Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

Woody Allen, Cannes, CRS, redistribution

Quel bordel, non mais quel bordel la France !
Avant, tout allait bien. Les entreprises tournaient, les Français causaient, au bistrot, les hommes politiques faisaient semblant de se battre dans l’Assemblée, sous les caméras, avant de se retrouver au bar, de boire un (bon) coup et de parler de la dernière assistante parlementaire bien roulée. On allait se taper une bonne bouffe chez Thiou, à la brasserie Bourbon (éviter la tarte poire chocolat), à la terrasse de l’Esplanade ou au Bistrot de Paris. C’était l’bon temps.

« La buvette est le lieu sacré des armistices
Qu’un seul ne peut violer sans que tous le maudissent
Pour âpre et violent qu’ait été le combat
Ici, sans hésiter, on met les armes bas. »

 

Depuis quelques années, tout semble partir en sucette, chez nous. Le chômage touche 5,7 millions de Français, et pas trois millions et quelques selon les statistiques officielles, ce qui fait quand même dans les 12 à 15 millions de pauvres, en ajoutant les conjoints et les familles ; les jeunes se font mitrailler pendant des concerts, Cyril Hanouna triomphe à la télé (si Jacques Martin voyait ça), Benzema se retourne pendant la Marseillaise pour cracher sur le gazon, on n’est plus du tout dans la rigolade, là.

La gauche est devenue la droite, la droite est devenue la gauche, ça dégénère de tous côtés. Le soir, sur les places des grandes villes, un mélange d’étudiants en socio, de zonards cradingues et de racailles en panne de shit tente de refaire le monde avec 150 mots de vocabulaire et trois concepts chimériques, on n’est pas sortis du merdier. Les flics (manipulés par l’Intérieur) ont ordre de ne pas trop taper sur ces oiseaux de nuit, les télés nous abreuvent de documentaires sur Hitler (le rapport avec la situation présente ?), tandis que le cinéma part à la pêche avec des sujets consanguins. La Grande Famille commence à avoir une sale gueule.

 

 

Café Society, le dernier bijou du vieux Woody Allen (qui ressemble de plus en plus à Sam Bot, héros d’une BD de cul populaire des années 70), roi des dialogues interminables et des maximes absurdes, nous tartine de névroses hommes/femmes dans le Hollywood des années 30. Ça va bien nous aider à retrouver un boulot, tiens. On préférerait un biopic sur sa vie de famille, entre pédophilie et inceste, ça nous changerait de la psychanalyse branlante de stars oisives.

Heureusement, pour équilibrer, dans le genre social, il y a la 153e participation de Ken Loach, avec l’histoire de ce « menuisier souffrant de problèmes cardiaques à qui son médecin interdit de travailler mais qui se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction », c’est dans la brochure. On sent qu’on va bien s’amuser. Les frères Dardenne, fondateurs du misérabilisme sociétal, ont fait beaucoup de mal au cinéma. Sinon Pedro Almodovar filme toujours ses Espagnoles bourrées de problèmes, et dans la même veine de l’« homo qui admire les femmes », le pénible Xavier Dolan, en plus jeune et moins gras, nous sert une chronique sexuelle familiale indigeste :

 

 

En gros, Cannes, c’est des histoires d’amour contrariantes entre personnes qui ne souffrent pas – à part de peines de cœur, ce qui est un luxe. Boring, chiant quoi, mais l’action est dans la rue, désormais. Et le spectacle, gratuit : tout le monde filme tout le monde avec son mobile, sa tablette, les veilleurs anti-mariage gay et anti-GPA rappellent chaque jour l’abomination que l’esclave Taubira a fait voter pour son maître Bergé (dont la société Yves Saint Laurent avait son compte à Panama, dixit Le Monde dans un effort inouï de transparence, ou alors pour se débarrasser de l’octogénaire encombrant), les branleurs qui n’ont rien à perdre provoquent les CRS (qui se font au moins de bonnes primes de risque, de déplacement, et 950€ pour Vigipirate), avant de chouiner au premier bobo. Cette situation bordélique ne peut pas être le fait du hasard, tout ne peut pas aller aussi mal en même temps. Il y a de l’inévitable, d’accord, mais pas mal de déstabilisation venue d’ailleurs. Disons, de la planète Mars.

Regardez, la construction navale française renaît, les carnets de commandes sont pleins, nos sous-marins se vendent jusqu’en Australie, « nos » Airbus et « nos » Rafale aussi, sauf qu’on ne voit pas la couleur de l’argent. C’est ça, la grande différence avec les 30 Glorieuses : la redistribution.
On a plus de grandes entreprises plus riches, et plus de Français plus pauvres. Schéma pas du tout contradictoire : les bouches « inutiles » sont éjectées du système économique, pour atterrir dans le système social, où elles sont prises en charge par l’État, c’est-à-dire la solidarité nationale. Les survivants enrichissent les actionnaires, mais une partie de l’argent sort du circuit « social », ou n’y retourne pas. On simplifie, bien sûr, mais la finance aspire la richesse, pour s’en abreuver. Et qu’est-ce qu’elle en fait, de tout ce fric ? Eh bien elle thésaurise, elle accumule, elle place, mais pas forcément dans les forces productives et l’emploi. Plutôt la pierre, l’actionnariat, l’improductif. Pour compenser cette perte, les banques dites centrales font tourner la machine à crédit, creusent la dette. Au final, du fric factice, qui perd de sa valeur, mais on peut encore s’acheter une baguette avec un euro. Pourvu que ça dure.

Voir aussi :

26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
12
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
26 mai
Un jour en France : vendredi 26 mai 2017
Burkini contre nudité à Cannes, les LGBT en Corse, Ozon le cul
28
25 mai
Un jour en France : jeudi 25 mai 2017
Collomb ministre des Gaffes, Ferrand dans la merde, Schiappa et le sexe, Nyssen à l’assaut du Ridicule (8991m)
15
24 mai
Un jour en France : mercredi 24 mai 2017
Godard par Hazanavicius, Rodin par Doillon, le fils Garrel et la fille Higelin
25
23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
20
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1464505
    le 12/05/2016 par kenarzh
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    Vous êtes dur avec ce pauvre Sam Bot, il ne méritait pas d’être comparé à ce Suédois New Yorkais, insupportable histrion et marchand de sable malgré lui.


  • #1464617
    le 13/05/2016 par goy pride
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    « menuisier souffrant de problèmes cardiaques à qui son médecin interdit de travailler mais qui se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction »



    Comme si dans ce vaste monde il n’y avait pas suffisamment de drames sociaux authentiques sur lesquels s’inspirer et qu’il fallait chercher une histoire de science-fiction aussi improbable !

     

    • #1465214
      le 13/05/2016 par hahaha
      Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

      Hahaha, tout le monde sait que Loach est LA caution sociale de ces festivals... Mais ce n’est pas à lui qu’il faut jeter la pierre (ses histoires dont souvent vraies au demeurant). Mais au hyper-friqués bobos bien-pensants qui se redonnent bonne conscience en ajoutant une petite larmiche à leur commentaire annuel (augmenté d’une enchère annuelle d’un string de starlette) pour les sans-dents


  • #1464666
    le 13/05/2016 par Athéna
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    Très bonne chronique, et tellement vraie, hélas ! comment ce système peut-il encore perdurer ? Quant à cannes, ce n’est que la vitrine, de plus en plus indécente du Ministère mondial de la propagande, cette année, le luxe la futilité les paillettes s’étalent quand chaque jour des gens sont dans la rue, des émeutes, des grèves, 300 policiers blessés depuis le début, et ce, en plein "état d’urgence", je réécoute "Money" cette excellente chanson de Pink Floyd, on y est non ?


  • #1464681
    le 13/05/2016 par gelindo
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    "...à ce Suédois New Yorkais"

    Y a pas erreur sur l’origine là ? Je croyais qu’il était Irlandais avec ces tâches de rousseur et tout et ses cheveux de poil de carotte.


  • #1464701
    le 13/05/2016 par dixi
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    On pensait pas en arriver la .La preuve que intellectuellement,ça ne s’arrange pas ,on aurait connu ça il y a ne serait-ce qu’il y a 50 ans ,je suis à peu prêt sur que personne ne l’aurait accepté .Plus va, plus la pente est raide et plus la connerie est grandissante .automatiquement ,on va se ramasser sans avoir réagi ,ou très peu .Vivement que l’on puisse effacer le tableau pour réécrire une belle histoire.


  • #1464727
    le 13/05/2016 par ici la monnaie
    Un jour en France : jeudi 12 mai 2016

    Bien vu sur almodovar (qui n’a fait que 2 bons films, rappelons) et le nouveau xavier dolan (qui à l’air d’être une purge, ça ressemble à du assayas ou téchiné, type niais et sentencieux ; "mommy" était un film juste passable sur lequel la presse s’était invraisemblablement excitée..) : on est loin de Pialat ou Sautet ...

    Almodovar, c’est le chouchou de télérama, comme christophe Honoré (le pire étant pour moi le film "l’inconnu du lac" de Guiraudie, vide, laid et malsain à souhait parachuté comme chef-d’oeuvre) ; bref, je crois qu’il faut se désintéresser de Cannes, et revoir les classiques comme "sueurs froides", par ex ......