Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

Guy Bedos chez Montebourg, Lucas Belvaux anti-FN, les grilles anti-migrants

 

À peine les vacances de Noël tiraient leurs dernières cartouches, que déjà le foutoir socialiste reprenait. Notre ministre de l’Intérieur qui n’a même pas l’autorité d’un flic de base, Bruno Le Roux, avec sa tête de bouledogue de dessin animé, mentait sur le nombre de voitures brûlées. Le socialisme de pouvoir s’est encore ridiculisé, et ceux qui ont sauté du train en marche ne sont pas épargnés.

 

JPEG - 58.4 ko
Guy vient de faire une vanne dans sa couche

 

Tenez, prenez Arnaud Montebourg, qui clame partout sa fierté d’avoir un grand-père algérien, croyant que ça lui assurera un bon million de voix musulmanes à la primaire de gauche. Plus démago que ça, on ne voit pas, à part peut-être Belkacem, qui s’est pris une volée de crèches de Noël à travers la gueule, suite à son pauvre « bonnes fêtes » qui sentait la loge maçonnique à plein nez. Ces abrutis ont voulu changer la France, la gauchiser, la genriser, la sioniser, mais la France ne s’est pas laissée faire.

Aujourd’hui, Montebourg croit faire un coup politique en plaçant Guy Bedos à la tête de son comité de soutien. Guy Bedos. Qui était relativement drôle sous Giscard, moins sous Mitterrand, et plus du tout après. Il faut dire que sans parolier, les saillies de ce riche habitant de Neuilly sont du niveau d’un lycéen. C’est le drame des interprètes. Guy Bedos, qui passe son temps à insulter Marine Le Pen, croyant faire acte de résistance, se ridiculise devant la France entière. Il n’y a que les médias pour le supporter. Même la gauche a pitié de lui.

 

JPEG - 100.5 ko
Nous non plus on n’est pas arrivé à lire l’organigramme mais c’est pas grave

 

Alors il faut être vraiment déconnecté du réel comme un élu socialiste pour penser que ce Bedos incarne l’humour, le talent, la subversion, ou le courage politique. Et quand on voit l’équipe de campagne du candidat Montebourg, avec des « aubryistes », des « chevénementistes », et des machinistes, on se dit qu’il faut être un sacré alchimiste pour arriver à faire de l’or avec ce plomb. La vanne finale est pour Montebourg lui-même, qui assure avoir des «  bons retours de terrain ». Les Français lui balancent des mottes de terre ?

 

Heureusement, il reste la gauche « culturelle » pour faire croire que le combat continue. Dernier le-fascisme-ne-passera-pas-par-moi en date, le « cinéaste » Lucas Belvaux (son frère Rémy, mort à 50 ans, avait lui du talent, celui d’avoir réalisé C’est arrivé près de chez vous), qui pense frapper un grand coup avec un film contre le FN. On lui suggère pour ses prochaines productions une grande œuvre contre la guerre, la pluie, et tout ce qui ne vote pas socialiste. Se coucher à ce point devant l’idéologie dominante pour un cachet de réal et une presse admirable, c’est comme dénoncer des juifs ou des communistes pendant l’Occupation et recevoir les félicitations du SS local. Mais à l’instar de Guy Bedos, Lucas Belvaux se prend probablement pour un résistant. Il est loin le cinéma des Jean-Pierre Melville, Robert Enrico et autres Henri Verneuil ! Aujourd’hui, à côté du cinéma sociétal de la bande du triste Desplechin, on doit se cogner le cinéma social de réalisateurs dont la maturité politique n’a pas bougé d’un centimètre depuis le lycée…

Il y a un grand film à faire, non pas sur le FN, mais sur Jean-Marie Le Pen. L’enfance du petit Jean à la Trinité-sur-Mer, la mort de son père sur son chalutier qui saute sur une mine, l’engagement à 16 ans dans les FFI, le droit à Paris, l’Action française, l’amitié avec Chabrol, l’Indochine, Monsieur Éric, Pierrette, Poujade, puis l’ascension. Autre chose qu’un film-délation pour complaire à l’Occupant sioniste, n’est-ce pas ? Face à Bourdin, Lucas n’assume même pas le caractère anti-FN du film. Poucave, et lâche par-dessus le marché !

 

 

On espère pour Belvaux-la-balance que les Français se précipiteront dans les salles (occupées à 15% seulement) pour admirer son oeuvre de Kommandantur. Si les Français boycottent sa daube, il peut espérer se refaire avec les migrants, puisque les Blancs sont des salauds. Mais il faut se dépêcher, car le migrant ne semble pas en odeur de sainteté, en ce début janvier. Le FN veut les foutre dehors, Fillon propose de stopper l’inflation, et à gauche, plus personne n’ose s’engager à perte sur ce sujet. Se faire cracher à la gueule sur les marchés le dimanche matin en pleine campagne pour les primaires de gauche, non merci.

Alors on la joue à l’hypocrite. Tout le monde se souvient du spray anti-SDF inauguré par certaines mairies du Sud de la France pendant la saison estivale. Eh bien là, c’est pareil, sauf que la méthode, c’est la grille anti-migrant. Partout où les précédents clandestins ont nidifié, et qu’il a fallu dégager à coups de CRS, les mairies de Paris et de Saint-Denis grillagent en douce. Le discours d’ouverture de leurs élus de gauche est une chose, la réalité du chaos et des électeurs en rogne en est une autre. Alors on sévit, mais à la socialiste : honteusement. Car on n’est pas de droite, et encore moins d’extrême droite.

 

JPEG - 99.3 ko
C’est affreux, les migrants vont se presser contre ces grilles et s’étouffer

 

On aurait bien proposé de murer plus large, c’est-à-dire la capitale et la ville des rois, mais ça serait un retour au Moyen-âge, et ça c’est pas progressiste. Pourtant, les grilles ne plaisent pas à tout le monde, il y a encore des masos indécrottables. Ainsi, France Bleu a-t-elle trouvé une habitante du XIXe arrondissement qui témoigne, avec son petit cœur de gauche :

« Je trouve cela agressif, ce grillage me dérange, c’est absurde. Ces grilles ont été installées là dans la précipitation, sans réflexion »

On cherche encore la différence entre une grille installée avec et une grille installée sans réflexion.
Ces habitants ont vécu pendant des mois devant un bidonville écœurant, et voilà qu’ils chialent leur race parce que les autorités veulent éviter toute récidive ! On savait qu’il fallait de tout pour faire un monde, mais là… Pour info, le « centre humanitaire » de 550 places dans le XVIIIe est bourré à craquer. Et il va bien falloir le vider un jour. Qui va hériter de ce gros lot humain ? Quel charmant petit village de France va se coltiner ces jeunes travailleurs, prêts à se sacrifier pour leur pays d’accueil ? On attend la réponse d’Arnaud Montebourg, celle de son vieux clown et celle de Lucas-la-poucave. Là, ça sera difficile de s’en sortir en chiant sur le FN.

Voir aussi :

20 octobre
Un jour en France : vendredi 20 octobre 2017
Sexe, drogue et rock and roll avec des Rolling Stones à 254 euros l’entrée
28
19 octobre
Un jour en France : jeudi 19 octobre 2017
Rozon le cochon, Omar Sy contre Zemmour le criminel, Marilou Berry superstar
24
18 octobre
Un jour en France : mercredi 18 octobre 2017
Vive les yachts, la fin du fret SNCF ?, Philippot contre la meute
17
17 octobre
Un jour en France : mardi 17 octobre 2017
BalanceTonPorc/Juif, Anne Frank(enstein), Massilia détritus
27
16 octobre
Un jour en France : lundi 16 octobre 2017
Oliver Stone weinsteinisé, Blanquer contre l’écriture inclusive, le PS dégraisse
28
13 octobre
Un jour en France : vendredi 13 octobre 2017
Balladur revient... chez Zemmour, droit de cuissage, immigration massue
26
12 octobre
Un jour en France : jeudi 12 octobre 2017
Garrido, rends l’argent, Le Média sort ses griffes (limées), les allocations Macron
6
11 octobre
Un jour en France : mercredi 11 octobre 2017
Weinstein et les Françaises, sugar babies pour mecs riches, Caroline Roux démission
39
10 octobre
Un jour en France : mardi 10 octobre 2017
Spécial Mélenchon contre Valls, islamo-gauchisme contre judéo-fascisme !
12
9 octobre
Un jour en France : lundi 9 octobre 2017
Plus de femmes soldats, villes (très) moyennes, Grandes Gueules mini courage
10
6 octobre
Un jour en France : vendredi 6 octobre 2017
10 ans pour Mamie Djihad, un GM’S répond à Macron, Éboué & Cohen
12
5 octobre
Un jour en France : jeudi 5 octobre 2017
Panique dans le RER, Dupont-Aignan attaque, grosse drague de rue
54
4 octobre
Un jour en France : mercredi 4 octobre 2017
Justice pour Dieudonné, justice pour Theo, justice pour les mal-logés
10
3 octobre
Un jour en France : mardi 3 octobre 2017
Hommage à Mauranne & Laura, assassinées par les "failles" de notre "Justice"
86
2 octobre
Un jour en France : lundi 2 octobre 2017
Un cycliste à moteur, Xavier Niel über alles, Les amoureux de la France
13
29 septembre
Un jour en France : vendredi 29 septembre 2017
Non aux 4 000 vaches !, Paris-Lyon en 5h avec Ouigo, Hadopi revient !
20
28 septembre
Un jour en France : jeudi 28 septembre 2017
La manif des retraités... enfumés par Macron, Chirac retraité des femmes
14
27 septembre
Un jour en France : mercredi 27 septembre 2017
JO Paris 2024, c’est le Pérou !, Pénicaud contre Lucet, Obono et le terrorisme
16
26 septembre
Un jour en France : mardi 26 septembre 2017
Najatisme décapité, putes de Lyon, Sarah, 11 ans, "consentante"
17
25 septembre
Un jour en France : lundi 25 septembre 2017
Spécial 93 : le classement des villes, le poids du social et l’économie du shit
21
22 septembre
Un jour en France : vendredi 22 septembre 2017
Les cuisses à Brigitte, le temps de travail, les princesses modernes
46
21 septembre
Un jour en France : jeudi 21 septembre 2017
Tetris politique : FN désocialisé, France insoumise en embuscade
8
20 septembre
Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017
Macron rappelle les expatriés, sélection à la fac, le gros cancre Aphatie
13
19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
11
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40

La gauche, le show-biz et les barbares sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1635894
    le 02/01/2017 par VIVACHAVEZ
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Guitou, à 82 piges, pourquoi ne pas tirer sa révérence avant de sombrer corps et biens ?


  • #1635905
    le 02/01/2017 par The Médiavengers
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Edito hilarant et qui fait mouche !
    Bonne année....


  • #1635910
    le 02/01/2017 par olegna
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Toujours un grand plaisir de lire des textes aussi bien troussés. Bravo la rédaction !
    La gouaille truculente et cinglante...ça fait du bien par où ça passe !


  • #1635916
    le 02/01/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    « Je trouve cela agressif, ce grillage me dérange, c’est absurde. Ces grilles ont été installées là dans la précipitation, sans réflexion »

    Ce que je comprends des propos de cette habitante du XIXe arrondissement, c’est que les grilles sont installées à défaut d’une vraie solution, comme un aveu d’incompétence, d’impuissance.
    Imaginez pour des touristes, voir ça : c’est aberrant, absurde, ça ne "cadre" pas.

    Autant les dealers, les toxicos, les graffiti, ça fait partie du paysage, mais regardez, il y a carrément tout un pan de l’espace rendu inaccessible.
    Ça n’a littéralement pas lieu d’être !
    Ou alors dire : ok, c’est de l’art contemporain... et là, effectivement, y’a de la réflexion ! Enfin, il doit forcément y en avoir...


  • #1635943
    le 02/01/2017 par Elektra
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    PITOYABLE ! PAUVRE FRANCE ! Ces merdes indignes l’auront piétinée jusqu’au bout , jusque dans ce qui incarne le plus brillamment son génie : sa langue, instrument divin de l’une des plus grandes littératures au monde ! Chiens galeux ! Vermines puantes ! Qu’on les dégage vite !


  • #1635947
    le 02/01/2017 par révi-sioniste
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Lucas Belvaux surpris par la brutalité et la violence de la reaction des vilains fachos, c’est vrai que pour un peu il se retrouvait "pogromisé,shoatisé,et pour finir crématoriumisé"


  • #1635958
    le 02/01/2017 par gloria lasso
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Bedos n’a jamais été drôle, c’est J.L Dabadie qui l’était.


  • #1636024

    Quand j’étais jeune et qu’y en avait un qui tentait une vanne politique, on l’appelait Guy Bedos pour se foutre de sa gueule, c’était un peu comme être traité de Guy Lux , Daniele Gilbert ou Jean Pierre Descombes.
    Ce mec a toujours été ringard et maintenant il est vieux en sus (il pourrait faire une bonne blague sur ce dernier mot...).
    Paix à son âme quand même merde.


  • #1636026
    le 03/01/2017 par Chaud king
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    Montebourg, exploitant un vieux presque liquide comme soutient, finalement, Bedos peut encore nous faire marrer.


  • #1636069

    Bedos-Montebourg, c’est un duo de comiques en fait, c’est ça ou je me trompe ?
    Sinon, pour continuer dans le sérieux politique, j’ai une idée pour Macron s’il cherche un président pour comité de soutien : Gad Elmaleh. Je rêve d’une banque ... Et nous, on rêve aussi en voyant ça ! Le genre de rêve dont on aimerait se réveiller.


  • #1636157
    le 03/01/2017 par robot42
    Un jour en France : lundi 2 janvier 2017

    "On cherche encore la différence entre une grille installée avec et une grille installée sans réflexion."
    "C’est affreux, les migrants vont se presser contre ces grilles et s’étouffer"

    Trop drôle ! Excellent...

    Bedos à la tête du comité de soutien de Montebourg !
    Pourquoi pas Renaud à la tête du comité de soutien de Manuel Valls ?


Commentaires suivants