre à son aviation de bombarder les aéroports égyptiens et jordaniens. Une opération couronnée de succès pour la partie israélienne ; presque tous les avions de chasse de l’Égypte avaient été détruits. Ces raids rapides avaient également balisé le terrain aux corps de blindés, leur permettant d’occuper d’un seul coup la Bande de Gaza, le Sinaï, le Golan et Jérusalem-Est.

L’appui du Maroc, dont fait état le général Shlomo Gazit, n’a pas été sans contrepartie. Un mois après le sommet de la Ligue arabe à Casablanca, des agents du Mossad étaient impliqués dans l’opération d’enlèvement de Mehdi Ben Barka. Ils avaient suivi les déplacements de l’opposant de Hassan II, mission rendue possible grâce à la présence d’une antenne du Mossad sur le territoire français, depuis cinq années, avec la bénédiction de Charles de Gaulle.

C’est justement ce bureau qui avait permis de piéger Ben Barka avec le projet de film historique d’une part ; de faciliter aux agents des services secrets marocains l’entrée en France avec de faux passeports d’autre part. Dans cette opération, l’aide israélienne au Maroc avait été autorisée par le Premier ministre, Levi Eshkol et le chef du Mossad, Meit Amir.

Les guerres américaines et israéliennes sous vrai et sous faux drapeau
sont à découvrir sur Kontre Kulture

 

Révélations en cascade sur les événements du Rif, la Guerre des Six Jours et la guerre de Yom Kippour, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Traitre un jour , traitre toujours...


  • C’est juste pour décrédibiliser le souverain aux yeux de ses alliés arabes, de manière à ce qu’il ne puisse pas se présenter comme un nouveau leader puisque aucun autre ne pourrait plus y prétendre, ils ont été soit éliminés en même temps que la pan arabisme soit sur le point de l’être, soit déjà acquis à la cause sioniste

     

    • Ben, Hassan 2 était déjà acquis à cette cause.
      On ne fera pas croire qu’ils a donné les informations malgré lui ou qu’il se les ait faites subtilisées par des agents.
      Il était partie prenante.
      Quand toutes la communauté et ses obligés vient se gauberger au Maroc, c’est plutôt simple à comprendre.
      BHL, Attali, Minc, Mitterrand, Lang, Bergé, St-Laurent, Sarkozy, Guigou, Védrine, n’avaient pas leurs entrées en Libye, en Syrie, au Venezuela ou à Cuba.
      Ils les ont au Maroc.
      On en tire les conclusions que l’on veut.


    • c’est pas faux ce que tu dis
      Mohamed VI devient l’un des plus vieux dirigeants du monde arabe malgré son jeune age avec une image internationale plutôt positive et un pays qui avance et fait son chemin mine de rien
      Leader arabe ? Non je ne le pense pas. Ce roi n’est pas un idéologue à la Nasser, un théologien (il pourrait y prétendre en tant que commandeur des croyants) à la El-banna, pour constater une réelle volonté de leadership
      C’est juste un Roi qui veut faire avancer son pays sur deux pieds, modernité et traditions.


    • Ensuite le fait que le roi puisse être le seul fer de lance du monde arabe, c’est drôle et navrant à la fois.
      Je pense que tu projettes tes fantasmes héroïques sur lui, en ayant avalé la propagande des médias marocains.

      C’est le moins compétent pour le poste :

      1) Il ne voulait pas spécialement être roi.
      Il voulait avoir une vie tranquille (avec un peu les mêmes moeurs que Macron, c’est un secret de polichinelle, et ce sont ses affaires d’ailleurs, qui ne regardent que lui mais qui en disent long), à faire la fête, du jet-ski, aller dans les boîtes européennes...

      2) Il n’a pas vraiment le pouvoir et ne veut pas l’avoir. Les courtisans, officines mondialistes, loges, communauté de lumière et réseaux anciens de la Françafrique l’ont.

      3) Chavez, Poutine, Assad, Kadhafi, Trump, sont des hommes virils. Momo VI... compte tenu de la remarque faite dans le 1)...
      Chez Poutine ou Chavez on remarque que ces deux gaillards peuvent vous faire vous chier dessus rien qu’en vous regardant dans les yeux. L’un est un militaire, l’autre un champion d’arts martiaux.
      Le roi du Maroc tremble, sue, n’arrive pas à regarder une caméra en face, stresse, panique, annule des déplacements au dernier moment (car il n’aime pas cette vie sous les feux des projecteurs je suppose), tout discours radiotélévisé de 15 minutes est pour lui un supplice, il gonfle, prend des traitements à la cortisone, ne peut pas taper du poing sur la table, comme Poutine, Chavez, et comme, c’est vrai, son père pouvait le faire, même si niveau torture, ça ressemblait à Guantanamo.

      Donc on pourrait faire mieux comme leader du monde arabe, ’’arabe’’ dans un pays partiellement arabophone d’ailleurs, c’est cocasse.

      En somme, le roi du Maroc me fait un pepepenseru penser au petit roitelet de Jordanie dans les mains du MI6.


    • Ajout@
      Je ne suis pas Marocain et même je dirais plutôt un algerianiste mais l’affaire de mœurs concernant Mohamed VI est du bidon complet. Il est malade donc ayons un peu de compassion et puis un homme est imparfait .C’est pas très français de nous raconter les affaires de sexe car on sen fout et on n’est pas américain.
      Cela intéresse que les dentistes ratés.


    • @ baladin

      Concernant les moeurs, c’est anecdotique et privé oui, mais c’est sourcé.
      Tous les documents, photos et déclarations existent.
      Il n’est jamais avec sa femme d’ailleurs.
      Tu ne connais pas ses photos qui trainent sur le net en débardeur à fleurs ou chemise rose en train de prendre des photos avec des marocains de l’étranger quand il est en Europe ?
      Ce qui montre que c’est un type sympa. Bon il ne fait jamais ça au Maroc mais en France, aux Pays-Bas, il n’hésite pas. Mais tout cela est bien vrai.
      Un type sympa mais pas avec une carrure de chef d’État.

      De même, il est de notoriété que son père n’aimait pas que les femmes.

      PS : Il suffit de taper roi maroc chemise sur google images pour voir sa collection.


  • Cette information est veille de plus de dix ans car Ahmed boukhari un ancien agent du CAB 1 dans son livre le "secret" en n’avait déjà parlé.Un coup tordu de Tel Aviv POUR empêcher le Maroc d’être a la pointe du Monde arabe et de rependre ainsi la cause palestinienne plus vigoureusement.Les Marocains devront être très vigilant est comprendre que rien de bon ne peut venir de l’entité sioniste .

     

    • A la pointe du monde arabe ,elle est bien bonne celle la . Idh Maroc 129 éme . idh algerie 83 éme.sur près de. 188 pays . Vous oubliez le collier de diamant offert à tipi livni ancienne premier ministre israélien pendant l opération plomb durci par la reine du Maroc .un traitre reste un traitre ou que l on me prouve le contraire.


    • @ Anti OAS : vous comparez le Maroc et l’Algérie, et c’est moi qu’on accuse d’être obsédée ! Allons-y donc gaiement, avec le PIB : Algérie, Liberté économique : Note : 48,9/100, Rang mondial : 157/178, Rang régional : 14/15, Prévision de croissance du PIB : 2,9% en 2017 - Maroc, Liberté économique : Note : 60,1/100, Rang mondial : 89/178, Rang régional : 9/15, Prévision de croissance du PIB : 2,9% en 2017. Et sans parler du tourisme, de l’agriculture, etc., et tout sans hydrocarbures !


    • Oui. Mais l’Algérie n’a pas offert un collier à Tzipi Livni pour sa guerre contre le peuple Palestinien...


    • @Giustizia

      Oui et alors ?
      Chacun ses chiffres.
      Mais il me semble que l’indice de développement humain est plus correct et englobe plus de choses concrètes pour le peuple que cette notion très floue et jargonneuse de ’’liberté économique’’ par exemple.

      De plus l’écart entre le Maroc et l’Algérie est bien plus grand concernant l’IDH (au bénéfice de l’Algérie), que dans certains des chiffres que tu proposes (au bénéfice du Maroc).
      Donc 0 partout balle au centre.
      Enfin, tu cites un chiffre qui ne vaut rien, la prévision de croissance.
      En France aussi on sort des précisions de croissance géniales, toujours revues à la baisse dans la réalité des faits.

      Donc ce n’est pas un argument valable pour abonder dans le sens de la petite gueguerre puérile Maroc-Algérie.

      C’est étonnant, dans un précédent commentaire où tu idéalisais sur l’indépendantisme rifain en croyant que c’est une grosse menace, tu argumentais en disant, à juste titre que cela pouvait mener à une dislocation interne des pays et à l’ébranlement de l’unité du Maghreb, en parlant de ’’frères’’ et ’’cousins’’.
      Or je vois que quand c’est dans ton intérêt, tu n’hésite pas à durement critiquer, avec dédain et assurance, tes ’’frères’’ algériens.

      Double-éthique ?

      Pas besoin de monter sur ses grands chevaux et d’aller fouiller dans les rapports jargonneux d’obscurs think-tanks pour toujours avoir le dernier mot, même par des procédés limites et avec un ton insolent.
      C’est fou d’être aussi susceptible.

      PS : Parfois, nombre de rapports et think tank sont totalement bidons et créés par le pouvoir marocain et ses excroissances pour se convaincre eux mêmes que tout va bien. Ou sinon ce sont des groupes bruxellois officiels ou non qui produisent ces rapports.


    • @Giustizia

      Désolé, quand je parlais de grand écart, c’est par rapport au score, et pas au classement, mea culpa.
      Mais au niveau du classement, on est dans les mêmes eaux.

      De la même manière, une étude a montré que au niveau de la santé, critère important, l’Algérie a 59 points, le Maroc et la Tunisie 57.

      http://m.huffpost.com/mg/entry/12131566

      Ce sont quasiment les mêmes chiffres.
      Mais un type monomaniaque irait fouiller au centième tel chiffre pour prouver que ’’le Maroc c’est mieux’’ ou inversement.
      Je ne le fais pas, c’est puérile.
      Donc je ne vois pas en quoi un Marocain se sentirait systématiquement obligé de tirer dans les pattes à un Algérien et inversement. C’est lassant.

      Autre chiffre hautement important, le taux d’alphabétisation.
      Le Maroc est classé 141ème, l’Algérie 94ème.

      Bon voilà quoi, y a pas photo.

      Là, je m’égare un peu, mais ça a peut-être un lien avec les gens qui crient comme des tarés ’’Vive le Roi !!!!!’’ chaque fois qu’une caméra se présente, sans faire appel, à la logique, à la loi naturelle ni à l’examen de leur situation objective.
      0 parcimonie, 0 subtilité.

      (A noter que dans ce classement, Cuba est mieux classé que la France)

      Conclusion : dans chaque domaine un pays peut faire mieux que l’autre. Il faut sortir de l’essentialisme.


    • @ Ajout : pour faire court, en général dès qu’il s’agit du Maroc, que ce soit en bien ou en mal, tous les raccourcis sont permis, entre insultes et jugements peu flatteurs. Et il m’a été reproché de comparer avec l’Algérie, aussi j’ai fait remarquer le contraire. Maintenant le Maroc me tient à coeur, j’ai étudié son histoire, ses moeurs et coutumes, son histoire millénaire, et je me suis rendue compte sur le terrain des réalités. Evidemment que la paix avec son voisin est souhaitable, mais j’ai de plus en plus l’impression que les piques viennent toujours du même côté.


  • Ce n’est pas l’époque du général Oufkir ? Qui aimait s’occuper lui même du sort des opposants d’hassan II et qui finira assasiné pour trahison..Pouvoir, fric, sexe et psychopathes.

     

  • Bien qu’il fût sans scrupules,je pense qu’il n’a pas pour une fois tort , du moment que le maroc n’a rien d’arabe.C’est un pays d’une toute autre identité,et c’est injustement qu’on le qualifié de pays arabe.


  • Les Algériens, enfin ceux qui se présentent comme Algériens sur le net, sont absolument obsédés par tout ce qui touche le Maroc de près et de loin, et ne ratent pas une occasion pour cracher leur venin. Ils oublient une chose fondamentale, est que si leurs souhaits se transforment en réalité et que le Maroc connait des troubles graves, ils seront les premiers à en pâtir, car la frontière entre les deux pays est incontrôlable. Une telle animosité est incompréhensible, et à ma connaissance, il y a aucun cas similaire où deux pays voisins très proches sur tous les plans, entretiennent des rapports aussi exécrables.

     

  • Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage


  • Ces révélations ne font que de confirmer les observations et les hypothèses de travail du grand dissident Marocain Ahmed Rami, qui vit en exil en Suède depuis 1973 suite au deux coups d’état raté. Dans ses livres, il affirme que le général Oufkir lui avait confié beaucoup de choses concernant l’étonnante proximité du Makhzen avec le sionisme.